Entretiens Septembre 2017 / O.M. AÏVANHOV – Partie 2

Blog (español) : Link   

Lecture et téléchargement PDF : OMA – Q-R – PARTIE 2 – SEPTEMBRE 2017

PDF Download : español 

ENTRETIENS SEPTEMBRE 2017

O.M. AÏVANHOV

Partie 2

 

Eh bien chers amis, nous allons pouvoir continuer les questionnements, les témoignages, les rêves, tout ce que vous avez envie d’échanger.

Je t’écoute.

Question : un rêve : nous étions assis sur des bancs, dans une pièce circulaire ; il n’y avait pas de toit. À côté de moi, un garçon au pull bleu, d’une trentaine d’années, tendait les bras vers deux petites filles qui s’élevaient vers le haut. Elles portaient une robe rose. Avez-vous quelque chose à dire ? 

Là, ça peut être… il peut y avoir beaucoup d’interprétations. J’ai pas assez d’éléments sur ce rêve parce qu’une pièce circulaire, une assemblée sans toit avec des enfants qui montent, et des petites filles, je crois hein, les deux, qui montent avec une robe d’une certaine couleur, avec une autre personne qui tend les bras pour on ne sait quoi, j’ai vraiment aucune interprétation à donner sur ce rêve. C’est-à-dire que je n’y vois pas d’éléments caractéristiques d’une histoire à raconter. Je ne vois pas quelle est l’explication, l’interprétation ou le symbolisme qui peut exister dans ce rêve par rapport à d’autres. Il y a pas assez d’éléments. Là, c’est plus que concis, ça peut être beaucoup beaucoup de choses, donc plutôt que de me tromper ou de partir à l’aventure, je préfère passer cette question.

Question : Rudolf Steiner a écrit qu’Ahriman se réincarnerait à la fin des temps. Si oui, qui est-il ? 

Ahriman était le nom qui a été donné par Steiner, effectivement, qui est un de nos plus illustres Anciens au sein des Melchisédech. Je crois qu’à l’occasion, il faudra peut-être lui demander à lui ou je lui demanderai la réponse. Mais… la question est quoi par rapport à ce qu’a écrit Steiner ? Ah, Ahriman. Oui, Ahriman, si vous voulez, et j’ai déjà eu l’occasion d’en parler, Steiner parlait très souvent d’Ahriman et de la légende du loup Fenris, qui est présent dans les pays nordiques. Ahriman, c’est les forces de fossilisation de la matière. C’est lié et c’est relié, je dirais, de manière directe, à ce qui a été nommé l’antéchrist, c’est-à-dire celui qui vient avec le Christ, avant le Christ, et qui précède donc la venue non pas du Christ manifesté mais du Christ au niveau cardiaque.

Bien sûr, dans cette période, vous êtes en plein dans la manifestation de celui qui a été nommé, par Steiner, Ahriman, et vous savez très bien qui c’est mais je préfère que ça ne soit pas évoqué dans ce que vous transmettrez au plus grand nombre, parce que ça risque de choquer beaucoup de gens et je pense que c’est à chacun de le découvrir de manière intime, même si je sais que certaines discussions que vous avez eues ont évoqué très clairement ce personnage qui est à la tête d’un État. Je n’en dirai pas plus parce que ça sert à rien de faire réagir les frères et les sœurs par rapport à un personnage qui est présent, incarné. Il est incarné, il porte en lui la vibration de l’antéchrist et de ce qui fut nommé les forces d’involution, par Steiner, c’est-à-dire Ahriman. Ce sont, si vous voulez, les forces de précipitation dans la matérialité. Ça n’a rien à voir avec les forces dites lucifériennes donc nous avons eu, à de multiples reprises, l’occasion d’échanger sur ces forces-là. Ahriman représente le penchant involutif de fossilisation.

Aujourd’hui, à la surface de cette terre, tout ce qui est lié à Ahriman est porté par ce qui est appelé le transhumanisme, c’est-à-dire l’homme augmenté, si vous préférez ‒ moi j’aurais plutôt tendance à dire l’homme diminué, et très profondément diminué ‒, c’est-à-dire palier, avec la technologie et la technique, les déficiences des corps comme de la conscience. C’est le passage d’un corps biologique à un corps synthétique que vous nommez l’informatique, donc un monde binaire poussé à l’extrême. L’incarnation d’Ahriman a effectivement eu lieu et il est présent, je le répète, à la tête d’un pays et porte différents vocables, d’ailleurs, qui vous permettront de le retrouver si vous le voulez. Mais quant à nous, et quant à moi particulièrement, ça ne sert à rien de nommer.

C’est un principe, si vous voulez, porté par un individu et, je dirais, supporté par nombre d’individus qui sont tous engagés dans la falsification que je qualifierais d’ultime, de la nature et de la biologie, c’est-à-dire la disparition de la sexualité hétéro (c’est-à-dire liée à des sexes naturels), et remplacée par toutes sortes de déviations. Le but ultime de ces forces étant la fossilisation de la biologie et l’emprisonnement de la conscience au sein du monde silicé, non pas des vibrations de 5ème dimension mais de vos ordinateurs et de vos circuits imprimés en silicium, tout simplement. Donc j’arrêterai là sur ce personnage, mais effectivement, notre vénérable Steiner en a fait, de son vivant, une description parfaite, que je vous invite, si vous êtes curieux, à lire ou à feuilleter.

Mais retenez que dans le monde moderne, indépendamment d’Ahriman ou de la légende du loup Fenris, ce que vous observez, c’est la progression inexorable, dans cette fin des temps, de la notion de transhumanisme, d’homme augmenté, mais aussi de perversion en elle-même de la sexualité que je qualifierais de naturelle et normale, voilà. Mais je ne peux pas en dire plus sans violer la liberté de certains qui adhèrent à ces principes-là sans savoir ce qui se cache derrière. C’est toujours pareil, vous ne voyez que les apparences ; vous voyez, dans certains cas, les idées et les concepts, mais ce qui est lié au système de contrôle du mental humain, vous n’en voyez pas l’architecture, si je peux dire. Et c’est préférable ainsi pour l’instant.

Autre questionnement.

Il n’y a plus de questions écrites et avant les questions orales, une sœur souhaite évoquer son rêve. 

Alors je l’écoute.

Question : j’ai fait ce rêve il y a deux semaines. Je me trouvais dans une sorte de métro. Il n’y avait pas de portes. Il y avait du monde…

Eh, quand tu dis le métro, c’est les couloirs ou le train, dans le métro ?

Question : le train, sans portes. Il y avait du monde mais je ne distinguais personne car tout était dans la pénombre. Pas de lumière aux stations, aucune couleur ni forme. J’étais près d’une sortie… 

Et tu as reconnu le métro à l’odeur peut-être… Ou au bruit.

Question : … J’avais envie de sauter à chaque fois que le métro marquait l’arrêt et quelqu’un qui m’accompagnait, que je ne distinguais pas non plus, me dit : « Mais ne saute pas, nous ne sommes pas encore arrivés. » J’étais impatiente de retrouver deux personnes à l’aéroport. Nous arrivons. Les personnes nous attendaient et je ne les vois toujours pas, elles étaient toujours dans la pénombre. L’une me demande quels vêtements je porte et je lui dis que j’ai une veste et une jupe noires avec un chemisier blanc. » Je me tourne vers l’autre personne et je vois une femme tout en lumière, aux cheveux noirs, avec un visage magnifique, portant une cape bleu clair resplendissante. Elle me dit : « Nous allons te donner d’autres vêtements ». À ce moment, j’esquisse des pas de danse et me mets à fredonner : « Je vais devenir hôtesse de l’air ». Une grande joie m’envahit et je me suis réveillée. 

Alors il y a plusieurs symbolismes. Bien sûr, les moyens de transport, le train, et ensuite l’avion, c’est simplement la signification d’un passage, d’une traversée, pour aller d’un endroit à un autre, comme tous les moyens de transport. Mais là, ce n’est pas ta voiture, ce n’est donc pas ton véhicule mais ce que je nommerais un véhicule collectif. Comme tu l’exprimes parfaitement, le train, le souterrain, c’est-à-dire le métro comme tu as dit, est dans la pénombre. Ce train dans la pénombre, où il y a des rendez-vous, te permet d’arriver près d’un avion, d’un aéroport donc. Et donc tu prévois de changer de moyen de transport, or l’avion décolle sans toi. La personne en lumière qui est là, qui est une allégorie ou une représentation de Marie, tout simplement, de par déjà la tenue, te propose de changer de vêtements afin, comme tu le dis, comme tu l’as chanté, de décoller.

Donc c’est le passage de l’ombre à la lumière. Le passage de ce qui est souterrain à ce qui est aérique, c’est le passage de la terre à l’air, c’est le passage de ce qui est nommé la 3ème dimension, à l’Éther de la 5ème dimension. Donc tu as assisté à ta propre libération. Ce rêve survenant dans la période actuelle, et vous avez vu d’ailleurs, la tonalité des rêves qui nous ont été donnés depuis le début de cet entretien, n’ont, a priori, plus rien à voir avec les rêves qui étaient présentés par exemple au mois de juin. Donc tout ça, si vous voulez, et vous verrez qu’il y a aussi, indépendamment des témoignages, de plus en plus de rêves qui vont dans le même sens, qui témoignent, d’une manière ou d’une autre, de votre propre libération.

Et d’ailleurs, tu es très heureuse de sortir de cette pénombre et de rencontrer ces personnes, de changer de vêtements pour pouvoir décoller. Donc tu revêts ton habit d’Éternité alors qu’auparavant, dans la pénombre, tu avais une veste qui était noire, comme tu l’as dit, alors qu’en dessous c’était une couleur claire, d’accord ? Donc, le vêtement de la personne est représenté par cette veste noire, Marie te propose de nouveaux vêtements, plus clairs, qui vont te permettre d’être libérée et, dans ton cas précis, d’ascensionner. C’est-à-dire, en résumé, on t’a montré le passage de la chenille au papillon, accompagnée par Marie qui, par son Appel, par sa voix, par sa Lumière ‒ ou une des Étoiles ‒, par sa Présence, te met dans la légèreté et t’annonce ta propre, non pas libération, dans ce cas-là, mais ascension. Voilà ce que je peux t’en dire.

Alors nous passons donc aux frères et aux sœurs qui veulent s’exprimer, témoigner, déjà, ou poser des questions ou toute autre chose. Je suis à votre disposition. Profitez-en tant qu’il est encore possible de poser des questions.

Question : un matin, je vais ouvrir la porte d’entrée de la maison, je tends le bras gauche et là, je me dis ce n’est pas mon bras, à qui appartient-il ? Et j’entends une autre voix qui me dit : « si, c’est mon bras ». Ça m’est arrivé plusieurs fois dans la matinée, dès que j’avais besoin de mon bras gauche. 

Oh, cela peut arriver. Dans ton cas, c’est le bras gauche, mais ça peut arriver sur n’importe quelle partie du corps. Rappelez-vous, vous avez le corps physique qui est là, et vous avez aussi le corps d’Êtreté.  Et parfois, la conscience passe dans le corps d’Êtreté en tant que forme, et vous bougez un bras qui n’est pas votre bras habituel, c’est l’autre bras qui bouge. Mais je doute fort que cet autre bras ait réussi à ouvrir la porte pour l’instant.

Mais, je termine, vous êtes… si vous interrogez autour de vous les frères et les sœurs, vous allez constater que vous êtes innombrables. Par exemple, vous êtes allongés dans votre lit, vous sentez que vos jambes se croisent, vous regardez, vos jambes sont décroisées. Pareil pour les bras, parce que c’est les parties les plus périphériques. Ça commence à arriver pour la tête. Et c’est comme ça que se fait la transition du corps éphémère au corps d’Éternité, au moment de la libération finale. Mais certains d’entre vous en sont tellement proches, même avant l’Appel de Marie et avant les 132 jours, que vous avez cette capacité nouvelle dès que votre conscience utilise le véhicule d’Êtreté, d’Éternité, plutôt que le véhicule physique.

Question : merci, je croyais vraiment devenir folle. 

Non, non, c’est quelque chose qui est extrêmement fréquent, il suffit de te renseigner autour de toi. Alors le plus souvent, c’est pas tout un bras, c’est un segment. On a l’impression que le membre n’est pas à l’endroit où on le sent. Et on sent quelque chose d’autre qui bouge, effectivement ça fait bizarre, comme si, dans ton cas, tu avais quatre bras. Alors tu n’imagines pas quand vous allez avoir deux têtes. C’est quelque chose qui va se produire, au moment de l’Appel de Marie et après l’Appel de Marie.

Je vous avais expliqué que, par exemple dans les Cercles de Feu, vous aurez des frères et des sœurs qui auront leur corps physique, d’autres qui auront le corps physique et le corps d’Êtreté visible, et d’autres qui n’auront que le corps d’Êtreté. Mais ça ne fera aucune différence. C’est un changement de bande de fréquence, si vous voulez, le changement dimensionnel, où la conscience n’est plus dans un terrain de jeu mais dans un autre terrain de jeu. Bien sûr, pour l’ego, ça s’appelle la mort, mais vous savez très bien que ce n’est pas la mort, et que la mort ne veut rien dire. Vous avez suffisamment de témoignages d’expériences de l’autre côté des portes de la mort durant ces vingt ou trente dernières années écoulées, qu’il est très difficile pour les sceptiques, maintenant, de trouver des arguments pour contredire ces expériences tout à fait véridiques que vivent de plus en plus de frères et de sœurs, indépendamment de toute situation d’urgence ou de mort. Et ce que tu décris là, c’est le passage de la conscience dans ton nouveau véhicule, qui est le corps d’Êtreté.

D’ailleurs si tu fais attention, bien sûr, ça n’a pas la même densité et avec plus de précision, ça va s’affiner au fur et à mesure, tu vas avoir la surprise de constater que ce double, en quelque sorte, n’est pas vraiment ton double parce qu’il a une structure qui lui est propre. Et tu peux te retrouver, je sais pas moi, avec quatre doigts, avec sept doigts, parce que si tu n’es pas d’origine stellaire humaine, tu peux te retrouver dans ton monde d’origine ici même, avant même d’aller explorer, après les 132 jours et le grille-planète final, ton monde d’origine. Donc ne vous inquiétez pas, vous pouvez effectivement sentir quatre bras, deux têtes, deux troncs, et vous pouvez même sentir des ailes dans le dos maintenant, pour certains d’entre vous hein, pas tous, ça dépend d’où vous venez.

Mais ça peut être, effectivement, très surprenant les premières fois où ça se produit. Mais je suis étonné parce que c’est beaucoup plus facile à vivre, sans le vouloir, en étant en position étendue. Mais comme tu l’as dit toi-même, c’était au réveil, donc tu n’avais pas encore réintégré complètement ta conscience dans le corps de chair physique que tu connais habituellement.

Question : comment faire la différence entre le corps éthérique et le corps d’Êtreté ? 

Ben parce que le corps éthérique ne peut pas se déplacer indépendamment du corps physique, c’est très très rare. Tu sais très bien que quand il y a une sortie hors du corps, c’est le corps astral qui sort. Il est peut-être possible, allez, mais c’est extrêmement difficile de sortir dans son corps éthérique, parce que le corps éthérique est directement chevillé, par l’intermédiaire de toutes les cellules de ton corps, à ton corps physique, ce qui n’est pas le cas pour le corps astral, et surtout pour le corps d’Êtreté. Donc tu peux pas te tromper. Même si tu as l’habitude de sentir ton corps éthérique, il me paraît très difficile de bouger un membre éthérique alors qu’un membre de corps d’Êtreté bouge sans aucune difficulté.

En plus, c’est pas du tout la même qualité d’énergie, de vibration et de perception. Le corps éthérique est une vibration extrêmement lente par rapport à la vibration du corps d’Êtreté. Le mouvement, d’ailleurs, fait avec le membre, dans la question précédente, du corps d’Êtreté, donne un sentiment de légèreté totalement inhabituel. Si tu avais la possibilité ou la capacité de faire bouger ton corps éthérique sans le corps physique, je parle pas des problèmes, par exemple, de décalage du corps éthérique, ou de corps éthérique non incarné par exemple, là je parle vraiment d’un mouvement indépendant du corps éthérique par rapport au corps physique, et pas du déplacement de ce corps ou de l’aura, si tu préfères, hein.

Donc le corps d’Êtreté vous fait percevoir, non pas de l’énergie qui circule, non pas une vibration, mais vous avez réellement et concrètement l’impression que votre conscience est inscrite dans un autre corps, et c’est la vérité. Ce qui n’est pas le cas pour le corps éthérique. La différence de perception, de sensation et de vécu n’a strictement rien à voir. Et d’ailleurs, la sœur qui a posé la question d’avant peut le confirmer, si elle sent elle aussi son corps éthérique, elle peut dire que ce qui a bougé, c’est pas son éthérique, c’est évident.

Elle confirme. 

Voilà. La différence de densité, de vibration si tu veux, n’a rien à voir. Comme je vous avais expliqué et ça a été expliqué à d’innombrables reprises en préalable aux Noces Célestes, il ne faut pas confondre l’énergie vitale, le Prânâ, le Qi, comme disent les orientaux, avec le vibral ou la Citta. Vous avez eu de très nombreuses interventions qui vous ont permis, intellectuellement et au travers de votre vécu, de faire la différence. Mais bien sûr, certains individus, je ne parle pas de toi, ont tendance à mélanger allègrement le vital et le vibral, ça n’a rien à voir. Il ne faut pas confondre le vibral avec de l’énergie qui circule, c’est strictement différent. Le plan de l’Êtreté est une structure de résonance et non pas de circulation. Quand vous sentez l’éthérique, vous sentez (ou dans un chakra éthérique), vous sentez l’énergie qui circule ; dans le corps d’Êtreté, c’est une résonance, c’est pas une circulation. Ça c’est très important à vivre, au niveau différence, on ne peut pas confondre les deux.

Question : il m’arrive de me servir de mon bras physique comme d’un pendule. 

C’est le corps éthérique qui te sert de pendule.

Question : il m’arrive aussi de ne pas me servir de mon bras physique et d’observer simplement mon bras éthérique. 

Ah oui, alors dis-moi ce que tu observes. On va bien rire.

Question : quand je me sers de mon bras physique, je fais comme si il était mort et j’observe ses réactions, et quand je me sers de ce que je pense être mon bras éthérique, c’est à peu près pareil sauf que mon bras physique ne bouge pas. 

Mais ce qui bouge, c’est la circulation d’énergie dans le corps éthérique, mais tu ne peux pas me dire, par exemple, que tu peux te gratter la tête avec ton bras éthérique, c’est pas possible.

Question : non, là je n’y arrive pas. 

Voilà. Parce que c’est mathématiquement, si je peux dire, impossible. Tu peux sentir effectivement, dans la perception énergétique, ressentir des picotements, des fourmillements, de la circulation de l’énergie, là ta conscience est dans l’éthérique, mais il est impossible de décrocher, si je peux dire, le corps physique du corps éthérique tant que tu es vivant. Tu peux le mobiliser légèrement. D’ailleurs, il y a des anomalies au niveau de ce corps éthérique quand il est décalé d’un côté, de l’autre, vers le haut ou vers le bas. Là, les gens qui sentent l’énergie, les frères et les sœurs le sentent.

Là, ce que tu décris est typiquement, effectivement, lié à la perception de ton corps éthérique, mais ce corps éthérique n’a strictement rien à voir avec le vibral. Et je sais qu’à dessein, ou pas à dessein, beaucoup de frères et de sœurs confondent encore le vital et le vibral. Le vital circule, le vibral résonne sur place. C’est une onde statique. Ça n’a rien à voir avec la circulation de l’énergie dans les méridiens ou dans les nadis, qui peut te donner effectivement un sentiment d’engourdissement du corps physique, et de paresthésie ou de fourmillements qui parcourent le bras, mais c’est pas pour cela qu’il y a déplacement du corps éthérique. C’est ta conscience qui est passée dans l’éthérique, mais tu peux toujours rêver de déplacer ton bras, éthérique. C’est pas possible. Si tu sens un deuxième membre qui se déplace, qui change de place, hein, pas au même endroit, là, c’est le corps d’Êtreté. Et parfois le corps astral, mais c’est fini ça. 

Question : je croyais que la conscience était rivée au corps physique. 

Ah oui, et les voyages hors du corps, tu appelles ça comment, les voyages en Êtreté, l’expérience hors du corps, l’expérience de mort imminente ? C’est justement à partir du moment où tu n’es plus identifiée à ton corps que la conscience peut relâcher l’identification au corps. C’est à ce moment-là que la perception de l’énergie, dans un premier temps, et du vibral, ainsi que des chakras et des circuits vibraux de Lumière à l’intérieur des Portes, des Étoiles et des canaux vibraux, se manifestent, mais pas avant. Or dès que tu as accès à ton corps d’Êtreté, tu peux voyager, mais la grande différence, par rapport à ce qui est nommé le corps astral, quand tu sors dans l’astral, tu sors de ton corps, peu importe si tu sors par la tête, par les pieds ou par un chakra, mais tu sens quelque chose qui sort, tu es dans une autre densité, et surtout tu ne perds pas conscience de l’environnement. Tu vois ton corps, tu vois la chambre, dans le corps astral.

Dans le corps d’Êtreté, il y a plus aucun intérêt pour ce monde dimensionnel dans lequel est inscrite ta conscience. Par contre ça donne accès à l’intérieur de soi comme dans les autres dimensions qui sont aussi à l’intérieur de soi, un état, un corps qui n’a plus rien à voir avec le corps physique, le corps éthérique ou le corps astral, puisque, je vous rappelle, indépendamment des spécificités qui sont prises selon le multivers exploré ou la dimension explorée, où la forme du corps d’Êtreté est plastique et s’adapte à l’environnement, le corps astral ne peut pas échapper à la Terre. Donc tout ce qui est vu en astral est une illusion. Le problème, c’est que beaucoup de spiritualistes, beaucoup de new-âgeux confondent les deux, et les Archontes entretiennent cela à merveille.

J’ai eu déjà l’occasion d’expliquer, quand vous faites une expérience de mort imminente, et vous rencontrez, pour un chrétien, le Christ, pour un bouddhiste, Bouddha, pour un musulman, Mahomet, et pour un adepte de Krishna, Krishna, tout ça, ce sont des carcasses vides, ce sont des hologrammes créés par les Archontes. Même le Christ qui vous apparaîtrait en vous disant : « Faut retourner dans ton corps, t’as pas fini ta mission », ce sont des menteurs. Alors bien sûr que ça apparaît comme aimant, libre, mais c’est de l’astral. La véritable Êtreté, la véritable Lumière, elle est de l’autre côté de la lumière, c’est-à-dire de l’autre côté du Soleil. Tant que vous restez dans l’astral, vous êtes prisonniers de ce monde.

Mais malheureusement, et vous le savez, comme nous avons dissous, grâce à votre aide et aux différents rayonnements de la Source, de l’Ultraviolet du Soleil, et de Sirius, il y a eu d’abord un décollage de l’astral par rapport au corps éthérique physique. Ensuite, l’astral a commencé à se dissoudre, et vous observez qu’il y a de plus en plus de frères et de sœurs qui voient et perçoivent l’astral qui est en phase de disparition, et ils identifient ça à la Lumière. Mais c’est un mensonge, ce n’est pas la Lumière. Et même quand vous voyez, en sortant de votre corps, vous traversez un tunnel et vous allez rencontrer un enfant qui est mort, vos parents qui sont morts, bien sûr toujours plus beaux et toujours plus jeunes, ou un être soi-disant de Lumière, c’est pas vrai, c’est des menteurs, ce sont les Archontes qui manipulent encore ces plans.

Alors bien sûr, je vous l’ai dit, nous avons, il y a déjà fort longtemps, à la période de la Toussaint, je sais plus si c’est… 2010, excusez-moi, à partir du moment où la Loge noire des pseudo-maîtres ascensionnés a été libérée, les Archontes ne peuvent plus intervenir de manière aussi systématique au niveau des hologrammes qui vous sont projetés quand vous sortez du corps. Vous savez la différence entre le vibral… la Lumière est dans la forme, dans l’astral la Lumière est réfléchie à l’extérieur de la forme. Et ça, que vous nommez « aura » quand vous êtes en incarnation et que vous avez cette capacité de voir les auras, vous ne voyez que l’astral. Le vibral n’a rien à voir avec tout ça. Et c’est un piège énorme, pour ceux qui ont des sensibilités fortes, c’est de confondre les deux. Et d’ailleurs vous êtes innombrables, pas ici mais dans certains mouvements, dans certaines organisations, dans certaines croyances, à prendre des vessies pour des lanternes.

C’est pas parce que vous voyez le Christ ou Marie, même avec vos yeux de chair, que c’est le Christ ou Marie. Et combien d’apparitions mariales ont trompé des enfants en se présentant comme une belle dame, mais qui n’était pas Marie, c’était un hologramme ; c’est des technologies qui sont employées, par les frères sombres. Vous voyez comme il est facile de tromper l’être humain, même au niveau des mondes subtils. La grande différence, encore une fois, et surtout aujourd’hui, vous n’avez pas besoin de vous noyer dans les détails de vibrations, d’énergie, de résonances ou d’énergies qui circulent, mais comment êtes-vous dans votre cœur, quoi que vous voyiez, quoi qu’il se déroule ? Vous êtes dans la plénitude, dans cet instant présent, dans cette Joie, dans ce silence et dans cette Paix ? Ou alors vous êtes dans tout autre chose, la peur ou une exaltation qui ne vous conduit nulle part, si ce n’est à prendre des vessies pour des lanternes ?

Rappelez-vous, ça a été expliqué, d’ailleurs je crois que toi tu y étais, toutes ces années-là. Il y a une différence fondamentale entre ce qui est de la Lumière et ce qui n’est pas de la Lumière. Un être de Lumière, la Lumière est à l’intérieur de la forme. Dans les mondes astraux et dans les mondes illusoires, dans les projections archontiques, bien évidemment ils ne peuvent pas faire naître la Lumière d’une forme projetée, donc la Lumière apparaît à l’extérieur de la forme, dans les mondes subtils. Et d’ailleurs vous avez des représentations iconographiques de ces êtres, comme les maîtres ascensionnés, qu’on vous présente toujours avec des belles couronnes dorées autour de la tête. Mais ça c’est du pipeau, mon amie. La vraie Lumière est à l’intérieur, elle n’est pas rayonnée à l’extérieur, et donc ça fait une différence de perception, et visuelle, qui est extrêmement importante.

J’ai essayé d’être rapide et clair. Mais ça a été expliqué, je crois que c’est par, pas maître Ram mais ça remonte à plusieurs années, ça a été expliqué avant les Noces Célestes donc c’est pas maître Ram, c’était pas moi, pas grave, mais en tout cas ça a été très très longuement évoqué. D’ailleurs rappelle-toi ce que j’ai dit, dès l’instant où vous vivez la Théophanie une fois de façon complète, ou de façon permanente, vous ne pouvez plus être leurrés par quoi que ce soit, ce qui n’est pas le cas pour ceux qui sentent l’énergie et qui ne peuvent pas différentier la différence fondamentale entre l’énergie vitale et le vibral. Le vital est amputé, sur ce monde, vous le savez, nous en avions parlé à propos de la lumière oblicale et de l’axe de la falsification, au niveau des axes bien-mal et des axes de la croix mutable au niveau des Étoiles, qui relient les Étoiles deux par deux.

Mais je dois dire qu’aujourd’hui, et comme je le répète depuis le début de l’après-midi, tout ça ne vous sert plus à rien. C’est très simple : vous êtes en paix, vous êtes en joie, ou vous ne l’êtes pas, et à chaque minute de votre vie. C’est aussi simple que ça. Et comme vous faites le yoyo, non plus dans la tête maintenant mais entre la vérité du cœur et l’illusion de ce monde, de manière de plus en plus importante, chacun à votre niveau et selon vos outils de perception, la différence est très facile à faire. Il n’y a pas besoin de conceptualiser ou de supposer quoi que ce soit. Le cœur est le cœur, le vibral est lié à la Lumière authentique, et ça se passe ici. C’est un état parfait, un état aligné si tu veux, mais pas aligné sur les forces éthériques, les forces arhimaniennes ou lucifériennes, mais sur ce qui a été nommé la matrice christique, ou si tu préfères, l’Esprit du Soleil, c’est la même chose.

Autre question. Ou autre témoignage, parce que les témoignages sont importants, pas pour moi mais pour tous les frères et les sœurs qui liront ou écouteront cela. Parce que ça vient directement de vous qui êtes incarnés et pas des vieux croutons comme nous.

… Silence…

Y a pas de témoignages, alors on continue avec les questions.

… Silence…

Vous êtes tous rentrés en Silence ?

Question : je vous ai posé la question de mon bras gauche et j’ai eu deux voix. Celle qui dit : « ce n’est pas mon bras, c’est le bras de quelqu’un d’autre » et l’autre qui dit : « si c’est mon bras ». Ces deux voix… ?

Mais, chère sœur, ça s’appelle l’enfant intérieur, tout simplement.

Question : il y avait deux voix. J’ai deux enfants intérieurs ?

La tienne et celle de l’enfant intérieur, ou alors j’ai rien compris.

Question : la personne et l’enfant intérieur, donc. 

C’est ça. C’est ça, j’avais compris qu’il y en avait trois, toi et deux autres, alors là ça devenait très compliqué. Alors je comprends mieux. Et d’ailleurs vous avez tous expérimenté ça, peut-être pas en l’entendant en tant que voix. Et je parle pas d’intuition ou d’empathie, je parle… des fois vous avez une voix, une phrase qui se forme, une idée, une pensée qui vous semble, pas curieuse ni anormale mais différente. T’es pas obligée d’entendre les voix, ça peut être le plus souvent sous forme d’idées ou de pensées. Et vous arrivez, vous êtes toujours plus nombreux à arriver à faire la différence entre l’expression de votre personne et l’expression ‒ verbale, là ‒, du Verbe créateur, de l’enfant intérieur, et de ce que nous avons nommé la cocréation consciente, le Féminin sacré. Alors bien sûr, ça peut poser problème au début parce que tu te dis : « Je suis deux à l’intérieur de moi », ou alors « D’où vient cette voix ? ». Mais c’est ta voix.

Rappelle-toi qu’il y a superposition, face-à-face, de l’éphémère et de l’Éternel. Ça se fait par les perceptions des Portes, des Étoiles, des chakras, des circuits vibraux. Ça se fait aussi par la Paix, le Feu du Cœur, le Feu Igné dans le cœur ou la Couronne radiante du cœur, ou aussi par l’Onde de Vie ou le Canal Marial, peu importe, mais ça donne effectivement dans un premier temps, l’impression d’être deux, en quelque sorte. Mais heureusement, ça dure pas. C’est exactement ce processus, simplement c’est pas uniquement le corps d’Êtreté mais c’est la voix de ton éternité.

… Silence…

Je précise que pendant vos silences, le temps que vous trouviez quelque chose à dire, j’en profite, et nous en profitons tous, pour laisser la Théophanie se faire.

… Silence…

On va réussir à endormir toute l’assemblée là, ou à la réveiller, au choix.

… Silence…

Question : en Corse, y a-t-il une forme d’élémentaux particuliers ? 

Ah, c’est une île, la Corse, oui c’est en France ça. Enfin, ils veulent pas être français mais c’est la France quand même. Quelle est la question ?

Question : y a-t-il une forme d’élémentaux particuliers ? 

Je ne crois pas. Pourquoi est-ce que vous voulez que… il y a des spécificités selon les peuples de la nature, connus. Par exemple un elfe qui vit en forêt n’est pas tout à fait la même configuration, si je peux dire, qu’un elfe qui vit par exemple près des geysers en Islande, ou ailleurs. Une fée… de la même façon que nous, êtres humains, nous sommes marqués par notre culture, notre environnement, ne serait-ce que l’habillement ou même les traits, selon les différentes races présentes sur terre. Il en est de même pour les peuples de la nature. Mais qu’as-tu vu ou que veux-tu savoir par rapport à cela ?  Parce que moi je dis, y a aucune différence, si ce n’est, bien sûr, selon le milieu, mais pas selon le fait que ce soit une île de tel pays ou de tel autre pays.

Alors bien sûr les populations, je te coupe deux secondes, la population d’elfes est beaucoup plus fréquente dans des environnements donnés que dans d’autres, c’est sûr. Pareil pour les gnomes, et pareil pour tous les peuples de la nature. Maintenant où veux-tu en venir par rapport à cela ?

Question : nous connaissons les elfes, les gnomes, les ondines, les dragons, les sylphes, y aurait-il quelque chose d’autre ? 

Mais y a quelque chose d’autre partout, y a pas que dans ton île. Par exemple, vous avez les croisements entre les elfes et les Archanges qu’on appelle des elfanges. Vous avez d’autres peuples de la nature que je qualifierais de beaucoup plus rare, d’exotiques si vous préférez, mais ils ne sont pas tributaires d’un territoire donné. Ils sont simplement beaucoup moins… beaucoup moins nombreux si je peux dire, mais y a pas de spécificités pour un pays donné. Il y a des spécificités selon le type d’environnement, et l’environnement qui est en Corse n’est pas unique, même si cette île se revendique comme unique.

… Silence…

Eh, ils nous distillent les questions au compte-goutte là, hein.

Mais c’est très bien parce que ce qu’il doit se passer se passe, même dans le silence et surtout dans le silence. Alors on écoute l’autre question.

Question : lorsque je me lève la nuit dans la pénombre, au niveau des yeux, j’ai deux cercles de lumière qui ne m’empêchent pas de circuler mais qui changent ma vision, je ne sais comment l’exprimer. 

Je comprends très bien ce que tu veux dire. Comme tu le dis toi-même, ça survient la nuit quand tu te lèves pour faire quelque chose, ou aller aux toilettes ou autre. Ce qui se passe à ce moment-là, rappelle-toi ce que j’ai dit tout à l’heure dans une question précédente, que vous aviez la possibilité de vivre le corps d’Êtreté, pas uniquement par l’aspect vibral des Portes, des Étoiles et des circuits vibraux, mais directement par le transfert de la conscience dans un segment de membre. Figure-toi qu’au niveau des organes des sens, c’est la même chose, c’est-à-dire que tu vois à la fois à travers tes yeux physiques et à la fois à travers tes yeux, si je peux dire, mais c’est pas vraiment des yeux, de ton corps d’Êtreté. Donc ça donne effectivement l’impression, quand tu ouvres les yeux et que tu te déplaces dans la pénombre, d’abord que la pénombre n’est pas comme d’habitude, comme si il y avait une structure, enfin des structures, dans cette pénombre, c’était pas vide si je peux dire, et en plus, ça donne l’impression de voir à travers, comme tu l’exprimes, un anneau de lumière qui est posé autour de l’œil. Ça, c’est typique aussi du corps d’Êtreté.

Question : et ça le fait aussi dans la journée. 

Alors ça veut dire que tu es beaucoup plus avancée que ce qui est possible. Rappelez-vous ce que je disais encore y a peu de temps, tout à l’heure, que quand vous… après l’Appel de Marie, vous allez avoir des frères et des sœurs qui se promènent avec leurs deux corps, le corps physique encore présent, et le corps d’Êtreté. Y a plus besoin des structures intermédiaires parce que je vous rappelle que l’Appel de Marie met fin à cette dimension et met fin à ce qui a été nommé le corps causal. Le corps causal est le corps d’enfermement des Archontes, or même les méchants garçons vous ont toujours dit que la libération de ce monde, c’était la brûlure et la destruction du corps causal, c’est-à-dire de l’âme, comme nous vous le disons. Mais bien évidemment, ils ne vous permettent pas de vivre cela parce qu’ils vous entraînent dans autre chose.

Ce qui se passe aujourd’hui te donne, et vous le vérifiez aussi à travers d’autres sens, vous avez des frères et des sœurs, ici même, qui sentent des odeurs. Ce n’est pas la clairsentience telle que on l’exprime, les odeurs mystiques. Par exemple vous allez sentir une odeur de fleur, une odeur de café, une odeur de pain chaud, des odeurs qui n’existent pas, et qui pourtant sont réellement senties. Ce n’est pas la clairsentience de votre odorat, c’est vos sens spirituels, liés à l’activation des 12 Étoiles et donc des 12 potentiels spirituels, qui permet de vivre cela. Donc c’est lié aussi au corps d’Êtreté. C’est possible avec ce que vous voyez, et je parle pas des quadrillages, par exemple, que vous voyez la nuit au-dessus de vous, mais vous pouvez voir des Présences même en plein jour maintenant, indépendamment des peuples de la nature.

Ce n’est pas vos yeux qui voient l’infrarouge ou l’ultraviolet. C’est là aussi, mais comme il fait jour, vous voyez pas le cercle de lumière autour de l’œil, même si certains parmi vous ont commencé à voir des zones comme, c’est pas… comment vous dites, c’est pas des éblouissements, c’est comme si y avait un éclairage postérieur qui se faisait dans l’œil, et ça donne un arc de cercle à l’extérieur, le plus souvent. Ça, c’est pour le plein jour, et effectivement, comme tu dis, ça peut se produire dans ces cas-là, en journée. Vous expérimentez votre corps d’Éternité. Et bien sûr, avec le corps physique qui est encore présent, donc il n’est pas encore totalement libre. Je vous rappelle que pour certains d’entre vous, vous recevrez ce qui est nommé pompeusement « enseignements », mais les clés métatroniques, durant les 132 jours, que vous soyez sur les Cercles de Feu ou ailleurs.

Donc tout ça, tout ce que vous décrivez, vous annonce et vous confirme à l’intérieur de vous que vous changez de paradigme, à défaut de parler de fin des temps ou de changement dimensionnel. Vous êtes en train de découvrir une autre réalité, qui pour l’instant vous apparaît comme peut-être intangible mais qui, à un moment donné, va devenir beaucoup plus tangible que le monde matériel qui vous semblera être un cauchemar, un mauvais rêve ou quelque chose, un peu comme il vous arrive le matin, que vous avez rêvé et que vous vous réveillez, vous vous rappelez que vous avez rêvé. Là, ça fera la même chose avec le corps d’Êtreté, et ce qui vous semblera être le rêve, c’est les incarnations que vous avez eues dans ce monde ainsi que votre dernière vie. Vous vous réveillerez vraiment à ce moment-là, soit à l’Appel de Marie qui rétablit la connexion à l’Éternité, soit à l’issue des 132 jours.

Mais beaucoup parmi vous commencent à vivre ces processus, d’entendre une voix ‒ qui est pourtant ta voix mais tu dis « mais je suis deux » ‒, de sentir le bras, d’entendre des choses, de voir d’autres choses, de sentir des odeurs, et des fois, des mots qui sortent de vous qui sont pas habituels selon votre mode d’expression, des mots, pas incongrus, pas déplacés, mais différents que ceux de votre vocabulaire. Ça vous l’avez tous constaté, et ça va s’amplifier. C’est comme ça que vous sortez de l’Illusion. C’est pas un processus violent. C’est violent pour celui qui est accroché dans cette dimension, qui est matérialiste forcenée, c’est violent pour tous ceux qui ont encore des croyances en une quelconque amélioration de ce monde, mais pour la plupart d’entre vous, et même ceux qui avaient pas vécu tout ce que vous avez suivi depuis plus de dix ans ou vingt ans, le vivent aussi.

Alors bien sûr ils n’ont pas les réponses, mais c’est pas grave, ils savent qu’ils vont bien parce qu’ils sentent ce qui se passe dans leur poitrine et ils sentent que leur conscience n’est plus la même. Et cet état, nouveau, est reconnu pour ce qu’il est, c’est-à-dire la Vérité, qui vient mettre bas toutes les illusions, toutes les croyances, tous les comportements liés à l’histoire de votre vie, de vos vies et de ce monde. C’est exactement ce que vous êtes en train de vivre avant même l’Appel de Marie. Tout ça est l’action du Feu Igné, de l’Intelligence de la Lumière, et de l’accumulation des particules adamantines maintenant de façon de plus en plus rapide et de plus en plus extensive, partout sur la terre.

Question : en 1982, j’étais dans une méditation de groupe, assise en tailleur. J’étais de face, et à un moment, j’ai senti mon corps, à l’intérieur, qui était tourné avec un angle de 90°. 

Alors ça, c’est un processus de décorporation. Beaucoup de frères et de sœurs qui sortent dans l’astral ou dans l’Êtreté, c’est le même processus, mais dans l’Êtreté, il y a ce qu’on appelle un basculement, on a l’impression qu’on se retourne à l’intérieur de soi de 90°. Mais ce retournement, à l’intérieur de soi, de 90°, soit à droite, soit à gauche, qui est vécu réellement par la personne, ne débouche que sur des mondes de 3D dissociée que vous nommez des mondes parallèles. C’est pas des mondes où vous êtes libres, c’est des lignes spatiotemporelles que vous explorez, et la caractéristique de cela, c’est de se sentir tourné à 90°, à la gauche ou à la droite, à l’intérieur de soi. Donc ça n’a rien à voir avec la perception d’un corps, comme ça a été décrit au début, extérieur, c’est à l’intérieur de toi que ça se passe, ça. C’est pas du tout la même chose.

Question : un rêve : j’étais assise sur un transat en bois dans une salle où il y avait une intervention de Bidi. À un moment, le transat s’est projeté contre le mur d’en face… 

Quoi ?

Question : le transat.  

Ah !

Question : ayant les pieds devant, les pieds ont percuté le mur et j’ai reculé avec le transat. Je me suis retrouvée au milieu de la pièce, tranquille. Tout à coup, le transat a reculé, je me suis retrouvée à la place initiale, et à l’intérieur de moi, il y a eu comme un typhon énorme et je me suis faite éjecter dans le noir, à l’intérieur de moi. 

C’est un rêve ? Donc le transat se déplace tout seul vers l’avant, revient à sa position initiale avec toi toujours dessus et après, éjectée, comme tu dis, dans le noir. C’est bien ça ?

Question : oui. 

Et tu étais à l’intérieur d’une maison ou d’une pièce, pas à l’extérieur. Si y a un mur, c’est que c’est à l’intérieur.

Question : comme une salle de classe. 

D’accord. Donc il y a d’abord un mouvement vers l’avant, pour lequel tu dis que c’est le transat qui bouge, c’est pas toi. Il te fait bouger, bien sûr, mais c’est le transat qui se déplace.

Question : oui, c’est ça. 

Et à un moment donné, y a retour à la position initiale ; après un mouvement vers l’avant, un mouvement vers l’arrière.

Question : un retour au milieu.

Au milieu, et là, éjectée ou aspirée, comme tu dis, dans le noir.

Question : oui, après être retournée à la position initiale. 

J’ai bien compris, c’est bien ça. Donc là tu as expérimenté… d’abord remarque que tu es en position, comme tu dis, tranquille, sur un transat, donc de repos. Le corps est au repos. Ce corps au repos se déplace. Bien évidemment, tu attribues le déplacement au transat qui se déplace mais ce déplacement, il est bien né de toi. Il n’est pas né du transat, ou alors c’est un transat très spécial mais tu m’aurais décrit ce transat avec plus de détails, ce qui n’est pas le cas. Ensuite y a un mouvement vers l’avant, un mouvement vers l’arrière, et un arrêt au milieu. C’est-à-dire que c’est au moment où tu acceptes de rester tranquille, comme tu dis, quels que soient les mouvements de ton corps, même qui te paraissent anormaux, parce que c’est un transat qui se déplace mais en fait c’est toi qui déplace le transat, tu dis que tu es éjectée, éjectée c’est ton mot, hein ?

Question : oui.

Dans le noir. C’est-à-dire que là tu n’es plus soumise au mouvement et tu as accès, en rêve, à ce qu’est l’Éternité. Ça ne veut pas dire que ça a une traduction dans ton vivant, aujourd’hui ou à ce moment-là, mais il t’a été montré ce que tu as nommé le mouvement de la matière quand tu es tranquille, c’est-à-dire en position étendue, mais ce mouvement s’arrête, après un retour de balancier, si on peut dire, au milieu. Tu es au milieu d’une pièce, sans que tu puisses préciser quoi que ce soit. Ça veut dire que tu es au milieu de toi-même. La maison, une pièce, la voiture, c’est votre corps. Et là, qu’est-ce qu’il se passe ? Tu es éjectée. C’est-à-dire qu’ayant trouvé le repos, la tranquillité, et le mouvement s’arrêtant, te permet de pénétrer hors du temps, c’est-à-dire le temps zéro, c’est-à-dire l’Absolu, l’Infinie Présence. Alors bien sûr, si c’est quelque chose qui s’est passé il y a longtemps, parce que je ne me rappelle pas que tu aies donné la période où cela s’est passé…

Question : il y a deux mois. 

Ah c’est récent quand même. Donc ça correspond. Alors si ça avait été y a une vingtaine d’années, bien évidemment la qualité de la conscience actuelle, collectivement et individuellement, n’est absolument pas la même, donc là, vu que ça s’est passé il y a deux mois, en plein dans la période d’été où vous avez vécu toutes ces Théophanies, on peut dire que c’est cette immobilité qui te permet de transférer ‒ sans le vouloir, ça se fait naturellement ‒ ta conscience, mais là tu décris pas la fin, simplement le sentiment d’être éjectée. C’est-à-dire qu’étant en position immobile, tu bouges quand même, avant-arrière et retour au milieu, et à ce moment-là tu es donc passée en ton éternité. Y a pas de lumière, y a pas de repère, simplement, comme tu dis : « Je suis éjectée dans le noir ». Le transat, on sait pas ce qu’il devient et la pièce non plus puisque tu vois plus rien à ce moment-là, n’est-ce pas ?

Question : oui. 

Donc c’est effectivement cela. C’est : en rêve, il t’est montré ta libération.

Question : bonjour Pépère…

Bonjour Mémère.

Question : pourquoi est-ce si difficile pour moi de rester installée dans mon cœur ? 

Mais parce que, comme tu dis : « pour toi ». Le cœur ne te concerne pas toi, c’est-à-dire que la façon dont tu prononces cette phrase, tu nous signifies que tu veux contrôler ton cœur. Ça, c’était bien quand il y avait les montées vibratoires, l’activation de l’Onde de Vie, Canal Marial, Couronnes radiantes et toutes les structures vibrales qui se sont activées, mais comme il vous a toujours été dit, à cette époque-là nous avons porté votre conscience dessus pour permettre l’installation du corps d’Êtreté, mais après, le corps d’Êtreté, il faut abandonner toute velléité de volonté personnelle. Comme ça a été dit par Bidi de multiples façons, tu ne peux pas chercher ton cœur, tu ne peux que t’abandonner à lui. Donc là aussi, il faut changer de point de vue. Ce n’est pas toi qui vas contrôler, comme pour l’énergie vitale, ou faire un chèque sur un chéquier, c’est justement le « rien faire », l’abandon de toute volonté, qui permet que ce cœur soit installé définitivement.

Dès qu’il y a volonté, il y a projection de la conscience, dès qu’il y a but, vous mettez une distance entre vous et la Vérité. C’est bien pour ça qu’on vous a parlé d’accueil, de fainéantise et de laisser agir l’Intelligence de la Lumière. Or nous l’avons tous fait, même moi quand j’étais incarné, quand on vit une expérience de Lumière comme j’ai vécu très jeune face au soleil, on n’a qu’une envie, c’est de la revivre. Et on s’entête avec la volonté, avec l’ascèse spirituelle, on va faire des jeûnes, on va pas manger, on va faire des cristaux, on va faire des danses pour essayer de transcender la personne. Aujourd’hui il faut être fainéant et d’ailleurs, vous avez bien vu, il y a encore quelques années, le maître chinois Li Shen vous avait délivré la danse du Silence. Aujourd’hui, vous n’avez plus besoin de danser pour être en silence. Et vous avez surtout besoin de ne rien désirer, de ne rien espérer et donc d’être prêts pour l’Inattendu.

Donc y a rien qui peut être exercé par la volonté, rien qui peut être exercé par la personne, c’est la disparition de la personne. Ce n’est pas la méditation, c’est, on a appelé ça un alignement, et maintenant, des Théophanies, c’est tout. Mais dès que tu mets ton grain de sel de volonté personnelle, parce que tu as vécu cette expérience et que tu la vis de temps à autre, et que tu dis : « Ben ça serait bien si je restais comme ça », déjà c’est fichu. Le principal, non pas travail mais positionnement de la conscience, c’est de dire : « Je ne suis pas ce corps, je ne suis pas cette histoire, je ne suis pas ce qui se vit. Je suis l’Inattendu. » À ce moment-là, bien sûr, tu abandonneras, involontairement mais inconsciemment, si je peux dire, tout processus visant à projeter ou extérioriser la conscience, et ta conscience regagnera sa source, c’est-à-dire le cœur et non pas l’ego.

Donc pourquoi ça ne se vit pas de manière plus fréquente ? Parce que derrière ta question, il y a une volonté, quelque part, de le vivre, or ce n’est plus la volonté qui vous libère maintenant, c’est justement la cessation de toute volonté, la cessation de la recherche, la cessation des protocoles, exercices, sauf si vous en sentez un besoin pressant, mais c’est être libérés même de cela. Je vous ai dit, vivre l’Éternité, ce n’est pas de la méditation. La méditation, même la plus parfaite, vous éloignera toujours du cœur. Elle va vous emmener à des phénomènes de visions, à des perceptions, mais qui n’ont rien à voir avec l’Éternité, et c’est comme ça que durant des millénaires, beaucoup de méditants se sont faits abuser par les forces inversées, c’est-à-dire l’astral, et ils ont pris des vessies pour des lanternes.

Or vivre le cœur, aujourd’hui, par l’intensité de la Lumière, nécessite de disparaître à soi-même et non pas de vouloir fixer un objectif d’être dans le cœur, de méditer. Tout ce à quoi vous tenez vous tient, et tout ce que vous mettez comme objectif, vous éloigne dudit objectif. C’est vraiment un mécanisme habituel de la conscience, mais qui aujourd’hui doit vous apparaître de plus en plus clairement. La Lumière est évidence, elle est simplicité, elle n’est pas quête spirituelle, ni méditation, ni prière. C’est un état d’Évidence. Cet état d’Évidence apparaît au grand jour, si je peux dire, vu les circonstances actuelles – je vous aurais pas dit ça y a dix ans ni même cinq ans –, apparaît dès l’instant où vous lâchez, c’est-à-dire vous n’êtes pas ce corps, vous n’êtes pas quelque karma que ce soit, vous n’êtes pas cette histoire, vous n’êtes pas votre profession, vous n’êtes pas votre âge, vous n’êtes pas sur terre, mais c’est là que vous êtes, complètement présents dans l’Ici et Maintenant. C’est-à-dire que vous vous êtes démontré à vous-mêmes, par le jeu de la conscience, que vous ne dépendez pas ni de votre corps, ni de vos histoires, ni de quoi que ce soit. C’est l’Inattendu.

Soyez prêts pour l’impossible et l’inattendu, il n’y a que ça de vrai, mais tant que vous croyez maîtriser ou contrôler, cela s’éloigne de vous. Même si vous avez vécu, grâce à vos techniques antérieures, par les montées vibratoires, par certaines pierres qui activaient le Canal Marial ou l’Onde de Vie, de vivre les expériences du cœur, mais aujourd’hui, et nous avons insisté là-dessus, c’est quand même profondément différent. C’est pour ça que le discours est différent, parce que les conditions environnementales n’ont plus rien à voir avec ce que c’était lors des premières effusions de l’Esprit saint il y a plus de trente, y a trente-trois ans, ce qui s’est produit durant les Noces Célestes et jusqu’à 2012 ou encore quelques années après, et ce qui existe depuis cette année surtout.

C’est un bouleversement total. Vous changez de cadre de référence, de cadre de vie, de cadre de fonctionnement, de véhicule, de conscience et de monde. Y a que l’ego spirituel qui croit que la vie va devenir très agréable sur ce monde, que les méchants garçons vont être arrêtés, que les guerres vont s’arrêter, que les extraterrestres, les bons, bien sûr, vont désactiver les bombes nucléaires. Vous vous trompez si vous pensez ça. Vous n’avez eu, à aucun moment, accès à votre cœur si vous pensez ça ‒ et là, je parle pas du cœur dans l’idée ou dans la tête, je parle vraiment du Cœur du Cœur, de l’Infinie Présence, de l’Ultime Présence, de la Demeure de Paix suprême ‒ parce que dès que vous l’avez vécu une fois, vous ne pouvez plus adhérer à toutes ces chimères et à tous ces trucs qui ne font que passer. Vous redevenez présents, humbles, dans l’Enfance de l’Ici et Maintenant, donc dans la spontanéité et dans l’immédiateté de ce qu’a à vivre votre éternité.

Nous sommes arrivés au bout du temps imparti. 

Ah, le temps que vous m’aviez imparti.

Oui. 

D’accord. Eh bien de toute façon, comme je l’ai dit, je reviendrai en final, bien évidemment, toujours pour répondre aux questions et aussi pour dire certaines choses que je n’avais pas à dire aujourd’hui mais que je pourrai dire dans quelques jours. Voilà, eh ben je vous souhaite, je sais pas quoi, déjeuner ou dîner ou ce que vous voulez. Portez-vous bien. Toutes mes bénédictions vous accompagnent et n’oubliez pas d’être vrais et d’être fainéants.

À tout bientôt, mes frères et sœurs.

Source: http://www.lestransformations.wordpress.com

Partagé par: http://www.etresenevolution.com