MA ANANDA MOYI / Les marqueurs de votre positionnement vibratoire 16.2.2015

MA ANANDA MOYI

16 février 2015

NB: Cette canalisation est un préalable aux Carnets de février qui seront diffusés à la fin de ce mois.

 

Je suis MA ANANDA MOYI. Frères et sœurs dans la chair de la terre, permettez-moi avant toute chose d’établir avec vous un instant de grâce, un instant d’Éternité.

Bien aimés enfants de l’Amour, je viens vers vous en cet instant et en ces temps afin de tenter de vous faire appréhender, vivre et aussi peut-être, pour ceux qui en ont besoin, expliquer un certain nombre d’éléments qui se jouent en vous, en chacun de vous durant ce temps. Ce que j’ai à exprimer vient directement de l’Étoile que je porte, la vibration du Feu, la vibration de AL qui correspond, comme je l’avait déjà expliqué, à la dimension du Feu, non pas n’importe quel feu mais un feu particulier, celui de l’Esprit qui vient en quelque sorte, si vous l’acceptez, retourner votre âme vers l’Esprit et ensuite la dissoudre, pour retrouver la totalité de la liberté de l’Esprit et pouvoir manifester, si cela vous sied, les états de Samadhi que j’ai exprimés et manifestés durant mon incarnation.

Le retournement de l’âme réalisé durant ces années, ou pas, vous place dans des circonstances différentes quant à votre manifestation à la surface de ce monde. Aujourd’hui, ceux dont l’âme est en cours de dissolution ou de retournement vivent des mécanismes précis. Ceux parmi vous qui ont fait le choix de poursuivre l’existence de l’âme, et donc l’expérience des consciences, quelles que soient les dimensions, ne vivent pas tout-à-fait les mêmes choses. Alors je vais essayer de vous montrer les rouages qui sont à l’œuvre, les manifestations qui peuvent apparaître et survenir dans votre vie, dans votre conscience ou dans votre chair.

La première observation concerne ce qui occupe réellement votre vie. Celui dont l’âme a décidé de maintenir son existence, ou qui s’est retournée mais qui ensuite s’est détournée et éloignée du Soi, ont les mêmes caractéristiques. Saisissez bien que ceci n’est ni un jugement ni une condamnation mais une simple observation de la réalité de ce qui est à vivre, en fonction de ce qui fut nommé l’assignation vibrale et de votre positionnement actuel au sein de ce monde, de cette chair, dans tous les aspects de votre vie. Celui dont l’âme a vécu un retournement vers l’Esprit et qui n’est pas allé au bout, et qui néanmoins a vécu et incorporé la Lumière vibrale, va manifester durant cette période des éléments de compréhension de dualité persistante au sein de ce monde, au sein des pensées, au sein de votre vie, mais aussi place la conscience directement en porte à faux avec un besoin de lutter, un besoin de scruter et de discerner le bien et le mal en soi comme à l’extérieur de soi. Celui dont l’âme a fait cet aller et retour a effectivement vécu le Soi mais n’envisage pas la disparition de l’âme, sa dissolution profonde.

Ainsi donc il y a ce qui fut nommé Réalisation mais non Libération, donnant à vivre certains des processus de la Joie, mais ceci jamais n’emporte la conscience en totalité au niveau de la Demeure de Paix Suprême. Il reste effectivement, je dirais, des oppositions, des confrontations à vivre se traduisant aussi bien, dans la vie, par des difficultés de quelque ordre que ce soit, mais aussi une difficulté à laisser œuvrer la Lumière sans y mêler une quelconque implication. Or l’âme a besoin d’implication au sein de la matière. L’âme possède ses propres règles, ses propres avis, ses propres impulsions ou ses propres réticences. Ceci donc donne, je dirais, des oscillations, des fluctuations, des moments où vous êtes bien, des moments où ces personnes-là sont plus mal. Et ceci peut prendre certaines fois, je dirais, des allures particulières donnant des fluctuations de l’humeur, des fluctuations des émotions et aussi une difficulté à stabiliser ces dites émotions et ces humeurs. Cela se traduit aussi par un besoin de voir le bien et le mal en toute chose, en toute action, en toute circonstance. Cette âme qui a choisi sa persistance est donc, je dirais, en quelque sorte dans une forme de porte à faux par rapport au déversement actuel de la Lumière, pouvant se traduire non pas par les résistances d’ajustement qui vous ont été décrites mais bien plus comme la réinstallation d’une certaine forme de dualité : le besoin de comparer, le besoin de trouver ce qui est bien et ce qui est mal, en soi comme en tout autre. Ceci, si vous le voulez, est vraiment une caractéristique majeure de l’âme ayant découvert la Lumière et revenant s’incarner au sein de la dualité, s’incarner au sein de la chair carbonée.

Ainsi il en sera fait selon votre voie, selon votre décision et selon votre vibration, qui est en accord avec votre âme, puisque celle-ci demeure et persiste. Bien sûr l’action de la Lumière, je dirais, sur cette terre est maintenant, comme vous le voyez, générale et concerne toutes les consciences incarnées. Que cela soit dans la folie qui s’empare des personnes, que cela soit dans le besoin de combattre, que cela soit des idées ou un combat qui porte le nom de guerre, le principe de dualité est un principe qui ne peut pas tenir face à la Lumière. Et pourtant un nombre d’âmes ont décidé en toute liberté de vivre avec la persistance de l’âme. On peut dire que ce sont des êtres qui ont besoin de sensations, qui ont besoin d’exprimer dans la matière et qui vont donc assumer leurs propres choix et leur propre notion de liberté et de libération. Rassurez-vous, il n’y a aucune condamnation.

Les éléments que je vous donne sont simplement destinés, si cela est le cas, à vous aider à retrouver votre point de vue, votre positionnement. La simple observation du déroulement de vos journées suffit à montrer et à démontrer là où vous êtes, cela est fort simple. Je ne parle pas, bien sûr, de vibrations, qui peuvent être parfois superposées, donnant à vivre en même temps et dans le même temps, le Feu vibral et le feu vital. Le feu vital brûle réellement le corps, il donne des fluctuations comme je l’ai dit, aussi très importantes au niveau des perceptions de ce feu vital. Le feu vital ne s’accompagne pas d’une disparition de la conscience mais d’une persistance des expériences multiples et possibles de la conscience ayant vécu le Soi. Cela peut être aussi bien une persistance à demeurer dans les schémas d’action-réaction, à réagir plutôt qu’agir, à ne pas tenir compte de ce que dit la Lumière, c’est-à-dire si vous préférez, à mettre la personnalité en avant, les humeurs, les récriminations, tout comme les joies, soumises cette fois-ci à la satisfaction des désirs pouvant persister.

Cette âme-là a fait le choix de l’expérience, a fait le choix de la manifestation et a besoin, en quelque sorte, d’expériences, de certitudes, de trouver un point de vue plus stable avant d’abandonner le point de vue de l’âme. La confusion peut être entretenue aussi justement par l’interaction du feu vital et du Feu vibral qui, je vous le rappelle, indépendamment des symptômes physiques qui peuvent parfois être identiques, ne donne pas tout-à-fait les mêmes conséquences. Celui dont l’âme persiste éprouvera beaucoup de difficultés à disparaître et à se dissoudre, en ce moment comme à d’autres moments ultérieurs. Il y a comme une difficulté à faire cesser les activités éphémères parce que celles-ci sont entraînées par l’âme et demeurent dans le champ de la conscience. Ces êtres-là sont dans l’Amour tout autant que vous parce qu’ils le sont. Simplement il y a une forme d’immaturité de l’âme et aussi peut-être le besoin de se prouver à soi même sa propre existence et sa propre lumière. Il s’agit donc d’une lumière reflétée et projetée et non pas d’une lumière qui s’émet spontanément et naturellement, sans méditation, sans prière, et qui conduit directement au Samadhi, au Samadhi le plus profond, qui encore une fois, je vous le répète peut aller, comme je l’ai déjà dit à de nombreuses reprises, jusqu’à l’impression que ce corps n’est plus vivant, devient comme une pierre que plus rien n’anime. Celui dont l’âme est présente ne veut pas aller jusque là et ne le peut parce qu’il est, dès l’instant où il se met en repos, soumis à des vibrations qui sont aussi bien le Feu vibral que le feu vital.

Le feu vital est une énergie qui circule mais qui aussi peut donner des manifestations sensibles de type feu, pouvant créer des perceptions particulières aussi bien au niveau des Couronnes que de la perception de l’Onde de Vie. Ce qui veut dire que malgré la disparition des lignes de prédation personnelles et collectives, ces êtres-là ont fait le choix conscient de demeurer au sein de la lumière de l’âme plutôt que vivre la totalité de l’Esprit. Encore une fois, ceci n’est ni supérieur ni inférieur, il n’y a pas de catégorisation, simplement le moyen de vous donner à percevoir votre positionnement de manière peut-être plus claire, et qui sera de toute façon de plus en plus claire au fur et à mesure des jours, des heures qui se déroulent dans ce plan temporel de la terre.

À l’inverse, ceux d’entre vous dont l’âme est en cours de dissolution, ou est déjà dissoute, se traduit par la disparition du corps causal et par toute notion possible de dualité, à l’intérieur de soi comme à l’extérieur de soi. Il y a, à ce moment-là, une incapacité pour la conscience à voir ou à discerner de manière à exclure ce qui peut être bien, ce qui peut être mal, parce que de ce positionnement il n’y a ni bien ni mal, il n’y a que la Lumière et l’Amour, qui ne se préoccupe pas de ce qui est bien et de ce qui est mal. À ce moment-là la vie peut éclore, vous donnant une capacité de disparition immédiate, vous donnant une capacité à disparaître à vos propres vibrations comme à ce monde pour apparaître dans la Lumière de la Splendeur, celle de votre Éternité.

Bien sûr tous les éléments de dualité ont disparu. Le corps causal, l’enveloppe la plus limitante et qui vous enferme au sein de ce monde est, elle, totalement dissoute. Il y a une liberté totale. Bien évidemment, au sein des limites de ce corps qui existe encore et des conditions, je dirais sociales, qui peuvent exister dans l’environnement dans lequel vous êtes. Mais toutefois la liberté est bien réelle, non pas par rapport aux actes de la vie quotidienne mais bien plus une liberté intérieure qui se traduit, comme je l’ai dit, par une capacité de plus en plus grande à disparaître, à se dissoudre soi-même, à ne plus chercher à vivre d’expériences de conscience, ou à les voir mais ne pas s’y engager. Cela se traduit à la fois par une paix importante. Bien sûr, même au sein de sa paix peuvent se manifester des éléments de nature duelle bien sûr, mais il y a une difficulté pour la conscience ainsi libérée à pénétrer le jeu de la dualité, à pénétrer le jeu de l’opposition bien-mal. Il y a en quelque sorte à la fois une neutralité par rapport à cela, qui n’en est pas une mais qui est bien plus, pour celui qui le vit, un englobement, une globalisation de ces notions-là qui ne sont plus séparées mais qui sont simplement des expressions différentes de la Lumière ou de son expression. Celui dont l’âme est dissoute, peut-être l’avez vous déjà ressenti, a vécu des mécanismes d’ajustement et d’ondes de douleur survenant essentiellement au niveau de ma Porte au niveau du corps,c’est-à-dire la Porte AL, mais aussi parfois et de manière conjointe ou alternée, une douleur aussi sur la Porte que garde l‘Étoile Gemma, c’est-à-dire l’Unité. Ainsi, quand l’âme est en cours de dissolution, peuvent se manifester des douleurs parfois physiques, et importantes, même à la pression, de cette zone nommée aussi le chakra de l’enracinement de l’âme. L’âme se déracine, ce qui ne veut pas dire que vous partez, bien au contraire, mais que vous êtes de plus en plus présent ici, même si vous n’avez rien à y faire, même si vous sentez que cela peut nuire à cette soif de liberté qui est en vous. Il y a une fonction à assumer que je vous rappelle : c’est d’être ici et maintenant jusqu’au moment ultime, le vôtre comme celui de la terre.

Ainsi donc vous êtes, par votre présence, non plus seulement des ancreurs ou des semeurs de Lumière mais vous êtes bien plus des êtres de Lumière qui, simplement, persistent un certain temps au sein de cette forme illusoire et de cette réalité, bénéficiant par là-même de ce sentiment de liberté à l’intérieur de vous. Il n’y a plus de volonté d’expérimenter quoi que ce soit. Il y a simplement ce Silence qui grandit de plus en plus, cette disparition du monde qui effectivement, dans certaines circonstances, peut vous amener à changer d’occupation, non pas pour vous libérer mais bien plus pour être plus en adéquation, je dirais, avec ce qui se manifeste en vous. En effet, pour certains d’entre vous, il est des moments où une activité extérieure, même si elle vous semble utile, indispensable ou ne serait-ce qu’alimentaire, devienne en quelque sorte caduque. Il y a un tel appel, mais ceci n’est pas un appel de l’âme c’est une injonction de l’Esprit, une injonction de la Lumière à ne pas résister.

Dans ce cas-là, il y a une vision claire de ce qui est limité en vous comme en ce monde. Le bien, le mal ne sont que des appellations, la vision claire de ce qui est non suffisamment éclairé encore, en vous comme en l’autre, comme en toute situation. Cela donne une Transparence. Ce besoin de Transparence, ce besoin de Vérité se traduit aussi bien à travers le regard, qu’à travers ce qui est exprimé. L’autre est toujours plus important que soi parce que vécu comme une partie de soi, réellement et concrètement. Ainsi, englober le Tout c’est ne pas disparaître du rien, c’est-à-dire ici de cette illusion, mais l’englober dans la même Joie, dans la même Vérité et dans la même Présence.

Alors bien sûr il y a, je dirais, des confrontations d’idées, parfois d’émotions, parfois de mental, parce que chacun d’entre vous est différent et chaque positionnement est différent. Que ce soit dans la première hypothèse comme dans la dernière hypothèse, cela peut donner lieu à des incompréhensions, à des difficultés de compréhension entre les uns et les autres selon l’endroit où vous êtes positionné. Mais vous remarquerez que quelles que soient les situations parfois explosives, cela se termine toujours dès que l’un de vous est libéré dans cette interaction par une Paix qui grandit. Le ressentiment ne peut pas exister, il y a simplement mise en lumière et cela n’est vécu ni comme bien ni comme mal mais comme simplement un espace et un temps de résolution de ce qui peut persister comme attachements, comme affects, comme émotions ou comme mental.

Ainsi donc, le simple fait de pouvoir disparaître à volonté est la preuve que vous n’êtes plus accroché par votre âme ou par quoi que ce soit au sein de ce monde. Et ce n’est pas parce que vous n’êtes raccroché à plus rien qu’il faut envisager autre chose que la plénitude du cœur, que la plénitude de votre être. Alors, bien sûr cela peut nécessiter, je dirais, une période d’acclimatation, d’instabilité, mais qui ne dure jamais et qui n’entraîne jamais de conséquences importantes ou qui peuvent durer dans le temps.

Ainsi donc vous vous laissez traverser et vous apprenez la Transparence, vous apprenez la confiance, non pas en vous mais en l’Intelligence de la Lumière, vous remettez tout dans les mains de la Lumière. Votre âme est donc en cours de dissolution, ou dissoute, il n’y a plus à proprement parler d’attrait pour ce qui fait la vie vitale au sein de ce monde. Ce que j’appellerais le feu vital, c’est avant tout le besoin de se nourrir, le besoin de sexualité, le besoin de regard de l’autre, le besoin de ressentir l’amour de l’autre.

Celui qui est Amour et qui est libéré de tout ça sait qu’il est la source de tout cela. Il n’a pas donc besoin de demander, il n’a pas besoin de réagir, il sait qu’il doit maintenir sa Transparence même si cela est parfois difficile, donnant parfois des épisodes que vous pourriez appeler dépression, ou en quelque sorte de ras le bol ou de dire : « À quoi bon ? ». Mais très vite la Lumière reprend sa place et vous pouvez effectivement osciller, non pas seulement au niveau de l’humeur mais simplement dans cet ajustement de ce corps de chair encore présent et de l’Esprit qui se déverse en totalité, à la fois par les particules adamantines mais à la fois, en ce moment, par la construction de votre corps d’Êtreté, sa reconstruction je dirais, à l’identique, ici même, dans cette chair, marquant cette chair de ce qui a été nommé le Triangle frontal, le Triangle du cœur.

Certain nombre de potentiels sont réactivés mais même ces potentiels n’intéressent plus ceux qui sont libérés de leur âme. Ils sont présents, ils sont vus, mais ils ne présentent aucun intérêt par rapport à l’émanation de l’être que vous êtes, c’est-à-dire de l’Esprit, de l’Amour, de la Vérité. La Paix est alors plus facilement obtenue, quelles que soient les circonstances du corps ou de votre vie. Ainsi donc il y a une différence essentielle, vous l’avez compris. Celui qui envisage en lui l’existence du bien et du mal et qui est persuadé qu’il existe un chemin à parcourir, et d’un autre côté, celui qui, quelles que soient les manifestations désagréables a l’intime conviction et l’intime, aussi, manifestation, même si elle n’est pas permanente, qu’il n’y a rien à acquérir, qu’il n’y a aucun chemin, qu’il n’y a aucune Vérité digne de ce nom au sein de ce monde et sait que la Vérité n’est pas de ce monde et il la vit par moment, ou en permanence, cherchant sans le vouloir à être transparent, à disparaître, à s’oublier. Je vous rappelle, comme a pu le dire le Maître Philippe de Lyon et comme je l’ai exprimé aussi à ma manière à de nombreuses reprises : c’est parce que je ne suis rien ici que j’ai été la plus grande pour vous, celle qui a peut-être manifesté cet Amour inconditionné, absolu et total pour toute forme de vie, pour toute conscience comme pour ce que je suis et demeure aujourd’hui.

Ainsi donc, toutes les préoccupations ordinaires de la vie sociale, affective, sexuelle, alimentaire, les besoins vitaux même ne sont plus les mêmes. Vous découvrez la Liberté, même au sein de cette chair, même si la Libération totale vous est acquise et vous est manifestée, il y a effectivement des contraintes au niveau de ce corps, au niveau de la société. Mais ces contraintes-là passent au second plan, elles ne vous prennent plus ni la tête ni l’esprit, elles sont au second plan et s’amenuisent, disparaissent complètement au fur et à mesure de l’Abandon total à la Lumière. À ce moment-là, votre vie est prise en charge par la Lumière. L’Évidence et la Grâce se manifestent sans même y penser, éloignant de vous les préoccupations ordinaires de la vie ordinaire, non pas comme un refus mais réellement comme une Transcendance totale et ce qui est fait dans les tâches obligatoires est fait sans y passer, sans y penser, avec le même cœur léger, avec la même équanimité, sans aucun ressentiment envers soi-même ou envers quiconque. Parce que vous savez que l’Amour est là. Même si vous n’êtes pas encore stabilisé en cela, vous savez qu’il n’y a rien contre quoi lutter, il n’y a rien contre quoi s’opposer si ce n’est ce qui peut rester de soi-même, qui peut encore arriver par moment à se manifester, vous donnant alors à voir clairement, et de plus en plus de manière lucide et précise, ce qui correspond à l’expression de votre personne dans cette chair, puisque cette personne est là jusqu’au bout. Ou à la disparition même de votre personne, où à ce moment-là ce qui se manifeste ne sera jamais empreint d’autre chose que l’expression de l’Amour, que l’expression de la beauté, non pas à travers un support mais à travers sa propre Présence, à travers un regard (il n’a pas besoin de geste), à travers un sourire qui n’a pas besoin d’autre chose que de sourire devant la beauté de la Vie.

Ainsi, quand tout cela s’éloigne de vous, bien sûr ce qu’il peut rester de la personne qui doit accomplir effectivement un certain nombre de choses au sein de ce monde peut parfois vous inquiéter, mais cette inquiétude ne devient jamais angoisse ou anxiété. Elle devient simplement une pensée qui passe et que vous observez, à laquelle vous ne donnez quasiment plus prise et qui, de toute façon, s’évacuera de vous le moment venu, sans aucune difficulté.
Ainsi donc les chemins sont différents, et vous rencontrez vous-même sur votre propre chemin des frères et sœurs qui ont maintenu l’existence de l’âme, et des frères et sœurs dont l’âme est complètement dissoute. Alors bien sûr, dans ces phases en cours, illustrées par ce que vous a dit Uriel de façon plus collective depuis hier, vous allez voir ces traits de comportement, ces traits de vie qui vont devenir profondément différents entre les uns et les autres. Mais vous êtes et vous demeurerez toujours frères.

Dès l’instant où la Lumière a été vue, dès l’instant où vous êtes appelé, dès l’instant où l’une des Couronnes est activée, vous savez qu’en définitive vous serez libéré. Mais ce qui reste à vivre est fonction justement de votre positionnement, je dirais, au moment de l’Ascension collective, le retour à la Demeure de Paix Suprême, les expériences multiples dépourvues d’âme liée à l’incarnation ou la persistance d’une âme qui nécessite d’épurer, en quelque sorte, toute la soif de l’âme à manifester l’expérience de la conscience au sein des mondes carbonés.

Quant à ceux qui vivent en ce moment ce sentiment d’inutilité, ce sentiment de « À quoi bon », de voir tous les repères disparaître les uns après les autres, je vous encourage à ne pas résister parce que cela signe pour vous la mise en route de la dissolution de l’âme, la disparition du feu vital et l’apparition de la totalité du Feu vibral.

Le Feu vibral ne chauffe pas, il est effectivement une morsure et une brûlure d’Amour qui peut se manifester essentiellement par des vibrations ponctuelles extrêmement rapides, non plus sur des Portes, non plus sur des Étoiles, non plus sur des Couronnes mais dans différents secteurs ou parties du corps semblant comme picotées, comme piquées par des milliers d’aiguilles. Cela veut dire que la qualité la plus pure de la Lumière vous a pénétré et vient œuvrer en vous afin de vous faciliter le dévoilement de l’Esprit au sein de ce monde.

Alors bien sûr vous observez des changements, certains de ces changements ne vous semblent pas agréables alors que quand vous disparaissez, la notion d’agréable devient évidente. Bien sûr cela peut poser certains problèmes entre la notion d’engagement et de désengagement. Posez-vous la question, demandez en vous, sans en attendre un choix, demandez simplement en vous que la Lumière montre ce qui est à montrer. Soyez attentif et vigilant dans ces moments-là, de doutes, des tergiversations, à ce qui se présente en vous au niveau vibral. Y a-t-il le sentiment d’un feu vital qui se propage ou y a-t-il le sentiment d’une Paix qui gagne, quelle que soit l’interrogation du mental et de la conscience? Dans un cas comme dans l’autre vous arriverez à vous situer, sans culpabilité et sans jugement, et à vous aimer de la même façon. Par cela, vous aurez démontré et montré à vous-même, et à l’autre, que vous respectez la liberté de chacun et qu’il n’y a en vous aucune trace de prédation, aucune trace de ce qui fut nommé les Lignées reptiliennes, c’est-à-dire le besoin d’asservir, le besoin de contrôler, le besoin d’imposer, même au nom de l’Amour. À ce moment-là il y a même un désengagement, non pas des relations mais une relation qui devient, quelle qu’elle soit, autonome elle aussi. Tout est accepté dans la même grâce, tout se vit dans la même grâce.

Bien sûr il y a des moments où cela peut-être déstabilisé par la rencontre d’un frère ou d’une sœur n’étant pas dans la même voie de dissolution que vous. Mais en définitive, si vous passez cela, et si vous, en tout cas l’une des personnes est capable de faire abstraction d’elle-même, vous constaterez par vous-même que l’Intelligence de la Lumière et la présence du Christ est réellement à même de faire disparaître opposition, antagonisme, en vous comme à l’extérieur de vous. Parce que le Christ est présent pour chacun de vous, que l’âme continue ses pérégrinations ou que l’âme soit dissoute. Il n’y a aucune différence. Simplement là où vous allez, là où vous pensez aller sera totalement adapté à la vibration que vous manifestez, à la conscience que vous manifestez, en ce temps et spécifiquement en ce temps, jusqu’à la venue de l’Étoile.

Ainsi donc, durant cette période, selon comment vous vous comportez, selon comment vous êtes dans vos relations, selon comment vous êtes dans votre conscience expansée, selon les signes qui se manifestent au niveau de cette chair, vous pouvez en déduire très facilement et très simplement là où vous êtes. Ne vous jugez pas, ne jugez pas non plus l’autre dans quelque situation que ce soit, essayez non pas de l’indifférence mais vraiment de traverser cela, sans vous y attacher, sans vous y accrocher, sans y chercher un repère ou une réflexion par rapport à un passé ou à un futur.

Celui dont l’âme est dissoute n’a aucune difficulté à trouver l’instant présent et à s’y maintenir, sans effort, sans méditation, qui sont les conditions optimales pour percevoir la totalité du corps d’Êtreté. Alors bien évidemment, celui dont l’âme est toujours présente va aussi percevoir ce corps d’Êtreté mais il en aura des affectations différentes et donc des possibilités différentes et tout ceci se traduira par un besoin de voir, de savoir et de comprendre, un besoin d’expérimenter, le « rester tranquille » prenant alors tout son sens. Même celui dont l’âme est encore présente doit apprendre, avant l’arrivée de l’Étoile à accueillir le Christ en Unité et en Vérité, en sortant de cette dualité de retour lui faisant voir le mal, bien évidemment toujours à l’extérieur en cas d’orgueil spirituel, ou alors en soi en cas d’orgueil que je qualifierais de négatif. Quoi qu’il en soit l’orgueil négatif, qui correspondrait à une culpabilité, ou en tout cas un déni de ce qui a été vécu auparavant, n’est que le résultat du choix de votre âme. Vous l’avez compris, s’il n’y a pas de choix d’âme c’est qu’il n’y a plus d’âme, qu’il y a Transparence, qu’il y a pureté, qu’il y a Évidence, de plus en plus.

Le rayonnement d’Amour devient votre propre source, elle est à l’intérieur de vous, elle n’a plus besoin d’être nourrie ni par la Couronne, ni par l’Onde de Vie, ni par les Portes car vous êtes devenu, en partie je dirais, le Tout, le grand Tout. Et donc devenant le grand Tout vous vous apercevez que vous n’êtes nulle part ici en ce monde, que cela n’entraîne pas, parfois simplement des excès du mental, mais n’entraîne pas de dommages parce que l’âme en cours de dissolution ne peut plus faire demi-tour. Dès sa rencontre et sa fusion avec la Lumière, les processus de disparition de l’âme s’enclenchent, se traduisant par ces douleurs au niveau de la Porte AL ou de la Porte Unité, mais aussi au niveau de la Porte KI-RIS-TI, avec parfois le sentiment d’une douleur intense, organique, profonde, ce qu’elle n’est pas, bien évidemment.

Ainsi donc, en demeurant tranquille dans le cours de la dissolution de l’âme, si celle-ci est en cours, vous pourrez sans aucune difficulté, dorénavant, vivre ce que vous a proposé Uriel, c’est-à-dire l’alignement complet dans la même vibration, dans le même Amour, des différentes composantes extériorisées de vous-même qui se sont manifestées à travers le corps d’Êtreté, c’est-à-dire qu’à ce moment-là vous transcendez et dépassez le corps d’Êtreté. Vous n’êtes plus intéressé par ce corps d’Êtreté et néanmoins vous êtes pleinement vivant, pleinement présent dans la vacuité et dans la plénitude. À ce moment-là, la Grâce sera omniprésente, elle se réactualisera en vous dès l’instant où vous pensez au Christ, dès l’instant où vous pensez à l’un de nous, mais aussi à vous-même, non pas en tant que personne mais en tant que cœur brûlant d’Amour, en tant que cœur irradiant cet Amour, sans même le vouloir, sans même le décider et en étant affecté de moins en moins par les circonstances de la vie ordinaire. Il n’y a pas un désengagement, il y a réellement une disparition; ceci n’est pas une fuite, ce n’est pas vous qui le décidez mais c’est ce qui vous parcourt et ce que vous êtes dorénavant. Je vous préviens parce que cela va devenir de plus en plus puissant, de plus en plus important et de plus en plus flagrant.

Ainsi donc cela peut donner des formes d’incompréhension entre les uns et les autres, donnant à voir effectivement, pour celui dont l’âme persiste, une noirceur, voire même une disparition de la vie, ce qui n’est absolument pas le cas. C’est une disparition de ce monde et une apparition dans la Vie qui n’inter-réagit plus avec ce monde, vous donnant à vivre des épisodes de disparition de plus en plus longs dans le temps. Au retour de ces états-là, la Joie est omniprésente. Dès qu’il y a les contrariétés habituelles de la vie, vous n’êtes plus affecté par cela. Vous les voyez, même si le mental se manifeste vous savez que ce n’est pas vous, vous savez que vous n’êtes pas impliqué là-dedans, que vous en êtes peut-être affecté mais cela ne fait que passer et ne peut rester en aucune circonstance.

Ainsi donc voilà des moyens très simples de vous positionner et de voir clair là où vous êtes. Il ne tient qu’à vous après, si vous le souhaitez, de modifier cela, non pas par rapport à un changement de choix car cela est impossible dorénavant, mais simplement à assumer ce moment qui se déroule et laisser l’Appel de Marie réaliser ce qui n’a pas pu, peut-être pour vous, être réalisé pour l’instant.

Quoi qu’il en soit, indépendamment de toutes les perceptions du feu vital ou du Feu vibral, la conscience pure est à même de vérifier sa propre transparence ou non. Ces caractéristiques que vous observez, vous ne prenez pas nécessairement plus de distance par rapport à vos émotions, à votre mental ou à une causalité quelconque mais vous êtes plus lucide sur ce qui se joue. Alors bien sûr, s’il y a une forme de distanciation entre votre vouloir et la volonté de la Lumière, il vous reste l’impression d’avoir une distance à parcourir, de faire quelque chose, d’œuvrer, d’être actif. De toute façon cela ne changera pas, excepté par la Grâce mariale que nous avons nommé l’Appel.

Cet Appel est formulé dès maintenant par le malaise que vous vivez, si ce malaise vous semble grandir et non pas s’apaiser et s’éloigner de vous. Soyez certain qu’à ce moment-là la Grâce Ultime vous bénira et vous adombrera. Simplement la période est à vivre, ici, elle est éclairante pour chacun de vous, elle est éclairante pour vos relations et si tout se passe bien, si l’âme est totalement dissoute, vous arriverez réellement à la perception claire et consciente de l’illusion telle qu’elle avait été définie par Bidi : vous verrez tout cela comme une scène de jeu où chacun joue une partition, partition altérée par la privation de la connexion à la Source donnant parfois une espèce de cacophonie vibratoire. Mais tout cela participe à votre équilibre et à votre Libération finale, quels que soient vos choix, quel que soit ce que vous pensez, quel que soit ce que vous imaginez.

Il y a une mise en adéquation, cela a été dit, absolument totale, non seulement nous vous disons que chaque chose est à sa place mais que chaque chose, chaque personne, chaque situation sera très exactement à la place nécessaire pour la manifestation de la Grâce et pour l’Appel de Marie et donc vous donnera à vivre la stase, ce moment de Face à Face où absolument rien de ce qui n’est pas lumineux pourra encore être mis quelque part. Il y aura plénitude, l’actualisation totale et immédiate du Serment et de la Promesse se traduira par l’immersion au sein de la Lumière Blanche, où tous les repères disparaissent et en même temps où la Joie grandit de plus en plus. L’Amour naît à l’intérieur de votre poitrine, il n’y a plus besoin ni de Canal Marial, ni d’Onde de Vie, ni de quelque Porte que ce soit, ni de quelque Étoile que ce soit. Cela est bien présent mais n’intéresse plus la conscience car celle-ci a dépassé ce stade de l’observation, ce stade de la conscientisation, a dépassé donc toute forme et toute identification à une forme, même au sein des mondes les plus éthérés. Là est la vraie Libération, elle n’a pas à être recherchée parce que plus vous la rechercherez, et surtout durant cette période, plus elle vous échappera et plus elle s’éloignera.

En résumé, vous devez vous conformer soit à l’impulsion de l’âme, soit à l’impulsion de l’Esprit. Il n’y a pas de valeur, il n’y a pas de différence, il y a simplement des préférences qui s’expriment, se concrétisent et s’actualisent. Il n’y a rien d’autre que cela et tout ce qui permet cela est l’Amour. Que vous le voyiez ou pas, que vous l’acceptiez ou pas, que vous le viviez ou pas, l’Essence de l’Amour est réellement ce qui va être révélé : votre Essence et notre Essence commune, tout est Un, le reste n’est qu’illusion. Alors bien sûr, dire cela quand on est encore inscrit dans la personnalité et soumis dans les oppositions bien/mal de ce monde peut parfois être difficile à supporter, à encaisser et à transcender. Mais je vous rassure, depuis hier cela va devenir beaucoup plus facile dans la voie de la dissolution. Cela ne veut pas dire que cela sera beaucoup plus difficile dans la voie de la persistance de l’âme et sa non-dissolution mais vous vivrez ce qui est à vivre, le combat du bien et du mal, l’opposition entre les différentes parties de vous-même comme avec les différents êtres que vous rencontrez. Mais cela n’a aucune importance parce que vous aurez aussi la possibilité de vous raccrocher, dans ce cas-là, à ce qui est apparu un jour, qui est la Lumière, la vibration des Couronnes radiantes, le feu vital et le Feu vibral.

Ainsi vous l’avez compris, quand il y a persistance de l’âme il y a persistance des désirs quels qu’ils soient, il y a besoin de feu vital, il y a besoin d’aimer cette vie mais dans la matérialité qu’elle procure et non pas dans son Essence, ce qui se traduit bien évidemment par des modifications importantes pour les uns et pour les autres mais qui ne vont pas vraiment dans la même direction. Et chaque dimension, chaque direction est tout aussi respectable que celui qui est libéré vivant. Simplement vous n’êtes pas tous au même âge mais vous êtes tous confrontés au même évènement parce qu’il s’agit d’un évènement collectif. Nul ne pourra échapper au Retour de la Source et au retour de la Liberté mais la Grâce est totale. Si vous décidez de demeurer dans cette persistance de l’âme, parce qu’elle est évidente pour vous et elle sera de plus en plus évidente, il n’y a rien, ni à regretter, ni à espérer encore moins, demeurez dans cela et laissez œuvrer Marie, laissez œuvrer la stase au moment où elle arrivera.

Vous n’avez pas non plus à rechercher d’instants futurs parce que les instants futurs se mêlent à l’instant présent, tout se déroule dans le même temps, nous l’avons déjà dit : il n’y a ni passé ni présent ni futur. Alors ceux qui ont vécu la Lumière et qui maintiennent leur âme, par choix de la conscience elle-même, sont peut-être appelés à voir plus de choses d’ailleurs que ceux qui ne voient rien, de voir les situations, de voir et de percevoir les différences entre le bien et le mal, de voir et de percevoir les différences entre la Lumière et l’ombre. C’est simplement votre regard qui va vous donner votre vérité à vivre, en fonction de ce que vit votre conscience. Ce qui se manifeste à vous, en ce corps comme à l’extérieur de vous, dans vos circonstances de vie comme dans l’Amour que vous manifestez, sont de plus en plus évidentes. Il n’y a rien à fuir, il n’y a rien à espérer, il y a juste à assumer : cela s’appelle l’Autonomie et la Liberté mais aussi la responsabilité. Ne vous jugez pas, ne jugez personne, simplement acquiescez à ce qui est pour la conscience de chacun, pour l’Amour de chacun, par sa capacité d’Amour plus ou moins grande, résultante de l’existence de l’âme ou de l’existence de voiles non encore dissous.

Être présent, c’est surtout être lucide, ce n’est pas toujours faire ou agir, c’est avant tout et par-dessus tout vivre la Lumière, même si après il y a des difficultés pour cette Lumière à s’exprimer dans certains recoins de vos relations ou de vos personnalités présentes, je vous le rappelle jusqu’au bout, ce n’est pas grave parce que la Lumière est présente et elle se placera nécessairement, même si à ce moment-là vous avez du mal à mettre l’Amour devant et que celui, ou la situation, qui est en face de vous a mis l’Amour derrière. Il n’y a rien à redresser, il n’y a rien à rééquilibrer par vous-même parce que c’est la Lumière qui s’en charge, dès l’instant où vous vous désengagez, non pas de la vie mais de cette dualité ou de cette problématique. Ainsi donc vous le constatez en définitive, il n’y a que deux possibilités : à l’époque nous avions dit l’Amour ou la peur, aujourd’hui nous vous disons simplement la liberté de l’Amour pour l’ensemble, ou la privation de l’Amour pour certains ou pour certaines zones de vous. Cela ne veut pas dire que cela est noir, cela ne veut pas dire que cela est bien ou mal mais que cela fait partie des partitions à jouer, cela fait partie des actes et des scènes de théâtre qui n’ont pas été achevées et que l’âme a besoin d’achever, quel que soit le temps collectif qui est là. Ainsi donc, quand nous vous disions que chaque chose est à sa juste place et cela suit un plan parfaitement orchestré par l’Intelligence de la Lumière, par la Transparence de la Lumière et par la disparition totale de toute ombre au sein de cette terre vivant elle-aussi, en ce moment même, son Ascension.

L’Ascension de la terre, l’Ascension individuelle, a déjà commencé ; l’Ascension collective aussi, depuis hier. Ce laps de temps qu’il vous reste jusqu’à l’apparition de l’Étoile est un temps qui doit être mis à profit pour cultiver la Paix. Cela ne veut pas dire de se désengager de ce que la vie vous a donné à faire mais le faire justement en étant détaché, en étant non impliqué, en n’étant simplement que quelqu’un qui joue sur la scène d’un théâtre un rôle, mais qui n’est pas ce rôle ni cette fonction. Ainsi donc vous arriverez à la Liberté et à la Libération sans aucune difficulté dès l’instant où vous laissez les difficultés se résoudre, non pas toutes seules mais par l’Intelligence seulement du Christ et de la Lumière. Quand le Christ vous disait : « Vous serez deux réunis en mon Nom », même avec des avis et des positionnements différents, exemple un frère qui a poursuivi l’âme et dont l’âme demeurera, et un autre frère dont l’âme n’existe plus du tout, l’Esprit se manifeste en totalité pour cette âme qui n’est plus une âme mais qui est juste une personne redevenue toute simple, sans espoir, sans vie passée, sans futur, simplement qui s’installe de plus en plus dans l’instant présent, et qui sera vue de l’autre côté comme une négation de la Vie ; bien sûr voir le néant pour celui dont l’âme résiste ou dont l’âme assure le besoin de manifestation, le besoin de conscience au sein d’un système carboné, même cela se résoudra par la Présence du Christ entre vous deux.

Il n’y a donc pas, ni dans un sens ni dans l’autre, ni dans un cas comme dans l’autre, à vouloir agir, à vouloir résoudre, à vouloir interférer avec l’action de la Lumière. Bien sûr, ce n’est pas la même chose si au cours, aussi bien de la dissolution que du retour de l’âme à son existence, il y a des manifestations corporelles qui nécessitent une aide. À ce moment-là vous avez à votre disposition toutes les techniques que vous utilisiez déjà auparavant et qui demeurent valides et valables. Simplement votre positionnement, votre légèreté aussi ne seront pas les mêmes : dans un cas, il y a implication dans l’émotion, implication dans le mental, dans l’autre cas il n’y a plus de mental, plus d’émotion, ou alors il y a une claire vision du moment où le mental ou l’émotion se met en œuvre, créant réellement la perception que cette émotion et ce mental ne sont pas vous.

Pareil pour le corps. Vous n’avez pas déserté le corps ; je vous rappelle que le corps physique, au-delà de ses enveloppes subtiles, est en quelque sorte en train d’être absorbé, métabolisé et dissous par le corps d’Êtreté, par l’Intelligence de la Lumière, par la présence du Christ et d’Uriel, par la nouvelle tri-Unité. Tout cela se fait sans votre intervention, sans vos désirs, sans vos souhaits. Il n’y a plus de projections possibles, il y a simplement et de plus en plus la présence de l’instant présent, qui se suffit à lui-même parce qu’il englobe les trois temps. Il englobe toutes les oppositions, toutes les contradictions dans une vérité qui est bien plus large, bien plus Une et que je qualifie, comme cela fut nommé par l’Archange Anaël, de Vérité absolue, qui ne souffre aucune contradiction, aucune opposition, aucune lutte et aucun espoir parce que tout y est inclus, tout y est présent dans la même vibration, celle de la Conscience Unifiée à la Source, celle qui a traversé la Source pour rejoindre son état d’Éternité, là où il n’y a plus rien, ni forme, ni conscience, simplement au retour de cet état qui n’en est pas un, la manifestation de la Demeure de Paix Suprême qui suffit à remplir vos journées, dès l’instant où vous y pensez.

Alors bien sûr, il y a en ce monde un épisode de résolution, ou si vous préférez de confrontation finale, où tout ce qui doit s’exprimer et qui ne s’est pas exprimé jusqu’à présent doit sortir et ressortir : l’ensemble des croyances, l’ensemble des convictions erronées, l’ensemble des erreurs, manifestées et traduites par toutes les religions sans aucune exception, sont mises à jour et dévoilées. Bien évidemment aboutissant à ce qui a été nommé l’Apocalypse dans sa phase finale qui est une phase, je vous le rappelle, avant tout de Révélation, même si elle entraîne la disparition de l’éphémère en totalité. Mais si vous êtes encore dans l’éphémère, cela peut induire bien sûr des besoins de se préparer, des besoins de chercher, des besoins de stabiliser et entraîner peut-être des résurgences de peurs. Mais celles-ci, même si vous êtes en perpétuation de l’âme, ne pourront jamais durer longtemps mais elles seront bien sûr plus présentes par rapport à celui qui n’est affecté par aucune fin du monde, qui n’est affecté par aucune vibration, même s’il les vit, ni même par son corps d’Êtreté.

Celui qui arrive à demeurer, sans le vouloir, simplement parce que c’est sa ligne de moindre résistance, à demeurer au Centre du Centre, au Cœur du Cœur, dans la Demeure de Paix Suprême, verra le moment de la Grâce proposé par Marie comme une Libération finale. Que ce corps demeure ou pas, cela n’a aucune importance parce qu’à ce moment-là la libération est totale. Quel que soit le devenir de ce corps, vous n’êtes plus concerné parce que votre corps d’Êtreté est actif et vous permettra bien plus que ce que permettait ce corps physique. Il n’y aura donc pas d’interruption de la conscience, ni pour ceux dont l’Esprit est révélé en totalité, ni pour ceux dont l’âme persiste dans l’expérience de l’incarnation carbonée.

Ainsi donc il y a un espace de réconciliation, un espace de Grâce, un espace d’unification qui correspond en totalité à la stase, qui donnera à chacun l’occasion de se voir tel qu’il est et non tel qu’il croit qu’il est. Par rapport à cela, ce n’est pas un jugement au sens propre, même si cela s’appelle le Jugement dernier. Cela veut dire simplement, en langage que je qualifierais de spirituel, que le Jugement dernier n’est que la mise en lumière de ce qui s’opposait à la Lumière et à sa dissolution en vous comme à l’extérieur de vous. Si vous acceptez ce principe, vous saisirez aisément que toute peur de cet avenir n’est que la peur manifestée par la personne, par l’âme ; l’Esprit ne connaît pas la peur, il peut connaître la souffrance bien sûr, mais il n’en est pas affecté de la même manière que celui qui demeure au sein de l’âme.

Voilà les éléments à observer, de manière fort simple, dans ce qui se déroule et sera de plus en plus apparent dorénavant. Ainsi donc votre repère se prendra de plus en plus par rapport au point de vue de la conscience pure et non plus par rapport au jeu de la personnalité ou de l’âme, même si celle-ci existe jusqu’au moment du passage, jusqu’au moment de la stase. Là les choses, à l’issue ou au décours de ces trois jours et trois nuits, deviendront beaucoup plus faciles à vivre parce qu’il sera ce qui sera à vivre, que vous soyez libéré de l’âme ou encore soumis à l’âme est exactement la même chose, c’est-à-dire le retour à votre Éternité, le retour à l’une de vos Lignées stellaires, le retour à votre Origine stellaire, le retour à l’expérience carbonée libre, et pour certains l’expérience des mondes carbonés parce que leur valeur de combat est tout-à-fait réelle, même si elle ne s’est pas tournée sur les bonnes cibles. Elle correspond à l’intégration du Soi qui pourra alors se manifester dans le rôle et le cadre de la libération complète d’un système solaire, cela le Commandeur vous en a déjà parlé, il me semble.

Alors je vous propose de nous poser ensemble au-delà des mots et au-delà de ma Présence, et au-delà de chacune de vos Présences afin de se poser au sein de l’Éternité, afin de se poser au sein de la Transparence, de la Joie et comme le disait l’archange Uriel, de Amour. Bien sûr, je me doute qu’il y aura des questionnements par rapport à ce que je viens de dire, vous en trouverez les réponses de ma part, ou d’autres parts, aux moments des questions, c’est-à-dire de ce qui constitue à proprement parler les Carnets de l’Ascension de ce mois de février 2015.

Ainsi donc nous restons maintenant un instant, un moment hors du temps, dans ce qui est de toute Éternité.

Je vous aime, je vous bénis et je suis vous, chacun de vous, et c’est cela qui est à vivre dans l’espace de votre cœur, dans l’espace du Silence. Nous allons commencer maintenant

… Silence …

Je suis Ma Ananda Moyi et je vous donne ma Paix…

Par l’Amour et en l’Amour, je demeure en vous comme vous demeurez en moi, en l’Éternité…

À bientôt.

Source: http://www.lecollectifdelun.com/

Partagé par : http://www.etresenevolution.com