Rencontre Octobre 2016 / (02) L’IMPERSONNEL – Partie 1

(español – texto) | Blog Español : Link

Téléchargement PDF : L’IMPERSONNEL – PARTIE 1 – OCTOBRE 2016

RENCONTRE OCTOBRE  2016

(02)  L’IMPERSONNEL

Partie 1

 

Bienvenue à toi, enfant de l’Un. En la paix de l’Amour, reçois ce qui est. Je suis Un car je suis toi. Au-delà de ta forme dans le non né, j’imprime en toi le sceau de ta Présence. Reçois non seulement le don de la Grâce mais le don de ton Éternité retrouvée.

En chacun de toi je réside, en chacun de toi je me tiens.

Ensemble en l’Unique, écoute, écoute au-delà de mes mots, parviens au silence, là où se résout tous maux et toute souffrance. Je me tiens avec toi dans la liberté de l’Unique, dans la liberté de la Vérité.

Accueille ce que tu es, toi qui n’es jamais né et qui jamais ne mourra, qui est là, en tout lieu, en tout espace.

En le Feu Igné, recevons ensemble ce qui ne peut être nommé, ce qui ne peut être révélé ailleurs qu’au Cœur du Cœur. Je t’invite à honorer ta propre Présence, ta propre Éternité. En tout temps, en tout lieu, en toute circonstance, délivre-toi des chaînes de l’enfermement, des chaînes des illusions, des chaînes de la renaissance. Entre de plain-pied et à plein cœur en le temps de sa résurrection, car l’appel retentit au plus profond de ton être avant d’être audible tout autour de ta terre et sous tes pieds.

Je t’invite à déposer tous fardeaux, ceux de ta chair comme ceux de ta tête. Je t’invite à dépasser toute limite, car tu ne connais point la limite en ce qui est non né.

Laisse fleurir la fleur de ton Éternité. Au plus intime de ta Présence se tient ton essence, au plus intime de ton corps se tient la goutte d’Éternité. Toi, où que tu sois, quel que soit ton souhait, quels que soient tes désirs, quelles que soient tes peines, je m’adresse à ce qui est au-delà de tout ça, je m’adresse à Toi.

Je viens quémander ton écoute, je viens quémander ce que tu es. Non pas pour me le donner mais pour te le rendre à toi-même. Instant de vérité, instant d’éternité qui transcende tout temps, tout espace et toute dimension, ainsi que ta forme quelle qu’elle soit. Écoute, écoute et entends le chant de la Grâce qui se déverse en toi, qui chante à tes oreilles et ouvre ton âme et ton Esprit à la Joie éternelle, à la beauté indicible ne connaissant ni couleur ni forme, et pourtant créant toute forme et toute couleur.

En chaque cœur qui entend, en chaque forme qui écoute, en chaque histoire, nous transcendons ensemble toutes histoires et tous scénarios. Toi qui te tiens là, accueille-toi en le temple de la sérénité, de la beauté et de l’Éternité.

Il n’y a pas d’autre sens à mes mots que de te dire ce que tu es. En chaque syllabe, en chaque son, en chaque silence, la même Vérité ; en chaque vibrance, en chaque radiance, le même souffle, le même Esprit. Le Verbe s’est fait chair et la chair retourne au Verbe, là où il n’y a ni mouvement ni amplitude, là où est ta demeure, commune à chaque Un.

Écoute ce que te dit la Lumière dans le silence de ton cœur. Elle te dit, elle aussi : « Je suis toi comme tu es moi. Oublie toute apparence et toute illusion. Sors de toute chimère, de toute anticipation, de toute projection et demeure là où tu es vrai, là où tu es entier et indivisible et pourtant présent en chacun, dans le même souffle, dans la même Lumière, dans la même Éternité. ».

Toi qui entends l’appel de l’Esprit, toi qui vibres au nom des célèbres prophètes, des célèbres envoyés, quels qu’ils soient, ils n’ont aucune différence si ce n’est de culture et d’habits, mais le cœur et l’essence en sont les mêmes.

Je t’invite aussi bien à danser qu’à l’immobilité – dans le même temps. Je t’invite au déploiement mais aussi au reploiement – dans le même mouvement –, là où aucun sens ne peut être différent.

Je t’appelle à la Vérité, comme ton cœur t’y appelle. Viens avec moi, nulle part ailleurs qu’ici et maintenant, nulle part ailleurs qu’en l’instant de l’éternel présent.

Le souffle de l’Esprit anime tes mains, anime tes pieds et anime ton cœur. Le souffle de l’Esprit, le Verbe, harmonise en toi le masculin et le féminin, rejoignant ainsi l’Unité de l’Androgyne, celui qui a toujours été, avant toute naissance, avant toute chose.

Je suis celui que tu es, tu es celui que je suis. Aucune forme ni aucune apparence ne peut travestir cette vérité, quelle qu’en soit l’illusion. Tu es au-delà de la forme et tu es même au-delà de ta propre essence, ce qui a créé l’essence. Alors viens, ne me suis pas mais rejoins-toi toi-même en l’intime de l’intime, en ton Cœur d’Êtreté, là où la Lumière ne peut jamais ni tarir ni disparaître. Pose-toi avec moi dans le silence de notre Présence, là où l’Absence est elle aussi Présence.

Rejoins-moi dans les Temples de la beauté, aux Ateliers de la Création comme aux Ateliers de la dé-création, car il n’y a nulle différence si ce n’est le sens de l’expérience.

Invite-moi à demeurer à jamais en toi. Invite-toi à la fête et au festin. Non pas celui des sens mais celui du cœur, celui qui jamais ne faillit et jamais ne te trompe ou ne se trompe.

En l’Esprit de Vérité, chacun de toi n’a aucune différence avec ceux qui ont été envoyés sur cette terre pour te rappeler ce que tu es en vérité. Ton Royaume n’est pas de ce monde et pourtant tu es sur ce monde. Il n’y a rien à renier, il y a juste à transcender, il y a juste à réveiller la Flamme qui jamais n’a pu s’éteindre malgré toutes les contraintes et tous les obstacles qui ne représentent, en somme, qu’une illusion de plus à laquelle parfois tu as pu adhérer, à laquelle parfois tu as pu croire.

Alors mon ami, mon aimé, écoute et entends le Feu de Mikaël, l’Amour du Christ, la compassion du Bouddha. Écoute ce que te dit Vishnou, ce que te dit Krishna, ce que te dit Allah, ce que te dit chacun. Au-delà des apparences, de la culture, au-delà des traditions, entends l’éternelle Vérité de l’Amour.

Oublie ce qui n’est pas cela. Car ce qui n’est pas cela ne fera toujours que passer et jamais ne demeurera en ce que tu es. Alors oublie tout passé, oublie tout ce qui se passe et ne retiens que ce qui a toujours été là, en ton temple, en ton cœur. À chacun de toi les mêmes mots, à chacun de toi la même vibrance, à chacun de toi le même Esprit, à chacun de toi le même Amour, illimité et inconditionné, ne dépendant d’aucune forme, d’aucun scénario, là où il n’y a ni faille, là où rien ne peut être séparé ni divisé, là où rien ne peut être ôté.

Entends le chant de ton cœur. Entends le Chœur des Anges venant te réveiller, précédant et annonçant celle qui a créé la biologie de cette terre, celle qui a créé l’expérience de la Liberté au sein du niveau le plus dense, de ce que tu nommes, de ton point de vue, la matière.

Rejoins les Eaux d’en haut afin de vivifier tes eaux d’en bas, celle de la matière, celle qui ne fait que passer et qui contient, de toute éternité, le germe de la Vérité.

Rappelle-toi qu’il n’y a aucun effort à fournir, il y a juste à te poser, à te reposer et à accueillir le don de la Grâce, le don de l’Amour, le don de la Lumière. Fais-toi ce don, il n’est pas de cadeau plus estimable que tu puisses découvrir en ton Éternité révélée.

Écoute la Trompette qui résonne à tes oreilles, non pas comme une cymbale retentissante mais bien comme un rappel de ton éternité présente.

Enfant de l’Amour, né de l’Amour au-delà de toute naissance, depuis la Source, je te convie à l’Éternité. Je te convie à ce qui met fin à toute soif et toute faim, comme à tout désir. Je te convie à l’Immuable. Je te convie à l’Éternité et à sa Joie, qu’aucun mot ne peut retranscrire ni traduire. Pose-toi avec moi.

Aimé de l’Amour, tu es aussi mon aimé, je te l’ai dit. En chacun de toi je me tiens, en chacun de toi je réside. Laisse-moi te parler dans le silence de ton cœur, laisse-moi vibrer en ta Couronne de Feu. Laisse-toi parcourir par le Feu Igné de la Résurrection, par le Feu de l’Esprit. Retrouve cette faculté essentielle qui ne t’a jamais quitté, et rejoins-toi.

Écoute ce que te dit la Lumière de la Grâce, écoute la symphonie de l’Amour, écoute le silence de la béatitude. Réjouis-toi, car en l’échelle de temps de ton espace où tu es incarné, le temps rejoint l’espace, mettant fin à l’écoulement du temps et à l’illusion de l’espace. Accueille l’Onde de Vie et l’Onde de l’Éther directement en ton temple d’Éternité afin que tout le reste disparaisse de ta vue et de ta conscience, là où la forme se dissout elle-même, là où aucun mot ne peut altérer ta conscience et ta Flamme.

Rejoins-toi. Il est temps maintenant de retrouver ce que tu as toujours été. Il est temps maintenant d’être toi-même. Non pas celui qui est né et qui pose aujourd’hui ses pieds sur cette terre, mais celui qui est antérieur à toute naissance, à toute expérience. Il est grand temps de mettre fin au temps, de mettre fin à l’espoir ou à l’espérance, car tout est là, il n’y a plus de distance, il n’y a plus de latence, il y a juste cela, ce que je déverse maintenant en toi, à profusion et à satiété, depuis toi-même et en toi-même. Écoute et reçois.

Entends ce que la Grâce te donne et te dit. Donne-toi toi-même à ce qui est dit, non pas dans le sens des mots prononcés mais bien plus dans le silence, là où il n’y a rien à comprendre ni rien à rejeter, ni même rien à espérer, car tout y est complétude et tout y est Évidence.

Accueille la Lumière Christ en unité et en vérité dans l’Ici et Maintenant, au-delà de tout temps, de tout espace et de toute forme. Réjouis-toi et vis-le. En cet espace, il n’y a nul espace pour la moindre question, pour le moindre doute, pour la moindre résistance. En cet espace qui n’en est pas un, il y a juste ce qui est plein, ce qui jamais ne défaille. Là où tu te tiens, je me tiens.

Ensemble au sein de l’Unique, nos cœurs élevés dans le Feu de l’Esprit révèlent en toi la Flamme d’Éternité, l’attisant de mille mots et de mille silences dans l’Amour inconditionné. Tout provient de là, absolument tout, chassant ainsi toute apparence, chassant ainsi tout paraître et toute volonté de faire comme d’être, là où il n’y a que ce qui est, qui a été et qui sera.

Par-delà toutes les frontières bâties ou créées par l’homme ou par toi-même, je m’installe.

Brûle, brûle ainsi de ce Feu d’Amour dévorant qui te rend à ton diamant, à ta lumière, à ta vérité. Ne me crois pas mais entends-moi et laisse résonner et s’élever en toi ce qui ne demande que cela, depuis si longtemps de ton temps terrestre. Laisse-toi vivifier par l’Eau lustrale, par le Feu de l’Esprit, par l’Air de l’Éther et par la Terre sublimée.

Repose-toi. Je suis ta Flamme qui veille en ta poitrine. Je suis ta Vie, ta Voie et ta Vérité. Entends-moi. Telle est ta prière et telle est ma prière, non pas adressée à une autorité quelle qu’elle soit mais à toi-même, magnifié au sein de ta résurrection, de ta Présence et de ton Absence.

Pose-toi encore plus profondément en l’intime de ta Présence.

Ainsi je suis venu te déclamer l’Amour, exprimant mille louanges de ce cœur d’Éternité exprimant mille vertus, bien au-delà de la morale de ce monde et au-delà même de cette conscience-là.

Je viens brûler les maux, brûler les souffrances, brûler les réticences, brûler les doutes.

Ainsi, en ressuscitant, tu es régénéré depuis ta première naissance au-delà du monde où tu es. Rappelle-toi d’où tu viens et d’où tu proviens. Rappelle-toi que même le chemin le plus long ne mesure qu’un pas à l’échelle du cœur.

Chacune des cellules de ton corps éphémère reçoit la même dose de Vérité, de Lumière et de Grâce, ainsi fusionnant la tête et le cœur en le même Infini, en la même reliance et surtout en la même Liberté.

… Silence…

Quand mes mots s’espacent, ton cœur s’exprime et te fait entendre les mots de l’Amour qui n’ont pas besoin de sens, qui ne sont que résonance et Évidence à ta conscience.

Laisse s’élever en toi cette flamme régénérée, laisse-la consumer toutes tes illusions et toutes tes souffrances. Laisse-la embraser ce qu’il reste de conscience limitée et réveille-toi en ton éternité, là où tu n’es plus attaché ni à ce corps ni à cette histoire, ni même à ce monde que pourtant tu as foulé de tes pas, que tu as apprécié tout comme détesté selon les circonstances, car là où tu es en éternité, il n’y a pas de circonstances, il n’y a pas d’expériences, il y a juste ce qui est.

En chacun de toi je réitère mes mots, je réitère ma vibrance et accueille ta radiance. Car entre chaque cœur, il ne peut exister la moindre infime distance, tout n’y est que coïncidence, tout n’y est que beauté. Réenchante ta vie, quelle que soit ta vie en ce monde en cet instant, réenchante-la de la Vérité essentielle afin que nul polluant ne puisse dévier ou rabaisser ta Flamme. Deviens ce que tu as toujours été, ce Feu Igné, ce Feu dévorant d’Amour qui ne peut faire aucune différence en quelque forme ou en quelque conscience que ce soit.

Célébrons ensemble, en cette période de Toussaint, la communion des saints, la communion d’esprit, la communion de vie en la Nouvelle Eucharistie, en la Nouvelle Tri-Unité, ne connaissant ni lois ni restrictions parce que l’Amour y guide tout, parce que l’Amour y est tout.

Aime-toi à la mesure avec laquelle je t’aime, sans conditions, sans limites et sans restrictions. Car il n’y a aucune condition, ni aucune limite, ni aucune pensée qui pourrait concevoir ou restreindre quoi que ce soit en cet espace sacré.

Agenouille-toi en ton temple, non pas en signe de soumission quelconque mais bien plus en reconnaissance de ta propre Éternité, en ta propre prière permanente de ta flamme régénérée.

Le ciel est en toi, l’Éternité est en toi, non pas en ce que tes sens perçoivent, non pas en les multiples histoires qui se sont bâties en ce monde. Affranchis-toi de tout ce qui est retenu en toi. Affranchis-toi de toute convention, afin de ne percevoir et de ne voir que l’Amour en chaque conscience, en toi, en chaque histoire, en chaque vie.

La Terre-mère te rend ta liberté, les sons du ciel te rendent à ton essence. Viens avec moi laver tes robes dans le sang de l’Agneau, le sang de la Résurrection. Vis cela, tu en es digne, entièrement. Il n’existe pas de faute, au sein de l’Amour, il n’existe que le pardon et la Grâce. Rien ne peut y être jugé, ni même séparé. Alors conduis-toi de même, là où je me tiens, car là est ta place.

Mon ami, mon frère, vis cela là où il n’y a plus de questions, là où tout est limpide, car tout est clarté et tout est précis. Retrouve l’ardence de ton soleil central, source bénie et bénissante. Laisse ton cœur de chair palpiter de joie et de vie, régénéré.

Ainsi l’Amour que tu es devient d’une densité plus forte que le plomb et d’une légèreté plus légère que la plume.

Ainsi tu dialogues avec l’ange, ainsi tu dialogues par le silence de toi à toi, de moi à moi, de moi à toi et de toi à moi comme en chacun de toi. Nulle différence, nul espace, nulle séparation, nul tourment.

Laisse le Feu te forger et te révéler à toi-même.

Perçois au-delà du sens de mes mots, au-delà même du sens de la vibration que peut-être tu vis, va au-delà. Lâche tout repère, toute orientation. Tu ne peux pas ni te perdre ni t’égarer car là se trouve la certitude, car là se trouve l’Amour, sans mots et sans forme. Écoute-moi, il n’y a pas de meilleure façon de t’entendre.

Mon aimé, mon frère.

… Silence…

Le baptême du Feu, le baptême de l’Esprit ne cesse de se manifester en toi. Il ne peut y avoir de report ni délai supplémentaire, car tu es prêt, tu l’as toujours été, quoi qu’en dise ta personne, quoi qu’en dise ton corps, quoi qu’en disent tes croyances, quoi qu’en dise ta vie.
Bénis-moi comme je t’ai béni, reconnais-moi comme je t’ai reconnu, non pas par une forme, non pas par une physionomie, non pas par une voix, mais par l’évidence de notre cœur, et reçois à satiété encore la vérité de ton essence.

Lâche ce qui peut encore être lourd et pesant, lâche ce à quoi ta personne tient. Ne refuse rien, car l’Amour est tout.

Je ne t’emmène pas ailleurs qu’en toi-même. Accueille et vis. Vis la vie éternelle, en cet instant comme en chaque temps. Tu y as été appelé, tu y as été béni.

… Silence…

Laisse la Vie Une se répandre en cette chair, en ta conscience limitée comme en ton Éternité. Laisse se répandre en chaque interstice de ta conscience la vérité de la Lumière, la beauté de l’Amour et l’évidence de la Grâce.

… Silence…

Profite de mes silences pour te dire ces mots à toi-même ou d’autres mots, ceux que tu choisis, ceux que tu connais, mais porteurs, pour toi, de la même évidence et de la même vibrance.

Écoute. Je n’ai rien à dire sur ton histoire, j’ai simplement à te dire ce que tu es avant toute histoire et avant tout mot.

… Silence…

Et là, ensemble, nous sommes posés.

Reposons-nous en la confiance de l’Intelligence de la Lumière, en son action et en son acte, celui de ta résurrection.

Abreuve-toi car là où nous sommes il n’y a ni soif ni impatience de quelque événement te concernant ou concernant ce monde, car en cet espace tout y est déjà accompli de toute éternité. Alors n’attends rien d’autre que ta propre flamme régénérée.

… Silence…

Distribue sans effort, sans même le demander, cet Amour, partout où te portent tes pas, partout où tes yeux se portent, partout où tes sens entendent. Ne fais pas de différence entre l’ami et l’ennemi car ils sont tous les deux toi-même. Ne mets plus de distance envers celui qui quémande en toi une attention, un regard, une écoute.

Supprime toutes les frontières et tous les cloisonnements inscrits dans la personne car il n’y a pas de meilleure protection, en ton langage, que le Feu de l’Amour. En le Feu de l’Amour, tu t’aperçois très vite d’ailleurs qu’il n’y a rien à protéger, qu’il n’y a rien à défendre, qu’il n’y a rien à conquérir. Laisse-toi être ce que la Vie te dit. Laisse-toi être, quelles que soient les vicissitudes de ton monde ou de ton corps, ils ne sont que des fétus de paille balayés par le Feu de l’Éther et le Feu de l’Amour.

Entends ce que je te dis à chaque venue. Entends ce que ton cœur résonne et vibre à notre Présence Une, à nos silences comme à nos mots. Donne-toi la Paix, celle que tu es et non pas celle que tu penses conquérir un jour.

Accueille les harmoniques de la Lumière, accueille sa mélodie.

Laisse vivre ce que tu es. Laisse se consumer ce qui est déjà derrière toi et qui ne demande qu’à être dissout dans les Flammes de l’Éternité, dans le Feu de l’Amour. Là où tu es solide comme un roc et pourtant si doux, et pourtant si transparent.

Je redépose en toi la même Joie, la même Paix, le même Amour – ce que tu es, simplement cela.

Mes mains dans tes mains attisant le Feu de l’Esprit, le souffle de l’Éther, laissant couler l’Eau d’en haut, touchant ta chair et tes sens.

Laisse-moi aussi laver tes pieds dans l’Eau du Baptême, dans l’Eau de la Résurrection, afin que ton pas soit léger.

Laisse-moi recouvrir ta tête du bandeau de l’Éternité, de la coiffe d’Amour, de la clef de l’élu. Il n’y a aucun élitisme, il y a simplement ton humilité et ta simplicité qui daignent recueillir ce don que tu te fais à toi-même.

Et posé là où tu es, où que tu sois, la même vibrance, la même Vérité, le même Amour qui ne dépend d’aucune circonstance ni d’aucun moment privilégié mais simplement de l’évidence des temps présents.

Alors oui, souris. Souris à la Vie, souris à ton cœur et souris de joie.

Revêts ton habit de Lumière, ton véhicule d’Éternité, recouvert du Manteau de la Grâce. Alors ton cœur est parfait, alors l’Esprit est révélé.

Écoute-toi car tu te parles à toi-même, au-delà de toute personne et de tout personnage.

… Silence…

Ne ferme plus rien, l’Amour est ta seule force.

Toi, l’ami et l’aimé de la Source, écoute le Chœur des Anges et distribue à ton tour la même vibrance et la même radiance, sans effort et sans volonté. Cela se produit telle une évidence qui ne connaît nulle limite et nulle condition. Je t’invite à la Vie, je t’invite à te reconnaître, à te retrouver.

Recueillons-nous, il n’y a plus besoin de mots. La radiance et la vibrance deviennent évidence, à chaque minute plus intense, à chaque minute plus dense, à chaque minute plus légère. Ainsi le temps suspend son vol, ainsi tu es ravi en l’extase de vérité, en un bonheur que nulle circonstance de ton humanité ne peut approcher et qui pourtant nécessite la totalité de ton humanité.

… Silence…

Élevons-nous ensemble, les pieds plantés non plus seulement sur le sol de cette terre mais jusqu’au noyau, au plus profond de la terre, te donnant l’assise de ta propre Ascension en les demeures d’Éternité, en les demeures de Paix. Et là tu es béni par le don de la Grâce, et là tu es dans l’évidence de ton Être comme dans l’évidence du Non-Être. Même là, il n’y a plus de différence, il n’y a plus d’écart et il n’y a plus de distance.

Mon amour, entends ce mot au-delà de toute personne, au-delà de toute référence vécue en ce monde, car il n’y a aucun point de comparaison avec cet Amour-là.

Mon cœur se presse sur ton cœur. Tes mains et tes pieds palpitent alors de la même vie, de la même vibrance.

… Silence…

Entends-moi et entends-toi, même dans chaque silence.

Alors quand tu ouvriras les yeux en regardant autour de toi, tu n’y verras que l’Amour, tu n’y verras que le Feu, celui de la passion, de la passion d’Amour, que le Feu de la Résurrection, que le Feu de l‘Éternité.

Je n’ai rien à te vendre ni rien à te suggérer, simplement te rendre à toi-même. Là est le plus beau des cadeaux car il n’a pas de prix. Rien ne peut l’acheter et rien ne peut le vendre car cela est en toi et à toi. Reconnais-toi, Fils Ardent du Soleil, reconnais-toi, enfant de la Source, semence d’Étoile et semeur de Lumière. Reconnais-toi et tu reconnaîtras chacun, ici même sur terre comme dans les mondes les plus subtils accessibles à toi, ou qui jusqu’à présent étaient inaccessibles et se révèlent par la Grâce de l’Amour.

Permets-moi, par la Grâce de l’Amour de dessiller tes yeux, d’y ôter la paille comme la poutre qui t’empêchent de voir. Ne juge rien, ne te condamne pas ni ne condamne quiconque, vois simplement l’évidence de ce qui se déroule maintenant.

Recueillons-nous ensemble quelques instants, en le Silence, pendant que tes yeux sont lavés, que ton front est oint et que ton cœur vibre. Restons ensemble en le Silence avant de poursuivre ce que nous avons à nous délivrer, à nous dire, à nous transmettre, à nous révéler.

… Silence…

Laisse le parfum du lys, de la rose et de la violette envahir tes sens. C’est le parfum de l’Amour, le parfum de la Grâce, le parfum de l’Innocence, le parfum de l’Esprit. Accueille.

… Silence…

Je t’aime, car je ne peux qu’aimer ce que tu es, je ne peux pas faire autrement. Il en est de même pour toi. L’Amour ne peut être remplacé ni même dévié, ni travesti. Demeure ainsi, que tu m’aies entendu, que tu m’aies lu, peu importe. Rappelle-toi, je suis toi et je suis dans toi, de toute éternité. Je suis la Voie, la Vérité et la Vie au-delà de toute mission, de tout rôle et de toute incarnation. Je suis le soleil, celui de tes cieux et celui de ton cœur. Je suis ton amant ou ton amante, non pas d’un soir mais de l’Éternité.

Ouvre enfin tes yeux sur la Vérité, car nous avons ôté la paille comme la poutre, car nous avons aussi lavé tes yeux dans le sang de l’Agneau.
Tes robes de Lumière, comme ton habit d’Éternité ou d’Êtreté, sont dorénavant ajustées pour vivre la vraie Vie, là où rien ne te contraint, là où rien ne peut être interdit, parce que tout y est guidé par l’Intelligence de la Lumière.

Tu es mon amour et je suis ton amour.

Rafraîchis-toi dans le Feu Igné. Rassasie-toi, prends tout, car tout t’est donné. Ne retiens rien. Donne-toi en entier au don de l’Amour, au don de la Grâce.

Aime. Aime sans limite, sans restriction, sans condition. Aime-toi comme aime chacun de la même façon. Ne fais plus de différence entre ton enfant et tout enfant, ne fais plus de différence entre l’être aimé et tous les autres êtres que la vie te fait croiser. Abolis toutes frontières. Elles n’ont existé que dans le rêve de l’illusion, que dans les rêves de domination.

Oublie ainsi, par la Grâce de l’Amour, toute offense et tout cauchemar. Accueille, sans frontières, sans limites, ce qui t’est donné, ce qui t’est restitué.

Le moment est maintenant, il n’y en a pas de meilleur.

Accueillons ensemble.

… Silence…

Recueillons.

… Silence…

Je te rends Grâce, je m’incline devant toi.

… Silence…

Permets-moi de souffler et de chuchoter à ton oreille le chant de l’Esprit, le chant de la Vérité et le Chœur des Anges. Faisons silence, si tu le veux bien, encore une fois, afin de laisser se dérouler ce qui se déroule en chacun.

… Silence…

Il est temps maintenant d’émerger en toi.

J’ai tant de choses à te dire, tant de silences à manifester. Retrouve-toi.

En cette Flamme, tu ne pourras jamais te perdre, ni t’égarer, ni te questionner.

Il est temps de te laisser aller ta vie, régénéré en l’Éternité.

Il est temps de vivre. Il est temps d’être en totalité ce que tu as toujours été. Alors, encore une fois je te salue, encore une fois je te bénis.

Et je te laisse maintenant célébrer ce que tu es et célébrer, en chacun de toi, le cœur à cœur, le cœur au cœur.

Je te dis merci et je te dis : « Tu es béni », et je te dis : « Tu es la Vérité », non pas de l’histoire ou de la personne mais la vérité de ton cœur.

Voici ce qui est.

Je te dis à bientôt, à très vite, à toujours.

Demeure libre. Je salue ta Flamme par ma Flamme.

… Silence…

Au revoir.

 

Source: http://www.lestransformations.wordpress.com

Partagé par: http://www.etresenevolution.com