LA RÉSURRECTION / LA SOURCE – mai 2016

NB : cette canalisation est tirée d’un ensemble de canalisations qui accompagneront notre résurrection en ce mois de mai.

LA RÉSURRECTION

Mai 2016

LA SOURCE

 

Mon ami, mon aimé, toi, qui ressuscites d’entre les morts, toi qui es vivant, où que tu le souhaites, d’un point à l’autre, de l’Alpha à l’Oméga, en ce moment se vit l’annonce de mon Serment et de ma Promesse. Toi et moi, et au-delà de toi et moi, au-delà de chaque conscience, est la Vie portée par l’Amour, portée par le jeu, portée par l’Absolu. En ce que tu vis et en ce que tu as à vivre, ta Flamme régénérée brille en toute direction et en toute dimension.

Toi, qui es libéré, laisse partir ce qui doit partir et laisse fleurir le sourire de la Vie, où nulle limite ne peut ternir l’éclat de ce sourire.

Toi, qui es vivant, toi qui t’apprête à renaître en les demeures d’Éternité, je t’invite parce que tu m’y as invité, en ta soif de Vrai, en ta soif d’Amour. Permets-toi de te reconnaître, permets-toi de ne pas te juger et de ne rien juger.

Là où tu te tiens, je me tiens. Là où je suis, tu es.

Il te reste à te reconnaître, en définitive, en toute vie.

Toi, source de tout, laisse disparaître ce qui n’a jamais tenu en l’Éternité.

Mon ami, mon aimé, regarde, vois, entends la Vie, Une et indissociable, Une en toute chose. Laisse ton cœur s’embraser en l’élan de la Vérité, en mon élan comme en ton élan.

Mon ami, mon aimé, laisse le vent te cueillir, laisse le feu t’élever, laisse l’eau te féconder et laisse la terre être le roc de ton Éternité.

Viens à moi comme je viens en toi, en l’Éther de vie, en quelque terre que tu le souhaites, car tout est don et tout est offert. Tout cela est spontané. Sans effort, sans crainte.

Tu es l’Amour, au-delà de toute personnification, de toute limite et de toute dimension. Tu es la source de l’Amour. Tout le reste ne fait que passer et n’est que le jeu de la liberté, de la liberté de ta conscience.

Tu es l’Esprit, incarné ou pas ; posé en une dimension ou en l’Absolu, il n’y a nulle différence, il n’y a nulle distance.

Partageons ensemble la Vie qui ne peut être divisée ou séparée, à jamais pleine et entière, à jamais parfaite.

Réalise qu’il n’y a rien à attendre d’autre que toi-même. Vois la Création et les créatures en leur beauté originelle, en quelque forme et en quelque Présence que ce soit. Tu es vivant.

Disparais à ta personne et apparais en la gloire. Accueille-toi, célèbre-toi toi-même car le monde est en toi et le monde est toi.

Vois-tu la plénitude de la Vie ?

Vois-tu la perfection de l’instant ? Où nulle ombre ne peut apparaître, où tout est déjà accompli et parfait.

Rassasie-toi de ta propre Présence. Rassasie-toi en chacun, qui n’est autre que toi sous une autre forme et qui n’est là que pour jouer le jeu de la forme, te conduisant à l’informe. Il n’y a pas d’autre idéal et ceci n’est pas un but à atteindre, à poursuivre, à chercher, mais juste à l’être en totalité. Vis-le, il n’y a que ça. Tout le reste passe, seul cela demeure et c’est ta demeure, c’est ma demeure et c’est la demeure de toute vie.

Perçois le parfum de l’Amour qui magnifie tes sens et toute dimension. Nourris-toi jusqu’à satiété.

Toi, mon ami, mon aimé, où que tu sois je suis déjà là. Où que tu ailles je serai déjà arrivé, avant toi, pour toi.

Ne bouge plus, tu es de partout et partout à la fois. Ne bouge pas, laisse-toi ravir dans cela.

Accueille toute vie et tous les parfums. Ne te restreins pas, ne te limite pas.

Toi, l’ami et l’aimé, là est tout ce qu’il te faut et qui est nécessaire afin de ne plus être affecté par quelque élément de ton éphémère. Trouve en cela toutes les forces qui te sont utiles et nécessaires. Installe-toi, tu es chez toi.

Oublie chaque larme car chaque larme résiduelle deviendra le diamant de ta Présence.

Communie à la Vie.

Plus jamais tu ne pourras perdre quoi que ce soit. Plus jamais la perte ne pourra exister.

Offre-toi à toi-même.

Le temps est au sacre et au Sacré.

Sois indulgent avec toi-même comme avec ceux qui t’ont oppressé dans l’illusion de ce monde. Pardonne et aime, car l’amour est la seule ressource. En aimant, tu dissipes et brûles tout ce qu’il peut rester d’illusion.

Silence et Verbe se mêlent. Tu es moi et je suis toi. Tu es chacun, car chacun est aimé. Car sans Amour, aucune vie n’est possible, même en l’enfermement. Car sans Amour il n’y a pas de parfum, il n’y a pas de conscience.

Je t’ai tout dit, je t’ai tout montré, alors vis.

La Terre, où tu poses tes pas, libérée et délivrée maintenant et rejoint elle aussi sa demeure d’Éternité.

Écoute le Verbe de mon Silence, il t’a tout dit et il chante en toi. Chante l’Amour car il n’y a aucune autre mélodie possible. Tout le reste n’est que jeu, tout le reste ne fait que passer. Toi qui n’es jamais né et qui pourtant renais de nouveau, sache que jamais tu n’as pu mourir.

Ainsi, la langue de Feu de l’Esprit est là. Ainsi est ta liberté.

En toute chose, en toute expérience, en tout pas qu’il te reste à accomplir, l’Amour est là, quoi que tu dises, quoi que tu penses, quoi que tu voies. Vois-tu cela ? Car aucun frein et aucun obstacle ne peut limiter cela.

Écoute le Verbe du Silence où tout Amour est né et où tout Amour ne meurt jamais, car toute naissance ne fait que refléter la beauté de l’Éternité.

Viens à moi, va vers chacun, même sans bouger, même sans regarder, et surtout sans effort. Laisse être, cela suffit. Il n’y a pas d’autre action, il n’y a pas d’autre état qu’être Amour.

Tu as regagné ce qui ne pouvait être perdu, car jamais tu n’as pu te perdre, même si tu l’as cru.

Embrasse-toi avec moi en le Feu Igné de l’Esprit, en le Feu Vibral comme en le feu vital. Là est la résolution de toute équation et de tout jeu.

Aime, aime. Tu es cela, et va où tu veux car tout est possible.

En le cœur du Christ, en le cœur de chacun, il y a le même Christ et le même monde, ainsi que l’infinité des mondes. Tu es infini et même indéfini. Tu es l’Alpha et l’Oméga et même avant l’Alpha et même après l’Oméga. Vis cela. Ce n’est pas seulement ton héritage ni même ton devenir, c’est la seule vérité.

Toi, l’ami et l’aimé, tu es vaste. Tellement vaste que rien ne peut être compté ni décompté.

Je n’ai rien d’autre à te dire car dorénavant je parle en toi à chaque pulsation de ton cœur, et même entre chaque pulsation.

… Silence…

Mon ami, mon aimé, toi, le Feu vivant. Toi, qui es l’Eau et le réceptacle éternel de toute vie.
Toi, qui es toutes mes Terres et tous mes Vents et tous mes Éthers.

… Silence…

Je me tais maintenant car je ne cesserai plus jamais de te parler, en ton intimité, afin de te soutenir en l’Appel de la Créatrice.

Je te dis à toujours, en l’Éternité. Je te dis à toujours, en l’éphémère de ta forme aussi.

Je t’embrasse du baiser du Feu de l’Éther comme du Feu de l’Esprit.

Mon ami, mon aimé, mon amour… À toujours.

 

Source: https://lestransformations.wordpress.com

Partagé par: http://www.etresenevolution.com