La Joie et l’Instant Présent

SourceAyoun Jean-Luc

EXTRAIT  ABBA 8  du 25 septembre 2018

LA JOIE ET L’INSTANT PRÉSENT……

Témoignage : Hier matin, il y a une sœur qui m’a demandé si j’avais des enfants et pendant quelques secondes, la réponse ne venait pas, et j’ai eu l’impression de devoir me déplacer pour trouver une réponse, et dire « Oh ben oui ! j’ai des enfants. » Mais je suis restée quelque temps à ne plus savoir si j’en avais. Désolée, mes filles, je vous aime, mais.. (Rires) Voilà, c’est tout. (Rires)

« Bien-aimée, il ne s’agit pas d’une pathologie de la mémoire (Rires), il s’agit simplement de la stricte vérité. Certains poètes vous ont dit que vos enfants n’étaient pas vos enfants. Il a été dit par nombre d’anciens et d’étoiles, que tant que vous faisiez une différence entre vos enfants et les enfants quels qu’ils soient, vous n’étiez pas dans l’équilibre. Et le fait de répondre à cette question, a ébranlé en toi, non pas la réponse, de savoir si tu avais des enfants ou pas, mais tu as intuitivement compris qu’au-delà de la paternité, effectivement, tes enfants ne sont pas tes enfants, ils sont les enfants de la Vie. Cela ne te prive pas de l’Amour, bien au contraire, cela le magnifie, parce que c’est ainsi que tu ne fais plus de différence selon les liens du sang, et que tu conçois les liens de la liberté, où il ne peut plus y avoir d’appartenance à quiconque, simplement une appartenance à la Vie. Je parle de la Vie, mais non pas de cette vie.

Ainsi donc, même au sein du fonctionnement cérébral, tout simple, nombre de choses se modifient. Elles se modifient là aussi d’elles-mêmes, et la latence par rapport à ta réponse, connaît aussi une forme d’Évidence. Vous verrez que vous aurez de plus en plus de mal avec la notion de mien, de mon, cela est logique. Ce n’est pas une ascèse, non plus. Cela est induit directement par les modifications de la Lumière au sein du fonctionnement de la personne, des habitudes, des coutumes, des usages, bref, de tout ce qui est tellement, apparemment évident, en ce monde, et qui pourtant n’a aucune substance. Car chaque enfant est votre enfant, de même que chaque ennemi est votre frère. Il n’y a pas de différence, si ce n’est dans les circonstances aujourd’hui, qui vous permettent non pas de souffrir plus, mais justement de traverser cela.
Faites-en l’expérience et vous verrez que nul ami ou ennemi ne peut tenir, et que nulle opposition ne peut tenir entre quiconque, car l’opposition ne se situera toujours qu’au niveau du mental. Dès l’instant où la Joie et l’Amour sont là et même si vous ne le percevez pas et ne le vivez pas encore, l’Évidence de la Lumière qui est présente de partout agit d’ores et déjà en vous, dans les cellules, bien sûr, bien au-delà de la structure d’éternité, mais ainsi que tu nous le confirmes, et comme nombre d’entre vous ont évoqué déjà par le passé ces problèmes de mémoire immédiate, c’est exactement le même processus qui est à l’œuvre en chaque cerveau, que celui-ci soit abouti ou pas encore, vous en observez depuis longtemps déjà certains prémices, en particulier tout ce qui est lié aux automatismes, à la mémoire automatique et à la mémoire immédiate.

Cela n’a rien à voir avec une quelconque maladie, mais est simplement le fonctionnement de la conscience et de la a-conscience au sein de l’instant présent, ne dépendant d’aucune circonstance, d’aucun apprentissage, et surtout d’aucune habitude. Il n’y a pas de plus grande liberté que celle-là au sein de ce monde. Puisque cette liberté, comme je l’ai dit, n’est plus seulement intérieure, mais dorénavant aussi extérieure. Et l’ensemble de la vie, quelle que soit votre position au sein de votre vie, de votre société, de votre famille, de votre environnement, tout cela change. Ce n’est pas vous qui changez ou qui décidez de changer, c’est la Lumière qui impulse tous les changements qui se produisant dans vos vies aujourd’hui.

Et moins vous réfléchissez à cela, et plus vous allez dans le sens de l’Évidence, plus les choses deviendront fluides. Dès l’instant où le mental n’intervient plus, dès l’instant où les réticences liées à quelque habitude ou à quelque convention morale ou sociale, ne se manifestent plus, alors vous constatez que la Lumière vous emmène vers toujours plus de Liberté et toujours plus de Joie. Je l’ai dit, en quelque épreuve que ce soit, comme en quelque événement qui survient en votre vie, parce que c’est dorénavant la Vie qui agit, bien plus que votre vie, même si vous ne vous êtes pas encore aperçus de cela, cela ne saurait tarder. C’est la magie de l’instant présent.

J’avais dit que durant cette retraite, je parlerais énormément de cette notion d’instant présent, de spontanéité, d’autonomie. Tous les circuits de l’ancien monde, comme vous pourriez dire, mais de l’ancien monde du cerveau, sont déjà actualisés. Tout ce que vous avez vécu, en le percevant, soit depuis de nombreuses années, soit récemment, soit même pas encore au niveau de votre tête, qui a été nommé l’activation des chakras, l’activation des étoiles, l’activation des couronnes, n’étaient que les préparatifs à cette transsubstantiation même, afin que votre cerveau soit dans les meilleures conditions, de même que chacune de vos cellules, pour vivre l’événement et le grille-planète.

La Lumière est déjà installée, elle ne vous parcourt plus seulement, elle s’effuse maintenant depuis votre cœur, elle ne vient plus de l’extérieur, et elle recouvre donc la totalité de votre corps, et l’intérieur, en totalité, de votre corps. Je vous l’ai dit, le corps d’éternité est là chez chacun, il prend le relais même au niveau de la conscience, conduisant votre supraconscience directement à la a-conscience. Tout cela est totalement automatique pour chacun, même si vous n’en vivez rien, et c’est justement vous, si vous ne le vivez pas pour l’instant, qui manquez de relâchement, quelque part, qui manquez de spontanéité au sein de l’instant présent.

Et si vous êtes attentifs, vous verrez qu’effectivement, votre instant présent est toujours corrélé par une histoire, par un passé, ou par une projection. Le fait d’être observateur, vous le donne à voir et vous le donne à vivre. Alors je ne peux que vous dire à chacun, quel que soit votre emplacement, que vous avez effectivement les mêmes capacités et les mêmes dispositions que chacun. Il n’y a personne de supérieur, il n’y a personne d’inférieur à qui que ce soit ou à quoi que ce soit, au sein de la Vérité, de la Joie et de l’Amour. Cela met fin, effectivement, à toute différence. Que cela soit pour les enfants, que cela soit la façon dont vous vous exprimez, par un art, quel qu’il soit, par votre regard, par votre spontanéité. Parce que l’instant présent implique automatiquement la spontanéité. Tout ce qui réfléchit ne peut être spontané. Tout ce qui est calculé ne peut être spontané. Tout ce qui est anticipé ne peut être spontané. Et tout ce qui est projeté bloque la spontanéité. Cela est évident, et cela n’a pas besoin d’être accepté par une compréhension physiologique ou neurologique, qui existe, mais directement par votre vécu. La magie, elle est là. Elle n’est nulle part ailleurs. Tout le reste, toute la magie qui en découle, de cette Joie, de ce que vous vivez, découle de là. Et pour accueillir effectivement, il faut être dans l’instant présent. Et pour vivre le sacrifice, il ne peut bien évidemment que se passer dans l’instant présent.

Je vous ai donné quelques clés qui sont présentes en chacun de vous. Certains exercices vous ont été communiqués, fort simples, au-delà de tout rituel et de tout dogme, si vous sentez en avoir encore le besoin. Mais plus vous serez spontanés, plus vous serez, je dirais, quelque part, contemplatifs, il n’est pas question de vous exclure du monde, mais quand vous faites quelque chose ou observez quelque chose, faites-le totalement et entièrement, n’ayez pas d’autres pensées, ni de pensées préalables, ni de pensées suivantes, laissez simplement se dérouler ce qui se déroule dans ce que vous vivez en l’instant. Libérez cet instant lui-même, et vous verrez qu’il est libre, ne dépendant d’aucun conditionnement, d’aucune souffrance, d’aucune projection, d’aucune situation, à quelque niveau que ce soit.

Acceptant cela, alors le sourire fleurira sur vos lèvres et dans votre cœur, parce qu’il ne peut en être autrement. Cela ne peut échouer en aucune manière, parce que cela ne dépend plus de vous, cela dépend uniquement de ce qu’il s’est déjà produit au niveau de la résurrection, et qui s’est produit, je dirais, maintenant, pour l’ensemble de l’humanité, que vous en ayez conscience ou pas. Cela se révèle à chacun à son rythme, et parfois de façon très exubérante, ou très silencieuse, mais la Joie ne peut échouer. Puisqu’elle est là.

Alors dès l’instant, au niveau de votre vie, de ce que vous pensez être votre vie, quand il y a un élément qui apparaît, qu’il soit justifié ou injustifié, qu’il soit dans un acte de rétribution ou de restitution, peu importe, si vous êtes vraiment dans l’instant, alors la réaction est reportée, puisque vous vous immergez au sein de l’instant dans la Joie, et que la Joie va littéralement consumer vos propres pensées, je l’ai dit aussi, les situations ou les relations, vous mettant à nu, d’un côté comme de l’autre, et vous permettant de vivre cette Joie. Car il n’y a pas de meilleur emplacement que ce cœur du cœur, afin de voir votre vie se transformer en la Vie, mais aussi pour tout autour de votre environnement, que cela soit pour vos proches, que cela soit sur une rencontre inconnue, je vous l’ai dit, ou dans quelque circonstance que ce soit.

Dès que vous êtes spontanés et vrais, tout se produit. Vrais avec vous-mêmes, transparents avec ce qui est à voir et à vivre, il n’y a pas d’autre effort à fournir. Que vous sentiez quoi que ce soit au niveau vibral, ou que vous ne sentiez rien du tout, ne fait plus aucune différence. Et je dirais même que même si vous vous sentez en opposition, en colère, ou quelque part en contradiction avec ce que j’énonce, vous l’avez entendu, même si vous le rejetez, le travail se fera de lui-même. Parce que ce n’est pas un travail, c’est une révélation. Cette révélation est totale, j’ai même employé le mot d’apothéose, parce que c’est vraiment cela. »