CHRIST ROI / par Le Collectif de UN

Partage d’un article du site http://www.lestransformations.wordpress.com
CHRIST ROI

par Le Collectif de UN

20 novembre 2013

Audio français  
Téléchargement MP3 français
Version PDF français –
PDF – AUDIO  português

Texto español   português  | Audio  español

Téléchargement / Download MP3español   français 

 

Frères et Sœurs humains, en notre humanité commune, je dépose en vous le baiser de ma Grâce et je viens à vous, et en vous, en tant que Christ-Roi. Ne voyez pas seulement à travers ce nom un élément historique de l’humanité, mais bien plus un élément de la vérité éternelle. Je viens aujourd’hui pour chacun de vous afin de vous demander : voulez-vous être mon ami, afin que le moment venu, qui est à votre porte, vous ouvriez cette porte? En cela, la seule clé de cette porte en est l’Amour, non pas celui que vous rêvez, non pas cet amour que vous espérez ou projetez, mais bien la vérité de l’Amour, celui que j’ai apporté voilà plus de deux mille ans à l’un des Anciens d’aujourd’hui. Et je viens enfin, réuni et uni par le cœur de ma Mère et mon Cœur en votre cœur, manifester et accomplir la nouvelle Alliance, celle de l’Éternité et de la Vérité. Alors, oui, à chacun de vous, je frappe à la porte de votre temple, à la porte de votre âme. Je viens toucher et embrasser dans le Souffle de l’Esprit ce que vous êtes. En tant que Christ-Roi, par les Cœurs unis de nous trois, toi, ma Mère et moi, je viens te demander si tu es prêt à vivre la vérité nue. La vérité qui ne s’encombre d’aucune résistance, d’aucun artifice, d’aucune séduction. Je viens, et nombre d’entre vous par diverses manifestations, par divers symptômes, dans le corps de votre humanité. Je viens donc frapper à la porte de chacun avant de frapper à la porte du collectif. Je ne peux que redire : veillez et priez dans l’intériorité de votre temple afin de me retrouver, afin de m’entendre, afin que, vous-même, vous entendiez et vous retrouviez. Je viens aussi trancher les voiles de l’éphémère, des illusions, de la souffrance, des mémoires et du karma. Je viens par la Grâce vous rendre à la Grâce et à la Vérité. Gardez propre votre temple. Gardez intact le sens de l’enfant, le sens de la spontanéité afin de répondre à mon appel. Tout ce qui vous a été voilé encore jusqu’à présent vous sera dévoilé en ce qui concerne vous, en ce qui concerne ce monde où chacun de vous est inséré.

Veux-tu être mon ami? Dans ce face-à-face où nulle ombre ne peut ternir l’Amour porté et l’Amour de l’Être. Dans cette résonance de l’Amour au sein de la Vérité, je suis la Lumière que vous êtes. Je viens, en ami, toucher le cœur de votre Cœur, pénétrant en toutes parts, en tous lieux de votre corps comme de votre conscience. Ma place ici résulte de ce que l’ensemble des Anciens, ici et ailleurs, viennent porter à votre connaissance non pas par les mots mais par l’alchimie de la Vibration de chacun des 24 Anciens, venant embraser par le Feu du cœur, venant vous donner l’Eau de l’Éternité et le Feu de l’Amour. Je viens, en ami, vous montrer la réalité de l’Amour, la vérité de la Lumière, celle qui n’a pas besoin de mots, ni de concepts, ni d’histoire, ni de mémoire, mais qui vient vous ramener au Centre de vous-même. L’ensemble des Anciens, par leur réunion ici et ailleurs, ainsi que chacun d’entre de vous, ici sur ce monde, je disais voilà plus de 2000 ans : quand vous serez plusieurs réunis en mon nom, je serai parmi vous, car chacun d’entre vous, qui a ouvert la porte à mon Amour, ne peut que retrouver son Amour, bien loin des limites, bien loin de tout enseignement, bien loin de toute imagination, dans la nudité et dans la transparence de l’âme élevée vers l’Esprit, je suis avec vous pour l’Éternité. Cela je l’avais dit. Je vous le redis aujourd’hui avec une acuité perceptible.

Uni au cœur de notre Mère, uni au cœur des Anciens, ainsi que des Étoiles et des Archanges, voilà que je viens. Rappelez-vous que pour chacun de vous, quelle que soit son histoire, quel que soit un passé, quel que soit le poids de votre corps ou de votre âme, je viens apposer le Souffle de l’Esprit de la Vérité de l’Amour dans votre cœur. Nul ne peut se tromper, nul ne peut hésiter. Mais vivre la Grâce dépend de votre réponse, de votre reconnaissance, au-delà de tout corps, ici sur ce monde. Je viens inscrire le sceau de la transfiguration et de la résurrection où nulle ombre ne peut persister, ni même effleurer votre conscience. Je viens vous rappeler à l’Amour. Je viens vous appeler à l’Esprit. Si vous êtes réunis en mon nom, vous l’êtes aussi en votre nom, celui non pas de votre identité mais celui de votre Éternité. L’Amour est simple et cette vérité ne dépend d’aucune connaissance parce que ce que je vous apporte c’est vous-même, non pas à travers simplement une compréhension, mais bien plus, et en plus, surtout, par votre cœur, non pas seulement celui qui bat dans votre poitrine mais celui qui bat dans la Source éternelle d’où provient toute conscience quelle qu’elle soit ici-bas en cette Terre. La Grâce appelle un pardon, irrévocable et définitif, de tout ce qui n’est pas Amour et de tout ce qui n’est pas Éternité. Alors, en ces jours précis de cette Terre en son calendrier, au jour où les Anciens unifient leurs consciences comme une impulsion bien plus proche de vous que celle qui a été délivrée par les différentes impulsions archangéliques et par vos communions, vos fusions et vos dissolutions, je viens donc frapper à la porte de votre être afin que vous vous restituiez à vous-même et cela n’est acté que par la loi de la Grâce, loi de l’Un, loi de pardon où il n’y a nulle place pour l’opposition et la résistance de quelque circonstance du passé de ce monde. Je disais : la Vérité vous affranchira et c’est cela qui se vit en vous. Je ne viens non pas vous sauver de quelque chose qui n’existe pas mais je viens assister à la renaissance de ce que vous êtes en vérité. Pour cela, allez de plus en plus vers cette évidence, vers cet instant présent qui ne connait nulle blessure, nulle souffrance et nulle dualité.

Ainsi que je le disais : je suis la Voie, la Vérité et la Vie. Non pas tant en tant que forme à adorer extérieurement, tout au plus à suivre mes pas afin de m’imiter. Non pas pour refuser quoi que ce soit mais bien plus pour vous fondre en l’Amour. Je viens vous toucher, vous ébranler pour certains d’entre vous, rappelez-vous, pour trancher, pour élaguer ce qui n’est pas vivant et ne le sera jamais tout ce qui appartient à la souffrance, au poids du passé, au poids des croyances, au poids des illusions. Beaucoup d’entre vous en ces jours, ressentent et vivent notre communion et notre union vous apportant un souffle régénéré, un souffle vivifié par l’esprit de Vérité, par le sens de l’Amour vécu ne dépendant d’aucune limite, d’aucune condition et d’aucune circonstance.

Les Anciens ont fait de ce jour, un jour à marquer d’une pierre blanche dans le temple de votre Éternité. Je réponds donc à la demande de la Terre. Je réponds donc à la demande de chacun de vous comme de l’ensemble collectif de la Terre. Me reconnaitre est une évidence ne souffrant aucun doute ni aucune interrogation parce que mon Feu est tel que vous ne pouvez que vous y reconnaitre en votre essence, en la Source, et en Éternité. Je viens aussi affermir ce Feu, le déployer et l’installer dans les Cieux, comme sur Terre, comme en chacun de vous. Ainsi aujourd’hui je vous redis : aimez-vous les uns les autres. Le bien et le mal ne sont que la résultante de la privation de l’Amour. Celui qui vit mon souffle, celui de la vérité de l’Amour ne peut plus jamais condamner qui que ce soit ou quoi que ce soit parce que cela concerne uniquement que ce qui est éphémère. Je disais aussi : mon Royaume n’est pas de ce monde. Soyez sur ce monde mais vous n’êtes pas de ce monde. Je viens accomplir ce que la Source vous avait déjà annoncé, que cela soit aujourd’hui par de multiples voies, comme dans les données des textes les plus anciens, comme par l’expérience de ceux d’entre vous qui m’ont rencontré avant vous dans le sacrifice d’eux-mêmes, dans l’abandon d’eux-mêmes, dans un cri adressé à l’Esprit. L’Esprit a répondu. Le Paraclet va se répandre vous donnant à vivre la Grâce si vous m’ouvrez la porte et si vous devenez réellement, objectivement, mais aussi en votre vécu, votre amitié. Le temps au-delà de tout temps, celui du sacre et du sacré est là. Seule la peur et l’attraction à une histoire quelconque, la vôtre comme celle de la Terre, représentera la seule densité et le seul obstacle à la Liberté.

Voilà ce que j’avais à vous dire en préalable à la communion, la vôtre et celle des Anciens. D’ores et déjà en cet instant, je dépose et je cèle, en votre cœur, le baiser brulant de l’Éternité, celui de l’Amour réveillé à lui-même. La Grâce est la vérité de la vie éternelle où aucune limite ne peut contraindre l’Esprit. Ainsi, je dépose, en cet instant comme en chaque instant dorénavant, pour celui qui veut être mon ami, le baiser brulant et le sceau de la Grâce. Je vous invite où que vous soyez et qui que vous soyez à vérifier par vous-même cette phrase : quand vous serez deux réunis en mon nom, je serai parmi vous pour faire le miracle d’une seule chose, l’Amour. Bien au-delà de toute chose de ce monde, bien au-delà de tout objet ou de tout sujet, mon amitié et votre amitié réveillent donc le souffle de l’Esprit et vous libèrent réellement des poids du passé, des poids du corps. Là est la liberté à laquelle je vous convie. Dès l’instant où nous sommes amis, dès l’instant où la Royauté, non pas celle des hommes mais celle de l’Esprit, s’établit en vous. Ainsi, je peux dire : en les cœurs unis de notre Mère et de Christ en chacun, je cèle en vous le baiser de l’Éternité, celui de votre Liberté, celui de la Vérité qui est la même pour tous dès l’instant où le poids de ce qui est obscur disparait, dès l’instant où vous accueillez notre présence et notre Amour qui n’est rien d’autre que de laisser apparaitre ce que vous Êtes en vérité.

Ainsi, Frères et Sœurs, amis de l’Éternité, je dépose en vous ce sceau et vous invite à la communion avec chacun parce que si vous demeurez dans l’Amour, notre Amour et le vôtre réunis, nulle obscurité ne peut exister, voire même apparaitre dans l’œil de l’Esprit. Appelez-moi comme bon vous semble, que cela soit Jésus, que cela soit le nom d’un Ancien, que cela soit le nom de celui qui vous accompagne et marche à vos côtés dans cette vie, que cela soit les Étoiles, les Archanges ou un Ancien, cela ne fait aucune différence car c’est la même flamme, la même Éternité, la même Lumière. Soyez présent à vous-même. Soyez présent les uns envers les autres. Et que de vous n’émane seulement que l’Amour car l’Amour est le baume qui met fin au bien et au mal, qui met fin à la dualité, qui met fin aux résistances. Il n’y a pas d’autres moyens, en ces jours, que cette action de Grâce.

Je vous bénis dans le sacre de l’Amour. Je rends grâce à votre présence où que vous soyez sur cette Terre, dans quelles que conditions que vous soyez, parce que le moment est venu de laisser partir toutes les conditions. Celles-ci ne peuvent tenir devant le Feu de la Grâce et c’est à vous, dans votre intimité, et avec l’ensemble des Frères et des Sœurs incarnés ou de Lumière, et même envers ceux qui vous apparaitraient comme ennemis, de donner la Grâce, de montrer l’Amour que vous êtes, non pas pour démontrer quoi que ce soit à qui que ce soit mais bien pour être l’Amour.

Toutes mes bénédictions vous accompagnent en cet instant comme en chaque instant.

Mes amis, en ce jour, notre amitié se cèle. Vous me trouverez à chaque souffle de votre vie, dès l’instant où vous restez et demeurez dans cet accueil et dans la vérité de notre Présence. Je vous salue et je vous dis à chacun : tu es mon ami et je t’aime parce que c’est ta nature, parce que c’est ce que tu Es. Je viens favoriser la dissolution de toutes les voiles qui t’empêchent de me reconnaitre encore peut-être. Sois toi-même, vrai, transparent et cherche toujours, quelle que soit la manifestation de ta conscience, l’Amour le plus authentique dans les différentes formes d’expression de toi-même. Là est la Grâce et nul part ailleurs.

Je t’aime.

Transmis par : Le Collectif de Un
Transcription : Johanne Barrette
Source: Publié officiellement par : Les Transformations

Partagé sur : http://www.etresenevolution.com
Merci de partager en conservant l’intégralité ainsi que les liens sources