O.M. AÏVANHOV 15.8.2014 / par Jacob

O.M. AÏVANHOV

15 août 2014

Message reçu et transmis par : Jacob

 

Téléchargement PDF français | Téléchargement MP3 français

 português

 

Eh  bien  chers  amis,  je  suis  extrêmement  content  de  vous  retrouver  et  de  voir  ici  qu’il  y  a  des têtes que je connais parfaitement bien, n’est-ce pas, et que je retrouve après un certain temps. Alors  nous  allons  voir  si  vous  avez  des  questions,  si  vous  avez  enfin  déposé  les  vélos,  les trottinettes,  les  mobylettes  et  tout  ce  que  vous  voulez,  n’est-ce  pas ?  Et  voir  si  vous  êtes spontanés.  Alors  je  vais  pas  faire  des  grands  discours  parce  que  vous  avez  eu  des  grands discours  avant  moi.  Moi  je  vais  voir  aujourd’hui,  si  vous  voulez,  si  vous  avez  des  questions  par  rapport  à  cela  et  essayer  d’y  répondre,  n’est-ce  pas?  Je  vous  transmets,  bien  sûr,  toutes  mes bénédictions et  je  suis comme  d’habitude  tout  ouïe pour écouter ce  que  vous avez à dire ou à demander.

Question : Est-ce que les résistances de la terre pourraient faire que cette dimension dure par exemple encore dix ans ou vingt ans ?

Qu’est-ce que tu entends parler par dix ans ou vingt ans ? Je crois que tu n’as pas écouté ce qu’a dit Métatron. Et ce qui a été dit par les différents archanges ces derniers temps, par différentes  voix : ça y est, c’est fini. Ça commence, si tu préfères. Maintenant je te rappelle que y a pas de résistances au niveau de la terre, elle a été libéré, comme l’a redit Séréti y a pas longtemps, très exactement  au  printemps,  avant  le  printemps  de  l’année  2012.  Donc  la  terre étant  libérée,  les archanges  ont  répondu,  et  nous  aussi  d’ailleurs,  à  l’appel  de  la  terre,  il  reste  maintenant  à, comment expliquer ça, synchroniser l’ensemble si on peut dire. 

Et plus vous serez dans ce qu’a parlé  Gemma, dans cet abandon, en quelque  sorte,  à la Grâce, plus cela sera facile pour la terre et pour le collectif, si je peux dire. Mais ne vous attendez pas à voir, je dis pas à vivre mais à voir sur terre des choses « cui-cui les petits oiseaux», n’est-ce pas, ça va être, comment vous dites ? Hard. Voilà. Donc si dans la libération, le moment final comme tu dis, grille-planète, 132 jours et tout ce qui a été développé, tu attends un moment précis, tu risques  de  louper  ce  moment.  Le  problème,  c’est  que  vous  êtes  innombrables  maintenant,  un pourcentage  important  de  la  terre,  à  vivre  soit  l’ouverture,  soit  la  transformation,  soit  la dissolution.  Mais  tous  vous  êtes  confrontés,  je  dirais,  « moi  je  suis  libéré,  je  vis  des  choses incroyables,  et  les  emmerdes  sont  toujours  là »,  n’est-ce  pas,  c’est  ça  que  tu  veux  dire.  S’il  y  a des emmerdes, ça veut dire quoi ? Ça veut dire que quelque part, dans ce rêve collectif qu’est ce monde, vous êtes tous encore en train de rêver quelque part.

Alors  ça  dépend  pas  de  vous,  on  a  toujours  dit  que  ça  dépendait  de  la  terre,  du  soleil,  d’un ensemble  de  choses,  mais  surtout  de  la  terre.  La  terre  est  libérée  depuis  2012,  alors  on  peut dire : « est-ce qu’elle est libérée et qu’elle continue comme ça pendant dix ans, vingt ans ou que ça  y  est,  c’est  fini ».  Ou  qu’y  se  passera  rien,  pourquoi  pas ?  Mais  tout  dépend  de  toi, uniquement  de  toi.  Puisque  le  monde  n’est  qu’une  projection  extérieure  collective,  enfermée certes,  de  tout  ce  que  vous…  les  interactions  que  vous  menez.  Toutes  les  manifestations  que vous vivez sur ce monde, quelque part entretiennent, même si la terre est libérée, maintiennent si je peux dire, cette espèce d’égrégore collectif qui est dissout, qui était la matrice astrale. Mais y  a  quand  même  un  égrégore  lié  aux  pensées  humaines,  aux  habitudes  humaines,  et  qui continue à se manifester.

Maintenant  je  crois  que  nous  avons  été  assez  clairs,  les  uns  et  les  autres,  par  différentes  voix, sur ce  qui était maintenant  là, présent. C’est  une évidence. Maintenant si tu attends le jour où doit se passer un évènement qui te fait dire : « ça y est, c’est fini », il va falloir attendre que bien évidemment  les  méchants  garçons,  comme  je  les  ai  appelés,  se  fricotent  un  peu,  et  c’est  en bonne voie. Dès qu’ils vont se fricoter, tu peux dire que l’Esprit agit.

Donc  regarde  autour  de  toi,  regarde  ce  qui  se  passe. Alors  bien  évidemment,  si  tu  espères échapper à tes  impôts  de cette  année c’est  peut-être  un mauvais calcul. Parce que  encore une fois, là maintenant la terre est libérée;  beaucoup parmi vous sont, comme je l’ai dit, en voie de libération, en libération ou encore en éveil. Donc tout est transformé même par rapport à y a un an  ou  deux.  C’est  une  espèce  de  mayonnaise  qui  doit  prendre.  Mais  la mayonnaise  dépend  de toutes les parties. Pas uniquement de la terre, pas uniquement du soleil, pas uniquement de la Source,  pas  uniquement  des  archanges  mais  aussi  de  cette  mayonnaise,  c’est-à-dire  le  bain collectif de l’humanité. L’ensemble des formes de vie de la terre. Il n’y a pas que les humains, les animaux,  les  végétaux,  y  a  aussi  les  êtres  élémentaires,  y  a  les  sylphes,  y  a  les  elfes,  y  a  les esprits,  les dévas du feu. Tous ceux-ci aussi ont  une  expérience,  même  si elle est sur des  voies différentes de la voie humaine. Et toutefois tout ce système doit faire prendre la mayonnaise.

Donc  c’est  en  cours.  La  mayonnaise  est  en  train  de  prendre.  Quand  est-ce  qu’elle  aura  fini  de prendre, personne ne le sait, sauf le Père. Maintenant il y a imminence et imminence. Je vous ai parlé durant des années de l’imminence de certaines choses. Ces choses ont été vécues. Tout ce que  j’ai  dit  voilà  presque  dix  ans  maintenant,  concernant  les  évènements  de  la  terre,  sont  là  sous vos yeux. Et pourtant cette dimension, comme  vous la nommez, est toujours là. Mais elle est  en  phase  de  dissolution  collective,  et  non  plus  individuelle  comme  lors  de  la  naissance  de l’Onde  de vie. Et  cette mayonnaise, et cette  libération qui est en train de  prendre, elle dépend de  l’ensemble  des  composants.  Donc  il  faut  peut-être  rajouter  une  pincée  de  sel,  il  faut  peut-être qu’il y ait plus de moutarde, etc. etc.

J’aime  bien  les  correspondances  alimentaires  en  ce  moment,  pour  ceux  qui  ne  m’ont  pas entendu  ces  derniers  temps,  parce  que  je  trouve  que  c’est  un moyen  d’être  explicatif,  n’est-ce pas ? Pour les exemples de ce que j’ai pris y a peu de temps, entre les concombres, les salades etc., ils me comprendront. Toi aussi tu vas comprendre. C’est très simple : la mayonnaise, elle a pris,  elle  est  en  train  de  prendre.  Alors  peut-être  qu’il  faut  touiller  plus  vite.  Qui  touille ?  Elle touille  toute  seule.  Y  a  pas  une  main,  y  a  pas  Dieu  le  père  qui  est  en  train  de  décider  quelque chose.

La Source, dans sa vision intemporelle, non incarnée, non incarnante, connaît la date. Même le Fils ne connaît pas la date, mais cette date, elle est en ce moment. C’est une date parce que toi, dans  ta  tête,  peut-être  que  tu  penses  à  un  évènement  précis,  à  un  moment  précis.  Mais  c’est une  succession  d’évènements  qui  se  sont  enclenchés.  Les  derniers  évènements  sont  les évènements  qui  ont  été  nommés  l’Ascension  complète,  c’est-à-dire  matérielle.  La  descente totale de l’Esprit dans la matière, la Transfiguration et la disparition de cette forme de matière, pour  se  retrouver  dans  ce  que  vous  nommez  cinquième  dimension  ou  Absolu,  ou  autre dimension selon votre provenance. Mais ça, c’est quelque chose qui se déroule en ce moment. Et si vous vivez correctement ce  que  vous a demandé  Métatron, si vous vivez correctement ce que vous a dit Frère K ou encore Gemma, vous allez vous apercevoir que vous êtes en train de le vivre.  Et  que  ce  processus  que  vous  aimeriez  déterminer  à  un  moment  donné,  tel  jour,  telle heure,  si  possible  le  week-end  pour  être  tranquille,  c’est  pas  nécessairement  comme  ça.  Ce moment-là, c’est quand la mayonnaise est définitivement fixée et qu’elle disparaît. Elle disparaît d’un coin et elle apparaît à un autre coin. Mais je n’ai pas de date à te donner.

Tous  les  éléments  qui  anticipaient  cela  ont  été  réalisés,  sans  aucune  exception.  Sans  aucune exception. Donc ce  qui reste, c’est juste  ce moment-là que  tu veux identifier, qui correspond à ce que j’avais nommé à une époque le grille-planète. Mais je crois qu’y en a qui ont déjà pas mal grillé, pas uniquement les neurones mais aussi les circuits dans le corps. Voilà ce que je peux te répondre. En tout cas, comme  la phrase le dit : vis chaque  minute de ta vie comme si c’était la dernière. Parce  que  cette vie-là, oui elle a  une  dernière  minute, mais  la  vraie  vie,  elle  a  pas  de dernière minute.

Donc  pour  celui  qui  a  trouvé  son  éternité  de  manière  individuelle,  je  peux  concevoir,  et  nous pouvons concevoir, qu’y a une certaine, comment dire, confrontation, c’est aussi le Face à Face, entre  ce  que  vous  avez  vécu  comme  éveil,  comme  transformation  ou  comme  libération  et  la persistance de plus en plus lourde de ce monde. Mais c’est évident, ce qui va en haut n’est pas la même chose que ce qui va en bas. J’avais parlé à l’époque des deux humanités ; c’est ce que vous voyez en ce moment, sous vos yeux, chez vous. Chacun est libre. Maintenant,  le moment collectif  que  tu  attends,  il  surviendra  dans  une  espérance  que  je  qualifie  d’imminente,  comme d’habitude. Parce qu’elle peut être effectivement là dans trente secondes, pendant que je parle.

Oh, il suffit d’un coup de vent, il suffit de quelque chose qui prenne toute la terre. Mais tous les éléments  sont  en  place.  La  scène  de  théâtre  est  tournée  dans  l’acte  final,  mais  celui  qui  est libéré  a  l’éternité  devant  lui.  Mais  ce  monde  n’a  pas  l’éternité  devant  lui,  dans  cet  état dimensionnel. Mais c’est la fin de cet état dimensionnel.

Voilà la fin du monde qui arrive, tu l’as demandé, tu l’as.

Question : est-ce que vous avez des nouvelles d’Hercobulus ?

Oui, on a des  nouvelles. Hercobulus est  en train de passer devant  le soleil. Ça vous a été  dit et répété  à  plusieurs  reprises.  Maintenant  même  les…comment  vous  appelez  ça,  les  lunettes  qui  observent  le  soleil,  les  voient.  Vous  les  voyez  pas  à  l’œil  nu,  mais  elle  est  visible  avec  ce  qui observe le soleil, avec les télescopes, vous appelez ça. Bien sûr qu’elle est visible, renseigne-toi. Mais  pas  à  l’œil  nu.  Il  a  toujours  été  dit  qu’il  fallait  attendre  le  moment  où  elle  serait  visible  à l’œil nu. Peut-être qu’elle est visible là, mais il pleut. Donc on ne voit rien.

Question : l’appel de Marie est toujours d’actualité ?

De plus en plus, cher ami. Y en a qui ont déjà été appelés. Même trente-six fois. Que signifie le Canal  Marial,  que  signifient  les  Présences  qui  sont  à  côté  de  vous,  qu’elles  soient  silencieuses, que vous les sentiez simplement ou pas. C’est ça. Maintenant, je vous rappelle qu’il doit y avoir une chronologie. Tous les éléments de l’acte final sont en place. Il doit y avoir une chronologie, en termes terrestres, précise, qui a été développée pendant des années. Mais le plus important, c’était  votre  libération  à  vous.  Figure-toi  qu’y  a  encore  beaucoup  d’êtres  humains  qui n’envisagent pas ça du tout comme une libération. Et c’est leur droit. Tu vois ce que je veux dire. Allez, on arrête de parler de fin du monde parce que là, ça va se gâter.

Voilà, ça se calme, on parle plus de fin du monde.

Question : quelle est la différence entre l’abandon à la Lumière et l’abandon à la Grâce ?

Alors  chère  amie  tu  vas  avoir  beaucoup  de  réponses  dans  les  éléments  qui  ont  été  donnés  de manière  très  large  par  Gemma  Galgani.  Elle  vous  l’a  dit  d’ailleurs.  Je  rappelle  simplement  que l’abandon  à  la  Lumière,  c’était  laisser  œuvrer  la  Lumière,  c’est-à-dire  devenir  comme  ça  a  été dit,  laisser    rentrer  la  Lumière,  ne  pas  interférer  avec  l’ego  spirituel,  c’est-à-dire  les  forces Lucifériennes,  tout  ça  on  l’a  expliqué  il  y  a  longtemps,  ensuite  de  laisser  cette  Lumière descendre,  ouvrir  les  chakras,  ouvrir  la  Couronne  Radiante,  ouvrir  les  Étoiles  et  les  Portes, activer, laisser s’activer l’Onde de vie, et tout ça a été rendu possible par l’abandon à la Lumière. Qu’est-ce  qui  se  passe  quand  tu  es  abandonné  à  la Lumière ? Tu  deviens  un  canal  de  Lumière. Mais être un canal de la Lumière n’est pas être Lumière. Parce que être Lumière, y a plus besoin de canal, donc y a plus besoin de personne.

Donc l’abandon à la Grâce, c’est accepter de laisser œuvrer la Grâce, de la voir à l’œuvre et de ne  pas  y  mettre  son  grain  de  sel.  Sans  ça  la  mayonnaise  elle  monte  pas.  Donc  l’abandon  à  la Grâce, c’est quelque chose qui est un petit peu différent : c’est pas laisser œuvrer la Lumière à travers  soi,  la  laisser  te  traverser  et  vivre  les  états  vibratoires,  et  les  extases  et  les montées  de Kundalini  et  tout  ça,  l’abandon  à  la  Grâce,  c’est  la  reddition  totale  de  tout  ça.  Et  c’est  pour  ça que je te renvoie à Gemma Galgani, par ce qu’elle a parfaitement exprimé, voilà quelque temps.

L’abandon  à  la  Grâce,  c’est  d’abord  voir  la  Grâce,  et  quand  on  voit  la  Grâce,  s’effacer.  C’est-à-dire ne même plus être un canal de Lumière, parce qu’un canal de Lumière c’est une personne. C’est ne plus être une personne. Continuer à vivre comme une personne, bien sûr, et profiter de la  vie,  de  ce  qu’elle  vous  offre.  Mais  devenir,  comme  on  l’a  dit,  soi-même  la  Vie,  c’est-à-dire devenir  cette  Lumière.  Et  quand  tu  deviens  Lumière,  qu’est-ce  qui  se  passe ?  C’est  ce  qu’a  dit Gemma, y a la Paix, y a même  plus de vibrations ou alors par moments. Et tu t’apercevras que quand  les  vibrations  disparaissent  de  partout,  quand  y  a  plus…  ou  que  le  Canal  Marial  est complètement  collé  contre  le  corps,  à  ce  moment-là,  c’est  la  Paix.  Et  à  ce  moment-là,  il  y  a Action de Grâce ou abandon à la Grâce.

L’abandon à la Lumière, y avait encore une personne, et il fallait une personne pour l’incarner ; l’abandon  à  la  Grâce  n’a  plus  besoin  de  personne.  Ni  d’être  une  personne.  C’est  devenir  soi-même la Grâce, c’est voir par exemple l’extase de Gemma, les extases de Ma Ananda Moyi, mais c’est  de  voir  aussi  l’absence  d’extase  de  Thérèse,  c’est-à-dire  la  petitesse  tellement  grande  de Thérèse, que les processus énergétiques, elle savait même pas ce que c’était. Donc les vibrations encore moins. Celui qui est le plus petit ici est le plus grand là-haut. Et le plus petit ici, ça a été et ça sera toujours le Christ.

C’est difficile à comprendre pour l’ego. Comment est-ce qu’on peut avoir une mission comme la sienne,  si on peut parler de mission, être  le  plus représenté au monde,  quand même, avec  des travestissements  énormes,  et  être  le  plus  petit ?  C’est  une  équation  mathématique.  Comment en  étant  plus  petit,  devenir  le  plus  grand ?  Ça  renvoie  à  des  choses  dont  aussi  on  a  parlé,  le principe de l’hologramme, le principe d’être présent dans tout, le principe de la non localisation de conscience.

Donc l’abandon à la Grâce, c’est la disparition. Vous vous effacez devant l’évidence de la beauté de la Vie. Vous ne cherchez plus à maitriser, contrôler, programmer, anticiper ceci ou cela mais vous acquiescez à tout  ce  qui se  déroule. C’est la voie  de  l’humilité. Mais c’est une  voie que  je peux  qualifier  d’ardue  tant  qu’il  existe  une  personne.  Mais  c’est  aujourd’hui  la  voie  la  plus simple,  parce  que  les  circonstances,  à  l’époque  de  Thérèse  de  Lisieux,  ne  sont  pas  les  mêmes qu’aujourd’hui,  bien  sûr,  ni  même  quand  j’étais  vivant,  y  a  encore  une  trentaine  d’années. Vivant, en ce monde.

Voyez, on a arrêté de parler de fin du monde, y a plus de fin du monde, c’est merveilleux. Et si y en a qui croient toujours pas, on peut reparler de fin du monde.

 Nous n’avons plus de questions.

Alors  c’est  parfait.  Eh  ben  chers  amis,  je  vais  vous  présenter  encore  une  fois  toutes  mes bénédictions, je vous transmets tout mon Amour, et n’oubliez pas d’être aimants, n’est-ce pas. Vous avez droit de foutre des baffes si y en a un qui vous embête mais soyez aimants, quel que soit… parce que l’Amour, vous imaginez toujours, quand vous parlez d’Amour, et moi aussi peut-être  jusqu’à  un  certain  âge  de  mon  expérience  humaine,  que  l’Amour  doit  être  quelque  chose qui  accepte  tout,  qui  laisse  tout  faire,  un  désintérêt  de  la  vie.  Mais  c’est  tout  sauf  ça.  Ça,  c’est une interprétation inversée de l’abandon à la Grâce.

Il  faut  continuer  à  vivre  sa  vie  avec  ce  qu’y  a  à  faire  mais  être  abandonné  quand  la  vie  vous propose autre chose ; tout abandonner, si elle vous le demande. Est-ce que Ma Ananda avait dit par exemple : « Ah une extase arrive, non, non il faut que je termine mes courriers, il faut que je paye  mes  impôts,  il  faut  que  je  nourrisse  telle  personne ».  Non.  C’est  là  où  vous  avez,  en quelque sorte, une forme de défi, parce que c’est tellement évident.  

Nul ne peut servir deux maîtres à la fois. Qu’est-ce que vous servez ? Qu’est-ce que vous aimez ? Là maintenant, vous pouvez continuer à aimer les choses de ce monde, que ce soit la sexualité, une bonne bouteille, bien manger. Mais parfois, ça va être l’inverse. Pour chacun c’est différent. Mais une personne, par exemple, qui était dans l’abondance peut se retrouver dans la privation, ou quelqu’un qui était dans la privation peut se retrouver dans l’abondance. Il vaut mieux aller dans  le  premier  sens,  c’est-à-dire  de  l’abondance  à  la  privation  que  de  la  privation  à l’abondance.  Parce  que  c’est  beaucoup  plus,  comment  dire,  difficile  dans  ce  cas-là, contrairement à ce que l’on pourrait croire.

Voilà  ce  que  j’avais  à  terminer  et  je  vous  transmets  toutes  mes  bénédictions  et  puis  surtout, travaillez bien sans travailler, n’est-ce pas ? Soyez lucides et aimants, ça suffit, c’est le principal.

Tout  mon  amour  vous  accompagne  et  toutes  mes  bénédictions  vous  sont  acquises,  comme d’habitude. Je vous dis à bientôt.

Source : Message reçu et transmis par Jacob.

 

Fichiers PDF et MP3 par : Les Transformations

Partagé sur : http://www.etresenevolution.com