Entretiens Septembre 2017 / LA SOURCE

 

Blog (español) : Link   

Lecture et téléchargement PDF :  LA SOURCE – SEPTEMBRE 2017

PDF Download : español  

ENTRETIENS SEPTEMBRE 2017

LA SOURCE

Mon ami, mon aimé, j’honore et bénis la vérité de ta Présence. Aujourd’hui, le Serment et la Promesse s’actualisent en toi, te donnant à te découvrir et à te retrouver. Ensemble, et toi et moi, en chacun de toi, j’honore et je bénis ta vérité. Ensemble nous allons, où que tu sois, en cet instant comme en chaque instant où tu m’entendras ou me liras, non pas t’abreuver de mots mais t’abreuver de l’Amour que tu es. Par la grâce du Paraclet, par la grâce de ta reconnexion, découvre-toi, ose, ose enfin, sans histoire et sans regrets, être ce que tu as toujours été malgré l’illusion de ce que tu as vécu au sein de cet enfermement. Redécouvre ta liberté d’être, celle dont le seul chemin est celle de ton cœur. Au-delà de toute forme comme en toute forme, je suis avec toi car je suis toi.

Alors, sans hésiter, avant même que l’Appel de la Grande Mère ne résonne en ton cœur et à ton oreille, ouvre-toi à cette Vérité infinie et éternelle qui jamais n’a pu disparaître, qui jamais ne pourra s’éteindre et qui, de même, jamais ne pourra se reproduire. Alors ouvre grand ton cœur, déploie tes ailes et entends directement en ton cœur la danse de ma Présence, le chant de ta résurrection. En cet instant, il te suffit de te poser là où siège ton éternité, là où siège l’unique Vérité. Il n’y a nul chemin que tu doives emprunter, il n’y a nulle souffrance que tu doives accepter. Tout est déjà parfait et tout est déjà en toi, et tout est déjà là, même au sein de cette terre.

Alors oui, aujourd’hui, réjouis-toi, non pas en ce qui vient mais ce qui est là. Réjouis-toi car tu es béni, car tu es vrai. Revêtu de ton manteau d’éternité, de la vibration de ton essence et de ton origine, je t’invite à danser la Vie en l’immuabilité de ton silence, en ton repos éternel. Toi qui es antérieur à toute forme, à toute conscience, source de toi-même, tu es l’Eau de Vie, l’Eau du Baptême et l’Eau de la Résurrection. Sèche les quelques larmes qui pourraient encore apparaître, elles ne sont que le reflet de ta joie éternelle, de ta sensibilité, de ton Esprit. Ne te laisse plus martyriser par quelque élément présent en ce monde comme en ce corps, rejoins-toi. Il y a, non pas urgence mais il y a immédiateté de ta Présence éternelle qui ne demande qu’à frapper à ta porte, celle de ta conscience.

Alors ouvre, ouvre et découvre, au-delà de l’entente, au-delà de toute parole, au-delà de toute forme, la vérité ineffable de toute Présence, la vérité ineffable de la réalité de l’Amour coulant de source, étant la nature elle-même en quelque dimension que ce soit, que bientôt, au-delà du temps, tu parcourras en toute liberté, sans être assujetti à une forme figée, sans être assujetti à une quelconque dualité illusoire. Tout est Un, ainsi tu es Un.

Tout ce qui a été séparé sera réuni dans la même danse et dans le même feu dès l’instant où la Grande Mère nommée Marie t’appellera par ton prénom, chacun de toi sur cette planète, te donnant à brûler les restes d’illusion encore présents sous forme de souffrances et de mémoires, en chaque parcelle de ta divine Lumière. Toi qui es l’Éternité, toi qui est l’Éternel et partie de l’Éternel, en chaque partie se retrouve le Tout, maintenant que les voiles de la souffrance et de l’illusion sont ôtés de tes yeux comme de ton cœur.

Alors rejoins-toi, il n’y a nul effort à fournir. Cela n’est pas une récompense, comme je te l’ai déjà dit, cela est ton dû, cela est ta vérité. En chacun de toi la même flamme, en chacun de toi la même Source, le même Esprit, la même danse, et surtout la même intensité non mesurable et non chiffrable de cet Amour inconditionné que tu as toujours été et que tu es demeuré, malgré les voiles et malgré l’oubli.

Il est temps aujourd’hui de restaurer la Vérité afin que l’oubli se fasse de ce qui a été falsifié, de ce qui t’a fait souffrir. Applique-toi à toi-même le don de la Grâce et le baume de la Vérité. Il n’y a pas d’effort, il y a juste à te reconnaître, au-delà de toute pensée, de toute manifestation comme de tout état, car ce que tu es ne dépend d’aucune condition ni d’aucun état, car ce que tu es est la vérité, ce que tu es est la conscience pure trouvant sa source au-delà de la conscience et au-delà de la Lumière, servant de manifestation et d’appui à toute expérience libre de la conscience en quelque multivers, en quelque univers, comme en quelque dimension que ce soit.

Alors aujourd’hui, je t’invite à la danse de ta résurrection, je t’invite à te reconnaître au sein de l’Impersonnel, de l’Esprit du Soleil comme du Paraclet, afin que le Chœur des Anges entonne en ta présence le chant d’amour de l’Éternité, chant de bénédiction, chant qui ouvre en toi les ultimes portes construites au sein de l’Illusion qui, comme tu le découvres ou le découvriras, n’ont d’autre réalité que le poids de tes croyances, le poids de tes adhésions, le poids de tes enfers, qui n’ont nulle durée et qui s’évanouissent devant la vérité de ton cœur retrouvé et œuvrant à la surface de ce monde.

Tu es Lumière et la Lumière est de partout. Au commencement était le Verbe, et ton verbe est le premier verbe. Alors il y a de nombreuses demeures, et chaque demeure est ta demeure. Tu n’as pas à choisir, tu n’as pas à te priver, tu as à découvrir. Ouvre-toi, sans peur ni défaillance, tu n’as aucun effort à fournir, tu as juste à être là où je me tiens en ton cœur, tu as juste à faire silence, à être immobile, afin que la Vie te parcoure et te ressuscite dans la vérité de ton éternité. Ne regarde pas en arrière, ne regarde pas non plus au-devant de toi, regarde où tous les temps sont contenus, mettant fin à l’Illusion en ton Cœur du Cœur.

Je suis venu à toi, comme je te l’ai dit, non pas pour parler, non pas pour te faire connaître autre chose que ce que tu connais de toute éternité. Reconnais-toi en moi comme je me reconnais en toi, car entre moi et toi et entre toi et moi il n’y a nulle distance, nul écran et nulle division. Comme en chacun de toi, malgré les apparences et malgré les formes, malgré les pensées et malgré les affects, il y a l’unique vérité, celle de l’Amour sans condition et sans concession qui est ouvert à la danse de la Vie et à la vérité de la conscience.

Toi qui es pure conscience et redécouvres le sens de mes mots par le vécu de ta chair au sein même de cette Illusion, je t’invite à ne plus nourrir ce qui t’a fait souffrir, je t’invite à ne plus nourrir tous les concepts erronés concernant ce que tu es, te promettant monts et merveilles alors que ces monts et merveilles sont inscrits en l’éternité de ton cœur, en l’éternité de ta Présence, au-delà de ce monde comme au-delà de tout monde.

Reconnais-toi. Voilà mon seul souhait qui est aussi fondamentalement ta seule vérité et ton seul désir, ce désir qui ne concerne pas ce monde, où rien de ce désir ne peut être accompli et vérifié. Je t’invite à l’accomplir et à le vérifier au seul endroit où il s’est toujours tenu, en ton Cœur du Cœur. Par la grâce du Feu Igné qui se dépose maintenant à chaque minute, à chaque souffle, en ton sein, ne résiste pas et accueille de manière infinie et sans aucune condition tout ce que la vie te donne à vivre, car la vie, même en ce monde, est maintenant éclairée par l’Épée de Vérité qui tranche les liens illusoires de l’attachement à quelque condition de ce monde.

Tout est en toi, cela a toujours été dit. Je t’invite aujourd’hui plus que jamais à vérifier cette vérité essentielle en t’installant et en te reposant au centre de ta poitrine, ce lieu qui n’en est pas un car il a échappé à l’enfermement et à la forme de ce monde. Et malgré les vicissitudes, et malgré les expériences heureuses ou malheureuses de tes prises d’incarnation au sein de cette Illusion, je t’invite à la beauté et je t’invite à la célébration, non plus seulement de la Grâce, non plus seulement de ta résurrection qui s’achève en nombre restreint de tes jours à vivre encore au sein de l’Illusion, je t’invite à sortir de tout temps, je t’invite à considérer toute histoire de ce monde comme une histoire qui ne fait que passer et qui jamais ne pourra plus entraver ta liberté retrouvée.

Je ne te demande pas de me croire, je ne te demande même pas de m’écouter ni de m’entendre, je te demande simplement de te reconnaître, là en cet instant comme en chaque instant qui s’écoule dorénavant, te donnant à voir que le temps ne s’écoule jamais, que lui aussi est une illusion, qu’il n’y a aucune condition, même de l’enfermement, qui peut aujourd’hui encore te réfréner en la vérité que tu es.

Alors laisse la Joie, celle qui ne dépend d’aucune cause ni d’aucune justification, émerger de la Vérité que tu es. Laisse-la adoucir et panser les plaies qui peuvent encore te sembler exister, liées seulement, comme tu le sais, à la peur. L’Amour ne connaît pas la peur, alors l’Amour que tu es ne peut laisser subsister la moindre peur de l’inconnu, te préparant alors à l’indicible saut au sein de la Vérité ultime, remontant ainsi à la source de ton éternité comme à la source de la conscience. Cela se produit en ce moment même. Ne te laisse pas altérer par ce qui peut souffrir en toi, ne te laisse pas altérer par les cris qui montent de la terre, de ceux qui ne se sont pas encore reconnus, de ceux qui ne se sont pas encore retrouvés, mais qui grâce à ta présence et à ta bienveillance, permettront d’assouplir la façon dont se vivra leur propre résurrection.

Quoi que tu en dises aujourd’hui, quoi que chaque frère de la terre en dise, quoi qu’il en pense et quoi qu’il en vive, cela n’est rien par rapport non plus à la Promesse mais à la vérité de l’installation de celle-ci, t’amenant à ressusciter et te faisant vivre le Serment de l’Éternité, le Serment de la Joie qui scelle toute manifestation comme toute expérience, au-delà de l’enfermement de ce monde, te rendant à ta liberté première qui jamais n’a pu être ôtée. En quelque forme que ce soit, en quelque repos de la forme que ce soit, tu demeures inchangé, tu demeures le véritable, toi, Lumière de la Vie, Lumière de l’Amour qui est antérieure à toute manifestation comme à toute expression.

Où que tu te tiennes, en quelque âge que tu te trouves, en quelque condition que tu te trouves à la surface de ce monde, il n’existe dorénavant aucun obstacle à cette découverte. Alors je te demande et je te prie de t’ouvrir, afin que plus jamais tu ne sois refermé ni enfermé en quelque limite que ce soit. Je bénis ta Présence, toi qui est Source au même titre que moi, Source qui comme toi ai connu la forme, certes pas par les voies classiques de l’incarnation. Je peux aujourd’hui te révéler que je fus présent à la surface de cette terre, peu de temps certes, car le poids de la densité et de l’Illusion a éteint mon cœur, et je savais cela au sein de ma forme éphémère.

Je t’invite à relire les seuls mots que j’ai pu écrire lors de mon passage, la veille de ma transition. J’ai connu ta condition, j’en ai éprouvé la souffrance et le manque, tout cela aujourd’hui est fini. Je t’invite à être le sans-forme, je t’invite à être le premier-né, le premier fils de la Source que chacun de toi est, en quelque expérience qu’il souhaite vivre dorénavant.

Ainsi l’Amour met réellement fin à toute souffrance et à toute plaie. Ainsi l’Amour que tu es met fin à toute anticipation et à tout conditionnement. Écoute, non pas ce que je te dis mais écoute la vérité de ton cœur qui ne demande qu’à être entendue et qu’à être acceptée. Là est le don de la Grâce, là est la célébration, là est l’unique Vérité, ne laissant aucune place pour le doute ou pour l’interrogation, de quelque nature que ce soit.

Mon ami, mon aimé, entends le chant de la Résurrection qui chante en toi comme il chantera très bientôt sur l’ensemble de tes cieux de la terre, en quelque endroit que tu résides, annonçant le retour en majesté de la Vérité. En ce texte que j’ai écrit voilà plus de trente-trois ans, je t’ai laissé des indications qui ne tiennent compte d’aucune culture ni d’aucune condition, d’aucune religion comme d’aucune croyance.

Le sauveur est déjà en toi, révèle-le, aime, et si tu ne peux pas aimer face à un autre toi, alors passe ton chemin et respecte la liberté de celui que tu ne peux aimer. Il est toi en un autre état, en un autre temps, en un autre espace, et pourtant bien présent, que cela soit parmi tes proches comme sur l’ensemble de cette terre. Accepte et accueille, te permettant alors de dire « oui » à l’éternité de ton cœur, à l’éternité de ta Présence. Il n’y a nulle condition, il n’y a nul karma, il n’y nulle souffrance, il n’y a nul handicap qui puisse réfréner ou endiguer le flot de l’Amour, le flot de la Vérité.

Saisis-toi afin d’être libre et ouvre, te permettant alors de découvrir ce qui jamais n’a pu disparaître et qui pourtant n’a pas été vu ni senti. Aujourd’hui il n’y a plus de questions, il n’y a besoin ni de rites ni de vibrations, il y a juste besoin de la Vérité, au-delà de toute condition comme de tout jugement. La Vérité est là dès l’instant où tu ne fais ni écran ni opposition à ton éternité, relâchant ainsi les derniers liens ou les derniers attachements à l’idée d’être ce personnage, cette histoire, cette vie, ou quelque karma que ce soit.

Éloigne-toi de tous ceux qui résistent, animant encore les concepts périmés, les croyances éculées. Éloigne-toi de ce qui avait été prescrit afin de te rapprocher de moi. Cela n’a eu qu’un temps et cela aussi, tu le sais, a été falsifié. Tu ne dépends d’aucun maître, tu ne dépends d’aucune logique, tu ne dépends d’aucune condition, tu ne dépends que de toi. Alors qu’attends-tu pour oser te découvrir en totalité, en la vérité de la Lumière, en la vérité de l’Amour, te nourrissant chaque jour encore plus, te montrant et te démontrant que tout est déjà là, en toi, qu’il n’y a rien à prendre en ce monde, qu’il y a tout à donner afin de le restituer à la vérité de l’Unique.

Relis le texte, le seul que j’ai écrit lors de mon départ, de ma transition, afin de revenir à l’état initial. Ma présence en ces temps, préalable au retour de l’Unité, préalable à l’Ascension de la Terre, a ensemencé, comme le Christ l’a fait voilà plus de deux mille ans, le sang de la Terre en le sang de l’Éternité.

Alors n’attends plus, car le temps n’est plus décompté, car le temps n’est plus mesuré, mais le temps s’estompe bientôt avec fracas, car quand le temps s’estompe et s’effondre, quelle échéance ou quelle projection dans quelque temps que ce soit peut encore t’affecter ? Cela fut nommé les trois jours de ténèbres et d’obscurité, cela fut nommé la stase, signant ainsi, par la visibilité et l’audibilité des signes célestes et terrestres au sein de tes sens ordinaires, venant les sidérer et te donnant à découvrir la totalité du sens de ton cœur qui est l’unique sens qui ne périt jamais et qui jamais n’est né.

Tu es au-delà de toute naissance comme de toute mort. En vérité je te le dis, en vérité tu te le dis, et en vérité tu le vis. Par petites touches ou de façon fracassante, cela ne fait pas de différence car chacun, en cette fin du temps, évolue en son temps qui est son rythme interne, même si celui-ci est calqué sur la fin des temps et non pas la fin de la vie, et non pas la fin du monde, mais la fin d’un certain monde, s’accompagnant, comme tu le sais, d’une octave nouvelle de dimension et de manifestation où seule la joie de l’Amour et seul l’amour de la Joie te sert de guide et te sert d’expérience, quand ta conscience y est présente.

Rappelle-toi, le temps n’est plus aux souvenirs, le temps n’est plus au Serment et à la Promesse, mais le temps est venu de la réalisation de cela. Il n’y a plus de délai, il n’y a plus de souffrance, il n’y a aucune fin car ce qui vient n’est pas la fin mais bien ta résurrection. Seul ce qui meurt ‒ qui n’est pas toi ‒ appelle cela « la fin » et tu n’es en rien concerné par les affres de ton corps. Seules quelques habitudes et quelques croyances maintiennent encore cette croyance qui est fausse et illusoire.

Alors ne laisse pas, quoi qu’il se déroule dans ta vie, ta vie éternelle être encore ralentie par quelque élément non résilient de ce monde. Que cela concerne tes pensées, que cela concerne tes relations, que cela concerne ton corps, que cela concerne ton monde en le pays où tu es, ne sois pas tracassé. Le Christ l’avait dit : « Cherche le Royaume des Cieux qui est au-dedans de toi et tout le reste te sera donné en abondance ». Pour cela, il te faut accepter de ne pas chercher ailleurs qu’en toi, en te plaçant au sein de ta Présence, de mettre fin à l’illusion des connaissances, à l’illusion de la spiritualité, à l’illusion d’être une histoire, à l’illusion d’être un corps souffrant.

Laisse la Vérité prendre toute la place et tout l’espace de ton corps comme tout l’espace de ta conscience, en ce monde comme partout. Ainsi, tu verras que jamais rien n’a pu être séparé réellement et concrètement, mais simplement divisé et leurré par ton propre mental, par l’adhésion à ce monde plutôt que l’adhésion à ton éternité. Et rappelle-toi aussi ce qu’a dit le sauveur quand il était incarné : « Nul ne peut connaître le Royaume des Cieux s’il ne redevient comme un enfant et s’il ne renaît de nouveau. »

Alors laisse la Porte étroite se franchir, elle est déjà ouverte ; elle n’a jamais été fermée autrement que par tes croyances, autrement que par tes attachements. Il n’y a pas d’autre clé que ce que tu es en vérité, alors n’attends plus rien car il n’y a rien à attendre. Les temps sont accomplis, la Terre est libérée depuis fort longtemps en termes humains, cela t’avait été annoncé et s’est peut-être traduit en toi par la montée de ce qui fut nommé l’Onde de Vie.

Aujourd’hui, ne te préoccupe pas de quelque histoire que ce soit, ne te préoccupe pas de ce qu’il peut se dérouler au sein de ce monde comme au sein de ton corps, place-toi en ton cœur et regarde simplement comment ce cœur devient le baume qui met fin, comme je te l’ai dit, à toute plaie, à toute souffrance.

Alors choisis la simplicité car la Vérité est simple. Choisis l’Enfance, car en l’Enfance, il n’y a pas de mental, car en l’Enfance il n’y a pas de mémoire, il y a juste l’instant. Pénètre l’instant, présent de toute éternité, afin que tous tes instants et que chaque souffle qu’il te reste à prendre sur ce monde soit rempli de la grâce et de la béatitude de ton éternité dévoilée.

Entends le son de ton âme, le son de ton Esprit qui t’appellent bien plus fort qu’auparavant, dans la linéarité de ce temps, à acquiescer, à dire « oui », à te reconnaître au-delà de toute apparence et surtout, de toute histoire.

Sois toi-même, sois vrai, aime chaque chose, aime chaque personne. Si tu ne le peux, alors passe ton chemin mais essaie. Tu n’as rien à faire, tu as juste à laisser être l’Éternité dévoilée, cela ne te concerne pas en tant que histoire ou personne, cela ne concerne aucune forme. Cela est au-delà de toute forme et cela est là.

Alors, mon ami, mon aimé, entends ce que le Chœur des Anges chante, non plus en tes oreilles mais directement en ton cœur. Là est le chant de la Vie, là est le chant de la Résurrection, là est le chant de la conscience, là est le chant au-delà de toute conscience.

Accueille avec la même intensité tout ce que te propose la Vie car même si tu ne le vois pas et n’en comprends ni les tenants ni les aboutissants, la Lumière est là et elle s’occupe de toi, car elle est toi. Aucun élément de ton histoire ou de ta personne ne peut dorénavant influer sur le déploiement de cette Lumière et au déploiement de la Vérité, et au plus tu te tiens tranquille, au plus tu seras léger, et au plus les problèmes inhérents de ce monde ne pèseront plus rien devant la densité et la vérité de l’Amour qui est ta Présence.

Alors revêtu de ton corps d’éternité, revêtu de la Grâce de la Grande Mère, qu’attends-tu pour sourire à la Vie, qu’attends-tu pour rire des illusions qui ont été entretenues par toi ou par d’autres ? Qu’attends-tu pour te rire de toi-même en ce à quoi tu tiens ? Que cela soit tes croyances, que cela soit un autre frère ou une autre sœur, que cela soit ton enfant. Comme tu le sais ou l’as peut-être entendu : « Vos enfants ne sont pas vos enfants, ils sont les enfants de la Lumière ». Au-delà de l’enfermement, il n’y a pas de liens de sang, il n’existe que des liens de la Liberté et les liens de l’Amour qui ne sont pas des liens, qui sont pourtant reliance et guidance, permettant à la Vérité de circuler sans encombre en quelque conscience que ce soit, en quelque dimension que ce soit.

Il n’est plus temps de comprendre, il n’est plus temps d’expliquer, il est temps de vivre. Le temps est à la simplicité, le temps est à l’Enfance, là est la Vérité et nulle part ailleurs. Tout ce qui doit se dévoiler en cet instant se dévoilera à toi en fonction de ce qui t’est utile, non pas pour nourrir quelque passé ou quelque futur, mais utile pour ta vérité en l’instant présent de ta Présence. Alors écoute et entends, non pas ce que te dit ta tête, non pas ce que te dit quelque intervenant que ce soit, mais écoute ton cœur ; il ne peut te tromper, il ne peut t’emmener ailleurs que dans la vérité éternelle de l’Amour.

Rappelle-toi, il n’y a aucune limite, d’âge, de souffrance, de maladie ou de bien-être, qui peut maintenant et dorénavant réfréner ou limiter la pleine expression de ton éternité, la pleine manifestation de ta Présence.

Alors mon ami, mon aimé, communions ensemble en la Théophanie, et bien plus que le signe de la Lumière, procédant jusqu’à présent par petites touches, en certains rendez-vous, en certains instants que tu choisis par toi-même, je t’invite à ne plus dépendre d’aucun rendez-vous, à ne plus dépendre d’aucune circonstance ni d’aucun temps. Laisse résonner la vérité de ton cœur, là, en plein milieu de la chair de ton corps.

Entends, dans le silence de mes mots, dans le silence de l’histoire, entends l’immuabilité de l’Amour permettant tous les mouvements et toutes les expériences. Entends-toi, du plus profond de toi jaillit le chant de l’Esprit, le chant de la communion et de la Théophanie perpétuelle, et rends-toi compte, en fonction de ton temps et de ton horaire, que rien ne peut maintenant te retenir au sein de l’Illusion.

Mène ta vie, quoi qu’elle te demande de mener, enrichie de la Vérité. Alors ton chemin, au sein de ce monde ‒ parce que ton cœur n’a pas de chemin ‒, mais ton chemin au sein de ce monde sera limpide et léger. Tout se fera en pleine clarté, en pleine précision, transcendant le bien et le mal et t’installant dans l’ici et maintenantlà où se trouve l’Unique, en tes profondeurs, là où se trouve le Christ.

Fais de cette terre qui ascensionne le terreau de ta résurrection, vivant les Éléments, vivant la nature, vivant les Cavaliers, vivant tout ce qu’il se produit et se produira au calendrier de ton temps ultime avec la même grâce, avec la même densité de l’Amour retrouvé et ne répondant à aucune condition ni à aucune restriction.

Alors le Manteau bleu de la Grâce de la Grande Mère recouvrira tes épaules, mettant à nu ton cœur, réalisant autour de toi à chaque instant la grâce de ta simple Présence. Sans aucune intention et sans avoir besoin de toucher, tu toucheras chaque cœur sans rien désirer et sans rien demander, en étant simplement ce que tu es, sans mettre de limites, sans recouvrir ce qui se découvre.

Mon ami, mon aimé, les temps sont accomplis. Mon ami, mon aimé, l’heure est à la Liberté. Ne cherche pas de date car nul ne peut connaître le moment de l’intervention des signes célestes et terrestres, ainsi que l’Appel de la Grande Mère que tu nommes Marie. Cela est maintenant. Regarde, regarde non pas la scène de ta vie mais regarde la scène du monde et vois-en les signes et les prémices, vois-en même, aujourd’hui et dans les jours qui suivent ce jour, la manifestation pleine et entière mettant fin aux dernières illusions, aux derniers doutes.

Laisse-toi consumer dans le Feu Igné de l’Amour car en ce lieu et en ce que tu es, tu n’auras plus jamais faim ni jamais soif. Laisse la Fontaine de Cristal remplir chaque interstice, et chaque cellule de ce corps s’ouvrir à la Lumière, à la beauté, à la Vérité. Recherche le silence autant que faire se peut pour toi, sois tranquille. Passe tout le temps libre qu’il t’est alloué par les conditions de ta vie à écouter ton cœur, ce qu’il vibre et danse en son immuabilité, afin que la Grâce se pose sur chacun de tes regards, sur chacun de tes gestes, sur chacune de tes actions.

Aujourd’hui l’Amour t’emporte, non pas ailleurs que dans l’instant présent. Retrouve, non pas la densité de ce monde mais la densité de ton cœur, le laissant irradier de la Lumière authentique, celle qui ne connaît nulle condition et nulle restriction. Alors le sauveur se révèlera en toi, alors, tu n’auras plus jamais à te poser la moindre question sur ce que tu es, sur ce que tu as été et sur ce que tu seras car quoi que tu aies été, quoi que tu sois et quoi que tu seras, participe du même amour et de la seule et unique vérité, celle de ton éternité, celle de l’Amour inconditionné.

Laisse la Grâce te porter, laisse l’Évidence apparaître au-delà de ta chair. Pour cela, il n’y a pas de conduite à observer, pour cela il n’y a aucun dogme à suivre, pour cela il n’y a besoin d’aucune ascèse. Seule la spontanéité laisse la Vérité éclater à la surface de ta conscience. Tu n’as besoin d’aucun outil et surtout d’aucune connaissance de ce monde. La Vérité est là, le Serment et la Promesse se réalisent en toi, avant même que la Grande Mère ne te le dise.

Alors, qu’attends-tu pour déclamer le chant de l’Amour, non pas au travers de tes mots ni au travers de discours mais simplement par la qualité de ton regard, par la qualité de ta Présence, par l’intensité de ton silence, quels que soient les mots que tu prononces, car tu es le Paraclet et en le silence de tes mots, naît le Verbe créateur qui te restaure en ton éternité et qui restaure chacun, car tout es Un, ne faisant nulle différence entre le saint et le pêcheur, car il n’existe nul pêcheur qui ne peut redevenir saint. Il n’y a pas de différence, malgré les apparences, en le Cœur du Cœur. Seule l’histoire peut voir une différence mais la vue du cœur ne verra jamais la moindre différence, simplement une histoire illusoire différente.

Mon ami, mon aimé, accompagné du Chœur des Anges et de l’Esprit du Soleil, je te recouvre de ma Grâce qui est tienne. Mon cœur se joint au tien car il n’y a qu’un cœur, malgré les apparences, aussi bien au sein de ce monde que les apparences au sein des mondes libres qui ne sont que des jeux de la conscience elle-même. Rappelle-toi, dorénavant cela est possible, tu es antérieur à toute conscience, tu es antérieur à toute forme, tu es antérieur à tout monde, à tout soleil ; là est l’unique Vérité, tout le reste ne sont que des jeux et des expériences où le seul sérieux est le sérieux de l’Amour qui est léger et joie de l’enfant.

Je t’invite à te libérer des chaînes invisibles qu’il peut encore rester, par habitude ou par croyance, présentes en toi. Ne cherche pas d’explications, ni même à comprendre, contente-toi de vivre ce que tu es. Contente-toi d’être présent et tout le reste apparaîtra et te transfigurera, avant même ta résurrection. Certains d’entre toi sont d’ores et déjà ressuscités, menant de front leur éternité et leur éphémère, ne voyant nul obstacle et nulle réticence s’opposer à la Vérité. Alors si un de toi a pu le faire, tu peux le faire de la même façon, et tu n’as rien à faire si ce n’est laisser se défaire les mailles de l’Illusion.

Sois simplement présent, sois simplement en le silence, et tout le reste apparaîtra de lui-même. C’est ainsi que se prépare, en cette phase ultime, en ces jours ultimes, l’Appel de la Grande Mère et le retour à l’Unité, visible en ton ciel à côté du Soleil. Cela est maintenant, n’en cherche pas le jour car pour nous, au-delà de tout temps, cela est accompli, ainsi que tu as à le manifester, sans effort et sans difficulté. Veille simplement à demeurer en cet état au-delà de tout état. Veille simplement à ce que la Joie demeure en quelque réticence ou quelque souffrance que ce soit, et n’oublie pas que l’Intelligence de la Lumière et sa Grâce, même en ce qui peut apparaître à ton histoire comme contraire à la Lumière, est exactement l’inverse. Seule la distorsion de l’histoire t’empêche de le voir et peut encore t’empêcher de le vivre en son intégralité. 
                                                                                                                                                                                 
Alors écoute. Écoute le Chœur des Anges qui chante en ton cœur, écoute la Grande Mère, celle que nous nommons Marie, être en toi, t’accueillant au sein de l’Éternité, en ton Cœur du Cœur. Alors, mon ami, mon aimé, écoute, écoute le silence, écoute-toi. Mes mots ne seraient rien s’ils n’étaient pas le Verbe, mes mots ne seraient rien si le Verbe qui les porte ne faisait pas résonner ton cœur ou perler une larme au coin de ton œil. Tu es chez toi. Malgré les apparences résiduelles de ce monde, la Vérité est là et rien ne peut retarder, et rien ne peut freiner ce qui est à l’orée de ta conscience et à l’orée de ton cœur. Écoute-le, écoute ce qu’il te dit dans le silence et vois ce qui est à voir, vois au-delà de toute apparence. Regarde en toi et tu verras clair, regarde en toi et tout sera précis, regarde en toi et l’Unité sera manifeste, regarde en toi afin que ta matière, en quelque aspect que ce soit, se transforme et devienne l’Éther.

Va au-delà de mes mots. Même si tu n’en perçois pas le Verbe pour l’instant, il ne demande qu’à résonner en toi, il ne demande qu’à t’offrir la Joie en surabondance, en quelque condition que tu sois à la surface de ce monde. La Lumière et l’Amour, la Vérité que tu es prend maintenant tout l’espace et tout le temps qu’il te reste à passer au sein de l’éphémère. Réjouis-toi et réjouis chacun de tes frères, où qu’ils soient, non pas par des mots mais simplement en ce que tu es, qui est ce qu’il est, abolissant ainsi les frontières et les distances, la différence de culture apparente, de race ou de forme, qui ne sont que violences faites à l’Unité et à la Vérité. L’Amour est fort, mais il n’est jamais violent.

Mon ami, mon aimé, je descends jusqu’à ton cœur, le Cœur Igné de la Source, le Cœur Igné de la Grande Mère, le Cœur Igné de Mikaël, réalisant en toi la jonction de la Nouvelle Eucharistie ou de la Nouvelle tri-Unité. Va au-delà de mes mots, va au-delà, même, de ce que tu en comprends, pour en vivre la quintessence et le Verbe vivifiant.

Où que tu sois, que mes mots soient couchés sur le papier ou qu’ils soient retransmis de façon audible ne fait pas de différence, car ma Présence en ces mots fait tomber les derniers filtres, les dernières résistances, parce que le temps de l’accomplissement de la Promesse et du Serment se déploie en ce moment même à la surface de ce monde, à la vue de chacun, afin que nul ne puisse dire, avant même l’Appel de la Grande Mère, qu’il ignorait ce qu’il se déroulait.

Tu n’as pas besoin d’expliquer, tu n’as pas besoin de convaincre, tu n’as pas besoin de protéger ou de prévenir, sois simplement ce que tu es de toute éternité, sois simplement cet inattendu que tu as tant attendu peut-être, et qui aujourd’hui prend toute sa valeur et toute son intensité.

Mon ami, mon aimé, je suis là et je suis toi. Combien de fois cela a été proclamé et déclamé, éprouve-le en tant qu’acte véritable en ton cœur. Ne me crois pas, ne remets pas ça à plus tard, tu ne dépends d’aucun temps, te permettant alors de retrouver ta liberté d’esprit, quelles que soient les contingences de ta vie, et en mon silence, entre chacun de mes mots et de mon Verbe, le Feu Igné est né, le Feu Igné brûle et consume tout ce qui n’est pas vrai. Seule est vraie la vérité de ta Présence, la vérité de ton cœur.

C’est ainsi que tu aides le mieux et au plus juste chacun de toi à la surface de ce monde, sans en faire une affaire personnelle, car le pêcheur a encore plus besoin de Lumière que celui que tu nommes saint ; il n’y a aucun écart entre le pêcheur et le saint, il y a juste un décalage. Ce décalage n’est pas dans la conscience mais dans le temps, car le temps n’existe pas. Alors je te le demande, laisse l’Amour se déployer. Je te l’ai dit, il n’y a pas d’effort, il n’y a pas de technique, il n’y a pas de mouvement, il n’y a pas de condition, il n’y a rien à payer, car cela est don. Ainsi est l’Amour, ainsi est la Vérité.

Mon ami, mon aimé, entends ce que te dit ton cœur, non pas par mots mais ce qu’il te dit en l’intimité de ta conscience.

Mon ami, mon aimé, une troisième fois, accueillons ensemble la Vérité qui a toujours été là, accueillons ensemble l’éternité de la Vie qui jamais ne peut mourir.

Mon ami, mon aimé, je me tais maintenant mais je reste là, alors reste avec moi en le Silence. Ainsi, je rends grâce à ta beauté et je rends grâce à notre Présence.

… Silence…

Demeure là, silencieux.

Que tu me lises ou que tu m’entendes, que tu sois là ou ailleurs, en ce jour comme en tout jour, cela ne fait pas de différence, il n’y a plus de distance car toutes les plaies sont pansées. Ainsi est le baume de l’Amour, ainsi est ta vérité. En cela, tu ne peux plus être abusé par la mascarade de la fin des temps, par les cris et les récriminations de ceux qui résistent à la Vérité, et c’est ainsi que tu les aides, en étant toi-même ce que tu es. Là est ta quintessence, là est ta nature, là est ta manifestation.

Rappelle-toi, en cet espace au-delà de tout temps et de tout lieu, il n’y a pas besoin ni de vision ni de perception. Seule la vue de ton cœur te montre la perfection, qui n’est pas fonction d’une moindre forme ni même de la conscience elle-même.

Mon ami, mon aimé, en le Feu Igné de la Résurrection, je t’accueille. En le Feu Igné de la Résurrection chaque souffle est béni, le chant de la vie est grâce et bénédiction. Cela est un jeu, comme l’enfant joue sans se poser de questions, parce qu’il n’y a pas de logique si ce n’est la logique de l’Amour qui ne correspond à aucune raison ni à aucune justification. Là est la Liberté et non pas dans un quelconque avenir ni en une quelconque résolution de quelque passé illusoire que ce soit.
Laisse-toi embraser par le Verbe. Découvre-toi.

Mon ami, mon aimé, je suis avec toi car tu es en moi comme je suis en toi. Alors, dans le silence de mes mots, le Feu Igné qui œuvre te rend la certitude de ce que tu es. Ce Feu Igné te rend à toi-même au-delà de toute forme, de toute pensée et je dirais même, au-delà de toute création.

… Silence…

Mon ami, mon aimé, je vais rester là pour toujours en chacun de toi. Alors il n’y a plus besoin de mots, il y a juste besoin de vie, en abondance. Que tu sois ici ou ailleurs, que tu m’entendes ou que tu me lises, accorde-toi un peu de temps de ton temps, là maintenant et demeure ainsi, sans demander et sans chercher, en réfutant tout ce qu’il peut se présenter comme énergie, comme image, comme vision, afin de demeurer dans la vision du cœur où tout est vu dans le même temps sans aucune distinction. Cela t’est offert en ce jour, tu te l’offres à toi-même. Que cela te concerne en quelques souffles, en quelques minutes ou en quelques heures, cela n’a aucune espèce d’importance. Alors je termine mes mots ainsi : tu es l’Unique en toute forme, tu es la Vérité en toute dimension et le Feu Igné poursuit son œuvre jusqu’à sa finalité, dès maintenant.
Mon ami, mon aimé, tu es Amour. Tout le reste ne fait que passer, tout le reste disparaîtra.
Je suis avec toi.

… Silence…

Source: http://www.lestransformations.wordpress.com

Partagé par: http://www.etresenevolution.com