ABBA 9 – / 26.9.2018

TEXTE SEULEMENT  –  POUR L’ AUDIO VOIR   ICI 

http://www.etresenevolution.com/2018/09/22/retraite-dabba-et-les-abbas-du-22-au-27-septembre-2018/

 

ABBA 9

26 Septembre 2018

 

En le cœur de chacun, Abba est présent, se révèle et se dévoile, de manière de plus en plus claire.

Bien-aimés de l’unique, nous allons pouvoir poursuivre aussi bien vos témoignages que vos questionnements de ces derniers jours. De la même façon, le rythme de mes mots et de mes silences vous conduira, au-delà de toute compréhension, à vivre en vous ce qui est, depuis toujours, antérieurement à toute forme. Le jeu des questionnements et des témoignages ne sont là, en quelque sorte, que pour accompagner les ultimes bribes de votre révélation totale, en la Joie et en l’Évidence, en la Paix du cœur.

Alors, bien-aimé, tu peux commencer.

Nous avons une question et un témoignage de quelqu’un qui n’est pas présent.

Question : J’aurais une question pour Abba, si vous en avez le temps. Durant le sommeil, on est présent ici et maintenant ?

 

Témoignage : Merci à toute l’équipe pour tout ce qui est transmis. En écoutant les messages d’Abba de cette dernière session, si je suis allongé, je disparais au bout de quelques minutes. C’est encore plus puissant que les sessions précédentes. L’influence de la pleine lune semble exacerber ce qui doit être traversé, colère, un peu, tristesse, beaucoup de tristesse, et Joie, tellement intense quelquefois, que cela en devient ingérable pour la personne. Excellente journée. À maintenant.

Bien-aimé, comme cela avait été stipulé par Bidi voilà quelques années, en vérité, il n’existe nulle différence entre le sommeil, là où il n’y a personne, et ce qui se passe maintenant, au travers, comme tu le dis toi-même, de ta propre disparition. Ceci bien sûr, n’est pas uniquement lié à ce que tu nommes pleine lune, mais à un ensemble de conjonctions existant dans le déroulement du dévoilement final, ce que j’ai nommé apothéose. Vous êtes effectivement entrés de plain-pied, depuis cette pleine lune, et je dirais même 24 heures avant, dans la semaine de l’apothéose. Là où tout ce qui était caché en vous, comme au-dehors de vous, de quelque manière que ce soit, doit être expurgé, non pas par vous-mêmes, mais bien par le jeu de la Lumière et par le jeu de la Joie, vous amenant à l’Évidence de votre propre dissolution et disparition.

Ainsi que tu le dis, il y a une forme de progression. Cette progression n’est pas une avancée de la Lumière mais très exactement son dévoilement, par l’amincissement de plus en plus évident de tous les voiles et de toutes les illusions, qui disparaissent de votre conscience avant de disparaître de ce monde. Il en est de même, par ce que tu dis traverser comme fluctuations de l’humeur. La Joie, l’Amour nu, éclairent en totalité ce qu’il peut rester, non pas seulement de résistances, mais d’habitudes, au sein de ce corps. Je ne peux que t’engager, et vous engager chacun, quand quelque élément que ce soit se manifeste au travers de vous, de bien comprendre que c’est justement que cela se passe au travers de vous, qui permet d’être plein de la Lumière et vide de tout ce qui n’en était pas.

Il vous est demandé, comme cela a été expliqué longuement, de simplement vous laisser traverser, de ne rien arrêter, de ne rien chercher à comprendre, afin de laisser la Joie prendre toute la place, tout l’espace, ainsi que tous les temps. Vous n’avez rien d’autre à entreprendre en cette période, ni à comprendre, ni à travailler, mais simplement à vous relâcher, et comme je l’ai répété d’innombrables fois et d’innombrables façons durant cette session, simplement de vous placer dans la posture de l’Évidence, qui ne peut être que Joie, qui ne peut être qu’accueil, qui ne peut être que spontanéité, et Évidence.

D’ailleurs, en ce moment même, chacun de vous en fait l’expérience, en vit les leçons. Et plus vous constatez cela, plus il vous apparaît comme évident qu’il n’y a pas d’autre solution, comme je l’ai dit, que de vous abandonner à ce qui est, à ce qui a été et ce qui sera, dont la traduction au travers de ce corps est la Joie. Cette Joie sans objet et sans support, vous amène bien effectivement, à votre autodissolution et à votre propre disparition du rêve de la conscience.

Si vous acceptez cela et le vérifiez par vous-mêmes, vous comprendrez aisément, en le vivant, que vous n’avez plus besoin de vous encombrer de quelque connaissance que ce soit, de quelque préalable que ce soit, simplement d’être présents, à la limite comme tout un chacun au sein de l’observateur, entre l’être et le non-être. Cela, effectivement, progresse, comme vous êtes nombreux à le constater, de jour en jour, et comme je l’ai dit, signant l’imminence et la proximité, en termes spatiaux, de l’événement.

Rappelez-vous qu’il n’y a rien à préparer ni rien à anticiper, mais à être installé au plus proche de l’instant présent, quelles que soient vos occupations, quelles que soient vos souffrances, quelles que soient les habitudes, quelles que soient vos ultimes croyances. Au plus vous êtes spontanés et au plus vous accueillez, plus le processus se déroulera avec intensité, avec Joie et avec simplicité. Vous n’avez pas d’autre posture à adopter, vous n’avez pas d’autres éléments à rechercher, si ce n’est laisser être ce qui a toujours été là.

Bien-aimé, poursuivons.

Une question d’un frère qui n’est pas présent.

 

Question : Tu as donné des précisions sur les étoiles Attraction, Répulsion, Ici Maintenant, OD. Pourrais-tu continuer en nous parlant des circuits neuronaux en relation avec Vision, Clarté et les autres emplacements et fonctions, car cela enrichit la pratique. Merci.

Bien-aimé, l’ensemble des informations que tu demandes a été communiqué voilà fort longtemps. Mais aujourd’hui, vous en arrivez à un niveau de pratique qui n’a plus rien à voir avec certains gestes ou certaines postures que vous avez pratiqués, pour certains il y a de nombreuses années, afin d’activer les axes de la tête, entre les étoiles, mais aussi un certain nombre de circuits.

Il n’est pas souhaitable de rentrer ces connaissances en quiconque, mais bien plus, pour toi qui utilises cela, de simplement placer tes mains de la façon dont tu l’entends, entre deux étoiles, sans te poser la question du circuit ou de la fonction. Car celles-ci t’apparaîtront instantanément, et comme je l’ai déjà dit, l’important est le vécu, la compréhension doit passer en second. Je te facilite ainsi la tâche sans te la compliquer.

Il te suffit des repères anatomiques de l’emplacement de ces étoiles, et de placer, comme tu le fais habituellement, tes mains, aux endroits repérés anatomiquement, et de constater par toi-même, ce qu’il se déroule, ainsi que je l’ai expliqué, concernant effectivement Attraction-Répulsion, Attraction-Vision, et aussi Hic et Nunc. Il en est de même exactement pour les autres étoiles. J’ai déjà eu l’occasion d’évoquer par exemple la jonction Clarté-Précision, qui vous permet au niveau de la multidimensionnalité vécue en conscience nue, ou quel que soit le véhicule emprunté, de constater que les étoiles Clarté et Précision, mises en vibration et en action, te permettent quelque part, même si l’analogie n’est pas tout à fait exacte, de zoomer sur un territoire, sur un temps, ou sur un espace donné, où qu’ils soient situés, dans quelque dimension que ce soit.

Ainsi donc, l’axe Clarté-Précision, par exemple, en plaçant tes mains, va favoriser l’accès à la multidimensionnalité, mais surtout, l’accès à la clarté intérieure. Cette clarté intérieure ne peut pas être envisagée là non plus comme une succession de visions ou de compréhensions, mais bien plus comme un éclairage direct de ce qu’il se produit en la conscience, au moment même où tu le feras. Je ne peux que t’engager à tester par toi-même, afin de le vivre en toi, comme dans le patient, ou celui dont tu t’occupes, sans réfléchir au préalable à la compréhension. Car je t’assure qu’à ce moment-là, la compréhension sera immédiate et instantanée, et ne passera plus par la tête, mais directement par le vécu. Il n’y a donc pas de meilleur apprentissage qui soit à la fois aussi simple, et aussi plus rapide, qui aboutira à la véritable connaissance, et non pas à la connaissance extérieure.

Ainsi donc, il vous appartient à chacun, en ces temps si particuliers, d’utiliser vos mains, des cristaux, ou ce que vous souhaitez, ainsi que je l’ai expliqué, par exemple, pour le fait de placer la paume de main gauche sur la porte Vision, ainsi que la paume de main droite sur la porte AL. Il existe bien évidemment d’innombrables circuits. Et ceux d’entre vous qui avez bénéficié des lectures d’Anaël durant de nombreuses années, savez pertinemment, pour l’avoir pratiqué d’innombrables fois, que de placer simplement ses mains au niveau des étoiles et des portes, permet de faire résonner et d’activer en vous certains potentiels et certains fonctionnements absolument pas liés à ce monde, même si cela est perçu en ce monde, mais concernant avant tout le fonctionnement du corps d’éternité.

Rappelez-vous aussi qu’à l’heure actuelle, et chaque jour de plus en plus, il vous deviendra de plus en plus aisé, indépendamment des portes et des étoiles, de vous reconnaître directement en quelque information posée en vous, quelque questionnement posé, d’obtenir de manière directe la réponse au niveau du cœur, shuntant littéralement le mental et la compréhension, telles que vous avez l’habitude de comprendre les choses. Cette compréhension sera en quelque sorte une compréhension du cœur, qui n’a pas besoin de passer par le filtre du mental, et qui s’impose à vous telle une Évidence, vous donnant toutes les réponses, au-delà de ce que vous avez questionné.

Cela est pareil dès l’instant où vous accueillez, dès l’instant où vous êtes spontanés, que cela soit dans les actes quotidiens, ou dans un acte de thérapie, cela ne fait aucune différence. Vous êtes donc invités chacun à vérifier par vous-mêmes, ce qu’il se produit en votre être, dès l’instant où vous percevez ou ressentez quelque vibration que ce soit ou quelque énergie que ce soit. Par exemple : vous vous mettez à sentir quelque chose, au niveau de la petite couronne de la tête. Aujourd’hui, il ne sert strictement à rien de savoir que ceci est l’emplacement des quatre Hayoth Ha Kodesh, ainsi que des quatre éléments entourant l’Éther primordial. Il vous suffit de le vivre, pour vivre l’explication directement, au travers de votre corps et votre conscience, sans plus passer par le mental, ou pour le mental.

Ceci impliquera aussi une forme de mise en évidence du principe même de ce qui est vécu avec le cœur, et viendra tout naturellement vous renforcer au sein de la Vérité, au sein de la Joie. Et cela est bien plus important que de comprendre ou expliquer quoi que ce soit. Je vous ai donné encore durant cette semaine, quelques éléments précis, concernant certaines choses à faire sur soi. Mais rappelez-vous, comme je l’ai dit, que ceci ne peut être que des béquilles, qui ne peuvent que vous aider à vous stabiliser au sein de la Vérité, mais que, en Vérité absolue, vous ne dépendez de rien de tout ça, mais simplement de votre sacrifice, de votre sens de l’accueil, et de votre présence au sein de l’instant présent.

Si vous respectez ces quelques éléments, et les expérimentez par vous-mêmes, vous constaterez aisément que vous n’avez besoin de rien d’autre, et que, justement, n’ayant besoin de rien d’autre, quelque dévoilement qu’il se produise, quelque vécu qu’il se produise, ne fera que vous rapprocher de cette Joie infaillible, et qui deviendra immuable.

Silence

Bien-aimé, poursuivons.

Une question d’un frère qui n’est pas présent.

Question : Quel est le sens de la venue du vaisseau Yerushalayim dans le sud de la France ?

Bien-aimé, ainsi que vous êtes innombrables, de partout dans le monde, à avoir constaté un certain nombre de choses inhabituelles en vos cieux, et en particulier au travers de formes de nuages n’ayant jamais existé, de coloration particulière, voire de lumière particulière, se déployant à l’évidence dans le même temps, de partout sur la planète, et préférentiellement au sein d’endroits habités, le dévoilement de la confédération intergalactique, présente, comme je l’avais dit, autour de la Terre, est maintenant non plus seulement dans les couches ionosphériques, mais directement dans ce que vous appelez votre ciel.

Ainsi donc, nombre de formes, nombre de vaisseaux, sont effectivement présents concrètement, dimensionnellement parlant comme physiquement parlant, au plus proche de vous. Ceci signe un certain nombre d’événements, comme vous vous en doutez. Le sens précis de la venue de Yerushalayim au niveau des six cercles de feu des Anciens, signe bien évidemment, l’accomplissement des 132 jours, leur finalisation, et donc la présence de l’événement à un terme très très court.

Je vous rappelle que vous n’avez rien à entreprendre, que vous n’avez rien à préparer, que vous n’avez rien à anticiper, mais simplement d’être de plus en plus lucides au niveau de l’instant présent, de la Joie qui vous effleure. Vous vous doutez bien que ces vaisseaux approchant du plan le plus dense de la Terre, c’est-à-dire du sol de la Terre, au fur et à mesure des jours, comme vous le constatez déjà depuis, je dirais, une semaine, vous allez constater une amplification de votre ouverture, de votre Joie, pour ceux qui perçoivent les vibrations, de ce qu’il se déroule au niveau du cœur, que cela soit dans les différentes structures du corps d’éternité, ou encore au niveau du tore, n’appartenant pas à votre corps, mais au temps zéro (Rire), présent en chaque cœur.

C’est ainsi que vous réalisez l’alchimie ultime (Rire), vous permettant d’aboutir à ce que j’ai nommé apothéose, qui correspond à la stricte réalité étymologique du mot, correspondant à la venue de Yerushalayim (Toux), annoncée par les trompettes, par les signes du ciel et de la Terre, et avant tout, par ce qu’il se déroule en vous, dans le positionnement de votre conscience, qui déborde largement la conscience personnelle.

Vous n’avez pas à rechercher de jour, car vous êtes dedans. Je vous l’ai dit déjà, et répété de nombreuses fois durant cette semaine, quels que soient les jours annoncés ou présupposés ou prédits, rappelez-vous que l’effet de surprise doit demeurer pour autant. Et cet effet de surprise ne doit pas être caché au fur et à mesure que vous allez sentir individuellement, la progression de cet état de Joie sans objet, ou au minimum de cette Paix, ne dépendant d’aucune circonstance de votre conscience personnelle, ni d’aucune récrimination de votre personnalité. L’Évidence se fait réellement jour, aboutissant à cette Évidence totale et véridique que j’ai nommée l’apothéose de cette fin d’apocalypse ou de révélation.

Soyez le plus présents à vous-mêmes, soyez le plus sur Terre, soyez le plus présents en votre cœur, quelles que soient vos préoccupations, quelles que soient vos occupations, quelles que soient vos activités, la Lumière va vous enjoindre de plus en plus souvent, de faire attention à elle, c’est-à-dire à ce que vous êtes, et non pas à ce que vous menez à la surface de ce monde. Il en découlera un découplage de plus en plus net de tout ce qui vous semblait, au-delà des habitudes et par le tissu social, moral ou affectif, bloquer le plein épanouissement de qui vous êtes en Vérité.

Ce processus est naturel. Il n’implique de votre part aucun effort, parce que cela est spontané, cela est fort simple. Vous avez juste à en constater les effets et à laisser œuvrer ce que vous êtes en Vérité, au-delà de toute personne, de toute intention, de toute volonté ou de tout désir, comme de toute crainte. Dès l’instant où vous vous placez dans l’instant présent de l’ici et maintenant, tout cela ne peut que se révéler à vous. Cela ne dépend de plus rien d’autre, ni d’un quelconque aspect vibratoire, ni d’un quelconque aspect énergétique. Mais cette impression que vous ressentirez est bien loin d’une émotion et vous confirmera de manière individuelle, avant même l’apparition d’éventuelles trompettes collectives, que l’événement est bel et bien là. Ce que vous disent vos cieux, ce que vous dit votre cœur, ce que vous dit la Lumière, concourt à l’événement, cela vous a été énoncé et annoncé durant toute cette retraite. Il vous reste maintenant à le vivre de manière collective, comme je l’ai dit, et cela est maintenant.

N’y voyez pas une date précise, même si certains annoncent des dates, cela est maintenant, et cela doit vous suffire amplement et ne doit pas vous faire rechercher un jour précis, mais bien plus, laisser l’Évidence de la Joie emporter tout ce qui doit être emporté. Il n’y a aucune difficulté en cela, car comme je l’ai dit, la Joie prend tout, afin qu’il ne reste qu’elle, en plus grand nombre possible d’individus et d’individualités, afin d’amortir le choc de l’humanité qui effectivement devient de plus en plus perceptible.

Il me semble avoir donné deux probabilités, pour ceux qui aiment les comptes, concernant la date du 7 mai, ou du 16 juin, de l’année 2018. Il avait été dit par différentes voix, que les 132 jours avaient peut-être commencé. Il ne vous reste, pour ceux qui aiment compter ou décompter, à calculer les intervalles existants entre cette date du 16 juin et les 132 jours, pour comprendre que cela est effectivement maintenant, et peut être dans n’importe quel intervalle de temps. Rappelez-vous que le meilleur signe n’est pas ce que vous voyez dans vos cieux, mais bien ce que ressent votre cœur par rapport à la Joie, à l’Évidence et à la légèreté, que vous êtes de plus en plus nombreux à vivre, sans vous poser de questions.

Il existe à ce niveau-là, je vous l’ai dit, un nombre qui permettra de faire basculer la totalité de l’humanité et des consciences, ainsi que de la confédération intergalactique des mondes libres, ainsi que de toutes les dimensions et de tous les multivers, en cet état particulier nommé la stase. Nombre de vaisseaux, et les plus gros d’entre eux effectivement approchent de la Terre, vous en avez vu d’innombrables formes, d’innombrables lumières, d’innombrables formes même métalliques, au sein de vos cieux. Cela est conforté par le nombre d’observations, par la multitude de ces présences en quelque lieu de la Terre que ce soit.

Retenez que simplement, le meilleur marqueur de l’apothéose est votre propre apothéose, c’est-à-dire le moment où vous vous libérez vous-mêmes de tout ce qui entravait, par la Joie et l’Évidence de qui vous êtes, encore cette révélation. Vous n’avez donc rien à entreprendre, et c’est peut-être en ce moment la chose la plus dure à accepter, que tout se fait naturellement et automatiquement, et que la meilleure disposition pour vivre cela est simplement, et je le redis, d’être dans l’accueil inconditionnel de ce qu’il se produit. Que cela soit dans le ciel, que cela soit sur les événements de votre vie, ou sur les événements collectifs.

Silence

Bien-aimé, poursuivons.

Il n’y a pas de questions écrites.

Alors nous pouvons continuer avec les témoignages ou les questionnements au sein de cette salle.

En voilà une, écrite, d’une sœur qui est présente ici.

Témoignage : Cher Abba, chère Lumière, c’est un témoignage. J’ai senti mon père dans mon cœur, sous forme de lumière blanche. Il m’avait dit, avant de mourir, nous sommes tous appelés à être des saints. Ces paroles me sont revenues quand je l’ai senti dans mon cœur. J’ai également senti mon cœur exploser à l’écoute du témoignage d’Antoine. Dans ces deux vécus, j’ai senti beaucoup d’Amour et une odeur de fleurs. Merci Abba.

 

Je précise que notre sœur ne parle pas français et ne comprend pas tout ce qui est dit à travers les mots.

Bien-aimée, ceci fait partie de ce que j’ai appelé la manière subite. Et plus les jours avancent, dorénavant, moins cela se fera par petites touches, mais sera de plus en plus abrupte, de plus en plus joyeux et de plus en plus évident. Ceci est liée à un ensemble de facteurs et de conjonctions que nous avons déjà développés. La confédération intergalactique ne fait que se cadrer, en quelque sorte, aux événements et à cette conjonction d’événements. Ils accompagnent l’événement, de la même façon que les éléments sur cette Terre, que le nombre de frères et de sœurs vivant l’éveil du cœur total, mais aussi des réactions de ce monde.

Il est indéniable que quel que soit le niveau de votre observation concernant aussi bien la société que la politique, que l’économie, que les événements subtils ou visibles au sein de vos cieux ou sur la Terre, ne peuvent que vous interroger sur l’événement qui s’est produit ou qui est destiné à se produire à très brève échéance. L’ensemble des clignotants, comme vous dites, est au rouge. Pour celui qui veut bien le voir, pour celui qui accepte de regarder sans faux-semblants et faux-fuyants, de voir la vérité en face.

Bien évidemment, et vous le constatez parmi d’innombrables frères et sœurs, le jeu de la conscience leur fait projeter, bien innocemment et bien inconsciemment, une nouvelle terre, un nouveau monde, une nouvelle dimension. Mais contentez-vous de vivre cette Joie, ne vous préoccupez pas de demain, ou d’un quelconque avenir. Car dès l’instant où vous vivez cette Joie, vous ne pouvez plus la perdre, et vous n’avez que faire d’une quelconque enveloppe, même la plus subtile, et effectivement, vous n’avez que faire de quelque monde que ce soit. Parce que vous avez rejoint, non pas seulement la demeure de Paix suprême, mais vous rejoignez réellement l’état originel du non-être, antérieur, comme postérieur, à toute création, qui ont toutes échappé au temps où à l’espace, même si vous étiez, au sein des mondes enfermés, soumis à cette notion de temps qui passe.

La Joie que vous vivez, la Joie qui se présente, même la Paix qui se présente à vous, bien évidemment fluctuera encore un peu, mais ne disparaîtra plus jamais. Même dans les moments où vous sentez qu’elle vous abandonne, c’est juste vous qui vous en êtes, pour une raison que vous n’avez pas à culpabiliser, éloignés, à ce moment-là.

L’intensité et le nombre de frères et sœurs vivant cela sur la Terre, devient chaque jour de plus en plus conséquent. Ceci vous avait été annoncé dès le début de cette année par le commandeur des anciens lors de sa dernière intervention. De la même façon, en d’autres termes, par Bidi, mais aussi de manière progressive par moi-même, qui est chacun de vous.

Il n’est plus temps de cogiter, il n’est plus temps de préparer quoi que ce soit, car vous êtes, en définitive, on ne peut plus près, quoi que vous dise votre tête, quoi que vous dise votre corps, ou quoi que vous dise votre vie. La Joie éclairera tout cela de façon de plus en plus immédiate et de façon de plus en plus claire.

Et comme je l’ai dit, même si aujourd’hui vous n’en vivez rien, attendez-vous à une grande surprise. Bien évidemment, je ne parle pas de l’événement, même si celui-ci est concomitant, mais bien, réellement et concrètement, de votre vécu de la Joie que vous êtes. Vous n’avez donc rien à redouter, rien à préparer, mais comprenez aussi que vous n’avez rien à espérer. Vous avez juste simplement à être présents, et tout se déroulera, et se déroule, spontanément, automatiquement.

Dès l’instant où il existe un mécanisme saillant au sein de la conscience, s’il concerne une quelconque projection au sein d’un nouveau monde ou d’une nouvelle dimension, ne vous inquiétez pas, vous arrêterez très vite de rêver, avec l’événement.

Si vous vous posez la moindre question sur votre attitude à le vivre, je ne peux que vous répéter encore de manière formelle aujourd’hui, que nul ne pourra être laissé, car rappelez-vous que c’est ici, sur cette Terre, en chacun de vous, que l’ensemble de la création et du rêve de la création est réabsorbé.

Vous n’avez rien d’autre à faire que d’être dans la Joie, vous n’avez rien à en comprendre, rien à en analyser, et réalisez qu’aujourd’hui, quelles que soient les conclusions auxquelles vous avez abouti, que cela soit par l’observation de la Terre, du ciel, des énergies, ou de quelque événement, de quelque nature qu’il soit, vous n’avez plus besoin d’explications, mais vous avez simplement besoin de le vivre, et vous n’avez pas besoin d’explications préalables pour le vivre, mais simplement d’être là. Si vous êtes pleinement là, quelle que soit encore votre conjoncture personnelle, quelles que soient encore les habitudes qui peuvent se manifester, laissez tout cela.

Dans les moments de Joie ou de Paix, répondez à l’injonction de la Lumière, même si elle est légère, afin d’accueillir toujours plus cette Paix ou cette Joie, ce sentiment de sérénité, et ne vous occupez de rien d’autre dans ces moments-là. Vous constaterez alors l’efficacité de cet état, dans tous les secteurs de votre vie, de manière de plus en plus nette, de plus en plus évidente, et surtout de plus en plus rapide, ne laissant aucun doute, en ce qu’il est en train de se dérouler, de se vivre, comme je l’ai dit, non plus de manière individuelle, mais collective sur la Terre.

Ne vous inquiétez pas du chaos, de ceux qui ne comprennent pas, de ceux qui s’opposent, car eux aussi, ne font que s’alchimiser par rapport à cette Joie. Je vous l’ai dit, tout ce qui est dedans doit sortir, tout ce qui fait écran, habitudes, us, coutumes, comportements, croyances, projections ou passé, s’évacuent dorénavant d’eux-mêmes.

Vous avez réellement juste à accueillir la Joie qui est là, et surtout si vous n’en vivez rien. Vous n’avez rien d’autre à entreprendre, il vous faut rester tranquille et de toute façon, vu les circonstances de la Terre, que cela soit sur un plan physique, sur le plan d’activité des éléments, que cela soit sur les faits sociétaux, que cela soit sur les événements cosmiques ou telluriques, peu importe. Il vous conduisent tous, sans aucune exception, à lâcher ce à quoi vous croyez encore. Quels que soient les rêves de votre conscience, sur quelque avenir que ce soit, vous verrez bien, par vous-mêmes, que dès l’instant où la Joie est vécue durant un temps suffisamment long, vous n’êtes plus soumis à quelque forme, à quelque dimension que ce soit, vous n’avez plus besoins de rien, car tout est déjà accompli et en fait, rien n’a jamais démarré et rien n’a jamais fini. C’est simplement le rêve qui s’arrête, le rêve de ce monde, le rêve de l’illusion, et le rêve de toute création.

Si vous êtes ici sur Terre, comme je l’ai dit ce matin, c’est que vous êtes, comme cela a été expliqué, et de différentes façons, en bout de chaîne dimensionnelle, vous êtes à l’extrémité de la création, et il se trouve que cette extrémité est aussi le point de départ de la création, c’est-à-dire la Terre. Quel que soit l’enfermement, quel que soit ce que nous vous avons raconté les uns et les autres, qui est la stricte vérité, tout cela appartient définitivement à l’histoire et donc appartient au rêve. Mais ce rêve-là a été le plus important à conscientiser, parce qu’il a permis chez beaucoup d’entre vous d’ouvrir les vannes à cette Joie inopinée et spontanée, chose qui aurait été impossible sans traverser certaines de ces histoires pour la majorité d’entre vous. Dès l’instant où vous restez tranquilles, l’inutilité de la conscience vous apparaîtra. Vous serez alors dans une Joie que rien ne peut décrire, une Joie qui n’a jamais été vécue, en quelque circonstance de ce monde.

Et rappelez-vous aussi que les intervenants, quels qu’ils soient, sont aussi en vous, vous allez vous apercevoir, malgré leur silence extérieur, que chacun d’entre eux peut s’exprimer à l’intérieur de vous, avec la même intensité, la même vérité, avec les qualités qui leur sont propres et intrinsèques, mais qui ne sont que des facettes de vous-même, bien évidemment. Puisque, nous l’avons dit déjà depuis de nombreuses années, mais aujourd’hui, vous le vivez, l’ensemble de la création est en vous, même les mauvais garçons, même le diable en personne, même ceux qui vous ont enfermés, sont bien évidemment déjà présents en vous, et ce de toute éternité. Et c’est donc bien réellement et concrètement en vous, que se solutionne le mystère de la création et de la décréation, qui n’est qu’un rêve qui passe. Et c’est ainsi, en vous, que vous vous découvrez, enfin.

Silence

Bien-aimé, poursuivons.

Nous avons le témoignage d’un frère.

Témoignage : Oui, je tiens à partager ce que j’ai vu, le deuxième jour de ce stage. C’était dans le ciel, en direction du soleil couchant, un nuage a formé la tête d’un lion magnifique, qui m’est apparu comme merveilleux et noble, comme une statue de pierre. Ça a duré environ une minute et ensuite ça s’est dissout peu à peu. Je tenais à le partager avec tous les stagiaires et tous les frères et sœurs qui nous écoutent, ainsi qu’avec Abba, bien sûr.

 

Bien-aimé, cela se produit de partout. Nombre de frères et de sœurs ont l’occasion de constater des formes nuageuses pour le moins particulières. Vous savez depuis longtemps, les vaisseaux en phase d’approche se cachent toujours, quand ils viennent des mondes multidimensionnels, au travers des nuages, prenant dorénavant des formes que vous pourriez qualifier de fantaisistes, qui ne sont pas répertoriées au sein des nuages existants, même si vos scientifiques essayent de leur donner des noms au fur et à mesure qu’ils apparaissent, et sont bien évidemment débordés par le nombre de morphologies différentes.

Je te précise d’ailleurs que toujours au soleil couchant en ce lieu, qui se situe donc juste au niveau du stratovolcan qui est à côté, voilà quelques années, remontant à trois, quatre ans, le commandeur vous avait donné un rendez-vous à 19h30, juste au soleil couchant. À ce moment-là, il n’y avait rien dans le ciel et à un moment donné, les nuages se sont rassemblés pour faire le profil du commandeur. À d’innombrables reprises, le commandeur avait donné des rendez-vous, lors des alignements de 19 heures, en d’autres lieux et d’autres endroits, confirmant sa présence dans le ciel au travers un signe.

En effet, dorénavant le ciel comme la Terre, est sous l’influence et l’action de la Lumière, et non plus des moyens mis en œuvre par ceux que vous nommiez les mauvais garçons, pour empêcher les phénomènes qui se produisent. Bien évidemment, et nous vous l’avons dit déjà depuis de nombreuses années, la Lumière a gagné. Il suffisait simplement qu’elle arrive à se rapprocher suffisamment de vous, en tenant compte des conjonctions et événements de la Terre, l’ouverture du cœur, la progression des éléments, la progression de ce que vous nommez la divulgation, et l’ensemble des révélations qui touchent la Terre. Cela est arrivé, et cela se confirme, par ce qu’il se produit aussi bien en vous, que sur la Terre, comme au ciel.

Au plus vous accepterez d’être spontanés et tranquilles, au plus vous accueillerez, au plus cela se dévoilera, par-dessus votre personne, et mettra fin de manière naturelle à certains comportements, certaines habitudes, certaines blessures, certaines souffrances résiduelles, voire même de nombreuses maladies.

Au fur et à mesure que vous constaterez la progression de ces pseudo-nuages, en même temps, vous constaterez la progression de l’amplitude de ce qui est perçu au niveau du cœur, se traduisant, je vous le rappelle, pour ceux qui ne le sentent pas, par la Paix et la Joie. Cette Joie n’obéira à rien. Elle vous fera perdre tous les masques liés à la personne, elle vous fera perdre tous les conditionnements et tous les contingentements que vous vous étiez imposés, vous faisant vivre cette Joie de façon de plus en plus incarnée, si je peux dire, et de plus en plus permanente.

Silence

Bien-aimé, poursuivons.

Nous avons le témoignage d’une sœur.

 

Ce matin, je suis montée aux elfes, et j’y suis restée un moment. Et j’ai réabsorbé, comme ça avait été fait hier, les elfes, les gnomes, les dragons, et le monde intergalactique. Et puis, je suis restée un moment, je suis redescendue. Et quand on a fait le moment de silence à 11 heures, j’étais là, et dans mon cœur, j’avais l’impression qu’ils dansaient tous, qu’ils sautaient, qu’ils dansaient, qu’ils étaient en Joie, ça faisait comme ça (geste sautillant de la main) dans mon cœur. Et quand j’ai entendu à midi, pendant le repas, qu’il y avait la flotte qui s’installait du côté de Biarritz, je me demandais si c’était pas en relation.

Bien-aimée, il y aura toujours une relation, parce que c’est la même Évidence. Voilà quelques mois, je vous ai annoncé que toute la création, tout le rêve de la conscience, devait être absorbé ici même, sur Terre. C’est exactement ce qui est en train de se passer. Il ne peut y avoir d’autre alternative, et c’est la réalité que vous vivez. Plus vous êtes disponibles pour absorber, l’ensemble des rêves de la création, plus vous éprouverez de la Joie, de la légèreté et de l’Évidence. Vous n’avez rien à rejeter, vous n’avez rien à exclure, car comme je l’ai dit, concernant l’humanité incarnée, personne ne sera laissé. Et comme je le confirme, au niveau de l’ensemble des créations en quelque dimension que ce soit, aucune création ne pourra être laissée en dehors de cette Joie.

Chacun retrouvera donc, au-delà de sa liberté, au-delà de la Source, la Vérité. Celle-ci ne souffre aucune explication, celle-ci ne souffre aucune image, aucune forme et aucune histoire. Car comme je vous le disais, qui peut désirer autre chose, une fois que la Joie et là. Au sein de cette Joie, il n’y a pas de place, ni pour la conscience, ni pour la supraconscience, ni pour quelque monde ou dimension que ce soit. C’est l’Évidence, que nombre d’entre vous vivent déjà, avant même l’événement collectif, qui arrive au seuil de votre conscience, comme au seuil du plus dense de la Terre. Il vous reste à accepter, de manière intellectuelle et logique, qu’absolument toute la création est en vous.

Bien évidemment, vous êtes nombreux à être contactés, par les anciens, par les étoiles ou par les archanges, ou par quelque autre entité de Lumière. Mais il vous faut aussi accepter que les méchants garçons sont en intégralité et en totalité en vous. Vous ne pouvez les exclure, vous ne pouvez les ignorer. C’est ainsi que vous accomplissez ce pourquoi vous êtes là, qui dépasse tout rôle et toute mission collective, ou toute attribution de rôle, car il s’agit réellement et concrètement, d’une œuvre collective. Cette œuvre collective ne concerne pas uniquement ceux qui vivent le processus final, parce que l’apothéose concerne tout le monde, sans aucune exception. Quelque apparence que ce soit de destruction, rappelez-vous que le chaos engendre la Joie, non pas parce que le chaos implique la Joie, mais parce que le chaos met fin à toute illusion et permet de laisser la conscience libre et nue, permettant de se retrouver en cette Joie, sans conscience.

Ainsi donc, ce qui vous était inconnu, est dorénavant vécu, et de plus en plus vivable, même malgré la présence de ce corps. C’est en chacun, qu’il y a la même intensité de cet appel de la Lumière, quel que soit son positionnement aujourd’hui, et quels que soient, je dirais, les dernières habitudes, les derniers conditionnements, ou les dernières craintes. Rien ne peut s’opposer à la Joie, plus rien ne peut s’opposer à la Vérité, plus rien ne peut s’opposer à l’apothéose qui est en cours.

Silence

Bien-aimé, poursuivons.

Je veux juste ajouter, s’il vous plaît, que ça recommence à danser (geste sautillant de la main au niveau du cœur), mais que, personnellement, je ne suis pas tout le temps dans l’ici et maintenant.

Cela vient tout seul, là aussi. Ne fais pas d’effort, constate effectivement ce qu’il se vit dans l’instant, que ce soit de l’ordre de l’activité du mental, d’émotions ou de pensées qui passent, ou de perceptions que tu as. Installe-toi dans l’instant présent de cette façon, non pas pour observer ou discriminer, mais bien pour accueillir de la même façon, aussi bien ton mental que la perception de ton cœur. Ne fais pas de différence, tu as simplement à ne rien arrêter, à ne rien figer, afin de devenir toi-même l’immuabilité de la Joie.

C’est ainsi que l’apothéose commence à se vivre en chacun, cette Joie irrépressible que rien ne peut atteindre ou altérer, quels que soient les événements, intérieurs comme extérieurs. La Joie, je vous l’ai dit, est le marqueur, total et véridique, de ce que vous vivez. Même si pour l’instant il vous semble ressentir qu’une paix, nous l’avons dit, durant de nombreux mois, la Paix est l’antichambre de la Joie. Et comme vous le voyez par vous-mêmes, même si vous vivez ces moments de Joie de façon de plus en plus extensive, vous constatez qu’à des moments elle fluctue, mais je vous rassure, elle n’est jamais partie, c’est vous simplement, du fait même des habitudes de votre vie, qui vous en êtes, de façon transitoire, éloignés. Mais même ces moments d’éloignement dureront de moins en moins longtemps, et à chaque retour au cœur de la Joie, la Joie prendra de plus en plus d’espace, de plus en plus de temps, et de plus en plus de votre personnage.

Comme je l’ai dit aussi voilà quelques jours, nombre d’entre vous éprouveront des moments de stase. Ces moments de stase ne correspondent pas à l’ajustement que vous avez vécu pour être nombreux à le vivre entre le 14 décembre et, je dirais, quelques jours ou quelques semaines avant le début du printemps. C’est ainsi que vous observez, non seulement la supercherie de la personne et son illusion, mais aussi la supercherie de toute spiritualité, comme de toute conscience. Et c’est ainsi que le rêve de la conscience prend fin, cette chimère qui a été si joyeuse à jouer au sein des mondes libres et qui pourtant, comme vous le savez, en bout de chaîne, ici sur cette Terre, a été pour nombre d’entre vous, si ce n’est la totalité, quelque chose d’extrêmement pénible, malgré les bonheurs que la vie a pu vous apporter.

Mais dès l’instant où vous n’êtes plus polarisés sur votre vie, mais sur la vraie Vie, petit à petit, et de façon de plus en plus abrupte, vous comprenez et vivez que vous n’avez rien à faire, rien à entreprendre, si ce n’est laisser cette Joie prendre vraiment tout. Ceci n’est pas un point de vue ou une idée en l’air, mais est la stricte vérité de ce qui se déroule sur l’écran de la personne, comme sur l’écran de votre conscience, comme au niveau collectif.

Silence

Bien-aimé, poursuivons.

Témoignage : C’est un témoignage, qui confirme justement ce que notre sœur vient de mentionner, comme ce matin, au niveau d’Abba, c’est cette grande Joie qui se vit, ce feu de Joie en moi, et hier, lors de la fête, j’ai dansé toute la soirée, et mon corps voudrait danser toute la journée et être seulement dans la Joie et dans la danse, et c’est ce que je ressens vraiment, au plus profond de mon être.

 

Pour ce qui est de mon témoignage, ça concerne les rencontres avec les ondines, fées et dragons. Dans le vécu, il s’est révélé à moi des éléments qui m’ont éclairée. Pour moi, maintenant, le mot « village des fées ou des dragons » ne reste seulement que des mots pour situer un lieu, parce que je ressens vraiment qu’il n’y a plus de cloisonnement, tout est ouvert, tout est décloisonné, et lorsque j’étais là-haut et que je voyais le tout, tout était là et c’est une évidence, ce que ça révélait en moi, c’est que le tout nous accompagnait, mais en même temps , le tout en moi s’est révélé, le Abba en moi s’est révélé à moi à ce moment-là, et non plus comme quelque chose qui s’installe, mais quelque chose que j’ai vécu et qui m’a permis de vivre avec ce tout qui nous accompagnait, mais plus particulièrement de le vivre en moi, cet Abba et ce tout.

 

Bien-aimée, nous te remercions, mais tu confirmes par ton témoignage ce que nous vous disons avec Bidi, depuis de nombreux mois. Cela vous le vivez maintenant, et comme tu le constates et que vous serez de plus en plus nombreux à le constater, une fois que vous conscientisez que tout est en vous, alors, c’est fini. Vous ne pouvez plus rêver, vous ne pouvez plus chercher, vous ne pouvez que danser la Joie, même dans l’immobilité. Et comme tu le constates et le constateras de plus en plus, ce qui t’alimente, ce qui tu nourrit, est bien cette Joie. Tu constateras d’innombrables changements, aussi bien dans les relations, dans ton environnement, mais aussi dans ton propre corps. Car il existe, en effet, une forme de rajeunissement et de revitalisation qui se fait spontanément, par l’intelligence de la Lumière, contrastant d’autant plus avec le chaos du monde.

Le chaos n’est qu’apparent. Il correspond simplement à la destruction de ce qui est désuet et tout ce qui est lié aux structures d’enfermement, cette fois-ci non plus seulement au niveau subtil, mais directement au niveau physique. Cela concerne bien évidemment tout ce que la vie dissociée a agencé à la surface de cette planète depuis des temps immémoriaux, c’est-à-dire depuis trois cent mille ans. Cela tu le vois, cela tu le vis, et comme tu le dis, il n’y a rien d’autre à entreprendre. Tout est accompli, cela se passe de manière individuelle, mais aussi, je vous l’ai dit durant cette semaine, de manière collective. Vous en constatez les effets au niveau de vos cieux essentiellement, et aussi pour ce qu’il se déroule au sein de la conscience elle-même.

Quelle que soit votre posture aujourd’hui, quelle que soit la posture d’un frère ou d’une sœur qui vous semble si loin de ce que vous vivez, n’ayez aucune inquiétude. Le fait que vous le viviez et qu’il soit en vous, est déjà en lui-même l’assurance qu’il ne peut que le vivre. Car dès l’instant où tu vis cette Joie, et tu le dis toi-même, que tout est en toi, que tu es Abba, alors, à ce moment-là, l’autre est reconnu en toi immédiatement, même s’il est à l’autre bout de la planète, même si tu ne l’as jamais vu, peu importe. Ce qui est accompli en toi s’accomplit en chacun avec la même grâce, la même légèreté et la même Évidence, de façon naturelle, là aussi, et de façon spontanée.

Tu n’as rien d’autre à entreprendre que laisser cette danse de l’Évidence se produire, qu’apporter ta présence et ton témoignage et tes silences, où que tu te situes. Et tu en verras par toi-même les multiples et innombrables effets, sans rien vouloir, sans rien demander et sans rien interroger. Je ne peux que te dire bienvenue en la liberté de la Joie, bienvenue en l’éternité, bienvenue à l’interface de l’être et du non-être, qui est ta certitude de retrouver ce que tu as toujours été, au-delà de toute création. Cela est maintenant. Cela est acté. Et cela ne peut que se diffuser, encore une fois, indépendamment de toute intention, de toute projection.

Au-delà des derniers entretiens, aujourd’hui, de cette retraite, je me permettrai de réintervenir en fonction de ce qui est à vivre, si cela est nécessaire. Non pas pour vous donner d’informations supplémentaires, mais quelque part pour vous montrer, à travers les mots, à travers des silences, que bien évidemment nous sommes toujours plus nombreux à vivre cette Vérité unique. Quels qu’en soient les mots, quels que soient les spécificités d’expérience, elles convergent toutes vers le même temps zéro, nous vous l’avons annoncé depuis suffisamment longtemps, vous êtes effectivement entré dans le temps où l’ensemble des lignes temporelles se finalisent et sont presque arrivées à leur terme. Cela veut dire qu’au niveau collectif, le temps zéro, le temps de l’événement et de la stase, peut survenir à n’importe quel moment. Je l’avais déjà répété voilà quelques semaines, en d’autres conditions et d’autres lieux, mais cela est prouvable, cela est visible, cela est vivable.

La Joie qui vous habite, plus elle grandira, et c’est le cas pour chacun d’entre vous, quelle que soit son intensité aujourd’hui, ne peut aller que vers une majoration de cette Joie. Que cela soit en intensité, en durée, mais aussi en quelque circonstance que ce soit. Vous constatez par vous-mêmes, dès que cette Joie est là, plus aucune préoccupation concernant une quelconque date, un quelconque événement, ne peut vous intéresser, ni vous détourner.

Car effectivement, et vous l’avez compris, vous êtes chacun d’entre vous, l’événement en lui-même, pour l’événement collectif. Il ne pouvait en être autrement, je vous l’avais dit dès le début, Abba est en chacun de vous, bien antérieurement à la création.

Vous reconnaître en Abba, ce n’est pas reconnaître quelqu’un d’extérieur, c’est mettre fin à toute distance entre vous, point de conscience, et toutes les autres parties de l’hologramme. Cette résonance, cette information du temps zéro, se diffuse alors de proche en proche, comme de proche en loin, et suffit à l’Évidence de la Joie et de la danse, suffit à la Vérité.

Et vous le constaterez vous-mêmes, si ce n’est pas encore le cas, que votre meilleur emplacement pour résoudre tout ce qu’il peut se présenter, est justement celui-là. Tout le reste vous importera peu, au fur et à mesure des jours qui passeront. Alors bien évidemment, cela peut paraître parfois surprenant pour certains membres de votre entourage ou de votre environnement, tout simple ou le plus large. Mais n’ayez aucune inquiétude, d’ailleurs, vous ne pourrez plus en avoir. Vous ne pourrez que demeurer dans cette Joie et les autres, qui sont déjà en vous, se réveilleront, en vous, et c’est au travers de leur présence en vous, qu’ils verront qu’eux aussi sont cela. Ainsi donc, le processus d’absorption des essences qui vous avait été proposé voilà quelques mois, trouve aujourd’hui son aboutissement, car ce n’est plus seulement l’absorption d’une essence ou l’absorption d’un groupe, mais c’est vraiment l’absorption de tous les mondes qui se produit en vous, naturellement.

La puissance et l’efficacité de tout ce que vous pouvez entreprendre, dans la notion de don, de service ou d’aide à quiconque sur cette Terre, et je ne parle pas seulement de thérapie, quand vous répondez à ce que la Vie vous propose, même si cela vous dérange, même si vous ne le comprenez pas, en définitive, vous ne faites que vous accueillir, qu’accueillir la Joie que vous êtes, et reconnaissant l’autre en vous, ou en quelque situation que ce soit, il est libéré de la même façon. C’est cela que la Joie vous démontre, c’est cela qui vous conduit à la collectivité de l’événement, quelles que soient les conjonctions d’événements extérieurs.

Ainsi donc, réellement et concrètement, comme je vous l’avais annoncé, vous êtes vous-mêmes ce que vous attendiez, vous êtes vous-mêmes l’événement qui met fin au rêve. Là est la lucidité, là est la Vérité, et là est dorénavant le vécu de chacun.

Merci Abba

Silence

Bien-aimé, poursuivons.

C’est un témoignage, de ce qui vient de se passer. Mon corps s’est assoupi, et je suis revenu quand j’ai eu la sensation, et c’était pas qu’une sensation, d’être la substance qui s’exprimait dans la cage thoracique de… Jean-Luc.

Cela montre effectivement la fin de toute distance et la fin de toute illusion de séparation. Quand nous vous avons martelés, les uns et les autres, que nous étions tous à l’intérieur de votre cœur, vous constatez aujourd’hui que c’est la stricte vérité. Cela devrait vous faciliter de façon énorme les derniers éléments de révélation et vous conduire à vivre cette apothéose. Car dès l’instant que l’un des anciens, ou Bidi, ou moi, est révélé en vous, bien évidemment, vous comprenez que l’autre est vous et que vous êtes autant l’autre, et qu’il ne peut exister nulle ségrégation, nulle exclusion, de quelque chose, de quelque monde que ce soit, de quelque conscience, de quelque événement, de quelque enfermement que ce soit. Réalisant cela, alors, comme tu le vis, en cet instant, la Joie ne peut que grandir.

Il te semblera n’être qu’un cœur pulsant et vibrant sur un rythme de valse à trois temps ou à plusieurs temps, qui mettra fin de façon collective cette fois-ci, à toute illusion.

C’est exactement ce qu’il se produit, ce n’est pas qu’une sensation, comme tu le dis, cela et la stricte vérité. Vous vous doutez bien que ce n’est pas votre cœur organe qui contient toute la création, ni même votre cœur d’éternité, mais bien le trou noir qui est au centre de votre cœur, que nous avons nommé pendant si longtemps le cœur du cœur. Les expressions, comme je vous l’ai dit voilà quelques jours, n’ont jamais été choisies au hasard, afin que le moment venu (Rire), vous ayez non pas le même discours, mais puissiez conforter votre vécu. Quand nous parlions d’Évidence, de danse, c’est exactement ce que vous vivez. (Rire) Il ne peut rien exister de plus complet, de plus simple, et de plus beau.

Voilà pourquoi, durant de nombreux mois, nous avons aussi parlé de la beauté, parce que cela est d’une beauté inconnue, et incroyable. Qui n’est plus seulement de la contemplation extérieure, de quelque élément que ce soit, de quelque lumière que ce soit, mais la beauté de celui qui sait qu’il n’y a qu’une conscience, de celui qui vit qu’il est antérieur à tout monde. (Rire) Rien ne peut créer plus de légèreté que de n’appartenir à aucune dimension, à aucune origine, à aucune lignée (Pouffée de rire), et de vous retrouver dans ce qui a été nommé l’Éther primordial.

Alors ceux qui, bien sûr, suivaient des chemins spirituels, peuvent vous dire qu’il s’agit d’un retour en arrière. Mais ne vous inquiétez pas pour eux (Rire), dès qu’ils vivront la Joie, ils ne pourront plus ni douter, ni s’opposer en aucune manière, à cette Joie. Car comme je l’ai dit hier, qui voudrait, une fois cette Joie vécue ne serait-ce que quelques secondes, s’en priver. (Rire) Cela est impossible. Et c’est exactement le même processus qui se déroulera aussi en ceux que nous avons nommés voilà des années, les méchants garçons, et même dans les archontes.

C’est la multiplicité de ce processus identique chez chacun, quels que soient les mots employés, et vous voyez que même ces mots, convergent. Parce qu’ils n’ont pas été choisis au hasard, ils correspondaient à la réalité que vous alliez vivre, afin que vous puissiez non pas vous retrouver au travers des mots, mais vous conforter à travers l’expression de l’ultime moment de votre conscience, en le même discours, en la même Vérité, et surtout en l’unique Lumière. Il n’y a qu’un esprit, il n’y a qu’une conscience, et chacun de vous est à l’origine de la création et a parcouru l’ensemble des chemins de la création, selon certaines lignes temporelles, certes, mais chacun possède en lui la totalité de la création, la totalité du rêve, comme la totalité du cauchemar. (Rire)

 

Silence

(Toux)

Tu vois que l’expansion de votre cœur commence à toucher la gorge. (Petits rires) Afin de vous faire faire le deuil, sans souffrance, de quoi que ce soit.

Silence

Bien-aimé, poursuivons.

Pendant que vous parliez, et suite au dernier témoignage, de notre frère… le cœur s’expansait dans toute la pièce et devenait la pièce qui devenait un immense trou noir, en fait c’était… comme si nous étions tous cette substance noire qui n’est pas une substance et qui n’est pas noire non plus… enfin, c’est difficile à exprimer (Rires) ..mais de vide, de vide et.. nous étions tous un, dans ce vide… et tous reliés les uns aux autres, les uns dans les autres et un, dans ce vide que nous sommes tous. Enfin, c’est pas facile à exprimer. (Rires) Mais… les choses sont apparues… claires. (Rire général de toute part)

Bien-aimée, je te demanderais quand même de rester à mes côtés jusqu’à la fin (Rires) afin de servir de relai. Même si le monde entier est en toi (Rires), j’ai quand même besoin de ta voix, pour transmettre les questions. (Rires) Mais bientôt, effectivement, vous n’aurez besoin que d’entendre Abba en vous, que vous êtes. Ce n’est pas un jeu de mots, quand je dis que l’ensemble des créations et des mondes est en vous, c’est ce que vous commencez à constater et à vivre, de façon de plus en plus frappante, si je peux dire, mais aussi de plus en plus légère.

Car ainsi que nombre de témoignages ont eu lieu durant cette semaine, essayez simplement de trouver quelque chose qui soit plus enthousiasmant, plus vrai, ou plus intéressant que cela. Je vous mets au défi de trouver quelque chose. Rien ne peut être superposable à Ça, ni même approcher de Ça.

Silence

Je disais aussi, voilà quelque temps, que l’absorption des essences allait se faire automatiquement. La réabsorption de la création et de la conscience se fait aussi de façon automatique. Il n’y a plus de carotte ni de bâton, il y a simplement la Joie. Et cette Joie est à elle-même l’ensemble des carottes et des bâtons, parce qu’elle est en vous. Dès que vous y acquiescerez, vous ne pourrez plus sortir, même en le souhaitant pour résoudre quelque chose au sein de ce monde, vous ne pourrez plus sortir de cet état d’Évidence et de cette Joie.

Cette Joie-là, est le feu de l’Amour. Celui qui consume tout ce qui passe, afin que ne demeure que ce qui n’est jamais passé et ne passera jamais, le Je Éternel, indépendant de toute forme, de tout concept, de toute dimension, de tout monde, comme de toute création.

C’est ce sentiment particulier, non pas de bien-être, mais que je nommerais, si vous le voulez bien, de complétude, qui se produit en vous durant cette semaine, et pour d’autres depuis quelque temps, et pour d’autres, dans les heures, les jours à venir. Nul ne pourra s’y soustraire et nul d’ailleurs ne voudra s’y soustraire, quel que soit son déni d’aujourd’hui, quelle que soit son opposition d’aujourd’hui, car comme je l’ai dit, qui aurait envie de résister, de s’opposer, à cette Joie. D’autant plus que cette Joie, pour celui qui ne la vit pas, peut lui sembler une illusion, ou un rêve. C’est là où ce frère qui dirait ça se trompe, parce que dès l’instant où il sera touché, il ne pourra que se dépêcher de vous rejoindre en cette immuabilité.

Dorénavant, vous faites bien plus que réabsorber des essences. J’ai bien dit et je répète que vous réabsorbez la totalité des créations, corps, âme, esprit, de quelque dimension que ce soit. Il ne restera que ce que vous avait dit, voilà un peu plus d’un an, ou un peu moins d’un an, mais en tout cas l’année dernière, Eynolwaden. Relisez-la, et vous verrez que c’est exactement ce que vous vivez. Vous ne dépendez ni d’une forme, ni de quoi que ce soit. Et c’’est pour cela que, souvent, cette canalisation d’Eynolwaden avait été appelée la Joie, elle en a souvent parlé durant cette heure et demie. C’est exactement ce que vous vivez maintenant. Quelles que soient les souffrances, quelles que soient les difficultés. Et je dirais même que, quel que soit ce qu’il peut rester encore d’habitudes, de souffrance ou de gêne, cela n’a plus aucune importance, parce qu’effectivement et concrètement, au-delà du concept, la Joie prend réellement et concrètement tout, absolument tout, en ce monde, comme en tout monde.

 

Silence

Bien-aimé, poursuivons.

Alors je voulais m’exprimer simplement par plaisir, pour donner mon constat de la journée, ou du moment.

 

Bien-aimée, peux-tu répéter pour le micro.

Voix : Notre sœur souhaiterait, par plaisir, donner son constat du moment.

Avec grande Joie.

Depuis vos interventions, qui sont pour moi assez récentes, et que j’ai vécues de façon totalement différente, par rapport aux autres intervenants, il y avait pendant les écoutes une forme de rejet, par la personne, il y avait des moments où j’écoutais vos mots et je me disais « dis donc, Abba, tu rabâches, mon pote » (Rires)

 

C’était fait exprès.

Voix : Enfin, il y avait le mot « pote » en plus… (Rires)

Dans rabâche on entend Abba. (Petits rires) Et donc, il y avait des moments où j’écoutais l’enregistrement chez moi et puis, il y avait une forme de rejet, ça me soûlait un peu, j’éteignais. Parfois je réécoutais un peu plus tard, parfois pas du tout, et sur la résonance dont on parlait, ce matin ou hier, quand vous dites que ce qui ce déroule de toute façon, par cette résonance-là, qu’on le veuille ou pas, que ce soit rejeté ou pas, je le constate dans ma relation avec l’écoute des interventions…

 

(La voix perdant le fil de ce qu’elle est censée répéter, rire général)

 

…et je constate comment mon rejet, du coup, permet à ce que le processus de disparition de la personne, se fasse naturellement.

 

(La voix ayant assurément retrouvé le fil, rires)

 

Et donc, maintenant, quand je participe ou quand j’écoute les… vos interventions,

 

(La voix, en répétant, éclate de rire)

 

…tout ce qui peut être encore répétitif..

 

(Rires)

 

…ça n’a aucune importance…

 

(Rires)

 

Et dans ma vie, moi qui rabâche beaucoup aussi,

 

(Rires)

…j’ai souvent dit « foutez-moi la paix »

(Rires)

Mes enfants le disent maintenant aussi, d’ailleurs, et je constate que même dans cette expression, qui était aussi une répulsion, maintenant cette paix est là aussi.

(Rires)

Maintenant la Paix est là. Je te rassure, bien-aimée, moi aussi en m’écoutant, je ne me supporte plus et je m’endors.

(Rire général)

 

Et voilà, donc c’est cool, quoi.

(Rires)

 

Merci !

C’est cela l’Évidence même. Je vous l’ai dit, quelle que soit votre réaction ou non réaction, et Bidi vous l’avait dit aussi, ses mots et ses paroles ne pouvaient échouer. Quelle que soit votre posture d’aujourd’hui, comme vous êtes Abba, même si tu ne le sais pas et ne l’acceptes pas, écoutant Abba, même s’il te soûle, même s’il t’endort, même si tu éteins, comme tu dis, il est là. Et c’est cette forme de capitulation, que tu le veuilles ou pas, qui crée la Joie. Et cela est la même chose pour chacun. L’écueil serait simplement de vouloir identifier la personne qui s’exprime comme autre chose que toi-même.

Comme il n’y a plus de distance, comme il n’y a plus de cloisonnement, tu ne peux qu’en rire. Et c’est d’ailleurs ce qu’il se passe. Mais je te rassure, il est évident que, à force d’entendre Abba, vous ne pouvez que dormir. Et qui dort est en Joie. Vous n’avez plus besoin de mes mots, vous n’avez plus besoin de mes silences, vous avez simplement besoin de vous reconnaître, même par le déni, cela fonctionne de la même façon. Et c’est cela qui est le reflet de l’intelligence de la Lumière en action, quel que soit l’événement, quelle que soit la posture de votre conscience, à quelque niveau que ce soit, il est trop tard. Vous êtes contaminés. Vous vous êtes retrouvés.

Silence  

Bien-aimé, poursuivons.

Le temps que les questionnements ou les témoignages émergent, vous avez dû constater, et vous êtes fort nombreux en cela, que quelles que soient les questions que vous vous posez, vous avez la surprise de voir qu’Abba y répond, apparemment au sein d’un autre personnage, celui qui s’exprime, mais bien évidemment que si vous avez posé la question, la réponse y est déjà. Elle n’est simplement pas dans le même temps, et vous êtes parfois stupéfaits d’avoir une réponse à une question que vous n’aviez pas posée, ici ou ailleurs, et pourtant vous avez la réponse. Comment pourrait-il être autrement quand l’intelligence de la Lumière est aussi manifeste, aussi palpable et aussi perceptible. Cela participe aussi de l’Évidence, cela participe de la Joie et de la légèreté.

C’est pour cela d’ailleurs que certains d’entre vous s’endorment aisément, puisque de toute façon, même si vous ne l’entendez pas mes mots et mes silences, ils s’impriment de toute façon, non pas à travers les ondes, mais comment pensez-vous, directement en chaque cœur, ici même, comme de partout.

Cela ne fait en rien de celui qui s’exprime quelqu’un de différent ou de plus élevé, bien au contraire. Car comme l’avait dit le maître Philippe, si vous voulez être tout, il vous faut d’abord être rien. Mais dès l’instant où vous n’êtes rien, vous êtes effectivement le tout.

Et tout ce que vous dites, quelle que soit l’audience, ici, de l’instant, de plus tard, cela touche l’ensemble des univers et de la création. Il n’y a pas besoin de le conscientiser. Il n’y a pas besoin de le mémoriser, il n’y a pas besoin de le voir sur l’écran de projection ou de la conscience, mais simplement l’exprimer, et l’Évidence de l’intelligence de la Lumière, ainsi que nous soyons réellement et concrètement les uns dans les autres, eh bien suffit à tout résoudre.

Et dès qu’un Abba est en Joie, tous les autres Abba ne peuvent qu’être en Joie. C’est comme ça que vous concourez à l’établissement du temps zéro collectif, pas autrement. Quoi que vous fassiez, quoi que vous disiez, que vous soyez en accord, en désaccord, en rupture, en opposition frontale, cela ne changera rien. Mais rein du tout. Je dirais même que ceux qui seraient en opposition frontale, c’est eux qui ont le plus de chances de vivre le retour, non pas de bâton, mais le retour de la Joie.

La Lumière ne peut échouer, en aucune circonstance, et en aucun événement, comment en aucun silence, et aucun mot. Et cela ne dépend pas des mots d’Abba que vous entendez, cela dépend de l’Abba que vous êtes, puisqu’il n’y a plus de distance et plus aucun cloisonnement, et qu’aucune forme ne peut vous abuser, et qu’aucun monde ne peut vous abuser. C’est donc bien, inexorable, irrémédiable. Il n’y a pas de traitement, si je puis dire, vous êtes le traitement.

Silence

Bien-aimé, poursuivons.

Une sœur souhaiterait témoigner.

Alors nous écoutons.

Tout à l’heure, pendant que vous vous exprimiez, Abba, mon cœur a été comme un aspirateur où, chacun du groupe… pénétrait dans mon cœur. Et ça a ramené en moi une sensation et une vision, j’ai vécu ça il y a quelques semaines, où je vivais à la fois l’intérieur de mon cœur, et à la fois je le voyais, je voyais comme un trou béant dans mon cœur, c’était noir, et dans mon cœur il y avait comme une grille, un grillage qui était mouvant, qui faisait comme un tube, une sphère qui était vivante et qui se repliait sur lui-même. Et ça avançait, ça bougeait, ça pénétrait à la fois dans mon cœur, ça… je sais pas comment dire, oui… Et ça venait de rien, ça repartait dans le rien. Et cette grille, cette matrice, était dans un mouvement constant, et j’étais à la fois ça, je le sentais, être ça, et à la fois je le voyais, et… à ce moment-là, quand je l’ai vécu, je me suis dit, bé il me manque un bout, parce qu’il y a rien au bout, quoi, c’est… (Petit rire), et là, en sentant toutes ces essences de mes frères et sœurs pénétrer dans mon cœur, je me dis, y’a pas de bout, en fait. (Rires)

Y’a pas de… ?

Bout.

(Rires)

 

Voilà. C’est tout.

Bien-aimée, comme je le disais, qui peut encore douter en vivant cela. Et c’est justement le fait que vous en témoignez, ici comme partout, qui, au-delà de mettre en rage ceux qui ne le vivent pas, dans certains cas, et en particulier dans certains milieux dits spirituels, l’échauffement qui se produit à ce moment-là, débouchera inéluctablement sur la Joie. Même vos réactions, de quelque nature qu’elles soient, échauffent les particules adamantines qui sont présentes et permettent le cœur du cœur. C’est en ce sens que, de façon plus ou moins ironique, je disais que cela ne pouvait pas échouer, et que cela effectivement était automatique, spontané et totalement irrémédiable.

Cela a été prononcé voilà quelques mois, vous le vivez aujourd’hui assurément de façon très joyeuse.

Et finalement, je dirais, dans cette toute fin des temps, cela va encore progresser chaque jour. Ce n’est qu’un début, si je peux dire, au moment de cette fin. Le début rejoint la fin, la fin rejoint le début, dans tous les sens du terme, et de toutes les façons possibles.

Silence

Bien-aimé, poursuivons.

Un dernier témoignage.

Depuis votre début d’intervention…

Pourquoi vous me tutoyez tous ? Me vouvoyez. Plutôt que d’être…

Moi j’arrive pas à vous tutoyer…

 

Bon. Mais elle a raison de dire vous, puisqu’il y a la totalité des consciences. Elle ne s’adresse pas à moi, mais elle s’adresse à tous les Abba, qui ne sont qu’elle. Elle s’adresse à elle-même, donc elle ne peut que dire nous ou vous.

 

D’accord. Depuis le début de notre intervention…

(Rires)

Cela est beaucoup plus cohérent, d’ailleurs.

(Rires)

 

…je sens des mouvements très intenses dans ma tête, surtout derrière les yeux, au niveau du front, ça fait comme une danse effrénée de je ne sais pas quoi.

Et ?

Et ça me dérange.

(Rires)

Qu’est-ce qui est dérangé ? La personne, bien sûr.

Oui

Tout ce qui te dérange, t’amène à bon port. Tu le constateras dès que j’arrêterai de m’exprimer. Mais effectivement, ceux qui perçoivent l’énergie, ce qui est ton cas, au-delà de ce qui se passe dans la poitrine, peuvent sentir un certain nombre de choses qui se produisent dans la tête. Cela peut même être douloureux, au sens où vous l’entendez et le vivez, mais ça n’a aucune espèce d’importance, tu verras par toi-même que dès que j’aurai fini de rabâcher (Petits rires), dès que t’en auras marre de t’entendre toi-même, puisque nous parlons de la même façon, tu verras ce qui va se passer. Je crois d’ailleurs que tu es la dernière question, et que dès l’instant où Abba aura ouvert les yeux, tu vas voir ce qu’il va se produire.

Je le sens déjà.

(Rires)

C’est aussi simple que ça.

(Rires)

Bien-aimée, tu m’annonces donc par là qu’il est temps de se poser, n’est-ce pas ?

Si tu le veux bien.

(Rires)

 Bravo !

Nous le voulons bien apparemment.

(Rires)

Alors nous nous retrouverons d’ici un moment. Je ne vous dis pas au revoir, mais j’ouvrirai simplement les yeux et vous verrez ce qui va se passer en chacun de vous. Je vous dis donc, à tout à l’heure.

À tout à l’heure

Merciii

 

Source: https://apotheose.live/