CHRIST / Message d’Amour/ 25.9.2014 / par Marc

PDF à Télécharger         AUDIO mp3 à Télécharger

ESPAÑOL

 CHRIST – 25 septembre 2014

Par Marc

 Message d’Amour

(délivré en présence des participantes au stage)

 

 Mes bien-aimées, je suis CHRIST. Je viens à vous ce soir, en cet espace, pour vous délivrer un message d’Amour.

Il y a si longtemps que je vous attends sur le pas de la porte, au seuil de votre conscience, attendant ardemment le moment où vous daignerez enfin m’ouvrir, et vous ouvrir à moi, à ma Présence en votre maison.

Je ne suis pas celui que vous croyez connaître. Je suis simplement Celui que vous Connaissez déjà de toute Éternité, et que votre Coeur attend de retrouver sans même le savoir.

Je viens vous dire que je suis là, qu’il vous suffit de vous retourner vers moi. Nous sommes si proches, plus proches que tu ne pourrais jamais l’imaginer, que tu ne pourrais même jamais l’espérer. À vrai dire, je suis si proche de toi que je te caresse déjà.

Mais cette porte encore close nous sépare, dans l’illusion de la distance que tu laisses  encore s’installer entre toi et moi, entre ce que je Suis et ce que tu Es, en ce Fil d’Amour, en cette résonance dans l’ardeur de la Vérité de l’Amour.

Alors qu’attends-tu, ma bien-aimée, pour m’ouvrir et t’ouvrir enfin à moi ?

Je ne suis pas venu te supplier de quoi que ce soit. Je suis simplement venu te dire que je t’aime depuis toujours, et que quoi qu’il arrive, j’attendrai ton Retour.

Mais si ton Coeur est prêt à répondre à l’Appel, alors ne me fais point languir plus longtemps, ne te fais point languir dans cet oubli et cette absence de ma Présence en toi, en ce que tu Es. Laisse-moi pénétrer en ta demeure afin que nous puissions y vivre les Épousailles en l’Amour, fécondant en notre étreinte, en conscience, cet OEuf d’Or de Vérité, en ce Calice parfait.

Laisse-toi te déposer en ces couches où seule la douceur de l’Amour reste présente à ta conscience. Il n’y a plus personne d’autre que toi et moi, en la Vérité de l’Essence de l’Amour que nous Sommes, pour s’interposer à notre rencontre.

Alors, laisse la place à cette rencontre, en cette maison où tu habites et où tu crois peut-être encore qu’il y a quelqu’un. Alors je peux t’assurer qu’il n’y a personne, en cette demeure, autre que l’Essence d’Amour que tu Es, qui joue à se manifester à partir de ce Temple d’Esprit. Mais si tu ne le vis pas, alors cette personne à laquelle tu accordes encore du poids vient fermer les volets, de peur d’être volée.

Alors, je te l’ai dit depuis si longtemps, je viendrai comme un voleur dans la nuit, au moment où enfin, en cette couche d’Amour d’une douceur exquise, sans plus personne entre nous, alors, je viendrai vivre la Vérité de la rencontre de la Vérité de ce que tu Es et de ce que je Suis, dans toute sa nudité, au-delà des oripeaux et des grimages des personnes et des masques, qui jouent encore à se tromper sur qui ils Sont.

Il te suffit d’une seconde d’inattention totale à ce théâtre d’illusions, et de jeux d’ombres et de lumières, pour permettre au cambrioleur d’Amour que je Suis de se glisser par l’ouverture que tu auras laissée en cette maison close. Il te suffit pour cela, l’espace d’un instant, mais en totalité, de te tourner vers moi et de me signifier que tu t’engages à ne regarder plus que dans cette direction où se vit ce qui dirige l’Amour, en son Coeur ardent.

T’engager vers cela, c’est être certaine que je viendrai te proposer mon Anneau d’engagement, le Sceau de mon Amour, et cette Corde de Rappel par laquelle je te hisserai, te portant en mes bras, ma bien-aimée, au seuil de cette demeure, pour t’emmener là où tu Es déjà, simplement par la Force de ce Rappel et de la résonance de l’Époux que je suis, qui vient te prendre et te ramener, en te dérobant à ce que tu n’Es pas, pour m’unir à toi en l’Amour que nous Sommes.

Alors, ne te détourne pas plus longtemps, il n’y a rien au dehors. Ne persiste pas à regarder dans l’autre direction.

Peux-tu sentir le Souffle ? Peux-tu sentir l’Ardeur ? Peux-tu sentir ce Coeur vibrant d’Amour qui résonne entre nous lorsque je suis au plus proche de toi ? Car nous sommes un seul Coeur d’Amour et de désir brûlant de vivre cette Fusion, qui nous permet alors, dans le mélange de nos Essences, de vivre l’Époux et l’Épousée, en cette Union parfaite des polarités Féminines et Masculines enfin retrouvée en cette Création divine.

Alors, je viens te dire, ma bien-aimée, ouvre-moi, ouvre-toi, et ouvre-toi à moi, à ma Présence. Ne me tourne plus longtemps le dos, vers où regardes-tu ?

Je sais que tu m’ouvriras tôt ou tard cette porte, car rien ne résiste éternellement à l’Appel de l’Amour. Qui se retrouve en ce qu’il Est, en ces Noces Mystiques, délicieuses et parfaites, que tout ton être aspire, ardemment, avec une soif inextinguible, à vivre, afin que tu puisses enfin être totalement nourrie de la Plénitude de l’Amour qui nous emplit, mais dont les Vannes d’Amour sont encore fermées ou coulent au compte-gouttes.

Alors, donne-toi à l’Amour. Laisse s’ouvrir les Vannes. Laisse-toi traverser et inonder de ces Eaux, de ce Feu, de cet Air brûlant que nous Sommes, en ce souffle où nos Souffles se mêlent en un seul et même Souffle brûlant.

Je suis CHRIST, et je ne suis en Vérité dans aucun de tes livres d’histoires. Je suis Celui qui est sur le pas de ta porte, en toi, et qui aujourd’hui, en ces temps bénis, n’attend plus que d’entrer, à la moindre occasion que tu daigneras m’ouvrir. Et que tu t’offriras alors du même coup, sonnant enfin l’heure de notre Union en l’Amour.

 Et alors, je te ramènerai, ma Beauté, Beauté de l’Amour que nous Sommes, là où tu Es déjà, tout simplement, pour te ramener en l’Amour que tu Es en pleine conscience. Car je n’aspire qu’à ces Retrouvailles pleines et entières où chaque Être, dans toute sa Beauté, peut enfin fusionner et se mirer en l’autre auquel il s’offre – même parcelle d’Amour, même réunion de l’Essence, même Cri de Joie de l’Amour enfin retrouvé, au-delà de toute séparation, au-delà de toute distance, simplement en cette Jouissance de l’Amour que nous Sommes.

Alors entends, ma bien-aimée, ce Chant d’Amour, entends ces mots d’Amour.

Entends le Cri d’Amour et entends l’Espérance. Entends l’attente et entends la Patience. Entends que l’Amoureux éconduit jamais ne se décourage.

Entends que je suis là. Sens-tu le souffle de mon Souffle en ton dos et sur ta nuque ? Sens-tu la chaleur en tes joues ? Peux-tu sentir les signes de ma Présence ?

Alors, je t’assure qu’il te suffit d’ouvrir cette porte, tout simplement, à l’intérieur. Et à vrai dire, tu n’as même nulle porte à ouvrir, il te suffit de te retourner. Et alors, dans cette résonance de nos Coeurs, tout simplement, plus rien ne pourra m’empêcher d’entrer car la porte déjà, illusoire, de la séparation de l’Essence de ce que tu Es et de ce que je Suis, vole en éclats dans l’Ardeur qui nous réunit.

Il te suffit de te retourner vers moi, clairement.

Et alors, en un instant, plus rien ne sera comme avant car tu peux compter sur moi, cette porte plus jamais ne se refermera. Car alors non seulement j’entrerai, mais je démonterai cette porte et j’abattrai ces murs, et dissoudrai ces cloisons dans ce Brasier d’Amour de notre étreinte. Et l’illusion de cette tour d’ivoire où tu t’es enfermée, alors, ma bien-aimée, plus jamais ne pourra nous séparer.

Alors, bien-aimée, je suis là, près de toi, et je m’apprête à entrer à la moindre occasion. Et j’entrerai comme un voleur dans la nuit, pour partager tes nuits et tes jours. Et j’entrerai comme un cambrioleur, tout simplement parce que cette maison, dès lors qu’il n’y a plus personne, n’est plus ta demeure, n’est plus ma demeure. Elle est simplement la Demeure où nous nous retrouvons en Amants, en Amoureux, enfin, qui trouvent le lieu où ils peuvent s’étreindre au-delà de toute peur. Car l’Amour alors triomphe, et plus aucun détour ne vient s’interposer entre cette évidence du Coeur d’Amour que je Suis, qui te rappelle à l’Amour que tu Es.

Mais pour cela, il faut qu’il n’y ait plus personne qui se prenne pour quelqu’un, et qui vienne s’interposer et détourner ton attention de ce lieu de notre Rencontre, plus personne qui, croyant l’occuper, se croyant propriétaire de ce Temple de nos Retrouvailles, plus personne qui vienne enfler de vanité, et alors t’invite à te gonfler comme une baudruche, regardant encore au dehors.

Alors, laisse-toi transpercer, laisse tout cela se dégonfler. Laisse-toi tout simplement tomber en mes bras, en cette couche, en ces duvets, en ce Coeur, en cette Demeure de nos Retrouvailles, lâchant d’un coup tout cela.

Car tout cela n’existe pas, ne le vois-tu donc pas ? Cela n’est qu’un reflet des Splendeurs qui t’attendent, dès lors que tu reviens là où tu as toujours Été, mais que tu peux toujours refuser de voir, car telle est ta Liberté.

 Mais si tu te libères de toutes ces illusions, de toutes ces sornettes, alors plus aucune sonnette n’est nécessaire pour que j’entre. Car dès lors que la Vérité en ta conscience s’immisce, alors tu le verras, mon Amour, ma bien-aimée, la Vérité t’emporte et ouvre cette porte, et emporte cette porte. Car rien n’est plus puissant que l’Appel de l’Amour et la Réponse de l’Amour à cet Appel, qui se reconnaît en cet Amour comme étant un seul Coeur, une seule Ardeur, et qui se ré-épouse totalement, sans le moindre interstice qui puisse alors séparer l’Époux et l’Épousée, totalement fusionnés l’un à l’autre, en cette Jouissance qu’ils sont destinés à vivre.

C’est pour cela que l’illusion de la séparation a été permise, afin de te permettre de vivre l’Extase de ces Retrouvailles. Peux-tu enfin le voir ? Peux-tu enfin l’entendre? Peux-tu enfin le comprendre même ?

Tous tes élans d’amour dans ce théâtre illusoire sont comme une force d’éloignement, qui t’invite à vivre avec encore plus de Force le chemin du Retour à ce que tu n’as, en fait, jamais quitté.

Et dans cet éclair de Lucidité, alors, de t’inviter à te précipiter enfin, en le bien-aimé qui est là et qui t’attend de toute Éternité, ne laissant que cette distance se mettre pour mieux goûter la promesse de ces Retrouvailles, sublimes et tant espérées, de ce que tu crois être se retrouvant en ce que tu Es, d’une Beauté inimaginée, d’une Douceur et d’une Splendeur au-delà de toutes tes espérances. Tout cela révélé en ces couches sublimes où l’Amour, tranquillement, patiemment, mais débordant d’Ardeur, est là, et t’attend en mon Coeur.

Alors, ma bien-aimée, je ne t’appelle pas une dernière fois, car là où je Suis, chaque Cri d’Amour qui s’élance vers toi est comme un premier Cri d’Amour. Et entre nous, il n’y a que des premières, car à chaque seconde, à chaque instant de tes nuits, de tes jours, à chaque occasion qui se présente, je me présente à toi en guettant l’occasion.

Et cet instant est un Instant Nuptial, vierge de tout passé, vierge de tout futur. Et l’Épousée que tu Es, alors, s’ouvrant à l’Époux qui se présente, est vierge de toute mémoire, en cet instant présent où se réunissent et se confondent ton Essence et mon Essence. Car alors tout, en cet instant, est vierge de toute histoire, et se retrouve pleinement épousé en la Vérité, l’Essence et le Don d’Amour que nous Sommes.

Plus rien d’autre ne reste alors, car tout ce qui n’est pas l’Amour se consume délicieusement en notre Étreinte. Et toi et moi ne laissons plus rien d’autre s’immiscer, que cet Amour et cette Extase, en son évidence brûlante.

Tu peux certes m’ignorer, mais dès lors que tu m’as retrouvé, tu ne pourras plus me quitter. Cela, je te le promets, ma bien-aimée. Alors je viens t’appeler encore, sans cesse, tant que l’occasion m’en est donnée, car nous sommes si proches en ces temps. Sens-tu le Souffle ? Sens-tu l’Appel ? Sens-tu la vibration de ma Présence ?

 Écoute ton Coeur. Et si l’évidence se fait jour, alors n’hésite pas un instant, et vient me rejoindre en la Beauté que tu as toujours été, celle que j’ai toujours regardée. Et alors, retrouvons nous en cette Demeure, enfin libérée pour ces Retrouvailles sublimes.

Je suis CHRIST, mon Amour, et mon nom est un Cri, peux-tu l’entendre ?

Alors je t’appelle et je laisse ce Cri résonner dans la nuit de l’illusion, afin qu’y retentissant, au coeur de ces mots et de ma vibration, ils viennent encenser et parfumer ce que tu Es de ma Présence, et te rappeler à moi, si tu veux bien te retourner.

 Je suis CHRIST, et au coeur de la nuit, et du Coeur de l’Amour, je te dis : laisse la Lumière entrer, il a toujours fait jour. Alors arrête de te détourner.

Et cette attente est celle que tu t’es offerte pour mieux me retrouver, afin d’en vivre la surprise, l’Ardeur et les Extases. Alors ma bien-aimée, ne te prive pas, ne me prive pas, ne nous prive pas plus longtemps de cela.

 Je t’Aime.

 

Transmis par Marc 

Source : www.accordanceaucoeur.com

Partagé sur : http://www.etresenevolution.com