CHRIST 5.7.2014 / par Marc Mellinger

CHRIST

5 juillet 2014

Enseignement sur l’Annonce et l’Annonciation

Je suis CHRIST

Je viens à vous ce soir pour vous délivrer la suite des enseignements que j’ai engagés auprès de vous. Je viens vous parler de l’Annonce, et de l’Annonciation.

L’Annonce est un procédé par lequel ce qui a été caché et occulté est, tout à coup, révélé au grand jour.

L’Annonce est ce qui permet de redécouvrir ce qui avait été couvert d’un voile opaque, obstruant la Clarté des Cieux et l’empêchant de parvenir jusqu’à vous, en ce monde.

L’Annonce est ce qui offre à la conscience l’espoir de la possibilité d’une Rédemption.

L’Annonce est ce qui vient littéralement mettre à bas les subterfuges, les procédés malveillants, les détournements, afin de faire éclater au grand jour la Rectitude des rayons du Soleil, qui jamais ne dévient de leur cible intérieure, celle du Centre de nous-mêmes.

L’Annonce est ce qui vient pourfendre le rideau, le tissu de mensonges dont ce monde a été drapé, tel un théâtre sur lequel on jetterait une étoffe trop rigide, tellement rigide qu’elle ne peut plus se soulever entre chaque scène.

L’Annonce est le lever de rideau, précédé des trois coups, et du martellement des coups successifs qui l’annoncent.

L’Annonce est un moment de grand Recueillement et de grande Joie à la fois – le Recueillement de ce qui s’en vient et qui est encore inconnu, pour la plupart, et la Joie d’assister à l’Annonce, car pour qui est entré dans le théâtre, il n’y a pas de moment plus palpitant que le lever de rideau.

L’Annonce est une mascarade pour qui n’a pas vu le théâtre, pour qui n’a pas pris conscience de l’illusion du théâtre, car l’Annonce alors met à jour et met à bas quelque chose qui, dans les yeux du spectateur, n’existe tout simplement pas, car n’est pas reconnu en tant que tel.

L’Annonce consiste à abattre les murs d’une prison, une prison de verre, ce verre étant invisible à la plupart des humains, encore aujourd’hui. Mais l’Annonce s’abattant sur le verre le fait voler en éclats, dans un bruit fracassant, de cette structure invisible qui s’écroule et, ainsi, révèle sa présence aux yeux de tous.

L’Annonce est tel un marteau qui s’abat, avec force, sur la table et le tableau. Ce marteau frappe trois fois avant d’adjuger, enfin, ce qui doit l’être.

L’Annonce n’est pas la fin, elle annonce le Commencement, une nouvelle Histoire, mais qui ne s’inscrit pas sur la scène de théâtre. Car l’Annonce fait pleuvoir sur le théâtre des langues de Feu qui annoncent la Vérité du Feu.

L’Annonce vient mettre en cendres tout ce qui est souillé, tout ce qui est collé, tout ce qui est voilé, tout ce qui forme obstruction au Passage de ce qui doit passer pour atteindre votre monde et le Libérer.

L’Annonce est ce qui vient marteler le théâtre de ces coups répétés pour lui signifier, par des Actes, que les actes joués dans ce théâtre sont terminés, que le théâtre déplié va être replié, et que les plis qui en sont trop marqués risquent d’être déchirés s’ils ne se laissent pas, simplement et docilement, replier.

L’Annonce vient mettre sous couvert ce qu’elle a découvert, afin de l’empêcher de nuire et de gêner le bon déroulement de ce qui fait suite à cette Annonce.

L’Annonce est l’ouverture d’un Bal qui n’est pas costumé, et qui se rit des costumes du théâtre.

L’Annonce est une mise à nu de ce qui vient entraver la Légèreté de l’Être, pour l’en dépouiller et le brûler.

L’Annonce est une mise en ordre, dans l’ordre naturel des choses, afin de permettre à ce qui avait été couché, sous le poids de l’infamie, de se relever et de piétiner joyeusement les restes de la prison de verre pulvérisée, esquissant ainsi le premier pas de Danse.

L’Annonce est ce qui vient révéler au grand jour ce qui était caché, dissimulé de façon plus ou moins habile, de façon plus ou moins tordue, afin que ne demeure que la Clarté et la Verticalité.

L’Annonce ne s’embarrasse d’aucune forme de précaution, car l’Annonce se produit lorsque toutes les précautions ont déjà été prises afin que ne demeure intact, suite au martèlement de l’Annonce, que ce qui doit rester intact.

L’Annonce est comme un coup de clairon retentissant dans la campagne, il semble surgir de nulle part, sauf pour ceux qui attendaient cette Annonce.

L’Annonce n’est pas autre chose que l’Annonce d’un heureux événement, celle d’une Renaissance qui passe par la déchirure de tous les voiles et de toutes les prisons du théâtre. Car le théâtre n’est plus – il n’a jamais été, mais pour ceux qui sont pris dans son jeu, même illusoire, il faut bien l’enlever.

Ainsi, ce qui n’était que poudre aux yeux retourne en poussière.
Ainsi, ce qui n’était que tissu de mensonges est déchiré, brûlé, réduit en cendres.

Car ce qui n’a pas de place devant la Vérité retourne naturellement à son inexistence.
Car l’illusion d’un jeu qui a été toléré ne peut pas subsister, dès lors que le rideau se lève, non pas sur le premier acte, mais sur la fin de tous les actes.

Tous les actes sont jugés, comme vous le dit l’Annonce, non pas comme un jugement, mais comme une pesée de ce que votre Coeur a bien voulu en consommer.

Ceux dont le Coeur se soulève dans une forme de spasme d’avoir ingurgité tant et tant de
mensonges, sont invités par l’Annonce à faire le jeûne de l’illusion.
Ceux dont le Coeur se soulève de Joie en entendant l’Annonce, sont invités à Danser, sans plus se réfréner, au son de cette Annonce.

Cette Annonce ne vient pas séparer les uns des autres, elle vient révéler là où vous êtes placé, au travers de la façon dont vous recevez cette Annonce. Ce qui sépare l’un de l’autre ne peut être que l’illusion de cette séparation, née de l’identification à ce jeu du théâtre – qui vient se terminer, révélant ainsi la mascarade.

Il n’y a dans l’Annonce qu’une ultime prévenance, pour ceux qui veulent bien l’entendre, à
s’écarter et se tenir éloigné de ce qui n’est pas Vérité, de ce qui n’est qu’un jeu qui n’a que trop duré.

Ainsi donc, mes bien-aimés, ne voyez en l’Annonce aucune punition, juste une Révélation, mais cette Révélation sublime contraste d’étrange façon avec l’état du monde qu’elle illumine.

Cette Révélation n’est autre que la Révélation de l’Amour, dans un monde où l’Amour a toujours été présent, mais où l’obscurcissement des voiles et du jeu qui a été joué a créé une sorte de fossé, à peine franchissable, avec cet Amour.

L’Annonce ne vient pas combler ce fossé, elle vient vous montrer à quel point vous l’avez creusé, en vous-même. La profondeur de ce fossé, telle que vous la vivez, n’est que le reflet de ce que vous avez mis de distance, en vous-même, avec la Vérité.

L’Annonce n’est pas non plus ce qui vous affranchit de toute obligation à poursuivre et à mener ce qui doit encore l’être, sur ce terrain de jeu finissant. Car le Service à la Lumière, qui vient éclairer et dissoudre ce qui doit l’être, doit être accompagné par une Danse qui vienne révéler les motifs cachés sous-tendant l’illusion et qui forment une trame subtile, qui vient soutenir l’illusion finissante et amortir sa dissolution.

Ainsi, la transition nécessite une Danse, qui se déroule à partir d’une bobine invisible, mais dont les pieds foule encore cette illusion.

L’Ascension de la Terre crée cette obligation qui n’est autre, dans le sens du Service, qu’une Joie spontanée, manifestée sur Terre, de ce que vit la Terre et de ce que vous êtes invités à vivre, dans la Fraternité retrouvée.

L’Annonce est le signal d’une débandade pour ceux qui ne veulent pas Danser, et qui font bande à part de la Danse collective de l’Unité retrouvée.

L’Annonce est un coup de semonce qui ne vise personne, si ce n’est l’illusion d’être une personne.
Elle vient dénuder les fils de l’intrigue et vous les exposer pour que vous en soyez Libres.

L’Annonce est tout cela et elle est à vos portes, non pas pour que vous les fermiez par peur de ce qui s’annonce, mais pour ouvrir la Porte à ce qui ne peut qu’entrer.

L’Annonce s’en vient à vous, daignez l’écouter. Car la Bonne Nouvelle qu’elle annonce est de vous délivrer, et ce coup de semonce sème la Vérité au Coeur de chaque être qui s’y est préparé.

Je suis CHRIST et je vous délivre l’Annonce, celle qui rétablit la Vérité. Je vous porte en mon Coeur comme je porte cette Annonce, Annonce délivrée qui délivre les Coeurs.

Je suis CHRIST, et je vous annonce l’Amour retrouvé.

Transmis par Marc

Source : www.accordanceaucoeur.com
Vu sur : LeCollectifdel’UN.com

Partagé sur : http://www.etresenevolution.com