MA ANANDA MOYI / L’Enfant enjoué – par Sève

Version PDF 

MA ANANDA MOYI


L’ Enfant enjoué

 

Petit Enfant sur ce monde, entends-tu le Silence qui parle de plus en plus fort sur ce monde ?

Petit Enfant sur ce monde, le Silence vient à toi te reprendre de ce monde et te ramener d’où tu viens.

Je suis celle qui vient t’annoncer l’Hallali en le Cœur de chacun des Enfants de la Source. En ce jour béni, petit Enfant, entend que vient sur ce monde à présent le Silence et la Lance de l’Amour. S’ouvre en ce jour, précisément, l’entrée de la Danse effrénée de l’Amour. Cette Danse tournoyante te prend en son tour, en ses tours, t’extrayant de tout détour maintenant.

L’Amour sous toutes ses formes vient à présent, plus puissamment encore, jouer des tours à chaque Enfant pour qu’il puisse s’en détourner des chemins projetés. Ce Silence en cette Danse est Grâce et ce qui t’arrive, petit Enfant, est Grâce. Que tu sois arrêté en ton mouvement est Grâce, que tu sois porté l’est également, en cette Grâce qui en ce jour plus puissamment encore vient se répandre en tous les pans de ta vie.

Tout ce qui t’arrive à partir d’aujourd’hui, et en les aujourd’hui des demains qui adviennent, tout est pris en charge par l’Amour de la Source qui te rappelle en elle avec Force. Tu es, petit Enfant
éprouvé de multiples façons et absolument toutes ces épreuves sont l’Amour qui se charge de toi et te soigne.

Il n’y a pour toi maintenant plus de possibilité de détournement trop longtemps nourri en toi. Te voilà prévenu et heureux de l’entendre, que tout ce qui t’arrive ne résulte que de la Puissance de l’Amour qui est le tien et qui revient vers toi t’arracher, t’extraire, te porter au plus Haut, là où tu souhaites et tu as toujours souhaité te trouver, y étant pourtant déjà en l’Éternité qui est tienne.

Entend, petit Enfant, que se répand en toi ce Silence, et il vient car sonne l’Heure de son Si-Lance.

Alors n’aie crainte de cette Puissance qui s’élance en toi, vers toi, autour de toi. Tu es sur ce monde de passage, et en ce jour ce Passage s’ouvre en grand. La lune en cette Source Une fond car l’Amour la décroche pour toi à présent, te délivrant de ces images et de ces imaginaires trompant le monde en ce qu’il Est réellement.

Alors oui, l’Amour pour toi décroche la lune et t’offre de vivre, en les temps qui viennent, lavéritable Une en toi de cette Source Mère qui se penche en ton sein maintenant.

Cette Danse qui tournoie vient en toi dévisser ce qui doit l’être, en l’Essieu de ton Cœur qui fut tourné à l’envers et qui, en ce jour, vient à retrouver le bon sens de son Tour et ses Détours, permettant ainsi que les Cieux en toi se déversent et te ramènent au cœur du Cœur, en le Point central et originel de ton Être.

Alors petit Enfant, tourne et tourne sur toi-même, laissant ainsi l’Hallali accompagner cette Ritournelle divine. L’Hallali est là, en ce la qui retourne tout ici-bas au plus Haut des Cieux. Je suis celle qui le porte en ce monde et jusqu’à toi dès ce jour.

Alors, petit Enfant, laisse-toi tournoyer en ton Centre, ouvre les bras et offre-toi à cette Danse joyeuse et légère à la fois.

Tu pourras, si tu entends bien ce Silence et l’Hallali qu’il porte en le sens retrouvé, retrouver la vraie Vie alors qui te parcourt et qui refait de toi, tout naturellement, l’Enfant enjoué que tu Es de toute Éternité, en tous les Jeux de la Création et des Mondes.

En Jouet alors tu Es, et tu te laisses traverser et expérimenter ce que tu Es à toute heure du Jour qui se lève. L’envers du décor t’apparaît tout bientôt, en ce Cœur qui se répand et s’ouvre en tout ton être, en tous les Cœurs de tous les Centres de ce corps ravivé de la Main céleste, qui vient te porter tout naturellement de plus belle.

Tu n’as donc plus le choix, petit Enfant sur ce monde, que de te laisser prendre et porter. N’as-tu donc pas rêvé de cela depuis tant de temps, petit Enfant ?

Alors voilà, c’est le temps. Alors chante, et laisse cette Danse tournoyer et rencontrer ainsi tous les autres Enfants qui dansent de la sorte, venant ainsi rejoindre la Farandole et la Ronde des Enfants de l’Un et de l’Une, ronde et carrée à la fois, en ce Quadrille céleste qui se danse et se redécouvre pas à pas.

Alors, petit Enfant, de toi à moi, rigole comme je ris de te voir revenir en nos Bras, en ces Bras de Rivières qui s’épousent, te portant lové dans leur Lit.

Petit Enfant souris, souris-nous, souris-lui, et laisse tout s’ouvrir et se fendre. Car l’Amour, à cette Heure, termine son Œuvre et ce qui doit être pourfendu.

Petit Enfant, tu danses et l’Étoile qui est la tienne te retrouve enfin tourné vers Elle.

Petit Enfant sur ce monde, te voilà appelé à entendre ce qui vient, et à voir en les Yeux de l’Enfant que tu Es que le Père et la Mère ne t’ont pas oublié.

Petit Enfant, tout ce qui t’arrive est la Maison qui te reprend en sa Demeure, où Lui seul te nourrit pleinement. Alors petit Enfant, c’est l’Extase qui t’arrive tout droit au dedans, qu’elle s’éveille à toi à travers la souffrance ou qu’elle te prenne déjà naturellement, en ce qu’elle Est ce que tu Es et n’a besoin, au fond, d’aucune souffrance pour la redevenir totalement.

Petit Enfant, tout bientôt tu n’auras plus sommeil et sur ce monde, c’est éveillé et pleinement Réveillé que tu vivras le Rêve que tu t’es proposé de vivre et d’éprouver.

Petit Enfant, je suis celle qui t’offre de sourire et de rire enjoué de la Source Père-Mère retrouvée.

Petit Enfant, tu te réveilles à ton Humanité et ton cœur redevient le Cœur sacré qu’il t’a semblé perdre de vue, en l’errance et l’existence sur ce monde de l’oubli. En ce jour le Souvenir te revient, alors entend ce qu’il te souffle et ne doute pas de ce qu’il vient révéler de ce monde, et du Monde d’où tu viens également.

Petit Enfant, je suis celle qui sous-rit et qui rit des Jeux proposés aux Enfants de ce monde. En Jouet, Enfant tu redeviens, et le jeu déjoué alors laisse la place au Jeu divin et sacré que tu as toujours souhaité retrouver, ici-même sur ce monde. Alors laisse-toi prendre sans peur et sans résistance car c’est l’Heure, petit Enfant, de t’éveiller à ce Rêve et de rejoindre ce que tu Es, en l’esprit du Jeu qui est le tien et le nôtre.

Petit Enfant, tout bientôt pour toi plus aucune nuit ne pourra venir à toi.

Petit Enfant, c’est l’Heure de ne plus que jouer porté en les Jeux infinis de la Création, sans que tu ne doives renoncer à ce qui t’attire, à ce qui t’anime, à ce qui te fait vibrer. Alors tu ne sentiras plus la fatigue et inarrêtable alors, comme l’Amour et sa Danse, tu redeviens.

Je suis celle qui fut sur ce monde appelée MA ANANDA MOYI, et ce que je Suis est celle qui sourit à l’Enfant que tu Es et t’appelle à te rappeler de cette Joie ineffable, naturelle, qui est la tienne dès lors que tu joues le grand Jeu véritable.

Petit Enfant sur ce monde, entend le Silence qui s’abat sur ce monde. Tu l’entends au cœur du bruit de ce monde qui va grandissant.

Petit Enfant, n’oublie pas qu’en les Jeux de grand qu’il t’est proposé de vivre sur ce monde, il n’y a de Grandeur véritable que celle que l’Enfant laisse, sans s’en rendre compte, le traverser à tout moment.

Petit Enfant, rappelle-toi de ces mains qui tournent l’une en l’autre, en ces  »trois petits tours et puis s’en vont ». C’est la Main divine, unique, qui à présent se glisse en totalité en toi. Et ainsi alors enjoué tu redeviens très vite et sur ce monde tu permets alors que le Souffle divin, en la Flûte enchantée que tu Es, réveille ce monde à son tour.

Petit Enfant, reste en ma Présence à chaque instant et alors le Tour est joué. Il n’est plus temps et ne sert plus à rien de fermer à double tour, ni même un tour, quoi que ce soit en toi car tu n’as plus de clé pour cela. Alors, que ce qui craignait de s’ouvrir puisse entendre qu’il n’y a plus que l’Amour qui peut à présent entrer.

Petit Enfant, reviens à ce que tu Es et laisse ce monde vivre ce qu’il a à vivre, car son Heure viendra comme pour toi délivrer ce qui doit l’être, car les Clés à présent sont offertes de déverrouiller toutes les portes de l’enfermement.

Alors, petit Enfant, il n’est plus temps de chercher la porte de sortie illusoire en ce labyrinthe. Reste Tranquille en ton Lit de Rivière et souris en regardant le Soleil qui se lève en toi, et t’offre de vivre l’émerveillement.

Petit Enfant, je veille et mes Sœurs veillent sur toi, merveilleusement.

Reçu par Sève    

Source : http://www.accordance.info

Partagé par: http://www.etresenevolution.com