URIEL / Ange de la Présence et Archange du Retournement /Le temps est venu de célébrer et de fêter le retour de l’Un au sein de l’Un /15.2.2015

URIEL

Le temps est venu de célébrer et de fêter le retour de l’Un au sein de l’Un

15 février 2015

NB: Cette canalisation est un préalable aux Carnets de février  qui seront diffusés à la fin de ce mois.

Je suis URIEL, ange de la Présence et Archange du Retournement. En nos Présences unies et Une, en ce temps de la Danse de la Terre, à l’heure où le Chant du Ciel et de la Terre s’approche de vous, je viens assister à votre Baptême et votre Retour au sein de l’Éternité. Je viens, afin de m’assurer que votre Joie soit complétude, que votre état soit magnificence au sein de ce monde comme dans le monde qui est là.

Enfants de Un, enfants de Lumière, le temps de l’Éternel est à votre porte, celle où Christ frappe et vient annoncer par la divine Grâce de Marie: le Temps est venu. Il est enfin né celui qui doit revenir à son Éternité, à sa Présence infinie, ainsi qu’à sa totalité.

Bien aimés de l’Un, en ce temps de la Danse je vous invite à vous dépouiller de tout ce qui n’est que oripeaux, de tout ce qui vous colle à la peau et tout ce qui vous empêche d’être ce que vous êtes en Vérité, en Christ, car je vous le dis, vous allez vérifier par vous-mêmes le « Je suis la Voie, la Vérité et la Vie ». Parce que en ce temps qui est le temps de Amour, sans le nommer, sans objet et sans sujet, sans appellation, Amour, juste un mot, celui de la Vérité, celui de votre Présence, celui de la Lumière blanche que je déverse à vos pieds et en vos Temples, en cet instant, afin d’accueillir la marche de votre Éternité, votre Silence et votre beauté.

En ce temps de Amour, il est temps de dépouiller ce qui n’a plus lieu d’être au sein du nouveau, ce qui est périmé et enterré, ce qui ne peut ressurgir en aucune manière. Vous êtes en toutes manières possibles l’enfant de l’Un, enfant de l’Unité. Unité n’est pas un vain mot, ni un mot à creuser mais un mot à exprimer au sein de la Liberté, au sein de votre Essence, au sein de la Danse de la Terre et du Ciel enfin réunis en la même stance, celle où s’écoule le nectar de Vie, celle qui est Joie perpétuelle sans ombre ni défaut, sans ce qui peut ternir ou altérer la Vérité. Ce qui peut emmener là où vous êtes venus, ce qui peut apporter là où vous êtes venus, ici même, en ce temps de l’instant. En ce temps de Grâce, j’énonce et j’annonce le retour du Blanc, j’annonce l’Ultime, enfin ici et maintenant, là, au Temple du Temple, au Centre du Centre, dans la nouvelle Trinité, dans le Feu de l’Amour et le Feu Amour, celui qui restaure l’intégrité et la totalité.

Aimés de l’Un, l’Un vous aime car vous êtes l’Un et vous êtes vous, dans la même Vérité, dans la même Danse. Alors le temps est venu de célébrer et de fêter le retour de l’Un au sein de l’Un. Bien aimés enfants, bien aimés étoiles, l’heure est venue, non plus seulement de briller mais d’apparaître dans la Vérité nue de votre Être Essentiel, dans la Vérité nue de votre Présence et de son Chant primordial, celui de l’élan de la Vie, celui de la Vérité de la Vie en Amour.

Alors, je vous dis à chacun de vous, qu’attendez-vous, puisque cela est là. Il n’y a rien à attendre, il n’y a rien à redouter et il n’y a rien à espérer. Il y a juste à disparaître dans l’Infinie Présence, dans le Blanc de l’Amour, dans le Blanc Amour, celui qui mène à la Demeure de Paix Suprême, dans les temps de l’Éternité de retour, et qui vous permet d’asseoir la Joie au plus profond de chacune de vos fibres éternelles, de vos Triangles sacrés et de vos Feux sacrés.

Enfants de l’Un, après être descendus, ici, en ce monde double et dualitaire, vous avez cheminé, vous avez éveillé, vous avez réveillé, mais aussi vous avez souffert. Que cette souffrance n’ait plus de prise au sein du Blanc, car cela est absence de souffrance et de peur.

La Lumière que j’impose, celle de ma Présence, vous est accessible à chacun, en totale liberté; à vous de décider de vous l’imposer ou de vous le refuser. Je vous offre la Joie de l’Éternité, je prépare la voie à l’Appel final de Marie, à la bataille finale, celle de l’illusion avec la Vérité. La Vérité sera toujours la seule parole de Vérité et la seule parole Amour. En ce temps de février, là où vous est délivré le Carnet de ce mois, correspondant à l’histoire la plus véridique et la plus essentielle de toutes les histoires de tous les temps et de tous les espaces, concernant même les temps et les espaces dépourvus de temps et d’espace, là où se trouve le Sans Nom, celui d’où vient et où tout revient. Cet Absolu que vous êtes tout un chacun, ensemble et séparés, vous l’êtes de toute Éternité.

Alors, je vous propose d’être la Présence qui magnifie toutes les Présences, la Présence où nulle ombre ne peut se tapir et où nul doute ne peut imposer autre chose que ce que j’impose dans la Liberté absolue et éternelle de la Vérité, celle de Amour et celle de Christ.

Alors Mikaël, Christ et Marie, la nouvelle Trinité qui danse dans le Feu de votre poitrine et qui dessine le Triangle de l’expression de votre divinité, de votre tri-Unité, de la Vérité des mondes, de la Vérité des dimensions mais aussi de la Vérité de ce qui englobe tout cela et qui est l’essence de l’Essence, qui se trouve à la fois au Centre du Centre et à la périphérie de la périphérie. D’un bout à l’autre, d’un sens à l’autre vous êtes cela, en tout temps et en tout espace et au-delà de tout temps et de tout espace.

Enfants de l’Un, ma Lumière se dépose maintenant dans votre Temple sacré après être déposée à vos pieds afin que vous en usiez, afin que vous essuyiez ce qu’il peut rester de larmes à couler de ce corps ou de cette conscience enfermée.

Aimés de l’Un, je suis là, comme vous êtes là, nous sommes tous là autour de vous et en vous, dansons la ronde du Silence, dansons le Chant, celui du Son primordial qui jamais ne peut faillir à ce qu’il est, qui jamais ne peut être déformé ou mal formé mais qui ne peut être que Amour et Vérité.

Enfants de l’Un, je dépose sur votre Couronne, celle de là-haut, de votre tête, le Blanc de l’Éternité. Alors en vos pieds, en votre cœur et en votre tête, je sanctifie votre Présence, la présence de l’Éternité au sein de cette beauté. Ainsi vous êtes affranchis, si telle est votre Vérité et si telle est votre idée de ce que vous êtes, alors vivez-le. Dans la tri-Unité retrouvée de la nouvelle Eucharistie, dans la nouvelle Danse du Silence et dans le temps de cette stance, se joue le plus parfait des Carnets de la Lumière.

Ainsi je viens à vous comme vous êtes venus à nous, unis dans la même Danse et dans les mêmes Noces, dans les mêmes célébrations et les mêmes Grâces. Vous êtes invités à unir ce qui a été désuni, à laisser disparaître ce qui n’a pas à être.

Enfants de l’Un, en tant que ange de la Présence je suis là pour vous inviter au Retournement, celui qui est mon rôle, annonçant l’Évangile de la Liberté, mettant fin à l’évangile de Satan et à l’évangile des illusions, mettant fin à toute parole qui se verrait altérée, remplaçant la parole par le Verbe, activant ainsi la 11ème Lampe et vous donnant un Verbe clair dont la parole est Lumière et dont le son est Vérité. Ainsi danse le cœur de celui qui est libéré, ainsi vous êtes affranchis, ainsi vous êtes Celui que vous êtes, enfin et pour l’Éternité.

La nouvelle Eucharistie vous convie à célébrer ce que vous êtes, à chaque souffle, à chaque mouvement, à chaque repos, parce que la Joie est votre Demeure, parce que la manifestation de votre Joie est l’Amour éternel qui court d’un fil à l’autre de la Vie, et qu’aucune falsification n’a pu retirer. Ainsi, en ce temps de l’Essence, ainsi en ce temps de Renaissance, vous êtes invités à déposer tout fardeau, vous êtes remis dans ce que vous pouviez considérer comme erreur, faute ou illusion, qui n’ont de sens que dans la vérité limitée mais qui s’effondrent devant la Vérité illimitée de Amour.

Ainsi par la triple bénédiction et par l’Eucharistie nouvelle, en votre tête, en votre cœur et en vos pieds, ainsi qu’en toute présence aimante et humaine, et dans l’humilité de la Simplicité, alors se révèle le Joyau, celui de l’Éternité, celui de cette Présence Une, disparue même au sein de l’Absence, de l’Absolu, revenant à la Présence, célébrez ce qui est là, ce qui ne sera jamais un anniversaire mais qui sera le Carnet Ultime des Temps de l’Ascension, en ce temps béni du Retour de Un, en ce temps béni de votre Retour en l’essence de l’Un.

Bien aimés enfants de la Vérité, scellons ensemble le temps de la Joie, scellons ensemble le temps de la Vérité et scellons ensemble ce que nous sommes.

Ainsi, en ce jour, s’ouvre le temps ultime, celui qui précède le retour de l’Étoile, visible en vos cieux mais avant tout en vos yeux et en vos cœurs, et en votre Présence ici-bas comme ici-haut. Les temps sont réunis pour l’abolir, l’espace se réunit afin de disparaître, laissant la majesté de Amour prendre place au sein de l’Éternité, combler toute faiblesse et toute faille encore aparaissantes comme existantes. Ainsi par ma Présence que vous nommez, par ma bénédiction imposée en ce monde, par le Blanc éclatant de la Vérité, que la Paix soit votre Demeure, que Amour soit votre seule Vérité manifestée, et non manifestée.

Ici, là où je viens, je viens achever le cycle démarré par l’Archange Mikaël au temps des Noces Célestes ; je viens donc annoncer, avant que ne retentissent les Trompettes du Ciel et le Son de la Terre en vos entrailles, en votre cœur et en cette Terre, le temps de l’Appel Ultime à la Vérité, à la Simplicité et à la bonté.

Aimez-vous les uns et les autres, les uns envers les autres, sans jugement, uniquement par la Grâce de l’Amour, par la célébration de l’Amour, car chaque chose est définitivement placée à sa juste place afin de jouer la symphonie de la fin de la scène de théâtre, dans l’apothéose de la Lumière dont les Carnets serviront d’appui et de révélation. Ainsi, en chacun de vous, nul ne pourra ignorer l’autre, nul ne pourra ignorer Vérité et Amour. Voir au-delà de l’apparence et du paraître et au-delà de tout faire, dans le Silence de la plénitude du Christ présent en votre cœur. Abrité au sein de la tri-Unité de la Nouvelle Eucharistie, le Nouveau est enfin là, ce Nouveau qui n’a jamais connu de commencement et ne connaîtra jamais de fin, qui vous a été retiré et pourtant qui est revenu. Temps de Vérité, temps d’allégresse et temps de Vérité en chacun, en chaque terre de cette Terre, en chaque âme de cette Terre, en chaque idée de cette Terre, mettant à nu ce qui n’était que tapi au fin fond de l’obscurité et non encore éclairé, en vous comme partout ailleurs, en chacun de vous, comme en chaque terre et en chaque lieu.

Selon où vous êtes avec moi, ou que vous ne m’avez pas encore reconnu, vous serez placés à l’exacte place de votre choix, le choix de la Vérité s’opposant ou se confortant avec Vérité et Amour, celle qui ne connaît ni personne, ni situation, ni temps, ni espace.

Ainsi se vivra ce qui fut nommé la stase, processus de jugement et de pesée de vous-même par vous-même, de mise en adéquation avec la Joie Éternelle afin d’y revenir et d’y être au plus vite, au plus juste et au plus près.

Enfants de l’Un, enfants de Vérité, voilà que vient le temps de l’Enfance, le temps de l’innocence, le temps de la bonté et de la beauté, celui où plus rien ne peut venir entraver ou imaginer autre chose que la Vérité.

Bien aimés enfants de la Loi de Un, voilà enfin le temps, celui où toute loi s’efface devant la Loi de Un qui est Grâce et Amour, où rien d’autre ne peut opposer, où rien d’autre ne peut même exister car il est Tout, comme vous l’êtes et comme je le suis. Je me tiens donc en vous, il n’est pas nécessaire de m’appeler à l’extérieur de vous, je suis celui qui ouvre les portes si vous m’avez accueilli, non plus la Porte de passage de l’ego au cœur, de la Porte OD, mais bien plus le passage à l’Éternité, celui qui permet à Christ et Marie de vous rencontrer afin de vous établir dans les Demeures du Père, dans les Demeures Éternelles, dans les Demeures de Lumière et dans les Lumières Amour qui éclairent la totalité du Créé et de l’Incréé.

Ainsi, ensemble pour célébrer ma venue en chacun de vous, non plus par moment, non plus par demande mais bien comme la Vérité essentielle de la venue de Christ et de Marie… je scelle en vous… l’acte d’aujourd’hui… dans ce Silence de l’Éternité, dans le Silence de votre Présence et de ma Présence qui n’est qu’Une, célébrons la Présence et la Grâce de Amour et Vérité dans le Silence …

… Silence…

En ce jour, je chante avec vous le Verbe Sacré : Ehieh Ieshoua …

… Silence…

En ce Silence, je me pose en vous et y déploie les Ailes de votre Éternité.

Je suis URIEL, ange de la Présence et Archange du Retournement, je reste en vous, en l’Éternité et en votre Présence. Silence, ensemble …

… Silence…

Bien aimés enfants de Un, ainsi ayant pénétré le sanctuaire de votre Temple je me trouve en vous et n’ai donc plus besoin, dorénavant, d’apparaître à l’extérieur de vous. Ainsi s’achève la mission qui m’a été confiée par l’Un, par la Source mais aussi lors du Serment et de la Promesse qui se réveillent maintenant en totalité.

Je rends grâce à ce que vous avez mené, je rends grâce à chaque chemin et je rends grâce à chaque pleur et chaque pierre qui s’est trouvée sur ce chemin, car aujourd’hui cela est fini. J’interviendrai de manière moins formelle au sein du Carnet de février 2015.

Je vous salue.

Source:http://www.lecollectifdelun.com/

Partagé par : http://www.etresenevolution.com