Entretiens de Mars 2017 / 7 – O. MIKAËL AÏVANHOV – Questions/Réponses – Partie 3

Blog (español) : Link

Téléchargement PDF : OMA – Q-R – PARTIE 3 – MARS 2017

ENTRETIENS DE MARS 2017

 7  –  OMRAAM MIKAËL AÏVANHOV

QUESTIONS/RÉPONSES  – Partie 3

Eh bien chers amis, je me réjouis de passer un certain temps avec vous aujourd’hui. Je vous présente tout d’abord toute ma Paix, tout mon Amour et toute ma fraternité, à chacun de vous. Et comme nous faisons d’habitude, nous allons passer un après-midi sans faire de bruit, n’est-ce pas, ça sera plus agréable peut-être pour vous, et en tout cas, essayer d’insérer ce que j’ai à dire dans vos réponses par rapport à ce que vous a re-spécifié hier notre cher hurleur Bidi, qui permet, si vous voulez, d’ajouter une perspective et qui, j’espère, vous a permis encore aujourd’hui de voir, parmi ceux d’entre vous, ici ou ailleurs, qui ont des manifestations physiques depuis cet hiver ou des symptômes, on va dire psychologiques, de comprendre que c’est justement par l’intermédiaire de ce qui s’est cristallisé et qui vous éprouve que se réalise votre plus belle approche, si je peux dire, de ce qu’il reste à transmuter, si on peut dire ça comme ça.

Alors nous allons commencer avec toutes vos questions possibles et imaginables, et même si elles concernent la personne, parce que la personne elle est encore là et il faut malgré tout s’en occuper, hein. Ça veut pas dire que vous devez fuir ce corps, vous le savez, mais voir clair en ce qui se déroule sur l’écran de ce corps et de cette conscience, là où vous êtes. Alors cher ami, je t’écoute.

Question : notre cuisinier semble un peu triste. Pouvez-vous lui donner un peu de votre humour?

L’humour, l’humour ça naît quand vous êtes libres. S’il y a tristesse, est-ce que c’est une tristesse primaire ou est-ce que c’est une tristesse secondaire? Rappelez-vous ce qu’a dit Bidi. En ce moment, beaucoup d’entre vous, même qui étaient installés dans la Paix, dans l’Infinie Présence, n’ont pas été tout à fait jusqu’au bout. Donc que fait le corps ou que fait le psychisme ? Il va manifester un certain nombre d’éléments, aussi bien au niveau du corps, dans certaines parties du corps préférentiellement, c’est-à-dire tout ce qui est le bas du corps ou le haut du corps. Pour l’instant ça touche pas trop encore, je dirais, les profondeurs, c’est-à-dire tous les viscères qui sont à l’intérieur du tronc. Ça peut arriver, mais pour l’instant vous êtes dans des symptomatologies soit purement psychiques, qui illustrent simplement l’établissement de la Lumière.

Alors la tristesse, je pense qu’elle est nécessairement consécutive à des prises de conscience de la distance qui peut encore exister, et c’est un cas général, ça correspond pas spécifiquement à telle ou telle personne. Vous pouvez tous éprouver cela. Rappelez-vous que la tristesse n’est que la prise de conscience, non pas d’un évènement qui vous rend triste mais de la différence qui peut encore exister entre ce que vous croyiez auparavant, avant l’hiver, et ce qui se manifeste maintenant. C’est-à-dire que c’est une prise de conscience. Mais bien évidemment la tristesse n’est que temporaire, ça va être, comment vous dites, un aiguillon qui va vous stimuler. C’est pas une tristesse primaire, c’est une tristesse secondaire liée, pour tout un chacun quand ça se produit, soit à la colère, soit à avoir, je crois que Bidi en a parlé, confondre la notion de contrôle avec la notion d’abandon, hein.

L’observateur, le témoin, n’est pas celui qui va contrôler ce qui se déroule. C’est-à-dire que dès l’instant où vous allez contrôler quelque chose en pensant l’avoir éliminé, parce que vous évitez que ça se produise – ça peut être aussi bien des émotions que des comportements, que des émotions –, elles vont effectivement, comment dire, vous exploser à la conscience. Mais ce n’est pas ni une punition ni quelque chose à résoudre, c’est encore une fois et toujours, comme d’habitude, de voir les choses telles qu’elles sont. Que ce soit à travers des douleurs, que ce soit à travers des humeurs, tout ça vous montre parfois la distance qui est peut-être apparemment à parcourir pour la personne. Mais surtout l’absence, si vous voulez, de dégagement, si je peux dire, réel, de sacrifice de l’Esprit pour la Lumière.

Y a quelque part, souvent très bien cachés chez beaucoup de frères et de sœurs, des éléments qui ont été mis en avant au niveau de la personne pour avoir la paix au niveau du Soi. C’est des réflexes de fuite, c’est des réflexes de lutte, et bien évidemment ces réflexes de fuite, de lutte, ou ces réflexes de contrôle, si je peux dire, vont entraîner des précipitations, des cristallisations dans le corps, soit sur les chakras du bas, et donc tout ce qui correspond au bas du corps et au dos, soit sur la région haute, c’est-à-dire des choses qui n’ont pas pu être vues, être vues ou verbalisées à soi-même, au niveau de la ceinture que vous nommez scapulaire, c’est-à-dire aussi bien la gorge, le cou, que les épaules. C’est les deux zones, si vous voulez, d’entrée de ce flux de la Lumière adamantine qui, je vous le rappelle, est appelée maintenant l’Instinct de la Lumière.

La Lumière, elle va là où est la Lumière, et votre Lumière, même cachée, elle est dans le cœur. Ce n’est plus l’Onde de Vie qui monte, c’est les particules adamantines qui vous tapissent entièrement, comme la surface de la Terre, et qui maintenant rejoignent naturellement, instinctivement, la région du cœur. Et si il existe des mécanismes de contrôle, des mécanismes de contrôle des émotions qui sont trop exacerbées, eh ben bien sûr ces zones-là vont se mettre à réagir et à précipiter, sous diverses formes, des anomalies matérielles. Ça peut être aussi bien des hernies discales, des échauffements et des inflammations réelles au niveau des membres inférieurs, ou encore au niveau du haut du corps.

Mais la prochaine étape, et vous savez qu’elle commence très bientôt, il faut laisser passer ça, sans ça, ça va cristalliser à l’intérieur du corps, n’est-ce pas ? Mais encore une fois, ce n’est que l’aiguillon de la Lumière qui va vous permettre… alors il est pas question de traiter la tristesse ou la colère en tant que telles, il est question d’accepter, non pas une punition, mais non pas que l’emplacement que ces frères et ces sœurs avaient n’était pas tout à fait correct, n’est-ce pas, mais encore une fois, c’est quelque chose qui n’a pas été vu.

Y a pas de responsabilité ou de culpabilité à rechercher, ni de cause autre que l’Éternité qui s’installe, c’est tout. Ça veut dire que quelque part il reste certaines composantes de la personne ; ces composantes sont toujours et exclusivement liées à un attachement à la personne, quoi que ces frères et ces sœurs disent, et même s’ils espèrent que ça aille vite, et que ça traîne trop longtemps, c’est surtout ceux-là qui ont un attachement à la personne, et surtout ce qui est nommé des personnalités de nature trop analytique ou trop contrôlante. C’est souvent dans ces cas-là que ça se produit. Y a aussi bien sûr les liens affectifs qui ne sont pas libres qui peuvent aussi donner des phénomènes de cristallisation sur le bas du corps ou sur le haut du corps, voire à la tête. Vous voyez ?

Donc il est pas question… vous pouvez apaiser la tristesse, vous pouvez apaiser la colère, c’est très facile avec différentes techniques, mais là, l’important est pas ici. L’important est de voir et d’accepter que finalement, quelles que soient les expériences que vous avez vécues, quels que soient le Soi et sa qualité, quel que soit l’Abandon à la Lumière que vous avez vécu, vous avez peut-être oublié une chose : dans ces cas précis-là, c’est l’abandon de la personne elle-même.

C’est-à-dire que ce qui dirige la vie, dans ce cas-là, c’est encore des bribes de personne, à travers par exemple ce que vous nommez les petits diables, ou encore des habitudes comportementales, même si ce n’est pas venu de l’enfance mais de plus loin, comme par exemple des lignées dites reptiliennes qui sont nécessairement des personnalités dans le contrôle. C’est impossible autrement, ça fait partie de leur nature.

Or la Lumière ne s’accommode d’aucun contrôle quel qu’il soit, et ça s’illustre dans la vie de ces frères et sœurs, soit par des cristallisations, soit par des humeurs qui ne sont plus stables, avec des remontées de colère ou de tristesse. Mais c’est pas grave, c’est pas une atteinte profonde, c’est pas quelque chose qui nécessite de trouver la cause, parce que la cause, c’est que ce que je viens de vous dire, systématiquement, pour tous les frères et sœurs à qui ça arrive. Donc le travail à faire, c’est pas un travail, c’est pas de se saisir de quelque chose, c’est accepter de mourir. Vous voyez ?

Il y a des gens qui attendent avec impatience d’être libérés – et même en étant Libérés vivants –, ça veut dire que quelque part il reste des engrammes de contrôle, des engrammes émotionnels, qui sont pas nécessairement des blessures ou des mémoires mais un comportement actuel dont la source, je vous l’ai dit, a été la mauvaise appréciation de votre emplacement de conscience, c’est-à-dire que le mental vous a un peu raconté des histoires, mais c’est pas grave non plus, ou soit vous avez des lignées qui ont un fond de prédation, comme par exemple les lignées reptiliennes ou insectoïdes (les insectes, si vous voulez), où la prédation est très importante, et ça s’exprime dans la personnalité.

Alors avoir une prédation en lignée, c’est pas quelque chose qui est catastrophique, loin de là, parce que ça peut aider pour l’ordre, pour l’organisation, pour s’en sortir dans la vie, pour planifier les choses, mais vous pouvez pas faire la même chose avec la Lumière. Et ces frères et ces sœurs ne le voient pas, mais ils sont obligés de le voir maintenant et c’est ça qui peut déclencher une certaine forme de tristesse. Et c’est pour cela que je disais, cette tristesse qui vient après la colère, et après le blocage d’ailleurs, vous le constatez chez tous les frères et sœurs qui vivent cela depuis décembre, c’est le moyen de dépasser cela. Donc il est pas question de l’apaiser avec des moyens même naturels, quels qu’ils soient, mais bien plutôt de passer au travers et de reconnaître avec humilité et simplicité son défaut de position d’alignement total.

Je crois que Bidi vous l’a dit, hein, c’est-à-dire que vous n’êtes pas libres tant qu’il se manifeste des émotions, vous n’êtes pas libres tant que vous contrôlez quoi que ce soit, même si auparavant vous vous êtes abandonnés, si je peux dire, avec grâce à la Lumière. Maintenant c’est autre chose, c’est l’abandon de la personne. Avant, vous vous appuyiez sur la personne qui décide de s’abandonner à la Lumière, mais l’abandon de la personne ne peut se faire que par la Lumière. Et la Lumière, si elle rencontre des obstacles maintenant, elle est en telle quantité que ça va faire résonner tout ce qui peut rester comme bribes, bribes de personnalité ou de mémoires corporelles, transgénérationnelles ou autres.

Si vous ne résistez pas, si vous abandonnez l’idée, comme disait Bidi, d’être une personne, si vous vous recentrez sur l’essentiel – le cœur –, votre comportement ne pourra plus présenter la moindre colère, la moindre animosité contre qui que ce soit. Vous ne pourrez pas être tristes, vous ne pourrez être qu’en joie, ce qui n’est pas le cas, bien sûr, sur ces frères et ces sœurs qui étaient en joie et qui ont vécu ces épisodes difficiles tels que je vous les avais annoncés, aux alentours du solstice d’hiver. Même si les transmutations, pour ceux qui vont bien, ont été énormes, elles ont été les mêmes, de la même qualité, chez tous les frères et sœurs, simplement il restait des erreurs d’appréciation, des erreurs de point de vue de ce que vous étiez à ce moment-là.

C’est pas un péché d’orgueil, c’est simplement votre mental qui vous a joué des tours. Vous vous croyez observateur et vous êtes un contrôlant. Vous croyiez qu’il suffisait… observateur, c’est une position neutre, ça vous permet pas, quand vous trouvez cette position, de vouloir arranger les choses à votre sauce. C’est systématiquement ce qui s’est passé depuis à peu près deux – enfin cet hiver, et maintenant c’est la fin de l’hiver, bien sûr –, c’est ce qui s’est passé depuis deux-trois mois, n’est-ce pas ?

Donc pour tout le monde, c’est la même chose. Tout dépend de l’abandon de votre personne, c’est-à-dire le sacrifice ultime. Rappelez-vous tout ce que j’avais dit voilà des années (deux ans), concernant l’orgueil spirituel du Soi, qui se croit arrivé, qui se mire lui-même dans sa propre Lumière et oublie de disparaître. Vous voyez ? Alors le mental peut aussi, face à un problème émotionnel ou un problème corporel… vous savez tous que le sommeil, c’est la disparition, ça a été expliqué, mais le sommeil, pour la personne, c’est aussi une fuite, et pas nécessairement une disparition. C’est justement le signe que ces frères et ces sœurs n’ont pas voulu voir ce qui était à voir pour finaliser les choses. Mais c’est en train de se finaliser, c’est pas grave. Vous voyez ?

Donc c’est pas une question… vous pouvez, et il est même, je dirais, nécessaire de soigner, si ça touche le corps, c’est logique, mais avant tout, en amont, le plus important c’est l’abandon de la personne. Et vous ne pouvez pas prétendre avoir abandonné la personne si vous êtes capables de disparaître, n’est-ce pas, ou de vivre le Soi, et que quand vous revenez dans la personne,vous manifestez de l’animosité, de la colère, vous agressez les frères et les sœurs, ou même si vous êtes tout tristes dans votre coin. C’est pas possible, c’est fini, ça.

Donc pas de culpabilité, juste voir clair et accepter de remettre : « Père, je remets mon Esprit entre tes mains. » Sinon, où est l’abandon de la personne? Vous ne pouvez pas être stabilisés dans l’état de Grâce, surtout maintenant, parce que la quantité de Lumière est telle que rien ne peut faire obstacle. Et si y a obstacle, conscient ou inconscient, lié à un leurre du mental ou à ce que j’ai nommé une personnalité analytique ou contrôlante, ça va faire mal – mais c’est un mal pour un bien.

Donc j’espère que ma réponse a servi au-delà de ce que tu nommes le cuisinier, mais pour tous les frères et les sœurs qui vivent ce genre de mécanismes. D’ailleurs vous avez constaté, pour ceux d’entre vous qui ont eu des douleurs, simplement une douleur, quelle qu’elle soit, que ça soit au pied, que ça soit à l’épaule, que ce soit à la gorge, que ce soit le ventre, ça vous met en colère. C’est normal. C’est pas une punition, c’est que la Lumière, maintenant, attire votre attention de manière extrêmement puissante, voire virulente, si y a quoi que ce soit qui limite votre propre transparence, vis-à-vis de vous-mêmes, déjà. Mais encore une fois, le plus souvent aujourd’hui, ce qu’il reste était totalement inconscient.

Donc ne jetez pas la pierre à ces frères et sœurs, mais n’allez pas aussi jouer les sauveteurs. Il faut qu’ils trouvent eux-mêmes ce que je viens de dire. Maintenant, peut-être qu’ils l’ont compris, s’ils m’entendent ou s’ils me lisent, mais il faut accepter, c’est ça l’humilité. Sans ça, c’est une fausse humilité, c’est une humilité d’apparat, d’apparence, de quelqu’un qui a tellement analysé les choses, qui les comprend tellement bien qu’il va se présenter avec un masque. Et le masque, c’est quoi ? C’est l’ego, rien de plus et rien de moins. D’accord ? Même chez ceux qui étaient stabilisés dans le Soi et qui ont peut-être disparu, mais cette disparition n’est pas une vraie disparition.

Rappelez-vous que quand vous disparaissez dans le sommeil, comme ici, si vous me dites qu’en revenant vous êtes épuisés ou que vous êtes mal, vous pouvez être un peu dans le brouillard quelques minutes, le temps de revenir complètement, mais vous pouvez pas être mal, vous êtes nourris en Lumière. Si c’est pas le cas, c’est pas de la disparition, c’est simplement du sommeil. Vous pouvez l’appeler d’ailleurs de la même façon, simplement la différence, elle se fait pas au niveau de l’appellation, elle se fait au niveau des résultats, des bénéfices ou des pertes que vous avez, n’est-ce pas ? Si vous plongez dans le sommeil pour disparaître et pas avoir des choses que votre conscience manifeste, et que si elles sont toujours là au retour, ça veut dire quoi ? Que vous avez fui, vous avez pas voulu voir. C’est aussi simple que ça. Vous voyez ?

Autre question par rapport à ça parce que c’est très important, bien sûr, et Bidi vous l’a dit d’une manière particulière. Je vais pas vous hurler : « Vous n’êtes pas cette personne », vous le savez, mais moi je m’adresse aussi à la personne, bien sûr.

Question : je vis souvent une blessure et une forte colère vis-à-vis de certains de ceux avec qui je vis, pourtant éveillés eux aussi. Je vois bien qu’il s’agit des soubresauts de l’ego, cependant cela reste présent et parfois violent en dedans…

 C’est exactement la réponse que j’ai dit avant, mais continue.

Question : … à défaut de pouvoir l’exprimer. Pouvez-vous m’aider à y voir clair une fois pour toute et enfin lâcher cette foutue histoire ?

La seule façon de lâcher cette « foutue histoire », c’est réellement : « Père, je remets mon Esprit entre tes mains. », n’est-ce pas ? Y a pas d’autre solution. Vous pouvez pas apporter une solution… Si, au niveau du corps, oui, bien sûr, il faut traiter, mais si ça se passe dans la psyché, vous n’avez aucune issue, vous tournez en rond. La seule façon, c’est de lâcher l’analyse et le contrôle. Si le corps a besoin de soins, il faut le faire, mais si ça se passe au niveau de l’humeur et de la perte de la Joie, et de la colère ou de la tristesse qui vient comme c’est décrit là, à l’intérieur, la réponse elle a été donnée à la question d’avant, c’est la même chose.

Avez-vous d’autres questions par rapport à cette réponse que j’ai faite, pour ces deux questions finalement ?

Et encore une fois j’insiste, ne tombez pas dans la culpabilité. Vous vous êtes pas trompés, vous vous êtes faits leurrer. Soit par une lignée, même si elle a, et surtout si elle a été révélée – parce qu’elles sont très coriaces, ces lignées reptiliennes, à tel point que vous avez un cerveau archaïque et reptilien avec les petits diables que vous connaissez. Tout est logé là. Et rappelez- vous, votre conscient, et même votre supraconscient, ne peut rien faire. Il n’y a que si vous êtes identifiés en totalité à votre supraconscient et que vous disparaissez réellement, que vous devez constater, quand vous revenez, que ce n’était pas seulement du sommeil. Que vous êtes à la fois plus souples, que l’humeur qui était morose, qui était triste, qui était en colère, a disparu, que les symptômes du corps s’améliorent aussi. Vous voyez la différence ?

Donc ne vous étonnez pas, y a pas de demi-mesure aujourd’hui encore. Soit vous êtes en paix, et vous-mêmes ça vous interroge parce que vous êtes en paix même si il y a des choses désagréables, que ce soit dans le corps ou dans votre vie, soit vous êtes en colère même si tout va bien, vous manquez de rien, vous avez un mari ou une femme adorable, vous avez vécu tout ce qui était à vivre, et pourtant vous devenez colériques, vous allez en vouloir à ceux qui sont proches de vous, bien sûr, vous allez toujours trouver des prétextes. Vous voyez ?

C’est celui qui dit qui est. Et c’est pareil pour les frères et les sœurs qui sont dans la paix et qui sont confrontés à ça. L’autre, c’est vous. Ça veut pas dire que vous, vous les avez, mais vous savez pertinemment ce qui se déroule en l’autre, et vous savez que ce dernier pas, comme ça a toujours, toujours, été dit, il n’y a que vous qui pouvez le faire. Vous pouvez vous en approcher, bien sûr, avec les vibrations des cristaux, avec les peuples de la nature, mais en définitive, l’ultime pas, y a que vous qui le faites. Nous pouvons rien faire pour vous. Mais, quand je dis « vous, vous le faites », c’est accepter votre propre mort. Donc allez jusqu’au bout de cette farce qu’est l’incarnation, où pourtant il faut retrouver sa Lumière, retrouver son essence – karma, pas karma, Libération ou pas Libération. Est-ce que c’est assez clair ?

Question : oui.

Alors on peut enchaîner.

Question : depuis trois mois, je ressens une joie continue au fond de moi, que rien n’altère malgré les évènements. Quelle plénitude. Quelle en est la signification ?

C’est merveilleux parce qu’une réponse correspond à trois questions. C’est parfait comme ça, vous voyez que c’est exactement l’exemple typique. Vous avez des frères et sœurs qui posent des questions, pourquoi ils vivent ça, et d’autres qui sont même étonnés de constater que quel que soit ce qui se déroule, ils demeurent en paix. C’est ça la Liberté. Qu’est-ce que vous voulez que ça soit d’autre ? Y a rien de plus magnifique que d’être en paix. Parce que la Paix, au-delà même de l’extase et de l’état de Grâce, ou la Grâce tout court, c’est avant tout éprouver, au sein de la personne (qui a disparu), que cette personne est en paix. Rien ne peut dépasser. Le corps lui-même se restaure tout seul, c’est merveilleux. Vous allez mourir guéris, vous allez mourir vivants, c’est merveilleux.

Donc vous voyez cette question, que vous soyez en paix ou que vous soyez en colère, ça soulève des interrogations : pourquoi ? Pourquoi, alors que tout va mal, moi je vais bien ? Alors pourquoi moi je vais bien, tout va mal autour de moi ? Ou pourquoi je vais mal et les autres sont bien. C’est rageant quand vous avez des amis, des frères, des sœurs, de la famille, qui ont vécu les mêmes processus que vous, et que vous observez les autres qui avaient des troubles comme vous, n’ont plus aucun trouble. C’est très déstabilisant parce que vous avez en face de vous l’image de celui qui résiste et de celui qui a plus résisté, et les deux s’entendent pas vraiment, c’est normal. Et c’est aussi comme ça dans les couples ou dans les relations fraternelles. Mais ça va s’équilibrer, ne vous inquiétez pas. De toute façon, contraints et forcés, vous pourrez pas faire autrement.

Question : de son vivant, Bidi répétait : « Arrêtez de chercher, laissez-vous trouver, mais il y a même pas à se laisser trouver puisse que c’est déjà là, tu comprends ? » Je comprends depuis 30 ans, mais quand je sens que cela arrive, j’ai des palpitations dans la poitrine puis un grand vide.

Eh, bah oui.

Question : je freine malgré moi et cela disparaît une fois de plus. Comment dépasser cette peur profonde ?

C’est la quatrième question qui correspond à la première réponse. C’est clair, non? Vous voyez que c’est une interrogation qui est commune, même à des frères et des sœurs qui sont pas ici ou que j’ai jamais vus. Vous voyez ? Mais ça, c’est stéréotypé, vous l’avez partout. Dans la famille, y en a un qui est calme, quel que soit son état, et l’autre qui va… c’est pas de la jalousie mais quand même, quelque part, et ça déstabilise l’humeur. Et quelle est la meilleure solution à ce moment-là ? Soit vous rentrez en colère vis-à-vis de l’autre, soit vous rentrez en tristesse et vous vous recroquevillez. Mais dans un cas comme dans l’autre, il faut que ça bouge. Donc là, on a exactement le même cas. Je crois que vous avez eu des témoignages, avec Bidi, de frères et de sœurs ici présents qui ont vécu des choses, c’est exactement la même chose.

Mais tant que vous l’avez pas passée, cette ultime porte qui n’existe pas, ça vous semble affreusement compliqué, même si vous l’avez franchie, par expérience, à certains moments antérieurs. Parce que là c’est pas de l’expérience, hein, c’est de la réalité définitive. Alors vous pouvez mesurer jusqu’aux périodes annoncées, si je peux dire, de l’Appel de Marie et des Trompettes, ou des premiers bouleversements géoclimatiques ou géophysiques à l’échelon de la planète, j’en avais déjà parlé il y a de nombreuses années, tout ça, ça se passe en même temps. Vous voyez les Éléments qui se déchaînent, mais si en vous les Éléments se sont pas stabilisés, si vous avez pas résolu certains antagonismes des lignées, comment vous allez faire ?

Ne vous inquiétez pas, ça se fera tout seul là aussi, vous n’avez rien à faire. Donc là aussi, dans ce cas-là où un frère ou une sœur sent qu’il peut disparaître, et qu’au moment où il disparaît, y a le cœur qui déclenche une tachycardie, le corps qui se réveille, ça illustre tout simplement les zones d’ombre ou de résistance inconscientes, donc difficilement conscientisables, qui ne sont pas évacuées par la Lumière dans le travail qu’elle a fait sur vous, pour certains depuis des dizaines d’années. Vous voyez ? C’est exactement la même chose.

Des questions dans la salle par rapport à cela, ou pas ? Parce que c’est vraiment quelque chose de fondamental en ce moment. C’est d’ailleurs tout le sens des interventions de Bidi pendant de nombreuses heures, et qui vous a hurlé que vous n’étiez pas cette personne. Comme, et je crois il vous l’a dit, après c’est les coups de marteau d’une autre taille. Et après, c’est le marteau-piqueur. Mais ça, c’est pas pour tout de suite.

Question : avant, ranger ou jeter des choses me faisait du bien intérieurement. Maintenant je n’en ai plus envie car je pense qu’à l’Appel de Marie, ça se fera tout seul. Est-ce le bon chemin ?

Alors tu sais, ça, ça fait partie de la personnalité. Vous avez combien de gens, quand on leur annonce qu’ils vont mourir, qu’ils ont un cancer, ont l’impression qu’il faut mettre de l’ordre. Mais ça, c’est des réflexes de survie, rien de plus. Et si, pour une fois, tu es débarrassé de l’idée du rangement, affranchis-en-toi. Bon, bien sûr, ta femme va pas être contente, si tu es marié, mais c’est pas grave. L’important, c’est que tu te sentes en ordre et ordonné à l’intérieur de toi.

Alors avant, tu t’appuyais sur l’extérieur pour que ça se produise, mais ne trouve pas le prétexte que ça va être l’Appel de Marie la semaine prochaine, dans quinze jours ou cette année. Ne prends pas ça comme prétexte, parce que là, c’est un prétexte, c’est pas la vérité. C’est pas parce que l’Appel de Marie arrive que tu dois pas continuer à vivre, chaque jour, n’est-ce pas, et au contraire, je l’ai dit, être de plus en plus en joie et faire les choses que la vie vous demande. Hein, il n’est pas question de fuir la vie tant que la vie ne vous fuit pas – la vie en ce monde, je parle, pas la vie éternelle.

Question : comment savoir si c’est un prétexte ou non ?

Ah ben là, regarde-toi toi-même, simplement dans ce que tu as exprimé. Si tu me dis comme justification que finalement j’ai pas rangé parce que y a l’Appel de Marie, c’est un prétexte. Si c’est une impulsion de l’Esprit, de la Lumière, de l’Intelligence de la Lumière, de l’Instinct de Lumière, y a aucune raison que tu contraries ta femme à ne pas ranger. Mais là, oui, dire que c’est l’Appel de Marie, c’est un prétexte, hein.

Question : oui mais je n’ai plus l’impulsion pour ranger contrairement à avant.

 Eh bien c’est très bien, range-toi à l’intérieur.

Question : avant, j’avais la culpabilité de ne pas ranger.

Tu es libéré de la culpabilité. Mais attention de ne pas mettre la culpabilité sur les autres, hein. Non mais c’est très bien. Si c’est réellement… mais, ce qui me fait dire, quand même, que tu n’as plus l’impulsion, c’est que tu m’as pris l’Appel de Marie comme justification. Donc y a un petit truc, là, qui n’est pas vraiment vu. C’est comme celui qui est feignant. Vous avez des frères et des sœurs, mais rappelez-vous, je l’avais dit en 2012 hein, je vous avais dit : si il y en a parminvous qui espèrent ne pas payer les impôts, leurs crédits et tout, ils vont avoir des drôles d’ennuis. Et d’ailleurs ils les ont eus, n’est-ce pas ? Et là faites pas la même chose, hein, avec le prétexte de l’Appel de Marie ou de quoi que ce soit. Mais par contre, si réellement et concrètement tu ne sens pas de ranger, ne prends pas le prétexte de Marie, dis que « ça vient de mon intérieur, j’en ai pas l’impulsion», mais ne t’appuie pas sur l’Appel de Marie. Donc tu vois que c’est un petit peu ambigu.

La Lumière te demande pas d’abandonner mari, femme ou affaires, sauf si bien sûr, d’un coup, la Lumière t’appelle tellement fort que tu es en stase ou en train de brûler sur ton lit. Là tu peux rien faire. Mais si c’est pour trouver plus de temps libre pour aller t’amuser ailleurs, c’est peut-être une mauvaise stratégie, je crois.

Question : j’étais allongé et un point énergétique, au milieu du cou, attirait mon attention. J’ai pu l’activer en conscience, et la Couronne de la tête s’est mise à tourner très vite. Que s’est-il passé ?

Eh, tu as appuyé sur le bouton ON/OFF. Surtout sur le point OD. Hein, vous avez la Croix cardinale. Je vous rappelle qu’à l’époque, quand les clés Métatroniques vous ont été révélées, l’emplacement des Étoiles, on vous avait communiqué des exercices de mise en mouvement de la Couronne, soit en faisant des point-à-point, là, simplement en te concentrant sur ce point OD, c’est exactement ce qu’il s’est produit. Vous avez la possibilité d’activer vos Portes vous-mêmes, bien sûr. Pas par votre personne mais en portant votre conscience sur une Porte, vous allez voir ce qui se passe ; sur une Étoile, c’est pareil. Par votre conscience parce que la Lumière, je vous le rappelle, suit l’attention.

Donc si vous portez votre attention sur une Étoile ou une Porte, comme font les cures vibrales des Archanges, vous allez induire le même processus. C’est au contraire très bien, ça prouve que votre conscience est directement efficace sur le corps d’Êtreté. Ça, ça veut dire que ce n’est pas la personne qui agit, bien sûr, c’est la supraconscience. Vous voyez la différence ? Vous n’avez plus besoin des doigts, des huiles essentielles, de la main. Et faites l’essai, comme quand vous pouvez vous adresser à votre corps qui est votre véhicule, hein. Si vous voulez tourner à gauche, vous mettez le clignotant à gauche, eh ben là vous portez votre conscience là où il y a besoin. Ça peut être une Étoile, ça peut être une Porte, ça peut être un chakra, mais sans rien demander. C’est juste une question d’attention ou de focalisation de conscience. Et vous constatez d’ailleurs que si vous portez votre conscience sur telle Porte, vous allez la sentir vibrer, n’est-ce pas ? C’est normal.

Votre supraconscient agit sur votre corps d’Êtreté, de même que votre conscient, votre cerveau, quand vous bougez le bras droit, bah vous bougez le bras droit. Et là, quand vous activez le corps d’Êtreté, vous focalisez votre conscience quelques secondes sur la Porte ou l’Étoile, et tout se met en route. Essayez par exemple, avec ce qui avait été communiqué concernant les Croix cardinales ou les Croix latérales, et même la Croix de la… enfin l’axe de la falsification.

Par exemple vous avez des résistances. Pour l’instant elles sont pas organiques, donc je vais pas parler des points centraux, des Portes centrales, mais des extrémités. C’est-à-dire vous avez quoi ? Vous avez les épaules, à la racine des membres, le cou, tout ce qui est… (le tronc, c’est l’intérieur), tout ce qui est outil d’action sur l’extérieur, c’est les jambes, les bras, et la tête bien sûr. Et comme je vous l’ai dit, c’est les zones qui sont en ce moment les plus impactées. Vous avez par exemple, je sais pas moi, des mécanismes de feu au niveau des pieds, ou le dos qui est complètement bloqué, quelle que soit la cause, eh bien qu’est-ce que vous allez faire ? Vous portez votre conscience, même si vous savez pas quelle Porte c’est, successivement sur les Portes de l’aine et les Portes du sacrum. Vous demandez rien, la Lumière va suivre votre attention, et vous verrez ce qui se passe. Ça vous aidera d’autant plus à lever les barrages de la colère, de la tristesse, de l’analyse, ou du contrôle.

Et si vous avez fonctionné toute votre vie, même au niveau de vos activités professionnelles, alors on va prendre par exemple un agent de contrôle, un technicien, un ingénieur, même si il est à la retraite et qu’il a vécu la Libération, eh oui, mais y a des engrammes résiduels qui sont liés à l’exercice de cette profession qui a créé des engrammes. Et vous savez certainement que certaines professions ont moins de plasticité que d’autres parce que y a besoin, justement, d’une rigueur, d’une analyse, d’un contrôle et d’une connaissance.

Vous trouverez pas ce genre de problème, par exemple chez des frères et des sœurs qui ont au contraire, je dirais, ce que qu’on pourrait appeler une émotivité, qui étaient pas dans la peur mais qui étaient tremblotants, qui avaient peur de tout. Ceux-là, c’est plus facile pour eux de disparaître, mais ceux qui ont camouflé leurs peurs, ou qui ont été inconscients du fait de l’action du mental ou des conditionnements, non pas psychologiques ou karmiques mais… j’ai pris l’exemple de l’activité professionnelle, ou du comportement humain habituel, voyez ? C’est pas un défaut d’être contrôlant au niveau de la personne, mais ça devient très problématique quand la Lumière arrive, et surtout à ce niveau-là.

Et je vous rappelle qu’il y a une autre étape qui commence bientôt, au niveau de votre corps, c’est que ça rentre totalement à l’intérieur. Et les Portes qui sont sur les axes, latéral ou médian, devant et derrière du tronc, là c’est une autre paire de manche, parce que quand ça rentre là, la dissolution de ce qui est anormal va être plus que rapide. Et là, ça risque d’être encore plus violent, n’est-ce pas ? Donc dépêchez-vous, comme disait Bidi, dépêchez-vous de vous lâcher, hein. Et la finalité est toujours la même, mais la façon d’y arriver, il y a plusieurs chemins, hein.

Donc pour répondre à toutes ces questions, que ce soit des expériences heureuses de Paix ou malheureuses comme le cuisinier, comme des frères et des sœurs ici, c’est toujours la même chose. Alors bien sûr, les gens qui sont, qui ont été dans leur vie, par une profession, par les comportements induits par les petits diables, qui ont été des personnalités analytiques, très analytiques, qui sont très pointilleux du détail, très sourcilleux, ou contrôlantes, c’est-à-dire qui avaient besoin de gérer eux-mêmes leurs propres émotions, qui ne leur ont pas laissé la liberté de s’évacuer ou de se manifester, eh ben ils vivent ça en ce moment, hein. Vous voyez ?

Alors c’est surtout pas une invitation à vous mettre dans le Cœur du Cœur et de profiter de cette Lumière-là qui est la vôtre. Là je parle bien de l’Intelligence de la Lumière et de l’Instinct de la Lumière qui est partout, qui a commencé à rentrer, par les ceintures scapulaires et la gorge, à l’intérieur du tronc. D’ailleurs certains d’entre vous sentent maintenant très nettement certaines Portes du sacrum. Et d’autres ont senti les Portes qui se sont activées latéralement sur la face antérieure. Eh oui mais y avait des Portes derrière, hein, non seulement KI-RIS-TI qui a été activé déjà pour certains y a pas mal de temps, mais surtout les quatre dernières Portes du sacrum ; c’est ce qui vous donne la base et l’assise. Et la base et l’assise, c’est pas l’analyse et le contrôle de la personne, c’est la disparition de la personne. Vous ne pouvez plus vous appuyer et vous asseoir sur votre personne, en tout cas pour les mécanismes de Lumière. Servez-vous de votre personne pour conduire une voiture, pour faire ce qu’il y a à faire dans le quotidien, mais pas pour le spirituel, pas pour la Lumière. C’est fini ça.

Mais bon, ça devrait être plus clair au fur et à mesure de ce mois de mars, je parle des mécanismes intimes, quoi qu’il se déroule à l’extérieur, d’ailleurs.

Question : depuis une semaine avant de venir ici, le point NUNC s’est activé fortement…

Eh, le point, la Porte ou l’Étoile ?

Question : ce n’est pas précisé.

C’est pas la même chose. Bon continuons, on verra.

Question : … le point NUNC s’est fortement activé plusieurs fois par jour. Pouvez-vous m’éclairer ?

Ça dépend si c’est une Étoile ou une Porte, donc je ne peux rien éclairer tant que je ne sais pas si c’est une Porte ou une Étoile. Ou alors je vous dis les deux et vous choisirez, comme ça ce sera plus simple.

Alors vous avez l’Étoile NUNC, c’est-à-dire IS au niveau de la tête. Qu’est-ce que c’est ? C’est « Maintenant ». Ça, si vous sentez ça, c’est que cette fonction spirituelle… je vous rappelle que les Étoiles, avant d’être des sœurs, c’est avant tout les douze fonctions spirituelles liées au corps d’Êtreté, c’est-à-dire à l’Êtreté à proprement parler. Si c’est « Maintenant » qui s’active, c’est que tu as besoin, au niveau de ton éphémère et de ta conscience, de t’installer beaucoup plus dans l’instant présent, c’est-à-dire que l’instant présent soit libre des conditionnements du passé et des projections. Là aussi, c’est une invitation.

Par contre si c’est NUNC au niveau des Portes, c’est un petit peu différent parce que là on est au niveau des Portes du sacrum, n’est-ce pas ? Et on est, je vous le rappelle, au niveau d’Attraction-HIC et NUNC-Répulsion, on est vraiment là. Pas Attraction, Répulsion pardon, vous êtes vraiment sur des Portes fondamentales autour du sacrum – d’ailleurs sacrum, ça veut dire sacré– et ces Portes-là doivent être harmonisées totalement. Parce que là, c’est pas l’Onde de Vie qui monte, hein, je vous le rappelle, c’est du pur vibral qui rentre de partout à l’intérieur de vous, et pas uniquement dans la conscience Êtreté ou dans les Portes et les Étoiles.

Mais quand la Lumière devient en quantité abondante, qu’est-ce qui va se passer ? Vous allez d’abord sentir les Portes de devant ; là c’est normal, c’est l’activation, ça peut être douloureux d’ailleurs. Et d’ailleurs pour les Portes, par exemple Attraction et Vision, déjà en 2012 ça faisait ça. Et là maintenant, c’est pas tout à fait la même chose, c’est pas l’Onde de Vie, c’est pas l’Onde de l’Éther, c’est la Lumière, dans son Intelligence et dans son Instinct – que vous êtes, je vous rappelle. Donc si les Portes commencent à se manifester (pas les Étoiles, les Portes), de cette façon, c’est une invitation cette fois-ci à laisser la personne. Vous voyez, y a une petite différence entre l’Étoile et la Porte. Si vous voulez, la tête, au niveau des Étoiles, c’est le Principe ; au niveau du corps, les Portes deviennent la manifestation – niveau principiel, niveau manifesté.

N’hésitez pas à interrompre hein, on peut aussi être en échange comme ça, hein.

Question : j’ai senti fortement, en même temps, l’Étoile Unité et la Porte Unité, mais à l’arrière, au niveau de l’omoplate gauche…

Effectivement, y a un circuit qui traverse, depuis les chakras de l’âme et de l’Esprit (les Portes AL et Unité), et qui vient se terminer à l’arrière dans le dos, le plus souvent de chaque côté de KI-RIS-TI mais parfois un peu plus haut, parfois un peu plus bas. Ça dépend de la polarité du cœur, parce que le cœur, vous savez, la Porte KI-RIS-TI, elle est toujours sur une vertèbre précise, mais le centre de conscience, lui, peut osciller. Et les points où sortent la jonction entre AL et Unité, et ce qui est nommé les ailes éthériques dans le dos, cette manifestation-là est simplement le travail de perforation des Portes AL et Unité, et la mise en fonction, avec le Lemniscate sacré dans le même temps, à la fois du véhicule ascensionnel et dans le véhicule ascensionnel, dans le corps d’Êtreté aussi, c’est tout simple, vous avez des ailes.

Donc la question, quand ça se produit, ça veut dire simplement, que ce soit devant ou derrière, c’est valable ça pour AL et Unité, vous pouvez trouver ça dans une moindre mesure avec la Porte Attraction et Vision qui peuvent communiquer un peu avec l’arrière mais pas directement derrière, un peu sur le côté. Par contre, pour les Portes Précision-Profondeur, ça correspond directement avec les Portes du sacrum. Vous avez d’ailleurs une structure géométrique qui est née maintenant. On vous avait dévoilé, je crois, la structure du cœur d’Êtreté, c’est-à-dire ce tétrakihexaèdre. Il existe une figure rhomboédrique qui se situe entre vos organes génitaux et le sacrum, ça fait partie du corps d’Êtreté aussi.

Question : et le fait que l’Étoile Unité se soit activée en même temps ?

Ça exprime simplement le moment où le Principe, c’est-à-dire l’Étoile, rejoint la manifestation, c’est-à-dire le corps d’Êtreté. Bien évidemment Étoiles et Portes portent le même nom ; y en a un qui est le Principe, si vous voulez, c’est la cocréation conscience du Féminin sacré, c’est les Étoiles, et vous avez la manifestation de cette création à travers le corps d’Êtreté, c’est-à-dire les Portes, c’est aussi simple que ça. Donc vous allez constater effectivement des circuits, des trajets de Porte à Porte mais aussi entre chaque Étoile et chaque Porte correspondante. Ça veut dire à ce moment-là que la jonction est faite entre le Principe et la manifestation.

Mais c’est pas une obligation. Tous ceux qui sont en paix, ça peut même se passer sans le sentir. Rappelez-vous ce que disait Bidi, cette fois-ci et y a bien longtemps : la vibration, c’est la conscience, mais quand y a a-conscience, quelle est la nécessité d’une quelconque vibration ? C’est-à-dire que plus vous vous rapprochez du Cœur du Cœur, et y êtes installés, y a aucune raison que le Feu Igné vous perturbe, y a aucune raison même de sentir une brûlure. Seule la personne ressent la brûlure, seul le corps qui résiste ressent la brûlure, mais celui qui est en paix, bien sûr il sent les énergies, le Feu Igné, l’Onde de Vie, tout ce que vous connaissez, mais à la limite, sa conscience n’a plus besoin d’être centrée là-dessus ; et là vous êtes en paix. Donc le résultat de tout ce qui s’achève là maintenant, la seule question que vous devez vous poser : suis-je en paix ou pas ? Et vous le voyez dans votre vie, vous pouvez pas vous mentir.

Être en paix, c’est ne dépendre d’aucune fin attendue, ne dépendre d’aucun désir, d’aucun besoin, vous le savez. Si vous êtes en paix, vous pouvez pas être en colère et vous pouvez surtout pas être tristes. Et surtout, le marqueur qui est votre corps, le corps d’Êtreté, le véhicule ascensionnel étant activé, la mise à feu ayant commencée… bon d’accord, l’allumage de la mèche se fait pas à la vitesse voulue peut-être, mais encore une fois, ça dépend pas de vous et de nous, hein, ça dépend de l’autre qui se cache derrière le Soleil, là, et personne n’y peut rien, tout se mélange. C’est la résultante, hein, Nibiru. Donc faut attendre. Mais si vous vous mettez dans l’attente, eh bah vous allez souffrir, parce que vous n’êtes pas dans l’instant présent, mais avec un niveau d’acuité qui est profondément différent que 2012. Parce que 2011, 2012, 2013, y en a qui attendaient, mais cette attente-là, elle n’entraînait pas, si vous voulez, des modifications de l’humeur ou du corps. Et vous ne pouvez pas être dans la paix et dans l’attente de quoi que ce soit, fussent-elle votre mort, la fin du monde ou quoi que ce soit. Vous devez vivre votre vie avec bonheur, avec joie.

Et il vaut mieux aller faire l’amour dans les bordels, hein, que de rester dans la tristesse, quand même. Il vaut mieux se motiver avec quelque chose pour être dans le présent, avoir un but présent, de satisfaction immédiate, que de rentrer dans ces variations, inversions d’humeurs et pathologies organiques. Je l’ai déjà dit : « Aime et fais ce qu’il te plaît, mais aime d’abord ». Si tu aimes, tu peux faire ce qu’il te plaît, même si c’est des trucs aberrants pour la Lumière.

Quand j’étais incarné, je disais qu’il fallait des règles, qu’il fallait quand même une pédagogie par rapport à la Lumière, parce qu’il fallait la trouver. Mais la Lumière, elle est partout maintenant. Quelle est la pédagogie qui va pouvoir s’inspirer de ça ? Avec l’Intelligence de la Lumière et l’Instinct de la Lumière, qu’est-ce que vous voulez faire ? Vous pouvez rien faire. Donc occupez vos mains, occupez votre vie, mais ne restez pas prostrés à pseudo-disparaître simplement pour fuir quoi que ce soit. Sans ça, vous vous montrez quoi? Que vous n’avez pas accepté la vie. Alors comment pouvez-vous accepter la vie éternelle, dans ces cas-là ?

Dès que vous vous mettez en opposition, par rapport à votre corps, par rapport à une date, par rapport à une attente, par rapport à une colère, une tristesse, on l’a vu, eh bah vous êtes en résistance, consciente ou pas peu importe, et là, votre corps, vous le sentez. Et votre humeur, vous voyez bien qu’elle est plus en paix, contrairement à ce qui exprimait une question précédente sur quelqu’un qui vit la Paix quelles que soient les circonstances. Vous pouvez pas tricher avec ça.

Et n’oubliez pas que les uns et les autres, quoi que vous viviez, vous sentez l’autre. Donc, vous imaginez bien que si vous voulez cacher, par honte ou par besoin de porter un masque, que vous avez, non pas échoué mais vous avez mal vécu les choses, mais vous pouvez pas le cacher à personne. Vous croyez que vous le cachez parce que la personne vous dit qu’il faut le cacher, mais personne n’est dupe. Mais le respect de la liberté de l’autre, ça sert à rien de lui dire qu’il est en colère ou lui demander pourquoi il est triste, il le sait très bien. De même que celui qui est en paix, même s’il me pose une question, il peut peut-être s’interroger comme ça a été fait, mais en tout cas il vit un véritable bonheur. Le corps rajeunit, les articulations sont plus souples, l’humeur est stable. Y a une joie qui dépend de rien, réellement comme nous l’avons décrit, sans effort.

Si vous êtes obligés de disparaître pour essayer de ramener la joie, et que vous revenez et vous êtes encore plus tristes ou plus souffrants, c’est que vous disparaissez pas, vous fuyez dans le sommeil. C’est affreusement simple, là aussi, hein.

Autre question comme tu disais.

Question : en méditation, quel est l’espace dans la Lumière bleu sombre? L’Ultraviolet ?

Non ce n’est pas l’Ultraviolet, c’est simplement le moment où, vous savez que dans les strates d’activation de la vision intérieure de l’ex-troisième œil, il y a certaines… y a sept stades, d’accord. Quand vous arrivez à la Lumière, c’est le piège, le niveau des pouvoirs, c’est le piège de l’ego spirituel de la Lumière Blanche, qui est déjà quelque chose d’extraordinaire hein, c’est pas négatif, mais simplement ne vous faites pas piéger par ça, faut aller au-delà. Et quand vous passez au-delà de la Lumière, au niveau d’un mécanisme de perception intérieure, ça va être remplacé le plus souvent par un bleu nuit ou du… carrément ce qui pourrait être appelé de la Lumière Noire. Pas une absence de lumière mais une Lumière Noire. Ça correspond là aussi à l’Infinie Présence et le moment du basculement. C’est le moment où vous sentez que vous pouvez plus vous rattacher à rien, où le cœur va accélérer, où il y a une panique et puis là vous abandonnez parce que vous savez que vous pouvez vous raccrocher à rien. Et là vous êtes libérés.

Question : quand vous parliez, je me suis endormie, j’ai disparu. Lorsque je suis revenue, avant d’ouvrir les yeux, ce qui est normalement noir est devenu d’un magnifique bleu roi.

C’est le stigmate de ce qui est après le Soi, c’est-à-dire ce que nous vous avions nommé l’Infinie Présence ou l’Ultime Présence ou le Cœur du Cœur. Simplement avant, vous ne perceviez pas, vous ne pouvez pas percevoir ça comme tu le dis. Vous étiez soit dans le Soi avec la Lumière Blanche, soit dans le noir. Et là, quand tu reviens, tu t’aperçois que ce noir est remplacé par un bleu très profond qui est exactement le stigmate de ton Infinie Présence, qui est établie. Donc, c’est parfaitement cohérent et logique hein, vous le voyez.

Mais encore une fois, le plus important c’est : êtes-vous en paix ou pas ? C’est tout. D’ailleurs on le dit, quand les gens vont mourir, ils ont besoin de faire la paix avec eux-mêmes, ils ont besoin de ranger leurs affaires, etc., etc. C’est les cinq étapes qui correspondent à l’approche de la mort, qui correspondent au Choc de l’humanité grosso-modo : le déni, la colère, la négociation, l’acceptation et l’extase.

Question : vous avez dit que les conditions de la naissance déterminaient la vie sur terre.

Les conditions de la mort. J’ai jamais dit les conditions de la naissance, c’est quoi cette histoire ? La naissance, oui, détermine les conditions de la vie sur Terre et la mort conditionnait jusqu’à présent les conditions de ce qui vous arrivait après la perte du corps physique. Oui donc la naissance, effectivement, la façon de naître conditionne, mais pas la façon de naître selon… en une heure, en dix heures, c’est simplement, certaines naissances anormales par la présentation, que ça soit lié à la maman ou au bébé, traduisent des blessures, oui bien sûr.

Question : qu’en est-il lorsque le bébé naît par césarienne ?

Eh bah, ça s’appelle un refus de naître.

Question : ou la position avec le cordon autour du cou, à l’avant.

C’est le, si y a par exemple deux tours ou trois tours, c’est un refus d’incarnation mais beaucoup plus grave dans ce cas-là qu’une simple présentation anormale par le siège, parce que le bébé s’est pas retourné, ou par une épaule par exemple. Mais la présentation normale avec une circulaire simple, double ou triple, ça existe, là c’est catastrophique au niveau de la vie parce que la personne est toujours en train de se demander ce qu’elle fait là où elle est. Elle est toujours en train de changer d’objectif parce qu’elle trouve pas sa place. Vous voyez? Et ta question, c’est quoi ?

Question : est-il possible d’aider ces bébés par la suite, et comment? Est-il bon de leur en parler ?

Parler ne sert à rien. Vous avez beau dire à une personne qu’elle a un refus d’incarnation, vous lui demandez comment elle est née, elle va vous dire qu’effectivement elle est née avec une circulaire du cordon, et après ? Parce que l’engramme, ici, c’est le refus de descendre, et ça,  ça reste actif jusqu’à la maturité, c’est-à-dire quarante à cinquante ans, n’est-ce pas ? C’est des gens qui sont toujours en train de se demander s’ils sont à leur place, qui sont toujours en train de s’interroger, la profession – pas les personnes, mais eux-mêmes sur eux-mêmes –, si c’est leur bonne place. C’est pareil dans la famille, c’est pareil avec les femmes ou les hommes ; c’est la même chose. Et vous ne pouvez pas y échapper parce que cette blessure-là, elle est engrammée directement dans l’ADN, même si elle est localisée sur le chakra de l’âme. Vous voyez ?

Donc vous avez certainement des techniques, que ce soit en psychologie, avec des cristaux et autres, et moi je connais pas, qui permettent certainement d’aider ces personnes. Mais c’est pas le fait de le dire puisqu’ils le savent qu’ils sont nés en siège. C’est pas la peine de leur dire qu’ils ont un refus d’incarnation parce qu’ils le vivent ; ils savent qu’ils sont pas à leur place nulle part.

Mais je te rassure, dès l’instant où la Lumière, je vous parlais tout à l’heure du bas et du haut du corps au niveau des membres, de la gorge et des racines des membres inférieurs, mais la Lumière, j’ai bien dit qu’elle allait rejoindre le cœur, comme le Canal Marial a rejoint le cœur, comme l’Onde de Vie a rejoint le cœur, n’est-ce pas ? Comme le Cœur Ascensionnel a rejoint la Fontaine de Cristal par le Lemniscate sacré. C’est la même chose pour l’Instinct de la Lumière maintenant qui est allé dans le cœur. Et nécessairement, pour aller dans le cœur en passant depuis les plis de l’aine, des deux côtés, depuis les creux axillaires, ça passe bien évidemment par ces points-là. Et si tu laisses faire, alors le refus d’incarnation disparaîtra tout seul et tu te sentiras en paix. Et qu’est-ce qui se passera à ce moment-là ? Tu n’auras plus de question sur quoi que ce soit. Je parle pas des questions que tu me poses, mais dans ta vie.

Question : c’est un rêve. Je suis dans un jardin entouré de murs, avec un homme et un enfant. Pour sortir, il faut traverser la maison. Avant d’entrer, j’ouvre une porte, il y a un compteur électrique. Nous avançons dans la maison. Dans une salle, il y a des enfants ; leur mère les nourrit et je l’aide.

C’est tout ?

Question : oui.

La maison, c’est ton corps. Le jardin, c’est l’agrément du corps. Rentrer dans la maison, c’est au rez-de-chaussée, ça, ça a pas été dit, parce que la symbolique n’est pas la même selon le rez-de-chaussée, les chambres, ou le grenier ou la cave. Elle rentre au rez-de-chaussée puisqu’elle est dans le jardin, je présume. Qu’est-ce qu’y a d’autre comme éléments, le compteur électrique je crois, la grande pièce ou….

Question : dans une salle, il y a des enfants. Leur mère les nourrit et elle aide la mère à les nourrir.

 Tout à fait. Donc si c’est un homme ou une femme, ça change tout. Parce que si vous êtes une femme, et que vous voyez une femme, ça ne fait que vous représenter. Si c’est un homme, c’est pas la même chose, d’accord ; c’est l’affectif et la relation de couple. Donc si c’est une femme qui vit ça et qui voit la mère qui nourrit les enfants, ça veut dire simplement, dans cette pièce, qu’elle passe du jardin d’agrément à la nourriture de l’Enfant intérieur et que l’Enfant intérieur est prêt à se manifester, si je peux dire à l’extérieur, c’est-à-dire un être est à apparaître. L’Enfant intérieur, c’est rien d’autre que la Voie de l’Enfance telle qu’elle a été exprimée par Thérèse. C’est l’humilité, la simplicité.

Question : et le fait de regarder le compteur électrique ?

Le compteur électrique. Qu’est-ce qu’il fait, le compteur ? Il compte. Compteur d’eau ou compteur électrique. Simplement là, c’est de l’électricité, donc ça veut dire que elle traverse le compteur qu’elle voit tourner, on est d’accord ; ça veut dire que le temps avance. Ça veut dire aussi qu’il y a, à travers cette maison (comme dans toute maison d’ailleurs), quelque chose qui compte. Le compteur y est toujours, mais c’est très rare, dans un rêve de voir le compteur, n’est-ce pas ? Là, c’est très précis, donc le compteur signifie que le temps s’écoule selon un rythme qui est tout à fait normal pour cette personne dans son vécu. Par contre si c’est un homme qui voit une femme qui nourrit des enfants, c’est pas la même chose.

Question : ce n’est pas le cas.

 D’accord.

Question : j’ai fait un autre rêve. Un bus roule sur une route en épingle à cheveux. Je prends un raccourci en coupant ce virage, chute et glisse sur le côté.

C’est très simple : la voiture, c’est le véhicule, comme la maison, simplement il y a une notion dynamique en plus, hein. La maison, c’est votre intérieur. Le véhicule, c’est votre véhicule, c’est le cas de le dire. Là, c’est un autobus, d’accord. Donc c’est un véhicule… c’est pas pareil que de conduire un car, que de conduire un camion, que de conduire une voiture ou une moto, en rêve.

Bien sûr l’agilité de la moto n’a rien à voir avec l’agilité du bus, on est d’accord. Si c’est quelqu’un d’autre qui conduit, ça veut dire que vous n’êtes pas maîtres de votre véhicule. Si c’est vous qui conduisez et que vous décidez de sortir de la route pour prendre un raccourci, même si le véhicule a un petit accident, c’est pas grave. C’est que vous acceptez de ne plus suivre la route balisée et la route officielle, vous décidez de sortir de la route pour être libres, quelles que soient les conséquences au niveau du corps. Voilà grosso modo ce que ça veut dire.

C’est-à-dire que cette personne a reçu l’influx de l’Esprit ou de l’âme, que elle n’est plus obligée de suivre un chemin balisé, si je peux dire, elle peut aller au raccourci et que même si le bus se couche, c’est pas grave. Vous êtes en tout cas sortis des rails de la personne, ou en train de le faire en tout cas.

Question : les animaux perçoivent-ils les Jnani, les Libérés vivants ?

Ah, si le Jnani est en contact avec les animaux, oui. Mais qu’est-ce que ça veut dire percevoir ? L’animal, les entités de Lumière et toutes les entités invisibles, oui elles voient le Jnani, d’ailleurs ceux qui sont libérés ou qui ont été libérés constatent ou constateront qu’au-delà de voir les entités invisibles qui passent le soir au lit, vous allez voir carrément d’autres mondes en superposition dans votre chambre et dans votre lit. Et là, vous allez voir pas seulement quelques entités qui passent pour vous mais vous allez voir d’innombrables entités qui vaquent à leurs occupations et qui vous voient même pas.

Donc les animaux, bien sûr, sont tout à fait capables de capter… rappelez-vous par exemple, si je prends l’exemple de saint François d’Assise avec les oiseaux qui venaient parler avec lui. Regardez parmi les saints de chez nous, saint Antoine de Padoue qui prêchait aux poissons, etc., etc. Donc oui bien sûr le Jnani, un saint, le Libéré, celui qui a installé le Soi , il est perçu à la fois par son atmosphère vibratoire, y a plus de personne, ce qui explique ce que je vous dis quand vous êtes allongés dans un lit et que vous êtes libérés, soit vous avez des frères et des sœurs de Lumière qui viennent vous voir, des Végaliens, des Arcturiens, etc., soit vous commencez à voir des entités qui vous ignorent totalement. Elles viennent pas se nourrir de ce que vous êtes, vous, vous avez pénétré leur monde mais elles, elles veulent pas pénétrer le vôtre. C’est comme si vous étiez dans un autre monde quand vous ouvrez les yeux, dans votre vie, dans le noir ; vous voyez qu’y a plus de noir. Ça fait d’ailleurs une sensation curieuse.

Vous allez constater, pour ceux qui sont libérés, des mécanismes visuels qui ne sont pas de la vision du cœur ou de la vision intérieure, mais la vision rétinienne qui se modifiait, vous donnant à voir, comment vous appelez ça, des spectres de couleurs et donc de fréquences que vous ne perceviez pas auparavant, essentiellement vers l’infrarouge et vers l’ultraviolet. La rétine se modifie aussi profondément en cette période, tout votre corps se modifie. Alors, il se modifie avec grâce et élégance ou il se modifie avec résistance, mais la finalité est la même.

Autre question.

Il n’y a plus de questions écrites.

Alors, vous avez la parole, mes frères et mes sœurs. N’hésitez pas, on peut parler de tout avec moi.

Question : je ressens une sorte de cylindre, bien au-dessus de la tête et en-dessous des pieds, et il tourne tout autour du corps. Qu’en est-il ?

Mais ça, c’est simplement le déploiement de la Fontaine de Cristal, c’est l’énergie Métatronique qui a pénétré par KI-RIS-TI, c’est-à-dire dans un axe horizontal voilà deux ans, et maintenant pénètre dans l’axe vertical. Et effectivement, la perception que tu as, le plus souvent, elle est limitée à la perception de ce 13ème corps qui est en fait ce que vous pourriez nommer une boule d’antimatière, elle est au-dessus de votre tête. Vous voyez, vous allez disparaître sans aucun problème. L’antimatière, tu sentiras au moment où ça se produira, ça s’est pas encore produit, même si tu le perçois, le tube Métatronique. La Croix est réalisée par l’impulsion Métatronique postéro-antérieure par KI-RIS-TI et le cœur, et maintenant elle est réalisée, c’est-à-dire vous réalisez votre crucifixion, et là, vous êtes libres.

C’est-à-dire que une fois que l’Onde de Vie est montée, si vous percevez les vibrations, mais même ceux qui n’ont jamais senti les vibrations, vous avez… et d’ailleurs vous avez des êtres qui ont pas senti les vibrations, ou quelques-unes, et qui maintenant commencent à avoir des maux de tête très, très importants. Soit devant, soit derrière, soit latéralement devant, soit latéralement derrière, parce qu’y a des zones, là, vous le savez. J’ai appelé ça l’interrupteur ON/OFF, c’est ça qui se met en route. Et là, ce que décrit cette sœur, c’est le 13ème corps, c’est-à- dire la boule d’antimatière que vous avez ici, qui, quand votre véhicule ascensionnel sera complètement, non pas présent mais ascensionné, la matière noire de ce 13ème corps, de la Fontaine de Cristal, du Vajra, va venir et vous allez voir votre corps disparaître sous vos yeux, sans aucun problème.

Mais ça, c’est pas pour tout de suite, hein, faut attendre le grille-planète final, sauf pour ceux qui doivent partir après les trois jours. Et ça se fera sans aucun problème. C’est une translation, effectivement, de la conscience ; c’est ce que j’avais appelé, à l’époque, de la chenille au papillon.

Question : cela se ressent-il aussi sur la petite Couronne ?

Oui, tout à fait. Vous avez d’abord, avant que ce soit un tube, vous sentez une connexion entre le Vajra et la petite Couronne. C’est, si vous voulez, l’espace de résolution des quatre lignées, des quatre Éléments au sein de l’Éther primordial – que vous êtes aussi. Donc bien sûr, dès que vous sentez la tête, dès que vous sentez… vous avez la perception de cette boule, là, qui tourne au-dessus de votre tête, ou le tube Métatronique qui est rentré, vous êtes crucifiés, dans le bon sens du terme, c’est-à-dire que vous avez ressuscité ou que vous êtes en cours de ressusciter, en cours de résurrection. Mais quand cette boule est perçue, même si vous ne percevez pas la boule et que vous sentez des maux de tête inhabituels sur le Triangle de Feu ou de Terre, plus souvent que sur les zones latérales, alors à ce moment-là, c’est le même travail mais il y a encore une petite purification à faire, qui se fait toute seule.

Question : ce n’est pas forcément un mal de tête ; ça peut être aussi un point, une chaleur très forte au niveau du front.

Non, à ce moment-là, c’est l’activation et l’interrupteur. Moi, je parlais vraiment du Triangle ici et du Triangle là, où alors les Triangles latéraux, mais c’est plus rare.

Question : on nous dit que le monde est en nous, comment faire pour le retrouver?

Ben, deviens rien, tu retrouveras le monde. Mais si tu cherches le monde comme ça, tu trouveras pas grand-chose, tu vas trouver des rencontres extériorisées avec les peuples de la nature, avec ton ange gardien, avec quelques entités, mais ça c’est une partie du monde, c’est pas le monde.

Mais l’important n’est pas trouver le monde à l’intérieur de soi, c’est de trouver le Rien que tu es, le reste vient ensuite de lui-même. Parce que le Rien est concevable, d’ailleurs l’ego en a très peur, mais le Tout, comment veux-tu, c’est une telle abstraction, un tel… comme disait Bidi, un concept. Alors vous avez beau vous gargariser du mot Unité, que nous sommes tous frères, ou vous gargariser de la non-dualité, mais c’est pas pour autant que vous n’êtes Rien. Quand vous êtes réellement Rien, à ce moment-là, vous êtes le monde et le monde est en vous.

Question : les puces introduites lors des interventions chirurgicales, dans les vaccins etc., peuvent-elles ralentir la Libération ?

C’est fait pour ça d’ailleurs. Mais ralentir votre libération individuelle, pas la libération collective, hein. Mais c’est pas uniquement les puces, c’est toute la technologie moderne, hein, toutes les ondes. Tout ce qui est électrique, allez, j’exagère, je dirais est satanique et binaire. Cet univers est électrique, en plus enfermé dans le magnétisme. Tous les univers sont électriques, mais y a un équilibre entre électrons et protons, pas seulement dans un atome mais d’une manière générale de la vie. Vous, les protons, vous les avez uniquement quand y a des éjections de masse coronale et aussi certains trous coronaux, pas tous. C’est pour ça, d’ailleurs, que la stase correspond à un arrêt complet de tous les phénomènes électriques, sur la terre comme dans vos corps, et donc l’arrêt du cerveau, et l’arrêt du cœur aussi.

Mais comme ces trois jours seront passés au sein de l’Absolu pour chacun, c’est le Serment et la Promesse, sauf si vous devez quitter le corps, au bout des trois jours vos corps seront ressuscités. Donc vous allez tous vivre la Résurrection, pas seulement de l’Esprit mais de la chair, pour ceux qui sont dans la chair. La résurrection des morts, c’est pas ceux qui sont sous terre, c’est les morts qui sont morts, c’est-à-dire toute l’humanité, durant la période des trois jours. Donc effectivement, y a une résurrection des morts, mais ne croyez pas, comme les pauvres catholiques, que c’est tous vos ancêtres qui vont réapparaître sur la terre. Y aurait pas assez de place, bien sûr.

Donc la résurrection des morts, c’est symbolique, c’est la Résurrection, la vôtre, qui êtes passés par la porte de la mort qu’on appelle la stase des trois jours, qui est en quelque sorte la répétition générale pour ceux qui iront jusqu’au bout des 132 jours qui suivront.

Question : lors de la visite du Saint Sépulcre à Jérusalem, il y a dix ans, il y avait beaucoup de monde et je ne me sentais pas bien dans le lieu. Lorsque je suis sortie, j’avais la tête, les oreilles, les mains, en feu. J’étais toute rouge et j’avais l’impression de brûler. Qu’en est-il ?

Alors soit il faisait très chaud, y avait trop de monde, y avait pas d’air, surtout que c’est quand même pas très aéré là-bas, soit simplement c’est le Feu du Christ qui t’a touchée à ce moment-là.

Question : j’ai ressenti, lors de ce voyage, une Présence Christique très forte, où que j’aille.

 Donc, tu as ta réponse. Tu as reçu ce que les Épouses du Christ appellent le baiser du Christ.

Question : depuis le mois de janvier, je vis une extrême tristesse et j’ai eu beaucoup de douleurs à la base du crâne et à la tête, et de vertiges. Hier, j’avais l’impression que les paroles de Bidi me matraquaient le cœur, et j’ai vu mon ego et mon contrôle. Cette nuit, les douleurs de la tête se sont accentuées. Pouvez-vous m’accompagner ?

Tu as vu les causes et tu as vu les conséquences, c’est-à-dire les maux de tête. Bidi a donné des coups de marteau, il t’a martelé le cœur. Qu’est-ce qui se passe ? Il a déclenché encore plus de Lumière. Tu as vu les contrôles, comme tu dis, mais laisse-lui le temps de s’évacuer. Pas l’énergie-Lumière, pas les particules adamantines, mais le contrôle lui-même. Parce que quand t’as mal à la tête, tu peux plus rien contrôler, n’est-ce pas ? Donc si tu contrôles encore, eh bien tu auras encore plus mal à la tête jusqu’à tant que tu décides de ne plus avoir mal à la tête. Et effectivement, se placer dans le cœur est la seule solution. Mais tu peux pas contrôler, c’est l’un ou l’autre.

Il faut s’en remettre, si j’emploie des mots anciens, à la Divine Providence. Ta personne ne peut rien faire. Bien sûr tu peux te soulager, c’est même souhaitable : mets-toi un bonnet d’aluminium sur la tête, mais pas tout le temps hein, juste pour soulager, et après fais le travail qui t’a été montré par Bidi. Il t’a donné à voir ton ego, comme tu dis, le reste des reliquats des personnes. C’est souvent des habitudes, le contrôle, hein j’ai dit. Donc maintenant que tu sais que tu contrôles, que ton ego contrôle, qu’est-ce que tu fais ? Tu vas pas essayer de le contrarier, tu pourras jamais gagner, mais si tu te mets dans le cœur, comme a fait Bidi, si tu focalises ta conscience, cette fois-ci, non pas sur l’interrupteur, parce que l’interrupteur il est un peu coincé, mais si tu te focalises sur les Portes correspondant au Triangle de Feu et au Triangle de la Terre, au niveau des Portes, trente secondes par point, sans rien demander, juste porter la conscience dessus, tu vas établir cette fameuse communication entre le Masculin et le Féminin. Ce qui traduit, c’est la même chose, une incapacité à fusionner l’Androgyne Primordial, c’est-à-dire les polarités féminine et masculine en toi.

Et c’est pareil pour tous les frères et les sœurs. Ceux qui ont été des personnalités contrôlantes, analytiques, ont nécessairement une dysharmonie entre le Masculin et le Féminin, c’est ça qui s’illustre, maintenant. Donc tu te mets dans le cœur, tu focalises ta conscience très peu de temps sur les Portes qui correspondent aux mêmes noms d’Étoiles, et tu laisses. Et je te dis, si vraiment la douleur est trop forte, tout en faisant ce que je te dis, eh ben tu mets l’aluminium sur la tête, ou des cristaux ou ce que tu veux.

Question : puisque nous sommes dans un univers électrique et magnétique, et que le magnétisme nous enferme, est-il judicieux d’utiliser des ustensiles magnétiques pour conserver les aliments ou pour traiter des douleurs ?

Mais c’est bien au contraire, puisqu’on est en train de démagnétiser la planète. L’enfermement est lié au magnétisme.

Question : il faut donc supprimer ces choses-là ?

Oh, j’ai pas dit qu’il fallait les supprimer, il faut simplement être vigilants, mais tu peux tout à fait supprimer une douleur avec des aimants, si ça marche. Mais l’effet sera, il est connu d’ailleurs depuis longtemps sur terre, l’effet des aimants, mais c’est pas un effet qui a des effets révolutionnaires, hein, c’est juste pour apaiser des douleurs. D’ailleurs, au niveau de la tête, les aimants, il faut les placer sur les Étoiles.

Question : lors des opérations de la cataracte, on remplace le cristallin par un implant. Y a-t-il des micro-puces de la nanotechnologie dans ces implants cristallins ?

Tu peux aussi poser le problème sur les dents, quand vous avez des couronnes ou des bridges, mais bien sûr que ça gêne en rien, sans ça heureusement, personne n’est sauvé, là. Vous avez tous des problèmes de bouche, moi j’en avais aussi quand j’étais incarné. On a tous au moins des amalgames, des résines, des prothèses, et ceci, et cela. Heureusement que ça gêne pas. Le seul truc qui est sensé gêner, c’est les implants, pas éthériques mais les implants de la puce qu’ils veulent implanter. Mais même ça, c’est stupide. Ça va être balayé par la puissance à la fois de Nibiru et après, de la transformation du Soleil. Vous voyez? Et que faire alors les gens qui ont des prothèses dans un genou, dans une hanche, des appareils à différents niveaux, c’est aucune gêne ça.

Question : y aurait-il d’autres utilisations du bonnet en aluminium dont vous avez parlé ? Par exemple lors de la visibilité de Nibiru ?

Alors là, cher ami, c’est peu ou prou au moment de la stase. T’es encore dans une logique de protection de quelque chose, toi. Abandonne tout ça, c’est ton mental qui te dit ça. Tout est parfait, tu ne peux rien contrôler, tu ne peux rien maîtriser. C’est comme quand t’as envie de faire caca, tu peux pas l’oublier, faut aller faire caca. C’est pareil pour ta tête. T’auras autre chose à penser que de te mettre un bonnet sur la tête ou des cristaux autour de toi au moment de la stase, hein, je te le garantis.

Question : hier, j’ai posé une question à Bidi. Je m’étais posé la question de qui suis-je et mon ego paniquait. La voix tonitruante de Bidi m’a assailli et me transperçait le corps et le cœur. Il m’a invité à faire le pas, et ce passage ne s’est pas fait. J’ai vu ensuite le mental, la personne, qui tentait de reproduire la situation et j’ai vu que c’était un piège.

Bien sûr.

Question : pourriez-vous me donner un conseil, si je réécoute Bidi ou si l’occasion se présente ?

C’est très simple, à ce moment-là ne cherche pas à réaliser ce qui se produit ni à te raccrocher? Tu te répètes simplement, comme un mantra : « Je ne suis pas ce corps, je ne suis pas ce mental, je ne suis pas cette panique. », ce qui est tout à fait vrai, en plus. C’est la personne qui éprouve ça, c’est pas ce que tu es. Donc c’est un problème de point de vue là aussi quelque part, hein. Pas le point de vue comme ça mental mais le point de vue réel de ce qui se passe dans la conscience. Si bien sûr tu cherches à te raccrocher parce qu’il y a panique, l’ego qui panique, tu peux pas te servir de l’ego, donc tout ce que tu peux faire, c’est affirmer : « Je ne suis pas ce corps, je ne suis pas cette panique et je ne suis pas mon mental. »

Question : je voyais l’ego paniquer et je savais que je n’étais pas ça, mais il y avait quelque chose de fort qui m’empêchait ou me retenait…

Oui, oui, c’est toujours la personne, même si… Ce qui a vu est ton Soi, tu as vu ton propre ego ; tu sais que tu ne peux pas le combattre parce que si tu t’opposes à lui, il va se renforcer, il va trouver une justification. Donc si tu lui affirmes, au moment où il est apparent comme ça, où tu l’as débusqué ou il a été débusqué par les circonstances, reste tranquille, ne fais rien et dis simplement : « Je ne suis pas ma panique, je ne suis pas ce corps, je ne suis pas le mental », et c’est tout.

Question : avoir des croyances, des petits diables, des peurs, etc., peut-il être un frein pour faire le passage ?

Mais qui dit ça, si ce n’est la personne, c’est l’ego.

Question : quand j’ai fait le passage, accompagnée par Bidi, j’ai vu qu’il m’a maintenue dans le silence et il m’a aidée à rester dans l’immobilité. Est-ce cela qui a permis de faire le passage?

 Oh, je crois qu’il a pas eu la prétention de vous dire que c’était lui, il a dit simplement que c’est sa présence et la vibration de sa voix qui déclenche ça. Vous avez tous senti, que vous soyez dérangés ou pas, qu’il vous a, cette fois ci, transpercés de partout. Et la prochaine fois, s’il revient, il ira à coups de sabre, ça ira plus vite que le marteau. En plus, c’est plus net, la coupe au sabre. Après il restera le sabre du Jedi.

Donc il a pas agi, justement, il a émis une vibration depuis là où il est, qui était destinée à ébranler toutes vos fondations. C’est ça qui est l’aide, et lui, comme il a dit et comme je vous dis, on ne peut rien faire, on ne peut que vous amener au seuil, après on est obligés de vous lâcher, parce que ça doit être une décision, non pas de votre personne, vous le savez, mais de ce que vous êtes. Mais ce passage que vous décrivez, vous allez tous y passer, même avant la stase si c’est encore un peu plus loin dans le temps, ces épisodes de basculement.

Et d’ailleurs tous ceux qui se sentent tristes, en colère, qui ont eu des douleurs du corps, des manifestations de cristallisation, vous allez revivre cette disparition, je dirais, même si vous avez déjà disparu, un peu plus en conscience au niveau de cet état, si je peux dire, qu’est l’Infinie Présence, qui est le moment où vous passez de la conscience ultime à la a-conscience, avec effectivement, en retour, la paix, la vision de la Lumière bleu nuit, etc., etc. C’est pas le bleu de la fusion des Éthers, hein, c’est un bleu beaucoup plus profond. C’est pas le bleu du ciel, quoi. Donc c’est tout à fait normal. Là, Bidi a été non pas celui qui a agi ou opéré mais il a été le catalyseur, celui qui était, par sa présence, a quelque part rassuré et t’a permis d’aller jusque-là– mais c’est toi qui est passée, c’est pas lui.

Question : utilise-t-il, dans sa voix, une sonorité particulière ? Je sentais quelque chose qui transperçait au niveau du cerveau ?

La voix, elle est forte, c’est pour détourner votre ego, mais y a pas que la voix et la puissance de la voix, y a le Verbe, il vous l’a dit. Et ce Verbe, dans son cas, est accompagné par la Lumière et cette Lumière, elle va directement vous transpercer le cœur, un peu comme Mikaël, avec une intensité redoutable.

L’abandon de Bidi, quand il était incarné, et malheureusement je l’ai pas rencontré parce qu’il était inconnu quasiment à cette époque-là, je pouvais pas le rencontrer, mais c’est évident que il est tellement au-delà de tout concept et de toute forme, même quand il était dans son corps, qu’y avait en lui rien qui arrêtait quoi que ce soit. Sa puissance était déjà identique quand il était incarné, mais rares étaient ceux qui étaient capables de se laisser transpercer. Ils ont été très peu. Aujourd’hui, c’est beaucoup plus facile. Ce qu’il vous fait, là, il aurait pas pu le faire en 2012 par exemple.

Mais en fait, il ne fait rien, il ne fait que vous mettre face à vous-mêmes, et les cris que vous entendez, il vous l’a dit, c’est les cris de votre âme si elle est encore là, ou les cris de votre Esprit. C’est pour ça que ça vous a transpercés et que ça été, pour certains, si intense. Il ne faisait que traduire les mots de votre Esprit et les mots de l’Absolu aussi, quand ils se traduisent en mots. Il vous a pas parlé d’Absolu alors que il s’adressait à justement ce que vous êtes en éternité, et pour ça il faut transpercer la personne, ce qui reste de résistances. Il vous amène au seuil, et après vous y allez, ou pas.

Question : pourquoi n’a-t-il pas sorti l’épée tout de suite ?

Parce que ce serait délicat d’avoir des morts ici. Et pour les lois sociales et les lois, tuer quelqu’un avec la Lumière, pour celui qui est dans la personne et dans la justice, ça s’appelle un meurtre, n’est-ce pas ?

Question : ça signifie qu’il pourra peut-être le faire lors de sa prochaine intervention, car à partir du 8 mars on passe à une octave différente ?

Ça sera effectivement, c’est pour ça qu’il vous a parlé d’un marteau de plus grande taille. Mais moi, je pense que si il vient, ça sera directement le sabre. Après, vous pourrez sabrer le champagne avec.

Question : vous avez dit que c’est le « Je suis » qui choisit. Pourquoi le « Je suis » ne choisit pas tout de suite l’autre rive ?

Ah non, jamais de la vie, c’est quand le « Je suis » disparaît. Comptez pas aller sur l’autre rive avec votre Soi. « Je suis » ne vous amène nulle part, il établit le Soi. Mais je crois que Bidi vous a répété qu’après le « Je suis », nous avions dit à l’époque « Je suis Un » pour éviter la phonétique anglaise de Yaldébaoth « I AM», mais « Je suis Un », déjà, c’est pas la même chose, d’accord. Là, Bidi et d’autres parlent du Soi et du « Je suis », d’accord, parce que c’est dans la tradition, c’est ce que tout le monde a entendu au moins une fois, mais le « Je suis» vous emmène nulle part puisque c’est quand le « Je suis » s’efface, justement, que vous passez de l’autre côté. Il faut reconnaître votre être et après, comme on dit, c’est passer dans le non-être – et vous n’y passez pas avec l’être, dans le non-être.

Question : quand on dit « Je ne suis pas ce corps », « Je ne suis pas cette histoire», ne bloque-t-on pas quelque chose ?

Vous bloquez si vous êtes totalement dans la personnalité et que vous n’avez jamais rien vécu. C’est pas les mêmes circonstances, cette négation, quand vous êtes dans le Soi ou que vous avez vécu la Couronne radiante de la tête, du cœur ou l’Onde de Vie ou le Canal Marial. Vous n’êtes pas dans le petit Soi, comme ça peut être dit, ni dans l’ego, même si l’ego est présent. Vous êtes gênés par l’ego mais vous n’êtes pas installés dans l’ego.

Tous, ici, vous avez quand même bon cœur, quelles que soient vos erreurs et quel que soit le besoin d’apparence que certains peuvent avoir. Donc pour vous… mais bien évidemment, si vous dites ça à quelqu’un qui n’a jamais vécu une vibration, vous allez atterrir exactement dans la dépersonnalisation, mais absolument pas dans l’Absolu. D’ailleurs, cette affirmation « Je ne suis pas le corps», quand vous êtes libérés, vous êtes obligés de reconnaître que y a un corps qui est là, sans ça vous n’êtes pas libérés, vous êtes à côté de la plaque. C’est pas parce qu’on vous dit qu’y a personne que vous n’êtes pas une personne – vous êtes libérés de la personne. Ça veut pas dire que la personne, elle disparaît, même si elle va disparaître bientôt.

Donc bien sûr, et d’ailleurs, je pense que Bidi l’a fait, ses mots ne s’adressent pas à la personnalité, ils s’adressaient directement à ce qui est éternel en vous. Sinon, vous vous rendez compte les dégâts sur un ego, si vous lui dites : « Tu n’es pas ce corps, tu n’es pas ce mental, tu n’es pas ta vie » ? Mais il va très mal le prendre ou alors il va vous prendre pour un fou, et il aura raison, parce que lui, ce qu’il vit n’est pas ce que vous vivez; même si vous êtes de plus en plus nombreux, ça vous le savez, sur la planète, à le vivre, tous les autres ne le vivent pas et pour eux vous êtes des fous dangereux, mais vraiment très dangereux. Même pour ceux qui sont dans la spiritualité, qui continuerait la 3D et l’incarnation, c’est limite supportable. Ça sert à rien d’aller titiller l’ego, par contre le transpercer, pour ceux qui en ont la possibilité, comme Bidi dont c’est la fonction, c’est très bien. Mais vous faites entendre Bidi à quelqu’un qui n’a aucune démarche, qui ne perçoit rien, mais il va être prodigieusement agacé, c’est le moins qu’on puisse dire, d’ailleurs.

Moi, vous pouvez me faire entendre ou me lire même chez ceux qui sont dans l’erreur, ça pose pas de problème puisque je vous caresse dans le sens du poil le plus souvent. C’est normal, je peux pas être autrement. N’oubliez pas, je vous l’ai souvent dit déjà quand j’étais incarné, que je suis très proche de l’humain. J’aime l’humain, même si je sais que c’est une illusion, mais que voulez-vous, mes vies, en tant que personne, ont toujours été axées sur cette humanité, et c’est pour ça d’ailleurs qu’Orionis m’a transmis le flambeau, parce qu’il fallait des êtres qui étaient incarnés, qui ont vécu la souffrance, qui ont vécu la spiritualité luciférienne de la terre, pour comprendre ce que c’était. Vous voyez ?

Et c’est pour ça que nous vous avons dit que nous étions pas en stase mais dans un niveau intermédiaire où nous avions conservé une forme assez identique à celle que nous avions, incarnés, et que nous avions gardé nos mémoires pour vous aider, parce que nous connaissions tous les pièges. Enfin la plupart, y en a qu’on n’a pas vu venir, mais ça, ça fait partie de l’expérience, n’est-ce pas ?

Question : j’ai des moments de joie intense, sans raison, et je me mets à chanter pour l’extérioriser. Je pense que c’est mon Enfant intérieur. Que deviendra cet Enfant intérieur quand je partirai ?

Comme disait Bidi, c’est un concept. L’Enfant intérieur, c’est ce qui te permet d’exprimer, c’est la jonction du Masculin sacré et du Féminin sacré. Donc l’Enfant intérieur, c’est comme le corps d’Êtreté ou le Lemniscate sacré plutôt – le Lemniscate sacré c’est une structure intermédiaire qui a aucune utilité ailleurs , l’Enfant intérieur, mais dès que tu es libre et autonome, tu es adulte, non ? Mais un adulte libre qui est un enfant, mais c’est pas le même Enfant intérieur. N’en fais pas, de cet Enfant intérieur qui s’exprime, un bébé, comme une maman qui va abriter ce bébé dans son cœur. Ça n’a rien à voir, c’est imagé.

Question : ces moments de joie intense viennent-ils de mon Enfant intérieur ou c’est une idée ?

Ça vient de partout, de ce que tu es. Mais pourquoi… Vous avez effectivement besoin de toujours rattacher, comme disait Bidi, à des concepts. L’important, c’est ce que tu vis, c’est pas de savoir d’où ça vient. C’est comme ça que s’installe l’Évidence de la Lumière ; ce n’est pas en essayant de nommer à travers des concepts ou des formes. Vous êtes, vous rentrez dans le sans- forme, dans le non-né, comme disait Bidi. Donc oubliez, comme il vous l’a seriné, tous les concepts. Vous n’avez pas besoin d’explications quand tu vis cette joie intense, c’est l’ego qui veut trouver une explication et qui a besoin de se rassurer en disant : « La Lumière, et cette joie, vient de mon Enfant intérieur ».

Mais dès que tu dis « mon », « mon corps », « ma famille », ça veut dire que ce n’est pas toi. Le langage, dans la langue française, est pourtant éloquent. Quand vous dites « ma voiture », vous savez très bien que vous n’êtes pas la voiture, quand vous dites « mon mari », vous savez très bien que vous n’êtes pas votre mari, alors y a pas de problème. Quand vous dites « mon corps », vous devriez savoir automatiquement que vous n’êtes pas ce corps. Sans ça, vous vous figez entre la naissance et la mort. Et petit à petit, au fur et à mesure des incarnations, vous tombez dans le matérialisme, vous vous coupez de l’énergie, vous vous coupez du flux de vie, et vous en arrivez à cette heure, à cette fin particulière où beaucoup de frères et de sœurs endormis pensent qu’ils sont nés un jour et que tout ce qui est leur conscience va finir en poussière, et mangé par les vers. Vous voyez ?

Mais dès l’instant où vous dites « mon », c’est que ce n’est pas vous. Réfléchissez deux minutes : « mon Enfant intérieur », c’est pas toi, n’en fais pas une possession. C’est comme une voiture, elle ne fait que passer, elle dure tant d’années ; c’est comme ton corps, il ne dure que tant d’années. Il n’y a pas besoin d’Enfant intérieur quand tu es libre, c’est à dire au-delà de la forme, après. En fait, je ne sais pas si vous comprenez, à travers ce que nous avons dit, que ce soit Bidi, moi, et ce que diront Christ, Marie et Mikaël, vous prenez conscience des dernières erreurs de positionnement qui sont liées aux habitudes, vous voyez. Et par exemple, si on prend l’exemple de « mon corps », oui c’est votre corps, il vous appartient, mais s’il vous appartient, il peut pas être vous, vous voyez ce que je veux dire ? C’est pareil pour un objet, c’est pareil pour tout ce qui a une forme. Quand vous dites « mon bijou», même si vous y tenez, vous savez très bien que vous n’êtes pas le bijou, il est à vous, mais vous, qui êtes-vous ?

C’est pour ça que Bidi a insisté encore plus, surtout maintenant, qu’il y a quelques années ou en 2012, sur cette notion de n’être pas cette identité. Mais si vous êtes tordus avec votre ego, qu’est-ce que vous allez faire ? Ben vous allez employer des phrases qui vont dire des inepties. Vous allez dire : « Ce corps va aller prendre un café ». Mais j’ai envie de dire : «Andouille, c’est toi qui es dans le corps ». Donc y a aucune raison de rentrer dans… quand vous avez dit intérieurement « Je ne suis pas ce corps », c’est pas une raison, après, pour tout bêtement aller dire : « Ce corps va aller manger, ce corps va aller au café », parce que là, vous êtes en dépersonnalisation.

Dépasser la personne, ce n’est pas rentrer en dépersonnalisation ou nier la personne, c’est un mécanisme de la conscience, c’est tout. Et ce mécanisme de la conscience, vous allez être de plus en plus nombreux à le vivre, avec ou sans Bidi – qui est responsable d’ailleurs, quand je répondais à la première question, de ce sentiment soit de colère et de tristesse. Parce que une personne, même si elle est en train de disparaître, les émotions, elles appartiennent à la personne. Ceux qui sont aujourd’hui dans l’Infinie Présence, ou dans la Paix, ils vous le diront : ils sont plus affectés par les émotions, elles ne font que passer. Y a plus de possibilité de s’identifier à la tristesse, à la colère, à la peur.

Dans l’immobilité, y a le Silence, y a la Paix, y a l’extase. Les Étoiles vous ont raconté ça y a longtemps, il me semble, mais l’habitude est tenace. C’est pour ça que je parle : c’est plus des mémoires, maintenant, c’est plus des blessures, c’est simplement des habitudes, qui sont liées à la conformation de votre cerveau et non pas à vos lignées, selon l’expérience que vous avez construite dans cette vie, ne serait-ce qu’à travers votre orientation professionnelle. Il est évident qu’un artiste aura beaucoup plus de facilité avec l’Enfant intérieur et la cocréation consciente qu’un comptable ou un ingénieur, qui eux sont formatés pour être dans une rigueur, même s’ils ne le sont plus, vous comprenez ? Parce que votre cerveau est plastique, et selon ce que vous mettez en avant dans votre profession, ou dans votre affectif, vous créez des réseaux neuronaux, des structures comportementales sur lesquelles vous n’avez aucun moyen d’accès depuis la personne. Parce que c’est des habitudes, c’est pas des blessures, c’est pas votre faute, c’est simplement ce que vous avez fait dans votre vie qui va se traduire d’une façon ou d’une autre.

Question : quand vous dites « vous », à qui vous adressez-vous ? À la personne, au corps, au corps d’Êtreté, à la conscience ?

J’ai rien compris déjà. Qu’est-ce que tu veux encore mettre en boîte par cette question ? Et dans des cases ? Toi, t’as été comptable ou t’as fait des trucs bizarres, hein. Ça veut dire quoi ? Bidi s’adressait à ce que vous êtes, moi je m’adresse à la personne, si elle est là, et à l’Esprit si elle n’est pas là, mais je ne traverse pas la personnalité. Si vous avez une personnalité, je me sers de celle-ci. Ça a été le bâton et la carotte, y a que votre personne qui est dupe de ça. Donc vouloir savoir à qui je m’adresse, je m’adresse au niveau où tu es.

Donc apparemment, pour toi, je m’adresse au niveau où t’essaies de me mettre en boîte, dans tous les sens du terme, et dans des cases. Réagis. Là aussi, c’est voir son ego, voir sa personne. Est-ce que celui qui est dans le Soi, ou a fortiori qui est libéré, se pose la question de savoir si je m’adresse à telle chose ou à telle chose ? Il me reçoit au niveau où il est. Mais effectivement, je m’adresse à la personne, mais si la personne n’est plus là, c’est capté directement par l’Êtreté ou l’Esprit. Donc pourquoi veux-tu faire des différences alors qu’on est en train tous d’essayer de réunifier la conscience et ne plus faire de différence entre la conscience éphémère, la conscience éternelle, l’Êtreté, la conscience, le corps physique, le corps d’Éternité. Ça devient une unité, ça. Et puis, pour aller plus loin, qu’est-ce que ma réponse t’apporte ? Là c’est moi qui te pose la question, n’est-ce pas ?

Question : savoir si vous vous adressez en partie à mon corps, avec d’autres éléments, et d’autre part vous dites que l’on n’est pas notre corps. Pour l’instant, on est tout ça…

Qu’est-ce qu’il a dit, le comptable ? D’ailleurs je suis sûr qu’il sait pas compter et qu’il compte jamais.

Question : vous adressez-vous à ce corps, à la personne…

J’ai dit à la personne, oui tout à fait. Mais si y a plus personne, je m’adresse à ce qui est au-delà de la personne, ça dépend de toi. La question est quoi ?

C’était la réponse.

La réponse qu’il a donné, c’est quoi ? On a l’impression d’assister à un vieux sketch que j’avais vu avec Pierre Dac et Francis Blanche, vous savez, le voyant extralucide.

Question : depuis hier, on nous serine qu’on n’est pas ce corps. Donc je l’admets.

Je te demande pas de l’admettre, je te demande de le vérifier. C’est ce que t’a demandé Bidi, non ? T’es encore dans la cogitation intellectuelle, c’est sur ça que je veux attirer ton attention. Quand tu poses ce genre de question en me demandant à qui je parle, je parle à celui qui est là. Si c’est une personne, c’est une personne, si c’est l’Esprit, je m’adresse à l’Esprit. Simplement Bidi a traversé la personne, c’est tout, c’est pour ça qu’y en a qui ont lâché prise. Donc qu’est-ce qu’il m’a répondu ?

Question : merci.

On peut continuer longtemps hein, si tu veux. C’est le sketch, je vous invite à le revoir, c’était très marrant : le voyant extralucide. Y en a qui connaissent. Voilà, c’est ce à quoi on joue. Mais Bidi, là, il t’aurait transpercé et fendu en deux avec le sabre, hein.

Est-ce que t’as posé des questions à Bidi ?

Question : oui.

Ah, et t’as pas été transpercé apparemment. La carapace, elle est vraiment épaisse, hein. Il faut attendre le sabre.

Question : ça a fait un bon nettoyage et j’ai apprécié.

Oui, oui, mais y a pas que le nettoyage là, il faut casser la carcasse. Mais je vois pourtant que t’as déjà été cassé un peu partout là, ça a pas suffi.

Vous voyez comment le mental est subtil, il manie les concepts, et maintenant ça se voit comme le nez au milieu de la figure. C’est comme si il portait un nez rouge qui clignotait, c’est ce que je vois moi d’ici, pas un nez rouge mais y a quelque chose qui me dit qu’effectivement y a la confrontation du mental. Là c’est le mental qui s’amuse. Il va répondre que c’est pas vrai, bien sûr. Mais on peut jouer, hein, moi je peux jouer tous les jeux que vous voulez. Bon, sauf les jeux de cartes, ça j’aime pas.

Question : cela vaut-il la peine de lire tous les livres sur votre vie et ceux tirés de vos conférences ?

Oui, ça vaut la peine, d’autant plus que, à la FBU, ces idiots sont persuadés que c’est pas moi qui parle. Je leur ai donné des milliers de preuves, à chaque fois que j’en voyais un, mais ils sont toujours aussi stupides qu’à l’époque où j’étais vivant. C’est fini ça. Bien sûr que c’est valable, pour la personne, parce qu’y avait une ascèse, y avait un aspect pédagogique dans ce que je disais, qui permettait aux gens d’aller vers le Soi – mais pas vers la Liberté, bien sûr, c’était pas le moment. C’est d’ailleurs pour ça, certainement, que j’ai pas rencontré Nisargadatta quand il était vivant. J’étais certainement pas prêt. Mais c’était pas moi qui décidais, c’est parce que j’obéissais à ma mission de vie, tout simplement, et le moment n’était pas venu.

Vous avez des gens qui ont écrit ce que j’ai dit, et arrangé ce que j’ai dit, parce que ça a été arrangé, quand même, hein. Si vous voulez vous faire une opinion juste de ce que je pouvais dire, c’est pas dans les livres, c’est dans les images et les vidéos que vous avez de moi. Il y en a quelques-unes quand même, hein, d’accord ? Et vous verrez que ce que je disais, c’est pas vraiment tout à fait ce qui a été écrit, pour des raisons didactiques et pédagogiques, mais les pauvres, c’est comme la religion catholique, une fois que le maître est parti, les élèves, les disciples, vous appelez ça comme vous voulez, ont arrangé ça à leur sauce. Mais ça, ils l’entendront jamais, ce sont des gens qui sont figés. Et c’est pas une critique, ils ont besoin de repères.

Et vous savez, j’avais donné à un canal, à deux canaux même, un y a longtemps et un plus récent, j’avais donné les symboles qui sont des objets, dont un, inconnu. Tout le monde connaît effectivement ma bague, et tout le monde connaît ma canne, avec le cristal, mais y a un troisième symbole que jamais personne n’a vu, et avant de partir, j’avais laissé cet objet au sein de la Fraternité blanche universelle en disant qu’un jour, un frère viendrait réclamer ce bijou pour prendre ma succession. Mais je crois que le canal, il a eu raison de refuser. À quoi ça servait ? Encore créer des organisations et des structures alors qu’on est en train de tout casser ? Vous voyez ?

Alors je sais que depuis, y en a qui sont persuadés d’être mes successeurs, mais ils sont encore dans l’illusion, ceux-là, comme ceux de la Fraternité, la plupart. On n’est plus à cette époque où j’étais paternaliste, où y avaient des frères et des sœurs qui me considéraient comme leur grand-père, carrément, et pas comme un frère. C’est fini ça. Vous n’avez plus besoin de jouer à tout ça, et moi non plus d’ailleurs.

Donc, si tu veux avoir un reflet fidèle, bien sûr mes écrits reflètent ma pensée, mais y en a certains qui ont quand même été un peu déformés. Maintenant regarde mes vidéos, et tu verras que la chose la plus essentielle, c’était pas les connaissances que je donnais, c’était le rire, la légèreté, l’intensité. Si tu veux te faire une meilleure idée de moi, c’est pas tant à travers les textes, c’est à travers les photos, les images et les vidéos, parce que là, au moins, je suis sûr qu’ils n’ont rien trafiqué, à part avec des logiciels de retouche d’images peut-être, pour me faire paraître plus beau, mais c’est tout. Sacrée informatique, hein.

Heureusement, je suis parti juste au moment où ça naissait. Parce que vous savez quand même que internet… nous sommes passés par internet pour des raisons précises de diffusion, pour essayer justement de limiter l’influence, pendant la période de descente de Lumière des Noces Célestes, et l’influence de ce réseau diabolique, même s’il vous apporte certaines connaissances. Vous voyez maintenant, vous avez des frères et des sœurs qui sont captivés. Ce sont des zombies, ils sont sans arrêt en train de regarder un écran. Même quand ils sont en vacances, ils regardent à travers l’écran plutôt que de regarder avec leurs yeux. Faut vraiment être malades, hein. Et je vous assure. Mais bon, nous avons fait ce qui devait être fait.

Il est l’heure de la pause.

Alors posez-vous, comme disait Bidi. Alors, je vous souhaite une bonne pause, un bon goûter, et je vous dis à tout à l’heure.

 

Source : http://www.lestransformations.wordpress.com

Partagé par : http://www.etresenevolution.com