MUNI – Melkisédech de l’Air – La Fragilité des Concepts / par Selén

MUNI  –  MELKISEDECH  DE L´AIR  

LA FRAGILITÉ DES CONCEPTS
6 juin 2014
 
 

Une certaine fois, dans un royaume bien distant, un sage se dirigea à un palais. Les gardes de ce palais, sachant et reconnaissant le sage comme un grand maître, ne lui ont pas fait halte, lui permettant d´entrer directement vers la présence du roi.
Le roi, connaissant déjà le renom de ce grand sage, lui souhaite la bienvenue et demande :
 
–         Que veux-tu ? Qu´est-ce que tu cherches ici ?
Alors le sage répond :
–         Je cherche une auberge.
Le roi se tourne vers le sage et avec étonnement lui dit :
–         Mais, grand maître ! Ceci n´est pas une auberge, c´est mon palais !
Le sage s´arrête pour un moment et demande au roi :
–         Et qui a habité ici avant toi ?
Alors le roi répond :
–         Mon père a habité ici, mais il est mort.
–         Et avant ton père, demande le sage, qui a habité ici ?
Et le roi répond :
–         Avant mon père, mon grand-père, mais lui aussi est mort.
Alors le sage regarde profondément le roi et lui dit :
–         Tu me dis qu´ici est un lieu où les personnes viennent, restent pour un temps et s´en vont, et malgré cela tu dis encore que ce n´est pas une auberge ?
***
Où est la vérité dans les concepts ? Et où est la vérité dans les choses ?
Se pourrait-il qu´un simple mot puisse concéder la vérité à une chose ?
Se pourrait-il qu´un concept construit et perpétué pour une, deux, trois générations suffise à insuffler la vérité en quelque chose ?
Dans cet exemple nous comprenons la fragilité des concepts.
Dans cet exemple nous comprenons au combien malléable, au combien fragile, est le champ de perception.
Fragile pas parce qu´il est susceptible de se briser, mais fragile parce qu´il peut assumer une autre forme à n´importe quel moment.
 
L´idée d´un palais se construit dans le mental des hommes et se perpétue de génération en génération.
Un concept cristallisé !
L´esprit doux peut comprendre, même les concepts plus vieux et plus durs.
 
Dans la rencontre de cette sangha, mes frères, je viens partager un peu avec vous de cette vision, à propos de la fragilité des concepts.
Enquêtez où est la racine de la vision que vous avez des choses et jusqu´à quel point cette vision est véritable.
 
Dites-moi, un jour une chaise se casse, l´objet continue toujours une chaise ? Et quand, de ses débris il ne reste que des cendres, les cendres peuvent encore être appelées une chaise ?
 
Bien, j´ai pris un exemple qui a une perpétuité dans la ligne du temps un peu plus longue, mais nous pouvons attirer l´attention sur des choses encore plus fragiles : le concept de l´amitié.
Celui-ci est beaucoup plus fragile, du moins dans la plus grande partie  de l´expérience des êtres humain incarnés.
 
Aujourd´hui vous êtes mon grand ami, pour m´avoir offert maison et nourriture, quand j´ ai eu besoin.
Demain quand vous m´expulsez, vous êtes mon ennemi.
Et l´amour ? Et la haine ? Et ainsi de suite… La cadence des émotions qui surgissent de ces deux, attraction et répulsion.
 
Rendez-vous compte, les concepts sont fragiles parce qu´ils n´expriment jamais la réalité des choses.
Les concepts sont fragiles parce qu´ils ne naissent pas de la réalité des choses.
Les concepts sont fragiles parce que, construits avec comme base les apparences, en des perceptions limitées et distordues.
Les concepts sont fragiles parce que la distorsion ne naît pas dans le Royaume de l´Éternellement Vrai.
Où est le Royaume  de l´Éternellement Vrai? Où les choses sont en effet ce qu´elles sont ? Où vous existez en effet, comme vous êtes ? Où est la vérité dans votre expérience ?
 
Comprenez, mes questions ne visent pas vous emmener seulement à des moments d´abstraction rationnelle, divertir un peu le mental avec des questions abstraites.
Ces questions que je vous fais,  se proposent à vous emmener à un questionnement de tout ce qui reste dans votre champ de perception comme concepts cristallisés et pas encore mis à l´épreuve.
 
Si on vous dit : « Le Cœur de Feu est le royaume de la paix et communion », où est la vérité dans ça ? Comment se certifier de la vérité de ces mots ?
Si on vous dit : «  Le monde vit un moment de transition », avec quelle base vous donnez du poids à ça ? Avec quelle base vous donnez de l´attention à ça ?
Et ces rencontres, pourquoi ont elles lieu ? Sont-elles maintenues par la vérité d´une expérience directe ou sont-elles maintenues par le mouvement mécanique et automatique de concepts qui se cristallisent ?
 
Je vous propose, frères et sœurs, l´investigation du royaume où les choses existent, comme en effet elles sont.
Et qui peut vous garantir qu´un tel royaume existe ? Et qui peut vous garantir que vous êtes quelque chose ?
 
Est-ce que le créateur est à l´image de la créature ? Car si les concepts sont fragiles, celui qui les crée est qui ?
Êtes-vous capables de rester sur pieds fermes, en paix, devant la mutabilité de ce que vous êtes ? Où vous essayez de mettre en bouteille à nouveau l´être et l´étiqueter ? « L´Être est amour, l´Être est  paix, l´Être est Lumière».
C´est quoi l´Être, tout compte fait, sinon qu´un concept cristallisé ?
 
Considérez,  le royaume des concepts est le royaume de la fragilité, c´est le royaume de la permanence.
Permanence de quoi ? Juste une chose reste au royaume de la fragilité : le mouvement.
Le mental est le royaume des concepts.
Le mental est le royaume de la fragilité.
Le mental est le royaume du mouvement.
Ici se trouve une grande clé pour ce que vous appelez, sacralisation du mental.
Reconnaissez-le pour ce qu´il est en effet et ne vous trompez pas avec des étiquettes et concepts produits par lui-même, vous concernant.
 
Le mental, de nouveau, est le dernier voile des apparences. Est la couche la plus proche du spectateur. Et c´est l´unique outil qui est à sa portée, pour terminer son œuvre.
 
Vous connaissez en effet le mental ? Vous avez déjà plongé dans les abîmes de ce que vous appelez le mental ? Avez-vous déjà osé  explorer au-delà de la clôture, appelée rationalité ? Par hasard, avez-vous déjà pris un cheval ailé de l´inspiration et avez cassé les frontières du connu ?   
Le mental est le substrat de l´expérience visible.
 Par sa permanente permanence, le monde est mis en mouvement, l´Univers se déroule aux pieds du Grand Budha.
 
L´Œil de la Sagesse qui émane une Lumière ineffable, est l´Œil de Son Cœur.
Fermez la vision et trouvez l´Œil de la Sagesse.
Que Boudha se réveille en chaque cœur et se manifeste en nos corps
 
Je Suis Muni, Melkisedech de l´Air et vous transmet ces bénédictions.
 
Transmis par Selén
Source: http://www.escolaluzviva.com.br/2014/06/muni-060614-fragilidade-dos-conceit…
 
Traduis par Graça O*
 Vu sur : LeCollectifdel’UN

Partagé sur : http://www.etresenevolution.com