ENTRETIENS D’AVRIL 2018 – B I D I – Partie – 6 + TEXTE

ENTRETIENS AVRIL 2018

B I D I

PARTIE – 6


LECTURE AUDIO (MP3)

TÉLÉCHARGEMENT (DOWNLOAD) DU FICHIER MP3

Téléchargement (Download) : Texte PDF

Eh bien, Bidi est de retour !

Et nous allons tout d’abord poursuivre, s’il y en a, avec vos témoignages, vos questionnements…

Comme vous l’avez peut-être déjà remarqué, que cela soit dans ces entretiens présents, comme ceux d’il y a quelques semaines, il y a une progression.

Je ne parle pas de la progression de la Résurrection, mais de la conscientisation, si je peux dire, des mécanismes de la Conscience dans ses différentes composantes.

L’élucidation des mécanismes de la Conscience et leur vécu, dans le processus actuel, en cours depuis plusieurs mois, est à même de résoudre dorénavant et de façon de plus en plus aidée, toutes les problématiques, quelles qu’elles soient.

Cela correspond, de manière collective, à un nombre plus important non pas de Résurrections mais de finalisations de cette Résurrection, qui fait que l’intelligence de la Lumière, par la présence incarnée d’êtres portant non seulement leur Corps d’Éternité, mais l’ensemble des consciences depuis ce monde jusqu’à l’Absolu, la Conscience Nue, est à même de favoriser la résolution par la Grâce, par la Lumière, par l’Amour et par l’Évidence, de plus en plus de problématiques.

Vous allez d’ailleurs constater, autour de vous, même chez des frères et sœurs qui ne sont pas ouverts, qui ne vivent pas encore la Résurrection, des modifications importantes des états de santé.

S’il y a acceptation sans compréhension de la Lumière, il y aura sédation des troubles.

Par contre, s’il y a non-acceptation malgré la compréhension et surtout non-vécu, il ne se passera rien.

Vous allez constater cela, au fur et à mesure de la progression exponentielle de la Lumière, dorénavant, de la progression de la Vérité et de l’Absolu, de l’Éternité dans son dévoilement complet, ici même, au sein de ce monde.

Nombre de prophètes, de tout temps et de tout lieu, ont évoqué des moments particuliers de l’humanité, que vous vivez actuellement de manière de plus en plus visible, dont les effets vont aller effectivement dans ce que nous vous avions annoncé dès avant la Résurrection, à savoir que plus il y aura un chaos apparent et plus vous serez surpris du nombre de frères et de sœurs qui, même sans vivre leur Résurrection, sont dans l’acceptation parce qu’ils trouvent une légèreté et, simplement, sans vivre la Résurrection, le relâchement des derniers éléments de la matrice sur l’ensemble du collectif humain.

Comme vous le savez, il ne s’agit plus ici simplement des mécanismes d’enfermement au travers des lignes de prédation ou des configurations galactiques  et planétaires et de ce système solaire, mais bien plus de la diffusion, de plus en plus large, faisant que nombre de frères et sœurs qui, je vous le rappelle, sont tous porteurs du Corps d’Éternité (même sans en avoir la conscience), quelque part, dorénavant, vu la mise en œuvre de cette Conscience Nue, il existe pour ces frères et sœurs une capacité nouvelle peut-être pas d’être ressuscités mais, en tout cas, d’éprouver une certaine forme de Paix, ne correspondant pas du tout au mécanisme habituel du fonctionnement de l’humain.

Avez–vous d’autres témoignages ? ou alors, nous passons aux questions.

Alors je t’écoute.

Il y a un témoignage écrit : 

Hier soir, lors de la fusion, je ne ressentais plus mes jambes et je ne les voyais plus. Puis mon thorax s’est mis à tourner doucement sur lui-même et, ce matin, lors de la fusion, j’ai ressenti la vague arriver face à moi et venir dans ma poitrine, puis j’ai eu l’impression, la sensation de m’évaporer.  

BIDI : Je te remercie.

Cela correspond à la réalité. Vous le savez, nous vous l’avions annoncé : L’Éternité et la Lumière vont prendre toute la place, tous les espaces, tous les temps, individuellement et collectivement.

Tant que l’évènement n’a pas eu lieu, la progression continue. Et c’est une Grâce totale, car de plus en plus parmi vous, ressuscités ou pas, vont être capables de maintenir un état de Paix, sans effort, propice, comme vous le savez, à travers le silence et l’immobilité, au vécu de la Résurrection, avant même la stase.

Ce que tu décris dans ton témoignage, l’évaporation, que nous avons nommée la transsubstantiation, est tout à fait réelle. D’ailleurs, certains d’entre vous commençant à vivre la Conscience Nue n’ont plus du tout, dans ces moments de Conscience Nue, de perception de la conscience corporelle. La Conscience est réellement transfusée, déplacée, s’expand vers cette Éternité, même sans vivre à proprement parler la Résurrection.

Cela veut dire que votre rôle en tant que Témoins de Lumière, quoi que vous en disiez, quoi que vous en pensiez, même si vous pensez être inutile, se réalise de partout sur la planète. Vous le constaterez avec de plus en plus d’Évidence, quel que soit votre état d’humeur, quelles que soient les douleurs ou quelle que soit la Joie Ineffable.

Les résultats sont les mêmes !

Alors ce témoignage, comme un autre précédemment, dans la rencontre précédente, évoque, bien évidemment, la disparition de ce corps ou de certains segments du corps, où la perception de ces segments du corps n’existe plus et ils ne sont réellement plus vus, confirmant, par là même, que ce n’est pas la personne qui est libérée, mais que vous êtes libérés réellement et concrètement de la personne.

Dès l’instant où, lors des fusions ou alors spontanément, vous constatez la disparition de perception des parties de votre corps ou la disparition visuelle de parties de votre corps, la Conscience Nue entre en action.

Bien évidemment, je ne peux pas vous dire, pour chacun de vous, si les pleins potentiels de la Conscience Nue vont être présents, mais c’est déjà une première mise en route, qui ne peut, elle aussi, une fois que cela a été vécu ne serait-ce qu’un moment, que se renforcer de jour en jour, en même temps que la Paix, l’Évidence, et le Silence prennent aussi tout l’espace et tout le temps.

Pour l’instant, il s’agit de moments privilégiés, résultant de fusions en l’Éternité que je réalise avec vous mais, dans pas longtemps, vous allez constater que cela se produit même indépendamment des moments de repos et de Silence.

De la même façon qu’entre le 14 décembre et ce que vous appelez la Pâque de cette année 2018, les mécanismes d’injonction et d’appel de la Lumière, qui faisaient que vous étiez en pré-stase, chez ceux qui finalisent leur Résurrection, ils observent une disparition de ces injonctions et, au contraire, une vitalité nouvelle, qui est directement reliée à la conscientisation de cette Conscience Nue et pas seulement au corps d’Éternité, faisant là aussi et entraînant un certain nombre de modifications et de transformations spontanées, que cela soit dans le Cœur, dans le corps, dans les maladies, dans les comportements, dans les habitudes, bref, dans tous les secteurs de la vie.

Cela va devenir de plus en plus apparent, de la même façon que le chaos réactionnel est de plus en plus apparent, que cela soit au niveau de la Terre, des éléments, des humains, des groupes sociaux et des pays. Et c’est justement, là aussi, ce plateau de la balance : quand la Conscience Nue, même à ses débuts, émerge, alors la Paix grandit, quelles que soient les apparences, quel que soit l’état de votre corps.

D’ailleurs, je vous le dis, les manifestations d’aujourd’hui d’ajustement à l’Éternité sont extrêmement rapides d’apparition et de disparition, même s’ils sont violents !

Il en sera de même de votre humeur. Vous allez constater, sans être entraînés puisque maintenant la Conscience Nue le permet, il peut arriver qu’il y ait des réminiscences mémorielles qui passent et qui ne sont ni des rechutes ni des symptômes alarmants, mais bien plus une forme de révision de votre vie, comme lors de la mort où tout le panorama de votre vie repasse, mais sans être affecté émotionnellement ou mentalement.

Mais comme cela se produit aussi du fait de la contagiosité de la Conscience Nue, chez nombre de frères et sœurs qui n’ont pas finalisé leur résurrection et qui pourtant vivent les vibrations et ont entamé le processus de la Résurrection, cela pourra se traduire de la même façon par des remontées de souvenirs, de mémoires, de vécus, qui n’ont rien de blessant, rien de difficile, mais qui sont simplement la façon que la Lumière a d’éclairer et de dissoudre les choses.

Retenez que, là aussi, il ne faut pas vous attarder et croire que vous revivez les mêmes choses ! C’est uniquement une revue finale, panoramique, de tout ce qu’a été vécu, pour certains, seulement dans cette vie et aussi, pour d’autres, si cela vous arrive, vous allez voir apparaître des visages qui ne sont que les visages de vos vies passées, qui ne nécessitent aucune curiosité, aucune explication, mais là aussi, simplement à laissez passer !

C’est comme cela que la Conscience Nue se déploie aussi pour ceux qui n’en ont pas encore une conscience nette, ni un vécu net.

Comme je l’ai dit, ceux d’entre vous qui ont vécu la Conscience Nue et qui la vivent dorénavant ne sont plus affectés, ou de moins en moins, par les Injonctions de la Lumière. Ils n’en ont plus besoin mais, bien au contraire, retrouvent une forme de vitalité nouvelle, une légèreté, une expansion telles, que quel que soit l’état de votre corps, de vos pensées, vous êtes de plus en plus sous l’influence de ce que vous Êtes en vérité et en Éternité.

Ceci est donc une forme de précaution de vous dire que, s’il existe des éléments qui passent (et non pas cristallisés et non pas des habitudes qui s’évacuent mais simplement des souvenirs), ne vous y attardez pas ! Laissez-les simplement passer, observez-les simplement depuis l’emplacement du Témoin magnifié et c’est tout !

Plus vous les laisserez passer, plus vous émergerez au travers dans la Joie ! et dans l’expansion ! et dans la vague de la Conscience Nue !

Je te laisse poursuivre les questions.

Question : Vous parlez parfois d’un passage par un dégoût de la vie pour se détacher de la matière. Ceci me heurte quelque peu.  

BIDI : Je n’ai jamais dit ça ! J’ai bien parlé de cas particuliers où il y avait un passage par la nuit noire de l’âme, qui entraînait, bien évidemment, une répulsion tellement forte de ce monde, jusqu’à ce qu’on comprenne que cela ne sert à rien. Et c’est justement par cette répulsion-là plus intense que la résilience se produit et que l’acceptation se produit, mais cela ne concerne absolument pas tout le monde, ni même obligatoirement ! Rappelez-vous ce qui a été dit : les premiers seront les derniers et les derniers seront les premiers.

Ceux qui s’ouvrent et qui vivent la Résurrection maintenant, même sans l’avoir finalisée, ne vivent pas ces passages; ils vivent les éclairages des mémoires, des habitudes, parfois avec souffrance, mais ce que tu évoques est simplement des réminiscences. Il n’y a pas d’entraînement des émotions.

En général, quand vous avez des souvenirs, il peut y avoir des sens qui y sont associés, une émotion, une odeur, des sens qui peuvent y être associés par la vision, par les bruits, par l‘odorat même, des odeurs de l’enfance… Mais cela n’a pas à être arrêté, cela n’a pas à être quelque chose qui vous gêne.

C’est juste une invitation à laisser passer.

Maintenant dans le cas spécifique où il existe ce dégoût de ce monde, de par son abondance de souffrance et de tristesse chez celui qui est en phase de résurrection, cela va se produire de façon extrêmement brève. Comme je l’ai expliqué, cela ne va durer que deux où trois jours, voire quelques jours. C’est un élément de résilience. Je ne vois pas ce qu’il y a de choquant, car c’est la seule façon, pour certains frères et sœurs d’être vraiment dégoûtés de ce monde et c’est à travers ce dégoût que va se vivre pour eux l’acceptation de ce monde et la compréhension qu’ils sont aussi le monde.

Cela te choque parce que tu n’es pas comme ceux-là !

J’attire surtout votre attention non pas sur le déroulement de ce dégoût, mais sur ce qu’il va se produire ensuite si, là aussi, vous ne vous saisissez pas de cela, pour faire revivre ce que vous avez vécu dans votre vie, mais simplement le dépassez par la Lumière, pas par votre action. Et surtout pas en y adhérant ! C’est comme une pensée qui passe !

Vous pouvez considérer les souvenirs qui arrivent de façon inopinée, même si c’est en vivant une scène d’aujourd’hui qui vous renvoie à l’enfance où autre, vous avez simplement à la laisser passer. Que ce soit une image, que ce soit une humeur, ce n’est pas quelque chose qui s’installe, ce n’est pas quelque chose à régler !

J’ai insisté un nombre important de fois [sur le fait] que, dans le processus de la Résurrection qui se vit depuis le 14 décembre et collectivement dans le face à face et le seul à seul, cela n’avait pas de raison d’être !

Mais cela peut se présenter de revivre l’impression de rechuter, l’impression d’un retour en arrière, l’impression de ne pas avoir résolu, jusqu’au moment où vous avez parfois le sentiment, même en vivant la Résurrection, d’être en colère et de rejeter ces images, et l’impression de recommencer encore. Une fois que c’est vu, la nuit suivante cela disparaît !

Ne prenez pas une habitude ou un réflexe de vous saisir de tout ce qui apparaît sur l’écran de votre conscience !

Puisqu’aujourd’hui, plus que jamais, l’éphémère ne fait que passer !

Et ces souvenirs qui reviennent accompagnés parfois d’émotions ou de modifications des sens ordinaires ne sont rien. De la même façon, comme je l’ai dit, que, dans la mort usuelle, vous avez un défilé panoramique de votre vie, comme lors des expériences de mort imminente, il se passe exactement la même chose au cours de votre Résurrection !

Mais vous voyez bien, quelle que soit l’humeur qui vous gêne, encore plus qu’avant, puisque auparavant, avant de voir les images ou de revivre ces émotions, vous étiez dans la Joie et, étant dans la Joie ou dans la Paix, de revivre une contrariété de cette nature peut vous mettre hors de vous ! Voire vous désespérer !

Mais cela ne dure jamais… Et quand cela se reproduit de façon légère, c’est-à-dire des souvenirs qui remontent et qui s’effacent aussi vite, mais qui remontent souvent mais s’effaçant très vite, cela veut dire que vous avez la vision panoramique de votre vie. Et vous devez là aussi accueillir, pardonner à la vie, à vous même, à tout le monde, afin que la Lumière accompagne votre demande, votre prière de pardon, de remise de Grâce, d’Action de Grâce, d’État de Grâce, puisque la Lumière suit votre pensée !

C’est affreusement simple !

Mais si vous retombez dans le besoin de vous occuper de votre personne, vous retombez dans la dualité !

Et cela vous fait encore plus de mal à la conscience ! Surtout si vous avez vécu la Résurrection, quelle que soit sa strate !

Essaye d’accepter ce principe : ce qui remonte ne fait que passer !

Vous n’êtes plus dans les cristallisations, vous êtes, on vous l’a dit, dans des ajustements extrêmement fins qui peuvent effectivement donner, je l’ai dit, pas tant des visions, mais des mécanismes inflammatoires sur le corps de chair.

Donc ne confondez pas ce qui vous met parfois en colère quand c’est des scènes que vous pensiez avoir résolues qui se manifestent, parce que ce n’est qu’un passage en revue de votre vie, comme au moment de la mort.

Ne nourrissez pas cela ! Vous l’avez vu [ce qui est remonté], même si cela revient, ne cherchez pas à lutter, à vous opposer à des pensées ou à des images de souvenirs… SURTOUT DANS CES MOMENTS-LÀ, METTEZ-VOUS DANS LES CŒUR !

Et d’ailleurs, pour nombre d’entre vous, dans les lectures de conscience et les fusions en Éternité où en Conscience Nue, il m’arrive de vous donner un geste à pratiquer dans la vie active justement pour vous réaligner sur l’Éternité.

C’est affreusement simple ! Mais cela peut aussi se faire sans aucune technique, sans aucun geste, SIMPLEMENT EN PENSANT AU CŒUR DANS CES MOMENTS-LÀ, même si votre mental vous dit : « ça ne va pas » ou « à nouveau, je suis triste » ou « à nouveau, j’ai des problèmes du passé qui reviennent » !

Ne vous laissez pas abuser, je le répète : c’est quelque chose qui passe, ce n’est PAS une blessure ! D’autant plus que vous le constatez le plus souvent, quand cela vous arrive, c’est quelque chose que vous pensiez avoir éliminé et le simple fait de voir les images vous fait croire que c’est revenu. Bien sûr, cela peut être très pesant, je vous l’accorde, d’autant plus si vous viviez la Joie et la Légèreté, mais ne vous attardez pas là-dessus !

Si vous en êtes affectés malgré tout, alors qu’il n’y a pas de blessures mais simplement des émotions qui remontent avec [l’élément déclencheur], avec le dégoût, là aussi, ou avec la colère ou la non-compréhension, sachez qu’il n’y a qu’à accueillir, simplement, à laisser traverser, surtout pour ces souvenirs; ils font partie de la résolution. Ils font partie de la fin de votre histoire et de la fin de tout passé en ce monde !

N’oubliez pas que beaucoup de mécanismes, de perceptions, de ressentis, la vie même dans son sens le plus large en ce monde, est dorénavant colorée en permanence par l’Éternité. C’est pour cela que nous vous avons dit que les habitudes cristallisées, qui ne sont pas pourtant des mémoires, des fautes, des blessures, sont peut-être gênantes au niveau du corps, comme les souvenirs au niveau de ce qui remonte.

Mais si vous êtes réellement, concrètement et effectivement dans l’accueil, cela passera d’autant plus vite.

Mais si cela vous entraîne dans un besoin de compréhension, la colère est moins gênante parce que la colère va venir brûler aussi cela.

Le plus gênant est l’acceptation ou le besoin de comprendre à nouveau ou de retravailler sur cela. Vous n’aurez pas le temps. Cela aura disparu avant que vous vous penchiez dessus.

Autre question ?

Notre sœur avait deux questions à poser :

   1- Ne doit-on pas aimer la vie sur cette terre pour ascensionner ?
   2- Ne doit-on rien rejeter de ce monde qui n’est, au fond, ni bien ni mal ? 

BIDI : Mais quand vous êtes ressuscités, vous ne voyez plus le bien et le mal ! Il n’y a que la personne qui voit le bien et le mal ! Cela fait partie de la dualité. En Conscience Nue, vous ne voyez plus les choses ainsi, concrètement et réellement !

Ce sont des réflexes liés à vos incarnations extensives qui se confrontent à l’Éternité, à la Joie et à la Légèreté qui se retrouvent, c’est tout !

La question précise était … ?

   1- Ne doit-on pas aimer la vie sur cette terre pour ascensionner ?
   2– Ne doit-on rien rejeter de ce monde qui n’est, au fond, ni bien, ni mal ?

Au fond, il n’est ni l’un ni l’autre puisqu’il est une illusion totale !

Cela tu t’en aperçois pas en fuyant le monde, pas en le rejetant, pas en méditant, mais par la Résurrection, parce que tu y vois clair, totalement ! Et tu ne peux plus être abusé par les jeux du bien et du mal qui PARTICIPENT de l’enfermement.

Le bien et le mal, tels que nous le vivons en incarnation ici, n’existent pas ! Il est pourtant bien réel quand on est une personne mais, justement, la Résurrection fait que vous voyez clair même sans la finalisation.

Donc poser la question d’accepter la vie, OUI, totalement, mais cela ne veut pas dire d’accepter le fonctionnement de la vie, ici, sur ce monde, puisque justement on vous a demandé d’aller dans la nature, d’être le moins souvent possible dans les villes et distraits par les plaisirs de ce monde. Cela se fait naturellement. Dès l’instant où vous vous tournez vers l’intérieur et que vous vivez la Résurrection, vous ne pouvez pas vous poser la question ainsi.

Tout accepter de la vie, OUI, mais cela ne veut pas dire accepter les lois de ce monde, ni de s’y soumettre. Cela ne veut pas dire être un révolutionnaire non plus.

Cela veut dire aujourd’hui simplement rentrer suffisamment, aujourd’hui, à l’intérieur de votre Cœur pour vivre l’Essentiel; vous n’avez besoin de rien d’autre !

Donc se positionner par rapport à un concept comme ça « doit-on accepter le monde ou pas » montre simplement que la personne est sur le devant de la scène, même si elle vit les premières strates de la Résurrection… et c’est normal, je dirais.

Il y a tellement de différences entre la conscience de la Résurrection, sans même parler de la Conscience d’Éternité et de la Conscience Nue, que tout ce qui fonctionnait avant, que vous acceptiez forcés et contraints, peut effectivement vous poser problème, mais ça c’est résolutoire. Ce n’est pas un dégoût de la vie ou un refus de la vie.

Vous voyez clair et vous savez clairement pour le vivre dans votre chair que, dans certains cas, tout est paisible et tout est facile, et qu’il y a des environnements propices pour cela, surtout dans cette phase où la Résurrection s’achève seulement chez quelques-uns, qui vont devenir effectivement un nombre plus important chaque jour.

Mais dans le processus de la Résurrection, nous avons insisté, avant même que la Résurrection ne démarre, sur la fainéantise, sur le rire, sur la légèreté de votre personne parce que la posture de votre personne, en devenant plus légère et en acceptant de rire, en étant moins sérieuse, en arrêtant toute quête spirituelle, comme je l’avais expliqué voilà fort longtemps, vous met dans l’Évidence.

Je vous dis : chaque jour, cela devient de plus en plus simple pour la Lumière, mais de plus en plus compliqué pour celui qui persiste à demeurer une personne et SEULEMENT une personne.

J’ai dit simplement que, dans certains cas et en particulier pour les frères et sœurs concernés, de par leur incarnation, par la nuit noire de l’âme, le processus de pré-stase peut durer encore quelques semaines.

Je n’ai pas dit que le monde était sorti de ces injonctions de la Lumière, mais vous commencez à en sortir. Je l’ai expliqué, certains d’entre vous retrouvent une vitalité, une jeunesse nouvelle, un allant nouveau, tout en sachant que c’est dans l’illusion que ça se passe.

De toutes façons, à travers cette question, c’est encore des concepts, c’est encore la tête et pas le Cœur.

On continue.

Question : Je suis toujours aussi sensible à l’humeur des autres, notamment à leur colère, qu’il me semble ressentir parfois à des kilomètres. Pouvez-vous m’éclairer ?

BIDI : Cela signifie simplement que c’est toi qui as un problème avec la colère, pas l’autre !

Retourne les choses : « c’est celui qui dit, qui est ! »

Ta sensibilité à la colère n’est liée qu’à ta propre colère refoulée, bien sûr !

Poser ce genre de question prouve que toute ta vie a été un refoulement de la colère légitime. La non-affirmation non pas de sa personne, mais de sa Présence.

Tout ce qui pose problème et, en particulier, sur ces éléments de nature émotionnelle comme « ressentir à des kilomètres », ne fait que te renvoyer à toi-même. Cela veut dire que tu ne t’es jamais autorisé la colère.

Bien évidemment, tu vas me répondre que la colère te fait du mal et, dans cette période de Résurrection, devenir encore plus sensible à la colère des autres te montre que tu n’as pas encore intégré encore que tout autre, même avec sa colère, est en toi.

Les deux réponses différentes que je viens de te faire sont exactement les mêmes, en fait. Cela ne demande pas une introspection, cela demande un accueil de l’autre et de sa colère, de ne pas l’arrêter, de ne pas la refuser. Là aussi, de la laisser traverser parce qu’elle correspond nécessairement à ce que je nommerais des colères refoulées.

Rappelle-toi que tu ne peux être heurtée, ou en prendre conscience, que par quelque chose qui existe déjà en toi auparavant, sans ça, tu n’as aucun moyen de le reconnaître.

C’est comme cela qu’aujourd’hui, de par votre présence sur terre et de la Résurrection, beaucoup d’êtres, sans les connaître nécessairement, sans être auprès de vous, vivent la Résurrection, ils reconnaissent cela !

Alors là aussi, il n’est pas question d’aller travailler sur ton histoire, mais de regarder simplement le problème par rapport à la colère. Il te renvoie à toi-même.

Le besoin de se protéger de la colère ou de l’autre ne fait que traduire la même problématique à l‘intérieur, mais inversée. Donc la colère, là, c’est la timidité, le refus de conflit, le refus d’asseoir sa position, sans violence, sans conflit et sans réaction.

Mais là aussi, considère que ce que tu vis maintenant par rapport à cet élément de colère est peut-être plus fort qu’auparavant, parce que justement c’est ce qui s’élimine de la personne. Que tu le veuilles ou pas ! Mais ce n’est pas en réfléchissant sur le pourquoi du comment, c’est-à-dire de la compréhension, que cela va passer.

Aucune compréhension ne fera passer cela, au contraire, cela va le renforcer.
Il ne s’agit pas de comprendre mais de TRAVERSER !

Je ne sais pas combien de fois je vous l’ai dit et c’est pourtant la stricte vérité !
Le problème des éléments résiduels, des habitudes, les restes de votre histoire, plus ou moins présents au sein de cette vie, qui émergent et qui s’évacuent, si, toi, tu le nourris en te posant des questions, il ne va pas s’évacuer, tu l’arrêtes.
Là, nous ne sommes pas dans un mécanisme d’ajustement entre l’éphémère et l’Éternel au niveau du corps, mais directement au niveau de la conscience.

Pour le corps, c’est simple, je vous l’ai dit, il suffit parfois de le traiter tout simplement mécaniquement, physiquement, chimiquement mais, pour la conscience et les manifestations de ce genre, c’est à toi qu’il appartient non pas de faire un travail, non pas d’être aidée, mais réellement de rentrer dans le Cœur.

Dans le Cœur, il n’y a pas d’espace pour la sensibilité à la colère, ni pour la sensibilité à quoique ce soit de ton histoire.

Tant que cela demeure, cela est un frein à la finalisation de la Résurrection et,
EN PLUS, un frein sur lequel que tu appuies toi-même !

Il ne faut plus freiner, il faut faire confiance à la vie pour devenir la Vie. Je ne parle pas d’être ta vie mais d’être la Vie, toute cette expression, qu’ont employée certains anciens l’année précédente, en insistant sur la différence entre la Vie et ta vie.

Rappelle-toi que l’ajustement au plus fin chez nombre d’entre vous entre l’éphémère et l’Éternel se termine et, maintenant, c’est en train, comme certains témoignages l’ont dit : on assiste à la disparition en direct du corps de chair, de la conscience éphémère.

Mais comment veux-tu éteindre cette conscience éphémère si tu la nourris par ton attention ?

Le marqueur le plus net, par rapport à la période des quatre mois qui se sont écoulés est différent depuis Pâques, je l’ai dit dans les deux questions précédentes : les épisodes de pré-stase qui étaient parfois extrêmement puissants se transforment en une vitalité nouvelle avec une conscience beaucoup plus élargie qui doit vous permettre effectivement de ne plus être affectés par quelque élément de ce monde, puisque le monde est en vous et que vous l’avez VU !

Alors, continuons !

Question : Bonjour, Bidi. Durant mon enfance, je m’ennuyais énormément, aussi, depuis quelques temps, j’ai des phases d’ennui qui remontent et sont plus ou moins longues, mais qui parfois peuvent être très intenses, au point de me serrer le cœur. 

BIDI : C’est exactement ce que je viens d’expliquer dans la réponse précédente.

Tu crois que tu le revis alors que cela ne fait que te traverser, même si — et surtout si — c’est très intense et, tu le dis toi même, ça te serre le cœur.

Alors ne regarde pas sur le monde, mais regarde ton cœur et cela disparaîtra instantanément.

Je ne comprends pas qu’elle est cette attitude ! Je ne parle même pas de comportement, qu’elle est cette attitude qui consiste, dès qu’un élément du passé traverse, à vous faire croire, même s’il y a des émotions qui traversent et même si c’est très intense, de croire que, systématiquement, c’est parce que vous revivez le passé et que cela vous affecte aujourd’hui !
Ce n’est pas possible, si vous ÊTES DANS LE PRÉSENT ! Quoi qu’il traverse, ça passe. Si cela ne passe pas, c’est que vous ne les laissez pas passer !

C’est comme pour la colère, tout à l‘heure ! Il n’y a pas besoin de compréhension – Il n’y a pas besoin de disséquer cette phrase que je viens de dire.

N’importe qui est capable de la comprendre, quand même !

Vous n’avez pas besoin d’autre compréhension !

Vous avez juste besoin d ‘accueillir ! Vous n’êtes pas votre passé !

Ce n’est pas ce passé qui vous reprend à la gorge !

D’ailleurs, tu le dis, les phases d’ennui et de tristesse de l’enfance, elles ont déclenché quoi ? comme chez tout le monde qui vit ça dans l’enfance : des problèmes sur le chakra de la gorge, les oreilles, la peau. Mais ça, c’est le passé, tu n’es pas aujourd’hui le résultat de ton passé, même si tu le crois ! D’aucun passé !
Donc ne tourne pas ton attention, donc ne nourris pas par la Lumière ce qui émerge !

Comme tu le dis, cela remonte ! Contente-toi de l’éclairer par le Cœur. Ce n’est pas une action, c’est un placement de ta conscience, ICI.

Tu le dis toi-même, dans ces cas-là, le cœur se serre ! Bien sûr qu’il se serre puisqu’à ce moment-là, tu n’es plus dans le Cœur !

Tu as nourri ce qui se présente, par peur, par habitude, par réflexe, peu importe, et tu n’as aucune culpabilité à avoir pour ça ! La seule culpabilité à avoir, c’est peut-être de ne pas voir clairement… Mais ceci participe indéniablement du même processus que je viens de décrire dans les questions précédentes.

C’est exactement la même chose.

D’ailleurs, souvent, vous allez constater la différence fondamentale entre les habitudes cristallisantes, quelles qu’elles soient, qui sont gênantes par des inflammations locales au niveau du corps, mais là, par contre, c’est un processus de la conscience. C’est comme une des premières questions de la session précédente, par rapport à ce vague à l’âme, à ce bleu à l’âme qui aboutit nécessairement à la vague de l’Esprit.

Donc, ne portez pas de jugement sur ce que vous vivez ! Contentez–vous d’être le spectateur, vous n’êtes rien de ce que vous vivez. La seule chose que vous êtes de ce que vous vivez, c’est le Corps d’Éternité, la Conscience d’Éternité, la Conscience Nue. Tout le reste passe.

Et c’est pareil, c’est l’histoire du plateau de la balance.

Comprendre au travers de ta question, je l’ai dit, cela veut dire « se saisir de ».

Or, tout ce que tu comprends ne peut pas être la Vérité, c’est la vérité relative de la personne, qui comprend l’action/réaction, les affects, les problèmes psychologiques, tous les problèmes de ce monde, mais tu ne peux pas comprendre ce que tu Es, tu ne peux pas y arriver en comprenant quoi que ce soit de ce qui remonte ou de ce qui se manifeste dans le corps.

Tout dépend de la proportion d’éphémère et d’Éternel, de rien d’autre et surtout pas de ton explication, de ta compréhension.

Tant que tu ne l’as pas traversé, tu ne peux pas voir ce qu’il y a derrière et tu succombes, mais ce n’est pas une faute, cela arrive à tout le monde, mais c’est très facile de rectifier dès l’instant où vous voyez qu’effectivement que votre Cœur se serre et que la Joie disparaît.

Alors, dans ton cas, c’est la tristesse et l’ennui, et cela va bien évidemment donner encore plus de tristesse (pas parce que c’est l’émotion de l’enfance), je t’ai dit que c’est plus fort, même aujourd’hui, pour une raison très simple : c’est qu’ayant vécu le Feu du Cœur et les Énergies du Cœur, la Résurrection (même de façon partielle), C’EST INTOLÉRABLE et ça participe aussi d’une autre question sur le dégoût du monde. Ce monde peut vous révulser mais pas la Vie, pas l’Amour ! Ça, c’est l’éphémère !

L’hypersensibilité à l’injustice, voir, constater l’horreur de l’illusion de ce monde, c’est une chose, mais la dépasser se fait comment ? Par la Vie, par le Cœur ; Pas par la volonté, pas par un effort !

Tu aimes la Vie, OUI ! Quand tu es en Vie ! Mais tu ne peux pas aimer ce monde, tu l’acceptes en toi, puisque tu es ce monde — ce monde et tous les mondes. Mais ce monde est périmé. Il n’a aucune issue. Il n’a aucune évolution possible, aucune amélioration.

Il le fait comme ça à chaque cycle. À chaque fois, il y a un reset, comme vous dites !

Et il y a destruction et reconstruction à l’identique ! Ça tourne en boucle !

Vous voulez faire encore la même chose encore ou pas ?

(murmures dans la salle : Ah, non ! Bien sûr que non ! Pas du tout !) …

Autre question

Question : Juste notre sœur se demandait si ses remontées d’ennui, c’était un processus d’élimination, mais je crois que vous avez répondu.

BIDI : Oui, mais ce n’est pas une élimination de blessures, c’est le passage en revue de ta vie, comme il se produit chez tout humain quand nous mourrons.

Sauf que là, VOUS NE MOURREZ PAS, VOUS RESSUSCITEZ !

Mais c’est le même type de passage, bien sûr.

Il faut faire le deuil du Cœur, le deuil du corps, le deuil de l’histoire, le deuil des souvenirs, le deuil des plaisirs éphémères, le deuil des attachements, mais cela vous ne pouvez pas le faire par vous-même, il y aurait beaucoup trop de deuils à faire. C’est pour cela que la Lumière doit arriver jusqu’au Cœur, produire la Résurrection afin que la libération soit réelle.

Sinon le cycle se reforme.

Et il a été dit en 2011 que la Terre était libérée et qu’il ne lui restait plus qu’à ascensionner. Pour vous, c’est pareil ! Vous êtes en Résurrection, il ne vous reste plus qu’à ascensionner, mais vous ne pourrez pas ascensionner si vous regardez les lourdeurs de ce monde ou les vôtres ! Elles ne sont rien !

Donc, ce sont effectivement des éliminations. Le problème, et je te le répète, comme c’est des éléments d’ennui et de tristesse, cela touche ce que l’on appelle la zone laryngée, le chakra Vishuda au niveau de la gorge de la personne, mais je te rappelle que juste autour du chakra de la gorge, tu as quoi ?

Tu as d’abord, en dessous du chakra de la gorge, le Corps de Rayonnement du Divin, le neuvième corps, et au-dessus du chakra de la gorge, à l intérieur de celui-ci, tu as le nouveau corps, le dixième corps, qui correspond à la communication avec la Lumière, avec la Source, avec le Divin.

Ce que tu revis est une élimination, qui bien évidemment te serre le Cœur parce que cela te sort de la Joie et cela te met dans l’ennui et, parallèlement à cela, il y a la communication avec le Divin et le rayonnement du Divin qui encadrent le chakra de la gorge.

Place-toi dans l’immobilité et le silence et laisse-toi traverser par ce qui est remonté et qui s’élimine. Je ne dis pas que vous en êtes capables à chaque fois, mais vous devriez en être capables de plus en plus facilement !

Vous ÊTES LA LUMIÈRE !

On peut continuer !

Il n’y a plus de questions écrites et il vous reste une dizaine de minutes.

Alors avez-vous des témoignages ou d’autres questions ?

Si j’ai bien compris, ascensionner, c’est tout simplement prendre l’ascenseur pour la cinquième dimension ou d’autres dimensions plus élevées ? 

BIDI : Oui, mais la différence, c’est que l’ascension devait être synchrone, quelque part, avec l’évènement initial et l’évènement final.

Comme je l’ai expliqué longuement, l’ascension, c’est dorénavant se retrouver ici même avec la totalité de son Éternité, c’est la finalisation de la Résurrection qui donne la Conscience Nue et c’est tout !

Vous êtes ascensionnés déjà avant même l’ascension de la Terre. Vous êtes invités néanmoins, pour ceux qui ont vécu la Conscience Nue, à rester ici. Nous avons besoin de vous.

Et de toute façon, plus vous vivez cette Conscience Nue, plus le sens de la responsabilité et de l’humilité devient important.

Vous ne pouvez pas abandonner « l’autre » ou ce monde. Il est en vous, tant que le monde lui-même n’a pas ascensionné ! Ou tant que l’humanité n’est pas libérée collectivement.

Mais cela n’empêche qu’aujourd’hui, nous observons que nous avons des êtres ascensionnés qui sont encore inscrits dans une personne et donc sur ce monde. Mais ce monde n’a plus aucun impact sur ces frères-là.

Et cela donne un regain de vitalité, de joie, qui n’est comparable à rien concernant la personne; la forme se modifie. Le mécanisme de fonctionnement de la pensée, les rouages des émotions et même la physiologie se modifient profondément au niveau des fonctions centrales, en particulier le sommeil, la régulation thermique, la faim, la soif et c’est ça qui est merveilleux à vivre.

Donc laisse s’éliminer ce qui remonte, ne te pose pas de questions, traverse-le mais ne l’installe pas, ne t’y accroche pas et tout se passera normalement; ton Cœur ne se serrera plus et demeurera ouvert.

En résumé, cela veut dire que, pour toi, dans cette phase, il y a une superposition, mais que ce n’est pas encore décroché, si je peux dire. Quand cela se décrochera, tu remarqueras ce que nous ont signalé plusieurs frères et sœurs, ici présents. Il n’est plus question à ce moment là question de disparaître ou de dormir, mais d’assister à la propre disparition de ton corps et de ton éphémère; C’est ça la Résurrection ! Et c’est ça l’Ascension ! Maintenant !

Elle est individuelle, car il n’y a pas d’ascension collective. Nous vous l’avons toujours dit, il y a une libération collective.

Vous avez énormément de frères et de sœurs présents sur Terre qui sont réellement et concrètement dans le Cœur, dans leur vie, mais qui n’ont pas envie de quitter la matière parce qu’ils ont besoin d’expériences. Ce n’est pas un jugement, ce n’est pas une condamnation, c’est ce qu’ils veulent !
Respectez, comme je l’ai dit, la liberté de chacun.

D’autres questions ?

À partir de maintenant je vais profiter, comme lors des entretiens précédents, des moments de silence pour installer avec vous non pas la fusion mais, au moins, l’Évidence et la Légèreté — par le Cœur, par la tête, par les pieds, par le sacrum et par les mains…

Silence… 

Est-ce que quelqu’un ici voudrait dire ce qu’il vit, pendant ces moments de silence où je me tais, cette fois-ci, où lors de la précédente rencontre… Nous en avions parlé la dernière fois.
Réponses :

  • Oui, ce que je vis, en continu, c’est une grande joie et je vous rends Grâce pour cela. 
  • Un grand sentiment de Paix 
  • La respiration du Cœur 
  • Comme si l’intérieur était vide, comme s’il n’y avait plus rien
  • De la chaleur sur le neuvième corps 
  • J’ai l’impression que mon corps d’Éternité est beaucoup plus grand que mon corps physique 


BIDI : Je remarque, avec vous, que vous appréciez le silence et c’est normal !

Plus personne ne veut s’exprimer ?

  • Un dernier mot qui me vient, c’est : jubilation ! 


BIDI : Alors ! Jubilez ! Riez ! Soyez légers et soyez en Paix !
(Rires dans la salle)

L’Amour est notre Nature ! Tout le reste n’est rien ! Absolument rien !

Eh bien, BIDI est avec vous ! BIDI va partir !

Mais il va revenir pour la deuxième fusion en Éternité ou en Conscience Nue, tout à l’heure ! Amusez-vous bien !

(Rires, gratitudes du groupe et sortie)

Source: http://www.lestransformations.wordpress.com

Partagé par: http://www.etresenevolution.com