SATSANG – 2 / 23.9.2018

TEXTE SEULEMENT  –  POUR L’ AUDIO VOIR   ICI 

http://www.etresenevolution.com/2018/09/22/retraite-dabba-et-les-abbas-du-22-au-27-septembre-2018/

SATSANG 2

23 Septembre 2018

J’aimerais aborder aujourd’hui avec vous… vous donner des éléments extrêmement pratiques qui ont pour référence uniquement l’installation, si je peux dire, dans l’instant présent. Alors on parle beaucoup de l’ici et maintenant, l’instant présent, enfin vous avez des gens comme Eckhart Tolle qui ont passé leur temps à parler de cet instant présent, et d’autres aussi, bien sûr. Ce qui est un petit peu différent, dorénavant, on parle beaucoup de Joie, mais il est évident que si vous êtes dans l’instant présent réellement et concrètement, vous êtes instantanément dans la Joie. Ce qui veut dire, en corolaire, que si vous n’êtes pas dans la Joie, ça veut dire que vous n’êtes pas dans l’instant présent. C’est aussi simple que ça. Et c’est imparable.

Vous savez, j’expliquais, même en neurosciences, on ne peut pas tricher avec la Joie. On peut tricher avec l’Amour, on peut tricher avec plein de choses, mais avec la Joie, vous ne pouvez pas. Parce que d’une part, il y a des marqueurs neuromusculaires, on va dire, qui font partie d’ailleurs de certaines études dont avait parlé Paul Ekman aux États-Unis, c’est un neuroscientifique. Par exemple, les émotions se marquent toutes sur le visage chez tout le monde, aussi bien chez un peuple papou de Nouvelle-Guinée qu’un aborigène australien, qu’un occidental, indépendamment de toute autre connotation, sociale, culturelle ou d’âge. C’est pareil chez l’enfant, chez le vieillard.

Vous les connaissez tous. Ekman a étudié ça. La stupeur, par exemple, il y a un certain nombre de groupes musculaires qui se mettent en mouvement et qui traduisent, au-delà de ce que vous percevez, ça a d’ailleurs un nom en psychologie, c’est ce qu’on appelle la dyssémie, c’est l’aptitude à la reconnaissance des signaux non verbaux. Quand quelqu’un est en colère, il a pas besoin d’hurler, la colère s’imprime sur son visage. Et nous reconnaissons tous ça, même si on ne connaît pas ce qu’Ekman a développé, puisque c’est une reconnaissance qui est antérieure au langage, et antérieure à, je dirais, à l’émanation, au rayonnement de l’être. Donc là, on est en prise directe, avec la Joie, avec un certain nombre de muscles. La peur, c’est pareil. Mais vous ne pouvez pas tricher avec la Joie.

Ce qui veut dire, quand je dis que quand vous n’êtes pas dans l’instant présent, vous ne pouvez pas vivre la Joie, le corolaire c’est que si vous n’êtes pas dans la Joie, vous n’êtes pas non plus dans l’instant présent. L’instant présent, c’est pas uniquement faire le vide, chasser les pensées ou les laisser s’évacuer. C’est vraiment un état particulier, qu’on a appelé d’ailleurs sans difficulté, le temps zéro. Quand vous êtes dans le temps zéro, toutes les phrases qui ont été employées, comme « ne plus être sa vie, mais vivre la Vie », c’est ça, le temps zéro. C’est le moment où il y a rien de la personne, de l’histoire, des émotions, du mental, du causal, qui vient affecter votre présence.

Or aujourd’hui, depuis l’élimination de l’anomalie primaire, il est extrêmement facile, à travers des tas de techniques, mais on va faire au plus simple, de retrouver cet état d’innocence, d’enfance, c’est-à-dire d’instant présent. Y’a pas besoin de méditer pendant des mois, et pas besoin de faire des gestes compliqués pendant des heures. Parce qu’on a accès, tous, quoi qu’on vive, même si on n’est pas dans la Joie dans le présent et qu’on a des tas de problèmes, vous savez que la Lumière est omniprésente, que là, elle agit au-delà même de la vibration. Puisque, même les ostéopathes ont parfaitement repéré, il y a une respiration cellulaire, donc quelque chose qui est très dur à sentir, mais qu’on peut sentir, qui évolue, de la même que certains mesurent les vibrations, ça monte, ça monte, ça monte, y’a plus de plafond, ça monte sans arrêt, tous les jours.

Donc il y a de plus en plus de facilité à être dans l’instant présent, en dehors de toute considération spirituelle, énergétique, vibratoire ou autre. Et ça c’est fondamental. Parce que la clé, il n’y en a plus qu’une aujourd’hui, ça a été dit hier encore, hier après-midi, c’est fondamentalement de laisser être ce qui est. Aujourd’hui… Avant c’était pas vrai, bien évidemment, il y a dix ans, vous pouviez tout abandonner, c’est pas pour ça que vous alliez le vivre. Aujourd’hui, c’est complètement différent. C’est-à-dire, retrouver l’innocence de l’enfant, c’est être prêt à chaque instant, à accepter.

Accueillir, mais aussi accepter ce qu’il peut se présenter, venant de vous, comme de l’extérieur. Et ça concerne aussi bien une douleur, une humeur. Et encore une fois, je ne veux pas dire par là qu’il ne faut pas s’occuper d’une maladie ou quoi que ce soit, j’ai jamais dit ça. J’ai dit que c’est une posture de votre conscience qui va vous le démontrer instantanément. Ce que je pourrais appeler la puissance de l’instant présent, de l’Amour, de la Joie, de l’ici et maintenant, vous appelez ça comme vous voulez, mais en tout cas, pour vous permettre de vivre cet état de Joie, il n’y a pas besoin de résoudre quoi que ce soit.

Puisque même le corps, même si, effectivement, on le sait tous, quand on a une douleur, elle entraîne la conscience et on a l’impression qu’elle nous gêne, mais le découplage qu’il y a eu de l’âme par rapport au corps avec la fin d’anomalie primaire, permet aujourd’hui d’induire ou de faciliter la présence de cet instant présent. Là je parle pas d’ouverture du cœur, je parle réellement de l’instant présent. Cet instant présent, dans toutes les techniques de tous les temps, dans tous les yogas, dans tous les enseignements, on a imaginé des tas de techniques pour vous apprendre à être dans l’instant présent. Aujourd’hui c’est plus la peine de tout ça, c’est affreusement simple.

Et c’est un marqueur indélébile, c’est-à-dire que si vous êtes en Joie, vous pouvez pas tricher. Parce que ça se voit. J’ai parlé de la dyssémie, quelqu’un qui est en Joie, même intériorisée, qui est pas dans l’exubérance, ce sont les mêmes groupes musculaires qui se mettent en œuvre. Vous ne pouvez pas avoir les lèvres coincées si vous êtes en Joie, c’est pas possible. Ça c’est la colère, c’est la tristesse, c’est la rancœur, et pareil pour tous les groupes musculaires. On n’a même pas besoin de l’apprendre, comme l’a fait Ekman. Il a apporté la preuve de cela, c’est qu’on reconnaît tous, indépendamment de ce que nous dit une personne et indépendamment de toute perception énergétique, vibratoire, vous savez instantanément si l’autre en face de vous est en Joie ou pas. Et vous n’avez pas besoin de réfléchir.

Or qu’est-ce qui se passe quand vous êtes en Joie, vous avez des groupes musculaires qui se modifient. Je parle pas de toutes les autres modifications, mais je parle de cette aptitude à la reconnaissance des signaux non verbaux, quoi que dise la personne. Autant vous pouvez tromper les gens, manipuler en parlant d’Amour ou en parlant d’Advaita Vedānta, il y en a qui sont très forts pour ça, ils vous parlent de l’Advaita Vedānta, mais ils n’en vivent rien.

Aujourd’hui c’est imparable, depuis le mois de mai, juin, vous êtes en Joie ou vous ne l’êtes pas. Et y’a rien à discuter, y’a rien à discuter ni avec l’autre ni en soi. Parce que celui qui est en Joie, qui est réellement libéré tout court, ne peut rien dire par rapport à cette personne, il ne peut qu’accueillir tout ce qui émane d’elle, colère, tristesse, rancœur, insultes, tout ce que vous voulez, parce qu’il sait très bien, qu’il n’y a pas à réagir à ça. Pas parce qu’il ne veut pas réagir, pas parce que c’est une conduite morale qui fait qu’on est zen, non, non, réellement, parce que ça se passe comme ça. Et ça se passe comme ça pour tout le monde, sans aucune exception.

Il est pas question ici d’états vibratoires, de chakras, de portes, d’étoiles. C’est l’état naturel dans son sens le plus noble qui transparaît aujourd’hui, chez de plus en plus de personnes. C’est pour ça que vous avez de plus en plus de gens, qui ne se sont jamais intéressés à la conscience, jamais intéressés à la spiritualité, jamais fait de travail personnel, et qui pourtant étaient des gens simples, dans leur vie, dans ce qu’ils étaient fondamentalement, et ceux-là, ils s’ouvrent comme ça, ils sont dans la Joie instantanément. Et ils ne sont pas dans le calvaire que peuvent vivre certaines personnes qui ont suivi les vibrations, les trucs, et qui oscillent en permanence. Et ça on le voit de plus en plus, et on ne peut pas tricher avec ça.

Donc, comment, puisqu’il n’y a que nous-mêmes qui pouvons nous rendre au cœur du cœur, cela a été dit et répété, et c’est la vérité, mais comment est-ce qu’on peut, aujourd’hui, se rapprocher, si je peux dire, au plus proche de cet instant présent. Alors avant, il y avait la conscience, la supraconscience, avec les portes, les chakras, les ouvertures, les yogas qu’on a pratiqués les uns et les autres, pour les anciens. Aujourd’hui, tout ça, n’est pas stérile, mais serait une perte de temps. Tout simplement parce que l’anomalie primaire n’est plus là.

Un très bref rappel sur l’anomalie primaire. L’anomalie primaire, c’est simplement une dérivation de l’énergie de l’âme. Vous savez qu’on est constitué, comme on dit, d’une trinité corps-âme-esprit. Mais du fait de l’enfermement archontique, les énergies de l’âme ne remontaient pas à l’esprit. C’est-à-dire n’allaient pas de la porte, du chakra de l’âme, au chakra de l’esprit, mais il y avait une connexion entre le chakra du foie, l’enfermement était là. Il y avait un gros circuit de lumière qui était dévié de l’âme, c’est-à-dire que l’énergie de l’âme… ou si vous préférez, l’âme était tournée vers la matière. Et ça a donné, bien évidemment, la dégénérescence de la société qui s’étale maintenant sous nos yeux de partout, qu’on veuille le voir ou pas, et dans tous les pays, sans aucune exception.

Mais depuis le mois de mai, cette anomalie primaire ayant été dissoute au niveau collectif, cela permet de retourner l’âme beaucoup plus aisément. Vous vous rappelez à l’époque, Ma Ananda Moyî, en 2009, je crois, avait parlé de ce processus de retournement de l’âme, qui était tournée vers la matière ou vers l’esprit. Mais elle ne nous a pas parlé, bien sûr, d’anomalie primaire. Parce qu’elle éteint bien cachée, celle-là, et jamais, jamais personne n’avait, à part Omraam et certains, et encore, en restant très vague, on n’avait pas du tout l’impression que ça pouvait s’impacter au niveau du corps. Et c’était le cas.

Donc, c’est un circuit qui était lié au foie, au chakra du foie ou, si vous préférez, à la porte qu’on appelle vision, et la porte de l’âme, le chakra de la goutte rouge des tibétains, qui est situé au-dessus du sein droit. Très simplement, ça c’est la technique, je dirais, mais la plus simple qui soit. Vous n’avez ni intention, ni yoga à faire, vous placez vos deux paumes de main à plat, la paume de main gauche sur le chakra du foie à plat, et la paume de main droite sur le chakra de l’âme, qui je vous le rappelle est un travers de main au-dessus du mamelon, donc dans le deuxième espace intercostal, pour ceux qui connaissent l’acuponcture, sur le 14 Estomac à droite.

Quand vous placez vos mains comme ça, vous allez, non plus traiter l’anomalie primaire, puisqu’il n’y en a plus, mais vous allez simplement favoriser le basculement des énergies de l’âme qui restait ancrée sur le modèle de fonctionnement de ce corps, c’est-à-dire être identifiée à ce corps, pour ne plus être identifiée au corps, mais à l’esprit. C’est-à-dire que vous allez dériver l’énergie vitale de tout ce qui est la personnalité, les pulsions, les désirs et tout ça, non plus vers l’avidité, l’ego, l’orgueil, mais vous allez les remettre à l’esprit. « Père je remets mon esprit entre tes mains », il vous suffit simplement, vous n’avez plus besoin, même pas de vous allonger, même pas de fermer les yeux.

J’ai déjà communiqué cette technique à certaines personnes, on en avait parlé très légèrement à Essaouira, donc, j’ai eu des retours pour les gens qui la font, c’est absolument exceptionnel au niveau même organique. Mais ce n’est pas fait pour agir sur les organes, même s’il y a un effet organique, on est bien d’accord. Par contre, c’est la chose la plus simple, qui va vous permettre, dans les moments… parce que ça a été dit aussi, on est tous maintenant observateur de soi-même. Et même si on se ment à soi-même, on voit très bien quand on est en Joie et quand on ne l’est pas, on ne peut pas tricher, même si on a besoin de montrer aux autres qu’on est dans la Joie. Mais ça fonctionnera pas, et ça fonctionnera de moins en moins.

Parce qu’indépendamment de l’ouverture liée à la Lumière, indépendamment des particules adamantines et l’ouverture de tout ce qu’on veut, des portes, des chakras et des étoiles, c’est un processus, cette dyssémie, c’est-à-dire cette aptitude à reconnaître les signaux non verbaux, qui va devenir de plus en plus intense. Donc, vous êtes des fois face à quelqu’un, vous vous sentez mal, alors vous pouvez l’accuser de tous les mots, dire que son énergie vous noue le ventre et tout, mais c’est que ça fait résonner quelque chose en vous. Parce que celui qui est libéré, il peut avoir n’importe qui en face de lui, je vous l’avais déjà dit, le diable en personne, ça lui fera ni chaud ni froid.

Et c’est d’ailleurs à ça qu’on mesure, je dirais, sur une échelle, si on veut mesurer, la stabilité de la Joie. C’est-à-dire, la permanence de la Joie par rapport… ou si vous voulez, les plateaux de la balance de l’éternel et de l’éphémère. C’est-à-dire, soit vous êtes en Joie, vous êtes en l’éternité, soit vous avez une manifestation, de quelque nature que ce soit. Que ce soit une colère qui passe, que ce soit une tristesse qui a du mal à passer, que ce soit la rancœur qui a encore plus de mal à passer, bref, toute la gamme des émotions dites primaires de l’humain, et les quarante types d’émotions qui ont été identifiées au niveau du visage, ça va se traduire, bien sûr, par « vous n’êtes plus la Vie ».

Quand on emploie ce mot, être la Vie, ça veut bien dire ce que ça veut dire. C’est pas un concept, c’est vraiment un état, où vous ne cherchez rien à modifier, ni en vous, ni à l’extérieur, ni dans les univers, ni dans les multivers. C’est-à-dire qu’il n’y a plus d’action à mener dans quelque conscience que ce soit. Sauf pour ceux qui le croient, grand bien leur fasse, qu’ils le fassent, mais ils ne trouveront pas la Paix comme ça, c’est impossible. La seule paix trouvable, dorénavant, elle est ici et maintenant, quoi que vous fassiez, quel que soit votre âge, et quels que soient vos pôles d’intérêt.

Donc, vous n’avez pas de meilleur marqueur de ce que vous êtes à l’instant présent, que de savoir si vous êtes dans cette Paix, dans cette Joie, ou s’il y a autre chose qui apparaît sur l’écran du corps, comme sur l’écran des émotions, comme sur l’écran du mental. Ce qui ne vous empêche pas d’avoir des émotions, ce qui ne vous empêche pas d’avoir un mental, et d’ailleurs vous en avez besoin pour vivre la vie de la personne, mais il n’y a rien, mais vraiment de façon de plus en plus immuable pour ceux qui sont libérés, d’être affectés par quelque élément ou quelque événement que ce soit. C’est pas un contrôle, c’est pas une maîtrise, c’est exactement l’inverse. C’est un don, c’est un abandon de soi, à la Vie. Et vous n’avez pas d’autre possibilité pour arriver à cela.

C’est-à-dire, tant que vous êtes dans des histoires, liées à votre passé, tant que vous avez l’impression de mener une recherche spirituelle, ou une quête de quoi que ce soit, vous ne trouverez et vous ne vivrez jamais, jamais, jamais la Joie. C’est pour ça que Bidi, depuis des années, nous surine que la spiritualité est une vaste escroquerie. Il disait aussi que la conscience est une tache, et une pathologie aussi. Et je vous assure que pour un libéré, la conscience est une tache aussi. Alors que dans la spiritualité, tout le monde fait des gorges chaudes, pour la conscience, la supraconscience. C’était un chemin qu’on a mené aussi avec AD, mais dont la finalité est exactement celle que je vous dis aujourd’hui. C’est pas de rester dans la conscience, dans les vibrations, dans ces états-là. Parce que quels que soient les états vibratoires, même les plus intenses et quelles que soient les expériences, même les plus intenses qu’on peut vivre en conscience nue, et je sais que certains en ont vécu énormément, ça ne vous fera pas être en Joie, c’est impossible.

Et pour des raisons qui ne sont ni spirituelles, ni égotiques, ni liées à la conscience, mais qui sont simplement des bases découvertes en neurosciences depuis déjà quinze, vingt ans, qui nous confirment cela de façon formelle. Les êtres qui vivent la libération, je parle pas de l’éveil, au sens « j’ai vécu, j’ai eu des visions, je sens les énergies, je sens les présences », ça c’est du pipeau, ça ne vous rapprochera jamais de la Joie. Les seuls êtres qui vivent réellement la Joie, quand on fait des IRM, c’est-à-dire des examens très poussés au niveau du cerveau, ben bien évidemment, on retrouve ce qu’on appelle les étoiles hic et nunc, qui correspondent à l’aire de Wernicke, l’aire de Broca, et au cortex moteur, qui sont modifiées.

Donc, ça s’imprime dans le corps. Donc, les gens qui sont réellement dans cette Joie, non seulement c’est immuable, mais il y a des modifications neurophysiologiques, neuroanatomiques et fonctionnelles, qui sont absolument évidentes et repérables par n’importe quel examen biologique. Par exemple, vous avez une hormone qui intervient sur le sommeil, qu’on appelle l’épiphysine. Les gens qui sont libérés ont un taux d’épiphysine qui est extrêmement haut, c’est-à-dire qu’ils n’ont plus besoin de dormir, et c’est la vérité.

Donc, le seul marqueur fiable que vous avez de qui vous êtes, c’est la Joie, ou pas la Joie. Et quand je dis la Joie, c’est pas la Joie exubérante, ça peut être aussi une Joie intérieure, dans le silence. Mais tout le reste ne fait que vous entraver, sans aucune exception. Et je précise bien, même votre supraconscience, même si vous vivez des trucs incroyables ailleurs. Si vous ne le ramenez pas complètement ici, c’est fini, vous êtes perdus. Parce que vous avez grillé tout et vous n’êtes pas capables d’assurer la transsubstantiation de ce corps. Ça a toujours été dit, l’alchimie finale, elle se déroule, si on est incarné, à travers ce corps. Et à travers la personne, pas en fuyant la personne.

Et, encore une fois, trouver la Joie, ce n’est pas la chercher, c’est laisser être la Joie. Donc dès que vous avez l’impression de faire un effort, intellectuel, énergétique, mental, arrêtez tout, vous vous trompez. C’est aussi simple que ça. Et cette simplicité enfantine, ben bien évidemment ceux qui n’ont aucun bagage, spirituel, énergétique, vibratoire, ils y arrivent tout seuls, et tout de suite. Et c’est pas une ou dix personnes dont je vous parle, c’est des centaines, des milliers de personnes.

Donc, relativisez les notions d’énergie, de vibration, de spiritualité. Bien sûr qu’elles sont là, bien sûr qu’on les sent, puisque je vous parle même encore des portes, mais là c’est pour simplifier. Vous mettez votre main droite à plat sur le chakra de l’âme, sur la porte vision, c’est-à-dire au-dessus du sein droit, et votre paume de main gauche à plat sur le chakra du foie. Et là vous allez, de façon non énergétique, parce que là, pour ceux qui sentent pas les énergies, ils le vivront de la même façon, c’est simplement, vous vous servez de votre corps comme un résonateur, sans penser à quoi que ce soit. Vous placez vos mains là et vous allez constater que des choses se libèrent.

Un conseil, ne vous attardez pas, toujours pareil, à ce qui peut se libérer ou apparaître, ne regardez que la conséquence, c’est-à-dire la Joie, ou pas la Joie. Et encore une fois, vous pouvez vivre le cœur indépendamment des processus du chakra du cœur, de la nouvelle tri-unité, de la couronne ascensionnelle, des couronnes de la tête, ou même du sacrum. Ça, c’est annexe, même si vous le sentez et vous le vivez. Vous avez bien vu autour de vous, vous avez des tas de gens qui ont vécu tous les processus vibratoires, depuis fort longtemps, il n’y a aucune Joie en eux, aucune. Tout simplement parce qu’ils ont ramené ça à la personne.

Ça avait été expliqué en 2013 et 2014 par Omraam, sur ce qu’on appelait le Soi. Le Soi, c’est uniquement de l’ego spirituel, c’est le miroitement de la Lumière, ce n’est pas le vécu de la Lumière. C’est pour ça que voir la Lumière n’est pas vivre la Lumière. Et même en se déplaçant, en accédant même jusqu’à l’Absolu, tant que ce n’est pas ramené en totalité dans le corps, c’est-à-dire au travers de la personne, vous êtes en dissociation. Et vous ne pouvez échapper à ça que par l’instant présent.

Et vous verrez d’ailleurs, plus l’instant présent s’installe, plus la Joie s’installe, moins vous avez besoin de quoi que ce soit. Ni au niveau spirituel, ni au niveau vibratoire, ni au niveau énergétique, ni au niveau des besoins physiologiques, parce que ceux-ci disparaissent d’eux-mêmes. Il y a quand même énormément de mystiques, dans tous les pays du monde, qui ont passé leur vie à ne pas manger. Je ne veux pas dire par là qu’il ne faut pas manger, je veux dire simplement que c’est la Lumière qui décide.

Ce que je vous disais pour les repas, j’ai pas faim, je mange pas, j’ai faim, je mange, j’ai très très faim, je mange beaucoup. Et vous voyez pourquoi, je n’ai plus aucun problème, ni de digestion, ni digestif, ni autre. Parce que, encore une fois, ce n’est pas… la nutrition… de me dire que je dois faire trois repas, un le matin, un le midi, un le soir. Mais déjà à l’époque, quand j’étais médecin, je faisais qu’un seul repas le soir, mais je pesais quarante kilos de plus. Là, j’ai faim, je mange, j’ai pas faim, je mange pas. Je n’en ai rien à faire de l’heure, que ce soit pour le sommeil, c’est exactement la même chose.

Parce que rappelez-vous aussi, depuis plusieurs mois, on a parlé les uns et les autres des habitudes. Alors je sais que ça plaît pas à certaines personnes, mais tout ce qui est habituel vous sclérose. Vous avez l’impression de trouver la sécurité, en mangeant à telle heure, en vous couchant à telle heure, en respectant des règles de vie. Il n’y a rien de pire pour la Joie. Il faut vous déprogrammer, non pas par un effort, mais en acceptant, on a dit, l’accueil, le pardon. C’est-à-dire accepter que ce n’est pas vous qui dirigez votre vie, mais la Vie qui vous dirige, au travers de votre personnage. Si vous acceptez ça en tant que concept, vous le vivrez immanquablement, quoi que vous en pensiez aujourd’hui.

Alors, première chose, je vous ai dit, il y a ce geste-là, qui est fort simple. Alors après, je pourrais aussi vous reparler des cristaux, mais on va pas retomber dans les protocoles et les exercices de cristaux. Je vais vous donner simplement deux, trois choses avec des cristaux, après je parlerai du travail aussi avec les mains, mais là, il faudra que je vous montre. Avec les cristaux c’est très simple. Pour ceux qui suivaient a l’époque, on avait les lémuriens qu’on portait autour de nous pour être alignés, mais ça nous alignait vraiment. Il le garde toujours, en fait. (Rires)

Aujourd’hui, il n’est plus question d’être alignés. La Lumière, de toute façon, que vous le vouliez ou pas, vous aligne, dans tous les sens du terme. Si vous êtes pas alignés, elle vous aligne. Quand elle vous aligne, c’est aussi un terme d’argot pour vous dire que vous allez manger grave. (Rires) Elle vous aligne quoi que vous fassiez. Donc autant ne pas résister, puisque quand même, la Joie, et ce sentiment, cette réalité de la Liberté, c’est bien plus important que de savoir qui a créé la Terre, où est-ce qu’il est le noyau cristallin maintenant qu’il n’est plus au centre, ou de savoir si le vaisseau de Marie va se poser demain ou après-demain.

Parce que la seule solution… quoi qu’il arrive comme événement sur la Terre, que ce soit l’événement collectif, toutes les armadas de vaisseaux qui apparaissent en même temps dans le ciel, comme je l’ai vu il y a fort longtemps, qui recouvrent entièrement le ciel, ça n’a aucune importance. Et si vous croyez que vous attendez ça pour être libres, vous ne serez jamais libres à ce moment-là, jamais. La seule façon d’être libre, c’est de laisser la Joie s’effuser tranquillement. C’et-à-dire, laisser la Vie vous vivre.

Alors bien sûr, quand on laisse la vie se vivre, on a parfois l’impression… surtout dans le point de vue de la personne, qui a des pulsions qui resurgissent, qui a des colères, des animosités, laissez-les sortir, ne les arrêtez pas, quelles qu’elles soient. Quand vous aurez vidé votre sac, vous n’aurez plus rien à vider, ça me paraît logique. Essayez de maintenir une colère permanente, vous verrez que vous n’y arriverez pas. La seule émotion qui peut devenir permanente, encore aujourd’hui, c’est la tristesse, bien sûr, tout le monde le sait, ça aboutit à la dépression. Mais pour toutes les autres émotions… Vous ne pouvez pas décider de vous mettre en colère, ou alors c’est joué. La colère c’est quelque chose qui monte, qu’elle soit chaude ou froide.

Et d’ailleurs, en médecine chinoise, on a parfaitement compris le fonctionnement de ces émotions, par rapport aux organes, comme on dit, puisque la colère lèse le foie, la peur lèse le rein et la tristesse lèse le cœur. Maintenant, le cœur ne peut pas être lésé, au sens où je l’entends. Mais là on parlait du cœur organe et du cœur énergétique. Par contre, le cœur qui se vit maintenant, lui, il ne peut pas être touché. C’est impossible. Et ça, que vous viviez la Joie ou pas. Parce qu’on est tous tapissés de la même Lumière. Quoi qu’on dise, quoi qu’on pense, quoi qu’on croie et quoi qu’on refuse, ça n’a aucune espèce d’importance. Parce que l’intelligence de la Lumière sait parfaitement ce qu’elle fait, même si vous vous y opposez, et même si ça vous semble à l’inverse de la Lumière. Ce n’est que votre réaction et ça vous appartient.

On sait pertinemment aujourd’hui, que tout ce qui se présente à la conscience a un sens, bien sûr. Que ça vienne de nous ou que ça vienne de l’autre. Mais le sens n’a pas à être compris au niveau mental, intellectuel, ou émotionnel, ou causal, il a à être tra-ver-sé. Traverser, j’ai pas de meilleur mot, ça veut dire que quelque chose est vécu, mais que vous ne vous y arrêtez pas. Par exemple, une colère sort, tu as vu l’autre fois, je t’ai dit mais vas-y, balance tout. Ben après, il n’y a plus de colère, il peut pas y en avoir d’autre, c’est normal. Mais si vous réfrénez quelque chose alors que la Lumière est en train de l’éclairer… même quelque chose de sordide, qui est en vous, peu importe, mémoires, comportements, ou une peur de quoi que ce soit sur l’avenir, peu importe. Plus vous acquiescerez, plus vous serez libres. Plus vous résisterez ou plus vous vous y opposerez, plus vous serez touchés.

Mais dans le processus même concernant le corps, et ça on a pu le voir pour beaucoup qui sont ici, pendant les soins individuels très très précis qu’il y a eu en avril, mai, juin, que c’était d’une efficacité redoutable. Mais l’efficacité redoutable, elle ne venait pas de Jean-Luc Ayoun dans un corps de Lumière qui se baladait, elle venait simplement de la rencontre de deux entités au-delà de l’apparence et au-delà de la forme. Et c’est ça le miracle qu’il faisait. Alors, qu’est-ce que je faisais, d’ailleurs, je vous l’ai dit quand j’écrivais les comptes-rendus, je ne faisais rien. J’arrivais, que ce soit en conscience nue, dans un corps x ou y, d’un archétype quel qu’il soit, et je voyais.

Mais après, Bidi m’a dit ça sert à rien de voir, il suffit d’entrer dans l’autre et ça se fait tout seul. Après, il n’y avait même plus besoin de se déplacer, il entrait en moi, et après on s’est aperçu que l’un est dans l’autre, donc il n’y a pas de déplacement. Je vais pas là-bas, ou il vient pas en moi, ou je l’accueille pas, ou je me déplace pas, on est dans le champ zéro, on est dans ce bain d’Amour, comme on l’a appelé sur le tchat. Ce bain d’Amour, c’est la soupe originelle, c’est le liant de toutes les vies, qu’on retrouve. Ce que je vous expliquais hier, y’a pas d’émetteur, y’a pas de récepteur, il y a juste une information qui circule, pas seulement d’ailleurs de l’émetteur au récepteur. Dans la théorie de l’information, ils auraient dû rajouter du récepteur à l’émetteur.

Mais ce qui est important, c’est pas l’énergie qui est véhiculée, que ce soit une aiguille d’acuponcture, un cristal ou autre, c’est la résonance qui va se trouver, qui met fin à la distance. Et c’est mettre fin à la distance, qui peut exister entre soi et l’autre, c’est aussi mettre fin à la distance qui existe entre la personne et ce que vous êtes au-delà de toute personne. Mais ça, cette alchimie, elle se fait toute seule, individuellement comme collectivement, puisqu’il n’y a plus de dérivation de l’énergie et de la conscience, parce que l’anomalie primaire n’est plus là, tout simplement.

Alors, avec les cristaux, bien évidemment, si vous avez après des questions, même médicales, sur les cristaux, j’y répondrai volontiers, mais en tout cas au niveau de l’instant présent, on va utiliser des choses affreusement simples. Alors les protocoles, je pourrais vous les détailler, mais on va pas en dire une dizaine, on va en choisir d’après l’efficacité que j’ai vue et constatée depuis trente-cinq ans, quels sont les cristaux qui vont faciliter la Joie, et donc l’instant présent, puisque c’est le corollaire.

C’est très simple. Vous avez un premier protocole, qui va vous permettre… On a utilisé ces pierres très longtemps dans les années 2013-2014, ce sont des pierres qui coûtent rien en plus, mais il n’y a aucune obligation. Si vous y arrivez avec vos mains, ou avec ce que je vais vous dire après sur la respiration du cœur, ou imposer à votre propre corps une respiration de type ternaire et non plus binaire, c’est gagné aussi. Donc c’est à vous d’essayer, de voir, de prendre ce qui vous correspond, y’a aucune obligation de quoi que ce soit, ni de vos mains, ni des cristaux, ni de la respiration.

Mais quand vous verrez par vous-mêmes ce qui se passe avec le simple geste que je viens de vous montrer, ou avec quelques cristaux dont on a parlé, ben c’est évident que la solution elle est là. Et c’est pour ça qu’au fur et à mesure, l’instant présent, cet ici et maintenant dont parlait Anaël il y a de nombreuses années, c’est vraiment la clé, il n’y en a pas d’autre. La clé, elle n’est plus vibrale. La clé vibrale, elle nous a permis de toucher et de vivre la supraconscience, d’activer les portes, les étoiles. Parce que la matrice christique, je le redis, elle est partout. Tout le monde a sa matrice christique et son corps d’éternité qui est là, même s’il le voit pas, même s’il le sent pas. Y’a aucune personne qui peut échapper à ça.

Donc, la structure du corps d’éternité, comme je l’ai dit, je pourrais la développer, écrire des livres là-dessus, mais ça servirait à rien, maintenant. Parce qu’on a été doublé par la Joie. Donc, il n’y a plus aucun enseignement. Je suis désolé, qu’est-ce que vous voulez que je vous apprenne, en sachant très bien que ça ne vous servira à rien et que ça va vous éloigner de l’instant présent. Alors il faut être logique. J’ai rien à vous vendre, si ce n’est donner ce que j’ai pu tester et apprendre dans ma vie, mais appliqué uniquement à cet instant présent. Et non pas à, comme on a fait pendant des années, qui est certainement utile pour plein de gens encore, mais qui n’a plus sa place, en tout cas dans mon discours, de travailler par exemple sur les petits diables. Et ça marche très bien.

Pour ceux qui s’adressent à des personnes qui ont besoin de régler des problème, ok, mais je suppose, et à juste titre, que tous ceux qui sont là, qui entendent, n’en sont plus là, même s’ils sont encore en train de se débattre avec leur ego. Et ça ne dépend pas d’eux, ça dépend de la matrice christique, qui est simplement cette matrice d’éternité qui nous double tous, qu’on la sente, qu’on la vive, ou pas. Et c’est ça, l’éclairage de la Lumière. Et tout le monde est soumis à la même intelligence de la Lumière, même s’il n’en vit rien, même s’il ne le croit pas, même s’il rejette, même s’il dit que c’est faux, ça ne change rien, parce que c’est une réalité objective et totale.

C’est comme pour les neurosciences. Les gens qui vous parlent d’éveil, qui vous parlent de visions, ben s’ils sont pas dans la Joie, ça sert à rien. Parce qu’ils n’ont pas activé l’ici et maintenant, quoi qu’ils aient vécu au niveau des portes, des vibrations et des chakras. Ils sont verrouillés dans ce qu’on appelle la supraconscience, c’est-à-dire dans le même type de scénario qu’on a eu en 2013-2014. Sauf que là, il peut pas y avoir d’ego au sens spirituel, parce que la Lumière, elle a suffisamment cassé, chez ces gens qui ont vécu les vibrations, tous les réflexes liés à l’ego. Mais il reste un truc.

Et d’ailleurs ça porte un nom, ça commence à sortir de partout, c’est ce qu’on appelle la perversion spirituelle, le pervers spirituel. Le pervers spirituel, c’est celui qui a ouvert les portes, c’est celui qui a ouvert toutes les portes, et qui va vous ramener à lui. C’est-à-dire, trouver un avantage pour sa personne, ou pour se glorifier, dans ce qui a été vécu. Et ça, autant vous aviez les pervers narcissiques, les pervers sexuels, vous avez maintenant une nouvelle classe qui se présente et qu’on appelle les pervers spirituels, qui vivent effectivement des choses incroyables, mais qui ne sont pas du tout dans l’instant présent. Ils peuvent pas l’être. Ils peuvent même vous parler d’Amour, ils peuvent vous faire vivre des choses, mais ils ne peuvent pas vous libérer, en aucune façon. D’ailleurs personne ne peut vous libérer. Mais il y a une attitude de comportement, de celui qui est en Joie, qui permet par résonance de créer la libération, tout simplement, sans le vouloir, sans le décider.

Alors, quels sont ces cristaux. Eh ben tout d’abord, les deux cristaux qu’on utilisait avant pour faire monter l’onde de Vie, qu’on appelle lépidolite. Mais la lépidolite, il y en a deux, vous les mettez où vous voulez. Par exemple, on parle de l’ici et maintenant, hop ! (Rires) Une de chaque côté, ici. Le cœur, hop ! Une de chaque côté, chakra du cœur, porte ki-ris-ti derrière, c’est-à-dire sous le D5. Sous les pieds, si vous voulez. Alors, il y a trois zones qui sont importantes dans la réunification des parts fragmentées de la conscience, qu’on avait expliquée, qu’on a vécue pour beaucoup, qui est la réunification des énergies du sacrum, de la tête et du cœur. Je vais pas revenir sur les circuits qui existent entre le sacrum et le cœur, ou entre le triangle de la terre et le cœur. C’est des circuits extrêmement précis, mais ça sert à rien de vous en parler, si je veux être logique avec moi-même.

C’est des choses que j’ai apprises, que je sais, que je vis, mais qui pour celui qui ne le vit pas, aujourd’hui, ne sont plus d’aucune utilité. Plus d’aucune. C’est-à-dire que vous devez aller vers de plus en plus de simplicité pour vivre la Joie. Il n’y a pas d’autre alternative. Et tant que vous êtes dans des histoires de spiritualité, ou dans des histoires de conscience, vous ne le vivrez pas, c’est aussi simple que ça. Vous le voyez d’ailleurs à travers la forme, quelqu’un qui est en Joie et quelqu’un qui est en harmonie, il n’a pas besoin de discours, il n’a pas besoin de revendiquer quoi que ce soit. Il est. Point. C’est tout.

Et si vous gardez ça présent à l’esprit, plus jamais vous ne pourrez être leurré par une énergie, une vibration, ou quelque discours que ce soit. Tout ce dont vous avez besoin, c’est cette simplicité, à tous les niveaux. C’est la seule façon de ne plus être sa vie, son petit personnage et se petite conscience, même qui voyage dans les autres univers, mais d’être réellement cette Joie incarnée, c’est-à-dire d’être réellement dans cet état christique. Y’a pas d’autre alternative. Vous en avez pas d’autre. Et plus vous simplifiez, plus vous élaguez, d’ailleurs c’est pas vous qui décidez de couper ou d’élaguer, c’est la Vie qui le fait, plus vous vous retrouvez dans cet état d’harmonie totale, de Joie totale et de Paix totale. Et qui en plus est réellement immuable.

Et ça, je vous le dis, c’est même pas, ni spirituel, ni énergétique, ni quoi que ce soit, c’est des preuves concrètes qui ont été apportées en neurosciences, qui illustrent tout ce qu’ont dit les grands sages de tous les temps, bien évidemment. Et aujourd’hui, du fait de la fin de l’anomalie primaire, vous n’avez pas d’autre possibilité, c’est soit la Joie, soit tout le reste. Et au moment, non pas de la résurrection, qui a commencé, mais au moment d’un événement quel qu’il soit qui touchera le collectif, vous verrez bien par vous-mêmes si c’est fluide ou pas.

Et les résistances, elles sont pas liées à l’ego, elles sont pas liées au mental, comme il y avait en 2009, en 2010, le petit vélo qui tourne. Ça, c’est réglé chez tout le monde, même ceux qui ne pensent pas l’avoir réglé. Et c’est pas réglé par vous, c’est réglé par l’intelligence de la Lumière, c’est-à-dire par la matrice christique, qui concerne aussi bien, bien évidemment, le cœur du cœur, que même les pensées. Parce que quand les particules adamantines, même si vous ne les sentez pas, activent tous les circuits de la tête, pas uniquement les étoiles, mais toutes les résonances qui sont au niveau de la tête, ben bien évidemment, vous constatez que votre physiologie change, que les besoins, il n’y en a plus, que l’avidité n’existe plus, que le plus important c’est la Paix et la Joie. C’est pas quelque chose que vous vous imposez, c’est quelque chose qui s’impose de lui-même et qui ne laisse, qui ne peut laisser, aucun doute. Aucun doute.

Alors, dans les cristaux, je vous ai dit, les deux lépidolites, vous avez un protocole, un des premiers protocoles cristaux que je faisais à l’époque, qui permettait d’ouvrir le chakra du haut, vous vous rappelez, qu’on appelle le protocole shakti, ou descente de l’Esprit Saint, bon, qui marche sur des tas de choses en pathologie, mais qui a la particularité d’ouvrir le chakra coronal et le sixième chakra. Or aujourd’hui, comme tout est là, la Lumière est là, si vous ouvrez ces deux chakras en plaçant les pierres que je viens de vous dire, l’énergie va d’emblée être dirigée sur le cœur toute seule. Donc c’est plus seulement l’ouverture de la tête, c’est rediriger les flux de la Lumière de la matrice christique du corps d’éternité qui est là, directement au cœur, sans aucun effort.

Alors, je vous ai dit les mains, on a vu le geste, les cristaux valables pour la shakti, vous allez utiliser trois octaèdres de fluorine. Un sur la tête, là vous allez être obligés d’être allongés, par conte, et quand je dis allongés, c’est allongés bras et jambes décroisés, durant vingt minutes, dans le noir, les yeux fermés, comme une séance normale de cristaux de soin.

La violette ?

La couleur, peu importe, maintenant. Les plus fortes étaient les violettes et les bleues, mais même une incolore, une jaune, marchent de la même façon maintenant. Donc il suffit d’avoir un octaèdre de fluorine sur la tête, donc ce sera pas exactement sur le 20 VG, le centre du septième chakra, ça sera légèrement en arrière, quand vous êtes appuyés, mais ça n’a aucune importance. Un dans chaque main. Et vous rajoutez, alors, soit un diamant d’Herkimer, soit éventuellement, des améthystes toutes simples si vous n’avez pas de diamant d’Herkimer, sur le front et sur les pieds. Alors, c’est pas sur la zone du 1 Rein, posez le talon au-dessus, ça suffit.

Et là, qu’est-ce qui va se passer, vous allez drainer la Lumière, puisque le corps d’éternité est là, et vous allez, cette fois-ci, non plus aligner, comme on faisait à l’époque avec les lémuriens, c’est-à-dire aligner corps-âme-esprit sur l’axe horizontal, mais vous allez aligner au niveau de la croix, c’est-à-dire au niveau du cœur, instantanément. Alors bien évidemment on pourra en imaginer d’autres, mais comme je veux faire simple, je vais pas aller trop loin, sauf si vous avez des questions sur d’autres cristaux par rapport à ça. Il ne sert à rien a priori de travailler sur le chakra du cœur en lui-même, parce qu’avec les cristaux, si vous posez une pierre sur le chakra du cœur, ça va agir même sur les plans les plus hauts. Mais ça ne suffira pas à dépasser le stade vibral, c’est-à-dire à atterrir là où il n’y a plus rien, c’est-à-dire au temps zéro, à la Joie, et à l’instant présent.

Donc on va travailler essentiellement, je vous l’ai dit, avec ces lépidolites. Alors, les lépidolites, j’ai dit les pieds, ça peut être aussi les plis de l’aine, bien sûr. Ça peut être le cœur en antéropostérieur, c’est-à-dire chakra du cœur, ki-ris-ti. Ça pouvait être, je vous l’ai dit, hic et nunc, ici. Mais vous pouvez l’utiliser où vous voulez. Mais en tout cas, ce sont les quatre zones qui ont le plus de capacité à vous mettre dans l’instant présent. C’est-à-dire à vous favoriser l’émergence de la Joie et du cœur du cœur.

Alors, vous avez deux autres cristaux qui peuvent être intéressants… et là c’est aussi très simple, parce que là ça peut être fait, contrairement au protocole shakti ou aux lépidolites, vous pouvez le faire en étant debout, en marchant et en vaquant à vos occupations ..qui sont affreusement simples. Vous prenez deux cristaux de roche, de n’importe où, simples. Vous avez deux cristaux de roche, quelle que soit la taille, et vous en mettez un dans votre main gauche et l’autre dans votre main droite. Celui de votre main gauche, vous vous arrangez pour que la pointe soit vers le pouce, même si le cristal est pas grand, qu’il entre dans votre main, la pointe est tournée vers le pouce. Et dans l’autre main, la main droite, le deuxième cristal, vous le mettez dans votre paume de main, avec la pointe côté opposé du pouce, vers le petit doigt.

Qu’est-ce que vous faites quand vous faites ça, vous faites ce que fait toute cellule qui se divise. Vous savez, quand la cellule se divise, je vous l’avais déjà expliqué, il y a deux centrioles qui sont des cristaux de roche et des pièces qui bougent comme ça, qui créent le champ ultime acausal de la physique, dans toutes les cellules, au moment de la division. Mais vous, c’est votre être, qui allez créer le champ ultime acausal de la physique en ayant un cristal dont la pointe est vers l’avant, vers le pouce, comme j’ai dit, et l’autre, le cristal, il est à l’arrière.

Alors j’ai pris… bien sûr les mains sont tenues normalement, parce que si vous faites comme ça ou comme ça, ça va pas aller. (Rires) Donc vous pouvez, effectivement, en tenant ce cristal dans la main, un avec la pointe vers l’avant, donc vers le pouce, et l’autre de l’autre côté, même si vos mains se tournent, vous allez inverser et recréer ce champ ultime de la physique, le champ acausal, et vous allez vous replacer dans le cœur, sans le vouloir, spontanément, même en faisant autre chose, là.

Donc ça c’est les trois types de cristaux dont je voulais parler, il y en a d’autres, bien évidemment, mais là ça va devenir plus complexe, puis ça va s’entremêler avec des visions, qui n’ont pas trop d’intérêt pour se rapprocher de ce temps zéro. Donc ça, ces deux techniques extrêmement simples, je vous conseille d’ailleurs, dans les jours qui viennent, si vous avez le temps, après les éléments, ou l’après-midi, de tester, à voir si vous le faites bien, ce qui se passe, en parler.

Il y a maintenant une autre technique. Alors là, ça demande un peu plus de finesse, pas de perception énergétique, mais de perception ostéopathique, on va dire. On a beaucoup parlé de la respiration du cœur. Cette respiration du cœur, je vous l’ai dit aussi hier, qu’elle concernait même la cellule. On passe d’un rythme binaire, même pour le cœur, contraction systole-diastole, pour la respiration inspir-expir, on passe de ce rythme binaire à un rythme en plusieurs temps. Le rythme le plus essentiel, c’est le rythme à trois temps, même si au niveau du cœur aujourd’hui ça peut aller beaucoup plus loin dans l’intensité des différents paliers, mais déjà en trois temps, c’est affreusement simple. Toujours pareil, la finalité étant de réveiller la matrice christique au niveau du cœur, et qui est là chez tout le monde.

Donc il y a juste à polariser l’énergie, si je peux dire, ou porter l’attention, et les mains en l’occurrence ici, sur certains lieux du corps. Vous avez trois lieux essentiels qui vont permettre, d’ailleurs on l’a testé à Essaouira avec Vincent, qui montrent une efficacité redoutable. Et on peut l’avoir aussi, comme Isabelle vous le propose, avec la fascia, c’est la même chose. Simplement, vous vous connectez à l’autre, là c’est physique, vous pouvez le faire sur vous-mêmes, mais c’est plus compliqué quand même, celui-là. Autant placer les mains sans bouger c’est affreusement simple, mais là vous êtes obligés d’avoir votre attention qui se porte sur vos mains, parce que vous allez, vous, imposer un rythme avec vos mains. Vous n’êtes pas dans la perception du mouvement respiratoire primaire des ostéopathes ou de la respiration des fascias, là c’est vous qui imposez le rythme.

Quel va être ce rythme ? Ce rythme va être, quel que soit l’endroit du corps, je vous montrerai après où ça va être utilisé, va être, avec vos mains, d’exercer une pression. Mais pas une pression continue, mais une pression en plusieurs temps, à chaque fois un peu plus forte. En trois temps ça suffit. Par exemple, sur les zones qui sont ici sur les portes attraction-vision, qui correspondent aussi au diaphragme, puisqu’ici on a la respiration qui se fait en deux temps, mais c’est vous qui allez imposer avec vos mains, un rythme de compression, légère, moyenne, forte. L’idéal étant de le coupler avec la respiration, mais c’est pas une obligation. Vous allez imprimer dans le corps un rythme à trois temps, ce que j’ai appelé pour le cœur, la valse à trois temps.

Comment, très simplement. Alors vous pouvez le faire sur le pli de l’aine, vous pouvez le faire ici, c’est très facile, parce que là vous sentez la respiration en même temps, et ce n’est pas vous qui allez recevoir la respiration primaire, c’est vous qui allez imposer une nouvelle respiration primaire, en trois temps, qui va être reconnue par le cœur, et par les cellules. Parce que les cellules du corps, aujourd’hui, même chez ceux qui ont l’impression de ne rien vivre, comme le corps d’éternité est là, le fonctionnement cellulaire ne se fait plus sur le rythme qu’on appelle de la respiration syncytiale ou la respiration cellulaire, qui est une amplitude plus petite que la cellule, donc vous imaginez le niveau de perception qu’il faut avoir, et d’expérience, pour pouvoir le sentir.

Mais là, on n’a pas besoin de ça, puisque c’est nous qui imposons un rythme sur quelqu’un. Les mains, elles peuvent être placées sur les plis de l’aine, elles peuvent être placées sur la tête, de chaque côté, sur hic et nunc, n’importe où, devant, derrière, mais c’est plus simple par rapport au ventricule qui génère l’onde du mouvement respiratoire primaire, c’est-à-dire le premier et le deuxième ventricule, c’est plus simple de les mettre latéralement, il y a plus de souplesse au niveau latéral. Vous pouvez vous le faire à vous-mêmes comme ça.

Alors si vous appuyer sur vous-mêmes, c’est très simple, vous placez vos mains. Au début, ne cherchez pas à vous coupler à la respiration. Vous appuyez une fois, deux fois, trois fois, et vous relâchez, une fois, deux fois, tris fois. C’est une habitude à prendre, c’est très simple. Si je le fais là, attention de ne pas vous laisser emmener par la respiration, donc je pose mes mains. Au lieu d’appuyer de façon continue et de relâcher de façon continue, j’appuie en trois temps, léger, moyen, profond. Et je relâche, un petit peu, un peu plus, complètement.

Ne cherchez pas à aller au-delà, même ceux qui vivent la respiration du cœur en quatre temps ou en xtemps, le rythme à trois temps suffit. Quand vous allez placer vos mains sur les plis de l’aine, ça peut être aussi sur le sacrum, ça peut être aussi entre l’avant et l’arrière du cœur, c’est vous qui voyez, mais à partir du moment où vous êtes symétriques en regard de portes ou étoiles, ça va marcher. Vous allez imprimer, dans le corps, ce rythme à trois temps. Et la conscience christique ne peut que suivre. Et vous allez ici, encore une fois, favoriser l’installation de l’instant présent, et vous allez permettre aussi, vous allez avoir la surprise pour ceux qui sont thérapeutes et qui utilisent des cristaux ou autres, vous allez avoir la surprise de voir que des choses s’éliminent alors que vous ne vous y intéressez même pas.

Vous vous rappelez, à l’époque où je vous faisais les diaporamas sur l’effet Kirlian, quelque chose que j’ai beaucoup travaillé, où on montrait l’effet des thérapies. Et on voyait très bien que, par exemple, quand on disait à quelqu’un qui a eu une séance d’ostéopathie de se rappeler sa séance d’ostéopathie, dans le corps ça faisait comme s’il y avait une séance d’ostéopathie en cours. On le voyait systématiquement.

Mais c’est pareil aussi pour vous souvenir, c’est ce qu’on appelle la théorie de la plainte en neurosciences, plus vous pensez à vos problèmes, plus vous les cristallisez. Et vous n’y pouvez rien. Et en psychanalyse, d’ailleurs, c’est absolument flagrant, je parle de la psychanalyse, je parle pas de la psycho-énergie ou d’autres techniques plus libérantes, les gens ont l’impression d’éliminer le problème, ils l’ont évacué de leur tête, mais il n’est pas parti dans la nature, il est parti dans le corps. Et vingt ans après, vous avez systématiquement des cancers.

Alors ce qui est encore plus rapide que la psychanalyse, dans ce qu’on appelle les constellations familiales où, dans les constellations familiales vous libérez celui qui était mis en scène, et c’est tous les autres autour qui chopent. (Rires) Mais ils chopent instantanément. J’ai vu des gens, avec en plus des preuves avant-après, qui se sont suicidés une semaine après, qui ont eu des cancers, une mammographie où une semaine avant y’avait rien, la personne, elle résout un problème, mais elle, elle est placée en situation autour dans le rôle du père ou de la mère, c’est elle qui prend la merde, et c’est instantané. Là ça met pas vingt ans comme en psychanalyse.

Donc la théorie de la plainte, aujourd’hui, plus que validée en neurosciences, tout ce à quoi vous allez vous intéresser, tout ce que vous allez exprimer, ne sort pas, mais s’imprime dans le corps. Donc vous avez l’impression d’être libérés, dans votre tête, c’est tout à fait vrai, mais au niveau énergétique c’est pas du tout la même chose. Et vous n’avez aucun moyen de le voir, parce que les cancers apparaissent vingt ans après.

Question : Et si on l’accueille dans le cœur ?

Oui, là oui. Là oui. Pour soi, mais pour ça il fait déjà être dans l’instant présent. C’est pas uniquement un processus vibratoire, c’est l’alchimie du cœur. Cette alchimie du cœur, elle ne peut se réaliser, pour toi ou pour un autre, que si toi-même es dans cette Joie. Sans ça tu resteras au niveau énergétique ou vibral. Mais tu seras pas dans la a-conscience. Or ce qui réalise la guérison, la Joie, c’est la a-conscience, c’est rien d’autre. Et surtout pas la supraconscience. La supraconscience, elle va t’emmener dans des projections.

Et d’ailleurs vous avez des exemples magnifiques, avec par exemple Sri Aurobindo. C’est quand même le premier à avoir décrit le supramental qui allait arriver, qu’est-ce qu’il a fait avec ça, il a construit Auroville. Il a rien compris, je suis désolé. Il est resté dans les projections de la conscience. Et ils le reconnaissent maintenant avec facilité, tous, sans exception. Même Peter Deunov, qui a créé la Fraternité Blanche Universelle, que Omraam.. Mais c’était l’époque, c’était nécessaire, pour structurer les gens et leur permettre de vivre ce qui est à vivre maintenant. Mais pas pour perdurer, pas pour s’enfermer dans un mouvement ou dans n’importe quoi, sans même parler de secte.

La Liberté ne peut pas se trouver dans un groupe, quel qu’il soit. La Liberté, elle se trouve seul à seul. Et on n’est pas là pour être libres, on est là pour entendre simplement des moyens fort simples qui aujourd’hui sont accessibles à tout le monde. À tout le monde. Et encore une fois, que ce soit avec les cristaux ou la troisième technique que je vais vous donner maintenant, peu importe. Mais n’envisagez pas de vouloir guérir, parce que si vous partez avec l’intention de guérir, en préalable de simplement être la Joie, ben vous allez dériver même ce que vous allez faire. Donc, la neutralité, c’est pas seulement de la bienveillance, de l’empathie ou du charisme envers quelqu’un, le plus important c’est la neutralité d’intention, c’est-à-dire ne pas avoir d’intention. Même par rapport à la Joie.

Je vous dis, c’est pour la Joie ou pour vous rapprocher de l’instant présent, mais n’allez pas, dans votre tête, pour vous ou pour quelqu’un d’autre, dire « je vais lui faire vivre la Joie », parce qu’il vivra rien. Puisqu’il est pas question d’intention, il est question de se vider de toute intention. Que ce soit avec les cristaux, que ce soit avec le mouvement respiratoire, que vous allez imprimer avec vos mains.

Question : Pour revenir à ce mouvement respiratoire, au début, on le fait en trois temps, mais c’est au niveau pulmonaire ? Avant que ce soit le cœur, avant que ce soit la respiration du cœur ?

La respiration du cœur se déclenche automatiquement quand tu es en Joie. La respiration du cœur, c’est que tu sens vraiment que tu passes, et d’ailleurs le cœur se manifeste avant de passer dans cette respiration du cœur, comme je l’appelle, tu sens boum boum boum boum boum, tu perçois tes battements de cœur, et à ce moment-là, il y a quelque chose qui prend la place du battement de cœur, qui est vraiment, je l’appelle une respiration, parce que ça fait une respiration. Le cœur imprime aux poumons ce rythme respiratoire. Et tu peux pas te tromper, c’est-à-dire quand c’est vécu, tu ne peux que constater qu’il y a une Joie totale qui est là. Mais tu peux être en Joie sans la respiration du cœur.

Question : Mais ça se manifeste dans les poumons ?

Ça se manifeste dans la zone thoracique. Mais tu peux pas dire que c’est les poumons qui respirent en trois temps, c’est vraiment le cœur qui respire en trois temps, et c’est lié non pas au mouvement cardiaque systole-diastole, ni à la respiration, c’est lié à la cage thoracique, qui n’est plus enfermée. C’est-à-dire, ce qu’on a appelé en ostéopathie, la libération du péricarde. Ça veut dire qu’a ce moment-là, le rythme respiratoire et cardiaque se mêlent en une alchimie qui fait que la cage thoracique se gonfle en trois temps et se dégonfle en trois temps. Et c’est pas toi qui le décides.

Par contre, quand tu l’as vécu, tu peux te replacer très facilement dans cette respiration du cœur. Il suffit simplement de mettre l’intention ou tes mains, ou des cristaux, comme j’ai dit, comme tu veux, tu fais ce que tu veux. Ou rien, si t’es capable de le faire sans rien. À ce moments-là, si tu fermes les yeux, t’as aucune intention de demander la Joie ou de demander quoi que ce soit en premier, en premier tu te vides, c’est-à-dire tu laisses faire, tu portes juste ta conscience, si tu veux, sur cette région-là. Et à ce moment-là, la respiration du cœur va se mettre en branle. Et tu constateras de façon immanquable qu’à ce moment-là, la Paix et la Joie sont là.

Alors bien évidemment, la question qui était de savoir si on peut mettre dans le cœur, oui, on peut mettre dans le cœur, mais à condition… là on n’est pas dans le cœur du cœur vibral, on est bien au-delà. On est dans la Vie, la Joie, la Liberté, comme vous voulez, et là on est vraiment libre de tout contexte spirituel, de conscience ou de quoi que ce soit. Mais vous allez, à travers ces gestes, comme je viens de vous le dire… vous pouvez même le faire complet, pour ceux qui travaillent chez les gens, c’est très simple, vous allez réunir le trois en un, vous allez imprimer avec vos mains cette respiration en trois temps, c’est pas une respiration, une pression en trois temps, et un relâchement en trois temps, sur les plis de l’aine, sur le cœur, soit ici, sur les portes attraction-vision, soit ici sur les portes AL-unité, peu importe, et la tête, après. D’accord ?

Alors la tête, théoriquement c’est plus facile avec hic et nunc, mais dans la physiologie vibrale, le triangle de la terre est le triangle qui est le plus actif pour amener les énergies de la couronne au niveau du cœur. Donc là on peut passer en antéropostérieur. Y’a pas de sens main gauche, main droite, vous faites comme vous voulez. Là par contre, dans la première technique, c’est vraiment la paume de main gauche en bas et la paume de main droite en haut. Mais dans les mouvements qui sont symétriques, gauche-droite, y’a aucune importance quelle main est à gauche, quelle main est à droite. Et placez bien les mains à plat, parce que la perception ici, elle se fait pas par les index, contrairement à ce qu’on pourrait penser, parce que c’est la partie la plus sensible, mais se fait à travers la paume de la main.

Et là, n’oubliez pas que vous n’avez rien à percevoir, parce que c’est vous qui imprimez ce rythme en trois temps. Combien de temps, c’est vous qui décidez. Ça peut être quelques minutes, ou durer plus longtemps, si vous faites, par exemple sur quelqu’un, les trois étages. C’est-à-dire, l’étage du sacrum, soit les mains sur les plis de l’aine, ou alors devant et sur le sacrum, peu importe, ça sera de la même façon, là ça peut être AL-vision ou AL et unité, et au niveau de la tête c’est hic et nunc ou alors le triangle de feu devant et le triangle de terre derrière. Et, en imprimant ce mouvement respiratoire, vous allez remplacer le mouvement respiratoire primaire qui se fait toujours en deux temps, puisque le mouvement respiratoire primaire vient des ventricules gauche et droit, au niveau de la tête, et il y a une onde qui se propage, effectivement, de l’avant vers l’arrière, mais elle est binaire.

Or le ternaire et la trinité, c’est vraiment la matrice christique. On est plus dans la dualité. Du fait de la disparition de l’anomalie primaire. Les seuls reliquats qui nous restent, et ça avait été expliqué avant même l’anomalie primaire, ça a été expliqué, ça a été nommé les habitudes. Parce que les habitudes, on a tous des habitudes, heureusement que c’est… par exemple la marche, on a pas besoin de penser à marcher, pour marcher. Néanmoins on a appris. Or tous ces automatismes, sans aucune exception, et en particulier au niveau comportemental, je parle pas de l’appareil locomoteur, au niveau comportemental, sont inscrits dans le cerveau reptilien, sans aucune exception. C’est-à-dire, quand vous avez l’impression de bien faire pour votre corps en vous disant je mange à telle heure, je dors à telle heure, vous ne faites que vous enfermer encore plus, même si vous vous portez bien. Eh oui.

C’est pour ça que les habitudes c’est quelque chose de terrible et que si vous avez la chance de pouvoir manger à l’heure que vous voulez, de vous coucher à l’heure que vous voulez, n’attendez pas un horaire précis, même si vous en avez l’habitude, en disant « ah oui oui mais moi je m’endors à 10 heures ». Mais c’est des foutaises ! (Rires) Vous vous endormirez quand vous aurez sommeil. Pas quand vous décidez de vous mettre au lit. C’est pas la même chose. Et plus vous allez être dans cette spontanéité, même comportementale de tous les jours, là je dépasse les gestes et les cristaux, plus vous allez vous rendre compte que vous êtes de plus en plus libres. Tout simplement. Et que vous serez de plus en plus aisément dans la Paix et dans la Joie.

Il faut que la fluidité de l’unité, dont on parlait il y a déjà fort longtemps, soit maintenant la fluidité de comportement, la fluidité de la personne elle-même. Rappelez-vous, vous êtes libérés de la personne, mais si la personne vous demande de manger à telle heure, c’est une hérésie. Totale. Vous ne pouvez pas prétendre à la liberté et fonctionner sur un mode physiologique binaire. Bien sûr c’est totalement inconnu, bien sûr ça peut faire peur, mais maintenant nous avons suffisamment de frères et sœurs qui vivent cette liberté, totale, pour pouvoir attester et affirmer, en plus avec les bases scientifiques derrière en neurosciences, que c’est la seule voie. C’est la seule voie.

Même si vous avez l’impression d’être en sécurité dans une habitude x, cette habitude x vous enferme. Et c’est constant. Donc, je ne peux qu’à travers mes mots vous inviter à la liberté totale. Alors bien sûr, l’ego va vous dire, ou la personne va vous dire « oui mais ça va être n’importe quoi ». Non, c’est pas n’importe quoi. Ça peut vous donner cette impression au début, et en bon médecin je suis passé aussi par là en me disant « oh là là, pourquoi je maigris comme ça, qu’est-ce qui se passe », et des trucs qui se modifient, se guérissent, « oh là là mais alors si c’est guéri qu’est-ce que ça veut dire ». Ça c’est les réflexes normaux, liés à l’éducation, à l’apprentissage et tout, et ceux-là ils seront toujours là. Mais vous ne leur donnez plus crédit, c’est aussi simple que ça. Et votre corps sait très bien, quoi qu’il manifeste, il sait très bien ce qui est bon pour vous. Beaucoup plus que votre décision dans la tête. Oui, Johanne ?

C’est que tu parles d’amaigrissement, mais ce que je vis, moi, c’est que j’engraisse.

(Rires)

Alors, l’engraissement, II faut savoir qu’il y a quand même des facteurs alimentaires complètement hérétiques dans l’alimentation occidentale, même biologique, hein, même biologique, qui font que… La transformation, elle est vers la consumation, donc elle est nécessairement vers le poids idéal, elle ne peut pas être sur un engrossement. L’engrossement ou l’engraissement, est soit lié justement à des habitudes alimentaires particulières..

(Rires)

Qu’est-ce qui fait rire, l’engraissement, l’engrossement ?

Ben l’engrossement… c’est pas la même chose…

(Gros Rires)

Excuse-moi…

L’engraissement ou l’engrossement, c’est…

(Rires)

…un besoin de se protéger. Tout simplement. L’excès de poids représente, à part les gabegies alimentaires et ceux qui… comme moi qui bouffais des kilos de sucre par jour, le plus souvent c’est un besoin de se protéger, inconscient, mais qui est réel.

Même si ça fait seulement trois semaines que ce processus dure ?

Ah oui, oui, c’est le face à face de la Lumière qui traverse ton éphémère, qui éclaire, au travers ton corps, désolé, pas uniquement à travers la conscience, ce processus. C’est inconsciemment un besoin de se protéger. Des ondes, des gens, de l’énergie, de ce que tu veux. Qui est inscrit en tant qu’habitude. Alors va pas chercher une mémoire causale dans le passé, de pourquoi, comment, d’où ça vient dans le karma et autres, mais simplement, accepte cela, et tu verras, ce sera traversé.

Puis à ce moment-là, quand il y aura plus besoin de protection, ben…

Aah ben déjà quand tu me dis ça (en riant) mais Johanne, déjà dans la phrase que t’emploies, ça veut dire que tu te protèges.

Ben c’est ce que tu viens de me dire…

Ben oui.

Et je pense que mon corps peut avoir ce mécanisme de protection, et moi je me suis dit, si c’est ce qui se passe dans mon corps, ou moi-même, quand il n’y aura plus besoin d’avoir de protection…

Non, non, non, non, t’as pas entendu ce que je dis. C’est pas ton corps qui a besoin de protection, c’est toi, et qui infliges ça à ton corps. C’est pas pareil. Parce que dans ton cas, tu dis, c’est mon corps qui a décidé que je devais grossir pour me protéger, non, non, non, aucun corps n’a besoin de se protéger. C’est toi, qui dans tes habitudes, par ton vécu, effectivement, de certaines ondes, qui as éprouvé le besoin, justifié à l’époque, de te protéger. Mais aujourd’hui, c’est caduc.

Oui mais même si en ce moment, c’est où je me sens le plus libre…

Oui, bien sûr, bien sûr.

…même si j’arrive à cette liberté-là, y’a quand même quelque chose qui se passe.

Ben oui, c’est ce qu’on appelle les habitudes. Quand on fonctionne… Moi aussi j’ai l’habitude de médecin, dès qu’il y a quelque chose qui apparaît dans mon corps ou de quelqu’un, le premier réflexe c’est de dire ça vient de là, ça vient de là, ça vient de là. C’est un réflexe conditionné acquis, c’est ça les habitudes. L’habitude que tu as et qui est pas anormale, le besoin de se protéger quand tu sens les ondes, ça me paraît logique. Mais aujourd’hui, c’est un obstacle. Parce que ça te montre que tu ne peux pas traverser ça. Et dès que tu ne seras plus gênée, non seulement tu auras cette liberté, mais en plus tu verras que ton corps va se modifier, dans l’autre sens, cette fois-ci.

Bon ben regarde, cette nuit, je me suis mise à les sentir, et la lune, mais j’acceptais, j’accueillais, puis…

Oui, c’est ça accepter. L’acceptation c’est pas accepter la souffrance, c’est accepter de se laisser traverser. C’est-à-dire ne pas ré-agir, mais être, à la limite, proactif, c’est-à-dire s’en occuper, mais ne pas être dans cette dualité qu’est la réaction inexorable de tout un chacun, en fonction de son éducation, de son vécu. J’ai été médecin trente ans, ben c’est resté, hein, même si… Dès que je vois quelque chose, d’ailleurs vous voyez, « ah ça, ça vient de ça, ça vient de ça ». Mais c’est un réflexe, c’est tout. J’en suis pas dupe, mais néanmoins ça sort spontanément. Toujours. Tu vois ? Et ces choses-là se traversent petit à petit, parce que tu les vois de plus en plus crûment, et c’est le fait de les voir et de les traverser qui permet de les libérer. Pas de les réprimer, ou pas de s’opposer avec une énergie, un cristal ou autre. Aujourd’hui, c’est plus du tout ça. Elfride ?

J’ai eu un soin de fasciathérapie par Isabelle, ce matin, et à un moment donné, j’ai réalisé que je perdais toute puissance, tout ce que j’ai cru savoir faire, ça partait, j’ai versé trois larmes, et après… Soulagement.

Ben voilà. C’est, vous avez l’illustration… Bon, il y en a d’autres à qui ça va le faire, ça peut faire ça avec une séance d’ostéo, une séance de cristaux, avec un regard, avec une technique qui a été transcendée, pas par elle, mais parce qu’elle a accepté que sa technique ne soit qu’un moyen, un cadre, mais auquel, elle n’est pas soumise. Et à ce moment-là, tout est possible. C’est exactement ça. Et c’est ce moment-là où tu entres, par la fascia, là en l’occurrence, ou par des cristaux, ou par l’ostéo, ou soi-même tout seul, avec ses mains, que tu vas t’apercevoir que là tu lâches. Et c’est instantané, parce qu’à ce moment-là, quand vous libérez réellement quelque chose, vous sentez une espèce d’apaisement, il y a deux, trois larmes qui coulent, vous avez enfin accepté. Non pas de résoudre, mais de laisser la Lumière être. Y’a pas d’autre alternative. Si vous laissez la Lumière être, vous ne pouvez plus être tristes, en colère, ou voir quelque dualité en quoi que ce soit, c’est pas possible.

Et si j’étais le seul, encore, je me poserais des questions, encore, en tant que médecin. Mais je suis loin, loin, loin d’être le seul, ou d’être le premier, à vivre ça, on est des millions. Des millions et des millions. Et ceux qui ont le plus de mal aujourd’hui, ben c’est ceux qui ont été dans l’aspectualité, c’est pas ceux qui vivent l’innocence et la spontanéité. Si vous avez passé votre vie à mesurer… Toi qui mesures avec des pendules…

(Rires)

Moins maintenant, moins, moins…

(Rires)

Oui, moins, mais c’est encore là, inconsciemment, tu n’y peux rien. C’est pareil pour moi en médecin, quelqu’un me dit « j’ai mal à l’épaule », c’est mon côté osté, je connais toute la trame logique, j’ai pas besoin de perception extrasensorielle ou d’intuition ou de voyance, parce que dans mon formatage que j’ai fait moi-même, dans ce formatage-là, c’est écrit, le disque dur, il changera pas. Simplement, tu le vois, et comme tu dis, ça s’éloigne.

Qui c’est qui peut dissoudre le sac à dos, qui traîne (un peu moins), de cinquante-cinq ans, dans l’initiative, donc, c’est la Lumière ou la matrice christique ?

Qui a réparé quoi ?

Non, qui dissout un peu tout le bagage de… l’historique…

Oui, oui. Mais pour le dissoudre, faut bien accepter que ce n’est pas toi qui vas œuvrer, c’est ça le plus important à comprendre. Ce que disait Elfride par rapport à la fascia d’Isa ce matin, c’est que c’est au moment où tu te vides, même si tu utilises une technique, que tu acceptes de laisser tout traverser, que toi et l’autre vont vivre ça. Toi tout seul, avec tes cailloux ou tes mains, ou avec un autre qui pose ses mains, qui te fait une séance de n’importe quoi, ça peut être du massage, ça peut être de la fascia, ça peut être de l’ostéo, ça peut être de la caresse, ça peut être des mots, pourquoi pas. Mais plus vous allez amener les gens, même pour les thérapeutes aujourd’hui, dans cet instant présent, plus ça va être facile.

Par exemple, toi tu utilises les schémas dysfonctionnels précoces et les cristaux, ok, t’as identifié le problème. Après tu ramènes les gens dans l’instant présent, et là tu leur mets les pierres. S’ils sont dans l’instant présent, à peu près dans l’instant présent, ça va être immédiat. Y’a plus de latence. Et ça, on le voyait déjà avec l’effet Kirlian à l’époque, on le sait à travers les neurosciences, et on est des millions, des dizaines de millions à le vivre. Et bien évidemment, c’est pas tous les spiritualeux, comme je les appelle, maintenant, avec leurs bagages ésotériques ou vibratoires, qui vont y arriver. Eux, sont peut-être handicapés. Il y en a qui y sont arrivés, heureusement. Mais aujourd’hui, tout ça, qui a été un avantage, parce qu’on a construit quelque chose, aujourd’hui, doit être déconstruit. Et la Liberté, elle est là.

D’ailleurs, ça avait été dit, même par frère K à l’automne 2012, si vous vous rappelez, frère K, il avait dit, il faut arrêter avec les organisations, les sociétés et les groupes. Et d’ailleurs, vous m’avez dit à l’époque, et alors, qu’est-ce qu’on va faire nous, avec la société (AD), et après… Ben tu verras bien. Hé hé, on a vu. (Rires)

C’est aussi simple que ça. La Lumière te rattrape, et elle te montre. Elle te rattrape pas pour te punir, maintenant, ou te déclencher, comme on a eu, des années, des douleurs, des problèmes de thyroïde et tout, même s’il y a beaucoup de gens qui ont des problèmes de chakra laryngé. Elle est là pour éclairer. Elle est douceur, elle est baume, elle est apaisement, elle est guérison. Elle est pas là pour te punir ou te rétribuer de je ne sais quoi. Mais pour cela, il faut que tu sois disponible. Être disponible, c’est être dans l’instant présent et c’est donc être dans la Joie. Et si tu y es pas, t’es obligé de constater que t’es pas dans la Joie, quand tu n’y es pas. Soit tu triches avec toi-même, mais si t’es réellement honnête, si t’es pas dans la Joie, eh ben comment être dans la Joie ? Eh ben mets-toi dans l’instant présent.

Or il y a des moyens fort simples, et il y en aurait certainement d’autres que la fascia, l’ostéo, les massages ou autres, mais même un massage pour quelqu’un qui sait pas masser… Moi déjà il y a quelques années je m’étais entrainé à masser, parce qu’on me disait que je touchais pas assez les jambes, donc j’ai massé. (Rires) Bon, j’ai fait des massages. Des massages un peu spontanés, tu vois, j’ai jamais appris. Mais les gens vivaient des choses incroyables. Incroyables. Pourtant je sais pas masser.

Est-ce que je peux faire un témoignage ?

Oui.

C’est que quand tu dis que… senti… comme j’ai senti beaucoup, moi je n’accorde plus d’importance au ressenti, ok, et j’étais dans un état d’unité à l’intérieur de moi, et j’ai vu apparaître là, un visage qui riait. Un genre de petit fou, là, de… (Rires) Puis il dit : « Aaha je t’ai bien eue, je t’ai bien eue, je t’ai fait sentir de belles choses à l’intérieur de toi… (…)  …je t’ai fait sentir les vibrations, li la laa » et il riait, il riait. Ah bah, là, un dans moi, Abba a dit « on t’a bien euue, on t’a bien euue ». (Rires) C’était la Joie hilarante et la Lumière a voulu « que tu joues » Là j’ai trouvé ça tellement cute (*angl. : mignon) d’avoir… (…) Et je trouve que ça complète bien, là…

Le mode duel, c’est, je parle pas, ni de dualité, ni d’ego, mais le mode duel de fonctionnement de la matrice binaire, c’est action-réaction, bien-mal. C’est comme ça depuis des milliers d’années, on le vit tous. La matrice christique, c’est une matrice de Liberté. Et l’avantage, c’est qu’elle se manifeste à travers même la dualité de ce corps. Avec des preuves patentes, mais que, bien évidemment, plus vous traversez, comme j’ai dit, plus vous accueillez, ou plus vous vous donnez, plus ça va être facile. Vous n’avez plus besoin de concepts, vous n’avez plus besoin d’énergies, vous n’avez plus besoin de visions, vous n’avez plus besoin de voyager où que ce soit, parce que c’est ici que ça se passe.

On a fait la jonction entre le ciel et la Terre, avec la fin de l’anomalie primaire, tous les voiles ont été retirés, et le plus dur c’est d’accepter, si tu veux, de se laisser traverser. C’est-à-dire de ne rien faire. C’est pour ça qu’on a eu tout l’enseignement d’Osho et, les derniers temps, sur la fainéantise, parce que, surtout dans le domaine spirituel, c’est extrêmement dur d’être fainéant. Parce qu’on est toujours en revendication, on est toujours en avidité d’expériences, en vision, en perception, en sensation, mais tout ça, ça fait écran maintenant. Autant ça nous a aidés tous jusqu’à une certaine époque, autant maintenant c’est un poids. Et ça, il faut le voir. Mais vous ne pouvez le voir qu’en le traversant, pas en laissant libre cours à vos habitudes, quelles qu’elles soient. Tu vois ?

Donc, le voir, ça veut pas dire les réprimer. Quand je parlais de l’exemple du médecin, celui qui mesure, en tant que médecin, le réflexe sera là jusqu’à la fin des temps, hein, jusqu’à la fin de cette vie, en tout cas. (Rires) Mais il sera toujours là, j’y peux rien, je me suis formaté moi-même comme ça. À faire la relation entre le corps, l’esprit, l’énergie et tout. Bon. À tel point que j’ai plus besoin ni de perception, ni de vision, c’est devenu automatique. Dès que je vois quelqu’un, je sais. C’est comme ça. Mais ça passe pas par une perception comme quand je venais, que je voyais ou que j’entrais dans les gens. Ça se fait en moi. Ce qui prouve bien que tous les autres sont en moi, sans aucune exception.

Puis il suffit que j’aie une personne même devant un écran, pour instantanément le sentir, mais aller au-delà du ressenti de ses douleurs, aller au-delà du ressenti même de son animosité, pour voir ce qu’il y a derrière. Et qu’en ce qu’il y a derrière, c’est la même chose que moi. Le reste, c’est que des gesticulations, c’est tout. Et c’est pas une vue de l’esprit, c’est pas un concept, c’est la réalité qui est vécue à chaque instant. Et ça te permet de traverser effectivement tout. Et sans aucune difficulté. Que ce soient les ondes du wifi, l’agression de quelqu’un, les manœuvres occultes d’autres, ça n’a aucune importance, puisque tu es réellement, totalement, transparent. C’est pas une vue de l’esprit.

Parce que ça peut se faire rapidement, il y a à peu près trois semaines, à un moment donné, le personnage disait mais ça serait tellement simple si on faisait ça, ça, ça, et on est arrivé… Il voulait une recette.

Oui.

Et quand j’ai écouté Bidi 2, puis que je me suis dit « oui mais, j’ai fait tout ça, puis je la vis pas cette Joie-là, la Joie nue. » Là, ben c’est là qu’on me dit « oui mais, faut pas tout laisser »

Tu sais, les bases qui avaient été enseignées à l’époque d’AD sur les quatre piliers du cœur et tout, restent valables. Mais aujourd’hui du fait de la présence, la fin de l’anomalie primaire, et la matrice christique partout, c’est encore plus simple.

Mais c’est pour ça que, là je dis oui mais, c’est quoi que je laisse pas, éclaire-moi. Puis j’ai très bien vu la moindre petite chose, que je disais qui était tellement mignonne, puis j’ai dit ok, je fais plus aucune demande, je fais de l’accueil, et ça avait tellement été facile, le matin, le personnage est pas venu intervenir, il est pas venu jouer, c’était un oui, puis j’étais portée par, je suis portée par la Lumière, l’Amour qu’il fait, puis c’est d’une simplicité, mais c’est tellement contrasté… faire, faire, faire, depuis trois semaines, et depuis la semaine passée.. y’a plus rien.

C’est ce que disent tous les êtres qui ont franchi cette porte qui n’existe pas. On ne peut que dire que c’est affreusement simple. Bien évidemment, pour celui qui n’y est pas, c’est tout sauf simple. Mais c’est que lui-même n’est pas simple. Parce que plus vous êtes simples, plus vous êtes spontanés, plus vous êtes humbles, plus vous êtes dans la voie de l’enfance et dans la spontanéité, vous ne pouvez que déboucher sur l’instant présent. C’est pas possible autrement aujourd’hui. Alors Gaétan.

Oui, ce que tu parles ce matin, j’avais justement une interrogation, mais je voulais pas la traiter, en fin de compte, au niveau, disons, matérialité, je voulais l’élever à un autre niveau. En fin de compte, la question de base que je m’étais posée : oui mais il y a trois étoiles qui sont peu connues ou très discrètes, en la matière, donc je crois que c’est ici, maintenant et précision.

Et ?

Précision.

Oui.

Donc, bon, comme je dis…

Ah, tu crois encore à ces conneries-là ?

(Rire)

Mais c’est ce que je t’ai dit (…) au niveau matériel…

Tu as l’exemple ici de ce qu’on appelle… Tu parles de personnes, là ?

Oui, de personnes.

Tu parles de ce qu’on appelle justement la perversion spirituelle. Ça devient un sac de nœuds total. Tu essayes de lire ce qui est écrit maintenant, alors là c’est du domaine de la psychiatrie lourde.

Ce que je pensais, vous voyez, ce que je pensais c’est que si on l’élève au niveau de la conscience…

Oui

…au principe spirituel humain, parce qu’il représente aussi un principe spirituel, je crois que, ce matin, tu nous parles un petit peu d’accueillir plus, pour, en fin de compte nous aider à vivre l’indicible, la Joie, tu parles de l’ici et maintenant..

Mais tu peux, pour toi tu le peux, mais pour l’autre, si l’autre est dans des constructions mentales de ce type, je vois pas ce que tu peux faire.

Non, mais, disons, bon, pour les gens qui veulent pas… Ça fait, je me dis, si ce principe-là, dans la matière, c’est discret, oui, dans la matière, mais peut-être comme principe spirituel c’est aussi discret en nous, et nous allons, bon, on peut accueillir plus ici et maintenant, et précision aussi, afin de, justement vivre cet indicible, cette Joie.

Quelle précision ? Dans le Lumière il n’y a pas de précision. Bon, il y a de la connivence, il y a de la perfection, mais la précision au sens étoile précision correspond à une capacité qui n’est pas appliquée à ce monde. C’est appliqué aux aspects multidimensionnels.

Oui, c’est ça, je me demandais à ce niveau-là du principe spirituel, comment ça s’élaborait.

Et puis en plus rappelle-toi que jamais, jamais, jamais la conscience, même supraconsciente, ne pourra t’amener à la a-conscience. C’est impossible. Et donc, ne pourra jamais t’amener à la Joie.

La Joie ne dépend pas de la conscience. Bien sûr c’est aussi une émotion. Mais la Joie dont je parle, vous l’avez bien compris, c’est pas une émotion, puisqu’elle est sans sujet et sans objet, donc ça ne peut pas être une émotion. Émotion, ça veut dire qui met en mouvement, c’est un mode réactif. L’émotion, par définition, c’est un mouvement. Et cette émotion, on dit, faut la laisser s’exprimer, on a fait. Aujourd’hui  encore, dans les techniques un peu modernes, on parle sans arrêt des émotions.

Alors on raccroche tout ça à la médecine chinoise, effectivement, les émotions sont liées aux organes et lèsent les organes, mais l’émotion concerne la conscience. Vous n’avez aucune issue à la conscience au sein de la conscience. Une fois que vous avez accepté ça, vous êtes prêts pour la a-conscience. Mais tant que vous pensez qu’avec votre conscience, avec l’énergie, avec la vibration, sur ce monde, vous allez pouvoir modifier quoi que ce soit, oui, vous allez modifier, mais vous, vous ne serez jamais libres. Jamais, jamais, jamais. Enfin, en tout cas jusqu’à l’événement final. Oui ? Valérie.

Est-ce que les séances de cristaux doivent être toutes les trois semaines, ou est-ce qu’on peut les rapprocher ?

Tu peux les rapprocher. Dans l’exercice, moi, je faisais quinze jours, trois semaines, mais quand il y avait une urgence ou quelque chose de très aigu, mentalement ou corporellement, je pouvais faire une séance deux ou trois jours après, y’a pas de problème. Mais si tu t’adresses aux schémas dysfonctionnels précoces, tu peux raccourcir, oui, bien sûr. Surtout maintenant. Surtout maintenant. Tu es pas obligée d’attendre les trois semaines. Les choses vont tellement vite, tu le vois en fasciathérapie, le témoignage que tu as maintenant, ça n’a plus rien à voir avec la fascia que tu faisais avant. Plus rien, plus rien, plus rien.

Et plus vous allez être… Effectivement, la Lumière va très vite. Dans l’éclairage, dans la traversée, c’est assez percutant, quand ça se produit. D’ailleurs, tu as dû le constater en fascia, là on parlait de fascia, tu dis une séance ça dure une heure, mais tu vois bien que les gens réagissent en quelques minutes. Pareil pour l’ostéopathie, pareil pour les schémas dysfonctionnels précoces que tu traites avec les cristaux, ça va être la même chose. Plus toi tu vas être disponible pour l’instant présent, au travers de toutes tes connaissances ou toutes tes techniques, plus tu vas aider l’autre. Et là, à ce moment-là, la main, le cristal, les mots, deviennent juste un alibi.

Tu parlais tout à l’heure du protocole de la shakti.

Oui.

Il y a un protocole qui est proche de la shakti, avec d’autres cristaux, qui s’appelle stress oxydatif intracellulaire.

Qui s’appelle comment ?

Le stress oxydatif intracellulaire.

(Rire)

Voix : Stress oxydatif intracellulaire.

Ah ! oui. Oui, oui. Quartz rose.

Tu as la même chose, tu as les octaèdres, tu as l’herkimer, et en plus il y a la tourmaline noire, et il y a…

Le quartz rose. Les deux pierres qui agissent sur le stress oxydant, c’est la tourmaline noire et le quartz rose. Ça c’est les études que j’ai faites à la Pitié-Salpêtrière. Ça a été prouvé, le quartz rose supprime tout le stress oxydant, au niveau cellulaire.

Là tu es sur le terrain acide, avec le quartz rose.

On faisait une différence avec la tourmaline noire sur les terrains acide et basique, en stress oxydant, entre extracellulaire puis intracellulaire. Là je ne fais plus de distinction maintenant, entre l’intra et l’extra, le quartz rose comme la tourmaline marchent dans les deux cas. Et d’ailleurs le quartz rose, alors je vais pas me pencher dessus pour savoir pourquoi maintenant ça marche comme ça, certainement par rapport à la Lumière qui est là, puisque les cristaux se réactivent de la même façon, il n’y a pas que l’humain. Et les cristaux n’ont pas retrouvé encore toutes les capacités qu’ils avaient en Atlantide, l’intensité de rayonnement, mais on s’en rapproche, de plus en plus.

Le quartz rose c’est sur le cœur, la tourmaline…

Non, là elle parle pas de triangulation, elle parlait de stress oxydant local sur une zone, je pense.

Non. Non, non.

Tu parles en thérapie ?

Oui, je parlais, tu sais, le stress oxydatif intracellulaire a la même séance que la shakti, mais en plus tu rajoutes la tourmaline noire en triangulation sous…

Oui, sur le premier chakra.

Et une topaze impériale sur le deuxième et chakra de la rate. Et je me posais la question, comme il y a la séance de la shakti en même temps, et ça qui… Et moi, ce que j’ai pu remarquer depuis quelque temps, c’est les gens qui ont de gros traumas, où le stress est vraiment, tu sais, comme enfermé dans le corps.

Ouais

Et je trouvais que cette séance les aidait vraiment à décristalliser…

Bien sûr

…pour que la Lumière elle passe dans les zones très profondes. Et je prenais juste conscience…

Ben oui, parce que quand tu ouvres la shakti, tu actives, tu fais appel à la Lumière qui descend, qui est pas encore émanée du cœur, mais qui descend, telle qu’on l’a perçue, et en faisant ça et en couplant à autre chose, ben tu draines beaucoup plus de Lumière, pas d’énergie, mais de Lumière, et donc les effets vont être amplifiés. Ça c’est évident. C’est évident parce que les cristaux en eux-mêmes, je te l’ai dit, eux aussi sont recouverts de particules adamantines, y’a pas que l’humain, c’est toutes les consciences, et même le minéral qui en est recouvert. Donc, l’efficacité des cristaux, elle est de loin supérieure à ce qui pouvait exister il y a encore quelques années.

Et pour des personnes ? Là je pense à une jeune fille qui a été violée, récemment, par des garçons, simultanément, elle est dans un stress excessif.

Ouais.

Est-ce que ce genre de séances est approprié ou tu penses qu’il y a autre chose..

Je n’sais pas. Je n’sais pas, parce qu’à l’époque je mettais pas de séances shakti chez les gamins, chez les enfants. D’ailleurs la pierre qui marche sur le stress, tu sais, c’est l’aigue-marine. L’aigue-marine, elle a des effets redoutables. Que ce soit en triangulation, dans la poche, sous l’oreiller, placée n’importe où sur le corps. Là je parle du stress clinique, je parle pas du stress cellulaire. C’est vraiment la pierre antistress par excellence.

C’est la pierre qui était utilisée en Atlantide, je l’avais dit, sur… Vous savez, en Atlantide, ils révélaient les chakras avec des systèmes de miroirs en cuivre, où ils passaient à travers des arches de cristaux, c’étaient des ouvertures qui renvoyaient sept fois la lumière du soleil à travers des lamelles de cristaux, et qui démasquaient, réellement, les corps subtils. Quand tu passais dans ce tunnel, tu avais tous les corps subtils qui devenaient densifiés, qui apparaissaient. C’était à peu près dans la pénombre, et après ils intervenaient directement sur les auras. Et la pierre du corps astral, des émotions, c’est l’aigue-marine.

Et bien évidemment, l’émotion, comme l’ont redécouvert beaucoup de gens aujourd’hui, est fondamentale dans la genèse des maladies, c’est évident. C’est évident. Donc dès l’instant où tu vas mettre la personne en sédation des émotions, tu vas enlever une couche de protection, si on peut dire, ou une couche de fonctionnement. Beaucoup plus aisément qu’avant.

Mais encore une fois, vu l’intensité de la Lumière, je pense que c’est tellement plus simple de placer les gens dans ce cœur du cœur ou dans l’instant présent, à travers des gestes, ou même des cristaux, mais tu peux imaginer tout autre protocole. Les protocoles sur les cristaux, vous en avez des milliers. Là, j’ai essayé de faire au plus simple, pour vous permettre, si vous avez envie, certains d’entre vous, de les tester, là, pour voir ce que ça donne. Mais vous pouvez tester aussi la fascia, vous pouvez tester vos mains tout seuls, vous pouvez tester ce que vous avez envie.

L’important, et c’est là où je voulais en venir à travers tout mon discours de ce matin, c’est que aujourd’hui, il n’y a rien de plus important que cet ici et maintenant, c’est-à-dire l’instant présent. Et Dieu sait qu’Anaël m’a assené ça pendant des semaines, et des mois, et des années. Mais parler de ici et maintenant à l’époque, comme on en parlait, n’était pas vivre l’ici et maintenant. Or maintenant, l’ici et maintenant, c’est la Joie pure. Sans objet, sans sujet. Et si tu es dans l’instant présent, tu es nécessairement dans la Joie. Et si tu es dans la Joie, tu es dans l’instant présent, c’est réciproque. Oui.

La Joie dont tu parles, qui n’est pas une émotion, c’est la permanence.

Bien sûr. Ça a jamais été une émotion, la Joie dont je parle, c’est pas la joie émotion, mais c’est ce qui s’en rapproche le plus. Alors pour éviter les termes de demeure de paix suprême, shantinilaya, on a dit qu’on évitait les mots connotés par rapport à des traditions, donc je suis obligé de prendre ça dans le langage le plus courant qui soit, le plus accessible à tout le monde. Mais en corolaire, oui, bien sûr, cette Joie dont je parle, c’est shantinilaya, c’est la demeure de paix suprême, c’est l’ultime présence, c’est quand tu vois le visage de Ma Ananda Moyî, c’est tout.

C’est également le moyeu de la roue.

Oui, si tu veux. Mais c’est encore une image.

Oui, tout à fait.

T’as pas besoin d’image.

Permanence, ça correspondrait mieux.

Oui. La permanence, mais j’ai appelé ça… la permanence c’est un peu gênant …j’ai appelé ça l’immuabilité de la Joie, parce qu’elle est immuable. Même si tu es en colère, même si tu as mal, tu peux pas, la Joie elle prend tout. Quand je dis qu’elle prend réellement tout, c’est qu’elle prend réellement tout. Même si tu essayes d’être sérieux, la Joie est là quand même. Même si tu essayes de… où tu as une souffrance x ou y dans le corps ou dans la tête, elle peut pas tenir, tu ne peux pas la maintenir, parce que la Joie la dissout instantanément. Et c’est la vérité. C’est quelque chose qui est vécu chaque jour, encore une fois, c’est pas une vue de l’esprit, c’est pas un idéal qui est lointain, c’est un vécu quotidien. Et ce vécu quotidien, il est de plus en plus flagrant, de plus en plus évident.

Ça peut arriver peu à peu quand même.

Oui. Mais une fois que ça arrive, maintenant, du fait de la présence de la Lumière, même si tu as l’impression que c’est progressif, c’est de plus en plus éminent, de plus en plus fort. Et bien évidemment, c’est là où tu vois toute la différence, entre les frères, les sœurs, qui vivent la Joie et qui la vivent pas. Et pourtant qui ont vécu des vibrations (…) Tout simplement, c’est pas une erreur, c’est pas de l’ego spirituel, c’est pas de la perversion spirituelle dans ce cas-là, c’est simplement l’incapacité à se défaire du contrôle. Et ça, la capacité à se défaire du contrôle, a été inscrite dans notre structure cérébrale, et vous imaginez bien que quelqu’un qui a une origine ou une lignée reptilienne, il va être particulièrement gâté avec la notion de contrôle.

En tout cas, c’est beaucoup plus simple que tout ce qu’on a pu rechercher dans différentes écoles que tu as connues également.

Oui. Oui, oui. Même avec AD. Mais parce que les temps ne sont pas les mêmes. Ce que je vous dis là n’aurait jamais fonctionné il y a un an.

Même dans des groupes initiatiques.

L’initiation est la chose… La spiritualité, toutes les spiritualités, sans exception, sont de nature duelle et luciférienne. Jamais, jamais, jamais la spiritualité ne te fera vivre la Joie, c’est impossible. Ça a été des alibis, qu’on a suivis tous, puisqu’on est là.. Parce qu’à l’époque c’était pas possible. Les gens qui ont suivi frère K, ils trouvaient… à l’époque quand il était incarné, Krishnamurti, les gens (disaient) « ah oui, c’est génial ce qu’il dit, mais on comprend rien. » (Rire) Y’en a pas un, y’en a pas un qui a été libéré avec Krishnamurti. Il y en a eu quand même quelques-uns avec Nisargadatta, même de son vivant, parce qu’ils ont accepté ses préceptes. Mais Nisargadatta disait « mes paroles ne peuvent pas échouer », mais elles étaient pas pour l’instant où il les a prononcées. Qui pouvait vivre ça à l’époque ? Personne.

Parce que quelqu’un qui est libéré, par rapport à l’autre, c’est le même.

Le même quoi ?

Il n’y a plus de différence.

Non.

Il y a une fusion, en fait. Même s’il y a deux corps différents, y’a…

Oui, ben c’est ce que vivent les gens qui sont sur le tchat et qui vivent ça spontanément, oui, les autres sont réellement et concrètement en nous. Tous les autres, même celui que vous appelez le diable, ou le mec que vous avez envie de baffer parce qu’il vous raconte des conneries. Mais il est néanmoins en vous. Que vous le vouliez ou pas. C’est inéluctable. Cette reconnaissance, je suis toi, tu es moi, on est les uns dans les autres, c’étaient les derniers mots, je crois, de Christiane Singer, qui disait « nous sommes à l’intérieur les uns des autres. C’est cela le plus grand vertige… »

Source: https://apotheose.live/entretiens-2018/septembre-2018/satsang-2-septembre-2018/