Juillet 2016 / 11 – FENOUIL – Chef d’un village de Gnomes + Fichier PDF Juillet 2016 entier

JUILLET 2016

Impersonnel et peuples de la nature

 

11 – FENOUIL

Chef d’un village de Gnomes

Je vous salue, humains de surface. Avant toute chose, je suis réjoui de pouvoir m’exprimer parmi vous. Faisons, si vous le voulez bien, connaissance.

Je suis le chef d’un village de gnomes établi proche de là où vous êtes. Mon nom, car j’en ai un, ne souffre aucun commentaire. On me nomme Fenouil, ce qui n’a rien à voir, je le précise d’emblée, avec votre plante présente sur la terre. La signification n’a rien à voir avec le nom d’une plante, je suis en fait le dirigeant, vous pouvez dire ça, de ce village. Ce que je viens vous dire n’a pas de relation directe avec ce village que je dirige, mais plus globalement avec ce que sont les gnomes.

Comme vous le savez peut-être au travers d’un certain nombre de livres qui nous ont décrits ou qui ont parlé de nous, nous avons sensiblement la même forme que vous, mais nous ne sommes pas aussi gigantesques, et je dirais, un peu plus larges que vous. Nous travaillons la terre. Nous sommes à l’intérieur de couloirs, de cavités, que nous aménageons. Malgré notre forme qui s’apparente à la vôtre, nous ne sommes pas de votre dimension et nous ne participons pas, en aucune manière, à l’enfermement. Nous sommes là depuis bien longtemps, identiques à nous-mêmes.

Ce qu’il m’est demandé de vous communiquer, c’est un certain nombre d’éléments, non pas tant sur notre organisation de vie ou sur notre mode de vie, qui n’appelle là aussi aucun commentaire, mais nous sommes ici, sur cette terre en tout cas, une forme de gardiens de la Terre. Nous n’avons rien à voir d’ailleurs avec les peuples dits intraterrestres, même si nous vivons le plus souvent dans les entrailles de la Terre, avec le plus souvent d’autres peuples de la nature autour de nous, et si possible éloignés de vos villes, de vos cités ou de vos maisons.

À quoi pouvons-nous vous être utiles ? Parce qu’en tant qu’habitant sur une autre dimension et toutefois posés sur la dimension sur laquelle vous vivez, notre rôle est plutôt de vivre et de profiter de la terre. Vous savez, il y a eu, à de nombreuses périodes de cette terre, des habitants venus de très loin, en termes dimensionnels ou en termes d’espace, qui ont ensemencé ou vécu par eux-mêmes à la surface de cette terre, voilà des temps fort reculés, quand il n’y avait pas l’enfermement que vous vivez, dirons-nous.

Nous sommes sexués, comme vous, même si nos caractères physiques primaires et secondaires n’ont pas de rapport avec l’utilisation que vous en faites. Le plus souvent nous préférons rester entre ce que vous nommez « mâles » je crois, bien que nos compagnes, pour ne pas dire épouses, ne soient jamais très loin. Nous travaillons la terre pour notre plaisir avant tout. Nous sculptons la terre, un peu comme l’ont fait d’autres peuples, mais à notre échelle. Nous créons ; nous sommes des créateurs, non pas de mondes mais des créateurs de formes, ici-même sur la terre, et nous sculptons la Lumière et la matérialisons au sein de formes.

Tout comme vous nous sommes des êtres d’amour ; nous avons toutefois un certain nombre de spécificités qui traduit notre sensibilité, je dirais. Nous sommes d’abord extrêmement francs. Nous n’enrobons pas les choses, nous allons directement à l’essentiel, dans toutes nos activités, dans les rapports entre nous, avec les autres peuples de la nature et aussi maintenant avec vous, puisque les peuples de la nature se sont révélés progressivement, déjà depuis un certain temps mais de manière plus tangible pour vous depuis quelque temps, court.

En quoi nous pouvons vous être utiles ? Rappelez-vous, notre fonction première, c’est de jouir de la terre au travers de la création au sein de la terre. Nous cristallisons, si vous préférez, la matière en des formes, en des… comment dirons-nous, des glyphes je crois, vous appelez ça des glyphes, c’est-à-dire nous traçons des circuits qui sont à l’intérieur de la Terre, des circuits de résonance avec la Lumière. Par analogie, je crois que vous pouvez prendre l’exemple des Géants qui ont sculpté les Cercles de Feu.

Notre action, nous, n’a pas à servir une quelconque échéance mais se poursuit inlassablement, parce que tel est notre bon plaisir.

Nous avons, nous pouvons le dire, une certaine maîtrise de la forme, de par notre activité principale et aussi de par notre constitution et notre, comment dites-vous, filiation.

En quoi pouvons-nous vous être utiles en cette période ? Eh bien déjà pour permettre à la Lumière de sculpter votre corps d’Éternité et en même temps de modeler, si je peux dire, et non pas sculpter, votre éphémère en accord et en résonance avec la Lumière qui vous est maintenant de plus en plus accessible et visible.

Pour nous rencontrer, même si certains d’entre vous l’ont déjà fait ici ou ailleurs, nous aimons ce qui se mange, et nous sommes particulièrement friands de ce que vous nommez, je crois, les biscuits, quels que soient les biscuits, mais nous préférons de loin les biscuits durs que mous. Nous avons l’habitude de ce qui est dur, au sens où vous l’entendez, c’est-à-dire très matériel et très dense. Nous avons à faire avec ça et nous sommes porteurs aussi de cela.

Nous aimons ces offrandes apportées en nos lieux, à l’orée de nos lieux, ou en des endroits où nous disposons de relais possibles.

Il est peut-être beaucoup plus difficile de nous trouver, de nous repérer, puisque nous ne laissons rien en surface et que tout se déroule dans la roche, même si nous sortons de cette roche à la nuit venue. En effet, la Lumière que nous condensons dans les formes suffit à nous éclairer et nous n’avons pas, à proprement parler, besoin de rayons du soleil ou de voir la lumière du jour, puisque ce que nous créons et ce que nous sommes est déjà lumineux de l’intérieur, et de l’extérieur.

Nous rencontrer, à quoi cela peut-il bien vous servir ? Eh bien, comme je l’ai dit, à modeler votre forme et à vous préparer au changement de forme, justement, c’est-à-dire à être sculptés ou modelés dans une autre forme au moment où votre gangue, c’est-à-dire votre corps physique, n’aura plus de raison d’être, que ce soit ici ou dans vos mondes, ceux que vous partirez explorer ou vivre au sein de la Liberté.

Au-delà des aliments, nous aimons aussi les pierres noires, et je dois dire qu’une pierre particulière nous agrée beaucoup, nous en sommes très friands parce qu’elle est une perfection de la Lumière condensée que nous appelons le « grenat noir », et surtout pas transformé par vos mains, ou par vos outils. Et nous apprécions donc les gâteaux durs, les biscuits durs et ces pierres. Vous pouvez d’ailleurs entrer en résonance avec nous plus facilement en nous apportant une de ces pierres, ou en la portant sur vous tout simplement.

Nous rencontrer, c’est retrouver la densité de la Lumière et sa force, non plus seulement au niveau de votre conscience ou de vos enveloppes subtiles mais bien directement dans votre chair. En quelque sorte nous serions peut-être, pour vous, dans cette période, des stabilisateurs de la Lumière. Il n’est pas question avec nous de légèreté, il est question de rigueur, d’une certaine forme de rigueur de la matière, et nous agissons par syntonie et par divers outils, si je peux dire, invisibles pour vous, hein. Rassurez-vous, il n’y a pas comme dans votre imagerie, des marteaux ou des outils métalliques tels que vous connaissez. Mais nous arrivons à modeler la Lumière et à l’agencer en fonction de ce que vous pourriez appeler, au niveau de votre corps, les lignes de moindre résistance à la Lumière, et je crois que ça a été appelé des Portes, des Étoiles, etc., c’est-à-dire des points dans votre corps qui sont aptes, plus qu’ailleurs jusqu’à présent, pour digérer en quelque sorte la Lumière qui vous nourrit et que vous êtes.

Un contact avec nous va renforcer l’élément Terre et tout ce qui est donc relié au Triangle de la Terre, à l’assise en vous, la stabilité. Nous sommes exactement à l’opposé des ondines, que nous respectons et aimons tout autant que nous, et que les dragons ou les elfes et toute vie. Mais notre fonction, car c’en est une, est celle que je vous ai dit, et par rapport à vous, dans nos rencontres possibles, nous agissons directement sur votre matière, bien sûr si nous en avons l’accord de la Lumière, et de toute façon pour agir en synergie avec la Lumière qui vous parcourt déjà.

Nous ne pouvons pas vous apporter d’autre lumière que celle dont vous êtes porteurs, ni même les particules adamantines qui sont autour de vous, mais nous pouvons, par nos outils, sculpter en quelque sorte ces endroits où vous recevez la Lumière et permettre, là aussi, que celle-ci ne rencontre pas de résistance et s’établisse de manière fluide. Du fait de l’adhésion de votre conscience à ce corps, bien sûr, l’action sur le corps aura une action sur la Lumière et sur votre conscience, même si, je le répète, nous n’agissons pas sur la Lumière et nous n’agissons pas directement sur votre conscience ; nous respectons en cela même votre enfermement. Il ne pourrait d’ailleurs en être autrement.

Si vous éprouvez le besoin d’être plus stables, d’une manière ou d’une autre, si vous éprouvez le besoin de voir quelque chose de très concret dans votre corps changer, s’harmoniser, nous ne sommes pas médecins, je vous précise, mais nous avons la possibilité d’agir directement, par exemple sur tout ce qui est lourd et dense en vous, que cela soit des cristallisations, que cela soit des nœuds, que cela soit votre structure osseuse ; tout ce qui demeure en place, même dans vos mouvements, est accessible à notre action, par nos outils. Je ne peux pas rentrer dans les explications de ce que sont ces outils mais rassurez-vous, ils font partie de la Lumière authentique et n’ont connu aucune déformation, ni par l’usage, ni par l’usure, ni même par l’enfermement.

Je précise qu’il est préférable de ne rien nous demander. Nous faisons ce que nous devons et non pas ce que vous voulez. Si toutefois cela est rendu possible par ce que nous observons dans votre structure, à travers votre forme et à travers les points focaux de la Lumière qui s’accumulent en vous en certains lieux. Il n’y a pas d’intention à poser, ni de but à nous imposer d’une manière ou d’une autre. Si vous venez à nous, nous ne pouvons pas venir ni chez vous ni dans votre corps. Vous voyez ce qu’il se passerait si avec notre densité nous rentrions en vous ; c’est mathématiquement, comme vous dites, impossible. Toutefois nous pouvons, avec nos outils, arranger certains désordres.

Encore une fois, ce n’est pas de la guérison subtile ou physique mais c’est une action directe sur les courants qui sont au plus près de certaines cristallisations ou de certaines structures, en particulier osseuses ou fixes de vos corps. Tout ce qui concerne par exemple l’étage situé dans votre ventre, tout ce qui concerne vos ornements, c’est-à-dire les ongles, les cheveux, tout ce qui concerne des structures qui ne bougent pas, l’œil par exemple. Nous n’avons aucune action possible sur le sang ou sur ce qui touche le sang. Mais nous pouvons, sans que vous le demandiez, à condition d’entrer en contact avec nous – si nous le voulons bien –, avec votre structure, et pour cela il faudra déplacer votre structure, soit en venant dans nos villages (mais vous aurez du mal à les trouver), soit en créant une structure d’accueil pour nous, et l’un de nous viendra. Et je parle là, non pas de notre village mais de tous les endroits et toutes les communautés de notre peuple.

Il suffit pour cela de créer une colonne de Lumière et de stabiliser si possible cette colonne de Lumière avec la pierre dont nous sommes très friands, en en plaçant quatre en croix ou en carré, et nous serons possiblement présents au sein de cet endroit dès l’instant où vous y pénétrerez. Et soyez patients, ne demandez rien, attendez simplement, et nous viendrons peut-être – à certaines heures, pas toujours, nous ne sommes pas tout le temps disponibles non plus. Moyennant quoi, si nous avons une offrande et si vous placez votre corps à l’intérieur de ces pierres que j’ai citées, des pierres noires et en particulier cette pierre parfaite créée par la nature, nous pourrons intervenir en vous et vous le sentirez de manière très, très physique, si je peux dire. C’est la seule aide que nous pouvons vous apporter, et cela correspond totalement à nos attributions.

Nous rencontrer dans d’autres circonstances ne vous apporterait, on peut le dire, ni joie ni une quelconque transformation de votre conscience, mais si vous nous rencontrez en nos lieux, tout au plus pourrez-vous effectivement nous rencontrer en dehors des pierres, si vous nous trouvez, mais bénéficier de cette espèce de solidité que nous pouvons vous apporter au niveau de votre structure la plus dense. J’ai cité les exemples des parties de vous sur lesquelles nous avons une action relativement facile, encore une fois en adéquation totale avec la Lumière et non pas avec vos désirs ou nos désirs.

En ce sens-là nous pourrons éventuellement tracer, de manière invisible mais perceptible, certains glyphes sur vous, ce que vous pourriez nommer des symboles aussi si vous voulez, ce n’est pas une écriture mais ce sont les glyphes qui appartiennent depuis des temps immémoriaux aux gnomes, un peu, si vous voulez, comme ce que vous appelez les runes nordiques. Bien évidemment, ce ne sont pas des runes, ce sont des glyphes liés à notre Présence et à notre fonction.

Je n’avais rien d’autre à vous dire mais toutefois il m’a été demandé de me prêter à vos éventuelles questions concernant, non pas notre vie, non pas notre lieu de vie, mais uniquement sur ce qui peut faire interaction avec nous, à l’orée de nos villages ou sur les structures que vous avez recréées où nous pourrons venir sans difficulté.

Par rapport à cela, et exclusivement par rapport à cela, je veux bien entendre les questions qui vous semblent nécessaires, si toutefois j’avais oublié quelque chose dans ce processus, ou si ça reste pour vous encore obscur.

Question : quelles sont les heures favorables pour vous rencontrer ?

Évitez autant que faire se peut les horaires de plein soleil, sauf si nos villages, si vous les connaissez, sont situés dans des endroits – ils sont d’ailleurs toujours situés dans des endroits où le soleil ne pénètre que très difficilement, ça nous permet quand même d’avoir une mobilité extérieure un peu plus large –, mais l’horaire privilégié pour vous, soit c’est en plein jour si vous avez constitué une structure avec quatre pierres noires qui nous permettra de ne pas être affectés, de différentes manières d’ailleurs, ou si vous connaissez l’un de nos villages, si vous tombez dessus, de toute façon vous le sentirez parce que ça sera un endroit en général humide, en général assez sombre, où la lumière ne fait que filtrer et où l’orientation, en tout cas de nos tunnels et cavités, n’est pas destinée à laisser pénétrer la lumière du plein soleil.

Il y a des horaires effectivement, et même dans ces lieux que vous pouvez recréer, les horaires privilégiés sont plutôt le matin, même après le lever du soleil mais avant que celui-ci ne soit trop visible au-dessus de l’horizon, et le soir dans, je dirais, selon vos saisons, une à deux heures avant le coucher du soleil, quelle que soit la saison d’ailleurs.

Ça, cela concerne, comme je l’ai dit, nos villages. Vous pouvez très bien créer une structure d’accueil mais, de grâce, ne faites pas ça dans vos domiciles, ils sont affreux. Il est impératif que cette structure soit en contact avec la nature et plutôt isolée, nous n’aimons pas être dérangés.

Donc retenez les horaires, plutôt le matin, plutôt le soir, et toujours dans la nature, pas nécessairement à l’ombre puisque la structure des quatre pierres que je vous ai donnée crée un couloir où nous pouvons aisément rester le temps nécessaire pour une action donnée, si nous jugeons bon que celle-ci est possible. En fonction de ce que nous observons de la Lumière en vous et non pas de ce que nous jugeons à titre quelconque.

Évitez autant que faire se peut d’être parfumés, nous préférons de loin l’odeur de la terre. Et si possible, que cela soit en nos villages ou que cela soit sur les structures que vous avez créées, de grâce retirez vos chaussures. Porter la peau d’un animal à ses pieds nous semble, pour nous bien sûr, très anachronique dirons-nous.

Avez-vous d’autres questions ?

Question : pour la structure d’accueil, les pierres sont-elles à placer de manière permanente ? Dans un carré de quelle surface ?

Ah, vous parlez de distance entre les pierres ?

… oui.

Oh, prévoyez deux mètres carrés, trois mètres carrés si vous êtes assez corpulents, mais un mètre à deux mètres devraient suffire, exceptionnellement plus de trois mètres parce que là, la structure ne serait pas aussi solide. Jusqu’à présent, je crois que cela vous a été communiqué puisque nous sommes venus jusqu’à vous, il y avait la nécessité de créer une forme particulière de lumière qui était une colonne de Lumière Supramentale. Ce n’est plus nécessaire dans la mesure où maintenant les particules adamantines sont partout. Créez cette structure au sol, attendez quelques minutes et rentrez dedans tout simplement. N’oubliez pas le biscuit.

Question : cette structure doit-elle être retirée après chaque intervention ou peut-elle rester de manière permanente ?

Elle peut être là de manière permanente mais cela n’y changera rien, puisque nous sentirons uniquement quand quelqu’un sera dedans. Et nous saurons, dès que quelqu’un pénètre là-dedans, de là où nous sommes, du village en tout cas le plus proche de là où vous avez fait cela, nous saurons instantanément qu’un humain a créé une structure de pierres. Et nous viendrons, et nous rentrerons peut-être à l’intérieur. Nous voyageons d’ailleurs directement de ce point de notre village à votre point créé. Nous n’avons pas besoin de creuser un tunnel, rassurez-vous, pour venir à vous.

Donc, cette structure que vous allez créer au sol peut être retirée une fois que vous avez terminé ou laissée en place. Mais encore une fois, elle ne sera pas active tant que quelqu’un ne sera pas dedans, éclairant la colonne de Lumière de lui-même, par sa propre Présence ; que vous sentiez vos structures de lumière ou pas, d’ailleurs, nous importe peu, puisque la Lumière, de toute façon, aujourd’hui se dépose partout. Même si elle ne pénètre pas, si les structures d’ouverture comme ce que vous nommez les Portes ne sont pas activées, mais néanmoins, dès l’instant où la structure est posée au sol et que vous êtes à l’intérieur de cette structure, debout ou assis peu importe, cela est présent.

Existe-t-il d’autres questions ?

Question : quand vous interviendrez, serez-vous visibles à nos yeux ?

En dehors de nos villages, je ne pense pas que vous puissiez nous voir. Vous n’avez pas encore suffisamment, comment ça s’appelle chez vous, la vision subtile ou la vision dite éthérique suffisamment constituée pour l’instant pour nous voir, malgré notre densité et notre volume. Mais vous nous percevrez, ça je peux vous l’assurer ; les outils, quand ils travaillent, ils travaillent.

Question : y a-t-il une distance à respecter entre la structure d’accueil créée avec les grenats et l’un de vos villages, ou ce n’est pas important à condition que ce soit dans la nature ?

Ah, c’est clair que si vous habitez en pleine ville, vous aurez du mal, devant la pelouse ou dans votre jardin. Ne soyez pas si possible trop loin quand même d’un environnement minéral, où il y a à la fois de l’eau et des arbres pas très loin. C’est l’environnement le plus propice qui est susceptible d’être… Si vous voulez, quand vous créez ces structures, nous entendons une sonnette, mais si effectivement… je ne peux pas vous donner de distance parce que c’est très variable selon la conduction de l’onde qui est créée par cette structure de pierres, mais ça peut aller jusqu’à ce que vous pourriez appeler plusieurs kilomètres.

Mais encore une fois, si possible dans la nature, si possible pas juste devant une maison humaine, parce que là c’est insurmontable pour nous. Essayez de faire ça près d’un arbre, près de l’eau par exemple, ça peut aider.
Mais encore une fois, nous ne répondrons absolument pas à toutes les demandes. Nous répondrons uniquement, d’ailleurs je vous ai dit de pas venir en demande mais d’attendre à l’intérieur de ces structures de voir ce qu’il se déroule. Et en fonction du coup de sonnette que nous recevons, nous enverrons un émissaire vers vous, avec les outils nécessaires.

Question : les cuisiniers ont apporté des cookies pour vous, nous irons les déposer à l’endroit d’accueil qui a été fait en ce lieu.

Que nous connaissons très bien. D’ailleurs, il faudrait un peu l’entretenir.

… comment ?

Il faudrait un peu l’entretenir, l’endroit.

… de quelle manière ?

Eh bien déjà le nettoyer, et puis ensuite refaire la colonne de Lumière, ou laisser en permanence, si c’est possible, même légèrement enterrées, les fameuses pierres dont j’ai parlé.

… c’est noté.

Merci bien.

Question : puisqu’il ne faut pas faire de demande, y aura-t-il un moyen de savoir si vous êtes intervenus sur nous ou pas ?

Quand tu vas chez le chirurgien humain, il y a une cicatrice, eh ben il y aura aussi une cicatrice ; c’est ce que j’ai nommé les glyphes tracés sur votre peau. Mais l’action est physique, donc vous ne pouvez pas la sentir. Même si vous ne le sentez pas pendant que nos outils travaillent, vous verrez bien ce qu’il s’est produit, quand même, au niveau de votre structure.

Question : pour créer les structures d’accueil, est-il possible de remplacer le grenat par de la tourmaline noire ou du quartz noir morillon ?

D’ailleurs, je remarque, dans ce lieu que vous n’avez pas mis de grenat noir. Vous avez mis une pierre noire et une colonne de Lumière. Mais l’idéal est quand même cette structure géométrique parfaite. Mais cela peut fonctionner, avec un peu plus de difficulté opératoire pour nous, mais avec toute pierre noire.

Question : l’onyx aussi ?

Toutes les pierres noires.

Question : la taille de la pierre a-t-elle une importance ?

Je dirais même que plus elle est petite, plus elle agira dans la résonance qui sera créée.

Question : avez-vous, dans vos villages et dans vos maisons, ce grenat noir ?

Oui. Il y a d’ailleurs, pas très loin, nombre de ces cristaux qui sont présents. Ça ne veut pas dire que nous sommes toujours à côté de ces pierres noires mais nous sommes très contents quand nous avons ces pierres, parce qu’elles nous éclairent à la perfection.

Question : donc vous vous installez là où il y a les veines de grenat noir ?

Il y en a pas partout, et nous sommes partout. Tout ce qui va être minéral, de couleur sombre, parfois brune, parfois rouge, parfois noire. Mais je vous rappelle que même vos minéraux les plus éclatants naissent au sein d’une gangue, qui est le plus souvent, pas toujours mais le plus souvent, de couleur très foncée. Effectivement nous choisissons de manière privilégiée ce type d’environnement, mais pas toujours. Quand cela est impossible, nous pratiquons autrement.

Question : dans la nature, près de l’eau et dans la forêt, sommes-nous forcément à moins de 3 km d’un de vos villages ?

Ça voudrait dire qu’il y aurait énormément de villages, nous ne sommes pas assez nombreux. Nous ne nous sommes pas multipliés comme vous. Mais néanmoins il faudrait vraiment que la structure créée soit plus éloignée de 10 km à 15 km pour que nous n’ayons pas de coup de sonnette. Retenez effectivement la forêt, l’ombre, l’eau, la roche, d’autant plus si les roches sont grises ou noires plutôt que beiges.

En général, nous nous tenons à une distance minimale de vos constructions, pour les villes en tout cas ou ce que vous nommez agglomération je crois, ou village même. Dès que vous dépassez un certain nombre d’humains, avec vos constructions, nous nous éloignons. Mais en règle générale, je peux dire que par rapport à une ville ou une assemblée de maisons, la distance minimale est au moins de 10 km.

Bien sûr, nous pouvons nous installer sans problème déjà à 1 km d’un petit village ou même à quelques centaines de mètres d’une maison, si elle est isolée.

Je ne vois pas quoi d’autre vous donner comme éléments concernant nos emplacements. D’autant plus qu’ils ne sont pas aussi, comment dire, sensibles, du fait de la présence des vortex comme dans les villages des elfes.

Question : pouvons-nous créer une structure à plusieurs personnes ?

Pour créer la structure, oui, mais en ce qui concerne notre chirurgie, il vaut mieux être seul dedans. On sait jamais.

Question : si on est plusieurs, comment savoir quand vous aurez fini votre intervention sur la première personne pour que la deuxième personne puisse prendre place ?

C’est très simple. Nos interventions, une fois que nous avons vu, de là où nous sommes, l’interaction de la Lumière avec votre structure physique, si nous pouvons et devons intervenir, en fonction de, comment vous appelez ça, l’Intelligence de la Lumière, nous pourrons sans aucune difficulté pratiquer ce qu’il y a à pratiquer. Nous aurons peut-être besoin de vous revoir, comme certains chirurgiens humains, mais en tout cas l’opération ne va pas durer des heures de votre temps. Restez paisiblement à l’intérieur de cette structure. Je dirais que le temps maximum entre le coup de sonnette, l’opération éventuelle, et la fin de l’opération à proprement parler, prendrait trente minutes, jamais plus.

Laissez-nous quand même quelques minutes avant de sentir quelque chose.

Bien sûr, dans les structures de pierres, et surtout si c’est les pierres que j’ai nommées, vous sentirez aussi bien sûr l’énergie des cristaux, à ne pas confondre avec notre venue ou notre réponse. Mais je pense que les sensations de votre corps seront on ne peut plus claires à ce moment-là.

Question : avez-vous des préférences au niveau des gâteaux secs que nous vous offrons ?

Non, du moment qu’ils soient durs.

Question : j’habite près d’une rivière, il y a donc de l’eau, des arbres et des rochers, mais l’été il n’y a pas d’eau. Cela pose-t-il un problème pour vous ?

Je n’ai absolument pas dit qu’il fallait qu’il y ait les trois éléments que j’ai cités. Ça pouvait être l’un ou l’autre. C’est plus facile pour nous, disons.

Question : y a-t-il d’autres éléments que les habitations humaines, qui éloigneraient vos villages ?

Oui, effectivement, tout ce qui est électrique.

Comment dire ? Nous sommes des êtres beaucoup plus magnétiques que vous, et l’électricité ne fait pas très bon ménage, je dirais, avec notre structure. Je ne parle pas d’un simple fil de courant, je parle de générateurs, de… comment vous nommez ça, ce qui fabrique l’électricité, ou des gros câbles, des gros fils qui transmettent le courant. Parce qu’à ce moment-là sont générés des champs électriques et électromagnétiques qui ne sont pas propices du tout à notre venue.

Question : il n’y a pas des éléments subtils qui peuvent tenir vos villages éloignés ?

De quoi veux-tu parler ? Nous vivons en harmonie avec les autres peuples de la nature. Il ne peut en être autrement.

Question : comme des éléments « sombres » ?

Ils ne pourraient pas nous approcher. Ils nous fuient comme la peste, je dirais.

Question : pour l’intervention, vaut-il mieux être assis, debout ou couché ?

Non, non, assis ou debout.

… couché ça ne va pas ?

Ah, je n’ai pas dit ça, mais à ce moment-là il faudra modifier la structure qui est posée.

Question : comment savoir si on doit revenir une deuxième fois ?

Ben, si c’est pas fini.

Question : comment sait-on que ce n’est pas fini ?

Peux-tu répéter ?

… vous avez dit que parfois il fallait faire une deuxième intervention…

Si la première n’a pas été suffisante, donc s’il existe une douleur, une déformation, quelque chose qui n’est pas réglé et que nous sommes réellement intervenus.

Vous pouvez aussi simplement venir nous apporter un biscuit. Cela ne nous dérangera pas.

Question : quand on vous a déposé des biscuits, le lendemain il n’y avait plus rien. Est-ce vous qui les avez pris ou ils ont été mangés par des animaux ?

Je vous précise quand même que nous mangeons les forces vitales du biscuit et pas le biscuit en lui-même, bien sûr. Mais comme un biscuit dur évoque la forme, et que nous sommes amoureux des formes, nous préférons cela. Après, nous les laissons aux animaux.

Question : un biscuit dur en forme de cube.

Ça existe ?

… ça peut se faire.

J’en ai jamais vu, ni mangé.

… ça peut se faire.

En général, vos trucs durs sont toujours très plats.

… on pourrait faire un effort pour vous en apporter des cubiques.

Va falloir partager, c’est ça l’embêtant.

Question : la présence d’une ferme près de la structure pourrait-elle vous déranger?

Si c’est une ferme qui s’occupe d’animaux, nous évitons. Nous avons horreur de voir ces animaux enfermés quelque part. Si toutefois c’est une ferme qui s’occupe de végétaux, là il n’y a pas de souci. Même une poule en cage nous est intolérable.

Question : êtes-vous nombreux dans vos villages, combien de gâteaux faut-il apporter ?

Quand je parlais de partage, en général ce n’est pas le nombre de biscuits, c’est surtout l’originalité, et sa dureté ; ne vous inquiétez pas du partage. Nous n’avons pas les mêmes notions de partage, et partager la force vitale d’un biscuit se fait sans aucun problème.

Question : puisque vous avez des compagnes, êtes-vous en famille ?

Pas au sens où vous l’entendez mais nous avons une compagne privilégiée, si je peux dire. Mais les compagnes n’ont rien à voir avec ce que vous appelez mari et femme. Disons que ce sont simplement des ajustements de polarité qui n’ont rien à voir avec une quelconque fonction de gestation, de reproduction ou de sexualité, dans le sens où vous l’entendez, et le vivez.

Je vois qu’il y a des questions, qui ne sont plus vraiment en rapport avec ce que j’ai demandé.
Toujours sur le processus opératoire, vous n’avez plus de question ?

Question : pouvez-vous aussi agir sur des enfants ?

Je vous répondrais que cela nous est difficile jusqu’à un certain âge, du fait que la forme d’un enfant est, ce que vous appelez, « en croissance » et donc mobile. Il est préférable d’attendre d’être sorti de l’enfance et même d’être, pas mature mais d’être fini, si je peux dire.

… après 21 ans à peu près ?

À peu près.

Question : pouvez-vous repréciser sur quelles parties de nos structures vous intervenez ?

Toutes les structures fixes et dures : les os, tout ce qui est dans le ventre, les yeux, les organes des sens, certains tendons, tout ce qui est osseux ou cartilagineux. Et aussi, comme je l’ai dit, toujours dans ces régions-là, tout ce qui vous semble noué ou cristallisé sur ces parties-là.

Question : un calcul par exemple ?

Ça dépend où il est situé.

… le rein.

Oui.

… la vésicule biliaire ?

Non.

Le rein ne change pas de place, la vésicule se contracte, est donc mobile, même si elle reste en place.

Question : les disques lombaires ?

Ça fait partie des structures cartilagineuses.
Autre exemple situé dans le ventre : nous pouvons agir sur les ovaires, mais pas sur les testicules.

Question : les dents ?

Oui, mais attention, nous ne sommes pas dentistes.

Question : si on doit subir plusieurs interventions, comment savoir qu’il faudra revenir pour une autre intervention ?

Ça va te coûter très cher en biscuits.

Il est évident que les interventions concernent chose par chose. Nous ne pouvons pas traiter, si cela est traitable, l’ensemble de ce qui est à traiter en une seule fois. Je dirais nœud par nœud ou anomalie par anomalie.

Question : y a-t-il un espace de temps minimum à laisser entre deux interventions?

Il n’y a pas de règle. C’est à vous de voir, de ressentir, de vivre ce qui a été fait, quand cela est fait.

Question : vos interventions sont-elles douloureuses ?

Elles ne sont pas douloureuses, elles sont perceptibles.

Rappelez-vous de ce que j’ai dit : nous agissons sur la matière, mais en accord avec la Lumière, dans la région de ce corps qui est affectée.

Question : dans les contes, on vous voit densifier la lumière sous forme de cristaux ou de gemmes. Est-ce une réalité ?

Cela a été la réalité il y a fort longtemps, mais pas tous les cristaux bien sûr. Non pas par une action d’opération mais par ce que nous portons en ce que nous sommes.

Question : avez-vous aussi un rôle pour ancrer la Lumière ?

C’est ce que j’ai dit au début, c’est-à-dire… Tu écoutes ?

… ma mémoire me fait défaut.

Je ne peux rien pour ton cerveau.

… ce n’est pas assez dur, c’est pour ça ?

Non, il y a de l’électricité. Et le cœur, c’est pareil.

Question : cela pourrait-il gêner pour vos interventions si quelqu’un a une pile posée près du cœur ?

Si c’est dans cette région, oui, c’est très gênant. Si c’est à l’autre extrémité de votre corps, il n’y a pas de problème.

Question : s’il y a du métal, des broches, cela peut-il vous gêner ?

Le métal ne nous gêne pas.

Question : si on a des implants dans les yeux, cela peut-il vous gêner ?

Non plus.

Question : même pour une opération sur les yeux ?

Non plus.

Question : quel type d’intervention pouvez-vous faire sur les yeux ?

Encore une fois, cela dépend de l’agencement de la Lumière dans ces régions, chacun est différent. Même si la structure est identique, l’agencement de la Lumière est profondément différent chez chacun. Je vous ai donné les organes et les éléments sur lesquels nous pouvons agir. N’oubliez pas aussi que vous pouvez venir, non pas pour vous faire opérer mais nous rencontrer aussi pour trouver une certaine forme d’assise, de solidité en vous, et là, sur des aspects qui ne sont pas matériels et organiques. Nous n’agissons pas sur votre conscience, comme je l’ai dit, mais nous pouvons agencer la Lumière pour que cela se produise, si nous en avons l’autorisation.

Question : le fait que vous veniez nous voir en ces Temps de la Terre est-il dû à l’ajustement du corps d’Êtreté sur nos structures ?

C’est exactement ça. Et nous espérons que cet ajustement se terminera bientôt.

Question : il nous a été dit qu’il serait gravé des choses sur le tétrakihexaèdre. Cela fait-il aussi partie de votre fonction ?

Non, ce sont vos propres codages de lumière qui se manifestent à ce niveau-là. Nous n’y sommes strictement pour rien.

Question : vu nos questions, vous pouvez prévenir votre peuple que vous allez être très sollicités.

Alors ça, ça risque pas.

… pourquoi ?

Mais parce qu’il faut un certain temps pour que les opérations se fassent, je vous ai dit trente minutes, et je doute fort que vous soyez innombrables à ce point-là. Nous n’allons pas nous transformer en chirurgiens de corps humains.

Question : pouvez-vous intervenir aussi sur les poumons ?

Non, c’est trop mou. Ça n’a aucune consistance. Éventuellement sur les premiers conduits les plus gros qui conduisent l’air, mais c’est tout.

Nous n’avons plus de questions et nous vous remercions.

Nous avons donc fait le tour de ce qu’il y avait à dire pour vous permettre de bénéficier peut-être de cela. Quant à moi, je vous présente les hommages, les respects, et l’amour bien sûr, de tout mon village et de tous mes administrés, comme vous dites.

Ils m’ont appelé Fenouil simplement parce que je suis celui qui est le plus sensible au « ouille » de mes frères. Nous disons « ouille » quand nous avons mal. Et vous imaginez bien que travaillant sur la matière, nous sommes épais mais nous avons souvent, comment dites-vous ça, des heurts. Pas entre nous mais sur nos corps.

Alors, je dis à certains d’entre vous, enfin, moi ou d’autres, nous vous disons, peut-être à bientôt.

Je fus ravi de pouvoir m’exprimer de votre façon et je vous dis… Quoi vous dire ? Comment ça s’appelle ? Je vous dis, bonne renaissance.

Fenouil vous salue bien bas.

 

TÉLÉCHARGEMENT FICHIER PDF DES 11 RENCONTRES JUILLET 2016

 

Source: http://www.lecollectifdelun.com

Partagé par: http://www.etresenevolution.com