ABBA 8 – / 25.9.2018

TEXTE SEULEMENT  –  POUR L’ AUDIO VOIR   ICI 

http://www.etresenevolution.com/2018/09/22/retraite-dabba-et-les-abbas-du-22-au-27-septembre-2018/

ABBA 8

25 Septembre 2018

 

Bien-aimés de l’Un, Abba est à nouveau au centre de votre cœur. Ensemble en présence, en l’unique. Nous allons reprendre bien évidemment nos échanges, vos témoignages, vos questionnements, bref tout ce qui peut aider chacun d’entre nous, ici ou partout, à vivre cet instant présent et cette Joie qui en découle. Alors, bien-aimés, nous pouvons poursuivre.

Silence

Nous avons un frère qui souhaiterait témoigner.

Bien-aimé, alors si tu veux bien t’approcher, pour le micro. (Rires)

Ce sera sous forme d’une chanson.

Parfait.

(Guitare)

« Je suis multidimensionnel ascensionnel

Je suis multidimensionnel ascensionnel

 

Je vis sur plusieurs lignes de temps

Je m’en fou du temps puisque j’ai le temps

J’ai les deux pieds sur terre sans être de cette Terre si terre à terre

 

Je participe à la danse des électrons à ma façon

J’ai laissé tomber les maîtres les religions les stages d’évolution

 

Parce que je suis multidimensionnel ascensionnel

Je suis multidimensionnel ascensionnel

 

Je suis là pour la scène finale la révérence le dernier acte

Quand tout s’écroule quand tout bascule la grosse claque

La mise à feu pour le passage le grand voyage

 

Parce que je suis multidimensionnel ascensionnel

Je suis multidimensionnel ascensionnel

 

Manifs attentats guerres catastrophes climatiques grand nettoyage

C’est l’heure du réveil la fin de l’histoire la dernière page

Retour à la maison au point zéro à l’infini

Dissolution ultime présence éternité

(en chœur)

 

Je suis multidimensionnel ascensionnel

Je suis multidimensionnel ascensionnel

 

Je suis multidimensionnel ascensionnel

Je suis multidimensionnel ascensionnel

 

Je suis multidimensionnel ascensionnel

Je suis multidimensionnel ascensionnel »

 

(Applaudissements)

 

Merci

 

Bien-aimé, merci pour cette Joie qui sort à travers la musique, l’instrument comme la voix. Ceci est encore une fois de plus la démonstration que la Joie peut s’exprimer, se manifester, d’innombrables façons. Et dès l’instant où vous accueillez cette Joie qui est émise par un frère ou une sœur, que cela soit à travers ses mots, ou à travers ses chants, sa musique, peu importe, car c’est ainsi que vous accueillez.

De la même façon que vous écoutez un concert ou quelqu’un qui chante, si dans la vie vous réalisez la même chose, écouter, et traverser, sans jugement, sans mettre votre personne, ni la personne de l’autre, ou la situation, au-devant, alors la Joie est là. Cela fait partie de la simplicité, cela fait partie de ce qui est votre dû, bien antérieur à toute personne, à toute notion de spiritualité ou de conscience, cela, votre cœur le reconnaît de plus en plus, quelles que soient les réticences de la personne ou de quelque élément que ce soit.

Alors je ne peux que redire de ne jamais vous inquiéter, en ces temps particuliers, de quoi que ce soit. Bien sûr, vous avez tous des choses à résoudre, en quelque secteur que ce soit. Mais si vous prenez pour habitude d’accueillir, avant toute chose, ce qu’il se produit, alors ce qu’il se produit ne sera qu’un élément qui vous fera découvrir la totalité de la Joie et de la Vérité. Vous n’avez besoin d’aucun support, ni de vous appuyer sur quoi que ce soit, si ce n’est être dans l’écoute, et vous ne pouvez être dans l’écoute et l’accueil, que si réellement et concrètement, vous êtes dans l’instant présent, et que vous n’avez rien mis au-devant de vous.

Cela correspond aussi au fait de ne pas juger, et d’accueillir de la même façon tout ce qu’il se produit sur l’écran de votre conscience, que celle-ci soit la conscience de la personne ou votre supraconscience. Mais c’est ainsi que vous dévoilez en vous, la Joie Absolu de l’être qui rencontre le non-être. Cela, je vous l’ai expliqué de différentes façons, mais vous allez en constater cette simplicité et cette Évidence, quel que soit, je dirais, votre état apparent du jour. Cette inéluctabilité sur laquelle j’insiste lourdement, va devenir de plus en plus évidente, au-delà de tout signe du ciel et de la Terre, au-delà de, même, certains frères et sœurs qui vivent cet état peut-être de façon plus longue que vous.

Rappelez-vous, il suffit d’un instant, d’un moment, pour ne plus être prisonnier du temps, ni de la personne, de quelque monde que ce soit. Et vous verrez, par ailleurs, que tout ce qui concerne ce que vous avez à vivre, deviendra de plus en plus léger, sans aucune exception. Tout se produira sans que vous interveniez, absolument tout. Je ne parle pas, bien sûr, des règles de la société, de la morale de ce monde, mais de votre être véritable, car c’est ainsi que l’Amour se déploie, c’est ainsi que la Joie se communique de proche en proche.

Vous le savez, la musique, les arts, le rire même, vous permettent d’oublier, l’espace de l’instant, toutes vos problématiques, pour une raison qui est fort simple. C’est toujours cette notion de l’instant présent. À travers l’écoute et l’accueil, vous réalisez Cela. Acceptez-le, simplement, vérifiez-le par vous-mêmes. Et je vous assure que vous n’avez dorénavant plus rien d’autre à faire. Si vous pensez avoir à faire quelque chose en regard de la spiritualité ou de la conscience, n’écoutez pas ce que dit votre tête, écoutez simplement cet instant présent, ce qu’il a à vous dire. Et il a tout à vous raconter, non pas en histoires, mais sur la Joie.

Je te remercie. Nous allons maintenant poursuivre. Qui veut témoigner, exprimer ou questionner ?

Même dans le silence,  …

Il y a un témoignage.

Alors écoutons le témoignage, je terminerai après.

Témoignage : Hier matin, il y a une sœur qui m’a demandé si j’avais des enfants et pendant quelques secondes, la réponse ne venait pas, et j’ai eu l’impression de devoir me déplacer pour trouver une réponse, et dire « Oh ben oui ! j’ai des enfants. » Mais je suis restée quelque temps à ne plus savoir si j’en avais. Désolée, mes filles, je vous aime, mais… (Rires) Voilà, c’est tout. (Rires)

Bien-aimée, il ne s’agit pas d’une pathologie de la mémoire (Rires), il s’agit simplement de la stricte vérité. Certains poètes vous ont dit que vos enfants n’étaient pas vos enfants. Il a été dit par nombre d’anciens et d’étoiles, que tant que vous faisiez une différence entre vos enfants et les enfants quels qu’ils soient, vous n’étiez pas dans l’équilibre. Et le fait de répondre à cette question, a ébranlé en toi, non pas la réponse, de savoir si tu avais des enfants ou pas, mais tu as intuitivement compris qu’au-delà de la paternité, effectivement, tes enfants ne sont pas tes enfants, ils sont les enfants de la Vie. Cela ne te prive pas de l’Amour, bien au contraire, cela le magnifie, parce que c’est ainsi que tu ne fais plus de différence selon les liens du sang, et que tu conçois les liens de la liberté, où il ne peut plus y avoir d’appartenance à quiconque, simplement une appartenance à la Vie. Je parle de la Vie, mais non pas de cette vie.

Ainsi donc, même au sein du fonctionnement cérébral, tout simple, nombre de choses se modifient. Elles se modifient là aussi d’elles-mêmes, et la latence par rapport à ta réponse, connaît aussi une forme d’Évidence. Vous verrez que vous aurez de plus en plus de mal avec la notion de mien, de mon, cela est logique. Ce n’est pas une ascèse, non plus. Cela est induit directement par les modifications de la Lumière au sein du fonctionnement de la personne, des habitudes, des coutumes, des usages, bref, de tout ce qui est tellement, apparemment évident, en ce monde, et qui pourtant n’a aucune substance. Car chaque enfant est votre enfant, de même que chaque ennemi est votre frère. Il n’y a pas de différence, si ce n’est dans les circonstances aujourd’hui, qui vous permettent non pas de souffrir plus, mais justement de traverser cela.

Faites-en l’expérience et vous verrez que nul ami ou ennemi ne peut tenir, et que nulle opposition ne peut tenir entre quiconque, car l’opposition ne se situera toujours qu’au niveau du mental. Dès l’instant où la Joie et l’Amour sont là et même si vous ne le percevez pas et ne le vivez pas encore, l’Évidence de la Lumière qui est présente de partout agit d’ores et déjà en vous, dans les cellules, bien sûr, bien au-delà de la structure d’éternité, mais ainsi que tu nous le confirmes, et comme nombre d’entre vous ont évoqué déjà par le passé ces problèmes de mémoire immédiate, c’est exactement le même processus qui est à l’œuvre en chaque cerveau, que celui-ci soit abouti ou pas encore, vous en observez depuis longtemps déjà certains prémices, en particulier tout ce qui est lié aux automatismes, à la mémoire automatique et à la mémoire immédiate.

Cela n’a rien à voir avec une quelconque maladie, mais est simplement le fonctionnement de la conscience et de la a-conscience au sein de l’instant présent, ne dépendant d’aucune circonstance, d’aucun apprentissage, et surtout d’aucune habitude. Il n’y a pas de plus grande liberté que celle-là au sein de ce monde. Puisque cette liberté, comme je l’ai dit, n’est plus seulement intérieure, mais dorénavant aussi extérieure. Et l’ensemble de la vie, quelle que soit votre position au sein de votre vie, de votre société, de votre famille, de votre environnement, tout cela change. Ce n’est pas vous qui changez ou qui décidez de changer, c’est la Lumière qui impulse tous les changements qui se produisant dans vos vies aujourd’hui.

Et moins vous réfléchissez à cela, et plus vous allez dans le sens de l’Évidence, plus les choses deviendront fluides. Dès l’instant où le mental n’intervient plus, dès l’instant où les réticences liées à quelque habitude ou à quelque convention morale ou sociale, ne se manifestent plus, alors vous constatez que la Lumière vous emmène vers toujours plus de Liberté et toujours plus de Joie. Je l’ai dit, en quelque épreuve que ce soit, comme en quelque événement qui survient en votre vie, parce que c’est dorénavant la Vie qui agit, bien plus que votre vie, même si vous ne vous êtes pas encore aperçus de cela, cela ne saurait tarder. C’est la magie de l’instant présent.

J’avais dit que durant cette retraite, je parlerais énormément de cette notion d’instant présent, de spontanéité, d’autonomie. Tous les circuits de l’ancien monde, comme vous pourriez dire, mais de l’ancien monde du cerveau, sont déjà actualisés. Tout ce que vous avez vécu, en le percevant, soit depuis de nombreuses années, soit récemment, soit même pas encore au niveau de votre tête, qui a été nommé l’activation des chakras, l’activation des étoiles, l’activation des couronnes, n’étaient que les préparatifs à cette transsubstantiation même, afin que votre cerveau soit dans les meilleures conditions, de même que chacune de vos cellules, pour vivre l’événement et le grille-planète.

La Lumière est déjà installée, elle ne vous parcourt plus seulement, elle s’effuse maintenant depuis votre cœur, elle ne vient plus de l’extérieur, et elle recouvre donc la totalité de votre corps, et l’intérieur, en totalité, de votre corps. Je vous l’ai dit, le corps d’éternité est là chez chacun, il prend le relais même au niveau de la conscience, conduisant votre supraconscience directement à la a-conscience. Tout cela est totalement automatique pour chacun, même si vous n’en vivez rien, et c’est justement vous, si vous ne le vivez pas pour l’instant, qui manquez de relâchement, quelque part, qui manquez de spontanéité au sein de l’instant présent.

Et si vous êtes attentifs, vous verrez qu’effectivement, votre instant présent est toujours corrélé par une histoire, par un passé, ou par une projection. Le fait d’être observateur, vous le donne à voir et vous le donne à vivre. Alors je ne peux que vous dire à chacun, quel que soit votre emplacement, que vous avez effectivement les mêmes capacités et les mêmes dispositions que chacun. Il n’y a personne de supérieur, il n’y a personne d’inférieur à qui que ce soit ou à quoi que ce soit, au sein de la Vérité, de la Joie et de l’Amour. Cela met fin, effectivement, à toute différence. Que cela soit pour les enfants, que cela soit la façon dont vous vous exprimez, par un art, quel qu’il soit, par votre regard, par votre spontanéité.

Parce que l’instant présent implique automatiquement la spontanéité. Tout ce qui réfléchit ne peut être spontané. Tout ce qui est calculé ne peut être spontané. Tout ce qui est anticipé ne peut être spontané. Et tout ce qui est projeté bloque la spontanéité. Cela est évident, et cela n’a pas besoin d’être accepté par une compréhension physiologique ou neurologique, qui existe, mais directement par votre vécu. La magie, elle est là. Elle n’est nulle part ailleurs. Tout le reste, toute la magie qui en découle, de cette Joie, de ce que vous vivez, découle de là. Et pour accueillir effectivement, il faut être dans l’instant présent. Et pour vivre le sacrifice, il ne peut bien évidemment que se passer dans l’instant présent.

Je vous ai donné quelques clés qui sont présentes en chacun de vous. Certains exercices vous ont été communiqués, fort simples, au-delà de tout rituel et de tout dogme, si vous sentez en avoir encore le besoin. Mais plus vous serez spontanés, plus vous serez, je dirais, quelque part, contemplatifs, il n’est pas question de vous exclure du monde, mais quand vous faites quelque chose ou observez quelque chose, faites-le totalement et entièrement, n’ayez pas d’autres pensées, ni de pensées préalables, ni de pensées suivantes, laissez simplement se dérouler ce qui se déroule dans ce que vous vivez en l’instant. Libérez cet instant lui-même, et vous verrez qu’il est libre, ne dépendant d’aucun conditionnement, d’aucune souffrance, d’aucune projection, d’aucune situation, à quelque niveau que ce soit.

Acceptant cela, alors le sourire fleurira sur vos lèvres et dans votre cœur, parce qu’il ne peut en être autrement. Cela ne peut échouer en aucune manière, parce que cela ne dépend plus de vous, cela dépend uniquement de ce qu’il s’est déjà produit au niveau de la résurrection, et qui s’est produit, je dirais, maintenant, pour l’ensemble de l’humanité, que vous en ayez conscience ou pas. Cela se révèle à chacun à son rythme, et parfois de façon très exubérante, ou très silencieuse, mais la Joie ne peut échouer. Puisqu’elle est là.

Alors dès l’instant, au niveau de votre vie, de ce que vous pensez être votre vie, quand il y a un élément qui apparaît, qu’il soit justifié ou injustifié, qu’il soit dans un acte de rétribution ou de restitution, peu importe, si vous êtes vraiment dans l’instant, alors la réaction est reportée, puisque vous vous immergez au sein de l’instant dans la Joie, et que la Joie va littéralement consumer vos propres pensées, je l’ai dit aussi, les situations ou les relations, vous mettant à nu, d’un côté comme de l’autre, et vous permettant de vivre cette Joie. Car il n’y a pas de meilleur emplacement que ce cœur du cœur, afin de voir votre vie se transformer en la Vie, mais aussi pour tout autour de votre environnement, que cela soit pour vos proches, que cela soit sur une rencontre inconnue, je vous l’ai dit, ou dans quelque circonstance que ce soit.

Dès que vous êtes spontanés et vrais, tout se produit. Vrais avec vous-mêmes, transparents avec ce qui est à voir et à vivre, il n’y a pas d’autre effort à fournir. Que vous sentiez quoi que ce soit au niveau vibral, ou que vous ne sentiez rien du tout, ne fait plus aucune différence. Et je dirais même que même si vous vous sentez en opposition, en colère, ou quelque part en contradiction avec ce que j’énonce, vous l’avez entendu, même si vous le rejetez, le travail se fera de lui-même. Parce que ce n’est pas un travail, c’est une révélation. Cette révélation est totale, j’ai même employé le mot d’apothéose, parce que c’est vraiment cela.

Silence

Bien-aimé, poursuivons.

Silence

Ce que je voulais dire précédemment, avant que le témoignage arrive, c’est que même dans les espaces de silence, où il n’y a pas de mots, la Joie agit. Justement parce que, ici, comme lors de votre écoute ou de votre lecture, vous êtes aussi en position d’accueil. Que vous soyez seuls dans votre coin, que vous soyez en groupe, comme ici, cela ne fait pas de différence.

(Rires)

Et dans le silence, la Joie ne rencontre quasiment plus d’obstacles, pour apparaître. Ainsi que cela se produit à l’instant même.

(Rires)

Je vous l’ai dit, mes mots, au-delà de tout sens, comme l’intervalle de mes mots, ne servent qu’à cela, vous découvrir dans cette nudité, dans cette danse de la Joie, dans cette danse de l’Amour. Et vous découvrez alors que cela est une certitude, que cela est bien plus solide que toutes vos constructions, que toutes vos acquisitions, que toutes vos possessions. En cela, vous êtes complets, en cela vous êtes vrais. Tout le reste passe et passera de plus en plus vite. Mais cela ne passera jamais. Si je parle d’apothéose, c’est que cela est effectivement ineffable. Vous pouvez trouver tous les qualificatifs, magnifique, magnifié, peu importent les mots, chacun y prend ce qu’il en veut, mais au-delà de ce qu’il en prend, il y a cette Joie. Cette Joie ne vient pas uniquement d’Abba qui parle, mais aussi de votre posture, c’est-à-dire de votre accueil, de votre disponibilité de l’instant.

(Éclats de rire)

Et parfois aussi, c’est dans le silence des mots, les miens comme de vos témoignages, de vos questions, ou de vos interrogations, que l’alchimie de notre présence ici s’unifie, au-delà de la vibration et de l’énergie, parce que cela se produit directement depuis le temps zéro. Il suffit qu’il y en ait un seul, au sein de notre assemblée (Éclat de rire) qui le vive, pour que chacun se reconnaisse en cette Vérité. Même si pour l’instant il peut y avoir de la rage, de la colère (Rires aux éclats), rassurez-vous (Éclats de rire), elle ne peut qu’être dissoute en totalité par le rire et par cette simplicité.

Alors vous le voyez, aujourd’hui, de par les circonstances actuelles de la Terre, nous sommes bien loin de la rigueur (rires aux éclats), de la structuration nécessaire qui a été indispensable pour vous mener jusque-là pour nombre d’entre vous. Mais tout cela, effectivement, ça a été des apports, des béquilles même (Éclat de rire), mais aujourd’hui, il vous est vraiment demandé, par la Joie et la Lumière, de transcender tout cela, quoi que vous en ayez vécu ou pas, encore une fois, cela ne fait pas de différence (Rire) et plus vous accueillez la Vie en ce qu’elle vous donne à vivre, plus vous sortez de votre vie étriquée, et plus vous entrez dans l’abondance, non pas l’abondance de biens, mais l’abondance de l’être et du non-être, cette Joie nue, cette Paix, à nulle autre pareille. Parce que rien ne peut l’approcher d’autre que ce que vous êtes et ce que vous n’êtes pas, au-delà des mondes.

Et dans le silence entre mes mots, dans le silence entre vos témoignages et vos questionnements, le cœur du cœur, ce temps zéro, s’active en chacun, permettant effectivement d’asseoir cet instant présent. (Rires)

Nous avons un frère qui souhaiterait témoigner.

Bien-aimé, alors nous t’écoutons, à condition que tu viennes près du micro.

Oui, d’accord. Au-delà du fou rire que j’ai eu aussi, je voulais mentionner que depuis hier, je vis comme une certaine solidité intérieure, et puis aussi un besoin de silence, entre les fous rires, qui me permettent peut-être de moins vivre le personnage et parfois les symptômes que je vivais à travers le personnage.

Vous remarquez tous, indépendamment des périodes de communion ou de rire, que vous allez effectivement aspirer à une certaine forme de silence. Ce n’est pas le silence de l’exclusion ou de la méditation, c’est le silence de la beauté de l’accueil de la vie, au travers de la personne et du personnage. Je te remercie d’avoir exprimé cela, et effectivement, la conséquence directe en est, comme tu le sens, non pas une plus grande densité, mais une plus grande solidité au sein de la légèreté. Et tout ceci bien sûr, tous ces éléments accumulés, vous prouvent de manière indéfectible, que la Vérité est là, et qu’elle n’est plus dans quelque recherche que ce soit, ni dans quelque conflit que ce soit, ou dans quelque argument vibratoire ou spirituel.

La véritable simplicité, elle est là. C’est de vivre simplement, d’avoir transcendé tous les éléments qui s’intercalaient entre vous et la Vérité, que cela soit la société, que cela soit les liens, quels qu’ils soient, que ce soient vos recherches, quelles qu’elles soient aussi. (Rires) Cela ne vous empêche pas de mener à bien ce que vous avez à mener (Rires), mais là aussi, au contraire, le magnifier en totalité. (Rire)

Et plus tu acceptes cela, ainsi que tu le dis et viens de l’exprimer, plus tu deviendras solide. Cela ne crée pas une espèce de détachement de la Terre, mais bien plus, comme tu l’as dit, cette solidité qui est, là aussi, une forme de présence magnifiée, puisque, comme je l’ai dit, l’être se conjugue avec le non-être, et le non-être est la source de l’Amour. Et bien évidemment, il n’y a pas de plus grande force et de plus grand pouvoir au sein des mondes manifestés, quels qu’ils soient, que l’Amour, bien sûr.

Et définitive, quelles que soient les apparences de ce corps et de ce monde, même si nous y avons pris tous des habitudes extensives, nous constatons bien, les uns et les autres, que rien ne peut être supérieur, ni nécessaire, en plus de la Joie. La Joie, nue, sans qualificatif. Alors après, bien sûr, vous pouvez le traduire selon certains qualificatifs, que vous le nommiez silence, Évidence, que vous le nommiez exubérance, en tout cas, vous êtes immuables.

C’est ainsi que ce que j’avais nommé, voilà quelque temps, le Je Éternel, se révèle en totalité. Ce Je Éternel n’a rien à voir avec le Soi. Il n’y a rien à voir avec une extase à proprement parler, ni avec une expérience. C’est votre état naturel et c’est ce qui transparaît de plus en plus. Pour le Je Éternel, non seulement l’instant présent est présent, non seulement la Joie est présente, mais effectivement, tout devient aisé. Quelles que soient les difficultés apparentes, le sentiment et le vécu de la simplicité, de la facilité, est omniprésent, de plus en plus.

C’est ainsi que tout devient cette fameuse Évidence, ne concernant plus seulement ce qui se vit dans le cœur, ou à certains moments, mais se vit avec de plus en plus de permanence, avec de plus en plus de certitude. Et à chaque fois que la certitude augmente en vous, cette Lumière est présente pour chacun, et disponible pour chacun. Et plus la Joie apparaît, plus elle est disponible aussi pour chaque autre, même à l’autre bout de la planète, mais pas seulement pour les humains, je vous l’ai dit, pour l’ensemble de la confédération, pour l’ensemble des consciences, et pour l’ensemble des mondes, ainsi que toute dimension, mais pas seulement, aussi dans chaque multivers.

Et cela est logique, en fonction de ce que j’avais énoncé, concernant le rembobinage du film et le retour en la Vérité absolue. Vous ne pouvez que le constater, vous ne pouvez qu’acquiescer à cela, même si pour le moment, vous ne voyez rien, même si pour le moment, vous dites que vous ne vivez rien. Mais en fait vous le vivez. Le travail de la Lumière est indépendant des vibrations, vous le savez dorénavant, il est indépendant de toute ouverture sur un centre de conscience, quel qu’il soit. Cela se réalise. Alors bien sûr, il existe après d’innombrables signes au niveau du vécu, plus ou moins importants. Mais tout cela nous l’avons développé déjà depuis de nombreuses années, et vous n’avez même pas besoin de vous le rappeler, ni de vous pencher dessus.

Rappelez-vous que dès l’instant où vos cellules, dès l’instant où tout s’installe au niveau d’un rythme à trois temps, ainsi que nous l’avons évoqué lors d’un satsang, alors, à ce moment-là, même si c’est intermittent, ça ne peut qu’aller que jusqu’à son terme. Et le terme, avant la fin des temps, avant même l’événement, si vous en avez le temps, est simplement cette Joie qui ne dépend de rien, ni de vous, ni d’une quelconque intention, ni d’une posture, quelle qu’elle soit, au niveau de votre comportement, ou au niveau de votre vie. Ce qui veut dire que cette Joie, qui est de plus en plus présente avant d’être omniprésente, suffit et se fiche de toutes vos pensées, de toutes les situations, mêmes les plus pénibles.

C’est comme ça que vous découvrez que vous n’êtes pas cette personne ou ce personnage, que vous n’êtes pas de ce monde, et que vous n’êtes, en définitive, au-delà de vos lignées et de vos origines, en réalité, d’aucun monde. Parce que vous êtes antérieurs, à toute conscience comme à tout monde. Et effectivement, dans ce processus de rembobinage, je l’avais déjà expliqué, nous replaçons et nous vivons, que cela soit en groupe ou seul, ce sentiment d’Unité. Et c’est cette Unité qui vous conduit d’elle-même au trou noir, au temps zéro, à l’Absolu, au Parabrahman, à l’Ultime.

Comme je l’ai dit déjà en début de cette retraite, il n’est plus temps de réfuter quoi que ce soit. Il n’est plus temps de chercher à développer par quelque yoga, quelque énergie, quelque porte ou quelque étoile, mais simplement à laisser être ce qui se fait. Parce que la Lumière n’a pas besoin vous, de votre personnage, parce que la Joie n’a pas besoin de votre histoire. Et que, au contraire, c’est en abandonnant toute histoire, au sein de l’instant présent, que la Joie se révèle, et pas autrement.

La Joie ne peut faire qu’irruption spontanément, même s’il existe, effectivement, des moyens de rire et de sourire qui peuvent être utilisés. Mais rappelez-vous que cela surviendra de plus en plus souvent de manière inopinée et spontanée. À ce moment-là, toutes vos postures, tous les masques que vous pouvez porter, par usage, par coutume, par habitude, par convention sociale ou quelle qu’elle soit, n’auront plus cours. Votre visage se détendra en totalité et deviendra éclatant de Lumière, au-delà de toute apparence.

Je vous l’ai dit, cela se verra dans vos regards, mais cela se sentira aussi, et je l’ai dit aussi, simplement en croisant un regard dans la rue, et en n’importe quelle circonstance. Nul ne pourra douter de cela. Beaucoup d’entre vous l’éprouvent déjà et le vivent, et cela ne peut que progresser, de façon de plus en plus fulgurante, au niveau du nombre de frères et de sœurs, accompagnant la fulgurance du chaos de cet ancien monde, de cette illusion.

Ainsi, vous allégez toute réaction sur le plan de la Terre, vous amortissez, comme cela avait été dit, le choc collectif de l’humanité, afin qu’il se réduise, si vous en avez le temps, jusqu’à une peau de chagrin. Mais c’est déjà bien avancé, vous êtes innombrables. Alors ne vous inquiétez pas de ceux qui dorment, ne vous inquiétez pas de ceux qui ne voient rien, ils le verront nécessairement. Et ce que vous avez accompli, les uns et les autres, depuis quelques mois voire depuis de nombreuses années, n’a pas été qu’accompli pour vous, bien sûr, mais a été accompli pour le collectif de l’humanité, pour la conscience Une. Ce n’est pas pour rien que cela a été nommé, le serment et la promesse. Le serment et la promesse, ce n’est pas être libéré d’un monde, c’est être libéré de tout. C’est exactement cela qui se produit et qui se vit.

Et vous remarquez, d’ailleurs, que plus vous êtes nombreux, que cela soit ici ou de n’importe où, à témoigner, que cela soit oralement, que cela soit par la musique, que cela soit sur vos médias ou réseaux sociaux, que cela soit de proche en proche, cela se démultiplie à chaque occasion, pour vous, comme pour l’humanité en sa totalité.

Alors bien évidemment, au niveau du fonctionnement de la personne, dans ses us et coutumes, je dirais, magnifiés par la Joie, vous constaterez qu’une douceur nouvelle est en vous. Vous retrouvez, et surtout si vous êtes un homme, le féminin sacré en totalité en vous. Alors il ne peut exister que la douceur, il ne peut exister le moindre ressentiment, la moindre idée dualitaire de quelque nature que ce soit. Là aussi, cela est entièrement spontané, et entièrement automatique et automatisé. Cela deviendra une certitude totale, devant l’Évidence de ce qu’il se produit en chacune de vos vies.

Silence

Prenez librement la parole quand vous le souhaitez, comme je le fais.

Oui, je voulais témoigner. Depuis que je suis ici, je sentais clairement que la Joie n’arrivait pas à monter totalement dans ma gorge, et je voulais rendre grâce à nos frères musiciens et chanteurs, parce que leur musique, leurs voix, leur…

Leur présence.

..leurs textes, leur présence, leur cœur, leur… ont libéré ma gorge. Et je sens maintenant comme le cœur qui irradie dans la gorge et… voilà. Et aussi les rires, bien sûr, la présence de chacun, mais la musique a eu en effet… libérateur.

Vous savez bien que la Joie et le rire sont expansion, que la tristesse est contraction. Cette expansion part du cœur, et bien sûr les deux zones qui sont rencontrées, dans cette expansion depuis le cœur du cœur, tu l’as dit, c’est bien évidemment la gorge. Car c’est le lieu des non-dits, le lieu de ce qui n’a pas été accepté d’être lâché. C’est le lieu où se vit le sacrifice. Et donc il est normal que depuis déjà de nombreuses semaines, nombre d’entre vous êtes repassés par des désagréments au niveau de la gorge. Mais vous constatez tous qu’une fois cela passé, une voix nouvelle sort de vous, une facilité plus grande, pas nécessairement d’expression, si vous êtes silencieux, mais, en tout cas, l’expansion ne peut que s’accroître.

Je l’ai dit, vous êtes nombreux déjà à ressentir cette expansion qui part de votre cœur et que recouvre l’ensemble de votre cœur et de votre corps, de partout. Et bien évidemment, il y a des lieux de passage, essentiellement la gorge. Parce que c’est au niveau de la gorge qui n’est pas seulement la communication avec le divin à travers du dixième corps, la porte IM, mais c’est aussi à ce niveau que se vit tout sentiment de perte et de deuil. Or les réflexes inconscients, bien évidemment, entraînent un mécanisme de survie, vous le savez peut-être, et que le plus difficile est d’accepter de mourir à soi-même et d’accepter de perdre, en apparence, quelque chose. Mais en fait, vous le savez dès que vous vivez la Joie, il n’y a bien évidemment rien à perdre. Tout ce que vous croyez perdre ne sont que vos illusions, que vos souffrances, que vos conditionnements. Et plus vous libérez votre gorge, plus le cœur s’expanse, c’est normal.

C’est ainsi que parmi vous, certains brûlent les derniers reliquats, les dernières reliques, on peut dire aussi, de l’âme. C’est ainsi que le corps causal est brûlé, c’est ainsi que vous vivez, réellement et concrètement, le sacrifice et la résurrection. Il est beaucoup plus facile de vivre le sacrifice avec une résurrection qui a débuté. Je vous l’avais laissé entendre, c’est évidemment là, la grande surprise. En général, il faut vivre le sacrifice et la crucifixion, avant de ressusciter. Vous avez vécu la résurrection, quelle qu’en soit l’étape, si je peux dire, sans avoir vécu le sacrifice. Vous avez donc la preuve de l’éternité et la preuve de la Joie, qui devrait vous faciliter l’abandon des illusions, de vous croire une personne, de vous croire une histoire, ou de vous croire posséder quoi que ce soit.

Silence

Vous savez très bien, tout ce à quoi vous résistez, même inconsciemment, se renforce. Mais ce renforcement va brûler aussi les structures, parce que n’oubliez pas que, même dans un renforcement de quelque nature qu’il soit, la Lumière est aussi là. Et l’interaction de la Lumière avec une résistance crée une consumation. C’est en ce sens que je vous disais de ne vous inquiéter aucunement, surtout si vous ne vivez rien encore. Les quelques conseils que j’ai pu vous donner, ainsi que les exercices très simples qui vous ont été communiqués, suffisent amplement, à réaliser en totalité la Joie que vous êtes.

Silence

 

Notre sœur vient témoigner.

Bien-aimée, nous t’écoutons.

Suite à la visite des dragons, lorsque je me suis assise dans ce lieu, j’ai regardé mes jambes et ce que j’ai vu, c’est comme lorsqu’on regarde le négatif d’une photo, c’était juste noir avec des petites lignes qui délimitaient l’espace occupé par mes jambes. En tout cas, j’ai trouvé ça spécial.

Je peux t’assurer que cela va arriver de plus en plus souvent. Vous allez vous voir dans une glace, vous ne verrez plus rien. Vous allez vouloir regarder une partie de votre corps, elle vous apparaîtra incomplète. Ne vous alarmez pas, là non plus, c’est tout à fait normal. (Rires) Même si cela est très surprenant. (Rires)

Merci.

Vous êtes entrés de plain-pied dans la conscience du corps d’éternité, au-delà de la Joie, pour revenir à des choses peut-être plus basiques, au sein de votre vie et de ce qui est observable. Parce que là vous êtes dans l’observation. La Joie ne peut pas s’observer, elle se constate. Elle ne peut pas s’analyser non plus, mais par contre, nombre de modifications, effectivement, surviennent de par l’omniprésence de la Lumière. Rappelez-vous, à un moment donné, vous pouviez vous voir avec vos têtes au sein de vos lignées d’origine, ou autres, vos lignées élémentaires. Et maintenant, réellement et concrètement, non seulement le monde disparaît, mais aussi votre propre corps.

C’est pour ça que vous avez tous des moments, vous l’avez remarqué, quand vous vous étendez, que vous ne bougez pas, où apparaît une certaine forme de paralysie, d’engourdissement, en certains endroits du corps voire dans tout le corps. Vous n’avez plus besoin de méditer, cela se produit spontanément. Vous n’avez plus besoin, comme j’ai pu le dire voilà encore quelques mois, d’endormir le corps, par une absence de mouvement, puisque la respiration du cœur se produit même en marchant, en conduisant, ou en quelque circonstance que ce soit. Cela confirme bien sûr que cela est automatique, et que cela est spontané. Ne vous inquiétez pas, si réellement et concrètement, il vous semble voir, par vos yeux, votre corps, dans certaines parties, disparaître. C’est effectivement ce qui se produit. Et c’est exactement cela qui se produira au moment de l’événement.

Vous êtes aussi de plus en plus nombreux à sentir des modifications ou des fluctuations au niveau de ce qui est perçu au niveau de vos oreilles. Les mécanismes thermiques aussi sont très importants, que cela soit des vagues de chaleur ou des vagues de froid. Tout cela sont des modifications physiologiques, anatomiques, qui découlent de la Joie elle-même, et donc de la progression de la Lumière au niveau de vos champs de conscience, et aussi au niveau de la progression de la a-conscience, informant l’ensemble de vos structures d’éternité de la Vérité, c’est-à-dire du temps zéro, du trou noir, ou du cœur du cœur, si vous préférez.

Bien sûr, pour ceux qui sont sensibles, mais ce n’est pas une obligation, vous pouvez sentir toutes choses au niveau de la poitrine, même de la respiration du cœur. Vous remarquez aussi, par moments, des pressions voire des douleurs très fortes au niveau de la tête, et en particulier au niveau du triangle de la Terre. Tout ce qui se produit à ce niveau-là, est directement lié à une forme de progression de l’installation de la Lumière. Vous le constatez, que vous en viviez les vibrations ou pas, l’impact de la Lumière est le corps, directement le corps de chair, il est le réceptacle, parce que c’est en lui que vous vivez cela si vous êtes incarnés.

Les modifications aussi de vos sens, l’odorat se modifie, la vision, au-delà des tracas habituels de la vision, que ce soit avec l’âge où les anomalies de vision, cela se modifie aussi. Le plus important étant quand même ce mécanisme de perte de sensibilité ou d’engourdissement voire de paralysie du corps. Dès l’instant où vous êtes posés d’ailleurs, vous remarquez que cela se produit plus aisément. Vous ne le cherchez pas pourtant, cela vous tombe dessus dès l’instant, bien sûr, où vous n’êtes plus engagés au-delà du raisonnable dans les activités à amener au sein de votre éphémère.

La Lumière vous a appelés à d’innombrables reprises, nous avons même parlé d’injonction de la Lumière. Aujourd’hui, ces injonctions deviennent de plus en plus envahissantes, de plus en plus surprenantes, indépendamment de tout horaire, même s’il existe, bien sûr, des fluctuations quotidiennes que vous avez nécessairement remarquées. Mais globalement, c’est de plus en plus souvent, je dirais, à l’emporte-pièce, à l’impromptu, et indépendamment de tout désir de votre part. Et vous remarquerez d’ailleurs, que c’est en des moments, souvent, où vous ne vous y attendez pas, où vous êtes occupés à tout autre chose que cela, que cela vous tombe dessus, si je peux dire, afin de vous rappeler qu’il n’y a rien de plus important que la Joie, qu’il n’y a rien de plus important que ce que vous êtes au-delà de ce monde.

Mais cela ne doit entraîner, et aucunement d’ailleurs, un besoin de fuite de quoique ce soit, si ce n’est un besoin de paix et de silence, mais qui peuvent être trouvés, quelles que soient les circonstances. Parce que ce silence et cette paix sont en vous, et non plus dans l’environnement. Et vous remarquez aussi, que même si vous avez une vie trépidante, comme par exemple, dans certaines grandes villes, que même en milieu surchargé et agité, comme par exemple dans des transports en commun ou dans la foule, eh ben néanmoins, ce silence est là. Ça aussi, vous le constatez. C’est donc bien un processus qui ne dépend pas de vous. Il vous appartient seulement, à vous, de vous effacer, avec majesté, et avec grâce, devant votre Vérité.

Long silence

Avez-vous d’autres éléments, à témoigner, à exprimer ? N’hésitez pas. Vous ne le faites pas seulement pour vous, bien sûr, ni même pour ceux qui sont là, présents, mais pour l’immense majorité des frères et sœurs qui vous entendront, qui vous liront, parce que la Vérité sort de votre bouche, elle ne sort pas seulement de ma bouche, dès l’instant où vous parlez. Que cela soit en questionnements, que ce soit en témoignages, vous ne faites que faciliter la propagation de la Joie.

Une sœur est là pour témoigner.

Alors nous l’écoutons.

Le soir, depuis de nombreuses semaines, lorsque la nuit est tombée, plutôt, il y a de nombreux visiteurs qui viennent dans ma maison, plus exactement dans mon salon. Au départ, je ne suis pas forcément disponible, mais c’est mon chat qui discute avec eux. Je vois qu’il est très présent et il les suit des yeux, et ses oreilles sont très attentives à ce qu’ils lui disent. Et j’avais le sentiment que c’étaient des galactiques, mais ça, je n’ai pas de certitude. En tout cas, je m’allonge dans le salon, et j’ai des moments où j’ai des grands froids, mais des froids intenses, qui vont vraiment dans la profondeur, et puis des moments où je suis vraiment en feu. Et j’ai le sentiment qu’à ce moment-là, entre les deux, il y a des phases d’absorption. Donc voilà. Et peut-être que je me fais des idées sur mon chat qui communique, mais en tout cas, je le vois suivre du regard, et je vois qu’il entend, comme quand je lui parle, mais c’est pas moi qui lui parle à ce moment-là.

Bien-aimée, je te remercie de ce que tu dis. J’en profite, d’ailleurs, pour te dire que cela correspond point par point à ce que j’ai dit. Quoi qu’il se produise, tu t’allonges, c’est déjà bien, tu ressens, en te demandant ce que c’est. Ne te demande même pas ce que c’est. Que cela soit un frère incarné, que cela soit un galactique, que cela soit une présence, une entité, et même un démon, cela n’a aucune espèce d’importance de savoir qui c’est. L’important c’est ce qui se déclenche en toi à ce moment-là. Et c’est ça qui doit être mis sur le devant.

Parce que l’appel de la Lumière se fait de différentes façons. Je vous l’ai dit, parfois, lors de certaines confrontations, où il vous semble ne pas pouvoir encaisser, digérer, quelque élément relationnel, dans les moments où une injonction de la Lumière se manifeste, rappelez-vous que tout est en vous. Et que quelle que soit la présence que vous percevez à l’extérieur, que cela soit une entité, un démon, un frère, un être de Lumière, peu importe, car tout cela est en vous, au départ. C’est en cela qu’il ne faut rien rejeter, mais effectivement, ainsi que tu le fais, te rendre disponible.

Et parfois même si vous n’êtes pas disponibles, la Lumière vous rendra disponibles, de toutes les façons possibles. Il n’y a, là non plus, aucune punition ni aucune rétribution, mais juste une adaptation qui se produit pour que vous soyez dans les meilleures disponibilités, et les meilleures dispositions, pour vivre ce qui est à vivre pour vous. C’est pour cela que je vous ai dit, que quand cela se produit, de quelque manière que cela se produise, il n’est pas important de savoir si c’est un dragon, si c’est une entité, si c’est une relation qui vous dérange, peu importe. C’est dans ces moments-là qu’il vous faut disparaître encore plus. Parce que là vous vivrez la Joie avec une intensité que vous n’avez peut-être pas encore connue.

Je rappelle que c’est votre disposition intérieure, votre attitude intérieure, dans le sens de l’accueil, accueillir et se donner, qui réalise cela. Parce que quand vous êtes dans cet accueil, c’est bien plus que la prière du cœur, c’est la disponibilité qui crée cela. Disponibles pour la Lumière, disponibles pour l’instant présent. La Lumière peut le faire, je le répète, d’innombrables façons. Si vous avez besoin d’être au repos et que vous n’acceptez pas d’être au repos, vous n’avez pas de solution, la Lumière trouvera une solution, même si c’est au détriment du corps.

Tout est fait, absolument tout, quelles que soient les apparences, quels que soient certains aspects, qui peuvent être détestables, sur votre humeur, ou sur une souffrance, ou sur une relation, peu importe. Parce que derrière, juste derrière, c’est l’appel de la Lumière, l’appel à la Joie. Et c’est en ce sens que je disais, que plus vous regimbez, plus vous entrez en résistance, plus vous entrez même en contradiction, ou en colère, plus vous êtes sûrs de le vivre. Je n’aurais jamais dit ça voilà un an, mais aujourd’hui c’est tout à fait vrai. Parce que tout n’est que prétexte à la Joie. Et surtout si dans la première impression, vous avez l’impression que cela, vous pourriez l’appeler des ennuis, des tracas, des contretemps. Tout est parfait. Même si, et surtout si vous ne le voyez pas, ce point de vue-là, vous le découvrirez après.

Et plus vous accepter ces quelques modestes conseils, afin de les mettre simplement en pratique, plus vous constaterez leur efficacité, et aussi leur immédiateté.

Long silence

Bien-aimés de l’Un, existe-t-il d’autres questionnements, d’autres témoignages ? D’autre part, avons-nous encore le temps ?

Oui, nous avons encore dix minutes.

Bien.

Alors si personne n’a besoin de parler, ni d’exprimer, je vous propose de laisser Abba, où que vous soyez, ici présents ou ailleurs, à vous mettre en accueil, tel que je l’ai défini aujourd’hui, avec intensité, en usant d’innombrables mots, afin que cette Joie se révèle en vous. Et je vous rassure, elle ne vient pas d’Abba qui vous parle, elle vient directement de vous. Dès l’instant où nous sommes réunis, comme ici, dès l’instant où vous êtes en communion, en écoutant ou en lisant, cela est une grande éventualité, cela peut se produire.

Simplement, retenez ce que j’ai dit aujourd’hui, ne rien présupposer, ne rien attendre, juste être là. Ne même pas penser à être alignés ou à avoir les yeux fermés, mais simplement être là, comme je l’ai dit, disponibles. Et par résonnance, alors, puisqu’il n’y a qu’un seul cœur et une seule conscience, il suffit, dans cet état d’accueil, qu’un seul d’entre nous, ici présents, le réalise, pour que chaque cœur, avec diverses intensités, certes, le vivre aussi.

Je vous rappelle, non seulement nous sommes les uns dans les autres, mais qu’en plus il n’y a personne.

Long silence

Bien-aimés, est-ce que l’un d’entre vous a quelque chose à dire, à exprimer ?

Silence

(Toux)

 

 Témoignage musical :

 Guitare et chant sans paroles

 

 Merci

 Merci

Eh bien nous allons terminer cet entretien numéro huit, par ces notes de musique et ce chant.

Silence

Abba présent en le cœur de chaque un, salue chaque autre.

Silence

Que la Joie, la Paix et l’Amour se révèlent à chaque instant, en chacun.

Abba vous remercie et rend grâce pour votre accueil, pour vos mots, pour vos chants, pour vos rires, pour vos musiques, pour votre présence.

Et je vous dis donc, à demain.

Merci

Merci

Source: https://apotheose.live/