THÉRÈSE DE LISIEUX (Étoile Profondeur) 25.11.2014 / par Claudine

THÉRÈSE DE LISIEUX

25 novembre 2014

transmis par Claudine

Sœurs et frères de Cœur, je suis Thérèse de Lisieux. Me voici avec vous et en vous. Je viens avec la qualité de ma vibration d’Étoile car, comme vous le savez, ma voie est la Petite Voie et la vibration que je porte est celle de la Profondeur, celle qui vous amène à disparaître pour trouver ce que vous êtes, et surtout le Christ. Disparaître est uniquement frustrant pour la petite personne mais c’est quelque chose qui est, en ces temps, la voie la plus courte pour avoir la Félicité, d’ores et déjà, de vivre votre Rencontre avec Lui et avant tout avec vous-même.

Alors, pour continuer ce que je vous ai déjà délivré, permettez-moi de nous resituer par rapport à votre période, à ces temps-là, à travers ce que vous éprouvez, ce que vous vivez et aussi ce à quoi vous avez accès. Pour cela, il vous faut aller vraiment dans la Profondeur de vous-même, sans faux-fuyant et sans faux-semblant, rentrer en vous, faire cesser, je dirais, toute nourriture venant de l’extérieur, afin de vous nourrir vous-même de vous-même. Car, comme nous vous l’avons répété inlassablement, nous sommes tout autant en vous que vous-même êtes dans ce corps. Réaliser cela, c’est se détourner sans aucun refus de tout ce qui est, je dirais, futile et qui ne fait que passer, qui arrive et qui disparaît. Il faut avoir cette soif de l’Éternité, il faut avoir cette soif, je dirais, de l’absolu Amour, même si vous ne le connaissez pas, même si vous n’en vivez aucune des manifestations conscientes. Soyez sûr et certain, et j’en suis la preuve, que si votre vie est guidée par cette notion de Profondeur, par cette notion de disparition, alors, tout vous apparaîtra dans sa simplicité, dans sa majesté. Il n’y a rien d’autre à entreprendre sauf si, en vous, vous sentez la nécessité, d’une façon ou d’une autre, de percevoir et de recevoir encore ce que vous nommez vibration. Mais viendra nécessairement un moment où l’Amour que vous êtes doit émerger de vous-même sans avoir besoin de repère, sans avoir besoin de comparaison, sans avoir aucun modèle extérieur si ce n’est pour vous, ce que représente ce que moi j’appelais mon Petit Jésus, c’est-à-dire ce qui pour vous représente quelque part, en cette humanité ou ailleurs, ce que vous pourriez nommer cet Amour où n’existe nulle ombre, nulle ride, en permanence renouvelé et en permanence dans cette Joie, quel que soit ce que vous éprouvez aujourd’hui, quel que soit ce que vous avez déjà vécu ou ce que vous allez vivre.

Rappelez-vous ma Petite Voie. Rappelez-vous que disparaître n’est qu’un affront à l’ego mais absolument pas à ce que nous sommes dans l’Éternité. Alors, l’Humilité correspond à la Profondeur. L’Humilité et cette Profondeur, c’est ce qui va vous pousser, en quelle que sorte, non seulement à ne plus émettre de jugement sur tout ce qui peut être vécu à l’extérieur, parce que vous donnant à vivre ce que vous êtes vraiment au plus profond de votre être, cet Amour infini, indélébile et qui vous est promis, avant comme après cette naissance et cette mort. Tout cela, je pourrais dire en imitant certains Anciens, que c’est une question de positionnement ou de point de vue. Mais moi, j’ai même oublié tout positionnement, tout point de vue, j’étais dans l’acquiescement total de tout ce qu’il m’est arrivé, quoi qu’il me soit arrivé. Certes, cela a été ma nature et mon essence avant même de venir en ce monde. Alors, aujourd’hui, même si vous n’êtes pas fait de la même nature et de la même essence ou de la même manifestation que moi, il vous est possible, là aussi instantanément, non pas d’éprouver ce que vous nommez énergie, vibration, Lumière mais d’être instantanément vous-même en union et en communion avec Christ. Ne cherchez pas des manifestations extérieures parce que tout se passe à l’intérieur et même ce mariage mystique, vous le savez, se passe dans votre Temple, dans ce corps si fragile, si périssable, si inconstant même.

Vous ne pourrez trouver cela même pas dans vos idées ou dans vos pensées parce que les idées et les pensées qui vous sont propres reflètent simplement l’éphémère de la vie en ce monde, alors que mon Petit Jésus, mais si vous préférez Bouddha ou Marie, ou tout autre idéal pour vous, vous n’allez pas avoir besoin de le projeter, vous avez simplement à croire, ou sans croire, mais à poser la proposition qui est déjà en vous. Et vous n’aurez pas besoin d’attendre le Ciel pour vivre le Ciel, vous n’aurez pas besoin d’attendre d’être dans ce Ciel pour faire, comme je le fais, le bien sur cette terre. Vous deviendrez le bien par mimétisme avec Jésus ou avec Marie, s’effacer devant sa Majesté, s’effacer devant quelque chose qui nous dépasse tant au niveau des perceptions même, des sensations et des expériences que  nous menons à la surface de ce monde. Rendez-vous compte combien d’êtres humains sur cette planète, que ce soit en Orient, en Occident ou en quelque part de ce monde, revendiquent l’Amour et pourtant n’arrivent pas à le vivre dans sa totalité et sa plénitude parce que l’Amour est totalement incompatible avec être une personne. La personne ne peut vivre et éprouver qu’un amour je dirais humain mais l’Amour divin n’a aucune mesure, aucune comparaison possible avec l’Amour, celui de Jésus, celui de Marie et aussi celui que vous êtes.

Ce que je veux dire par là est pour vous reconnaître, pour que chacun se reconnaisse maintenant si ce n’est déjà fait. Il y a nécessité de plonger dans les profondeurs et, dans les profondeurs, y arriver nécessite le Silence. Mais pas n’importe quel silence. Le Silence intérieur vous rend totalement invulnérable à toutes les oppositions de la personne, des besoins de briller, des besoins de se mettre en avant, des besoins de diriger quiconque. Moi, je n’ai jamais rien dirigé, j’ai laissé la Vie me diriger, ne serait-ce que par la pensée de  la certitude de mon Ciel après mon temps sur terre. Je n’ai jamais eu aucun doute sur mon Éternité et je n’ai pas eu besoin de la montrer à qui que ce soit. J’ai trouvé que la meilleure façon d’apparaître dans Sa Vérité, c’était de Le manifester dans ma vie. Le seul désir que j’ai eu a été refusé dans un premier temps, c’était de rentrer au Carmel et j’y suis rentrée très jeune. Vous le savez, pour ceux qui sont venus me voir là où j’étais, et vous êtes nombreux parmi vous à être venus me voir, et vous ne savez pas la joie qui embrase mon cœur et qui embrase Jésus quand vous pensez à moi, quand vous vous reliez à moi et à Lui donc.

Aujourd’hui, vous n’avez que ça à faire. Ce n’est pas une croyance, ce n’est pas une affirmation de votre tête, de votre personne, de votre désir car quelle est la personne qui veut disparaître d’elle-même si ce n’est celui qui sait qu’il est plein de Lui et qui n’aspire qu’à Lui. Alors, à vous de voir parce que jamais, comme vous le savez, même la vibration, même l’énergie nécessite de votre part cet abandon. Alors, pourquoi attendre que l’abandon se manifeste pour décider de le vivre une bonne fois pour toute ?  La Grâce de la Lumière est d’une évidence telle que si vous faîtes les premiers pas, la Lumière vous en montrera et en fera dix pour vous. Cela s’appelle vraiment se reposer en Lui. Chaque être humain, et je l’ai observé dans ma Petite Voie, au sein de mes sœurs, dans l’endroit où je me suis moi-même mise en clôture parce que même-là, j’ai vu bien sûr les personnes avec leurs désirs, avec leurs souhaits. Ils avaient l’Amour pour Jésus mais ils essayaient de le traduire avec leur humanité dans ce monde, et c’est tellement dur que j’ai vu tout de suite que ce n’était pas possible et que Jésus ne voulait absolument pas ça pour chacun de nous. Il nous avait demandé de l’imiter, non pas pour faire comme Lui mais pour ÊTRE comme Lui. L’épouser, se marier avec Lui, oui c’était mon seul idéal, c’était mon seul but. Et si vous saviez comme j’étais pressée de rejoindre le Ciel malgré mon âge. Alors, je dois dire qu’aujourd’hui vous n’avez pas à rejeter quoi que ce soit mais à être dans cette vie dans la plus grande des humilités, dans votre propre disparition.

L’un des Anciens a répété à de nombreuses reprises de son vivant que s’il était apparemment, pour le regard d’une personne normale, humaine, qui ne vivait pas de rencontre avec son Ciel intérieur, cela apparaissait comme des miracles mais c’est l’inverse qui est un miracle, c’est-à-dire comment pouvez-vous encore espérer vivre, ou compter vivre même, sans sa Présence. Alors, si vous voulez qu’Il apparaisse en vous, parce qu’Il est là, Il a toujours été là, mais avec une intensité que vous ne soupçonnez même pas, excepté si vous avez déjà disparu. Alors, ne regimbez pas. Il n’y a rien à critiquer, il n’y a aucun autre obstacle à l’intérieur de vous. Il n’y a aucune mémoire qui tienne devant le Christ, il n’y a aucun avenir qui tienne devant Lui. Mais voulez-vous réellement L’épouser, voulez-vous réellement vous épouser ? C’est-à-dire laisser ce que vous croyez être, ce que vous menez tout en continuant à le faire, bien sûr, sans démissionner de ce que la Vie vous a donné à faire ou à être, quelles que soient les circonstances. Si vous acceptez cela, alors vous aurez beaucoup plus de chance que moi parce que vous réaliserez le Ciel sur la terre avant que la terre rejoigne le Ciel et cela comme certains ont tenté de vous le faire accepter, et surtout vivre.

C’est évident si vous êtes déjà dans votre Ciel, ici-même sur terre, si déjà vous disparaissez. Mais pour cela, rappelez-vous, vous ne pouvez rien saisir, vous ne pouvez rien vous approprier dans l’Amour. Vous ne pouvez qu’Être et vous effacer devant la majesté et la grandeur et, si vous êtes grand au Ciel, plus vous êtes proche de Jésus, au moins vous serez quelque chose en ce monde, quelle que soit votre position, quelles que soient vos rencontres parce que l’Humilité est la plus grande des clés. Je dirais que c’est la clé qui vous conduit directement à votre Éternité sans passer par quoi que ce soit  d’autre. Mais pour être humble, il faut déjà non pas se connaître au sens humain mais simplement accepter de ne rien comprendre, accepter de ne rien saisir, accepter de tout lâcher et surtout accepter de s’en remettre à Lui, c’est-à-dire Lui faire confiance dans chaque acte, chaque action et chaque événement survenant dans votre vie. Oh, pour ça vous savez, j’ai vu beaucoup de sœurs pour lesquelles j’ai toujours autant d’Amour, mais encore aujourd’hui quand je me rends là-bas, et je vois les sœurs qui croient que, en étant les meilleures à la communion, en étant les meilleures dans ceci ou dans cela, elles seraient plus aimées du Seigneur. Oh, non, le Seigneur ne veut pas ça, Il ne veut simplement que votre Cœur mais non pas pour vous le prendre mais pour vous le donner. Et recevoir son propre Cœur, c’est faire disparaître la tête. C’est faire disparaître tout ce qui n’est pas cela et la meilleure voie, la plus rapide, comme je disais, est l’Humilité.

L’Humilité, c’est accepter de s’effacer devant la manifestation de la Vie, devant Sa manifestation, parce que, même s’il y a une souffrance, même si vous avez l’impression qu’il y a une distance, que vous n’y êtes pas, tout ceci n’est que vanité de votre propre personne, parce que être humble c’est ne pas mettre d’écran entre Lui et vous. Il n’y a que la vanité qui vous fait croire qu’il y a un chemin à parcourir pour être meilleur que ce que vous êtes à l’instant présent. Il vous veut comme vous êtes. Il veut votre Cœur et Il vous veut nu. Il veut votre confiance, Il veut votre Amour pour vous le faire voir. Il ne veut rien d’autre que cela, quelles que soient les apparences, quelles que soient vos douleurs ou vos joies, il n’y a pas d’autre intérêt en ce monde que de se marier avec Lui. Tout cela, dans toutes les voies qui ont pu exister sur cette terre se résume à cela : êtes-vous prêt à disparaître, êtes-vous prêt à vous effacer devant la Vie pour vivre la Vie et que la Vie vous vive, surtout, dans la facilité, dans l’Évidence ? Parce que bien sûr, vu de l’extérieur, j’étais une jeune fille qui s’est mise en clôture très jeune, qui a été éprouvée par sa condition physique. Oh, comme je remercie mon Petit Jésus de m’avoir fait tant souffrir en ce corps, parce que j’ai pu lâcher tellement vite, tellement vite et tellement Le reconnaître dans l’évidence de Sa Présence et même de Son Absence, parce que s’il n’est pas là, je meurs et s’il est là, je suis Vivante. Saisissez-vous cela ? Alors, le saisir n’est pas le comprendre, c’est acquiescer.

Alors, vous parlez beaucoup en ce moment de Féminin Sacré parce que le Féminin Sacré est l’Accueil, l’accueil total, inconditionnel et irréversible. Quel accueil ? Celui de la Lumière, non pas pour la retenir et la garder pour soi mais pour Servir, et le meilleur Service que vous puissiez donner à la Lumière c’est de disparaître, de vous effacer, ne même plus demander à être traversé par la Lumière mais être conscient qu’Il est la Lumière qui est en votre Cœur. Qu’Il est là, qu’Il a toujours été là et que seules les peurs, les croyances, les idées, les pensées, les conditionnements, tout ce qu’il y a à faire comme tâches quotidiennes, même si ces tâches quotidiennes ne Lui sont pas remises, même si vous arrivez à les faire, il y aura toujours un instant où cela sera moins facile, ou alors où vous voudrez arrêter ou changer. Tandis que si Jésus est là, si vous Lui laissez toute la place, quoi qu’il vous arrive, vous resterez toujours dans le même état, dans la même confiance, dans la même béatitude, je dirais, même si elle n’est pas aussi grandiose à voir qu’une extase avec les manifestations de la Lumière en vous. Jésus prend toute la place mais Il est silencieux en vous, Il attend juste que vous Le reconnaissiez, Lui ou toute Lumière qui pour vous est un archétype qui transcende ce monde et tous les mondes, parce que toute Vie vient de là.

Vous avez été nommés aussi Fils Ardents du Soleil, qu’est-ce que ça veut dire ? Le Soleil chauffe indistinctement toute conscience. Il n’y a pas des rayons pour celui qui est bon et pas de rayons pour celui qui est mauvais. Cela ne veut rien dire, c’est la même nourriture pour tout le monde et vous êtes, nous sommes tous, ce Soleil. Il est en nous au milieu de notre poitrine, il a toujours été là. Ce n’est que vos habitudes, vos croyances, des conditionnements que nous avons tous, les souffrances du passé ou les souffrances redoutées dans l’avenir qui vous font croire, imaginer ou penser que vous n’êtes pas digne. Mais si vous disparaissez, que reste-t-il pour pouvoir être digne ou pas digne. Votre insignifiance est l’insigne de votre grandeur d’Éternité, de votre Éternité, et surtout de Sa Présence. Bien sûr, je sais très bien que mon Jésus, lors de Son expérience sur cette terre, n’était pas nécessairement quelqu’un de très tendre, mais Il était le modèle, Il était celui qui nous a ouvert cette voie de l’Amour, effectivement et concrètement, par le sacrifice de Son sang. Il nous a rachetés, nous. Il n’est pas venu nous sauver, Il est venu nous rendre notre Liberté, et vous avez même le droit et la liberté totale de ne pas le reconnaître. Mais je vous garantis que si vous voulez vivre en Joie, qu’il n’y ait plus aucune question en vous, concernant quoi que ce soit, et que tout ce qui se déroule devant vous devienne un tapis de roses, alors, laissez œuvrer, effacez-vous devant la Majesté, effacez-vous vous-même devant vous-même, et là, vous aurez sans aucune difficulté cet état-là, cette confiance totale, irréversible, absolue en ce que vous êtes, et au fait que c’est notre Grand Frère, et en tant que Grand Frère Il est aussi en nous.

Que fait-on, même un enfant normal, devant son grand frère ? Moi-même, qu’ai-je fait devant mes grandes sœurs ? En toute confiance, je leur ai accordé l’autorité, sans me soumettre, sans me démettre mais simplement je sais que pour Jésus c’est encore plus grand, que c’est tellement vaste, même si maintenant je suis unie à Lui, je vous parle de mon expérience d’alors. Alors aujourd’hui, bien sûr, vous avez tous des âges, des fonctions, des rôles qui sont différents qu’il vous faut assumer parce que comme vous le voyez et le savez, la Vie vous a mis très précisément, en cette date, là où vous êtes. Alors, il n’y a rien d’autre à faire que de l’accueillir. Or, l’Accueil, c’est le Féminin Sacré qui pourtant, comme vous le savez, mais moi je ne le savais pas dans ma petite vie, je n’avais pas besoin de connaître tout ça, ça ne m’intéressait pas parce que je sais que j’avais un but et un seul, rejoindre Jésus. Et si ce but est là, que peut vous faire ce que vous avez été dans votre vie ? Que peut vous faire ce que vous nommez Libération ? Que peut vous faire ce que vous nommez Soi ? Est-ce que cela est important, en définitive ? Est-ce que votre propre Profondeur, votre propre disparition, votre propre Humilité n’est pas le garant que c’est Lui qui agit dans votre vie ? Vous êtes vivant sur ce monde et si vous disparaissiez, que se passe-t-il ? Eh bien, vous continuez à vivre, à respirer, à être sur cette terre pour l’instant. Reconnaître Jésus à l’œuvre, c’est déjà s’effacer devant Lui pour Le laisser se manifester.

Oh, bien sûr, il n’y a pas toujours de manifestations, je dirais, spectaculaires comme certaines de mes sœurs l’ont vécu. Parce qu’il y a plusieurs voies, vous le savez, mais en fait il n’y a qu’une Vérité, c’est Jésus. Alors, je dis Jésus parce que cela est ma nature mais, retenez dans la profondeur de votre être, il y a Christ, Il vient s’établir mais Il est déjà établi.  Simplement les voiles, ce que vous appelez des conditionnements, sont plus forts que la Présence de Jésus, pour l’instant, tant que vous ne l’avez pas reconnu, tant que vous ne vous êtes pas vidé vous-même, de tout ce qui est superflu à l’intérieur de vous. La Vie vous a donné ceci ou cela, il faut le respecter mais elle vous a donné aussi la vie de ce corps, quelles qu’en soient les circonstances originelles, fussent-elles faussées et altérées, vous avez encore quand même en vous cette Étincelle. Elle a toujours été là, sans ça comment pourriez-vous même être en vie à la surface de ce monde, s’il n’y avait pas l’origine de la Lumière en vous, c’est-à-dire cet absolu Amour et cet Absolu qui est même au-delà de l’Amour, là d’où émane l’Amour, ce qui est au-delà de la Lumière. Mais, pour cela, il n’y a qu’une seule voie, même si les chemins sont multiples. Il nous l’avait dit et de mon vivant, en incarnation, cette phrase m’a suivie tout le temps : « Je suis la Voie, la Vérité et la Vie ». Alors mon Aimé, si tu es la Voie, la Vérité et la Vie, il suffit que je marche dans Tes pas, et pour marcher dans Tes pas, il faut que je disparaisse, et pour marcher dans Tes pas, il faut que la seule et unique pensée de tous les jours et de toutes mes actions soient Toi.

Si vous adoptez cela, vous en deviendrez, je dirais, obsessionnel et vous verrez que cette obsession fera disparaître toutes les autres obsessions et que votre disparition dans les profondeurs de votre être se fera tout naturellement. Alors bien sûr, après, la vie comme vous dîtes continue, mais elle ne continue pas de la même façon. Elle ne continue pas de la même façon parce que tout simplement dans ces cas-là, vous savez que c’est Jésus qui vous guide. Vous avez mis vos pas dans Ses pas avec votre Petitesse, parce que bien sûr vous vous êtes effacé devant Lui et c’est la seule façon de l’épouser.

Alors, si dans ce que vous vivez aujourd’hui,  il y a des maladies, il y a des souffrances, il y a des joies et, si vous vous plaignez de ne pas vivre la Joie tout le temps, à chaque minute de votre vie, posez- vous la question de ce qui est là et qui empêche de voir cette Félicité et de la vivre,  quoi qu’il vous arrive. Je dis bien quoi qu’il vous arrive, que l’on vous annonce votre mort demain, alors à ce moment-là, même si cela est réel et concret dans ce monde, vous accourrez à votre mort pour vivre ce que vous avez à vivre. La Profondeur et la Petitesse met fin aux doutes, elle met fin aux illusions aussi. Elle fait disparaître aussi l’éphémère et vous donne comme seul but, si je puis dire, d’être avec Lui, d’être en Lui comme Lui est en vous. Alors là il n’y a pas besoin ni de connaissances, ni d’exercices, ni de ce que vous nommez énergie, ni même de vibration, il y a juste à disparaître et Servir, quoi que cela vous coûte parce que souvent dans la notion de Service, il y a une attente d’une rétribution quelle qu’elle soit. Mais votre rétribution n’a pas à venir de nos frères et nos sœurs qui sont incarnés, votre rétribution elle vient directement du Ciel, à condition de refuser la rétribution des frères et des sœurs parce qu’une rétribution est un commerce, est un échange. Par contre, si vous acceptez de tout donner et de vous donner, et je ne parle pas de choses extérieures mais je parle de mon âme, alors à ce moment-là Jésus est là, et dans les moments où il vous semble qu’Il est moins là, vous souffrirez tellement que vous n’aspirerez qu’à Le retrouver tout de suite.
De la même façon que vous avez été nourri par la Lumière des Étoiles, des Anciens, des Archanges, de la Source, de la même façon, aujourd’hui, vous devez disparaître pour vous nourrir vous-même et retrouver le Christ. Si vous acceptez cela, alors votre vie, comme je l’ai dit, deviendra comme un tapis de roses qui se déroule devant vous. Vous n’aurez absolument pas besoin de quoi que ce soit d’autre, et puis j’étais très feignante au niveau spirituel, de ce que vous nommez la spiritualité. J’ai Jésus, je me disais pourquoi est-ce que j’aurais besoin de quoi que ce soit d’autre ? Que je meure demain, que je vive centenaire, cela n’avait aucune importance parce qu’avec Jésus, le temps ne compte pas, parce qu’avec Jésus les humiliations n’existent pas, parce qu’avec Jésus même les tâches les plus ingrates sont accomplies dans le même état. Alors, bien sûr, la seule chose que j’étais en état de demander à Jésus ce n’était pas d’améliorer ma condition ou de se montrer à moi mais de m’accueillir, en Lui, afin que je L’épouse dès ma venue au Ciel. Il faut pour cela une grandeur d’âme, ce que j’appellerais le sacrifice de l’âme, c’est-à-dire accepter d’être dissout en Lui. Là est l’Éternité. Elle n’est en rien de ce que j’ai donné à voir en ce monde, elle n’est en rien ce que les grandes philosophies ont écrit ou les grands mouvements ont écrit. Elle est justement dans la disparition de toutes ces organisations, de tous ces modèles.

Et bien sûr aujourd’hui vous avez reçu nombre d’informations à l’intérieur de vous par diverses voix qui ont tenté de vous montrer que toutes les religions ont été toutes  possédées par des forces qui n’ont rien de religieuses. Religion, c’est être relié à la Lumière, religion ce n’est pas un intermédiaire, religion ce n’est pas autre chose que ça, c’est-à-dire disparaître et non pas revendiquer quoi que ce soit. Mais bien sûr, comme l’avait dit Saint Paul, vous pouvez donner toute votre richesse matérielle, vous pourriez parler la langue des Anges que cela ne changerait pas un iota à votre condition. Être humble, c’est faire partie de cette terre sans en être. C’est disparaître en terre pour laisser le Feu apparaître, ce Feu d’Amour, cette Eau qui descend d’en haut et qui vous rend à votre Éternité. Voyez-vous, tout cela je vous l’ai dit, mais aujourd’hui avec un éclairage plus facile parce qu’aujourd’hui, peut-être pas toujours, en tout cas pour vous qui avez mené une recherche ou un vécu particulier de la conscience, des énergies, des vibrations, de ce que vous vivez, de ce que vous rencontrez, tout cela n’est rien si cela ne vous fait pas rentrer en votre être intérieur, là où est le Christ. Tout ça n’est rien si vous n’êtes pas humble, parce que si l’Humilité est feinte, que va-t-il se passer ? Eh bien, le Christ ne sera plus là et ce sera ce que certaines de mes sœurs de leur vivant appelaient « l’adversaire ». Mais, il n’y a pas d’autre adversaire que vous- même. Croyez-vous que quiconque puisse quelque chose contre Christ ? Oh, je ne parle pas de religion, je parle de la Conscience qui a foulé de ces pas ce sol, et qui était bien plus que cette Conscience dans un corps.

Alors épouser le Christ, c’est devenir soi-même le Christ, c’est disparaître aux vanités de ce monde et à sa propre vanité de se croire éternel, de se croire tout-puissant, de se croire maîtriser quoi que ce soit de votre vie ou de diriger quoi que ce soit. Parce qu’il n’y a pas d’autre alternative : soit vous dirigez votre vie, soit vous la laissez être dirigée par Lui. Tout le reste ne sont que des illusions et des chimères. Comme vous le savez, et comme peut-être tout cela se révèle en vous et autour de vous aujourd’hui, le piège, je dirais, de l’ombre, comme vous la nommez, n’est rien d’autre que le piège du pouvoir, le piège de vouloir se présenter comme plus grand que le plus petit qui est incarné sur terre. Si vous êtes vraiment très grand, ça va aller là-haut dans votre Éternité mais, plus vous êtes grand là-haut, plus vous êtes petit ici. Vous ne pouvez échapper à cette règle. Et ce n’est pas bien sûr une question uniquement ni d’argent ni de rôle social mais c’est vraiment une des Vérités de l’Esprit la plus importante, parce que dès que vous le reconnaîtrez vous-même, au travers de votre Humilité et de votre Profondeur, au travers du Silence intérieur, au travers peut-être d’aides que vous utilisez, que cela soit des cristaux ou ce que vous a communiqué Li Shen tout récemment. Si vous ne disparaissez pas, si vous ne vous effacez pas devant le mouvement proposé par Li Shen, eh bien le Christ n’est pas là, Il est là mais vous ne le voyez pas. Et même si vous ne le voyez pas, vous devez garder cette Profondeur et cette Humilité. C’est le garant de votre Libération, c’est le garant de vos Retrouvailles avec Lui et avec vous-même. La seule garantie, elle est ici. D’ailleurs, vous le voyez vous-même à travers ce que vous avez pu vivre comme expériences qui vous semblent parfois réjouissantes, parfois difficiles sur le plan humain comme sur les plans de l’Esprit. Tout cela n’est rien si l’âme n’a pas décidé de s’abandonner à Lui, si l’âme n’a pas décidé de s’en remettre à Lui, c’est-à-dire de disparaître en totalité. Mais cela, ma Sœur Ma Ananda vous l’a expliqué durant ces années.

Le Feu de l’Amour brûle tout ce qui n’est pas Lui. Mais bien sûr, si vous êtes dans l’Humilité, il n’y a aucune raison de ressentir la moindre brûlure. Car si vous avez disparu, que reste-t-il à brûler ? Si vous n’avez pas disparu, la brûlure se fera de plus en plus intense, vous mordra et vous obligera, d’une façon comme d’une autre, à reconnaître ce que vous êtes, votre Petitesse ici et votre grandeur infinie, une fois que l’incarnation n’est plus là. Et si vous voulez vivre heureux, et je ne parle pas de la satisfaction des sens ou d’une vie bien menée mais la satisfaction réelle, celle qui vient du Cœur, s’il n’y a pas l’Humilité, s’il n’y a pas l’Enfance, s’il n’y a pas l’Intégrité, eh bien, cela ne sert strictement à rien. À quoi servent tous les pouvoirs, à quoi sert tout l’argent, à quoi servent tous les bonheurs humains s’ils vous éloignent de ce que vous êtes ? Bien sûr il y a une satisfaction immédiate, mais qu’est la satisfaction immédiate, fut-elle la jouissance la plus puissante, par rapport à la jouissance que procure le Christ ? Essayez de voir par vous-même, je veux dire par là qu’il n’y a rien d’autre à faire que de chercher le Royaume des Cieux qui est au dedans de vous et ce Royaume des Cieux n’a que faire aussi bien de vos gesticulations, de votre âge, de votre santé, de votre fonction, de vos enfants, de vos parents, parce que c’est quelque chose qui se vit tout seul et exclusivement tout seul, à l’intérieur de soi. Quand vous disparaissez de vous-même, le Christ est là. Et, cette voie, elle n’a besoin d’aucune ascèse autre que le sens du Service plutôt que le sens du devoir, le sens de l’insatisfaction plutôt que le sens de la satisfaction. Insatisfaction qui ne fait rien projeter mais qui vous montre simplement que Christ frappe à votre porte.

Je n’ai rien d’autre à dire et je dirai dorénavant toujours la même chose : que voulez-vous ? Vous voulez être libre ? Mais vous l’êtes déjà, avec Christ, quel que soit ce que vit votre corps, quel que soit ce que vous vivez à l’extérieur ou dans les vibrations. N’oubliez jamais cela. Parce qu’au moment du passage, si cela n’a pas encore été fait en vous en étant vivant, la seule chose qui comptera, c’est cela : Christ, es-Tu là ? Oui, Il est là, parce que vous avez disparu.

Alors, je ne peux que vous proposer, maintenant, en compagnie de Christ, de rentrer dans cette Profondeur qui est le Silence intérieur. Vous êtes tellement en profondeur que rien n’émerge de la personne et cela vous pouvez le faire en faisant n’importe quoi, quoi que vous ayez à faire. Permettez-moi d’être là et de faire descendre, sur chacun de vous, une pluie de pétales de roses.
Je vous aime tant et tant parce que je vois en vous mon Époux et je vois réellement, pour le vivre dès cet instant, qu’il n’y a pas de différence entre moi et vous. Il y a juste les apparences que vous avez mises, rien d’autre et ces apparences ne sont liées qu’aux blessures mais vous n’êtes pas ces blessures, vous n’êtes pas tout ce qui est horrible à vivre en ce monde. Saisissez cela, c’est la seule chose dont vous avez besoin de vous saisir et après il n’y a plus de lutte, après il n’y a plus rien que Lui, que cet Amour absolu. Recevez, maintenant, la Grâce de ma Présence et la Grâce de cette pluie de roses, une deuxième fois.

Moi et mes Sœurs sommes toutes en vous de la même façon, pour vous. Je vous aime infiniment et sans aucune condition, quelles que soient les blessures, quelles que soient les souffrances, parce qu’avec Christ, parce qu’avec l’Amour tout est effacé, tout est lavé sans que vous ayez à vous en occuper ou à vous préoccuper. Il disait : « Si vous aviez la foi comme un grain de sénevé, les montagnes pousseraient, vous leur diriez de monter, elles monteraient ». Alors, si vous voulez vous élever, vivre déjà dès maintenant, avant le Passage, ce qui est acquis pour chaque frère et chaque sœur, il vous faut disparaître dans vos propres profondeurs. Oh après, bien sûr, il vous faudra remonter pour affronter, mais vous ne serez plus seul. Mais, il faut être seul d’abord, il faut passer.

Je vous aime et je vous bénis pour la troisième fois.

À bientôt.

Appelez-moi quand vous voulez, vous aurez les signes de ma Présence mais avant toute chose, allez à l’intérieur. Tant que vous regardez à l’extérieur, c’est que vous ne voulez pas voir votre intérieur, peut-être par peur, peut-être par souffrance, aucune importance, restez fixé sur la Lumière, sur Christ. Mais, n’envisagez aucune interprétation ou explication de la Lumière, elle est la cause, le fondement, le but et le déroulement elle-même. Que voulez-vous, avec vos connaissances, avec votre mental, avec vos pensées ? Que pouvez-vous trouver de plus, que pouvez-vous espérer de plus ?

Je vous dis à bientôt.

Transmis par Claudine

Source: lecollectifdelun.com

Partagé sur : http://www.etresenevolution.com