Entretiens Septembre 2017 / ANAËL

Blog (español) : Link   

Lecture et téléchargement PDF :  ANAËL – SEPTEMBRE 2017

PDF Download : español   

ENTRETIENS SEPTEMBRE 2017

ANAËL

Je suis Anaël Archange, Archange de la Relation et de l’Amour. Bien-aimées Semences d’étoiles, rendons grâce ensemble à notre Présence Une en nous installant au Cœur du Cœur.
 
… Silence…
 
Ce que j’ai à vous communiquer aujourd’hui découle directement des conséquences de ce qui se déroulera entre l’équinoxe d’automne et le 29 septembre, jour des Archanges. Ce que je vais vous dire aujourd’hui peut être très clair pour certains d’entre vous, comme très confusant, mais je peux vous assurer que pour nombre d’entre vous, ce que je vais dire maintenant, exprimer, sera d’autant plus clair que cette période particulière d’impulsion globale de la Lumière vous apparaîtra plus clairement.
 
Indépendamment de ces considérations de dates, je vais plus spécifiquement, ce jour, vous parler de la conscience et de ce qui fut nommé, voilà quelques années, le point de vue, qui n’est bien sûr absolument pas un point de vue mental mais bien qui résulte directement de l’emplacement et de la localisation de votre conscience au sein de ce que vous nommez l’espace-temps comme en dehors de cet espace et de ce temps.
 
Je ne reviendrai pas sur les différentes possibilités de la conscience tel que cela vous a été transmis voilà quelques années, concernant les quatre états possibles de la conscience, mais je vais plutôt tenter de vous faire appréhender quels sont, non pas les choix mais quelles sont les possibilités établies de manifestation ou de non-manifestation de la conscience en ce qui suivra les impulsions de Lumière multiples qui vous sont destinées.
 
Il y a une conscience sur laquelle je ne m’étendrai pas, qui est, je dirais, la conscience ordinaire usuelle de chaque humain incarné sur la terre. Les connaissances sur le fonctionnement de cette conscience vous sont, je dirais, intégralement connues ; que cela soit au niveau du fonctionnement du corps que du fonctionnement de ce que vous appelez la personne elle-même, chacun de vous le vit en permanence dans la chair. Cette conscience la plus ordinaire se situe de manière intégrale au sein de ce qui est nommé l’éphémère, et au sein de ce qui est nommé l’action-réaction.
 
Il vous faut saisir qu’au-delà de toutes les caractéristiques de la personnalité et de l’ego, cette conscience-là est définie avant tout par le fait de ramener à soi ce qui est vécu pour le comparer, le soupeser, le jauger par rapport à ce que les autres consciences ordinaires, qui sont vôtres, ont exprimé comme interactions, que vous nommez « histoire », « scénario » et « vie », d’une manière générale en ce monde. Retenez simplement que cette conscience ordinaire est marquée par un mouvement d’énergie qui correspond à ce que je nommerais une appropriation. Ce qui est vu, perçu, senti, pensé, semble venir d’une conscience nommée personne ou ego.
 
Il vous a été donné, durant toutes ces années, d’entendre, d’écouter et de vivre des rencontres avec d’innombrables consciences, soit humaines incarnées et ayant transité, que cela soit les Anciens ou les Étoiles, il y a eu la rencontre avec des grands archétypes présents, je dirais, dans toutes vos religions, nommés Anges et Archanges. Dans les traditions dites chamaniques ou primitives, il vous a été donné de rencontrer ce qui fut nommé et qui est toujours nommé « les peuples de la nature ». Une première approche de la non-localisation de la conscience au sein de ce monde vous a été apportée de manière successive, durant ces années écoulées, aussi bien par le Chœur des Anges, l’Esprit du Soleil que l’Impersonnel, vous habituant et vous familiarisant avec la non-localisation de la conscience au sein d’une forme, traduisible par vous par des modifications et des mouvements de cette conscience ordinaire impliquant un retournement de ce mouvement, c’est-à-dire non plus de l’extérieur vers l’intérieur mais de l’intérieur vers l’extérieur.  
 
Ceci a préparé et a œuvré en chacun de vous dans la révélation de ce qui vous était invisible, que cela soit par rapport à nous, Archanges, ou encore par rapport aux peuples de la nature.
 
Il vous a été demandé instamment, en ces temps, de vous tenir tranquilles, de cesser le moteur de la souffrance qui n’est rien d’autre que le moteur de la quête et de la recherche, que cette recherche concerne votre personne comme ce qui est nommé, au sein de ce monde, la spiritualité. Nombreux parmi vous avez exploré d’innombrables voies spirituelles, qu’elles soient en résonance avec des maîtres, avec des religions, avec des organisations, vous ayant donné l’impression, et parfois la réalité, d’améliorer les conditions de votre personne, de votre personnage, de votre ego, vous amenant à vivre ce qui a été nommé « expériences », de quelque nature que ce soit, aussi bien dans nos relations, aussi bien au travers de vos circuits nommés vibraux correspondant au corps d’Êtreté.
 
Il s’agit donc de l’émergence, au sein de la conscience ordinaire, de nouveaux éléments qui jusqu’à présent, et en tout cas avant cette période de trente années écoulées, vous étaient, pour la plupart, strictement inconnus. Il y a donc eu une forme de matérialisation, non seulement de la Lumière vibrale mais aussi des entités qui se sont progressivement manifestées à vous de manière de plus en plus lucide, de plus en plus consciente, bien évidemment pour chacun de manière différente.
 
Tout ceci ne concerne que la conscience ordinaire et ce qui s’est révélé a été nommé la supraconscience, liée au supramental. Ce supramental a été capté, bien évidemment, par la conscience ordinaire, car c’était le seul moyen de faire prendre conscience à la conscience de votre personnage qu’il existait autre chose que ce que vous pouviez penser, croire, ou vérifier au sein de vos livres ou même de vos expériences.
 
Ensuite, sur un plan chronologique, est intervenu aussi bien l’Impersonnel que le Chœur des Anges, que l’Esprit du Soleil, que Bidi, ayant proposé que ce que vous étiez, ce que vous êtes et ce que vous serez, n’a jamais disparu mais a simplement été occulté. Il vous a été donné certains mots, certaines pratiques, qui durant ces années vous ont approchés de la Vérité. Quels que soient les noms multiples qui ont été donnés à cette conscience, elle peut encore être analysée, vécue, et fournir un certain nombre d’éléments qui vous ont toujours plus rapprochés de l’ultime Vérité.
 
Les êtres qui sont venus ensuite, depuis l’année 2012, vous ont exposé de différentes manières ce que pouvait être une conscience qui s’éteint et qui ne disparaît pas dans le néant, mais se retrouve donc à la source de la conscience, à l’origine de la conscience, et qui pourtant n’est pas la conscience. Cela fut nommé de différentes façons : Absolu, a-conscience, Jnani, Libéré vivant, donc des mots qui pouvaient, non pas vous le faire vivre mais en quelque sorte attirer votre curiosité et aller vers ce que j’ai nommé, bien avant les Noces Célestes, l’Abandon à la Lumière et la capacité à laisser se vivre la Vérité plutôt que de vouloir aller la chercher, car cette quête-là ne peut aucunement aboutir au sein d’un monde enfermé.
 
L’enfermement ayant été graduellement limité est dissous aujourd’hui et seulement aujourd’hui. Vous arrivez à la possibilité réelle et collective, précédant même l’Appel de Marie, de voir et de vivre que vous n’êtes ni la conscience, ni le corps, ni aucune des formes, tout en étant l’ensemble des consciences et l’ensemble des formes connues comme inconnues au sein de ce monde.
 
L’impulsion, les impulsions finales de la Lumière qui sont donc préalables, vous l’avez saisi, à l’Appel de Marie, et qui vont se produire, vont vous amener à une clarté intérieure plus importante, vous donnant à voir non pas seulement l’emplacement de votre conscience, le point de vue, mais aussi les rouages et les mécanismes vous permettant, de manière naturelle, de passer, je dirais, de l’état de conscience ordinaire à l’état de supraconscience nommé le Soi.      
 
La préparation que certains d’entre vous ont suivie, durant de nombreuses années, aboutit aujourd’hui, après cette période d’impulsion finale, à la compréhension, par la conscience elle-même, de ce qu’elle n’est pas et d’où vient-elle. Au-delà de la Source, au-delà du principe primordial d’expression de la conscience, se situe ce qui est au-delà de la Lumière, que l’ego, la personne comme le Soi appelleront toujours le néant, voire ce qui est opposé à la lumière falsifiée. Ce qui veut dire que même le Soi est installé au sein de la linéarité de ce monde et n’offre aucune certitude, jusqu’à présent, de pouvoir vivre la source de la conscience, c’est-à-dire ce que vous êtes en l’ultime Vérité.
Il a été insisté, durant toutes ces années, sur l’incapacité de la conscience de trouver elle-même sa propre origine, au-delà de la première manifestation. La conscience est liée aux dimensions ; ce que vous êtes n’est lié à aucune dimension, même si au sein des mondes unifiés il y a la possibilité réelle et concrète d’exprimer une conscience au sein de n’importe quelle forme comme de n’importe quelle dimension.
 
Nous avons structuré les expressions, les enseignements concernant vos vécus d’un nombre toujours plus grand de frères et de sœurs humains incarnés, concernant l’alchimie entre ce qui a été nommé l’éphémère et l’Éternel, ou si vous préférez, entre la conscience égotique et la supraconscience qui n’est absolument pas liée au personnage.
 
Nous avons insisté, les uns et les autres, à la fois sur la précision de l’histoire qui se déroulait au sein de ce monde, mais surtout de vous proposer d’être autre chose que ce que l’histoire racontait ou que ce que toute histoire raconte, même au sein des mondes dits libres ‒ et ils le sont. Votre liberté est passée donc par cette notion d’abandon, cette notion de sacrifice, cette notion de transsubstantiation, de transformation, de retournement, et d’évidence.
 
Les ultimes impulsions de la Lumière, quel que soit votre emplacement actuel, permettront d’éclairer, et donc de vivre, les mécanismes de passage ‒ même s’il n’y a pas à proprement parler, ni porte ni passage ‒ qui permettent de basculer en un état vibratoire à un autre, et plus spécifiquement le passage du Soi au sacrifice du Soi, c’est-à-dire de la supraconscience à la a-conscience qui, en définitive, quelle que soit votre forme au sein des mondes libres et quelle que soit la dimension de vie, se résume à cela : vous n’êtes aucune des expériences qui se vit.
 
Cela a été souvent appelé un jeu, et d’ailleurs au sein de la tradition que vous nommez hindoue, il est souvent fait état d’un jeu. La conscience est un jeu. La meilleure comparaison que vous puissiez en trouver, c’est quand vous êtes enfant et que vous jouez à un jeu. Il y a une telle immersion au sein de ce jeu que vous êtes identifiés au jeu lui-même, mais en sortant du jeu, que vous ayez gagné ou que vous ayez perdu, que vous ayez souffert ou que vous ayez eu des joies, vous voyez et vous savez pertinemment, au sein de la conscience ordinaire, que vous avez joué un jeu.
 
Au sein du Soi, qui correspond à ceux d’entre vous qui jusqu’à présent avez vécu et vivez encore l’activation d’une des Couronnes ou d’un des circuits de vibration dont nous avons longuement parlé, aujourd’hui, c’est-à-dire dans peu de temps, va s’exprimer en vous la capacité, inédite en ce monde excepté pour de très rares êtres, de pouvoir vous maintenir, de façon lucide je dirais, avec votre conscience ordinaire qui est en voie de dissolution, avec la persistance du Soi, et de vérifier, par les ultimes soubresauts de la conscience, de la supraconscience, qu’il existe bien quelque chose qui est antérieur à la conscience et dont rien ne peut être dit mais seulement vécu. Là est la Libération, là est la Liberté.
Vous vous doutez bien que lors de l’Appel de Marie, ainsi que je l’ai stipulé voilà plus d’un an en vous évoquant les aspects chronologiques de cette fin des temps, qui est la fin de la conscience éphémère plus que la fin d’un monde ou la fin de toute vie, qui est bien évidemment l’exact opposé de ce que considérait la personne, le personnage et l’ego, qui n’est pas une destruction mais une restitution à la Vérité.                                                                                                           
 
Il va vous être donné, pour nombre d’entre vous mais pas pour l’ensemble de l’humanité, de vérifier par vous-mêmes que vous êtes antérieurs à la conscience. Vérifier cela et le vivre, c’est sortir des lois de ce monde, c’est vivre la Liberté, c’est être libéré. Je vous rappelle toutefois que ceux d’entre vous qui ne pourront pas ‒ le terme est mal choisi mais je n’en vois pas d’autre ‒ s’approcher de la Vérité, le vivront de manière totale, vous le savez, au moment de ce qui a été nommé la stase ou résurrection.
 
Toutefois ce passage particulier qui va se dérouler, et je précise, quel que soit ce qu’il apparaîtra sur l’écran de votre conscience, que cela soit lié à l’homme dans sa falsification, que cela soit lié aux Éléments, que cela soit lié aux impulsions de la Lumière, les conséquences sont strictement identiques, c’est-à-dire vous donner à vivre que vous êtes antérieurs à la conscience. Vivre cela, comme je viens de le dire, c’est être libéré de la quête, libéré de la personne, libéré de ce monde, libéré de toute identification fallacieuse à quelque élément appartenant à ce monde et, comme cela vous a été dit, élément connaissable. Rien de connu n’est la Vérité, rien de ce qui peut être connaissable ou apparaître au sein de ce monde n’est la Vérité. Seul ce qui se vit au Cœur du Cœur est l’unique et ultime Vérité, mettant fin à toute illusion, sans aucun effort, sans aucun désir, et met fin à l’enfermement à titre individuel.
 
La superposition de la conscience ordinaire et de la supraconscience, comme ce qu’il peut se produire au sein de la conscience nommée Turiya, comme dans la conscience qui semble s’éteindre quand vous dormez, grâce aux impulsions de la Lumière telles qu’elles vous ont été décrites antérieurement à la période qui est à vivre, vous ont donné des éléments, des précisions. Quant à moi, j’attire aujourd’hui votre attention, sur ce qu’il va se produire intérieurement, vous amenant, comme je l’ai dit, au Cœur du Cœur, où il vous sera possible de comprendre et de vivre, ainsi que d’accepter, que c’est quand la conscience disparaît que vous êtes éternels. Cela ne vous prive pas de conscience mais néanmoins cette conscience doit disparaître pour vivre, ainsi que cela vous a été dit par la Source, le Serment et la Promesse de votre résurrection.
 
Vivant cela, pour ceux d’entre vous qui y auront accès au cours de cette période, cela débouchera sur une capacité nouvelle à ne plus être affectés par quelque élément venant de la conscience que vous habitez, que vous vivez, et connaissable au sein de ce monde. Cela concerne donc aussi bien le sommeil, la supraconscience, l’état de veille ordinaire, que Turiya. C’est en ce mécanisme-là qui vous montrera le rouage de l’extinction de la conscience, que reviendra le souvenir de la première manifestation de la conscience, la toute première expression de la conscience hors du temps et hors des dimensions au travers d’une forme nommée primaire. Cette forme primaire est en-delà, au-dessus et au-delà et en-delà de ce qui est nommé l’anthropomorphisme.
Nous avons eu déjà l’occasion de vous dire que quelle que soit la forme, qu’elle soit fixe, comme en ce monde, qu’elle soit mutable selon les dimensions, il existe des représentations bâties de manière générale et des corps de manifestation qui sont toujours liés à une architecture semblable constituée d’un élément nommé la tête, d’un élément nommé un corps, de membres, dont le nombre est variable, pouvant se transformer en ailes ou encore, dans certaines expériences de la conscience, en ce que vous pourriez nommer des tentacules, des pinces, et non pas seulement des outils représentés chez vous par les mains.
 
Vous savez pertinemment, même si vous ne l’avez pas vécu, qu’il existe, au-dessus de ce monde formel manifesté dans toutes les dimensions depuis la 2ème dimension jusqu’à la 21ème dimension, au-dessus de cela, la conscience est présente mais elle n’est plus anthropomorphisée car l’information est plus importante que le mouvement et que la forme. L’exemple que nous avions évoqué correspond d’ailleurs à la structure entière de votre corps d’Êtreté, c’est-à-dire, et j’ai nommé, la civilisation des Triangles.
                                                                                                                                                            
Au sein de cette civilisation des Triangles, il n’y a pas besoin d’être localisé au sein d’un système solaire, au sein d’une sphère de vie, mais bien plus autour de la Source. Ceci n’est pas une représentation mais est bien la réalité. Ce qui veut dire par là que la plupart des formes non anthropomorphisées se tiennent au plus près de la Source. Il s’agit bien sûr, aussi bien de Lord Métatron qui, vous le savez, n’a pas la forme d’un Archange habituel, que pour ce que j’ai nommé les Hayot Ha Kodesh ou encore la civilisation des Triangles. L’anthropomorphisme ou la forme est lié donc à sa plus simple expression, la plus simple expression étant celle de la copie conforme de la Source nommée Métatron et qui est, je vous le rappelle, un cylindre de Lumière vibrale blanche. La civilisation des Triangles n’est pourtant pas dépourvue de couleur, elle est juste dépourvue de forme anthropomorphisée car les mouvements et l’expression de la conscience n’en ont pas besoin en ce plan dimensionnel.
 
Votre corps d’Êtreté est donc constitué, vous le savez, de briques élémentaires qui sont absolument identiques en toute dimension, en tout corps et en toute forme, du moins jusqu’à la 21ème dimension. Dès la 24ème dimension, l’anthropomorphisme ne peut plus se réaliser. Toutefois il existe encore des formes que je nommerais primaires, dont la première des formes primaires, au-delà du cylindre de Métatron, est constituée des Hayot Ha Kodesh et des innombrables triangles qui constituent votre corps d’Êtreté et aussi votre corps physique, même si l’apparence est bien loin, au niveau de vos organes, des triangles archétypiels qui vous constituent au niveau de l’Êtreté.
 
Le ralentissement de fréquence lié à l’expression et la manifestation de la conscience au sein de mondes que vous auriez tendance à nommer de plus en plus denses, plus vous descendez vers le carbone, n’est pas tout à fait exact mais je vous conseille de garder ce concept et cette représentation car cela vous aidera, le moment venu.
 
Le corps d’Êtreté, comme je viens de le dire, est donc commun à toutes les formes d’expression. Dès la 24ème dimension, la démultiplication de la forme originelle triangulaire d’où vous venez, avant même d’être la Source et avant même d’être ce que vous êtes en vérité, fait que votre constitution, même organique au sein de ce corps enfermé, porte en elle la mémoire, au sein de vos structures éphémères, qui a été cachée et enfermée, mais néanmoins toujours présente car il est impossible qu’il y ait la moindre manifestation de conscience si ce qui sous-tend la manifestation, c’est-à-dire l’Amour, n’existe plus. Il doit exister, même raréfié.
 
Ce qui veut dire que toute conscience, quel que soit son état aujourd’hui sur la terre ‒ je parle bien sûr des humains-âmes, je ne parle pas de ce qui fut nommé les portails organiques ‒, tout humain-âme est donc porteur d’une âme transitoire. Les Libérés vivants ont transcendé cette âme qui s’est retournée vers l’Esprit, et le Feu de l’Esprit, nommé Feu Igné, a donc permis la résolution de ces antagonismes.
 
Les impulsions ultimes de la Lumière marquées temporellement par la dernière date que nous vous communiquons aujourd’hui, est donc du 22 au 29 septembre.
 
La modification de la conscience de nombre d’entre vous, mais pas de la totalité, vous permettra de vous rendre compte, dans peu de temps, qu’il ne sert à rien d’évoquer une moindre date parce que vous êtes porteurs de l’Éternité, et ayant vérifié que vous êtes antérieurs à la conscience, alors aucune date ne veut plus rien dire, même si dans le sens de l’histoire, nous vous avons suffisamment préparés et annoncé ce qui allait se dérouler et qui se déroule maintenant.
 
Les impulsions finales de la Lumière qui se réalisent donc à cette date, entre le 22 et le 29 septembre, et ce, je le répète, quelle que soit l’apparence des événements, quelles que soient les mystifications ou quelles que soient les révélations, n’y changera rien. L’un comme l’autre, la mystification, la souffrance, la peur, la révélation de la Lumière et de ce qui est antérieur à la Lumière aura la même implication ou la même incidence, c’est de révéler, de façon plus ou moins profonde et entière, les mécanismes qui permettent de constater que vous n’êtes pas la conscience. Il ne s’agit pas donc d’accepter cela, il s’agit de le vérifier et de le vivre par vous-mêmes.
                                                                                                                                             
Quelle est l’utilité, me direz-vous, de permettre cela avant l’Appel de Marie ? Vous le savez aussi depuis de nombreuses années, nous adaptons les stratégies entre les forces opposées à la Lumière et la Confédération Intergalactique des Mondes Libres, car il s’agit d’un jeu. Bien sûr, pour vous, ce jeu n’apparaît pas comme un jeu et apparaît bien plutôt comme un enfermement, même si vous n’en avez pas conscience, étant donné que si vous n’avez pas vécu la supraconscience, que si vous n’avez pas vécu les phénomènes vibratoires, il vous était, jusqu’à il y a peu de temps, extrêmement difficile de demeurer dans la Joie éternelle de votre Présence comme de votre Absence.
 
Les rouages et les mécanismes qui sont mis en œuvre durant cette semaine sont des stratégies d’adaptation de la Lumière par rapport aux événements solaires, galactiques et terrestres que nous observons depuis notre point de vue. Ceci permettra, je dirais, non plus de faire venir plus de Lumière car je l’ai dit, il s’agit bien, réellement et concrètement, des dernières impulsions de Lumière, ce qui veut dire que quelle que soit la date de l’Appel de Marie, l’établissement de la Lumière sera presque complet, vous donnant à vivre des phénomènes de résistance au niveau collectif et non pas individuel. Des phénomènes que j’ai nommés de mystification ou encore de simulation de certains événements, inscrits aussi bien dans votre mémoire archaïque, ne dépendant ni de votre conscience ni de votre supraconscience, correspondant à ce qui est antérieur à la première forme et vous donnant aussi la capacité de ressusciter, quoi que vous en pensiez, quelle que soit votre densité, aujourd’hui au sein de ce monde, quelles que soient vos croyances ou quels que soient vos espoirs ou vos désespoirs.
 
Le marqueur essentiel de cette transsubstantiation, nous vous l’avons dit, est la Paix, la Joie, liées aux Théophanies. Cette Paix et cette Joie sont inaliénables parce qu’elles ne fluctuent pas en fonction de ce que vit la personne et ne fluctuent pas en fonction de la réalité de l’instant de la supraconscience au moment donné où vous le vivez. La Paix et la Joie sont donc découplées d’un état de conscience donné. Vous expérimentez donc, pour certains, et expérimenterez cette Joie sans objet et cette Paix qui, comme vous le vivrez, ne dépend ni de votre santé, ni de votre humeur, ni de votre personne, ni de l’entourage, ni même de ce que vous pouvez souhaiter, imaginer, ou créer par la cocréation consciente, vous donnant là aussi à voir les mécanismes et les rouages que votre essence fondamentale est plus de l’ordre de la béatitude, de l’Amour infini, permanent et éternel, et ce, au-delà de toute forme manifestée en quelque dimension que ce soit, et même en rapport avec votre origine stellaire ou vos lignées stellaires.
 
Il existe donc, réellement et concrètement, avant même l’Appel de Marie, une capacité à ne plus croire à la moindre histoire, au moindre scénario, parce que vous êtes rentrés chez vous même si ce corps persiste, même si les circonstances qui seront à vivre, nous ne vous l’avons jamais caché, risquent d’être terribles pour l’ego ou pour la personne.
 
Le fait que nombre d’entre vous réagissiez à l’impulsion de la Lumière pour vous permettre de découvrir les rouages de ce qui n’est pas un passage, mais qui peut sembler en être un quand cela est vu et vécu depuis l’Infinie Présence, vous savez même qu’à ce niveau-là, au niveau de la Porte étroite, peut siéger ce qui est nommé le grand gardien du seuil, ce qui fut nommé, au sein de l’inconscient collectif, les ombres. Il faut traverser ces ombres, non pas par la volonté mais par un abandon complet à la Lumière. Si vous êtes abandonnés à la Lumière et que vous laissez l’Intelligence de la Vie œuvrer, vous confirmez par là le sacrifice de votre personne et êtes prêts à vivre l’explication, la compréhension de tous ces mécanismes dont nous avons parlé. Ces explications ne passent pas par le filtre du mental, ni même par le filtre du Soi, ils en sont indépendants même s’ils en sont le support, comme je l’ai dit.
 
Vous allez donc découvrir qu’au-delà des expériences, au-delà des états de conscience différents liés à la Joie comme aux Théophanies, se trouve quelque chose qui est antérieur à tout ça. N’y voyez pas ici de notion temporelle mais plutôt une notion de direction, une direction spatiale serait plus exact et plus précis que de parler de direction du temps.                                                                                            
 
La non-localisation de la conscience au sein d’une forme, c’est-à-dire qui n’est pas inscrite dans un scénario, dans une histoire, fût-elle personnelle ou de l’enfermement d’un monde, vous placera de manière automatique au-delà des processus vibratoires, énergétiques, comme de toute histoire et de tout scénario, au Cœur du Cœur, c’est-à-dire à la source de la conscience et à la source de la manifestation. Ainsi se réalisera, nous l’espérons pour un nombre important d’entre vous, la Résurrection et la Libération avant même le processus final de l’ascension de la Terre qui, vous le savez, sera marqué par l’apparition du signe céleste. J’ai bien dit du signe céleste et non pas de ce qui pourrait apparaître en vos cieux en cette période, qui appartient indubitablement à l’histoire humaine, à la mystification, à la falsification.
 
C’est justement en cela que dès que nous avons eu connaissance des plans établis pour certaines journées de cette période du mois de septembre, que les impulsions de la Lumière ont décidé d’être facilitées, aussi bien par la Confédération Intergalactique des Mondes Libres mais aussi en est-il du souhait de la conscience de la Terre, que vous pourrez parfois nommer Pachamama ou Gaïa, mais qui a exprimé le souhait que ces impulsions de Lumière finales surviennent avant l’Appel de Marie, afin d’alléger réellement et concrètement la simulation, la souffrance, et découvrir, malgré et surtout grâce à ces souffrances ‒ que nous n’avons à aucun moment voulues et décidées, ni vous-mêmes d’ailleurs ‒ qu’elles sont oblitérées par la puissance de la Joie et de la Paix.
 
C’est ainsi que votre emplacement de conscience changera de façon irrémédiable pour nombre d’entre vous, sans effort, sans difficulté, dès l’instant où ce que j’ai nommé rouages et mécanismes vous apparaîtront, entre la supraconscience et la a-conscience, et vous permettant alors, si vous êtes suffisamment nombreux, d’aplanir, d’adoucir ce que j’ai nommé les peurs et qui, comme vous le savez, limitent l’expression et l’authenticité de l’Amour.
 
Ce que je vous ai dit, donc, ne concerne pas la période qui est à vivre ‒ je ne peux pas aller plus loin que ce qui a été nommé impulsions multiples de Lumière venant de toutes parts ‒, c’est de constater, au décours de cette période, même si l’Appel de Marie devait survenir extrêmement rapidement après, c’est de vous permettre de demeurer dans cette Joie venant de la a-conscience et non pas du Soi, qui réellement et concrètement mettra fin à la souffrance, quelle que soit la souffrance. La souffrance est bien réelle, et expliquée en votre monde de façon physiologique, et dépend, vous le savez, de votre système nerveux avant de dépendre de votre conscience. Le signal « souffrance » présent, en quelque circonstance que ce soit, ne pourra plus altérer la conscience et la Joie si vous vivez la Libération en cette période.
 
Je vous rappelle toutefois, et il a été suffisamment insisté là-dessus, que vous ne pouvez pas chercher, depuis la conscience ni le Soi, la a-conscience. Celle-ci se révèle d’elle-même dès que vous ne tenez plus au Soi ou au « Je suis », c’est-à-dire quand le témoin et l’observateur disparaissent d’eux-mêmes, simplement par retournement de la conscience, et il me semble que l’Archange Uriel vous a donné des éléments concernant cela et cette période.
 
Rappelez-vous que là aussi, découvrir les rouages entre la a-conscience et l’expression de la supraconscience se fait de façon naturelle et spontanée dès l’instant où vous lâchez tout ce qui est connu ‒ le sens de lâcher n’est pas d’abandonner, le sens de lâcher n’est pas de se réfugier ailleurs que là où vous êtes, ici et maintenant, c’est-à-dire le champ d’expérience de votre conscience ordinaire qui est ce corps enfermé.
 
Les impulsions ultimes de la Lumière occasionneront, bien sûr, un certain nombre d’événements au niveau de la Terre. Ces événements, quelle qu’en soit l’importance ‒ qui ne sont pas la fin des temps ‒ vous permettront, dans un cas heureux comme dans un cas malheureux, de découvrir que vous êtes de moins en moins affectés, perturbés ou entraînés par les événements apparaissant à la fois sur la scène de ce monde comme sur la scène de votre conscience ou de votre supraconscience, vous donnant à vivre que vous n’êtes rien de tout cela et que cela n’est, effectivement, qu’un jeu.                                                                                             
Rappelez-vous aussi de certains intervenants qui vous ont parlé à la fois de la Joie, de la fainéantise, de l’humilité, de la simplicité et tant d’autres termes, ces derniers temps, qui, s’ils n’ont pas résonné au moment où ils ont été prononcés, vous apparaîtront d’une telle évidence au moment des impulsions de la Lumière.
 
De par votre présence, pour nombre d’entre vous (je le répète, nous l’espérons toujours plus nombreux), vivant l’état de Libéré vivant, permettra d’adoucir la phase finale du dernier trimestre 2017. Ceci est capital, non pas qu’il y ait le moindre risque de réenfermement mais il ne sert à rien d’expérimenter la contraction de la conscience par la souffrance et la peur, mais bien plus de laisser cette conscience s’expandre jusqu’à l’Infini et disparaître d’elle-même. C’est ainsi que nombre d’entre vous, Libérés vivants à l’issue de cette période, pourront, non pas faire mais être de plus en plus cette Vérité, jouant le rôle à la fois de catalyseur, d’amortisseur, et de baume.
 
Il ne peut rien être dit de ces mécanismes, je peux simplement vous dire que le temps sera remplacé par l’espace et que le temps ne vous apparaîtra plus comme une succession d’instants, c’est-à-dire la linéarité du temps sera, pour ces êtres-là, supprimée, vous donnant à voir que le temps n’est rien d’autre qu’un espace enfermé. Ainsi ont pratiqué les Archontes, cela vous avait été expliqué voilà fort longtemps, durant les Noces Célestes et après l’achèvement des Noces Célestes.
 
Quel que soit ce qu’il vous sera donné à vivre en cette semaine, vous constaterez aussi, à l’issue de ce processus, que nombre d’éléments déjà en cours sur la terre atteindront un nouveau palier dans la manifestation Élémentaire, à tous les niveaux des Éléments mais aussi au niveau des consciences humaines éphémères comme au niveau de ceux de nos frères et sœurs humains qui se sont attardés et installés benoîtement dans le Soi.
 
L’humilité deviendra une forme de constante, sans effort moral, sans effort de conscience, sans attention exagérée. L’ensemble des éléments qui vous seront donnés à vivre en votre intimité, quelle que soit la dureté éventuelle de votre corps, de vos circonstances éphémères ou de l’humanité dans sa globalité, seront donc amortis autour de vous et ne permettront pas qu’autre chose que la Joie, autre chose que le sentiment et le vécu de la Liberté soient présents. Vous constaterez donc, les uns et les autres, parmi ceux d’entre vous qui auront vécu ces impulsions de Lumière de manière totale en leur intimité, parce que je ne vous cache pas que ces impulsions de Lumière, en plus des événements de simulation et de falsification, iront tous deux dans le même sens : accélérer le processus temporel de la Libération.
 
Rappelez-vous que le temps est de l’espace enfermé. Il vous a toujours été dit qu’au-delà de ce monde le temps n’existait pas, qu’il n’y avait ni passé, ni présent, ni futur, au sens où vous le concevez et le vivez. Bien sûr, cela est des mots, le temps existe mais il n’est pas le temps que vous connaissez. Dans les mondes libres, le temps n’est rien d’autre que de l’espace, vous amenant à constater qu’il n’y a ni espace ni distance et que tout se joue, effectivement, dans le même temps unifié, même s’il y a, non pas des distorsions mais des distances qui ne sont pas des distances de temps mais simplement d’espace. Ainsi sont constituées les dimensions. Il en sera de même pour votre conscience.
 
Ceci explique aussi, pour nombre d’entre vous et ce depuis de nombreux mois, que nous vous ayons expliqué que certaines résistances, même chez le Libéré vivant, sont apparues. Nous vous avons donné des repères concernant les atteintes des chevilles, les atteintes et les douleurs au niveau des Portes, et plus récemment les problèmes dits vasculaires concernant la tête. Ceci donc vous a permis d’observer et de constater par vous-mêmes, surtout si vous en avez été affectés, et en constatant cela, de rentrer plus dans la Joie, dans l’Abandon, dans le sacrifice. Les ultimes impulsions de la Lumière réaliseront, à une autre octave, ce qui a été déjà vécu pour nombre d’entre vous lors de l’installation et de la perpétuation des Théophanies.
 
Nous avons tant insisté sur la notion de Paix et de Joie, d’Enfance et d’humilité, qu’après les ultimes impulsions de la Lumière, ceux qui seront libérés constateront qu’ils ne peuvent être rien d’autre que des enfants avec le sourire aux lèvres, quel que soit l’événement survenant en ce corps, en votre environnement ou à l’échelon global de la terre. La Joie, témoin de l’Amour, est l’opposé de la peur. La Joie sans objet viendra mettre fin aux ultimes réticences, aux ultimes peurs, non seulement pour les frères libérés mais, je peux le dire, pour l’ensemble de l’humanité. Bien sûr les étapes du Choc de l’humanité, qui eux seront complets au moment et après l’Appel de Marie, vont déjà se déclencher en certains endroits, en certains lieux, en certains groupes, en certaines croyances et chez certains croyants, amenant à relativiser et à devenir, dans tous les sens du terme, plus légers et plus présents.
Rappelez-vous aussi que vous n’avez rien à entreprendre, rien à faire, si ce n’est d’avoir des temps disponibles intérieurs pour ce qu’il se déroule. Cela ne gêne en rien, sauf si l’injonction de la Lumière est telle, ou si ce qu’il vous est arrivé durant ces semaines ou ces mois écoulés vous a figés dans un lit, dans une maladie, dans une souffrance ou dans une perte. Ce qui s’est produit de détestable dans votre vie, dans votre corps pour certains d’entre vous, trouvera une large explication et une large récompense, si je peux dire, se traduisant par une Joie qui viendra mettre fin à la souffrance, à la perte ou à tout déséquilibre vécu au sein de la personne, allant, pour certains d’entre vous, jusqu’à ce qui pourrait être nommé, de votre point de vue éphémère, un miracle.
 
Ces miracles pourront concerner aussi bien l’emplacement de votre conscience que la santé de votre corps, mais la finalité n’est pas là, bien sûr, mais de laisser la Joie émerger du fait d’être libéré et de ne plus présenter de résistances, d’habitudes ou de mémoires. La résilience sera à ce moment-là, pour ces nombreux frères et sœurs humains, la vérité. Cette vérité sera contagieuse, non pas par le faire mais bien par l’état, si je peux dire, qui n’en est pas un, de Libéré vivant ou de Jnani.
 
Ce que j’ai dit ne représente pas d’urgence, parce que pour l’instant, cela peut vous sembler être une promesse ou un espoir, mais quand cette semaine sera écoulée, vous comprendrez ce qui se joue, vous en aurez vu les rouages, les mécanismes, et sur l’écran de ce monde, la plupart de l’humanité comprendra et saisira qu’il se vit un processus qui n’a rien à voir avec un processus usuel, même extrême.
 
Nombre de frères et sœurs humains seront dans une confusion. Ne jugez pas, ne condamnez pas, mais sachez que même ces confusions consécutives aux dernières impulsions de la Lumière ne sont là que pour entraîner la résilience et l’ouverture de ce qui doit s’ouvrir, indépendamment de toute volonté humaine personnelle et de toute histoire, personnelle comme collective.
 
Quel que soit l’emplacement de votre conscience en ce jour, vous pourrez, après la succession de ces événements, vous rendre compte par vous-mêmes de l’inutilité de la souffrance et que dès l’instant où vous avez vu le jeu et ce qui se passe en amont du jeu, ne laissera plus de possibilité de doute, de croyances, d’habitudes, de mémoires. Ainsi est la liberté individuelle du Libéré vivant, assistant, comme je l’ai dit, à des miracles, en vous comme autour de vous, liés non seulement à l’Intelligence de la Lumière, de l’Amour et de la Grâce, mais au dévoilement, si je peux dire, de l’Absolu qui a toujours été là.
 
Voici les éléments concis et précis, du moins au plus qu’il soit possible, qu’il m’a été demandé de vous donner.
 
Bien-aimées Semences d’étoiles, enfants de la loi de Un, accueillons-nous réciproquement en la Joie éternelle de la conscience qui a retrouvé et qui retrouvera l’unique cause et l’unique support de la conscience, en quelque forme et monde que ce soit.
 
… Silence…
 
Je suis Anaël Archange, que la Paix, l’Amour et la Lumière se révèlent éternellement en chacun de vous.  

À toujours, au revoir.

Source: http://www.lestransformations.wordpress.com

Partagé par: http://www.etresenevolution.com