YVONNE AIMÉE DE MALESTROIT 24.1.2014 / par Air


YVONNE AIMEE DE MALESTROIT

24 janvier 2014

 

Fichier MP3
(pour l’enregistrer sur votre ordinateur, faites un clic droit sur le fichier, puis « enregistrer la cible sous »)
              ESPAÑOL                    PORTUGUÊS                    ENGLISH

 

 

Je suis Yvonne Aimée de Malestroit, et je viens à votre rencontre, ravie de venir partager cet instant de Célébration. Instant de Célébration car, en Vérité, chaque instant placé hors de votre temps est une Célébration, un déploiement de la Grâce, une Danse de la Vie.

Alors, ensemble, faisons de cet instant, comme de chaque instant, une Célébration…

En ce temps de Célébration, je me propose de développer ce qu’est accueillir Christ, ce qu’est vivre en Christ, et ce qu’est la Grâce.

Alors, tout cela a déjà développé à de nombreuses reprises. Je viens vous proposer un témoignage en fonction de ce que fut mon expérience en incarnation. Car, vous le savez, je fus sa Bien-aimée, comme il fut mon Bien-aimé. Cela m’a portée toute ma vie, toute ma vie, je n’ai souhaité que me mettre à Son Service, qu’il fasse de moi ce qu’il voulait. Sa seule Présence suffisait à m’emplir de Joie. Son absence était une douleur sans nom. Cela, bien évidemment, vous avez pu le lire dans l’histoire racontée de ma vie.

Lorsque Christ venait à ma rencontre, j’étais transformée, portée par la Grâce, en Extase. Lorsqu’Il se retirait, j’étais désespérée, bien au-delà des mots et des sentiments humains.

Vouloir s’offrir à chaque instant, être disponible pour Le servir, quelle que soit la forme, vous amène à vivre la Grâce. Car même ce qui peut sembler souffrance est une Grâce, lorsqu’elle est placée en les mains du Bien-aimé. Bien-aimé, présent en chaque Un, que vous rencontrez en chacun. Le porter en soi, c’est Le voir dans les yeux de son voisin. Servir le Bien-aimé, c’est servir la Vie.

Alors, à ce moment-là – vous le savez, les témoignages sont nombreux – il peut apparaître ce que vous appelez des miracles. Mais qu’est-ce qu’un miracle ? C’est simplement la réalisation, la matérialisation de ce qui vous semblait impossible. Que peut-il y avoir d’impossible pour le Bien-aimé, source de la Vie, déployant la Création ? Il n’y a miracle que parce qu’il y a évidence que cela ne peut être. L’évidence, comme vous l’a dit l’Archange Anaël, est en définitive un mur qui vous sépare du Bien-aimé.

Le miracle, ce n’est pas qu’une larme devienne diamant. Le miracle, c’est la Vie à chaque instant. Les signes extérieurs n’ont de sens que de venir mettre le doute en vos évidences. Bien sûr, il est impossible de sortir une rose de sa poitrine, de son cœur, n’est-ce-pas ? Bien sûr, il est impossible d’être placé à deux endroits en même temps, n’est-ce-pas ? Tout ceci, c’est faire peu de cas de la puissance du Bien-aimé. C’est faire peu de cas de Son omniprésence. Pourquoi le Bien-aimé aurait besoin de suivre vos règles ? Pourquoi aurait-il besoin de planter une graine et d’attendre que la rose pousse ?

Alors, souvent, mes miracles sont ridiculisés, et souvent, quand vous y adhérez, quand vous acceptez que cela est possible, vous vous dites que cela est réalisé par un être exceptionnel, que cela est très beau, mais que vous ne le pouvez pas.

Alors, bien sûr, vous ne le pouvez pas tant que c’est vous qui cherchez à déployer la Vie. Mais lorsque vous laissez le Bien-aimé se déployer là où il y avait une personne, il y a la Vie. Et là où il y a la Vie, il y a le déploiement de la volonté du Bien-aimé. Que cela se passe en toute intimité, entre le Bien-aimé et le Bien-aimé en votre corps, ou que cela se passe visiblement sur l’ensemble du monde, que cela change-t-il ? Car, en réalité, cela est toujours du Bien-aimé vers le Bien-aimé, en toute intimité.

Alors, je ne vous invite pas à croire aux miracles. Je ne vous invite pas non plus à rejeter l’idée. Je vous propose d’ouvrir la possibilité que lorsque vous laissez la Vie, le Bien-aimé œuvrer, sans aucune volonté, sans aucune récupération pour l’ego, alors le Bien-aimé s’empresse de se présenter et de déployer la Vie. Car, il vous l’a dit : il est l’Alpha et l’Omega, la Voie, la Vérité et la Vie. Il ne vous a pas dit qu’en le suivant, vous trouveriez la Voie, vous trouveriez la Vérité, vous trouveriez la Vie. Il a dit : « Je suis la Vie, et cela est la Vérité. »

Alors, afin d’accueillir le Bien-aimé, il n’y a en définitive qu’à accueillir la Vie en vous, non pas la vie externalisée, telle que vous la percevez, mais cette flamme en vous. La laisser danser, la laisser œuvrer, car la Vie sait ce qu’il convient de réaliser afin de soutenir la Vie.

Alors, Enfants de l’Un, accueillez-Le en vous, laissez-Le se déployer, Lui qui n’attend que cela pour vous faire danser, pour vous faire vivre l’Extase. Laissez la Vie diriger la Vie, déployer la Vie. Car, en définitive, qui mieux que la Vie peut vivre ? Laissez ce qui est mort enterrer ce qui est mort. En réalité, vous n’avez même pas à enterrer les morts. Laissez ce qui est mort là où il est.

Tournez-vous vers le Bien-aimé, tournez-vous vers la Vie et, à ce moment-là, vous verrez par vous-même les évidences disparaître, laissant la place à la Danse infinie des infinies possibilités…

[Silence]

Je vous accueille, dès à présent comme à chaque instant, à danser avec le Bien-aimé. A ce moment-là, vous me verrez à ses côtés, et nous serons ensemble, en la Vie.

Flamme d’Eternité, Feu de la Vie, mon Bien-aimé, je te dis à bientôt, à toujours, en la Vie.
 
 
 
Transmis par Air
Source: http://www.envol-du-phenix.org

Partagé sur :
http://www.etresenevolution.com
Merci de partager en conservant l’intégralité ainsi que les liens sources