ABBA – 4 / 23.9. 2018

TEXTE SEULEMENT  –  POUR L’ AUDIO VOIR ICI

 http://www.etresenevolution.com/2018/09/22/retraite-dabba-et-les-abbas-du-22-au-27-septembre-2018/

ABBA 4

23 Septembre 2018

Abba est à nouveau présent, en le cœur du cœur de chacun, afin de poursuivre les interrogations, les questionnements et les témoignages, tout ce que vous avez envie de partager, de demander, ou d’échanger.

Bien aimé, continuons.

Témoignage-question : La plupart du temps, même la quasi-totalité du temps, quand je suis présent, que la Joie est là et que la Paix est là, il y a des contractions corporelles énormes qui les accompagnent. Alors soit j’arrive à rester en Joie, donc à ne pas m’attacher et à surtout pas me demander ce qui m’arrive, et la Joie persiste, et la tension disparaît jusqu’à la suivante.

Bien-aimé, peux-tu préciser les endroits de ton corps où ces contractions se produisen

Plexus solaire, la nuque, la gorge, la colonne vertébrale, le bassin, le dos, les yeux, enfin presque tout le corps, en fait.

Bien-aimé, la manifestation de la Joie est la conséquence, comme tu le sais, de la rencontre de l’être et du non-être ou, si tu préfères, de la traversée de l’éphémère et de l’éternel. La Joie, ainsi que je vous l’ai dit, est de plus en plus accessible facilement. Mais il n’en demeure pas moins vrai que l’éclairage de la Joie va venir dissoudre ce qu’il peut exister encore au sein de la personnalité.

Alors je conçois tout à fait que tu sois gêné ou dérangé par ces phénomènes de contraction prenant tout le corps, durant les moments où tu es en Joie. Il te convient simplement d’observer ce qu’il se déroule et de laisser traverser. Au besoin, tu peux t’aider dans les moments de Joie intérieure que tu vis, de ramener ce qui est manifesté ou de l’absorber, si tu préfères, en ton propre cœur, par la Joie qui y est présente. En règle générale, cela devrait suffire de manière instantanée.

Si cela n’est pas le cas, alors il faudra persévérer quelques fois, pour traverser ces contractions du corps qui te permettront de saisir que cette Joie est totalement indépendante du corps, comme tu le constates déjà, et surtout, de voir l’effet de cette Joie directement sur ce qu’il se produit, au niveau de ton corps. Tu n’as pas besoin d’en connaître les explications, tu n’as pas besoin d’en comprendre la raison. La seule raison découle directement de l’éclairage de la Lumière au sein de ces moments de Joie.

La Lumière, bien sûr, est résolutoire. S’il existe des mécanismes de spasmes ou de contractions, ils ne traduisent que l’interaction de la Lumière avec tes zones résistantes, au niveau de ce corps. Tu n’as pas à t’en préoccuper outre mesure, mais bien plus à t’occuper, si je peux dire, de stabiliser la Joie, sans effort et éventuellement, quand la Joie est bien présente et bien installée, à simplement amener ces parties malades dans la Joie de ton cœur. Tu n’as pas besoin de te déplacer, tu n’as pas besoin de bouger, tu n’as pas besoin d’autre chose que l’intention de dissoudre ou de laisser se dissoudre, plus exactement, les mécanismes de tension ou de spasmes, ou de douleur, par la Joie qui est présente.

Il n’y a aucune raison pour que cela ne fonctionne pas. Est-ce que tu peux, simplement, me confirmer que cette Joie est vécue, quelle que soit l’intensité et quelle que soit la fréquence, depuis récemment ou depuis plus de deux mois.

Je dirais qu’il y a une forme de Joie depuis plus de deux mois, mais l’intensité de la Joie est aujourd’hui beaucoup plus importante, et la facilité à demeurer en Joie, quand il y a des contractions corporelles, est beaucoup plus importante depuis un peu moins deux mois même, je dirais quelques semaines.

Bien-aimé, alors il te suffit simplement de procéder ainsi que je te l’ai dit. La Joie, comme tu le dis, est de plus en plus intense et de plus en plus palpable. Il n’existe aucune raison, ni aucun obstacle à ce que cette Joie, qui est le reflet de l’intelligence de la Lumière et de l’Amour qui émanent de ton cœur, de ce que tu es, que ceux-ci ne viennent pas à bout naturellement des phénomènes de contractions, de résistances ou de douleurs au niveau de ton corps.

Tu peux simplement t’aider, dans ces moments, je dirais, de Joie intense, de simplement porter ta conscience, sans réagir, aux lieux de tensions, et de laisser l’intelligence de la Lumière, à partir de ce moment-là, œuvrer, et simplement cette attention, sans idée d’agir contre, sans idée quelconque autre que d’amener la Lumière par ta pensée, en l’intention simple, aux endroits douloureux. Places-y aussi, si tu veux, Abba, mais au-delà de toute forme, n’y vois pas Abba qui parle, mais simplement Abba qui est en toi. Et en prononçant ces mots intérieurement, l’intention rejoint la prononciation de mettre Abba en telle douleur ou en tel endroit de ton corps. Commence par les endroits les plus proches de ton cœur, que cela soit, comme tu le dis, la gorge ou le milieu du dos, ou encore la nuque, ou le plexus solaire, avant de t’attaquer aux parties les plus lointaines de ton corps. Mais je pense que si tu arrives, par la Joie et par l’intention, si cela est nécessaire, à alléger et voir disparaître les phénomènes au niveau du corps, proximo par rapport à ton cœur, les parties les plus distales se libéreront d’elles-mêmes.

Il ne s’agit pas là non plus de retrouver quelconque mémoire ou quelconque raison, mais de laisser la Lumière être et de laisser l’intelligence de la Lumière œuvrer au travers de ton cœur et de ta présence en Joie. Tu n’as rien d’autre à faire excepté, je te l’ai dit, de poser simplement une intention le plus clairement et le plus simplement possible.

Le travail d’éclairage de la Lumière devient effectivement de plus en plus spontané, naturel, et bien évidemment, nombre de frères et sœurs incarnés vivent ce processus. Et l’éclairage de la Lumière peut parfois effectivement prendre une intensité telle, que les moindres zones de tension au niveau du corps, peuvent sembler douloureuses ou s’accentuer. Ceci n’est en aucun cas une accentuation, mais bien un éclairage direct, par les particules adamantines et l’intelligence de la Lumière, de ces zones, par la Lumière elle-même. Contente-toi de l’intention si cela est nécessaire, ou éventuellement de dire « Abba dans mon plexus », « Abba dans ma gorge », et de constater ce qu’il se produit à ce moment-là.

Cela devrait amplement suffire. Il n’y a pas lieu d’aller chercher quelque vision ou quelques explications que ce soit, mais là aussi, je te le redirai, effectivement, en conscience, si je peux dire, du fait de la proximité de la a-conscience, le Je Éternel va œuvrer de lui-même, sur ce qui est en éclairage au niveau de ton corps. La compréhension du pourquoi du comment, de l’explication ou de la raison, ne te fera pas avancer d’un iota par rapport à cela, surtout quand la Joie est présente. C’est bien la Joie qui agira d’elle-même, uniquement couplée, si cela est nécessaire, comme je l’ai dit, à ta pensée où à ton intention, le plus simplement possible.

Je suis entièrement d’accord et même sans l’intention ça fonctionne.

Eh ben, bien-aimé, tu veux dire que tu as déjà vérifié par toi-même ce que je viens de dire.

Mais y’a quand même une petite bébête, parce que quand je suis moins présent, y’a quelque chose qui dit « mais quand est-ce que ça s’arrête, enfin, quand est-ce que le corps est enfin libre et quand est-ce qu’il n’y a plus de maladies ou de zones, je dirais, non éclairées ? »

En reprenant l’expression d’absorption de l’essence, je dirais, quand tu auras fini de te manger. (Rires) Bien évidemment l’absorption d’essences fonctionne vis-à-vis de toutes les parties de sa propre individualité, quelque partie de votre corps peut être absorbée non pas en essence, mais réellement et concrètement par le trou noir de votre cœur.

Il ne s’agit plus ici, contrairement à ce que j’expliquais précédemment, d’absorption de toutes les essences, mais d’absorption de votre éphémère, qui se fait par l’intelligence de la Lumière et que tu peux aider de la façon dont je te l’ai dit, et que d’ailleurs tu as pratiqué spontanément.

N’oublie pas que nombre de frères et de sœurs découvrent cette Joie, sans aucun préalable au niveau vibral, au niveau énergétique, ou au niveau de la conscience. C’est-à-dire que vous passez de façon parfois brutale de la conscience enfermée à, d’emblée, la a-conscience. Et bien évidemment, et tu t’en doutes, il y a des réajustements nécessaires au sein de la structure éphémère comme au sein de la structure d’éternité. C’est cet éclairage que j’ai nommé l’éclairage de la Lumière et qui peut effectivement durer quelques semaines ou quelque temps, mais tu l’as dit toi-même, l’efficacité est réelle. Je te confie simplement, en plus, que tu peux te manger toi-même, simplement en pensée, bien sûr.

(Rires)

Bien aimé poursuivons.

C’est une question d’une sœur qui est présente.

Question : Tout est facile, je vis la Joie et la Paix. Néanmoins je voudrais un éclairage. En général, je n’arrive pas à poser des actes dans ma vie, car je ne sais jamais si c’est une impulsion de la Lumière ou de ma personne. Pouvez-vous m’éclairer ?

Bien-aimée, comme tu le dis, la Joie est là. Dès l’instant où tu es en Joie, la confiance s’installe. Tu n’as plus besoin de poser d’actes, la Vie les pose pour toi. Bien évidemment, l’intention est préalable, c’est-à-dire, le désir, venant de la Lumière, venant même de ta personne, doit être assumé. Pose une intention, si elle est en accord avec l’intelligence de la Lumière, tout ce que tu as posé comme intention se réalisera, si cela ne se réalise pas de façon quasi immédiate ou rapide, cela veut dire que cela venait de ta personne. Et quand tu es en Joie, je dirais, pour illustrer ce que j’ai dit précédemment, que tu n’as rien à décider. La Vie te proposera ce qui est indispensable, ce qui est utile et jamais ce qui est inutile.

Ainsi donc le problème de choix ne se pose pas, car dès l’instant où tu t’en remets à la Joie et à la Vie, tu ne pourras que constater que tes désirs n’ont pas le temps de naître, que la solution apparaît déjà ou que la satisfaction apparaît déjà. Et cela concerne absolument tous les secteurs de ta vie. Tu n’as pas à te poser ce genre de questions, de savoir si c’est ta personne ou si c’est l’intelligence de la Lumière, car je te rappelle que dorénavant, il est temps de conscientiser que tu es cette intelligence de la Lumière, et donc toute intention qui pourra naître ne pourra être que juste, et ne sera pas au détriment de la Joie, mais bien en accord avec la Joie, quel que soit le genre de décision ou d’acte à poser, ou je dirais plutôt d’intention.

C’est comme ça que vous réalisez l’apprentissage d’être la Vie, et non pas simplement votre vie, c’est en soumettant à la Lumière une interrogation, une intention, et si cela est suivi d’action, la fluidité de l’action sera telle que tu ne pourras jamais penser que cela vienne de ta personne, ou de ton individualité, mais bien de l’intelligence de la Lumière.

Il ne s’agit plus comme auparavant, et comme je l’ai dit hier, de la réponse du cœur, telle que le commandeur vous l’avait expliquée, et que vous l’avez pratiquée, mais il s’agit simplement d’être dans la fluidité, d’être dans l’Évidence et dans la facilité. La Joie, d’ailleurs, te montrera très vite, si l’acte est posé depuis la personne, sans aucune intention de Lumière, ce qui peut arriver, bien évidemment, de différentes manières, dans un cas, la Joie s’amplifiera, dans l’autre cas, la Joie semblera s’éloigner un peu.

Tu permettras donc, indépendamment de toute énergie et de toute vibration perçue, ou vécus, ou vues, d’avoir ta réponse instantanément, dans chaque circonstance de la vie. En résumé, ce qui te met en Joie, ne peut être que Vrai, ce qui éloigne la Joie, ne peut être qu’une vérité relative et non pas absolue, et ne dépendra pas de la Lumière, mais de ton individualité.

Il n’y a pas de meilleure preuve que de le vivre, non pas en demandant auparavant, mais en osant, osant poser un acte, osant poser une intention, et de voir ensuite ce qu’il se déroule, au niveau de la Joie, vécue, et au niveau de ton cœur. Cela te permettra très vite de faire l’apprentissage et de savoir de façon directe et intelligible par la Joie, ce qui est de l’ordre de l’intelligence et ce qui est de l’ordre des restants de la personne. En ce cas là, tu ne peux en aucune manière te tromper, parce que la rectification de la Lumière, par la Joie, par les vibrations et par les circonstances, sera automatiquement mise en œuvre très rapidement.

Le marqueur, le repère, si je peux dire, est la Joie, et comment se vit cette Joie. Tout ce qui amplifie la Joie, quel que soit l’événement, est bon pour la Joie, et est le reflet de l’intelligence de la Lumière. Tout ce qui rétrécit la Joie, la limite ou te la semble incomplète, n’est pas de l’ordre de la Lumière.

La Joie, cette Joie sans objet, cette Joie nue, est à l’heure actuelle, pour ceux qui la vivent, même par intermittence, le meilleur repère pour vous aligner avec l’intelligence et conscientiser, depuis l’infinie présence, que vous êtes l’intelligence de la Lumière.

En la Lumière, je vous le rappelle, vous n’avez aucun choix. La vraie Liberté est là, et nulle part ailleurs. Tant que vous avez l’impression d’avoir un choix ou d’hésiter, nécessairement, vous n’avez pas compris que vous n’avez pas le choix. L’intelligence de la Lumière décide vraiment tout, vous conduit à expérimenter ce qui est nécessaire pour vous, aussi bien pour l’individualité, que pour la Lumière, et avec une parfaite Évidence et une parfaite logique, qui n’est pas la vôtre.

Dès l’instant où vous acceptez cela, vous allez l’expérimenter immédiatement, et le vivre, je dirais, de manière constante. À ce moment-là, il deviendra impossible de se tromper, car effectivement, vous ne déciderez rien, à aucun moment, et tout sera décidé par l’intelligence de la Lumière, même si cela se manifeste à travers votre corps. Cela correspond à ce que j’exprimais aussi par rapport aux habitudes, les heures fixes, quelles qu’elles soient. Dès l’instant où l’intelligence de la Lumière prend le relais, il ne faut pas être troublé par les modifications de comportement, de quelque niveau que ce soit, le repère étant la stabilité ou l’apparent éloignement de la Joie, que vous vivez en cet instant-là.

Ce repère est d’une fiabilité totale, elle ne souffre aucune exception. Au fur et à mesure que vous faites l’apprentissage, si le temps vous en est donné, de la Liberté de la Lumière, et de la libération tout court, d’être libéré, vous ne pourrez jamais être trompé, par votre personne ou par quiconque. Vous n’avez jamais choisi, les choses se présentent à vous, réellement et concrètement, d’elles-mêmes, et tout ce qui se présente à vous, agréable comme désagréable, ne fera que renforcer la Joie, en permanence, vous montrant par là-même que vous êtes effectivement, concrètement, devenu la Vie. Et ce, quelles que soient les contraintes de votre vie, quelles que soient les obligations, quels que soient les désagréments de votre éphémère, que cela concerne quelque secteur que ce soit, il n’y a pas de différence.

Silence

Bien-aimé, poursuivons.

Question :  Y a-t-il une signification aux brûlures et douleurs que j’éprouve depuis une dizaine d’années, même plus, au niveau de la porte Unité, et aussi de l’étoile Unité ?

Bien aimé, il existe un circuit vibral qui unit effectivement la porte Unité avec l’étoile Unité. Ce circuit correspond à l’installation, déjà activée depuis longtemps, du canal Marial et de la fusion de ce canal Marial avec votre chakra du cœur, en passant par la porte Unité et l’étoile Unité. Le rapprochement du canal Marial de l’axe central, réalisé voilà quelque temps, cela avait été expliqué, par de nombreux intervenants, expliquait que le canal Marial faisait passer les présences, que vous viviez pour certains, arrivant par votre gauche, depuis directement votre cœur, et non plus de quelque part en une autre dimension.

Le fait que tu manifestes ces douleurs de façon aussi ancienne, est en rapport non pas avec ce processus, mais correspond vraisemblablement à quelque chose qui n’a rien à voir avec l’intelligence de la Lumière, ou les circuits dits du corps d’êtreté. Je ne peux que t’engager, dans ce cas précis, effectivement, à vérifier si la Joie en vient à bout, comme dans le cas précédent, et si cela ne suffit pas, ou si tu ne vis pas la Joie, alors de regarder au niveau purement physique, sans référence à quelque élément énergétique, ou sans quelque référence à un élément mémoriel, ce qu’il se produit au niveau respiratoire dans cette région, quelle que soit la technique, et de compenser cela.

Il me semble que ce matin, je vous ai donné un certain nombre d’éléments concernant le passage de vos mains au niveau du ce qui est nommé le mouvement respiratoire primaire. À toi d’appliquer sur cette zone cette respiration primaire, et de voir s’il y a effet ou pas. Sinon, il faudra s’adresser directement au plan physique, indépendamment de tout référentiel énergétique ou autre.

Le processus de consumation de l’âme et de l’Esprit, que certains ont vécu déjà depuis les années 2012, concernant le chakra de l’âme ou le chakra de l’Esprit, voire les deux, correspond au processus d’ex-carnation, qui est logique, qui correspond à la libération de l’enfermement, comme de ce corps, comme de ce monde. Mais le processus ne dure jamais sur des dizaines d’années, il a été étalé au plus durant quelques années, entre les années 2011-2012 et 2015-2016.

Bien évidemment, certains d’entre vous perçoivent encore ces sentiments de brûlures, de picotements ou de douleurs sur les chakras de l’âme ou de l’Esprit, c’est-à-dire les portes Al ou Unité. Mais celles-ci sont liées au travail qui se fait en ce moment pour ces frères ou ces sœurs, mais en aucun cas, cela peut survenir d’un passé aussi lointain. Il y a donc nécessairement, au-delà de toute causalité, quelle qu’elle soit, un déséquilibre au niveau physiologique, soit au niveau des poumons, soit au niveau des côtes, qu’il convient de traiter de manière la plus simple, en essayant auparavant, comme je te l’ai dit, le mouvement respiratoire ternaire, au niveau de cette zone. C’est toi-même qui peux le faire et tu en constateras les effets ou pas.

Silence

Bien-aimé, poursuivons.

Question : Que conseiller à de jeunes parents dont le bébé, né au printemps, a bien dormi la nuit pendant les trois premières semaines, puis qui, depuis près de cinq mois, ne dort pas la nuit, malgré différents soins ?

Alors bien-aimé, il convient de regarder chez un médecin pour enfants, la cause. Un enfant qui ne dort pas, un bébé qui ne dort pas, en règle générale, souffre des intestins, d’indigestion, de colites, de choses comme ça. Il n’y a aucune raison, excepté des maladies très graves, que quelque chose lié à la Lumière dérègle le sommeil d’un enfant. Il y a donc une souffrance réelle, qui se situe le plus souvent au niveau du ventre ou de la digestion, qu’il convient de retrouver et de traiter, de manière purement mécanique ou organique. Ne mêlez pas l’intelligence de la Lumière à des bébés, ni même à des enfants en-dessous de 7 ans. Ils n’ont pas besoin de cela pour être Lumière, et être ce qu’ils sont, contrairement à vous, à l’âge adulte.

Cela a toujours été dit, les enfants de moins de 14 ans et en particulier les enfants de moins de 7 ans, n’ont aucune raison d’être affectés, par le jeu de l’être et du non-être. D’une part parce qu’ils sont perméables, en totalité, et surtout avant deux ans, et entre 2 et 7 ans, je vous rappelle que la structure éthérique n’est pas parfaitement constituée. Le champ, ou l’aura si vous préférez, le champ informationnel d’un bébé n’a pas de spécificité, il est en permanence en la Lumière, jusqu’à un minimum de deux ans. Bien évidemment, excepté les pathologies bien réelles qui peuvent exister. Donc il n’y a pas à chercher de cause subtile, mais bien une cause purement physiologique, et la traiter en conséquence.

Silence

Bien-aimé, poursuivons.

Questions d’un frère qui n’est pas là.

Question : Que dois-je faire de ce que je suis ici ? Merci.

Justement, aujourd’hui, ici, ne rien faire, s’ouvrir, accueillir toujours plus, tout le reste découle de là. Je l’ai dit précédemment, vous allez constater cela dans tous les secteurs de votre vie. Plus vous lâchez ce que vous croyez tenir, plus vous serez libres et plus vous serez en Joie. Plus vous maintiendrez le contrôle, le besoin de décider, le besoin physiologique, sans tenir compte des demandes de votre corps, simplement par habitude, plus vous en souffrirez. Il n’y a pas d’autre alternative. Que faire ici, en regard de la Joie, rien. Surtout ne rien faire, simplement être et se poser, se reposer, accueillir, disparaître par la transparence et l’humilité et l’enfance.

Je ne peux rien dire de plus, à une phrase aussi vague, qui ne veut, en définitive, pas dire grand chose.

Il n’y a rien à faire, tout se fait tout seul. Mais tant que vous ne l’avez pas vu, bien évidemment vous ne pouvez ni l’accepter, ni même le croire. Il n’y a qu’en le vivant que cela sera prouvant, et ne vous posera plus aucun problème. Tant que vous êtes en train de vous demander quoi faire, dans quelque secteur que ce soit, vous n’êtes pas libre. La vraie Liberté et d’une telle Évidence, et ce mot n’a pas été employé pour rien, que dans tous les secteurs de votre vie, la Grâce est omniprésente. Dès l’instant où vous laissez les choses arriver, éventuellement en ayant posé une intention, vous ne pouvez que constater que l’Évidence, la facilité, la fluidité et la Joie.

Au plus vous demeurerez au sein de la personne, dans les habitudes, je ne parle pas d’erreur, mais d’expérience, au plus vous voudrez agir comme avant, au plus vous voudrez réagir, au plus vous serez mal. Au plus vous penserez que vous devez résoudre quelque chose, plutôt que de faire confiance à ce que vous êtes en Vérité, au plus vous serez instable. Plus vous accueillerez la Lumière et plus vous la laisserez œuvrer, plus vous vous retirerez, en quelque sorte, non pas de l’incarnation, mais au plus profond de vous-mêmes, en laissant être la Lumière, plus les choses seront faciles.

Je ne vous demande pas, là non plus, de me croire, mais bien de le vérifier par vous-mêmes, déjà pour des choses simples de vos vies, et vous constaterez que plus la Joie grandit, plus les choses même qui vous semblaient insurmontables, ou insolubles, se résolvent comme par magie. Il ne s’agit pas de magie, mais de l’intelligence de la Vie, de l’intelligence de la Lumière, parce que vous êtes installés dans la Joie. Et c’est tout. Et cela va agir de la même façon, même sur les maladies, même sur l’hérédité, sur les relations, quelles qu’elles soient.

C’est ainsi que vous redevenez comme un enfant. Pas en cherchant quoi faire, comment réagir ou que choisir. Cela concerne la personne et concernera toujours la personne. Mais êtes-vous une personne, ou êtes-vous la Joie ?

À vous de voir, à vous de l’expérimenter, et d’en tirer les conclusions, qui seront, je vous l’assure, les mêmes pour chacun. Il ne peut pas y avoir d’autre conclusion.

Silence

Bien-aimé, poursuivons.

Question : Que la permanence de la Joie ait été vécue ou non, avant le grille-planète, cela apporte-t-il quelque chose ou non à l’Esprit dans sa continuité dans l’Absolu ?

L’Absolu n’est pas l’Esprit. L’Esprit est lié à la manifestation, il est la mise en branle de l’intelligence de la Lumière, archétypielle, avant toute forme, mais il n’est pas l’Absolu. Donc je ne suis pas sûr d’avoir compris la question. Peux-tu la relire, s’il te plaît.

Question : Que la permanence de la Joie ait été vécue ou non, avant le grille-planète, cela apporte-t-il quelque chose ou non à l’Esprit dans sa continuité dans l’Absolu ?

En fait la question c’était, est-ce que ça change quelque chose ou pas, d’avoir vécu la Joie, la permanence de la Joie.

La permanence de la Joie vous assure simplement une stase magnifique. Mais n’oubliez pas que ce n’est pas seulement pour vous, car la Joie est contagieuse, vous le voyez chaque jour. Alors si vous maintenez la Joie et si elle est permanente, vous oeuvrez sans rien faire par votre présence et votre absence, au sein de l’être comme du non-être, pour chacun, mettant fin à toute distance et à toute illusion de forme ou de conscience.

Se poser la question de l’Esprit montre simplement que c’est encore des concepts et que ce n’est pas vécu. Parce que l’Esprit n’est pas absolu. Il est dans la manifestation, dans toutes les manifestations. L’absolu n’a rien à voir avec la manifestation, quelle qu’elle soit, en quelque dimension que ce soit. L’absolu n’a jamais bougé, c’est le Je Éternel. Le Je Éternel n’est pas l’Esprit, ni l’impersonnel, ni la matrice christique, ni rien de tout cela. Le Je Éternel est la découverte que vous étiez là avant votre corps et avant tout monde.

Ce n’est pas une découverte visuelle, ce n’est pas une découverte vibratoire, mais c’est une découverte par l’extrême fin de la conscience, de la a-conscience, rien de plus et rien de moins. Ne collez pas d’attribut à l’absolu, je l’ai dit et Bidi l’a dit de la même façon, ne soyez pas prisonniers des concepts, n’élaborez pas de concepts, n’employez pas de mots compliqués. Plus vous serez simples, plus vous serez au plus proche de ce que vous vivez, avec des mots simples, plus vous serez dans la Vérité. Rappelez-vous que la Joie n’a rien à voir avec une quelconque énergie, ni une quelconque vibration, puisque la Joie qui est vivable maintenant, est antérieure à toute conscience même si elle est portée par la conscience et amenée en émanation ici, sur cette Terre.

La superposition de l’être et du non-être, la superposition de l’éphémère et de l’éternel, la traversée de l’un par l’autre et de l’autre par l’un, c’est exactement la même chose, aboutit à la conclusion qui est la Joie. Tout le reste est superflu. C’est toute la différence entre vivre sa vie, et laisser la vie être vécue. Tant que vous croyez, aujourd’hui, que vous devez faire, vous ne pouvez être.

Je ne parle pas de faire ses activités quotidiennes, je ne parle pas de s’occuper de ses enfants, je ne parle pas des tâches que vous avez à accomplir, mais je parle bien des mécanismes mêmes de raisonnement de votre conscience, de votre mental, de votre intellect, ou de votre vie tout simplement.

En définitive, en vous le disant autrement, aujourd’hui vous allez constater que vous ne pouvez être que la Vie, et là, la Joie est totale, ou votre vie, et la Joie ne pourra que apparaître et disparaître en permanence. C’est justement l’expérience de ce va-et-vient entre la Joie et la non-Joie, si je peux dire, qui va vous prouver que vous êtes réellement la Joie, et que vous êtes antérieurs à toute conscience.

Il n’y a aucun autre moyen d’y adhérer, ni en concept, ni en croyance, ni en expérience. Ce sont les multiples expériences qui vous conduisent à vivre cette expérience ultime, c’est-à-dire, à accepter que vous n’êtes ni de ce monde, ni d’aucun autre monde, que vous êtes simplement sur ce monde et que vous ne faites que passer, quel que soit le temps qu’il vous a semblé avoir à affronter.

Il ne s’agit pas seulement d’un changement de paradigme, ni même d’une transsubstantiation, ou d’un passage, comme disait le commandeur, de la chenille au papillon, c’est bien plus que cela. C’est de constater que vous n’avez jamais été une chenille, jamais un papillon, et que vous avez toujours été là, au-delà de toute forme, et au-delà de toute individualité, comme de toute dimension. La Joie, c’est cela. Ce n’est pas un concept, ce n’est pas une idée, ce n’est pas une énergie, ce n’est pas une vibration. C’est le moment où vous vivez réellement le sacrifice.

Le sacrifice vous met dans cette Joie nue, indélébile. Vous en avez eu d’innombrables témoignages, en particulier de frères et de sœurs qui n’ont jamais vécu le moindre élément d’énergie, le moindre élément de vibration ou le moindre élément de la conscience, et qui n’étaient porteurs d’aucune interrogation. Ces gens-là étaient libres, pour être la Vérité. Quelles que soient leurs croyances, ils étaient simplement inscrits déjà dans la Vie. Et la Joie maintenant, qui émane, qui est sécrétée, littéralement, implique la compréhension immédiate de cela. Cette compréhension n’est pas intellectuelle, c’est une compréhension, je dirais, de la conscience qui se reconnaît et qui accepte de disparaître en l’Absolu.

Silence

Bien-aimé, poursuivons.

Il n’y a plus de questions écrites. Pour les petits bruits qu’on entend au fond, je précise pour l’enregistrement que c’est juste une sœur qui a un fou rire et qu’il n’y a pas à s’inquiéter. (Rires)

Le fou rire n’est que la preuve du relâchement qui conduit à la Joie. Il y a bien une expression qui dit « être fou en Dieu ». Heureux les simples d’esprit, le royaume des cieux leur appartient. Je ne voudrais pas faire de proxénétisme biblique ou autre, mais néanmoins, il y a certaines phrases qui aujourd’hui sont très simples à comprendre. Vous ne pouvez pas être en Joie et ne pas rire. Vous ne pouvez pas être en Joie et faire la grimace, vous ne pouvez pas être en Joie et exprimer quelque dualité que ce soit. La Joie est donc nue, elle est libre, comme nous l’entendons, elle est maintenant spontanée et indépendante de tout désir ou volonté. Pendant ce temps-là, l’autre tousse. (Grands rires)

J’ai cru remarquer que nous sommes nombreux à trousser.

C’est normal, le passage de la gorge au travers de la toux, ou de la gêne laryngée, est ce qui bloque le rire. C’est aussi simple que cela.

(Rires aux éclats)

Je crois que je n’ai plus besoin de parler.

(Rires aux éclats)

Le rire remplace mes mots, il est d’autant plus contagieux. Il est plus contagieux que ma voix. Quand vous en arriverez à cet éclat de rire, ne dépendant d’aucune cause, vous constaterez par vous-mêmes que tout devient léger dans votre corps et dans votre conscience, que vous ne tenez plus à rien, et que vous êtes disponibles. Quand je dis ne plus rien tenir, n’imaginez pas autre chose que ce qui se passe en Esprit, je ne parle pas du corps, ni des conséquences néfastes pouvant survenir chez certaines femmes au moment du rire.

(Rires aux éclats)

Il y a une expression qui dit « être constipé ».

(Rires aux éclats)

Cette expression traduit la réalité. Le rire dilate tout.

(Rires aux éclats)

Être dilaté mène effectivement à avoir le cœur totalement ouvert. Et quand le cœur est ouvert, cela se voit dans les yeux, et cela sort en fou rire. Quand cela doit sortir, sinon le fou rire est intérieur. Il est aussi efficace, d’ailleurs.

Avons-nous d’autres témoignages que le rire, ou d’autres questionnements ?

Silence

Témoignage : Tout à l’heure quand notre sœur a parlé de son expérience, de sa rencontre avec Ériane hier soir, j’ai senti qu’elle m’absorbait. Et j’en ai profité pour l’absorber aussi, et je l’ai accompagnée pendant toute l’histoire qu’elle a racontée, jusqu’à me retrouver dans ce trou noir, et à absorber tout ce qui était là.

Cela est tout à fait logique, car vous découvrez, réellement et concrètement, que vous êtes les uns dans les autres. Cela a été dit, cela a été énoncé, cela a été vu, et cela est vécu maintenant. Vous avez tous la capacité d’être n’importe quel autre sur cette Terre ou ailleurs, sans aucune exception. Et dès l’instant où votre intention ou votre écoute, comme tu le dis, s’est portée sur le discours de cette sœur, eh ben, bien évidemment, tu as vécu la même chose, car tu es devenu elle, au-delà de l’absorption de l’essence. Elle était réellement en toi, comme tu es réellement en elle, et pas seulement maintenant, depuis toujours. Je l’avais expliqué au moment de la conscience nue, c’était la seule façon de résoudre l’anomalie primaire, c’était la seule façon de résoudre le rêve de la conscience, c’est de maintenir la permanence des uns dans les autres de quelque dimension que ce soit.

C’est-à-dire, pour cela que l’ensemble des intervenants, tout au long de ces années, n’a pas arrêté de vous affirmer que tout était en vous. C’est la stricte Vérité et c’est la seule Vérité. Absolument tout. C’est pour ça qu’il n’y a rien à rejeter, c’est pour ça qu’il n’y a rien à exclure, et c’est aussi pour cela que personne ne peut être laissé. Sans ça vous seriez incomplet. Et je ne parle pas uniquement des humains sur la Terre, mais je parle de l’ensemble de la Création.

Silence

Bien-aimé, poursuivons.

Question : Qu’en est-il des portails organiques ? Car on nous a toujours dit de ne pas nous en occuper, puisqu’ils n’avaient pas d’essence.

Ben il en est toujours la même chose, ce sont des coquilles vides, il n’y a rien dedans, ni âme, ni esprit, ni éternité. Alors que voulez vous qu’il advienne ? Ils passeront, ils seront dissous, comme tout ce qui est illusoire, mais rien n’en sortira, puisqu’il n’y a rien.

Silence

Quel est le sens de cette question ? Les portails organiques, comme leur nom l’indique, n’ont ni âme ni esprit, il n’y a donc rien à révéler. Vous remarquerez d’ailleurs que ce sont, au niveau des frères et sœurs que vous pouvez voir en apparence, c’est-à-dire des formes humaines, ce sont ceux qui continuent aujourd’hui, coûte que coûte, sans rein voir de ce qui se passe à l’extérieur, qui sont le plus, je dirais, inscrits dans la matrice binaire, ne ressentent rien, ne vivent rien, et continuent, je dirais, leur petit bonhomme de chemin habituel. Pour cela, que voulez-vous qu’il arrive ? Rien. Au moment de l’effusion finale de Lumière, leur corps sera brûlé, mais rien n’en sortira.

Alors, vous, frères et sœurs humains-âmes, incarnés, vous vivrez durant la stase, si cela est facile, la totalité de votre corps d’éternité. Votre conscience sera transférée, directement dans le corps d’éternité. Il n’y aura aucune interruption de conscience, même au sein de la stase, la Joie sera permanente. Il y aura parfois des réajustements, en cas de distorsion entre la Joie vécue ou perçue et les comportements de la personne, qui ne dureront pas au-delà de quelques heures. D’autres frères et sœurs, nous l’espérons chaque jour moins nombreux, devront passer par une certaine forme d’épuration au retour de la stase, leur permettant, en quelque sorte, une rédemption beaucoup plus rapide. C’est-à-dire, ne plus croire être soumis à une quelconque limite au sein de ce monde, à un quelconque karma ou une quelconque identité. Mais cela sera beaucoup plus aisé après la stase pour eux.

Vous remarquez d’ailleurs autour de vous, de façon de plus en plus constante, que soit les frères et les sœurs humains-âmes s’ouvrent très vite, pour des raisons parfois futiles, ou de façon tout à fait inopinée, et que dans d’autres cas, comme je l’ai dit, ceux qui ne sont pas humains-âmes, vont continuer, jusqu’à la dernière minute, leur train-train quotidien. Ils ne se doutent de rien, ils ne verront rien, ils ne sentiront rien. Et il ne peut en être, là non plus, autrement.

Silence

Bien-aimé, poursuivons.

Témoignage : Je ne ressens pas forcément le trou noir au mieux de ma poitrine, mais je ressens par contre un tourbillon.

Bien-aimé, le trou noir est un double tourbillon constitué, qu’on appelle le tore. Je t’invite à regarder les représentations de ce tore, qui existent de partout, concernant l’aura, au niveau du cœur. Ce tore est constitué de deux mouvements, ou en tout cas donne la perception de deux mouvements, un tourbillon entrant d’un côté et un tourbillon centrant de l’autre, et c’est entre les deux que ce situe le trou noir. N’imagine pas le voir, n’imagine pas le conscientiser, tu ne peux avoir que la perception, comme tu le décris, d’un tourbillon ou de, d’autres phénomènes énergétique perçus, ça n’a aucune importance. Il n’y a qu’une seule traduction, la Joie. Et aucune autre.

Silence

Ce tourbillon, en fait, je le ressens comme synchrone avec la respiration.

Jusqu’à tant qu’ils deviennent synchrone avec la respiration non pas des poumons, mais du cœur. Qui d’ailleurs est passée d’un rythme à deux temps au rythme à trois temps. Mais cela signe l’installation du processus de la Joie éternelle en toi.

Merci Abba.

Mais rappelez-vous que, aujourd’hui, au-delà de toute perception, de quelque nature qu’elle soit, énergétique ou vibrale, le seul témoin, même sans aucun signe, parce que vous avez des frères et sœurs qui sont dans cette Joie, nue, sans aucun symptôme, ni de couronne ascensionnelle, ni de vibrations, ni de portes, ni d’étoiles. Est-ce qu’ils se posent la question de savoir pourquoi ils sont en Joie ou ce qu’ils ressentent, puisqu’ils ne ressentent rien. Cette Joie est tellement comblante, quelque part, qu’elle n’a besoin de rien d’autre. Ni d’explications, ni d’énergies, ni de perceptions, ni de visions, même si celles-ci sont présentes et peuvent demeurer. Elles ne sont plus sur le devant de la scène, elles accompagnent simplement cette Joie. C’est tout.

Silence

Et vous êtes tous, sans aucune exception, au sein de l’humanité-âme, à être quand même capables de savoir, quel que soit votre âge, si vous êtes en Joie ou pas. Vous pouvez toujours vous poser la question de l’Amour, vous pouvez toujours tricher avec l’Amour, confondre l’amour personnel avec l’Amour de type agapè, c’est-à-dire ne dépendant d’aucun objet ni d’aucun sujet, c’est vous qui voyez. Mais par contre pour la Joie, vous savez très bien, tous, sans aucune exception, que vous ne pouvez tricher. Vous savez très bien ce qu’est la joie conditionnée et quand vous vivez cette Joie sans qu’elle soit conditionnée par quoi que ce soit, c’est effectivement la Joie nue. Il n’y a aucun moyen de se tromper, et aucun moyen de se leurrer soi-même, ni personne d’autre, d’ailleurs.

Et rappelez-vous que vous n’avez pas à culpabiliser, ni à la rechercher. Si elle n’est pas vécue pour l’instant, elle sera vécue demain, ou après-demain. Mais c’est une certitude. Alors conduisez-vous le plus simplement possible, conduisez-vous dans l’innocence et l’enfance la plus simple, allez vers les zones de moindre résistance, vers les zones d’Évidence, de fluidité, et tout se passera bien.

L’intelligence de la Lumière se développe en chacun selon son propre, non pas programme, mais selon son propre tempo. Et vous ne pouvez changer en rien ce tempo. Vous ne pouvez que, accueillir toujours plus, ce qui suffit à déclencher la Joie. Dès l’instant où vous n’accueillez pas, que ce soit au travers de mots, au travers de problèmes, quels qu’ils soient, posez-vous la question, pas pourquoi vous n’accueillez pas, mais posez-vous la question « je dois accueillir, comment accueillir ? », eh ben justement, ne rien faire, et être simplement là.

Et ceci va se généraliser. Et ces éléments que je vous décris depuis tout à l’heure, vont devenir de plus en plus apparents, de plus en plus perceptibles, au travers de toute énergie, de toute vibration, de toute vision ou de tout élément, de quelque nature que ce soit. Vous ne pouvez pas y échapper. Vous ne pouvez pas vous en soustraire, vous ne pouvez pas non plus le devancer. Vous pouvez simplement vous mettre dans la posture d’un accueil inconditionnel, du sacrifice, du don de soi, en quelque circonstance que ce soit.

J’ai dit aussi et je le reconfirme, même en cette période, vous êtes tous l’observateur, vous êtes tous le témoin, de vous-mêmes. Appuyez-vous sur ce témoin pour laisser être ce qui apparaît sur l’écran de votre conscience ou de votre corps, non pas pour l’interpréter, l’analyser ou le résoudre, mais pour le traverser. Adoptez cette posture de votre mental, de vos pensées, de vos intentions, de votre conscience, et tout se passera au mieux. Et de façon de plus en plus joyeuse, légère et je dirais même ludique.

Considérez cela comme un jeu. Vous êtes le témoin qui voit son propre corps, son propre personnage. Vous ne collez plus au personnage. Cela est collectif. Que vous le vouliez ou non. C’est pas pour cela qu’il faut partir de ce personnage, mais c’est pour cela qu’il faut l’observer, dans ses moindres recoins, non pas pour l’analyser, mais pour simplement le voir. Et le simple fait de voir certains comportements, certaines habitudes, par l’emplacement du témoin que vous êtes, laissera, si vous l’acceptez, passer la Joie jusque là, et permettra de le dissoudre.

Et tant que vous mettez l’explication au-devant ou la compréhension au-devant, et j’ai eu l’occasion de le répéter à d’innombrables reprises ces dernières semaines, vous ne pourrez pas être dans la Joie. Quand vous l’aurez compris, quand vous l’aurez vécu, alors vous relâcherez tout désir de compréhension, d’explication, de justification, ou de vous appuyer sur quelque processus vibratoire ou de conscience, qui se déroule, je vous le rappelle, indépendamment de vous dorénavant.

Pour nombre d’entre vous, suivant un chemin dit spirituel depuis fort longtemps, vous savez que l’Esprit Saint descend sur Terre depuis bien plus de trente ans. Certains parmi vous, ont vécu tous ces processus vibratoires, même sans savoir ce que c’était, depuis de nombreuses dizaines d’années. Aujourd’hui, la Joie est bien plus prépondérante que tout cela. Donc ne filtrez pas, par la perception ou le ressenti, la Joie.

La Joie dont je parle n’est pas une perception, ni un ressenti, ni énergétique, ni vibratoire. C’est une humeur, réelle, au sens où vous l’entendez, dans le sens le plus basique. Une humeur de Joie qui ne dépend de rien, et qui est tout le temps là. Quoi que vous fassiez, quoi que vous disiez, et si vous vous en éloignez, vous allez avoir la surprise de vous sentir comme abandonné. Mais cela ne vous abandonne pas, c’est vous qui vous êtes abandonnés, à ce moment-là. Mais vous rectifierez la barque, si je peux dire, instantanément, et de plus en plus aisément.

C’est ainsi que se fait l’apprentissage de la Joie, l’apprentissage de qui vous êtes, au-delà de toute conscience, ici même, sur cette Terre, avant le chaos, et avant le processus collectif qui a, je le rappelle encore aujourd’hui, d’ores et déjà commencé, depuis de nombreuses semaines.

Silence

Bien-aimé, poursuivons.

Précision : Les portails organiques, on sait que ce sont des coquilles vides. Moi, ce que je vis, c’est que j’absorbe l’essence, mais en même temps, j’absorbe tout ce qui a à être absorbé.

Bien-aimée, c’est très simple, si tu tombes sur un portail organique, eh ben y’a rien à absorber, puisqu’il n’y a pas d’essence.

Mais les petits démons.

Quels démons ?

Tous ceux qui se sont amusés.

Ils ont été mangés, pour certains depuis fort longtemps.

Mais il y en a qui viennent à moi. À ce moment-là, je les mange comme l’essence de n’importe quel autre.

Tout à fait, mais un démon n’a rien à voir avec un portail organique.

Non mais, parce que tantôt on a parlé de humains-âmes. Et là, ben, eux ne sont pas des humains-âmes, où je suis dans l’erreur ?

Mais j’ai bien dit précédemment que vous pouviez absorber n’importe quelle essence. D’un minéral, d’un végétal, d’un animal, des peuples de la nature, un vaisseau de Lumière, un vaisseau de ferraille, comme disait le commandeur, ça ne fait pas de différence. Mais je précise que dans les portails organiques, vous n’avez rien à manger. Mais les démons sont très agréables à manger. Les siens ou les autres.

Beaucoup plus maintenant qu’avant.

C’était un peu indigeste au début.

Ha oui. (Rire)

Mais maintenant c’est parfaitement digestible.

Merci.

Et d’ailleurs même celui que vous nommez Yaldabaoth attend d’être mangé avec impatience.

Ah ben je le mange.

Ne soyez pas, encore une fois, heurtés par les mots de « manger ». C’est de l’humour. Seul celui qui n’a pas d’humour, peut imaginer que c’est de la prédation. Il n’a rien compris parce qu’il n’a rien vécu, il est dans les concepts.

Mais comme tu le dis, les petits démons ou les grands démons, aujourd’hui, sont prêts à être réabsorbés, sans aucune difficulté. Et comme tu le dis, c’est beaucoup plus digeste maintenant. Simplement parce que la Joie a progressé, parce que l’éternité est de plus en plus apparente, parce que le non-être aussi, l’absolu, est de plus en plus présent, au sein de ton absence et de ta présence.

Parce que maintenant je les ressens comme des tout petits moutons. À absorber.

Tu parles des petits démons ou des grands démons ?

Les petits. Et les grands.

Tout à fait. Ils sont effectivement, comme tu l’emploies, devenus des moutons, puisqu’ils n’ont plus aucune prise sur celui qui est en Joie. Aucune. Donc ils ne peuvent que se reconnaître à travers la Lumière qui émane de ce que tu es.

Tant qu’il y avait matière à prédation, par la présence de la personne, des souffrances, ils se nourrissaient de cela. Il a toujours été dit que les démons ne pouvaient pas se nourrir de Lumière, que cela les faisait fuir. Plus maintenant. Vous êtes en Joie. Qui peut refuser la Joie, même parmi les démons. Mais les joies ne sont plus mal tournées, ce n’est plus les joies de la prédation, c’est les joies de l’Amour, et c’est autrement plus fort. C’est la liberté, même pour ces démons. Qu’ils aient été des créations humaines, ou des entités se situant sur les plans interdimensionnels, cela ne fait pas de différence.

Et ils se présenter à moi de la même manière que tous les autres, afin d’être absorbés.

Tout à fait. Et vous avez aussi, dans ce cas précis, nombre de frères et de soeurs qui se sont, en quelque sorte, spécialisés dans l’absorption de démons. (Rires) C’est tout à fait réel. Vous aurez dans quelque temps des spécialistes de l’absorption de vaisseaux de ferraille. (Rires) Vous aurez des spécialistes de l’absorption des étoiles, des anciens, et je ne plaisante pas. C’est la stricte vérité.

Et l’acte d’absorber, comme tu le dis, se fait tout seul dorénavant, et avec de moins en moins de problèmes. Ce qui veut dire qu’en gros, sur le plan de l’essence, plus vous mangez, moins vous avez de problèmes. Exactement l’inverse, puisque ce monde est inversé, que quand vous mangez trop. L’absorption d’essences ne peut plus entraîner ni d’indigestion, ni d’inconfort. Cela est impossible. Et vous le constatez tous dès que vous avez commencé à absorber naturellement ce qui s’est présenté à vous.

Mais la différence avec un portail organique est très simple. Un démon, même de création humaine, par les égrégores, par exemple, a une autonomie, parce que chacun y a mis un peu de son âme, ce sont les élémentaires, pas les élémentaux, mais les élémentaires, les démons élémentaires. Et puis vous avez, bien sûr, des démons beaucoup plus structurés, comme les archontes, qui sont sur des plans interdimensionnels, qui, eux aussi, dorénavant, sont tout à fait charmés par cette histoire d’être mangés, non plus par la peur, mais par l’Amour, réellement.

Et je dirais que c’est agréable de les manger.

Bien sûr. Parce que tout ce que tu absorbes, en fait est réintégré en toi. Nous vous avons toujours dit que ce que vous voyez à l’extérieur était déjà en vous. C’est-à-dire que Yaldabaoth est tout autant en chacun de vous que sur son plan interdimensionnel. Que tous les démons, de toute la goétie, sont présents en vous, bien sûr, au même titre que les Sephiroths, au même titre que les chakras, que vous en ayez conscience ou pas. Simplement le fait le conscientiser ce qu’il se déroule, au-delà de toute vision, par le mécanisme d’absorption de l’essence, ben vous rend à votre liberté. Puisque tout ce qui était manifesté, absolument tout, sans aucune exception, est présent au milieu de votre poitrine. Cela est impossible à admettre pour la personne. Et c’est pourtant ce que vous démontrent l’absorption des essences et la Joie.

Et, je l’ai dit et je le répète, aucun démon ne peut résister à la Joie. La Joie, par contre, risque d’énerver les fameux portails organiques. Comme cela a été exprimé par notre soeur en première partie d’intervention, même les elfes eux-mêmes ne viennent pas vous apporter quelque chose, mais se donner à vous. Ils s’abandonnent à votre absorption, en totalité. Ce n’est pas une vue de l’esprit, ce n’est pas un fantasme, c’est la stricte vérité. Nous n’avons pas passé autant de temps, les uns et les autres, comme tous les anciens, toutes les étoiles, tous les archanges et d’autres, à vous parler et à vous assonner que tout était en vous, si ce n’était pas vrai. Ce n’était pas un concept, c’est la stricte vérité que vous vivez maintenant.

L’univers entier, et la création entière, est contenu en chacun de vous, avec la même totalité, la même intégrité, sans aucune différence. Et vivre cela, par l’absorption des essences, et de la création, ne peut que vous satisfaire, et satisfaire ceux qui sont absorbés. De la même façon que vous vous absorbez les uns les autres, puisque vous êtes déjà les uns dans les autres.

C’est ça qui se dévoile. Et ceci est certainement la plus grande des révélations, non pas en tant que texte à lire, mais en vécu. C’est en ce sens qu’il vous a toujours été demandé de ne faire nulle différence, entre l’être aimé et l’être détesté. La Joie aboutit à cela. Que vous le vouliez ou non, vous ne pourrez que le constater. À partir du moment où la Joie sera constante, face à l’être aimé, comme face à l’ennemi, il n’y aura plus pour vous de différence et vous serez, à ce moment-là, totalement libres. Et totalement en Joie. Mais vous êtes tous promis à cela. Non pas en termes d’années ni de vies, mais en termes d’heures, en termes de jours, en termes de semaines.

Il avait été dit, depuis de nombreux mois déjà, que le processus de la révélation, le processus de la libération de la conscience, comme de ce monde, ne pouvait aller que crescendo. Vous le constatez en vous, vous le constatez au travers des éléments, vous le constatez à chaque occasion, quoi que disent certains. Ils sont, bien évidemment, verrouillés sur des dates, ou sur le fait d’être pressés d’en finir. Mais c’est déjà fini. Qu’attendez-vous pour vous finir vous-mêmes ? Vous n’avez pas besoin des autres.

Nous avons besoin du moment collectif, même plus par rapport aux habitants de la Terre, mais par rapport à toutes les créations qui se précipitent vers la Terre. Je l’ai dit, vous avez eu l’occasion de le voir, autour du soleil, vous commencez à les voir, de façon de plus en plus extensible, pas seulement dans les manifestations des éléments, que ce soit l’air, l’eau, le feu, ou les tremblements de terre, ou les volcans, mais vous le voyez à travers la présence des vaisseaux au-dessus des grandes villes de façon de plus en plus constante. Ce n’est pas un spectacle. C’est la résolution. Totale. Du rêve de la conscience.

Et rappelez-vous que c’est quelque chose d’inouï, qui ne pouvait être ni prévu, ni prévisible, ni annonçable. Mais vous avez réussi, au-delà de toute espérance, à réaliser cela. C’est en ce sens que les ultimes clés métatroniques ont été dispensées avant même l’existence ou le rapatriement sur ce qui était nommé les cercles de feu. C’est le jeu de la Vie, au-delà de toutes les prophéties, même qui s’actualisent sous vos yeux, qui permet cela. Et bien évidemment, vivre le temps des prophéties et de l’accomplissement, en Joie, n’a pas, bien évidemment, la même portée que de le vivre dans la peur ou la terreur. La Joie est vraiment la certitude de qui vous êtes au-delà de toute forme, de tout problème, ou de tout monde, comme de toute origine stellaire.

Rappelez-vous que c’est toujours le point de vue de la conscience qui pense se déplacer, qui pense expérimenter les mondes, les dimensions, les différents archétypes, les différentes vibrations, mais que le Je Éternel, lui, a toujours été là. Je ne parle pas ici de reliance à la source, ce qui est le cas dans toutes les dimensions, sauf les dimensions enfermées. Je parle de cette ultime réalité qui ne pouvait être accomplie que sur cette Terre, et nulle part ailleurs.

Silence

Bien-aimé, poursuivons.

On peut dire que la Lumière éclaire l’ombre…

Dans un premier temps, oui.

Et que la Lumière attire donc justement les petits démons ?

Je dirais plus que le terme exact n’est pas les attirer, mais les démasquer, et les faire voir, d’une manière ou d’une autre, je parle pas de vision visuelle. En fait, votre Lumière attire réellement toute la création.

Au début, ça me faisait peur et maintenant que je les absorbe dans le cœur, eh ben je suis dans la Joie.

Tout à fait. N’en venez pas aux mains, de toute façon, pour savoir qui va absorber les démons qui se présentent d’eux-mêmes.

(Rires)

L’Amour est la plus grande force. La Joie, est contagieuse. Même pour l’élément, même pour les dracos, même pour les archontes. Et ce n’est pas pour rien, si seulement aujourd’hui, nous vous parlons de la Joie. Parce qu’il ne servait à rien d’en parler auparavant, tant que vous ne la viviez pas. Regardez même dans les enseignements de Bidi, dans son corps de chair, il a parlé d’Amour, de sagesse, il a parlé de liberté, parabrahman, même si cela se voyait dans ses yeux, dans son sourire, il n’a pas pu conceptualiser ni expliquer ce qu’était la Joie, parce qu’elle n’était pas vivable à l’époque, tout simplement. Cela aussi est inouï.

Silence

Et la Joie vous faisant vous retrouver antérieurement à tout jeu de conscience, ne peut que vous remplir de cette béatitude, éradiquer toutes les peurs, toutes les ombres et toutes les maladies, si toutefois vous en avez le temps. Parce qu’à un moment donné, cette Joie deviendra collective, quelle que soit la terreur de l’événement, vous constaterez aussi, dans l’intervalle entre l’événement et la stase, si elle se produit, qu’il y aura cette Joie, communicative de plus en plus. Bien évidemment, tous ceux qui s’y opposent, pourront traiter l’humanité de fous. Quelle importance ? Celui qui ne la vit pas, ne peut pas le comprendre ni l’expliquer. Mais vous serez suffisamment nombreux pour le vivre, l’expérimenter, pendant ce laps de temps-là, afin que nul ne puisse en douter.

D’ailleurs qui peut encore avoir envie de redouter la Joie, qui peut encore avoir envie de refuser la Joie, au-delà de tout concept, de toute représentation. Vous voyez bien, même les démons se précipitent auprès de certains pour être absorbés. Donc jusqu’à présent, parlez-moi d’une seule religion, d’un seul concept spirituel, qui a développé largement sur la Joie que vous vivez. C’était tout simplement impossible. Parce qu’elle n’existait pas. Bien évidemment certains libérés, à leur temps et en leur temps, si vous prenez par exemple Osho ou Rûmî  et d’autres, plus ou moins, ont été capables de manifester cette Joie. Mais pas avec l’intensité que vous vivez aujourd’hui, pas avec la vérité que vous vivez aujourd’hui.

Bien-aimé, poursuivons.

Question : Est-ce que Abba peut nous dire comment s’articule le principe spirituel précision, en lien avec le vécu de l’indicible, ou de la Joie ?

Comme je l’ai dit et je le répète, pour l’ensemble des fonctions liées aux nouveaux corps, nommées étoiles pour des raisons de commodité et portées par certaines sœurs, ne vous posez plus ce genre de questions, parce que la Joie balaye tout ça. Et tout se fait automatiquement. Tu n’as pas besoin de le conceptualiser ou de le comprendre, la précision ce produit d’elle-même, l’unité aussi, la profondeur, tout ce qui avait été nommé étoiles, dans leur fonctionnement, se réalise automatiquement. Il n’est pas besoin, ni de travailler dessus, comme cela fut le cas pour nombre d’entre nous voilà de nombreuses années, il est simplement question de le vivre et non plus de l’analyser.

C’est le même fonctionnement automatique que pour les fonctions automatiques de ce corps de chair. La Joie n’a que faire de la précision. La Joie, elle est présente dans l’ici et maintenant. La clarté et la précision se font d’elles-mêmes, par l’éclairage de la Joie et de la Lumière. La matrice christique s’est installée, en totalité. Bien évidemment, c’est passé par la porte et l’étoile ki-ris-ti, mais aussi par le point ER du centre de la tête. Mais dorénavant, quelle importance par rapport à la Joie ?

La Joie, prend tout, absolument tout. Tous vos concepts, toutes vos énergies, toutes vos vibrations. Ça ne veut pas dire qu’elles n’existent plus, mais qu’elles sont largement dépassées par l’état de Joie. Qui est bien plus qu’un état de grâce, qui est bien plus qu’une action de grâce. Ceux qui le vivent, ne serait-ce qu’un instant, ne peuvent douter à aucun moment de ce qu’est cette Joie. Ils peuvent douter de leur personnage, ils peuvent douter de certains mots, ils peuvent douter de certaines manifestations de leurs portes, mais personne, je dis bien personne, ne peut douter de la Joie quand il la vit. C’est impossible. Ça ne peut être confondu avec rien d’autre. Elle ne peut être que reconnue. Elle fait partie du serment et de la promesse.

Silence

De la même façon, et je crois que cela a été dit déjà un autre moment, quand vous bougez une main, vous n’avez pas besoin de connaître le nom des muscles, des tendons et des os, et pourtant cela fonctionne. Il en est de même pour la Joie. Il en est de même pour le corps d’éternité. La période d’apprentissage, qui a duré de nombreuses années, a permis, en quelque sorte, d’incarner ces potentiels spirituels, au travers des nouvelles fréquences données et nommées clés métatroniques, les cinq premières depuis le 15 août 2009. À partir de là, et vu l’évolution, l’archange Métatron a libéré les dernières clés le 14 décembre. À partir de là, tout cela se fait, aussi, automatiquement.

C’est comme si tu me demandais comment marcher, alors que tu sais comment marcher. Et que tu m’en demandais le nom de quels muscles se mettaient en action et quelles zones du cerveau se mettaient en action pour te permettre de marcher. Cela n’a d’importance que dans ce qui est pathologique, mais dans ce qui est naturel, ça n’a aucune espèce d’importance. Tu n’as pas besoin de te préoccuper de cela, simplement de le vivre.

Je répète encore que, aujourd’hui, adopter le même comportement qu’il y a quelques années, concernant le ressenti vibratoire des portes ou des étoiles, de comprendre le fonctionnement des étoiles, ne fait que vous retarder dans le processus de la Joie. Ce que vous mettez entre vous et la Joie, que cela soit au niveau intellectuel, au niveau vibratoire, au niveau conscience, ne fait que vous éloigner de la Joie. C’est pour cela qu’il est indispensable, par rapport à la spiritualité, par rapport à la vibration, par rapport à la conscience elle-même, de simplement se mettre en accueil. Tout le reste découle de là, sans aucune exception. Parce que l’accueil laisse apparaître la Joie et l’Amour, parce que ce principe d’accueil correspond au sacrifice et finalise votre résurrection. Et cela n’a pas besoin de vous, en aucune manière.

Bien évidemment, il est agréable de partager, les questionnements, les vécus, les témoignages, les interrogations. L’interrogation concernant comment se déroule la précision, je pourrais te répondre, bien sûr, la fonction de cette étoile précision dans les déplacements multidimensionnels, comme cela a été possible en conscience nue, mais aujourd’hui cela n’est plus d’actualité. Parce que, justement, la Joie est née. Et dès l’instant où l’anomalie primaire a fini sa dissolution, c’est-à-dire à partir de la mi-juin, tout devenait totalement superflu. Sauf, bien évidemment, ce qui pouvait vous donner un éclairage sur le vécu de la Joie, comment s’en approcher au plus près, comment élaguer ce qui gêne la Joie, et de laisser faire ce qui est.

Rappelle-toi que la spontanéité et l’enfance sont aujourd’hui bien plus importantes que la compréhension ou l’explication de quoi que ce soit. Surtout par rapport au corps d’éternité, qui correspond à l’installation de la matrice christique libérée, pas seulement au niveau de ce que vous nommez la région thoracique, mais qui recouvre l’ensemble de votre corps. Il n’existe pas un seul humain-âme qui ne soit pas revêtu de son corps d’éternité, qu’il le perçoive ou pas. Et dès l’instant où cela est installé, le déploiement de la Joie et de la Lumière ne peut se faire que naturellement. Vous ne pouvez qu’être ajustés au plus près ce déploiement naturel, et éventuellement avoir les éléments de compréhension, mais après l’avoir vécu, de ce que vous avez vécu, mais pas avant. Sinon vous mettez de la distance.

Donc vivre l’étoile précision, n’a aucun rapport avec ce monde. Vivre l’étoile précision, c’est la précision des déplacements multidimensionnels. Et c’est tout. C’est un attribut du corps d’éternité. Et n’a aucune fonction au sein de ce monde. La seule fonction au sein de ce monde, c’est même pas l’étoile ki-ris-ti, d’ailleurs nous n’avons jamais dit que l’étoile ki-ris-ti était le Christ, puisqu’elle était portée par une étoile qui se nommait sœur Yvonne-Aimée de Malestroit. À partir de là, et encore une fois, tout est automatique. Et ne mettez rien devant la Joie. Après l’avoir vécue, oui, vous avez besoin de comprendre et c’est logique, tant que ce corps est encore là, mais pas avant.

C’est en ce sens que les témoignages de votre résurrection et, dorénavant, les témoignages de la Joie, prédominent sur tous les concepts, quels qu’ils soient. Vous n’avez plus besoin de connaître les fonctions des chakras, des étoiles, des portes, puisque vous les vivez, même si vous ne savez pas ce que c’est. À partir de là, tout est facilité. Et je ne peux que réitérer que tout est automatique, que tout est naturel, et que ce qui bloque, c’est uniquement la personne qui est devant. Pas par résistance, pas par mémoire, mais simplement par attitude comportementale. Je ne parle même plus d’habitude, j’ai bien dit attitude. Les attitudes que vous prenez par habitude, par réflexe, parce que vous avez oublié que le mode de fonctionnement de la Lumière n’est pas le mode de fonctionnement de la personne. Disons que vous l’aviez oublié. Et en plus, elle était tellement raréfiée, que même si vous ne l’aviez pas oublié, vous ne pourriez qu’en souffrir de façon extrême. Aujourd’hui, c’est plus du tout le cas.

Silence

Cela a été dit, d’ailleurs, le mois précédent, qu’à un moment donné, vous ne pourrez plus tergiverser. Je ne parle même pas d’injonction de la Lumière, je ne parle même pas de choix, ou de choisir quoi que ce soit. Mais à un moment donné, la Joie sera telle que vous ne pourrez rien faire d’autre que de demeurer dans cette Joie, et je dirais même, au mépris de vos obligations de quelque nature que ce soit, parce que vous ne pourrez tout simplement plus résister à la Joie, en aucune manière, quelles que soient les obligations, de quelque sorte qu’il soit. À ce moment-là, vous devinerez que vous êtes extrêmement proches de l’événement collectif et qu’il est déjà là. Je ne peux pas vous dire mieux.

Maintenant, n’oubliez pas aussi que vous avez droit de fluctuer, que ce n’est pas parce que la Joie est permanente, installée, je dirais, sur un long terme, en termes de jours ou de semaines, que vous n’êtes pas à l’abri de fluctuations. Elles sont d’ailleurs fort logiques, et il y avait eu des explications fort logiques concernant cela, déjà voilà quelques semaines, en un autre lieu. Mais il faut le voir, et ne pas y succomber. C’est simplement quelque chose qui s’éclaire et qui traverse, comme je l’ai expliqué.

La Joie ne peut que gagner, parce qu’elle a déjà gagné. La Joie ne peut être que votre lot quotidien, quelles que soient les circonstances de départ, quel que soit votre âge. Le seul obstacle, je vous l’ai dit, c’est uniquement vos attitudes, je ne parle ni de karma, ni d’origines stellaires, dorénavant, ni de lignées, mais vraiment et simplement, que de vos attitudes quotidiennes, qui font parfois écran. C’est tout. Et cela, vous allez le constater et le vivre, de façon chaque jour de plus en plus éclatante, de façon de plus en plus lucide. Et c’est l’expérience de ce vécu qui, justement, vous permet d’accepter le sacrifice. Ce n’est pas un problème de foi, ce n’est pas un problème de croyances, ce n’est pas un problème d’énergies, vécues ou non vécues.

C’est la résultante de l’alchimie finale entre la conscience, la supraconscience et la a-conscience. Un grand éclat de rire.

D’ailleurs, nombre de frères et sœurs qui n’ont pas vécu les étapes préalables liées aux vibrations, ou aux enseignements, aux messages, comme vous dites, vivent spontanément cette Joie, cette grande Joie. Ils ne sont pas capables de l’expliquer, ils ne sont pas capables de la justifier, ils ne vivent aucune énergie, ils ne connaissent rien des religions ni des spiritualités, et pourtant, ils sont dans cette Joie, réellement et concrètement. Et cela est contagieux aussi.

Alors, ne faites pas de ce qui a été des atouts importants jusqu’à ces temps présents, ne faites pas d’eux des obstacles. Acceptez que ces atouts, vous n’en avez plus besoin. Parce que vous les avez intégrés, ils ont été vécus en vous, ils vous ont permis d’arriver au plus proche de cet abandon, qui est vécu maintenant de façon collective, puisque je vous l’ai dit, non seulement la résurrection collective est en cours, depuis de nombreux mois, mais aussi le sacrifice collectif. Sacrifice qui n’en est pas un, qui est un grand éclat de rire, là aussi. Seule la personne y voit quelque chose de néfaste, pas celui qui est libéré, pas celui qui est en Joie, même s’il ne l’a vécue que quelques minutes.

Silence

Bien-aimé, poursuivons.

Question : Donc ce n’est plus la peine de chanter les syllabes sacrées, qui apportaient…

De chanter quoi… ?

Les syllabes sacrées…

Mais vous pouvez chanter ce que vous voulez, vous pouvez pratiquer ce que vous voulez, mais n’en faites pas un but. Continuez à chanter, continuez à créer, continuez à vivre. Personne ne nous a demandé d’arrêter de vivre, mais de remplacer votre vie par la Vie. Au contraire, plus vous êtes vivants, plus vous êtes contagieux. Et la contagion est importante. J’en avais parlé déjà, lors de la conscience nue et de l’Amour nu, mais la contagion de la Joie est, bien évidemment, la plus importante. Alors que vous passiez par le rire, par les chatouilles (Rire), par la création, peu importe. Ne vous privez de rien. Mais allez dans le sens de l’Évidence, non pas selon vos désirs, mais selon, je dirais, une inspiration au sens large.

Ne pas confondre le principe d’interrogation sur une fonction, et le fait de chanter des syllabes sacrées. Vous pouvez réciter tous les mantras que vous voulez, tant que ça vous met dans la Joie. Mais vous allez constater, si par exemple vous pratiquez des mantras, que certains mantras vont vous éloigner de cette Joie. C’est à vous de faire l’expérience.

Mais il n’a jamais été dit par quiconque d’arrêter de vivre, bien au contraire. Car c’est aujourd’hui que vous vivez vraiment. Quelle que soit l’abjection du monde, quel que soit votre âge, parce que la Joie est la vraie Vie. Je ne parle même pas d’une vie multidimensionnelle, je dirais que c’est la Vie antérieure à toute manifestation de la conscience, qui n’a pas besoin de forme, qui n’a pas besoin de manifestation. C’est la Vie Une, en l’éternité, au-delà de tout monde. C’est l’Absolu. Où il n’y a rien, et où pourtant, il y a tout.

Je ne sais pas combien de fois j’ai répété le mot Joie entre hier et aujourd’hui, mais je n’ai pas fini. Il sera répété d’innombrables fois. Parce qu’à partir du moment où vous vivez cette Joie, quelle que soit la façon de le vivre, qu’elle soit exubérante, intériorisée, ou simplement silencieuse, comme je l’ai dit, vous ne pouvez être trompés ni vous tromper sur cette Joie. Parce qu’effectivement, c’est similaire à une grande joie que vous pourriez vivre quand vous rencontrez l’être aimé, ou dans n’importe quelle circonstance agréable, sauf que là, il n’y a aucune circonstance, et que c’est bien plus dense et bien plus installée qu’une joie qui passe. Même si cette Joie-là disparaît par moments, même s’il y a des variations de l’humeur, ou des fluctuations liées à votre vie, qui ne sont que des éclairages.

Silence

Bien-aimé, poursuivons.

Alors, il y a encore une question, ce sera la dernière pour aujourd’hui.

Alors écoutons la dernière question.

C’est plutôt un témoignage.

Ah bon ?

(Rires)

Témoignage : C’est un témoignage par rapport à ce qui a été dit depuis tout à l’heure sur l’absorption des essences, le contexte avec les êtres de la nature, et les êtres d’autres dimensions, et l’absorption dans le trou noir en double tore du cœur du cœur.

En fait, cet été, au mois juillet, on a rencontré une personne qui se présentait comme une médiatrice universelle étant missionnée pour créer un double conseil, en forme de double tore, elle a visualisé un double tore, et donc elle diffuse l’information et essaie de réunir son double conseil. Et donc au départ, ma petite personne s’est demandé « mais qu’est-ce qu’encore que cette rencontre, ça me fatigue », d’autant plus qu’elle voulait me réquisitionner comme cheftaine d’un de ses pôles, dans ces termes. Cheftaine, cheftaine… déjà, j’ai jamais voulu faire partie d’aucun mouvement de scouts, alors.. Et encore moins regardé les épisodes de Star Wars, alors être cheftaine d’un pôle de réjuvénation intergalactique…

(Rires)

Et donc, on a beaucoup échangé à propos de toutes ces différentes espèces, parce qu’elle avait eu des contacts nombreux, et un jour elle m’a parlé des Alpha-draconiens, et donc je lui ai demandé si simplement un gros câlin de cœur à cœur, ça ne suffisait pas quand même à tout ce bazar, quoi.  Là elle m’a regardée d’un air étrange, en disant « quand t’as un être de vingt mètres de haut qui pèse vingt à trente tonnes et qui n’attend que de te manger, je ne te conseille pas de lui faire un gros câlin ». (Rires) Sauf que, même pas peur. (Rires) Même pas peur du tout. Je trouvais ça très rigolo, en fait. Il me mange, je le mange. C’était vraiment ce qui est venu spontanément. Dans le sens, j’absorbe son essence. Et donc toute information qu’elle a pu me donner, j’avalais, j’avalais, j’avalais. Les Andromediens, avalés, les Arcturiens, avalés… (Rires) Et il y en avait, hein… les Siriens… tout avalé…

Si j’ai bien compris, tu as détruit son business. (Grands rires)

C’est venu spontanément, elle était tellement missionnée, tellement… tellement dans sa réunion de conseil, se présentant comme créatrice d’un nouvel univers, même, mais je ne pouvais qu’absorber les essences. J’ai tout bien digéré, d’ailleurs.

(Rires)

Voilà, oui, donc, ça m’interpelait par rapport à ce qui a été dit par rapport au double tore du cœur. Donc c’est pas seulement un témoignage, mais aussi une question, à laquelle il n’est pas forcément nécessaire de répondre.

Ce qui est très intéressant, peux-tu nous dire si cette médiatrice intergalactique était dans la Joie ?

(Grands éclats de rire)

Non, pas du tout.

Vous êtes typiquement devant les processus de projection de conscience que vivent d’innombrables frères et sœurs, qu’il faut excuser, en riant, parce qu’ils se projettent dans un avenir, ou ils se projettent dans une mission. Et vous le constatez, et tu l’as dit toi-même, il y a ceux qui sont dans la Joie et ceux qui sont dans les missions. La Joie ne s’accompagne d’aucune mission, la Joie est une Évidence, et tout est vécu dans la même Joie, quelles que soient les supposées missions.

Mais le problème, et je vous ai cité l’exemple de certains anciens, c’est que quand la supraconscience apparaît, elle ouvre tous les champs du possible. Mais ces champs du possible ne sont pas devant, ils sont derrière eux, ils ont déjà été vécus, ils sont donc dupés eux-mêmes. Peu importe, au-delà du travestissement de se croire, peu importe le nom, nécessairement, cela débouchera sur la Joie. Mais bien évidemment, tu l’as compris, elle ne peut pas être en Joie. Vous ne pouvez pas être en mission et être en Joie.

Il y a beaucoup plus de facilité, aujourd’hui, ce sera mes mots de fin d’aujourd’hui, d’être en Joie en n’étant rien, que d’être en Joie en projetant quoi que de soit. Heureux les simples d’esprit, et heureux les fainéants.

(Rires)

Bien-aimés, je vous dis donc au prochain entretien. Abba dépose en chacun de vous ce qui a toujours été, et je vous dis donc à très vite et au revoir.

Merci

Merci Abba

Source: https://apotheose.live/