En regard du conflit opposant les étudiants du Québec à l’autorité gouvernementale depuis plusieurs semaines

Reçu en canalisation (channelling) par Françoise G. Roger, partenaire de la Grande Fraternité Universelle © 2012

Trop de bousculades, trop de « tiraillages », mes chers amis. Quand aurez-vous conscientisé que plus vous vous rebellez, plus vous attirez vers vous les foudres des autorités? Ne serait-il pas plus « démocratique » de laisser vos élus faire leur travail tout en gardant un œil sur les négociations en cours?


Chacun veut s’attirer le plus de couverture médiatique dans ce conflit. Vous vous immiscez dans les affaires des autres par la grande porte et en plus vous exigez qu’ils ne répliquent pas. Dans quel monde vivons-nous, chers amis en évolution?

Aujourd’hui, regardez tous les acquis devant vous et répondez sincèrement à la question en votre cœur « ce combat en vaut-il la peine? » « Pourquoi me surmener autant alors que les décisions finales ne sont pas de mon ressort?  » Mais nous savons que c’est ainsi que votre société évolue au fil des siècles. Tout avancement, quel qu’il soit, fut d’abord et avant tout débattu et exigé de la part de certaines personnes plus éveillées que les autres.
N’en soyez pas tristes. Vous gagnerez ainsi quelques pas de plus et ferez en sorte que vos étudiants seront de mieux en mieux considérés parmi la société.

Vos décideurs ne s’inquiètent nullement du sort réservé à ces manifestants lors des manifestations. C’est à chacun d’eux de faire valoir son droit au respect et à la démocratie. Cependant, dans chacun des clans qui s’opposent certains poussent un peu trop loin le zèle et cela provoque des débordements. Il va sans dire qu’il n’y a jamais de fumée sans feu, et jamais de feu sans d’abord l’existence d’étincelles.

Mes chers amis en évolution, considérez comme presque terminée cette bataille entretenue depuis des générations, concernant le fait que tout être humain a droit à des considérations de base incluant le droit à l’éducation, et ce de manière la plus accessible qui soit. Dans cet ordre d’idée, nous vous annonçons officiellement que très bientôt, chacun pourra se prévaloir de ses droits fondamentaux de résidents de Gaïa et pourra ainsi profiter des largesses de l’état.

Ne vous souciez plus de ce qu’il va vous falloir pour demain. Avancez gracieusement vers la réussite de tous vos projets en demandant l’aide et le soutien de votre Être intérieur, vos amis de la Grande Fraternité Universelle ou vos guides. Car nous sommes tous là pour vous apporter notre soutien et faire en sorte que vos désirs se réalisent dans la plus grande harmonie.


Réalisez à quel point il nous est difficile de vous aider si vous ne daignez demander notre aide ou notre soutien. Il arrive parfois que certains se retrouvent dans de fâcheuses situations. Mais si vous regardez en arrière, demandez-vous si vous aviez fait appel à l’aide divine pour vous guider ou pour vous montrer le chemin le plus harmonieux pour vous? Faites chacun votre examen de conscience. « Suis-je sur la bonne voie en me mettant à dos tous les représentants de l’ordre public? Suis-je sur la bonne voie de la résolution du conflit existant en m’interposant dans la bonne marche des négociations par des manifestations violentes? Suis-je censé faire mon travail d’étudiant ou celui de contestataire? M’est-il possible de faire les deux tout en respectant l’ordre civil et le droit à la manifestation? » Comment pourrons-nous créer une société nouvelle si chacun croit que tout lui est dû sans égard ou considération pour l’ordre établi?
Chacun se doit de faire son propre mea culpa. « Comment vais-je pouvoir rattraper tous ces jours perdus dans la contestation et le déni du moment présent? Pourquoi devrais-je m’asseoir et réfléchir? » Eh bien, parce que chacun s’est senti interpellé et que chacun se devait « d’apprendre » quelque chose dans ce conflit. Chacun se devait d’établir ses priorités. « Suis-je sur le point de m’établir en tant que citoyen d’une société juste ou suis-je sur le point de tout laisser tomber et de continuer à accepter bêtement toutes décisions venant des élus de l’état comme faisant partie du parcours normal de l’étudiant normal? »

Tout est question de conscience, chers amis. Certains se sont vus entraîner presque de force dans un tourbillon de violence, d’autres se sont sentis prisonniers de l’état et de ses décideurs, d’autres se sont sentis rejetés, ignorés des mieux nantis de la société.

Chers amis, en fin de parcours, réalisez que finalement toute cette effervescence des dernières semaines n’aura eu pour seule résultante que d’avoir éclairé l’esprit de la population aux besoins essentiels des étudiants en matière financière. Et que pour améliorer leur situation, il fallait d’abord s’assurer que tous les autres paliers organisationnels soient gérés de manière équitable, car plus personne aujourd’hui n’acceptera de compromis face à l’abus et à la démesure en matière de rétribution des têtes dirigeantes grassement payées avec les deniers publics.

Réalisez également que plus de gens seront sensibilisés à ce genre d’abus en matière de gestion publique, plus chacun des systèmes mis en place se verront nettoyés du même genre d’abus et de démesure. Soyez vigilants quant à la manière dont vous amorcerez la fin de cette aventure, car bien des regards se portent vers vous en ce moment. La planète entière s’attend à ce qu’un règlement pacifique soit engendré de toutes ces manifestations ou démonstrations sociales. Accueillez l’autre dans ce qu’il a de meilleur à vous apporter et offrez-lui en retour le respect auquel il est en droit de s’attendre de gens civilisés et prêts à gérer l’état de demain.

Chers amis, nous avons été heureux de vous apporter ces quelques lumières ce matin en ce qui concerne les bouleversements estudiantins de votre région. Soyez réalistes, et amorcez bravement une nouvelle époque révolutionnaire axée sur le droit à l’éducation gratuite pour tous. N’était-ce pas là votre cheval de bataille depuis le début du conflit? Choisissez l’harmonie et l’éveil plutôt que la désobéissance et la disharmonie.

Namasté, chers amis du Québec. Nous veillerons à vous guider dans toutes vos demandes. Soyez unifiés dans votre désir d’apporter à l’humanité ce qu’elle est en droit de mériter par décret divin.

Vos amis de la Grande Fraternité Universelle vous saluent pacifiquement.

© 2012 Françoise G. Roger pour la Grande Fraternité Universelle.  Nous vous remercions de partager ce texte en respectant le contenu intégral incluant cette phrase et d’en indiquer la source:   http://www.etresenevolution.com