ENTRETIENS D’AVRIL 2018 – B I D I – Partie 3 + TEXTE

ENTRETIENS AVRIL 2018

B I D I 

PARTIE – 3

———

LECTURE AUDIO (MP3)

TÉLÉCHARGEMENT (DOWNLOAD) DU FICHIER MP3

Téléchargement (Download) : Texte PDF 


Eh bien Bidi est avec vous et il vous salue. Alors aujourd’hui si vous le voulez bien, nous allons échanger au travers de vos questions quelles qu’elles soient, alors nous allons commencer.
 
Question : Bonjour Bidi, depuis la résurrection j’ai une envie très forte de regarder des films sur ordinateur alors que je n’ai plus de télévision depuis cinq ans, et que je m’en passais très bien, y a-t-il un rapport ? Merci.
 
On voit la résurrection à la télé ? (rires) bon, l’image, un film, alors, au-delà des dangers et de ce que représentent les écrans et les images dont certains anciens vous avaient parlés, il convient de se rappeler que l’œil est l’orifice de l’âme et l’orifice du cœur et vous savez pertinemment que ce que vous regardez s’imprime en vous de différentes façons quoique vous regardiez et si il y a écran et images, alors la programmation inconsciente se fait que vous le vouliez ou non . Toutefois dans la question que tu poses, peut-être que dans ton cas l’idée ou l’envie de regarder des films est un moyen de faire le vide de la tête et le vide de l’éphémère, à condition toutefois de bien choisir ce que tu regardes, car bien évidemment, s’il y a violence, il y aura programmation de cette violence, à un niveau ou à un autre. Donc il n’y a aucune contre indication si ce n’est je dirai, dans le choix de ce qui est regardé, de ce qui est vu, et de ce qui est absorbé quoique tu dises et quoique tu fasses. C’est à toi de te poser la question : est-ce que ce besoin d’images, de films, d’écran, a pour objet de dériver ton personnage afin de ne plus alimenter avec l’histoire, ou alors encore mieux je dirai, pour passer le temps, ou si tu préfères tuer le temps. Absorbé dans le faux sans rien de personnel en regardant l’histoire qui n’est pas la vôtre, vous allez oublier votre histoire ça c’est tout le monde, il y a dans l’écran un mécanisme de captation du regard, de l’âme et de la conscience quelle que soit l’image.
 
Et bien évidemment avec les technologies présentes sur terre, vous vous doutez bien qu’inconsciemment comme consciemment, tout est fait à travers les longueurs d’ondes qui sont émises par l’écran, pour quelque part vous maintenir dans l’attrait et la séduction de la matrice binaire, jouant sur les couleurs, les émotions, des belles histoires, ou d’autre histoire. Mais aujourd’hui, du fait de la présence du corps d’éternité, qu’il soit perçu ou pas, vous êtes, à condition comme je l’ai dit, que l’image soit belle, ne fasse pas appel à des données de violence, est tout à fait capable de dériver votre conscience corporelle et éphémère de vous-mêmes en vous plongeant dans quelque chose qui est encore plus illusoire dans cette période là, et dans certains cas vous allez relâcher spontanément la pression sur votre histoire, vos images à vous, vos visions, et à ce moment là, étant occupé à autre chose qui est encore plus illusoire, mais qui ne tient pas compte de votre personne, même s’il y a émotion et même si vous suivez l’histoire qui est vue, il y a alors plus de possibilités pour l’éternité de mener à bien son action. Donc tout est à pondérer, je dirai, dans la réponse selon ce que tu es. S’il existe une sensibilité forte, cela ne sert à rien de rajouter des images même si tu en ressens la pulsion, parce que dans ce cas là, la pulsion peut venir de tout autre chose que ta résurrection, par contre, s’il n’existe pas de sensibilité exacerbée, à ce moment là, détourner ton attention même éphémère de ce qui se déroule dans ton corps ou dans ta vie, crée un espace où la lumière va s’engouffrer, donc les deux cas sont possibles.
 
C’est à toi de voir, si en regardant des images que je qualifierai de «douces », où n’existe nulle violence et nulle agression, les effets que tu percevras, et vous êtes tous à même de les percevoir dorénavant, parce que très rapidement, dans tous les processus de votre vie éphémère, dans tout ce que vous avez à mener au sein de l’éphémère, vous constatiez déjà auparavant, mais cela va être plus fort maintenant, du fait de la finalisation de la résurrection, alors vous ne pouvez pas choisir ce que vous faites en fonction de votre personne, si vous vous dites « ça me fait plaisir » ou « ça me fait du bien », parce que vous risquez de vous tromper. Par contre quand vous avez regardé un film sur un écran et qu’après vous vous sentez légers avec un écran mental clair, pour vous, c’est bon. Mais si par contre après avoir vu ces images, vous constatez que cette image est imprimée, que l’histoire du film se déroule pendant plusieurs heures dans votre tête, alors là l’image n’est pas faite pour vous. Tout dépend d’où vous partez Pour celui qui est libéré vivant, pour celui qui est libéré de l’histoire, quoiqu’il regarde, cela ne l’impactera pas ou alors un minimum. Pour celui qui n’a pas encore vécu la libération, par l’onde de vie, par le canal Marial, par la couronne du cœur, ou par la résurrection actuelle, il vaut mieux limiter le nombre de choses vues, et surtout de choisir des images de douceur où la violence n’est pas présente.
 
Si vous respectez cela, si vous observez les effets et les conséquences du fait d’avoir regardé un film sur écran, ou au cinéma c’est pareil, sauf que les ondes qui sont transmises ne sont pas les mêmes, mais le résultat est à peu près identique, soit une fois que c’est vu cela s’élimine de votre conscience, et là cela sera efficace pour votre éternité, soit au contraire après la fin du film, vous restez avec des images, le scénario, les histoires dans votre tête, à ce moment là vous êtes piégés, donc vous savez, que pour vous, l’image ne dérive pas la conscience mais la maintient dans l’illusion. Donc comprenez bien que pour chacun de vous, libéré d’ailleurs ou pas libéré, les influences et les actions de l’image vont être profondément différentes selon ce que je viens de dire.
 
Mais ne vous leurrez pas, quand vous regardez à l’extérieur, si vous donnez aujourd’hui trop d’importance aux images quelles qu’elles soient, nécessairement votre conscience est entraînée par le mental, par la vision, par la cogitation, à l’extérieur.
 
Alors si vous considérez cela comme un loisir ou une distraction et qu’il n’y a pas d’effets observables néfastes, regardez, ce n’est pas gênant, mais si vous constatez, même avec des images comme je l’ai dit non-violentes, si vous constatez qu’à la fin de votre regard, à la fin du film, vous vous sentez fatigué ou le cœur éteint, ce n’est pas la peine de recommencer l’expérience. Rappelez-vous que l’image, quelle qu’elle soit, en définitive n’est là que pour séduire. La séduction appartient à ce monde. Encore une fois il n’est pas question de devenir un Hermite ou de demeurer en stase pendant des semaines, mais quand même, d’être à l’écoute de ce que dit votre éternité par rapport en fait à toute activité, parce que tous, quasiment sans exception si vous y prêtez attention, vous allez constater qu’à travers tout regard porté, toute relation menée dans quelque domaine que ce soit, soit vous vous sentez bien soit vous vous sentez moins bien, vous avez donc la possibilité par la conscience pure, que vous ayez vécu la conscience d’éternité ou pas, ou la conscience nue, ou le véhicule d’éternité, vous êtes tout à fait aptes aujourd’hui au-delà de toute réponse énergétique ou vibrale, par exemple la réponse du cœur par la conscience pure, de savoir instantanément sans perception et sans ressenti, il n’y a pas de médium, d’intermédiaire, ni énergie ni vibration, la conscience nue vous informe, dès l’instant où vous l’interrogez, c’est à dire en vous tournant vers le cœur sur les effets directes de ce que vous êtes en train de faire ou de vivre.
 
Auparavant vous constatiez par exemple, quand vous étiez face à une énergie que vous pouviez appeler sombre ou opposée à la lumière, que cette partie opposée à la lumière se nourrissait de vous, mais vous le sentiez le plus souvent pas immédiatemen. Aujourd’hui vous avez tous les capteurs de la conscience nue qui sont actifs qui vous permettent instantanément en vous réalignant, quoi que vous fassiez et qui que vous rencontriez de sentir instantanément l’effet sur cette conscience nue. Ce n’est pas une réponse énergétique comme la réponse du cœur dont je viens de parler, Mais la réponse de la conscience pure, c’est à dire de votre propre éternité, de votre corps d’éternité. Si vous respectez cela, c’est à dire, ce n’est pas une vigilance exercée à travers le ressenti, les énergies ou le bien ou le mal, c’est la vigilance de la conscience nue qui traite l’information, il n’y a plus d’interface, il n’y a plus d’écran lié à l’énergie vitale, ou à autre chose concernant la personne.
Je t’écoute.
 
Question : Bonjour Bidi, les états merveilleux vécus lors de nos rencontres disparaissent au fur et à mesure lors du retour à la maison, comment les revivre, merci.
 
Ça c’était valable il y a encore un an, mais plus maintenant. Tu peux tout à fait, quoique tu en penses et quoique tu en dises, demeurer dans le même état, dans ta vie ordinaire,  à condition de ne pas être emporté par les habitudes, que ta vie se déroule, quelle que soit la dureté de ce qui est à vivre, dans la même légèreté, et ça ça ne peut se vivre, quelle que soit la douleur, quelle que soit la dureté de ce qui est à vivre, que si vous êtes capables de rester en conscience dans votre cœur,  non pas pour ignorer ce qui est dur, mais pour permettre, toujours plus, l’éclairage de votre éternité de la lumière qui dorénavant, dans un nombre toujours plus grand de frères et de sœurs et de cas, viendra éclairer, transmuter et effacer ce qui était dur ou pesant. Mais si tu acceptes d’être prise dans la routine de ton quotidien et tes obligations, bien évidemment, que même quelqu’un qui a vécu la totalité de la résurrection, si il s’adonne à ce monde de façon trop expansive, je l’ai dit hier, problème de balance ; si l’intensité de l’éphémère, pour une raison ou pour une autre, pas uniquement en temps, je parle bien d’intensité, prend le pas sur l’éternité, bien évidemment vous avez l’impression que ça disparaissait. Aujourd’hui depuis la mise en œuvre du cube de Métatron, cette règle là n’est plus valable. Vous n’avez plus besoin de toutes ces précautions…Répète la question précisément.
 
Question : Les états merveilleux vécus lors de nos rencontres disparaissent au fur et à mesure lors du retour à la maison, comment les revivre.
 
Alors aujourd’hui, il vous suffit simplement de regarder le fléau de la balance et de voir combien de temps, et là je parle de temps humain, vous passez au sein de l’éphémère, et combien de temps vous passez au sein de l’éternité. Il n’est pas question ici d’avoir plus de temps dans l’éternité parce que l’intensité n’est pas la même bien sûr , et en règle générale, il vous suffit je dirai dans une journée de douze heures, d’avoir simplement une heure de fainéantise, une heure, sans s’occuper de l’extérieur, de quelle que manière que ce soit, et quelles que soient vos activités, ne me dites pas que vous ne pouvez pas et que vous n’avez pas le temps, sans ça cela signifie simplement que vous préférez l’éphémère à l’éternité, et quand vous avez goûté à l’éternité à travers la résurrection, vous ne pouvez plus hésiter, sauf si votre choix est de poursuivre consciemment le jeu au sein des mondes carbonés.
 
La balance dont je parle n’est pas à poids équivalent, durée équivalente, puisque l’éternité déjà dorénavant et depuis quatre mois prend toute la place. Si vous-mêmes faites de la place à votre éternité, en réduisant l’intensité de l’éphémère et la durée de l’éphémère, alors il n’y aura plus aucun problème, cela ne peut pas disparaître car aujourd’hui vous n’êtes plus dans des expériences, vous êtes dans des états stables ou qui vont se stabiliser. Et vous voyez bien d’ailleurs au travers de mes interventions que je fais auprès de vous, que l’effet se poursuit. Mais effectivement la notion de balance est toujours là. Il y a un seuil qui est propre à chacun de tolérance à l’éphémère et vous étiez prévenus que cette tolérance à l’éphémère va être de plus en plus restreinte, parce que effectivement, concrètement, objectivement, l’éternité prend toute la place et de façon de plus en plus rapide.
 
À vous de savoir ce que vous nourrissez, à vous de savoir où est votre conscience, Et je l’ai déjà dit et je vous le redis encore aujourd’hui avec plus de fermeté qu’il y a un mois, vous ne pouvez plus jouer sur les deux tableaux, de moins en moins, quelles que soient vos activités et vos obligations, car dans cette histoire de balance entre l’éphémère et l’éternel, si vous ne laissez pas l’éternité prendre tout l’espace de votre corps et de votre conscience, soit c’est un choix délibéré et libre, alors là c’est votre liberté, mais vous ne pouvez pas revendiquer la résurrection et l’éternité tout en jouant dorénavant sur les deux tableaux. Et ce que vous constatiez déjà depuis de nombreuses années n’existe plus, déjà depuis le début de cette année, et vous avez dû constater les uns et les autres, que lors des nouveaux entretiens de cette année, et aujourd’hui, beaucoup de choses sont restées et se sont même déployées, parce que la fixité et l’intensité de la lumière, par votre corps d’éternité et sur l’ensemble de la terre et du ciel dorénavant ne peut laisser planer aucun doute. Alors, devant l’urgence, non pas pour vous, mais l’urgence de la terre, l’urgence du collectif, à vous de voir ce que vous nourrissez, à vous de voir de quoi vous vous nourrissez : est-ce que c’est des images, des relations, des expériences dans la nature, ou uniquement votre cœur?
 
De là découle tout le reste, et je répète quoique vous ayez à faire même sur des journées très chargées. Ne me dites pas que vous n’avez pas une demi heure ou une heure pour justement vous recharger par l’éternité et non pas par des comprimés ou des énergies ou autres. C’est ça l’autonomie et la liberté que vous vivez avant même l’événement. Quand nous vous avions dit et que je redis aujourd’hui que tout est en vous, c’est la stricte vérité. Et aujourd’hui je vous engage à le vérifier par vous-mêmes. Ne me croyez pas, vivez-le ! Et je vous mets au défi de ne pas être en paix de plus en plus importante et profonde, si vous respectez ce conseil de simplement demeurer immobile et en silence sans rien demander, dans ce cas là, en laissant traverser aussi bien les perceptions de l’énergie des vibrations même si vous les voulez toutes ne portez plus votre conscience là-dessus. C’est un fait acquis, ça monte chaque jour. A quoi ça vous sert de chaque jour contrôler ou vérifier, il n’y a pas de meilleure vérification que ce qui se passe au milieu de votre poitrine.
 
Quoi que vous viviez, ne venez pas me dire que quand vous prenez votre demi heure, pas pour méditer, qu’il ne se passe rien, même si vous ne sentez rien il se passe quelque chose. Bien sûr vous constaterez les effets après. Il n’est pas question pendant ce repos, pendant cet alignement, appelez ça comme vous voulez sauf méditation, il n’y a pas d’objectif, juste être là présent sans rien chercher à percevoir ou avoir, alors à ce moment là vous êtes réellement tranquille, même si vous ne percevez rien vous en percevrez nécessairement les effets, sur votre vitalité, sur une capacité chaque jour de plus en plus grande à disparaître de la personne sans pour autant vous endormir. Si vous ne respectez pas ça, vous observez ce qui se passe, même quand je viens vous voir, il y en a qui s’endorment, parce que simplement c’est pas eux qui ont sommeil, mais ils n’ont pas pris l’habitude de fonctionner ici-même en ce corps, en éternité, c’est à dire qu’il y a encore des histoires, il y a encore des revendications, il y a encore des habitudes, des prétextes qui empêchent de s’isoler pour trouver le tout c’est à dire devenir rien sur l’écran de ce monde, pour devenir le tout partout.
 
Rappelez-vous, une demi-heure ou une heure quelle que soit votre charge de travail, d’occupation et là j’ai bien parlé, non pas d’aller dans la nature si vous en avez l’opportunité, bien sûr immergez vous dans la nature, mais là je parle simplement d’un moment de lucidité et de préférence si vous pouvez quand le soleil est couché quelle que soit la phase de la lune, donc plutôt le soir, avant de dormir d’avoir une demi-heure simplement immobile et silencieux dans votre lit, sans rien chercher, ne demandez même pas à accueillir l’éternité elle est déjà là, ne mettez pas de distance là non plus. Vous n’avez pas à demander ou adresser à l’extérieur quelque chose qui est déjà là, il vous suffit simplement et je l’ai déjà expliqué, de faire le repos du corps, et le repos des mots et vous constaterez que si votre corps est immobile, même si vous avez encore des images, des énergies qui circulent, des vibrations qui se manifestent, ne vous y intéressez pas, restez votre attention portée sur le cœur pendant trente minutes et c’est tout. Ne demandez rien, n’observez rien dans ce cas là, même si vous ne sentez rien et surtout si vous ne sentez rien, parce que vous constaterez à ce moment là des changements radicaux dans vos mécanismes de fonctionnement, avec effectivement une légèreté nouvelle, si je peux dire, comme quand je viens vous voir dans les soins, parce que l’expansion de l’éternité depuis le cœur du cœur à ce moment là se réalise, et là il ne peut plus y avoir des phénomènes d’amortissement ou de disparition de l’état vécu. Vous êtes tout à fait capables de réaliser ça tout seul. Il n’y a plus nécessairement d’effets de simulation de groupes ou autre, c’est des autres mécanismes qui sont à l’œuvre maintenant, il n’y a pas d’autres choses, et vous n’avez pas d’autres alternatives. Si vous prétextez que vous êtes fatigués ou que vous avez trop de choses à faire, c’est simplement que vous êtes trop immergés dans l’éphémère.
 
Mais rappelez-vous que au-delà d’un certain stade de la résurrection, ou strate comme je l’ai nommé hier, et en particulier dans ce que j’ai appelé à défaut d’autre terme, la finalisation ou l’achèvement, vous n’avez qu’à respecter ce simple conseil et vous verrez par vous mêmes l’autonomie et la liberté de votre pensée, la liberté et l’autonomie de votre énergie, qui devient indépendante de la respiration, des aliments ou des cycles de sommeil, là il y a vraie liberté et là il n’y aura pas de rechute si je peux dire. Mais à vous de voir qu’est-ce que vous mettez en priorité, est-ce que c’est quelque élément de ce monde, même votre mari le plus aimé ou votre enfant le plus adoré, même si vous êtes mère, où est votre éternité ? qu’est-ce que vous mettez en premier ?
 
Alors bien sûr l’ego va vous dire que le plus important c’est l’enfant, mais c’est faux, mettez d’abord l’Amour devant et la vérité de votre résurrection devant et là aussi vous constaterez une légèreté de toute votre vie, je ne peux pas vous dire mieux, vérifiez par vous-mêmes, c’est simple, si vous avez l’impression que c’est compliqué, c’est encore une fois de plus que vous êtes trop accrochés à votre corps, à votre histoire, à votre personne, à vos liens, donc vous n’êtes pas libres. La résurrection c’est la liberté, non plus seulement la liberté intérieure, la liberté de la personne, ou la liberté de quelque niveau que ce soit, c’est la liberté « archétypielle », et là vous le constaterez et vous en serez la preuve vivante, parce que vous pourrez voyager sur ce monde, dans votre corps d’éternité, et pour certains d’entre vous en conscience nue. Et quand vous en aurez la preuve formelle indépendamment de votre personne parce que vous êtes hors de votre corps, et certainement pas en astral, de quoi pouvez-vous douter à ce moment là ? Mais il faut arriver jusqu’à ce point là. Et si vous n’avez pas ces moments d’immobilité et de silence, vous ne pourrez pas achever, vous serez achevés dans tous les sens du terme, par l’événement.
 
Mais ce n’est pas la peine d’avoir des troubles de la conscience, du corps, ou du mental, alors que tout peut se passer de la manière la plus évidente possible. Les uns et les autres nous vous avions expliqué cela. Il n’y aura plus d’amortissement, au contraire, il y aura une progression, mais à condition que vous ayez ce minimum d’espace et de temps pour votre cœur. Il n’y a aucun alibi de ce monde qui tienne, ni enfant, ni travail, ni famille, ni maison, ni argent à gagner ou à perdre, « cherchez le royaume des cieux qui est au-dedans de vous et le reste vous sera donné de surcroît » c’est une phrase du Christ m’a t-on dit, alors qu’est-ce que vous attendez pour le vivre ! Ne cherchez pas de prétexte ou d’alibi, ou de justification, elles ne tiennent plus devant la lumière quoique vous en pensiez pour l’instant, quoique vous en disiez, mais encore une fois je vous rappelle, vous avez la totale liberté, la totale latitude de ne vous intéresser qu’à l’éphémère. C’est votre liberté, mais ne venez pas après vous plaindre que ça s’éloigne, que vous n’avez aucun des signes de la résurrection, parce que vous avez choisi. La lumière est là en totalité, sur chaque humain-âme, le corps d’Éternité est en train de s’emboîter autour de l’éthérique en totalité, et vous voyez bien, pour ceux qui s’intéressent aux écrans, les signes dans le ciel, les signes sur la terre, les signes dans la société, que tous les prophètes vous ont  donnés, d’où qu’ils viennent. Mais si vous êtes dans l’Éternité de plus en plus souvent, comme nous l’avons dit vous serez de plus en plus en joie, quelle que soit la nature des événements humains, géologiques ou cosmiques.
 
Mais vous ne pouvez plus dorénavant et déjà depuis quelques jours ou semaines revendiquer comme auparavant l’éphémère et l’Éternité, ils se sont superposés, ils s’ajustent et ils vont se séparer, et vous serez là où vous serez, c’est à dire soit dans l’Éternité, qui est là, soit dans votre corps physique qui est encore là, et cela créera une forme de distance entre la vérité et vous, et vous constaterez d’ailleurs pour ceux qui vivent la vérité absolue du corps d’éternité de la conscience nue, il suffit que cela se produise une fois pour que ça soit reproductible à volonté, mais surtout, vous constaterez après cet événement initial final, s’il vous arrive, que si vous replongez dans l’éphémère cela vous semblera insupportable. Il vous suffit simplement de répondre à vos obligations, mais avant tout d’être dans le cœur.
 
Mais si vous laissez la personne prendre les devant en totalité dans les occupations même les plus ordinaires, effectivement la résurrection aura du mal à s’achever, à se finaliser, et je pense que même dans les questions, nous en aurons là-dessus, vous allez voir les frères et les sœurs qui ont vécu ici ou ailleurs ou tout seuls spontanément cette résurrection, et qui ne comprennent pas pourquoi encore ils pleurent ou pourquoi ils ont des refus d’aller travailler, mais c’est pas votre  personne, c’est l’éternité qui vous appelle afin que vous ne soyez pas identifié à ce qui ne fait que passer et qui doit être traversé. Donc la lucidité, l’éclairage, la précision, la clarté de tous ces mondes qui étaient invisibles vous apparaît de plus en plus clairement, mais pas à travers vos yeux de chair, au travers de la personne il y a juste cette joie, cette évidence, cette paix de cette résurrection, mais ne demandez pas en vivant cette résurrection et son intensité à avoir des images, des histoires qui se racontent parce que ça c’est pas l’éternité qui vous raconte ça, l’éternité elle est…silence et béatitude de plus en plus.
 
Donc vous devez accepter que toutes les visions dorénavant que vous avez dans votre corps, par exemple des visions de scènes, de visages qui passent, concernent votre personne mais pas la lumière, laissez-les passer. Que ce soit des vies passées, des monuments, des pans de vie entier, des couleurs même, voir ces couleurs depuis le point de vue de celui qui est dans la personne au moment où il les voit n’a strictement rien à voir que de voir les couleurs au sein du corps d’Éternité, et cela vous vaccinera, si je peux dire, contre les illusions de ce monde, il n’y aura plus alors de retour en arrière possible, il y aura une stabilité, et ne vous plaignez pas de ne plus vivre des contacts extérieurs, au contraire, dès l’instant où il y a l’immuabilité, le silence, qu’il n’y a plus d’énergie, qu’il n’y a plus de vibrations, qu’il n’y a plus de visions, alors vous achevez votre résurrection, alors que si vous portez votre conscience sur l’énergie, sur les vibrations, alors c’est normal de le faire au début, parce que c’est nouveau, parce que c’est vaste, parce que c’est vrai, et parce que c’est beau, mais après, laissez tomber tout cela, contentez-vous de cette béatitude, totale, sans endormissement où il n’y a ni formes, ni visages, ni images, ni énergies, ni vibrations, c’est la vérité, il n’y a que ça, et à ce moment là vous achevez de façon instantanée votre résurrection.
 
Et d’ailleurs vous allez constater en ayant vécu cette finalisation de la résurrection quelle qu’en soit la raison, si vous sortez de la conscience de l’éternité, la conscience nue pour refonctionner en conscience éphémère, ça va être un déchirement de quitter le cœur quoiqu’il y ait à faire à l’extérieur, et au travers de ce déchirement, c’est là que vous affirmez vos choix que vous voulez démontrer, c’est plutôt la matière , c’est plutôt les liens quels qu’ils soient ou alors c’est l’éternité, vous le voyez de plus en plus clairement.
 
Alors continue.
 
Question : J’ai de temps en temps des disparitions d’objets dont je me sers régulièrement, cela m’agace prodigieusement, donc, je les cherche. Qu’il s’agisse de quelques jours de recherche ou que l’objet réapparaisse dans la minute qui suit, je le trouve de façon très évidente à l’endroit où précisément je l’ai cherché, qui est derrière ce phénomène ?
 
Mais pourquoi veux-tu qu’il y ait quelqu’un ? Pourquoi vouloir chercher, surtout là où nous sommes dans un niveau subtil, occulte, les objets disparaissent et réapparaissent, mais qui, mais c’est toi, il n’y a pas un lutin farceur qui vient les enlever et les remettre, tout ça te distrait, et ce genre de question est une satisfaction, si je donnais la réponse, pour l’ego, ça n’a rien à voir avec l’éternité là. Et peu importe que ça vienne de toi d’une entité ou autre, quelle est l’importance pour ton éternité, aucune. Donc je n’y réponds pas.
Continue.
 
Question : Pendant une période je me mordais l’intérieur de la bouche de façon incontrôlable, cela pouvait être aussi la fourchette avec laquelle je mangeais, à quoi cela est-ce dû ?
 
C’est la même personne ?
 
C’est possible.
 
Bien là je vais répondre. La bouche vous renvoie au stade oral, au stade anal, c’est le premier orifice important chez le nouveau né, parce que c’est là que rentre la nourriture, en l’occurrence ici se mordre l’intérieur de la bouche ou les lèvres est un signe adressé par ta personne montrant qu’il y a eu ou qu’il y a au niveau de l’alimentation et de ce qui rentre en toi, pas uniquement l’alimentation, à tous les niveaux, un mécanisme de peur, c’est à dire tu mords les lèvres ou la bouche, pour accentuer la présence de ta conscience dans la bouche. Il n’y a personne d’autre, parce que je suis sûr que c’est la même personne. C’est des questions un peu farfelues qui n’ont rien à voir avec l’éternité et qui traduisent le besoin de quelqu’un de satisfaire et d’avoir des réponses depuis la personne, depuis ce monde, ce qui ne sert strictement à rien, si ce n’est traduire, dans la deuxième question, la persistance d’une peur ou d’une crainte de ce qui peut entrer à l’intérieur de toi, et souvent cela est lié à ce que j’appellerai, au pire un conflit de souillures, et dans d’autres cas un conflit de dévalorisation de soi, peu importe la cause ou la raison, peu importe de vouloir faire disparaître ça, parce que tu le feras disparaître beaucoup plus facilement en t’intéressant à ce qui se passe en ton cœur et pas dans ta bouche.
 
Rappelez-vous que la résurrection éclaire tout, et donc il est évident qu’au travers des questions que vous posez en ce moment, je sais instantanément les mots qui sont prononcés vous placent d’emblée dans l’Éternité ou l’éphémère. Vous ne pouvez plus me mentir ni vous mentir, même à travers des mots, je ne parle même pas d’énergie ou perceptions. D’ailleurs pour nombre d’entre vous, quand il existe des phrases habituelles, stéréotypées, que vous dites et vous dites souvent et que vous les voyez surgir de vous et que vous êtes en conscience d’éternité vous ne pouvez que rire de vous-mêmes. Si vous ne riez pas de vous-mêmes, c’est que vous êtes trop sérieux et que vous êtes dans l’éphémère.
 
Toutes les circonstances de vos vies sur l’écran éphémère comme sur l’écran intérieur, vont vous renvoyer de plus en plus, à cette notion de choix et d’affirmation de choix. Je suis éternité, je m’exprime depuis mon corps d’éternité ou la conscience nue ou je m’exprime depuis la personne. Les mots qui sortent, les tournures de phrases qui sont employées, vous trahissent encore plus facilement que l’énergie ou les visions, soyez lucides de ça, surtout si celui à qui vous adressez, cette réflexion, cette question, entre vous, je ne parle pas d’ici avec moi, est peut-être lui ressuscité. Alors tout ce qui est verbiage, conventions, discussions stériles et inutiles, qui occupent et passent le temps, si cela est présent cela vous montre que vous n’y êtes pas encore. Si vous passez des journées à déambuler, à chercher des vêtements, à parler pour ne rien dire, c’est que vous n’êtes pas dans l’éternité. Et aujourd’hui c’est l’un ou l’autre, de plus en plus. Ça a été l’un et l’autre pendant longtemps, et pour ceux dont la trame temporelle est la plus, non pas avancée, mais la plus claire, c’est évident. Quoique vous revendiquiez à travers vos expériences, vos vécus ou autres.
 
En ce temps là, en ce moment là, le plus important c’est simplement de voir, de saisir les moments où vous êtes en l’éternité et les moments où vous êtes dans la personne. Ça se voit de plus en plus clairement. Si vous ne voyez pas la différence c’est que vous ne le vivez pas encore tout simplement, ça ne peut laisser là aussi aucun doute, c’est non seulement évident mais en plus c’est naturel, vous retrouvez ce que vous êtes. Vous ne pouvez plus maintenir ce que vous êtes en vérité et ce que vous croyez être. Nous avons passé des années à vous dire que vous n’étiez pas ce corps, cette personne, ce sac de viande, cette histoire, ça ne sert à rien de me croire, mais aujourd’hui plus que jamais, vous avez la totale possibilité de le vérifier par vous-mêmes. Et si vous répondez que vous ne savez pas, c’est tout simplement là aussi que vous n’y êtes pas encore, c’est à dire que c’est pas évident pour vous. La question d’ailleurs signe le manque d’évidence, je ne parle pas des questions personnelles comme les objets, mais des questions liées à la conscience. Et rappelez-vous que vous ne pouvez plus vous mentir.
 
Même si vous croyez que vous pouvez camoufler, vous tomberez un jour ou l’autre sur quelqu’un qui a la conscience nue. Vous ne pourrez rien cacher, quoique que vous croyez cacher. La transparence maintenant doit être totale et complète. Cette transparence ne peut s’accommoder d’aucune séduction, ne peut s’accorder avec aucun mensonge, aucun travestissement, parce que même vous, si vous n’êtes pas encore à nu, l’autre il voit votre nudité. Alors ne croyez plus pouvoir jouer et là je m’adresse au plus profond de l’âme de tout le monde, de l’esprit, jouez encore des jeux au sein de ce monde, si vous avez encore un métier faites le, mais ce n’est pas un jeu, mais si vous jouez avec la spiritualité, à sortir des phrases farfelues, à raconter des choses qui ne correspondent qu’à l’astral, dorénavant vous allez le voir, et vous allez surtout le payer, tout de suite, et ce n’est pas une punition, contrairement aux réajustement des années précédentes, c’est justement au travers de cela que vous vous réveillez enfin. Et le réveil dont je parle maintenant ce n’est pas simplement sentir les énergies, avoir parlé avec les peuples de la nature, c’est vivre en totalité ce qu’il se passe au milieu de la poitrine. C’est percevoir le corps d’éternité, vous l’aviez déjà perçu pour certains, mais aussi vivre en conscience dedans et ne plus être lié à la personne, au corps de chair et à ce monde. Il n’y a pas d’état plus magnifique que de redécouvrir réellement et concrètement ce que vous êtes au-delà de toute interface, énergies vibrations ou autres, au-delà de toute histoire et de tout personnage.
 
Alors continue.
 
Question : Alors Il y a une suite à la question : suite à vos conseils j’ai porté mon attention sur les centres de la tête, maintenant j’ai moins de morsures mais j’ai des aphtes 
 
Et là ça descend…
 
Question : Est-ce que je dois agir sur les centres de la tête et se situer au-dessus de la tête ?
 
 
Eh bien je te répondrai aujourd’hui : tourne ta conscience vers le cœur, ne cherche rien à faire, ni à guérir et observe quelques jours après ce qu’il se passe. Que tu sois passé des morsures aux aphtes confirme amplement ce que j’ai donné comme explication, mais ne t’empare pas de cette explication pour aller fouiller et chercher, des images, de quoi nourrir ton mental, même si ça marche, ça sera remplacé par autre chose tant que tu ne seras pas tourné totalement vers l’évidence de la grâce et de la résurrection. Alors quand même, ne me faites pas dire que tout trouble, toute maladie, tout symptôme est lié à la résurrection, parfois oui, dans les mécanismes dits brutaux, violents, inflammatoires, et résolutoires, oui, mais dans les autres cas, non. Ce sont vos habitudes comportementales, ça a été répété d’innombrables fois. N’allez pas chercher comme auparavant, la résolution de mémoires, une compréhension, des visions, des énergies, parce que là vous nourrissez l’éphémère, totalement, aux dépens de l’éternité, et vous en observerez les conséquences. Vous ne pouvez plus tricher.
 
Dès l’instant où vous avez senti l’une des couronnes, je ne parle même pas de la résurrection en cours, du fait que le corps d’Éternité est là, si vous jouez encore à ça, ça va mal se passer pour votre éphémère. Mais c’est en se passant mal pour cet éphémère, parfois de façon dramatique même dans l’instant, que vous vivez la liberté. Alors ne venez pas regimber, ne venez pas chercher dans votre tête ou dans votre mémoire quelque chose, puisque tout, sans aucune exception qui se produit aujourd’hui pour chaque conscience, pour les groupes sociaux, pour les nations, pour le monde entier n’est que la résurrection.
 
A vous de voir et je redis la même phrase, où vous portez votre conscience, où est-ce que vous vous nourrissez : de la pure lumière, ou des images astrales, des énergies des vibrations, qui vous ont aidés bien sûr jusque là, qui vous ont soutenus, qui vous ont permis d’avoir des repères, mais vous n’avez plus besoin de cela aujourd’hui.
 
Continue.
 
Question : Pourquoi les jours autour de Pâques m’amènent souvent en dépression ?
 
Qu’est-ce que c’est que Pâques, sur le plan de l’histoire, c’est bien évidemment la crucifixion, et la résurrection. C’est le moment où le sang du Christ a ré-fécondé la terre et a préparé ce que vous vivez depuis trente ans maintenant sur terre. S’il n’y avait pas eu de matrice christique, vous seriez bien embêtés, parce que la matrice Christique, je ne parle pas de l’histoire, mais de cette conscience qui a été incarnée, est toujours présente bien sûr. Si elle n’avait pas été présente, il y aurait eu beaucoup de difficultés à libérer ce monde. Donc, la période de Pâques c’est aussi la période où le Christ a endossé, je prends volontairement ce terme, les péchés du monde, même si cette expression n’est pas juste, elle correspond à ce qui se vit maintenant, aujourd’hui dans ce monde. Alors ne voyez pas les aspects historiques, mais l’aspect essentiel, fondamental qui est la voie, la vérité et la vie qui vous rend à la vie éternelle. La période de Pâques c’est donc cette période où le Christ a endossé le péché du monde, et comme la matrice Christique, pour tous ceux qui ont vécu et qui ont suivi le processus étalé durant de nombreuses années, vous avez la matrice Christique en vous. Et si celle-ci est active en même temps que l’impulsion Métatronique, et l’impulsion Métatronique postérieure, non pas seulement dans la tête mais au niveau de la porte KI-RI-STI, alors vous allez vivre comme l’ont fait certains saints, vous endossez le malheur du monde, comme les saints l’ont vécu, vous partagez le pardon du Christ, vous devenez l’imitateur du Christ. La problématique est de ne pas être emporté par cette tristesse, par cette dépression en croyant qu’elle ne dépend que de vous, et d’ailleurs tu le dis très bien c’est quasi chez toi systématique dans cette période là.
 
Alors au-delà de la souffrance, de l’humeur dépressive, et de ce qui est à traverser, en général du fait de la résurrection actuelle, dès l’instant où tu sors de cette dépression, tu constateras que tu as fait un bond énorme dans ton éternité, c’est la seule explication, mais bien évidemment, si cela se produit, c’est soit parce que le Christ l’a décidé, soit parce que tu veux épouser le Christ, soit parce qu’il y a eu dans ta vie des failles qui résonnent, mais qui au lieu de t’apporter la souffrance qui se reproduit, t’apporte cette dépression, afin que tu partages le fardeau du Christ réellement et concrètement , il n’y a pas que les saints qui ont accepté ce fardeau, aujourd’hui, tous vous pouvez le prendre avec vous, et d’ailleurs vous accélérerez à ce moment là grandement, la parution de l’événement, mais attention de ne pas vous charger, même par Amour, de ceux qui sont trop lourds pour vous. Mais comme l’éternité est là, c’est très facile de ne pas se tromper sur la charge qui est acceptée ou accueillie.
 
Donc vois cela au-delà de la souffrance, comme un privilège qu’ont vécu énormément d’épouses et d’époux du Christ et de Marie, car ces individus qui ont été des saints ou pas, ont revécu la passion du Christ, la crucifixion, ont revécu la douleur de Pâques, et en général après le lundi de Pâques, pour ceux qui vivent dans des pays on va dire encore d’essence catholique, christique, de participer à la rédemption. Vous endossez, par la présence de l’Éternité, le poids du monde, et d’ailleurs le monde est en vous, même celui-ci, ne serait-ce que parce que votre corps a été forgé par les matériaux de cette terre, et les matériaux de cette terre que vous nommez aliments, portent l’empreinte du Christ, de toutes les souffrances qui ont été vécues sur cette terre dans l’enfermement. Le principe de la rédemption, pas pour toi, puisque la résurrection n’a pas besoin de rédemption puisque tu es rédempté, mais par contre, beaucoup de frères et de sœurs ont besoin d’être soutenus, pas par un acte volontaire de dire je vais prendre en charge telle âme, mais d’accepter sans aucune condition le fardeau du Christ. D’ailleurs quand le Christ se présente à vous dans les temps avant la résurrection pour ceux qui vivaient réellement cette rencontre avec le Christ, la première chose que vous dit le Christ c’est :  veux-tu être mon Ami ou veux-tu être mon épouse, il n’impose rien.
 
Regardez la vie des saints en occident, vous verrez le nombre de sœurs étoiles qui ont eu même sans le voir cette information. Alors oui, c’est un sacrifice total puisqu’à ce moment là la vie n’est pas vécue à titre personnel mais elle est vécue à titre du Christ réellement et concrètement. Tu participes ainsi, allez, à la rédemption globale, tu apportes ta pierre au Christ et tu verses à ses pieds ses souffrances elles ne t’appartiennent pas surtout la façon dont tu les décris, même si, comme je l’ai dit, il peut exister un préalable en toi.
 
Tu peux poursuivre.
 
Question : Par moments, je perds l’équilibre, j’entends très mal, mon champ visuel se rétrécit et il y a comme un brouillard. Que faire ?
 
D’abord te renseigner si ce n’est pas médical, tout dépend de l’âge bien sûr, mais avant toute chose s’assurer, dans ce cas là, de l’intégrité physique, pour ne pas passer à côté d’un problème médical. Et maintenant vous savez pertinemment que les appels et les injonctions de la lumière peuvent aussi déclencher ces symptômes, c’est les moments que nous avions nommés de pré-stase, mais il vaut mieux quand même dans ce cas précis vérifier, sauf si tu es sûr de ton cœur, sauf si tu es sûr de ta résurrection où tu t’es reconnu, auquel cas ça n’a aucune importance. Que ce soit un accident vasculaire en cours, ou que ce soit la résurrection, la finalité est la même, à quelques semaines près. Donc ne t’inquiète pas de ça mais à condition que tu vives la résurrection, si tu ne la vis pas, regarde quand même s’il n’y a pas d’anomalie au sens énergétique ou médical, mais il peut y avoir aussi les deux, et s’il y a les deux, alors c’est l’action de la lumière, quoique tu en dises, quoique tu en penses, et quel que soit ton âge.
 
Tu peux continuer.
 
Question : Pouvez-vous définir l’état de « légume » que l’on va vivre, cela peut durer, ou va durer combien de temps ?
 
Cela durera jusqu’à ta résurrection dans sa finalité, parce que dès l’instant où il y a finalisation, c’est à dire le moment où la conscience de l’éternité se retrouve en conscience nue alors là vous n’êtes plus soumis à la pré-stase, vous n’avez plus besoin d’être rappelés à l’ordre, quelque part, par la lumière, vous vivez réellement la liberté, ayant été ressuscité en totalité, ni l’éternité ni l’éphémère ne peut vous emmener ailleurs que là où vous êtes, au cœur du cœur, dans la légèreté, la joie, l’évidence et la paix.
 
Peux-tu reformuler…la question précédente?
 
Question : Pouvez-vous définir l’état de « légume » que l’on va vivre, cela peut durer, ou va durer combien de temps ?
 
Mais l’état de légume que vous avez tous vécu dès le début de la résurrection avec plus ou moins d’intensité, si nous les avons nommés pré-stase, c’est similaire à ce qu’il se produira au moment de l’événement, mais comme je viens de le dire, celui qui a accepté le sacrifice et qui vit l’évidence, et surtout, les prémices, ou la conscience nue elle-même, alors, vous n’êtes plus sujets, de moins en moins à cet état de légume, parfois ça peut revenir extrêmement puissamment, mais ça ne dure pas. Contrairement à ceux qui maintiennent leur éphémère, coûte que coûte et vaille que vaille, et qui vont être rattrapés soit par leur corps, soit par la lumière. Ce sont souvent des frères et des sœurs qui bien que vivant tous les processus qui ont été annoncés depuis des années, maintiennent quelque part leur bout de l’histoire, et donc nourrissent cela. Mais pour tous les autres, et surtout ceux qui n’ont rient vécu, ça avait été dit déjà par le commandeur, vous êtes chaque jour des millions, de passer, qui passent de l’état de personne à la résurrection spontanément et directement sans savoir ce que c’est.
 
Et pour vous qui vivez les processus vibratoires, vous les avez vécu, qui avez lu, qui avez écouté, qui avez entendu, que voulez-vous faire de plus. Donc l’état de légume, de pré-stase, concerne surtout ceux qui ont besoin d’achever, de finaliser leur résurrection. Si vous les connaissez, vous observez que ces frères et ces sœurs, quels que soient les vécus magnifiques des premières strates de la résurrection, continuent à nourrir les habitudes, leur petite vie, comme si de rien n’était. Mais ça c’est plus possible, vous ne pouvez plus faire comme si de rien n’était. L’intelligence de la lumière, la conscience nue, la conscience de l’Éternité sont là. A vous de voir où vous êtes, je vous garantis qu’aujourd’hui c’est extrêmement facile. D’ailleurs je le redis, comme le commandeur l’avait dit aussi en d’autre occasion, si il y a question c’est que vous n’y êtes pas, parce que si vous y êtes vous n’avez pas de questions, vous n’avez que le témoignage. Vous pouvez avoir des questions sur la finalité de ce qui est vécu, mais vous n’êtes pas dans le questionnement sur ce que vous vivez, c’est profondément différent.
Alors continue.
 
Question : Bonjour Bidi, depuis que je suis rentré chez moi, j’ai beau appeler la lumière, me centrer sur le cœur comme vous me l’aviez dit, je reste toujours la même personne. Dans la colère, je pleure toujours beaucoup, pourquoi ? Merci.
 
Mais avant que les éléments de la personne soient transcendés par la lumière, c’est bien gentil, effectivement le conseil que je t’ai donné de te mettre dans le cœur, mais qu’est-ce que tu en ressens, tu le dis toi même, tu es toujours la même personne, donc tu constates, que non seulement tu n’es pas libre, mais que la résurrection n’est pas achevée. Et là aussi c’est une question de balance, c’est à dire que tu donnes trop d’importance à ton personnage, à ton histoire et beaucoup plus d’importance par rapport à l’éternité. Comment veux-tu achever ta résurrection comme ça ? Tu ne peux que souffrir, comme je l’ai dit, parce que vous constatez la différence entre, par exemple, certains moments vécus au niveau du cœur, et votre vie. Et là ça va devenir, comme je l’ai dit, de plus en plus difficile voire intolérable, tant que vous n’êtes pas réellement et concrètement dans le cœur. Parce que telle que la question est posée, ça veut dire ça y est j’ai vécu le feu du cœur je suis en résurrection, mais je peux continuer à maintenir certaines fréquentations, certaines activités qui ne me plaisent pas, je ne suis pas capable de trancher et de couper ce qui doit être coupé, et bien sûr si c’est comme ça, même si tu as vécu le feu du cœur, quel qu’il soit, tu es encore soumis comme tu le constates à ta personne.
 
Aujourd’hui, il n’y a plus, je le redis à travers cette question de demi-mesure. Vous ne pouvez plus, et vous pourrez de moins en moins composer entre bonne vie personnelle éphémère et l’éternité, sinon ça ne s’arrêterait jamais. Voyez déjà combien se satisfont de cette situation où ils ont vécu le cœur et qui continuent leur petit cinéma ordinaire. Ça c’est ce que je nomme une spiritualité de confort, ce que vous nommez un bien être qui ne fait que nourrir l’ego toujours et encore. L’intensité de ce qui est à vivre aujourd’hui, de ce qui est possible de vivre, en dehors de corps, est tout simplement l’élément le plus important. Parce que dès l’instant où vous sortez de votre corps, non pas en astral, pas en le décidant, mais ça se produit toujours tout seul par cette ondulation du cœur, de l’Évidence, de l’Éternité et de la finalité de votre résurrection, alors à ce moment là vous ne pourrez plus jamais être abusé, soumis à votre personne. Mais pour ça il faut finaliser, et tu ne peux pas finaliser en continuant à entreprendre et à faire, même ce qui est vital mais qui est contraire à ce que te dit ton cœur et ta conscience, sans ça tu seras toujours une personne, tu vas pleurer de plus en plus, et tu vas constater une distance entre ce que tu sais être vrai pour l’avoir vécu et la distance qui s’instaure par la tristesse et par le fait de ne pas avoir su trancher. Donc vivre la résurrection par le feu du cœur, par le cube Métatronique, c’est déjà extraordinaire, mais ne vous arrêtez pas en chemin, surtout pour vous qui vivez cela et qui êtes au courant des énergies, qui les sentez, les vibrations, les canalisations, vos relations entre frères et sœurs qui vivez les mêmes choses.
 
Il y a, je dirai, dans le processus de finalité de la résurrection, une impeccabilité de comportement, car ce que vous faites à l’autre, c’est au Christ et à vous mêmes que vous le faites, quel qu’il soit même le pire de ennemis. Vous ne pouvez plus balancer des pensées, des idées, des comportements qui sont contraires à la lumière si vous êtes porteurs de lumière. C’est fini ça, et si vous continuez ça va être de plus en plus violent, de plus en plus grave, pas pour ce que vous êtes, mais pour l’éphémère. Il n’y a pas d’autre alternative dorénavant. Vous en êtes conscients plus ou moins. Ce n’est pas, si vous voulez comme les années précédentes où vous étiez dans des expériences d’Amour, des expériences avec les peuples de la nature, où il vous était demandé d’être dans la nature et surtout, si vous aviez l’opportunité, d’être libres, de vous faire plaisir, c’est fini ça. Parce que l’éternité est totalement là, et vous ne pouvez plus transiger ou dire on verra demain, sauf si vous avez choisi la matière, mais il vous faudra quand-même passer par le chas de l’aiguille, il vous faudra achever cette résurrection pour compléter le serment et la promesse.
 
Continue.
 
Question : Alors justement la question est sur la résurrection : Pourquoi l’état de résurrection fatigue autant, merci.
 
C’est pas de la fatigue, c’est une dérivation et une transmutation de l’énergie vitale par le vibral et par le corps d’éternité, et la phase alchimique crée, vous le savez des pré-stases. Ça fatigue la personne, mais ça ne fatigue pas ce que tu es parce que le corps physique, le corps éthérique, jusqu’à récemment, ne pouvait pas encaisser la Résurrection, mais les circonstances du jeu, sur le plateau de jeu de la terre, font, par l’interaction de tous les joueurs et de tous les facteurs, que ce processus inouï se produit. Et là aussi, cette histoire de fatigue, ça rejoint ce que je viens d’expliquer. Si tu es fatigué, ça veut dire que tu as besoin de repos, d’immobilité et de silence. Plus tu accepteras, ce repos, ce silence et cette immobilité, dans un premier temps tu constateras que tu seras de plus en plus fatigué mais de moins en moins présent dans l’éphémère, et à ce moment là, grâce à ce que tu nommes cette fatigue, cette déperdition de vitalité se fait au profit de la lumière et de la conscientisation de ton propre corps d’éternité, que ça soit dans les parties vitales ou que ça soit en transférant totalement la conscience dans ce corps d’éternité qui débouche, comme je l’ai dit sur la conscience nue où là il n’y a pas l’Absolu et l’illusion d’un côté, mais où l’illusion et l’Absolu et tout ce qui est entre les deux se vit dans le même temps, dans le même espace, dans la me conscience, c’est ça qui est résolutoire. Mais si tu acceptes cette fatigue qui n’est rien d’autre qu’une injonction de la lumière, alors tu constateras très vite que la finalité de cette résurrection te donnera un sentiment de liberté, de légèreté, d’expansion qui ne peut être comparée à aucune expérience, qu’elle soit visuelle énergétique ou autre.
 
Vu la prééminence de la lumière vibrale, sur tous les humains-âmes, sur l’ensemble de la terre, sur l’ensemble du système solaire, il y a juste à accueillir, ça a été dit. Accueillir, c’est se mettre en posture d’accueil de l’inconnu : ne rien analyser, ne rien discriminer, n’exercer aucune volonté mais être dans ce principe d’accueil inconditionnel, sans aucune condition, sans aucun préalable et sans vouloir en tirer des explications ou des compréhensions. Si vous faites cela, le serment et la promesse s’actualise tout de suite. Mais vous ne pouvez pas tricher avec vous-mêmes, parce que je vois d’ici les questions venir qui vont me dire j’ai fait tout ça et pourtant je ne le vis pas. Mais c’est parce que vous n’êtes pas authentiques, vous voulez simplement vous débarrasser de la fatigue pour mener votre vie quoique vous disiez. Parce que jusqu’à présent la spiritualité en ce monde, quelle qu’elle soit, que ce soit les religions, les mouvements spirituels quels qu’ils soient étaient lucifériens, et ne vous permettait jamais de vivre ce que vous vivez maintenant.
 
Trouvez-moi d’ailleurs un seul exemple, un seul livre, même chez les plus sérieux de l’hindouisme de l’Ayurveda, quelqu’un qui a été capable de vous décrire ce que vous êtes en train de vivre maintenant, ça n’a jamais existé, jamais, jamais, jamais. Que voulez-vous de plus, que cherchez-vous de plus ? Si vous cherchez c’est que vous voulez maintenir la matière, et vous montrez par là-même quels sont vos choix, ils ne sont pas critiquables, mais vous ne pouvez pas dans le même temps, vouloir la lumière, contrairement à auparavant et maintenir la personne. Ce n’est plus possible. Je le répète, il n’y a aucun alibi qui puisse tenir, il n’y a aucune obligation de ce monde qui peut tenir, sauf si vous le décidez. Mais rappelez-vous que quelque soit l’aide que certains d’entre nous peuvent vous apporter, dorénavant, il n’y a que vous qui décidez. Le dernier pas, puisque maintenant tout est ouvert, nous pouvons l’impulser, mais après il vous appartient de demeurer là ou pas et ça ne dépend que de vous, ça ne dépend de personne, ça ne dépend d’aucun karma, d’aucune condition de santé, mais simplement de votre positionnement, de votre point de vue de la conscience. Soyez bien lucides sur ça. Tant que vous recherchez un compromis entre l’éphémère et l’Éternité, vous ne pouvez pas finaliser cette résurrection. Elle sera finalisée bien sûr au moment collectif, mais c’est pas la peine de vous mettre dans des états de souffrance et de résistance en voulant composer avec les deux.
 
Suivez les lignes de moindre résistance, suivez la fluidité de l’unité, suivez la grâce que vous êtes, vous n’avez rien d’autre à faire. Tant que vous croyez avoir quelque chose à faire, vous pouvez être certain que c’est votre ego et votre personne qui vous le susurre, certainement pas l’éternité.
 
L’éternité quand elle est révélée, quand elle est finalisée, elle ne vous demande qu’une chose, c’est ce que vous êtes, la légèreté, la joie, l’équanimité, le non-jugement, il est impossible de juger quiconque, parce que vous vivez réellement et concrètement que le monde entier, les dimensions toutes entières sont en vous, vous ne pouvez pas vous condamner vous-mêmes. Ce n’est pas une croyance, ce n’est pas l’adhésion à un dogme religieux, c’est votre vécu.
 
Là aussi, à vous de voir, à vous de décider, mais sachez que vous ne pouvez plus composer, un petit pouce d’éphémère, un petit pouce d’éternité. Ça a été dit, l’éternité va prendre toute la place de votre personne.
 
Et dorénavant, plus vous acceptez, sans vous replacer de vous-mêmes dans la personne, plus ça va aller très vite. Mais si vous maintenez cette espèce de compromis, et je vous rappelle qu’il n’y a aucune obligation qui tienne pour l’éternité, les obligations ça concerne la personne et la société. C’est vous qui choisissez. Et il est évident que si vous jouez, même sans le savoir, à cette espèce de compromis entre l’éphémère et l’éternel, eh bien vous vivrez des moments de légume de plus en plus intense, et des manifestations corporelles de plus en plus violentes.
 
Faites votre choix : soit vous restez dans la matière, parce que c’est votre choix, mais alors ne vous intéressez plus du tout à l’éternité, soit vous faites le choix de l’éternité, et vous serez intéressé de moins en moins et naturellement à tout ce qui concerne l’éphémère, les mots, les discours, les palabres, les questionnements, le sens des responsabilités. C’est comme si, vous saviez que vous étiez en train de mourir, de quitter ce plan, et que vous voulez encore faire des choses, ça s’appelle le déni. Vous vous rappelez cela : le déni, la colère, la négociation et l’acceptation. Le choc de l’humanité collectif vous le vivez vous à un niveau individuel, mais bien plus intensément que ces dernières années, soyez donc conscients et lucides.
 
Maintenant si la lumière, même si vous vivez les vibrations et le processus de la résurrection, et que la lumière vous laisse continuer sans difficulté aucune votre éphémère, alors faites le. Mais de toutes façons si vous vivez la conscience nue, vous ne pourrez plus jamais mettre l’éphémère devant, votre personne devant, parce que vous aurez vu la vérité, réellement vu et pas seulement ressenti ou perçu à travers les perceptions ou des énergies, c’est le vécu de la conscience nue et de la félicité de celle-ci.
 
Alors mes mots sont peut-être aujourd’hui un peu violents, mais il est important maintenant que vous avez vécu, pour beaucoup, de différentes manières, la joie ou la légèreté ou la paix de la résurrection, d’aller jusqu’au bout et ne pas détourner quoique ce soit de cette éternité pour en faire un quelconque avantage au sein de ce monde. Sans ça il est où votre sacrifice ? C’était pas un sacrifice, c’était un simulacre. Vous ne pouvez plus vous mentir. Et si vous vous mentez, intérieurement, je ne parle même pas de la relation, mais si vous vous mentez à vous-mêmes, je ne parle pas d’erreur ou de se tromper, mais si réellement, vous vous racontez de histoires, au niveau de votre corps et de votre éphémère il y aura des solutions définitives et expéditives pour le bien de la lumière, pour le bien de qui vous êtes et non pas pour le bien de qui vous croyez être dans ce sac de viande, qui croit mener une évolution ou sa vie ou des responsabilités quelles qu’elles soient, vous n’êtes plus dans ce jeu là, vous allez le constater très vite si ce n’est déjà fait.
 
Alors que voulez-vous, en résumé c’est ce que vous dit la lumière à chaque minute : Que nourris-tu ? Où portes-tu ta joie ? Sur la matière et ce monde ? Sur le sens des responsabilités qui ne peuvent pas tenir. C’est comme si que vous mourriez, vous ayez encore des idées de vous voir et vous projeter dans les vacances de l’année prochaine, ou encore de vouloir programmer, gérer, c’est un déni, c’est un déni de ce qu’il se passe. Alors bien sûr vous le savez, beaucoup seront dans le déni jusqu’au bout, même quand l’événement sera là, c’est leur choix et c’est respectable, beaucoup plus respectable que celui qui balance entre l’éphémère et l’Éternel. Rappelez-vous aussi ce que disait la bible, je ne sais plus où : Dieu vomit les tièdes, ceux qui ne choisissent pas, ceux qui ne sont pas affermis, soit dans la matière soit dans l’éternité dorénavant, c’est simple. Voilà l’équation qui vous est posée dorénavant. Ça a été l’un et l’autre, vous apportant des preuves, maintenant c’est définitivement et irrémédiablement l’un ou l’autre. L’évidence de l’Amour ou la croyance en l’Amour, le vécu de l’Amour ou l’expérience de l’Amour. Vous avez tous les éléments, vous avez toutes les cartes en main si vous préférez, et dans ce choix là, il ne sert à rien de vouloir trouver des justifications ou des explications, c’est vous-mêmes qui décidez, surtout si le processus de la résurrection a démarré aujourd’hui ou il y a quelques mois.
 
L’impulsion et les injonctions de la lumière deviennent tels au niveau du cœur directement maintenant, qu’encore une fois vous ne pouvez plus négocier quoique ce soit. La vie vous met sur des rails, ce que j’ai nommé votre trame temporelle et c’est tout. Quoique vous allez encore décider par rapport à la spiritualité ou à vos expériences, ne fait que vous éloigner de la résurrection et ça vous allez le vivre et le percevoir, parce que si vous vous éloignez en vivant les énergies, les vibrations de la résurrection, mais parce que votre choix libre et éclairé est la matière, il faut bien rompre quand même cette matière, mais la lumière n’est responsable de rien, tout découle de vos choix : la vérité ou l’expérience, la vérité absolue, ou la vérité intermédiaire et relative, la joie et la complétude, la félicité, ou la résistance, consciente ou inconsciente d’ailleurs, il n’y a pas d’autre alternative, même pour ceux qui aujourd’hui n’ont strictement rien vécu, dans les jours et les semaines qui viennent, ils seront exactement face aux mêmes défis, aux mêmes choix et aux mêmes positionnements, je ne peux pas vous dire mieux et plus clairement les choses, sans mensonge, sans faux-fuyant. Profitez de l’évidence et de la joie, mais quand l’évidence ou la joie ou la paix sont là, si la lumière, de par votre chemin, casse certaines choses, si vous regimbez ou si vous voulez maintenir le statut-quo, c’est votre choix, c’est votre liberté. Mais ne venez pas réclamer auprès de votre éternité après, parce que là c’est pas une question de grâce qui est finie, puisque la grâce est totale. Mais vous ne pourrez plus renier vos choix ou changer de choix, c’est fini, entendez-le clairement, avec joie, avec évidence.
 
Continue.
 
Question : Pourquoi j’ai toujours les mêmes épreuves avec les mêmes personnes qui reviennent tout le temps ? 
 
Ça s’appelle les cycles au sein d’une même incarnation, la vie même enfermée, va vous proposer, non pas des épreuves, mais des défis et des expériences. C’est la loi de la dualité, ce n’est pas la loi de l’Amour et de la Lumière. Tant que vous n’avez pas réglé le problème par la personne, et bien le problème se reproduit toujours, les mêmes personnes, les mêmes circonstances. Là, au travers de cette question ça veut dire simplement, que quoique il y ait pu être vécu, la personne est encore sur le devant de la scène. Et qu’on ne vienne pas me dire je n’arrive pas à me débarrasser de ma personne ou de mes habitudes puisqu’il suffit de se tourner vers le cœur pour le vivre, je ne peux pas vous dire mieux. Donc oui, dans ce cas là, vivre les mêmes situations de manière cyclique, que ce soit sur une année ou sur des cycles biologiques plus longs ou sur d’autres cycles, ne fait que répéter l’injonction, la leçon, c’est à dire que la personne est toujours là et que le problème qui sous-tend cela n’a pas été résolu, n’a pas été vu. Mais l’explication là, elle n’est pas extérieure, elle est à l’intérieur et là je ne peux pas te donner de réponse plus précise. Mais c’est une certitude, être affecté par des cycles correspond à des habitudes. Dans l’éternité il n’y a pas d’habitudes, il n’y a pas de cristallisation.
 
Continue.
 
Question : J’entends de plus en plus de bruits ou de chants dans les oreilles, d’où cela vient-il, et pourquoi est-ce de plus en plus fort, merci Bidi ?
 
Mais cela a été expliqué des dizaines de fois, permettez-moi de ne pas revenir là-dessus. Vous avez des explications aussi bien dans l’enseignement de l’advaita vedanta que dans les yogas sutras, que dans tous les textes innombrables venant d’Inde, ou le chant de l’âme où les sept octaves ont été décrites, et le chant effectivement se renforce, mais tout cela a été expliqué des dizaines de fois, je suis désolé de ne pas pouvoir le répéter encore, il y a d’autres priorités. Mais le chant dans les oreilles va augmenter de plus en plus, puisque tous les sens s’éteignent, les sens courants : la vision, le tact, le goût, l’odorat et l’ouïe. Ils sont remplacés et magnifiés par les sens spirituels puisque le corps d’éternité est là. Donc bien sûr que ça va chanter de plus en plus dans vos oreilles, mais tout ça a été expliqué, en long en large et en travers, on passe au suivant.
 
Question : J’ai de moins en moins envie d’aller au travail, est-ce normal ? Merci. 
 
Je crois que j’ai déjà répondu de différentes façons à celle-là. Ça me paraît tout à fait normal si tu es ré suscité que tu n’aies pas envie, même s’il faut gagner sa vie, de nourrir la matrice par ton travail qui en échange te nourrit bien sûr mais t’aliène. Aujourd’hui j’ai ce langage abrupt et rude parce qu’on n’est plus dans lest temps où il faut composer. Plus que jamais, c’est l’évidence ou la question, mais continue.
 
Question : J’ai du mal à oublier ma personne et rester dans le cœur et la lumière malgré le geste que vous m’avez dit de faire, pourquoi ? Merci. 
 
C’est très simple, je suis persuadé que tu n’as aucun temps à consacrer effectivement à la lumière par le silence et l’immobilité, et je suis certain, que dans ton cas tu penses qu’il suffit de sentir le cœur et de continuer sa vie, et après tu me dis que tu es encore une personne. Si tu es encore une personne en ayant vécu la résurrection et le feu du cœur, tu ne peux que être de plus en plus mal malgré la joie de la résurrection, malgré l’évidence de celle-ci, ça rejoint toutes les explications que je viens de donner concernant où mettez-vous vos priorités. Alors bien sûr, dit comme ça vous avez l’impression qu’il faut lâcher le travail, la famille et devenir un saint, mais non, simplement accepter l’éternité. Aujourd’hui ce n’est pas seulement avoir vécu l’expérience, c’est aller jusqu’au bout, c’est prendre du temps, plutôt que d’aller parler avec des copains ou des copines, plutôt que d’être intéressé et séduit par les technologies de ce monde ou par les relations de ce monde. Est-ce que la relation à ce que tu es est plus importante que tout cela. Je te réponds assurément non, pas encore. La résurrection te met sur un chemin. Ce chemin n’est pas dur, il est simple, il est évident mais il ne souffre aucun compromis avec ce qui passe. C’est ainsi.
 
C’est la progression de la lumière, c’est pas vous qui décidez, ni individuellement, ni collectivement. Vous le savez, il y a d’innombrables facteurs qui dorénavant sont rentrés en jeu depuis la mi-décembre et la partie se joue. Bien sûr chacun peut bouger un peu, mais vous êtes soumis à la totalité du jeu. Simplement votre positionnement, d’un côté ou de l’autre, que l’on peut dire les deux adversaires, c’est à dire l’éphémère et l’éternité, dorénavant, sauf bien sûr quand vous êtes en conscience nue, parce que là vous le voyez, c’est pas un concept, c’est pas des idées, c’est un vécu réel. A-t-elle une autre question ou y a-t-il une autre question ?
 
Question : Alors une dernière question avant la pause:des fois j’ai la sensation d’être seul, trop seul alors que je sais que vous êtes un peu en nous tous, est-ce normal ?
 
Je te rappelle que la résurrection se fait depuis le seul à seul et le face à face. Bien sûr que ce soit moi ou d’autres frères et sœurs incarnés, pouvons apporter une consolation, un aiguillage, mais il est impératif à un moment donné d’être dans ce seul à seul pour découvrir par le rien que tout y est. C’est à dire qu’à un moment donné, il faut cesser tout contact extérieur et intérieur, pour être disponible. Ça ne veut pas dire que c’est fini, les contacts avec d’autres entités, avec la lumière, mais il y a un moment donné qui est l’instant résolutoire où vous devez être seul, il n’y a personne pour vous aider, personne pour vous guider, personne pour vous orienter. Vous acceptez l’éternité ou pas., en totalité, ou vous faites demi-tour. Mais cette solitude, même si vous êtes entouré d’énormément d’amis, ou de famille, c’est une solitude intérieure, comme ça a été dit il ne vous est pas demandé d’être solitaire dans la nature pendant dix ans ou de fuir la société ou la famille ou quoique ce soit, mais d’être seul intérieurement, car il n’y a que seul à seul que le face à face se produit. Donc le temps de le vivre, coupez avec toutes les expériences, ça ne veut pas dire de ne pas les voir, mais ne plus vous en occuper dans l’instant présent. Être totalement disponible, totalement présent. Si vous agissez ainsi, tout est simple, c’est la personne qui complique, mais je vous rassure, c’est tout à fait normal, que l’éternité étant entrée en manifestation, non plus seulement à travers la lumière, mais à travers la mise en fonction de votre corps d’éternité et de la conscience nue, vous met face à une responsabilité, soit cette responsabilité est un poids, parce que vous penchez vers l’éphémère, soit c’est une extase parce que vous acceptez l’éternité. Alors bien sûr l’ego va vous dire mais il faut gagner sa vie, mais il faut nourrir les enfants, mais ça c’est des stratégies de l’ego, de la personne, puisque ce que je viens de dire là ça ne nécessite pas autre chose qu’une attitude intérieure, le seul à seul et ça se fait en une minute, vous n’avez personne à quitter, ça c’est l’égo qui croit ça ou qui vous le fait croire. C’est ça le seul à seul, c’est ça la résolution. Et tu as dit que c’était fini pour l’instant.
 
Oui on approche de l’heur de la pose. 
 
Alors Bidi va vous laisser vous reposer, et Bidi vous dit à tout à l’heure pour la suite.
 
Merci.
 
A tout à l’heure.

 

Source: http://www.lestransformations.wordpress.com

Partagé par: http://www.etresenevolution.com