LA RÉSURRECTION / MARIE – Mai 2016

NB : cette canalisation est tirée d’un ensemble de canalisations qui accompagneront notre résurrection en  ce mois de mai.

la-rc3a9surrection-mai-2016

LA RÉSURRECTION

Mai 2016

MARIE

 

Je suis Marie, Reine des Cieux et de la Terre. Salutations et amour à chacun de vous, où que vous vous teniez. Ma Présence est avec vous. À l’aube du mois de mai, je me présente de nouveau à chacun de vous, venant, si vous l’acquiescez, vous inonder de Grâce, d’Amour et de Vérité.

L’important aujourd’hui n’est pas ce que je vais vous dire mais bien plus ma Présence intime en votre intimité. À vous tous, enfants de l’Unique, Semences d’Étoiles, cœurs vibrants, je viens soutenir vos ultimes pas en la dualité. À l’heure où l’ensemble des signes révélés par l’ensemble des prophètes sur cette terre sont sous vos yeux et se vivent en vous, je viens vous soutenir de mon amour de mère en la Vérité de votre Éternité. Je viens, si vous le souhaitez, alléger vos ultimes poids, vos dernières résistances, vos derniers doutes.

Plus que jamais, à l’aube de ce mois de mai, il vous est offert de communier à notre vérité qui est vôtre. À chaque appel je serai présente, à chaque moment, si votre conscience se tourne vers le ciel, alors je serai en votre terre et en votre corps. À l’heure où l’ensemble des Éléments de la Terre battent à l’unisson l’appel de la Vérité, le temps des révélations, je me tiens à votre porte, je me tiens en vous et avec vous. Je viens réveiller ce qui doit encore l’être, dès l’instant où vous vous confiez à votre Éternité.

En ces moments où plus rien ne peut être caché à la surface de cette terre, il est temps aussi de ne plus vous cacher de vous-mêmes ou à vous-mêmes. Il est grand temps de laisser ce qui est mort derrière vous, il est temps de vous retrouver en votre totalité et en votre unicité.

Au moment où les signes des cieux et de la Terre entrent en leur paroxysme et en leur intensité, au moment où le feu vital et le Feu Vibral se conjuguent en l’Esprit, l’Esprit de Vérité – qui dessille vos yeux et ouvre en grand votre cœur – vous donne à vivre la Grâce mais aussi demande de vous le pardon, le pardon de tout ce que vous avez attribué aux circonstances ou à vous-mêmes. Vous recouvrant alors de mon Manteau, comme j’ai eu l’occasion de le faire à de nombreuses reprises, je viens affermir votre propre révélation.

Le temps de la Résurrection s’achève maintenant, permettant à un jour nouveau et à l’aube d’un mois nouveau de concrétiser votre Liberté, ce que vous en vivez, ce que vous en vivrez, ce que vous en avez conçu et ce qui se crée maintenant, vous tenant au cœur où tout est réponse, où l’Évidence ne souffre ni difficulté ni résistance.

Ma Présence vient vous appeler, avant que je vous nomme et vous appelle, chacun de vous, à vivre la Paix. Je vous invite aussi, comme cela a été dit par les Anciens, à laisser fleurir la rose de votre cœur. Je vous appelle à la communion perpétuelle, à vivre de manière lucide et pleine la Nouvelle Eucharistie, celle de l’Esprit, celle de la Liberté et de la Vérité.

Vous constatez, chacun de vous, qu’à votre manière il vous est possible de vous installer dans le Silence, dans la tranquillité, en quelque apparence et quelque situation que vous ayez à vivre par la grâce de l’Intelligence de la Lumière. Soutenus, je vous le rappelle, par le Chœur des Anges et l’Esprit du Soleil, ainsi que l’ensemble des plans de la Lumière Une, vous êtes conviés au vrai réveil, celui qui n’a que faire des circonstances de l’éphémère. Ce réveil-là est votre dernier réveil si je peux parler ainsi, celui qui vous conduit à la joie ineffable de ce que chacun de mes enfants est, bien au-delà de la fonction apparente en ce monde où vos pieds sont posés.

Je viens aussi vous inviter à vous rappeler que la Grâce est Évidence, qu’elle n’est pas un effort, qu’elle est là en surabondance dès l’instant où vous ne retenez rien, ne résistez à rien. Votre résurrection, illustrée par le modèle de mon Fils, vous amène aujourd’hui au sacrifice (comme expliqué par les Anciens), le plus noble, le plus pur et le plus désintéressé aux lois de ce monde. En l’Amour, il n’y a ni règle ni loi, il n’y a que l’Évidence de la vraie Vie, l’Évidence de la Joie, et la manifestation de la Paix.

Je viens vous appeler aussi, si ce n’est déjà fait, à vérifier par vous-mêmes que tout est au-dedans de vous, que chacun de vous ne peut être séparé d’aucun autre de vous, en la Liberté et en l’Amour.

Le temps n’est plus aux discours ni à nourrir autre chose que la flamme éternelle de votre Présence.

Je viens aussi vous aider, si vous m’appelez, non pas seulement à guérir des conditions de ce monde ou de ce corps, mais à laisser votre cœur apparaître en totalité, émanant et rayonnant spontanément le chant de la Résurrection, celui de l’Amour inconditionné où le Feu Igné, le Chœur des Anges, l’Esprit du Soleil, l’ensemble de nos Présences et de vos Présences à la surface de ce monde, se solutionnent en vous, mettant fin aux apparences de séparation qui prévalent encore en certains de vous ou en certains aspects de vos vies. Ce sont aussi les moments où ce qui a été nommé « Inconnu » ou « Absolu » devient la seule chose connue et vivable.

Le Commandeur des Anciens vous a souvent évoqué la peur ou l’Amour. Dorénavant, même ce qu’il peut rester en chacun de mes enfants, de peur, ne peut plus apparaître, ou avec difficulté, devant l’intensité de la Lumière et l’intensité et votre acuité de conscience.

Il est temps de laisser paraître votre soif du ciel, votre soif de Liberté, votre soif de Vérité et d’Amour, vous permettant alors de transcender, si cela est nécessaire, avant même mon Appel, vos limites corporelles, les limites de l’ensemble de vos structures subtiles, et de laisser apparaître la gloire de la Résurrection et de votre sacrifice.

Plus que jamais, où que vous regardiez, à l’intérieur de vous comme en l’illusion de ce monde, l’Amour comble et comblera de plus en plus tout ce qui peut vous apparaître en quelques éléments que ce soit. L’Amour est un baume, l’Amour est la clé, mais maintenant vous découvrez surtout que l’Amour est Vérité ; non pas celui qui vous liait en les liens de l’éphémère mais l’Amour qui existe et qui est présent de toute éternité. Au plus vous acquiescez à votre Cœur et à votre Éternité, au plus il y a Paix où ne peut apparaître nulle question et nulle contestation.

Une nouvelle intimité est en train d’apparaître entre chacun de vous et moi, que cela soit par le Canal Marial, que cela soit par votre cœur ou au sein de votre conscience pure. Dépourvue de tout ornement de ce monde, je suis l’Évidence de l’Amour, je suis l’Évidence de notre filiation de Liberté.

Comme vous l’ont dit les Anciens, mes sœurs Étoiles, avez-vous renoncé aux plaisirs des illusions, aux plaisirs de l’éphémère ? Avez-vous jaugé en vous ce qui émerge, non pas pour juger mais pour bien peser et soupeser ce qui est léger et ce qui est lourd, ce qu’il peut rester en vous à libérer, ainsi que le croit la personne ?

Je viens vous inviter aussi à ce que vous pourriez nommer, dans des temps plus anciens, à vivre la prière perpétuelle où, à chaque souffle de votre vie et à chacun de vos pas sur cette terre, la soif de la Lumière est rassasiée par elle-même, par votre cœur et par vous-mêmes, vous donnant à vivre la béatitude, la paix, ou la disparition.

Quelles que soient les structures éphémères qui vibrent en vous, en ce corps, quels que soient les chemins que vous avez parcourus et empruntés, quels que soient votre situation, votre âge, vous réalisez chacun de vous la Liberté, celle qui ne peut être conditionnée par aucune histoire, même pas par celle que nous avons développée parmi vous depuis les premières effusions de l’Esprit Saint voilà plus de trente ans.

L’Intelligence de la Lumière vous invite de plus en plus à votre résurrection et à votre liberté. Nombre d’entre vous, mes enfants, avez déjà vécu soit mon Appel, soit les moments où l’Éternité a pris toute la place par rapport à votre éphémère. Beaucoup d’entre vous avez accepté d’incarner en totalité la lumière de l’Éternité. Voilà des années, vous aviez été appelés les ancreurs de Lumière et les semeurs de Lumière, les Semences d’Étoiles. Chacun d’entre vous, aujourd’hui, est une Étoile qui n’a pas nécessairement de forme, qui n’a pas nécessairement d’attribution, mais qui se contente d’être cette Étoile, au-delà de tout questionnement, de toute interrogation ou de toute hésitation.

Retenez que la Vérité est simple, elle est humble.

Sur la scène du spectacle de ce monde, pour ceux d’entre vous qui regardent ce qui s’y déroule, comme sur la scène de votre corps et de votre conscience, si vous y regardez attentivement vous y verrez la même chose : l’actualisation de la Lumière et de la Grâce, la fin du mensonge, la fin de la peur. Même si bien sûr il peut exister en vous, comme en ce que vous regardez à la surface de ce monde, des éléments qui peuvent vous apparaître comme opposés à cela, il n’en est rien. Ce ne sont que des espaces de résolution qu’il vous appartient de ne pas juger, de ne pas condamner, de ne pas étiqueter par rapport à ce qui vous est connu.

Quand je vous dis que l’Inconnu devient connu, cela évoque bien sûr le Serment et la Promesse, ainsi que mon Appel qui surgira de manière collective à n’importe quel moment dorénavant. Je ne reviendrai sur les signes annonciateurs, vous les connaissez ; ils sont d’ailleurs présents en de nombreux endroits de ce monde, en vos planètes de ce système solaire, en votre soleil et vos cieux. Même ce qui peut vous apparaître, en vous comme à l’extérieur de vous, comme violent ou résistant, n’est qu’un espace de solutionnement et de résolution où l’Amour ne peut plus être étouffé ou réprimé.

Alors oui, je viens vous inviter à la lucidité sur vous-mêmes, sur la fin de ce qui est mort et sur le début de ce qui est re-né en éternité. C’est en cette transparence vis-à-vis de vous-mêmes et vis-à-vis de l’éphémère de ce monde qu’émerge et entre en manifestation l’Éternité.

Enfants de la loi de Un, pour beaucoup aujourd’hui la dualité vous apparaît comme futile et superflue, vous amenant à installer toujours plus le sentiment d’Unité et le vécu de l’Unité où rien d’autre n’est nécessaire, vous suffisant à vous-mêmes en votre conscience éternelle.

Comme je le disais, le temps des prophètes se concrétise sous vos yeux, vous donnant à voir dans les regards extérieurs comme intérieurs cet ultime combat, qui n’est pas un combat entre vous et autre chose mais qui est bien plus la stabilité et la fiabilité de la Lumière en votre corps, en votre conscience comme en ce monde.

Les évènements qui surviennent à la surface de cette terre ne sont là que pour favoriser cette Intelligence de la Lumière, cet état de Grâce. Pour certains d’entre vous, les douleurs de l’enfantement ont commencé, enfantement de vous-mêmes libérés de toute apparence, de tout poids, de toute forme et de tout lien au sein de l’éphémère.

Il vous est donné, durant ce mois de mai qui se précise, de vivre avec une acuité toujours plus grande et une lucidité toujours plus forte, votre éternité. C’est aussi durant ces moments particuliers que votre capacité la plus nette et la plus grande à être ce que vous êtes vous apparaît. Quels que soient vos idéaux, quel que soit ce que vous concevez comme liberté en votre âme ou en votre Esprit, cela se concrétise en vous comme en ce monde, vous appelant toujours plus à sortir des histoires, des conflits et de tout ce qui peut résister, dedans comme dehors, attirant toujours plus votre conscience vers la Liberté, là où celle-ci ne peut s’appuyer sur autre chose que cette Liberté.
L’Esprit de Vérité, l’Esprit de pureté, vous révèlent leur beauté et leur évidence, d’autant plus que vous faites cesser ce qui revient et remonte, si je peux dire, de l’éphémère, vous amenant à un espace où ma présence vous est acquise et où il n’y a ni souffrance, ni doute, ni question. Vous arrivez au moment où il n’y a plus rien à préparer, où il n’y a plus rien à acquérir ou à développer, juste à être, sans condition et sans réticence, ce que vous êtes en vérité.

L’ensemble de mes enfants de la Terre et de ce système solaire approche maintenant de la Vérité comme cela n’a jamais été le cas encore jusqu’à présent.

Vous avez accueilli la Lumière, vous l’avez laissée travailler en vous, et vous découvrez maintenant que c’est vous qui êtes la Lumière, non pas au sein de l’éphémère, non pas dans les joies et les peines de ce monde, mais en tant que vérité première. Quels que soient les obstacles de votre corps ou des réticences encore présentes, vous sentez bien – et vous le sentirez de mieux en mieux – qu’il n’y a pas d’autre possibilité que de naître en éternité, de renaître à l’essence, que tout ce que vous pouviez encore imaginer avoir à tenir ou à contrôler ne peut plus ni être tenu ni contrôlé, concourant alors à l’Abandon ultime, faisant comme mon Fils disant « Père, je remets mon Esprit entre tes mains. ». Au-delà de l’histoire, au-delà du symbole et de la portée des évènements historiques de cette terre, il y a bien plus l’Évidence de la loi de Un où tout est Un, où tout est jeu, et où tout est Liberté, car en cette vérité, nul ne peut être diminué ni même souffrir de quelque manque ou de quelque trouble que ce soit.

Je vous dis aussi, en cette prière perpétuelle qui maintenant doit se faire jour en vous, d’aller vers ce qui est évident, non plus seulement dans les appels de la Lumière, comme cela s’est produit durant toutes ces années, mais d’être vous-même la Lumière de l’Appel. Vous n’avez pas besoin pour cela de mots, ni d’explications, ni de compréhension, vous avez juste à laisser fleurir cette rose de votre cœur ; toute la nourriture de cette rose est en vous.

Que vous me perceviez par la vibration, par le Canal Marial, ou que vous m’imaginiez dans la perfection qui est vôtre, peu importe, quelle que soit la voie d’approche de notre relation, seul est important votre conscience pure, celle qui n’est pas encombrée des poids de ce monde, celle qui ne connaît d’ailleurs aucun poids et n’en a jamais connu.

Je vous invite à dépasser toute forme, tout nom, afin de ne plus être séparés en quelque acte de votre vie ou de vos relations.

À l’heure où, comme mes sœurs Étoiles vous l’ont dit, les sons du ciel et de la Terre se généralisent, à l’heure où la Terre vit son propre enfantement en sa nouvelle dimension, il en est de même en chacun de vous. Chacun de vous, en venant, a actualisé son programme, si je peux dire, au sein de la Liberté ; cela fut nommé, voilà quelques années, « l’assignation vibrale ».

En ce moment de Face-à-Face et de seul à seul, si vous l’acquiescez, si vous l’acceptez, vous trouverez la totalité du monde, la totalité des dimensions, la totalité des vies et des expériences de conscience, en votre cœur. Que cela soit à travers les lignées stellaires, les vies passées en ce monde, tout cela qui s’est révélé et manifesté, en quelque densité que ce soit, n’aura plus cours. En le Silence, en le Cœur du Cœur, en ce point qui ne peut être localisé, il y a tous les possibles et tous les impossibles, tout ce qui peut être pensé, créé, imaginé et vécu, vous remettant inlassablement en la Source et en l’Absolu. Votre paix ne dépend plus d’aucun facteur extérieur ni d’aucune satisfaction, mais seulement de la réalité et de la permanence de votre éternité.

Alors la grâce de la Lumière est effectivement une prière perpétuelle, une action de Grâce, je dirais, qui maintient l’État de Grâce, vous donne à vivre le Chœur des Anges et vous donne à vivre la Résurrection, sans douleur et sans appréhension. C’est le moment aussi où il faut cesser de vous appuyer sur quelque chose que vous considérez comme extérieur à vous. Que cela soit ma Présence, la Présence des Anciens, des Archanges, des autres dimensions, plus que jamais tout cela est en vous. Plus que jamais vous allez découvrir, si ce n’est pas encore fait, l’inutilité même d’un scénario ou d’une histoire, parce que la Lumière et l’Amour ne s’encombrent de rien d’autre que d’Amour et de Lumière, en quelque forme ou en quelque dimension que ce soit.

Redevenir comme un enfant est la vérité maintenant de ce que vous propose ce mois de mai. Rappelez-vous qu’au plus vous êtes en l’Amour et en la Vérité, moins il y a de possibilité de jugement, de condamnation, de bien ou de mal, parce que l’Amour et la Vérité sont le bien ultime qui n’a pas à être cherché ou amplifié, qui ne demande qu’à se déployer en vous, comme c’est le cas à la surface de ce monde. Faisant alors vôtres les paroles de mon Fils : « Mon royaume n’est pas de ce monde », et « Que sur cette terre tu es poussière et tu retourneras poussière, mais qu’en vérité tu n’es pas ta forme ni cette poussière, qu’en vérité tu n’es même pas une âme avec ses souffrances, ses désirs et ses expériences mais que tu es le pur Esprit, dont la traduction ne peut être que l’Amour ici même, là où tes pieds sont posés. ».

Je t’invite à l’Amour d’où découle toute sagesse et toute joie. Je t’invite à être heureux, non pas dans les circonstances de ce monde mais en la redécouverte de ce que tu es. Non plus de manière paroxystique ou lors des moments d’appel de la Lumière mais à chaque minute, à chaque souffle, à chaque regard porté en toi comme autour de toi. La Lumière te bénit à chaque instant, de jour comme de nuit, te rendant grâce à toi-même.

L’ensemble des consciences de la terre, quel qu’en soit leur stade de résolution au sein du Choc de l’humanité, ne peut plus dorénavant ignorer ce qui se déroule au sein de l’éphémère, sa propre disparition en tant que modèle social, en tant que modèle sociétal, en tant que vie falsifiée. C’est le moment où il n’y a plus de projet autre que de celui d’être là, intégralement et entièrement, ne dépendant d’aucune limitation, d’aucun karma, d’aucune souffrance, d’aucun âge ni d’aucun sexe. Là est ton Autonomie, là est ta Liberté, celle qui se déploie devant toi et en toi.

Aujourd’hui la Lumière ne t’appelle plus seulement, elle te demande aussi simplement d’être cela. Non pas au détriment de tout le reste mais en englobant tout le reste, amis comme ennemis, souffrance comme santé, sans faire de différence, sans faire de séparation. La Grâce et le pardon sont les deux façons les plus naturelles de manifester ce que tu es. L’Intelligence de la Vie et de la Lumière en ce moment t’appelle à donner ton pardon et à donner ta Grâce, non pas par une quelconque action ou réaction, ni même par une pro-action, mais bien plus par l’évidence de la Lumière et de ton cœur.

Nous nous exprimons certainement, mes sœurs, moi-même, les Archanges et les Anciens, pour la dernière fois de manière extérieure, parce que même cela n’aura plus cours devant l’évidence de l’Amour et de la Vérité. Non pas que cela soit inutile, non pas que cela soit superflu, mais parce que la Lumière remplira tout, et en l’Amour il n’y a pas de différence entre toi et moi, il n’y a nulle distance d’ailleurs. Alors oublie les réticences, oublie les peurs et souviens-toi de l’Amour. Vis ce que tu es, dans la Légèreté.

Il n’y a pas d’autre enseignement maintenant que celui-là : vis ce que tu es. Tu es la Grâce et tu es l’Amour, tout le reste n’est qu’accessoire et ne fait partie que de ce qui passe en tant qu’expériences et jeux de la conscience.

Bénis sans limite tout ce que tu peux toucher, tout ce que tu peux voir, tout ce que tu peux sentir et ressentir. Demeure dans ce don de la Grâce et tout sera effacé de ce qui peut encore sembler bloquer ou restreindre ce que tu es.

Je te dis aussi : aime-toi toi-même en ton éternité. Non pas en le personnage ou la fonction que tu joues, ni dans cette forme, mais au-delà de toute forme et de toute fonction. Mets-toi à nu car l’Amour te veut nu. Tout cela est spontané dès l’instant où toi-même devient spontané. Il existe des repères. Les Anciens, les Étoiles, moi-même, avons insisté largement sur ces éléments mais aujourd’hui tu n’as que faire de tous ces repères, parce que cela devient tellement évident. Cela va prendre tout l’espace et tout ton temps. Rappelle-toi aussi que la Lumière te laisse libre, en tes choix et en ton positionnement.

Je pourrais rajouter de nombreux mots, mais ces mots aujourd’hui ne sont là que pour aller directement en ton cœur, non pas pour te nourrir, même si je suis là, mais pour te montrer que tout provient de toi en ce que tu es, au-delà de toute forme et de toute dimension. Il t’est donné aussi de voir à la surface de ce monde des frères et des sœurs qui ne vivent pas cela. Ne t’inquiète pas pour eux, fussent-ils les plus proches de toi, car nul ne pourra échapper ou se soustraire à ce que tu vis ; même s’il n’en existe, en ces frères et sœurs, aucune lucidité ni aucun intérêt, ne t’inquiète pas pour cela.

Si je voulais employer une image, je te dirais : une fois que tu seras ressuscité en totalité, si ce n’est déjà fait, tu riras de toi-même, tu riras de l’enfermement, tu riras de tout. Non pas pour te moquer mais parce que tu en auras vécu la futilité. Deviens le roc que tu es, ce roc où nulle lumière ne peut être ôtée ni soustraite.

Alors au-delà de m’écouter, de me lire ou de m’entendre, rentre en prière, la prière du cœur qui n’a pas besoin de demande parce que le cœur sait que tout est déjà accordé. C’est une action de Grâce, c’est un don de la Grâce. Ce cadeau, tu te le fais à toi-même. Pour accueillir ton éternité, n’attends rien d’autre, aucune circonstance de ce monde ne peut t’aider. Seul ton cœur t’aide, là où nous sommes.

Mes mots vont maintenant s’espacer parce que le sens de notre reliance est bien plus important dorénavant que les discours, les mots ou les explications, que l’ensemble des signes qui vous ont été donnés de vivre, à chacun de vous, est d’une telle évidence aujourd’hui qu’il ne peut plus exister de zones d’ombre, de zones de résistance.

Je vous invite de nouveau à l’Amour sans condition et sans restriction. Aimez tout et chacun parce que l’Amour est la seule façon de vaincre en vérité. Parce que tout ce qui pourrait vous apparaître comme ennemi ne peut apparaître que parce qu’il est à l’intérieur de vous. En la Grâce, il ne peut y avoir d’ennemi ni de restriction. Ouvrez-vous à cette abondance, ouvrez-vous à cet illimité, et quoi qu’il puisse rester encore en vous de résistant ou de peur, ne vous en inquiétez plus, vous avez suffisamment œuvré afin de vous affermir. Laissez l’Évidence s’installer, maintenant. La Grâce n’a pas besoin de votre personne mais simplement de votre cœur qui, au-delà de votre personne, ne peut connaître aucune personne parce qu’il est le même en chacun et en chacune.

Vous êtes les dignes enfants de la loi de Un. L’ensemble de la Confédération Intergalactique, et vous le savez depuis des années, vous soutient et assiste à votre résurrection, dans ce qui a pu sembler pour certains d’entre vous tellement long, tellement difficile, et qui aujourd’hui va se vivre – et se vit déjà – sans aucune difficulté.

Rappelez-vous aussi qu’en ces temps qui s’installent sur terre, la solution sera uniquement l’Amour et le pardon. Parce que le pardon est toujours le signe d’un cœur suffisamment grand pour englober son contraire ou son ennemi, parce qu’il ne connaît pas d’ennemi.

Laissez enfin émaner de vous la compassion, non pas la compassion telle que cela avait été exprimé voilà de nombreuses années par Frère K, mais la compassion spontanée qui reconnaît en chaque frère, en chaque sœur que vous croisez, la Lumière et la Vérité, même en une quelconque opposition.

Veillez et priez, car même si personne ne connaît le jour et l’heure, je vous dis que le jour et l’heure c’est maintenant, à chaque minute, à chaque souffle, à chaque jour qui se lève, à chaque nuit qui se termine. Vous ne savez pas si vous serez ravis en extase lors de mon Appel mais cela est acté et cela peut se manifester à chaque minute. La Lumière ne souffre plus de délai au sens où vous l’entendez en ce monde, elle remplit tous les interstices et toutes les consciences, quel que soit ce que vos yeux voient ou croient. N’en restez pas aux apparences, les apparences de votre vie ou les apparences de ce monde, mais allez au plus intime. Parce qu’en cette intimité-là il ne peut plus qu’exister l’Évidence et la simplicité.

En ces temps du mois de mai, que cela soit de manière personnelle pour chacun de vous, mes enfants, que cela soit collectif, c’est la même signification : le temps de la Résurrection, le temps de mon Appel et de Celui qui viendra comme un voleur dans la nuit – et qui est déjà venu pour nombre d’entre vous.

Rappelez-vous aussi qu’en ces temps du mois de mai, il n’y aura nul coin ou recoin où vous pourrez vous cacher à vous-mêmes et aux autres. Tout est mis en lumière, tout est éclairé avec la même Grâce et la même intensité, quoi que vous en voyiez et quoi que vous en jugiez.

Accueillez-moi en votre sein comme je vous accueille en mon sein. Ne voyez plus aucune différence entre vous et moi, entre vous et chaque frère et sœur incarné. En l’Amour il n’y a rien à rejeter, parce que tout est transcendé par l’Amour, et s’il y a rejet, alors il n’y a pas Amour, tout simplement.

Alors enfant bien-aimé, où que tu sois, ici, en lisant, en m’écoutant, en chaque endroit que tu désires, je te bénis. Je te donne ma paix comme tu me donne ta paix. Écoute et entends. Comme te l’a dit l’ange Uriel, l’heure est à la Résurrection. L’Amour efface toute nostalgie et toute blessure de ta conscience ; même si cela n’est pas de ton corps, ce n’est pas grave ni important. Abandonne-toi à ta Source.

… Silence…

En le silence de mes mots et de tes mots, regarde, et vois, et vis.

… Silence…

Je te bénis maintenant, en l’espace sans frontière et sans limite de ton cœur.

… Silence…

Écoute ton cœur, sa pulsation et son émanation.

… Silence…

Ensemble, nous faisons le silence pour entendre le cœur et son chant.

… Silence…

Je te bénis et j’accueille aussi ta bénédiction.

… Silence…

En l’Amour et en la Vie j’honore ta Présence, j’honore l’Amour.

… Silence…

Je me retire en toi maintenant car tu as besoin de m’entendre en ton cœur et non pas par quelque relais, quel qu’il soit. Entends-moi. Je me tais maintenant, et je te laisse en prière, et je te comble de Grâce.

… Silence…

Au revoir.

… Silence…

 

Source:
https://lestransformations.wordpress.com/

Partagé par: http://www.etresenevolution.com